Navigation – Plan du site

Carine Pina-Guerassimoff, La Chine et sa nouvelle diaspora. La mobilité au service de la puissance

Fabrice Hourlier
La Chine et sa nouvelle diaspora
Carine Pina-Guerassimoff, La Chine et sa nouvelle diaspora. La mobilité au service de la puissance, Ellipses, 2012, 237 p., ISBN : 978-2-7298-7312-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre La Chine et sa nouvelle diaspora est un excellent appui pour ceux qui réfléchissent sur l’émigration et la mobilité internationale. En effet, les relations qu’entretiennent les autorités chinoises et les émigrés chinois, et, en miroir, les émigrés chinois avec leur pays d’origine sont plutôt singulières. À ce titre, l’étude de cette relation pays-émigrés constitue un bon point de comparaison pour prendre conscience des caractéristiques d’autres émigrations. Le lecteur découvrira clairement tout au long de l’ouvrage comment des émigrés jouent un rôle économique majeur (en facilitant les débouchés pour la production réalisée en Chine et en renvoyant des fonds vers le pays d’origine), un rôle idéologique interne (en étant une incarnation de valeurs repoussoirs ou à importer) et enfin un rôle de passeurs dans les relations internationales entre États (notamment états-uniens et africains). Carine Pina-Guerassimoff a effectué une revue de littérature imposante et vise à faire le point des recherches sur les émigrés chinois. Chaque partie est d'ailleurs ponctuée par une bibliographie adressée à ceux qui veulent approfondir les différents domaines abordés.

2Son poids démographique aidant, on ne sera pas surpris de lire que la Chine constitue le premier pays d’émigration. On compterait entre 44 et 50 millions ressortissants d’origine chinoise dispersés dans le monde. Les profils socioprofessionnels des expatriés chinois restent majoritairement des petits commerçants, mais leur niveau d’éducation s’élève et certains d’entre eux se retrouvent à la tête de sociétés aux capitaux importants avec le développement de l’import-export. Les migrations étudiantes ne sont, quant à elles, pas négligeables même si elles sont le plus souvent temporaires.

3La question de l’allégeance au pays d’origine a un traitement tranché dans le code de la nationalité. La double nationalité est interdite en Chine malgré les pressions régulières des Chinois d’outre-mer. Les ressortissants chinois sont donc soumis à une alternative administrative simple : soit rester Chinois et être soumis aux visas et au droit des étrangers dans le pays où ils résident, soit abandonner la nationalité chinoise et se retrouver traités en étranger s’ils veulent « revenir au pays ». C’est dans ce cadre que s’effectuent les migrations.

4Les départs à l’étranger sont rarement dus à des stratégies individuelles. Aujourd’hui encore, l’envoi à l’étranger d’un membre de la famille joue souvent comme un mécanisme d’assurance face aux changements économiques en Chine. Alors même que l’économie est majoritairement administrée, l’État se désengage de la fourniture de certains biens primaires, la garantie d’emploi n’est plus assurée avec la restructuration des entreprises d’État et, dans le même temps, n’ont pas encore été mis en place des systèmes de protection sociale dignes de ce nom. Face à ces différents risques sociaux, le revenu envoyé par l’expatrié permet alors à sa famille de se couvrir. Les transferts d’argent vers la Chine sont de taille : on les estimait à 51,3 milliards de dollars en 2010 (source Banque Mondiale citée p. 156). On ne peut s’empêcher de penser aux trois âges de l’émigration qu’avait théorisés Abdelmalek Sayad à propos de l’émigration algérienne. Si la tutelle communautaire s’effaçait dans le cas algérien, elle semble toujours vivace en Chine.

5Les zones côtières ont fourni les plus gros effectifs d’émigrés et, à partir de ces localisations, se sont développés réseaux et savoir-faire migratoires. En tant que nouvel émigré, on peut être accueilli dans un pays au sein d’une entreprise où travaillent des émigrés de même origine. On bénéficie alors du réseau et de l’expérience accumulée sur place. Ce n’est pas le cas pour les émigrés, plus récents, du centre de la Chine qui se retrouvent à mobiliser davantage des ressources institutionnelles comme les agences d’emploi à l’étranger. La contrepartie de ces départs moins informés et plus solitaires est souvent une intégration économique plus difficile.

6Tout au long du livre, l’auteure démontre combien les associations d’émigrés chinois jouent des rôles-clé. Ces associations défendent les activités économiques des Chinois dans le pays d’accueil et fournissent les aides à l’installation aux nouveaux émigrés. Elles assurent également une mission de reproduction identitaire. En effet, le fonctionnement des entreprises d’émigrés se fait souvent entre Chinois et contribue à l’entretien et la transmission de la langue. De plus, les associations fournissent également des lieux récréatifs ou culturels, voire des séjours au pays à destination des Chinois. Fait récent noté par l’auteure, la publicité de leur action notamment par internet les amène à abandonner les dialectes régionaux pour reprendre de plus en plus le mandarin (langue chinoise officielle) et elles contribuent en cela à la formation d’une identité chinoise davantage nationale que régionale. Il ne faudrait pas croire que les milieux de l’émigration se limitent à un patriotisme béat : dans le même temps, les Chinois d’Outre-Mer relaient plus facilement les contestations et les inquiétudes sociales vécues sur le continent chinois ou encore les idées d’opposants politiques ou religieux (avec le mouvement Falungong notamment).

