Navigation – Plan du site

Compte rendu de Paysages du poème de Philippe Gardy

Compte rendut de Paysages du poème de Felip Gardy
Joëlle Ginestet
Référence(s) :

Philippe Gardy, Paysages du poème. Six poètes d'oc entre XXe et XXIe siècle : Léon Cordes, Robert Lafont, Bernard Lesfargues, Georges Reboul, Max Rouquette et Jean-Calendal Vianès, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014, 113 p.

Texte intégral

1Paysages du poème, titre des études successives de six poètes d’oc entre XXe et XXIe siècle par Philippe Gardy, est placé sous l’égide de l’artiste plasticien Henri Cueco qui a soulevé la question de « l’incompréhension du concept même de paysage » : il est pour les gens, « le pays », et en tant que poème, un regard renvoyé. Philippe Gardy se positionne en tant que lecteur, et en effet, tout en étant universitaire et poète, il reste un des lecteurs des plus interrogateurs de la poésie d’oc et de la poésie lyrique en général. Après avoir publié d’autres études essentielles, Une écriture en archipel. Cinquante ans de poésie occitane (1940-1990) en 1992 et Figuras dau poèta e dau poèma dins l'escritura occitana contemporanèa en 2003, afin d’appréhender cette question du rapport entre le paysage et le poème, il est parti en quête des premiers poèmes de Georges Reboul (1901-1993), Max Rouquette (1908-2005), Jean-Calendal Vianès (1913-1990), Léon Cordes (1913-1987), Robert Lafont (1923-2009) et Bernard Lesfargues (né en 1924) associés autour de la source Hippocrène alors qu’ils sont issus de dialectes et donc, de paysages divers de l’espace d’òc. Le haut pays de Salignac près de Sisteron pour Reboul, les environs d’Argeliers pour Rouquette, Mouriès au pied des Alpilles pour Vianès, les terres minervoises pour Cordes, le Roc de Gachonne et la vallée du Gardon en Vaunage pour Lafont, les vieux quartiers de Bergerac au bord du courant fuyant de la Dordogne vers Blaye pour Lesfargues... sont autant de lieux retrouvés au détour d’un vers qui permettent à Philippe Gardy de démontrer que l’attachement affectif à un lieu originel n’a pas été pour ces poètes un ancrage dans le familier du tout su et du tout connu, mais bien le support pour une aventure du désir vers un inconnu qui s’avérait pourtant fragile. En suivant les avancées de chacun d’entre eux dans l’écriture poétique où se révèlent des architecturations mouvantes, et cela depuis des revues locales (La Campana de Magalouna pour Rouquette, ...) jusqu’à des revues aussi diverses que Marsyas, Òc, Le Triton Bleu..., pour en venir à la publications de recueils où certains poèmes ont été retravaillés, Philippe Gardy a observé une fidélité sous-jacente à une image du paysage originel, une référence qui a souvent été ensuite abandonnée au fil des poèmes écrits ou réécrits au pas de l’homme, dans un état d’esprit proche du songe.... Au fur et à mesure, le paysage initial récréé est devenu pour eux plus réel que cette colline, cette fontaine ou ce fleuve que des êtres humains ou des animaux, et surtout des oiseaux, animaient de leur langue, de leur présence et de leur chant uniques.

2Le temps a laissé des empreintes parfois plus auditives que visuelles au fil de leur quête faite de découragements, voire de renoncements et de changements de direction, mais il semble avoir permis à chacun de ces poètes de saisir une essence. L’étude de Philippe Gardy confirme que la création poétique n’est pas une vaine activité et que le rythme du poème né des forces contradictoires entre jeune désir et sentiment d’un temps figé, entre destruction et résurrection, devient une géographie mouvante où le déroulement temporel de l’Histoire ou du quotidien fait émerger des pièces qui dépassent indéniablement l’évocation « bavarde » du souvenir.

3La couverture de l’ouvrage de Philippe Gardy propose une toile acrylique d’Artémise, intitulée Reflets où, sous les bleus du ciel et du coteau en arrière-plan, les reflets de la verdure et de la blanche cathédrale de Maguelone se mêlent au bleu de la mer sans pour autant y reproduire le paysage lui-même. Cette évocation visuelle dit non seulement la démarche de Lafont dans sa lutte pour faire exploser la fascination mallarméenne pour l’azur, mais aussi la démarche de ces poètes qui ont évité les pièges du pittoresque pour chanter dans un langue unique en lien avec des prédécesseurs tels que Mistral, Fourès, d’Arbaud..., mais aussi Nerval, Lorca, Pasolini, Estève, Pons. Ce dernier ouvrage de Philippe Gardy est essentiel pour qui veut appréhender la poésie d’oc contemporaine car il est le fruit d’une minutieuse et profonde réflexion qui jamais ne se clôt sur elle-même, pas plus que les poètes de langue d’oc qui y sont évoqués n’ont accepté un horizon fermé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Ginestet, « Compte rendu de Paysages du poème de Philippe Gardy  », Lengas [En ligne], 79 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1118

Haut de page

Auteur

Joëlle Ginestet

Université Toulouse-Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals