Navigation – Plan du site

Emérance Dubas, Anne Andreu, L’Impressionnisme, éloge de la mode

Audrey Millet
L’Impressionnisme, éloge de la mode
Emérance Dubas, Anne Andreu, L’Impressionnisme, éloge de la mode, Éditions Montparnasse, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Ce dvd est un des supports médias de l’exposition organisée au musée d’Orsay « L’impressionnisme et la mode » qui fermera ses portes le 20 janvier 2013. À première vue, l’idée ne semble pas très neuve : encore, les impressionnistes ! Les restrictions budgétaires poussent les conservateurs à programmer des expositions « chocs » assurant des entrées. Depuis 25 ans le Grand Palais pratique cette méthode en enchaînant les rétrospectives et les expositions thématiques qui autorisent à mettre le mot « impressionnisme » dans le titre.

2Toutefois, on ne peut cacher que ce dvd propose une belle analyse des liens entre la peinture impressionniste – ou plutôt ses peintres – et les modes. Globalement, on peut se satisfaire du juste ton des interviews qui satisfera le néophyte et le spécialiste. On note également la qualité des intervenants et la pertinence de leurs propos : Florence Müller (historienne de la mode), Guy Cogeval (président du musée d’Orsay), Véronique Belloir (conservateur textile et mode aux Arts décoratifs de Paris), Philippe Comar (professeur à l’Ecole des Beaux-Arts), Philippe Thiébaud (conservateur général du musée d’Orsay), Marie Mercié (chapelière), Karl Lagerfeld (designer) et Scott Schuman (photographe de mode et bloggeur).

3Autour des années 1860, les impressionnistes s’intéressent à la mode car elle est un enjeu de modernité. Les peintres tentent alors de saisir le quotidien, des instants de vie, en portant leur attention aux vêtements et aux jeux de lumière sur le textile. On assiste alors à un véritable défilé qui dévoile la splendeur des crinolines, les mousselines blanches à pois, les robes en soie ou encore les jupes en coton rayées. À la manière de véritables reporters de mode, les peintres nous font partager les modifications de la silhouette féminine avec la naissance de la tournure ; « faux-cul » ou « cul de Paris ». C’est à ce moment que la mode commence à se jouer en nom propre : Charles-Frédéric Worth s’affirme sur la scène parisienne et internationale. S’il se dit que Worth a créé la première maison de haute-couture, il a surtout réussi à imposer sa nouvelle mode, sa loi pour les riches, avant d’être détrôné par une autre mode, une nouvelle loi… De plus, les magasins de nouveautés prennent une place importante dans les tableaux. Devant les boutiques, c’est la foire aux rubans et aux dentelles ; les chalands s’arrêtent devant des vitrines aguicheuses, tandis que les vendeuses rangent les nouveaux produits. L’espace parisien est clairement marqué par le développement de ces structures marchandes. Karl Lagerfeld esquisse le paysage des métiers de mode de la seconde moitié du XIXe siècle à partir des tableaux présentés. Vers 1866-1868 les œuvres de Monet, par exemple, ressemblent plus à des portraits de robes que de femmes. Gants, écharpes, chapeaux, voilettes, plumes, dentelles et tulles nous transportent dans le milieu de la couture parisienne. Ces scènes rêvées et inventées de femmes dans le brouhaha et les activités de la ville témoignent des transformations de Paris. Les portraits peints semblent plus des excuses servant à illustrer le quotidien. On redécouvre Le déjeuner sur l’herbe de Manet et ses costumes d’une rare élégance, les plis et les ourlets, les robes d’une bourgeoisie assez simple profitant d’une après-midi dans la forêt de Fontainebleau. Plus que le déjeuner, c’est l’ossature des costumes qui frappe. La recherche de toilettes nouvelles, l’agencement des coiffures et des accessoires sont devenus des créations artistiques dignes de l’intérêt des artistes. Baudelaire vante les artifices de la toilette, les apprêts et les parures qui rendent le corps de la femme moins abominable. La femme des impressionnistes s’apparente à une Fashion victim en mitaines, robe, chapeau et ombrelle.