7Les aides financières fournies par les émigrés chinois se sont peu à peu accrues et ont élargi leurs destinations. Ces aides transitent très souvent pas les associations. Dans un premier temps, elles servaient à la construction d’infrastructures collectives comme des écoles ou des établissements de santé dans le village d’origine. Pour appuyer ces réalisations, les autorités chinoises proposent d’ailleurs des détaxes si les fonds venus de l’étranger ont ces buts. Depuis les années 1990, certains expatriés chinois qui se sont fortement enrichis à l’étranger participent à des investissements en Chine qui ont des buts industriels et lucratifs : dans des centrales électriques, des ports et des aéroports ou encore dans des usines de moteurs ou de pétrochimie. Entre 1991 et 2003, les investissements dans les parcs industriels chinois (zones économiques spéciales) étaient à 60 % en provenance de l’émigration chinoise (p. 163), c’est dire si ces émigrés contribuent à la puissance économique chinoise.

8À l’heure où la Chine est vue par les pays tiers comme un pays atelier ou un futur marché, les associations d’émigrés, fortes du capital social qu’elles représentent, peuvent jouer vis-à-vis des étrangers le rôle d’intermédiaire pour nouer des relations économiques et faciliter les investissements étrangers en Chine.

9Après avoir été une figure honnie, l’expatrié chinois est désormais valorisé en Chine : les discours officiels, la littérature ou les séries télévisés les présentent de façon positive. Cela renforce la consécration sociale qui existait déjà au niveau local pour les expatriés qui avaient décidé de revenir au pays. Ce changement de ton institutionnel n’est pas innocent et révèle les changements idéologiques qui ont eu lieu à la tête de l’État. La valorisation des migrants a un but de politique intérieure : il s’agit pour les autorités politiques d’insuffler par ce biais l’esprit d’entreprise, d’innovation, un idéal de pugnacité face aux difficultés à la population chinoise restée au pays. Le patriotisme des expatriés, éduqués et soucieux du développement économique du pays est aussi mis en avant.

10Les autorités chinoises essayent également d’attirer les ressortissants chinois très qualifiés et formés à l’étranger. Des incitations au retour en Chine existent à l’adresse des scientifiques et des ingénieurs d’Outre-Mer. Ainsi, les autorités facilitent leur accès aux directions des Universités, à l’Académie des sciences ou à celle des sciences de l’ingénieur. Des formules intermédiaires de séjour temporaire existent : sont proposés à des Chinois d’outre-mer des statuts de « professeur invité » ou de doctorant assortis de rémunérations supérieures au niveau national.

11Les émigrés se retrouvent être des représentants et des agents transnationaux de la Chine et ne suscitent pas l’indifférence dans les différents pays où ils se trouvent. Par exemple, aux États-Unis, les « Chinese American » sont le plus souvent valorisés comme étant des modèles d’intégration. Ils sont rattachés à un pays qui réalise de nombreux investissements directs aux États-Unis et achète les titres de dette publique américaine, complément indispensable pour mener à bien les politiques fédérales en temps de crise. Dans le même temps, surgissent régulièrement des affaires médiatiques (notamment d’espionnage industriel) où on met en doute leur loyauté vis-à-vis du pays d’accueil. Sur le continent africain, depuis 1989, la Chine cherche à exporter un « consensus de Pékin » après le désengagement soviétique et tout récemment des États occidentaux aux finances publiques limitées. On lira avec profit dans le livre les détails de la politique étrangère de la Chine (p. 208). Les migrants en sont les premiers artisans et se déplacent en Afrique selon deux logiques. Premièrement, les commerçants indépendants ont peu à peu investi l’Afrique parce que sur les espaces géographiques habituels de l’émigration, la concurrence entre entrepreneurs chinois est devenue trop importante. Deuxièmement, les grandes sociétés chinoises organisent des détachements de main-d’œuvre suite à l’obtention de grands contrats auprès des États africains. Les réactions africaines sont mitigées : la Chine et les Chinois favorisent le développement économique, mais créent-ils davantage d’emploi qu’ils n’en détruisent ? Ne vont-ils pas accaparer à leur seul profit les ressources minières et énergétiques du continent ?

12On comprendra pourquoi l’auteure peut présenter avec succès les émigrés chinois comme des « agents transnationaux de la puissance chinoise ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Hourlier, « Carine Pina-Guerassimoff, La Chine et sa nouvelle diaspora. La mobilité au service de la puissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 novembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9706

Haut de page

Rédacteur

Fabrice Hourlier

Professeur de sciences économiques et sociales, lycée français de Varsovie, doctorant au centre de sociologie européenne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page