Navigation – Plan du site

Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais

Benjamin Caraco
Les patrons de la presse nationale
Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, Paris, La Fabrique, 2012, 198 p., ISBN : 978-2-35872-037-3.
Haut de page

Texte intégral

1La figure du patron de presse est rarement dotée d’une connotation positive, le portrait de William Randolph Hearst sous les traits de Charles Foster Kane dans Citizen Kane d’Orson Welles en étant une des illustrations les plus abouties. Le livre de Jean Stern, ancien journaliste passé par Libération et La Tribune, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, n’est pas un ouvrage de fiction, mais il n’épargne pas ces derniers pour autant. Commandé par l’éditeur de La fabrique, Eric Hazan, ce livre est à la fois une enquête, menée en collaboration avec Olivier Tosas-Giro, et un témoignage alimenté par l’expérience personnelle de l’auteur. C’est l’empreinte du grand capitalisme sur la presse et ses effets délétères qui sont analysés tout au long de cet essai. Il ne s’agit pas uniquement d’un tableau de la situation actuelle puisque l’auteur remonte à la Libération pour expliquer les lacunes structurelles de la presse en France.

  • 1  « l’intérêt des propriétaires ne va pas dans le sens d’une presse libre, indépendante et curieuse, (...)

2Stern part de la multiplication des plans sociaux dans la presse française en 2011 pour mettre en lumière la présence de puissants acteurs économiques, aux premiers rangs desquels figure LVMH de Bernard Arnault. Leur influence s’exerce à la fois à travers la possession de journaux1, mais aussi via leur statut d’annonceur, qui leur permet, par exemple, de censurer certains articles en menaçant de retirer leurs publicités des pages d’un magazine souhaitant évoquer le passé trouble d’Henry Vuitton pendant l’Occupation (p. 25). On ne s’étonnera pas que la confiance des Français dans leur presse soit en baisse alors que la presse gratuite, « le conformisme, le formatage, le travail bâclé, le manque d’enquêtes » (p. 27) n’arrangent pas les choses.

3On est loin du projet de la Libération, qui souhaitait une presse émancipée du pouvoir de l’argent, mais où les choses ont rapidement tourné en faveur d’une « sainte alliance entre gaullistes et communistes : aux premiers, les rédactions, aux seconds la distribution, les ateliers et les imprimeries. » (p. 31) La sous-capitalisation grève les rêves d’une presse indépendante et nombreux sont les journaux qui tombent rapidement dans l’escarcelle de grandes familles avant que ne débute le « règne des trois H » : Havas, Hachette et Hersant (p. 47-58), et une dépendance accrue aux revenus publicitaires qui laisse croire à un « âge d’or » dans les années 1980-1990. Pour Stern, l’Etat a aussi une part de sa responsabilité qu’il résume, à propos des retards et de l’irrationalité des circuits d’impression et de distribution, par la formule « A défaut de réfléchir, l’Etat paie, comme il l’a toujours fait. » (p. 69)

  • 2  « Ils se rêvent en Citizen Kane, ce ne sont que des Boucicaut. » (p. 112)

4Comparée à ses voisins européens, la presse française est structurellement sous-dotée, ce qui limite ses capacités à enquêter et à analyser en profondeur (« La presse n’est pas tant muette que bègue. », p. 102), sans compter que par le biais de ses propriétaires elle est prise au piège d’un réseau d’alliances politico-économiques. Là où Jean Stern est le plus percutant, c’est quand il se plonge dans les méandres organisationnels des holdings qui contrôlent les principaux titres de la presse française : in fine, la possession d’un journal, outre qu’elle apporte une influence bienvenue, permet surtout de pratiquer une défiscalisation redoutable pour les grandes fortunes (p. 111-122)2. Stern brosse alors une série de portraits des nouveaux patrons de presse (Matthieu Pigasse, banquier chez Lazard, Xavier Niel, le fondateur de Free ou Pierre Bergé, le mécène du socialisme, Edouard de Rothschild, Lagardère, Pinault, Dassault…) et de leurs pratiques (p. 123-160). Il finit sur une évocation de sept familles historiques (p. 161-167), toujours bien présentes dans le secteur, et sur la précarisation des journalistes et la montée en puissance des « fermes » de production de contenus, qu’il perçoit comme un avenir probable si rien n’est fait pour enrayer la mécanique actuelle. En annexe, outre une bibliographie, l’auteur propose de courtes biographies des membres des conseils de surveillance du Monde et de Libération, comme une illustration de la démonstration de son essai.

  • 3  Comme lorsque Jean Stern reconnaît qu’il aurait voté une augmentation de capital (in fine néfaste) (...)
  • 4  Jean Stern tire de façon assez peu originale, bien que cela soit mérité, sur les ambulances des «  (...)
  • 5  Sauf si sa conclusion « Il va falloir inventer d’autres modèles si les journalistes ne veulent pas (...)

5Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais est un essai édifiant, fluide et bien documenté. Pourtant, il est possible d’émettre trois critiques à l’encontre du travail de Jean Stern : sa nostalgie, la présence d’angles morts et la relative stérilité du propos. Quand il écrit « j’ai vu mourir le monde des journalistes qui croyaient à l’indépendance des journaux » (p. 14), n’est-ce pas le résultat d’une idéalisation de son expérience personnelle alors qu’il reconnaît de lui-même la dépendance historique de la presse française aux grandes forces économiques ? Sa réflexion, même si elle donne quelque fois dans l’autocritique3, épargne globalement les journalistes4 alors que leurs collusions avec le monde politique sont loin d’être exemptes de reproches (cursus universitaire bien souvent commun à travers le rôle de Sciences-Po comme principal lieu de formation des journalistes, fréquence des couples journaliste-homme politique…). Il est difficile ne pas voir poindre le corporatisme, surtout quand le syndicat du Livre est quasiment mis au même niveau que les grands patrons en termes de responsabilité dans le déclin de la presse (p. 59-69). Enfin, même si cette dénonciation peut avoir un effet cathartique non négligeable, le lecteur pourra reprocher une certaine stérilité aux propos de l’auteur, qui n’avance aucune réelle proposition pour sortir du marasme qu’il décrit.5. Il faut se tourner, par exemple, vers le Spill (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne) pour découvrir des propositions concrètes pour essayer de remédier aux maux qui touchent actuellement le quatrième pouvoir.

Haut de page

Notes

1  « l’intérêt des propriétaires ne va pas dans le sens d’une presse libre, indépendante et curieuse, mais d’une presse servile et tenue. » (p. 28)

2  « Ils se rêvent en Citizen Kane, ce ne sont que des Boucicaut. » (p. 112)

3  Comme lorsque Jean Stern reconnaît qu’il aurait voté une augmentation de capital (in fine néfaste) à Libération s’il avait été présent lors de l’assemblée des rédacteurs (p. 98).

4  Jean Stern tire de façon assez peu originale, bien que cela soit mérité, sur les ambulances des « journalistes managers, arroseurs arrosés » (l’hybris de Serge July à Libération ou d’un Jean-Marie Colombani, en duo avec Alain Minc au Monde) (p. 71-100), ce qui lui évite de rentrer en profondeur dans une analyse poussée de sa profession.

5  Sauf si sa conclusion « Il va falloir inventer d’autres modèles si les journalistes ne veulent pas finir en producteurs d’informations à la chaîne. », et les trois paragraphes liminaires qui suivent, peuvent être considérés comme une incantation programmatique (p. 170-171).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 novembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9728

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Caraco

Doctorant en histoire contemporaine à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page