Navigation – Plan du site

Daniel Friedmann, Être psy (volume 2 - DVD 1). Entretien avec Boris Cyrulnik

Guillaume Lequien
Être psy (volume 2 - DVD 1)
Daniel Friedmann, Être psy (volume 2 - DVD 1). Entretien avec Boris Cyrulnik, Éditions Montparnasse, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1À la suite du précédent coffret Être psy volume 1 où Daniel Friedman dressait un panorama de la psychanalyse française, le coffret Être psy volume 2 se consacre aux différentes méthodes psychothérapiques existantes grâce à une série d’entretiens réalisés entre 2011 et 2012.

2En préambule aux différents entretiens individuels, le premier dvd qui ouvre le coffret commence par un premier film d’une durée de 59 minutes intitulé « Psychothérapies et psychanalyse » qui croise les différents intervenants (psychothérapeutes, comportementalistes, hypnothérapeutes, psychiatres, gestaltistes, etc.) dans leur rapport à la psychanalyse.

3Ces différents thérapeutes se sont engagés dans des méthodes spécialisées à la suite d’une critique de la psychanalyse telle qu’ils l’ont rencontrée en France dans les années 1970-1980. Ils constatent que la représentation populaire de la psychanalyse est devenue confuse et parfois caricaturale, et critiquent tous le dogmatisme qui avait cours à l’époque dans les milieux psychanalytiques, souvent au détriment des soins apportés aux patients. Le psychothérapeute Olivier Chambon souligne par exemple les restrictions du traitement psychanalytique et sa lourdeur théorique quand on le compare aux thérapies qui reposent sur des théories plus simples mais qui créent ensuite un espace de liberté pratique inégalé. Boris Cyrulnik avoue avoir été embarrassé par le dogme du silence que doit garder l’analyste mais qui gêne l’interactivité du dialogue. Le psychothérapeute Christophe André rappelle sa déception face aux méthodes réelles des psychanalystes et face à leurs propres contradictions, comme lorsqu’un patient souffrant de phobie devait être traité par un analyste lui-même souffrant de phobie.

4Chacun évoque ensuite la façon dont il a construit son propre parcours en déviant par rapport à la psychanalyse. Le gestaltiste Gonzague Masquelier se rappelle avoir été séduit par la possibilité de travailler directement sur le corps et sur les émotions ressenties, contrairement au psychanalyste qui constate le malaise corporel ou émotionnel mais se contente de l’intégrer dans son discours interprétatif au lieu de s’y arrêter spécifiquement. Christophe André explique que le traitement psychanalytique aide certes à comprendre l’origine traumatique de la phobie, mais que cette compréhension reste inefficace sans traitement du symptôme lui-même par les thérapies comportementales et cognitives.

5Néanmoins dans leurs différentes approches ces praticiens n’excluent pas tout rapport avec la psychanalyse, ne nient pas l’existence de l’inconscient, mais proposent une approche alternative, Eliane Corrin réhabilitant par exemple l’hypnose abandonnée par Freud pour mieux travailler sur le ressenti non verbal ; Michel Armellino compare la psychanalyse à un « rebirth lent », sa propre méthode de rebirth proposant selon lui une intensification et une dilatation de la transe minimale atteinte pendant la séance de psychanalyse. Le psychothérapeute comportemental Alain Derveaux explique aussi que de plus en plus de patients sont réfractaires à la méthode psychanalytique car ils ont déjà du mal à manier la pensée verbale dans des contextes ordinaires, et la thérapie comportementale peut les aider à mettre des mots sur leurs émotions.

6Tous ces thérapeutes partagent le même objectif : libérer le patient, mais sans se raccrocher à une théorie toute-puissante. Plusieurs d’entre eux insistent sur le fait que leurs propres méthodes ne conviennent pas à tous les patients, et que la multiplicité des approches possibles est une chance permettant à chaque patient de résoudre son problème dans l’une d’entre elles (selon Christophe André) ou dans plusieurs combinées (selon Serge Hefez). Boris Cyrulnik va même jusqu’à déclarer que « toutes les théories sont des illusions (...) mais des illusions nécessaires », le cadre théorique proposé par le thérapeute ne prétendant à aucune vérité objective mais permettant simplement d’établir une relation de confiance et de stabilité avec son patient, rendant le traitement possible.