4Derrière les deux cent tableaux de l’exposition, c’est l’image de la parisienne élégante que nous découvrons. Sculptée et hiératique chez Manet, alors qu’elle est piquante et coquine chez Renoir, son élégance n’est pourtant pas liée au milieu social. Elle possède la science et le savoir-faire pour se montrer et est capable d’agencer et de créer une élégance propre. Les accessoires ont leur importance pour mettre en valeur la jolie attitude qui la caractérise : avoir les mains occupées (ombrelle pour se protéger du soleil et pour jouer avec), les gants (qui font la main petite), les souliers (objets de désir et de séduction), le sac (qui permet d’avoir le nécessaire). Les voyages sont aussi excuse à une tenue appropriée ; le chapeau (capote) de tulle, plumes et soie est obligatoire. Marie Mercié, chapelière à Paris fait une intervention remarquable. Afin d’illustrer le savoir-faire ancien des modistes du XIXe siècle, elle crée un chapeau impressionniste pour jardin avec voilette courte et ruban de dentelle vert d’eau. Toutefois, elle se positionne pour l’utilisation des machines à cause des prix engendrés par les techniques anciennes. On se surprend à rêver de ces chapeaux avec réservoirs d’eau pour fleurs naturelles. Véronique Belloir explique d’ailleurs la difficulté de mannequiner une robe qui a besoin d’une âme, d’un corps pour retrouver sa silhouette. C’est en s’aidant des tableaux que les conservateurs tendent de saisir l’équilibre des formes et le mouvement des plis. Le choix du modèle a également son importance. Alors qu’au siècle précédent les peintres utilisent des modèles professionnels, ils les choisissent dorénavant dans leur entourage proche. Il s’agit la plupart du temps de femmes qui partagent leur vie : amie, compagne, courtisane. On retrouve Nana chez Zola mais également chez Manet. Elle domine la sexualité dans sa lingerie compliquée qui dénature le corps, étrangle la cage thoracique et crée la cambrure. Et lorsqu’il est question de peindre un homme, ils se peignent entre eux. Le costume et l’élégance masculine transparaissent dans ces peintures. Pantalons à carreaux, costumes sombres, gilets et cravates s’inventent de nouvelles textures, dans des matières assez différentes. Le changement est radical par rapport au siècle précédent : le sombre vestiaire masculin se fixe autour du veston. Mais si la silhouette masculine est devenue austère, l’homme prend tout de même soin de sa barbe et de ses cheveux.

5L’interview du photographe Scott Schuman, auteur du blog « thesartorialist.com », conclut les discussions. Il explique que les impressionnistes l’inspirent dans sa recherche de la gestuelle et de la bonne attitude. Comme eux, il s’intéresse aux instants de vie, à la mode quotidienne et urbaine, ainsi qu’aux mœurs. Schuman cherche dans ses propres images le romantisme des impressionnistes. Ce dvd est un excellent support à l’exposition et nous permet de définir quelques importantes pistes de recherche. Loin d’être dépassée, la peinture impressionniste est en fait largement d’actualité. À la manière de reporters, les peintres volent des images du quotidien et commentent les changements de la mode qui s’apparentent largement à des transformations du quotidien. Comme eux, nous nous plaisons à commenter, critiquer et débattre des dernières modes mais aujourd’hui plane au-dessus de nos têtes la peur de se compromettre avec ces futilités, avec le ridicule. Pourtant, ce dvd le montre : la mode est un sujet sérieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Millet, « Emérance Dubas, Anne Andreu, L’Impressionnisme, éloge de la mode », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 novembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9722

Haut de page

Rédacteur

Audrey Millet

Doctorante, histoire moderne, UMR 8533, CNRS (IDHE), Université Paris 8, Institut d'histoire, Université de Neuchâtel

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page