7Christophe André et Serge Hefez concluent le film sur la nécessité d’évaluer l’efficacité des différentes méthodes (contrairement à la psychanalyse qui refuserait par principe toute évaluation), mais surtout pas dans le but de réaliser un classement rigide qui en dévaloriserait certaines moins compétitives, alors qu’il ne faudrait surtout pas renoncer à leur nécessaire complémentarité.

8Ce premier documentaire rend ainsi possible une mise en perspective vivante de la diversité des approches possibles face à la représentation très monolithique de la psychanalyse, même si le principe des entretiens croisés ne permet évidemment pas à chacun d’approfondir sa propre méthode, ce qui fera précisément l’objet des documentaires suivants.

9À la suite de ce panorama d’ensemble, le premier dvd du coffret nous propose l’entretien individuel, d’une durée de 1h03, accordé en février 2012 par Boris Cyrulnik, qui se présente comme praticien psychothérapeute et comme chercheur en neurologie.

10On retrouve ainsi plusieurs passages du documentaire précédent où Cyrulnik explique que plusieurs théories peuvent marcher, mais que cela ne valide pas pour autant leur contenu théorique. Il donne l’exemple d’une patiente qui avait été détruite pendant une psychanalyse classique puis sauvée par une thérapie comportementale avant de pouvoir s’épanouir dans une nouvelle psychanalyse classique ; ou encore l’exemple d’un patient pour qui l’analyse ne permettait aucun progrès mais dont l’état s’est amélioré quand il est entré au Front National, grâce à une modification relationnelle, ce qui ne prouve pas pour autant la validité de l’idéologie politique en question. Cyrulnik rappelle que les théories sont des illusions nécessaires, mais que le rôle de la théorie est avant tout de prêter une cohérence et donc d’instaurer une confiance dans l’esprit de l’analyste puis dans celui du patient, et que c’est cette relation de confiance et de stabilité qui compte ; à la limite « toutes les théories, même les plus stupides, marchent ». Il nuance toutefois en délimitant certaines théories « toxiques » qui peuvent s’appuyer sur d’authentiques découvertes scientifiques fragmentaires, mais que l’on n’a pas le droit d’ériger en explication totalisante du fonctionnement humain.

11En plus de ces précisions, l’intérêt principal de cet entretien est de mettre l’accent sur l’exigence de complémentarité des différentes disciplines pour parvenir à une théorie satisfaisante. Cyrulnik nous rappelle les différentes étapes de son parcours personnel, en commençant « comme papa Freud » par la neurobiologie avant de découvrir la psychanalyse, puis l’éthologie qui étudie la façon dont le milieu façonne le cerveau du nourrisson, et pour finir par les théories de l’attachement qui lui ont fait gagner une cohérence supérieure et qui ont l’avantage d’intégrer différentes disciplines tout en étant soumises à l’évaluation scientifique.

12Ce passage sur son parcours intellectuel est toutefois un peu désordonné, interrompu par des considérations plus générales sur l’opposition entre la rumination du patient isolé et l’analyse par un tiers, ou par quelques remarques sur Le crépuscule d’une idole de Michel Onfray (dont Cyrulnik accepte la démarche critique tout en notant que ses critiques ne sont pas neuves et n’attaquent qu’une version datée, dogmatique, de la psychanalyse). Ces digressions mises à part, Cyrulnik est amené à évoquer sa théorie de la résilience qu’il n’a malheureusement pas le temps d’expliquer ou d’approfondir : il rappelle simplement que le mot « résilience » provient d’une dérive sémantique assumée à partir d’un emprunt à la physique, que cette théorie intègre elle-même les différentes disciplines qui ont jalonné son parcours intellectuel et professionnel (psychanalyse, éthologie et neurologie). Il finit par rappeler très succinctement les différents facteurs déterminants pour qu’il y ait ou non résilience, que ce soit avant, pendant ou après le fracas, et donne l’exemple des survivants d’Auschwitz qui ne pouvaient pas exprimer l’horreur dans le face à face avec leur famille, mais ne pouvaient s’en sortir que par le détour de la psychothérapie ou de la culture (le roman ou le film).

13Cet entretien donne donc (malgré un découpage légèrement décousu sur la fin) un aperçu de l’itinéraire intellectuel de Boris Cyrulnik, précise sa conception du statut des théories psychiques et souligne son exigence de complémentarité des différentes disciplines pour le traitement de la souffrance, à défaut d’entrer dans le détail de ses théories originales ou de ses pratiques thérapeutiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Lequien, « Daniel Friedmann, Être psy (volume 2 - DVD 1). Entretien avec Boris Cyrulnik », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 novembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9705

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page