Navigation – Plan du site

Les poilus parlaient patois

Textes en francoprovençal et en occitan de Rhône-Alpes
Los peluts parlavan patés
Jean-Baptiste Martin

Résumés

Les documents entièrement rédigés en occitan ou en francoprovençal sur et lors de la guerre de 1914-1918 sont peu nombreux. Une recherche approfondie a permis d’en recueillir une quarantaine dans la Région Rhône-Alpes. Ces documents variés (lettres, poésies, pièce de théâtre, chants patriotiques, récits en prose) apportent un regard original et différent sur la Grande Guerre.

Haut de page

Texte intégral

1A l’occasion du 100e anniversaire de la déclaration de la guerre de 1914-1918, les Editions Livres EMCC et la Région Rhône-Alpes ont souhaité qu’un volume de la collection « Régionales », qui a pour objectif de faire connaître la littérature écrite en francoprovençal et en occitan de Rhône-Alpes, soit consacré à cette guerre qui a fait tant de victimes, mais qui a aussi marqué le début du renversement linguistique dans notre pays.

2Réunir une quantité suffisante de textes dialectaux sur la guerre pour faire un ouvrage n’a pas été une tâche facile, même si, il y a un siècle, une grande partie de la population s’exprimait dans sa langue régionale et même si les poilus eux-mêmes s’exprimaient ainsi (j’ai cité dans l’ouvrage divers témoignages qui le montrent). Pour mener à bien cette tâche, j’ai mobilisé toutes les personnes et associations locales susceptibles de fournir des informations dans les aires qu’elles connaissent bien. Après une quête de près de deux ans sur le terrain et dans les bibliothèques, une matière suffisamment importante et intéressante a pu être réunie grâce au concours d’une douzaine de personnes dont les noms figurent dans l’ouvrage.

3Les documents rassemblés dans Les poilus parlaient patois, documents dialectaux de Rhône-Alpes : un regard différent sur la guerre de 1914-1918 (Livres EMCC, 2014), cet ouvrage de 256 pages, sont divers. Au départ nous pensions trouver des lettres échangées entre les poilus et leur famille (en particulier épouse ou bonne amie). Il faut bien l’avouer : sur ce plan, la moisson n’a pas été abondante puisque nous n’avons trouvé qu’une carte envoyée du front écrite en francoprovençal et qu’une lettre écrite en occitan envoyée par une jeune fille à son futur mari sur le front. Cette pénurie de courrier rédigé en langue régionale n’est, semble-t-il, pas propre à notre région. L’ouvrage d’Ives Rauzier L’occitan dins las trencadas (2001), montre que l’occitan n’est utilisé que partiellement dans les correspondances qui sont principalement écrites en français. Cette pénurie s’explique par le fait que beaucoup de poilus ne savaient pas écrire leur langue régionale. Lorsqu’ils savaient écrire, ils avaient appris l’écriture à l’école qui n’enseignait que le français. Et les courriers en langue régionale auraient en plus attiré l’attention de la censure.

  • 1 « l’éducation d’un félibre »
  • 2 « Fleur de Lorraine »
  • 3 « Le retour des poilus »

4Un grand nombre de textes ont été écrits par des poilus sur le front ou juste après leur retour. Trois auteurs drômois ont écrit des textes en occitan. Octave Bonnefoy-Debaïs a écrit le texte en prose « L’éducacioun d’un félibre »1 (22-23) en souvenir de Mistral. Paul Pommier a rédigé trois poèmes : l’un intitulé « Flour de Lourreno »2 (26-31) où il dit son amour à sa future épouse pour laquelle il a cueilli une fleur de sainfoin, un autre où il relate l’attaque de Richecourt du 15 décembre 1914 (32-35), un autre où il remercie l’ouvroir, l’établissement de bienfaisance de l’école publique, qui lui a envoyé un colis de noël (36-39). Gustave Terrasse a également écrit trois textes : dans deux il relate certains combats particulièrement difficiles auxquels il a participé, dans un troisième intitulé « Lou retour d’ous poilus »3 (50-60), il montre l’amertume des poilus qui ont échappé à la mort et qui sont reçus sans chaleur à leur retour au pays.

  • 4 « Ce qu’on a limé dans la tranchée »
  • 5 « Ta bague »
  • 6 « Qu’on puisse remettre notre chapeau »

5La vie sur le front a inspiré au Savoyard Just Songeon quatre textes qu’il a écrits en francoprovençal. Dans le texte « Ce qu’on a limmâ dè la trèchya »4 (116-123) et dans le texte « Ta baga »5 (124-127), il décrit l’occupation favorite des poilus lorsque le déluge de mitraille s’arrêtait pendant un certain temps, à savoir la confection d’objets (en particulier de bagues destinées aux épouses ou aux fiancées) à partir du métal récupéré sur les fusées d’obus allemands. Dans le texte intitulé « Qu’on pouisse arémta n’tron çhapé »6 (128-133), il décrit la vie difficile et périlleuse des poilus, en déplorant que les Savoyards soient moins bien traités que d’autres, les Lyonnais en particulier. Dans le quatrième texte qui, contrairement aux autres, a été écrit en prose, Songeon décrit l’histoire d’un Savoyard, bon vivant aimant la boisson et le jeu, qui a été envoyé au front. Pour supporter sa nouvelle vie très éprouvante, son seul réconfort est la fiole d’eau-de-vie rapportée par un autre poilu parti en permission. Et lorsqu’il est victime des obus et des gaz asphyxiants, seule une bonne rasade d’eau-de-vie réussira à le ramener à la vie.

  • 7 « Conte bressan »

6Parmi les auteurs dont la contribution est importante, il y a le Bressan Prosper Convert, le chantre de la Bresse et le créateur des Ebaudes bressanes. Il n’a pas été sur le front car il est né en 1852, mais il a rédigé en francoprovençal et a publié dans la presse locale un certain nombre de chansons en lien étroit avec la guerre. Il a écrit des chants patriotiques comme « L’armée française » (82-87) ou, suite à la campagne lancée par le Gouvernement, « Versons notre or pour sauver la France » (88-91). En septembre 1918, il a composé une berceuse annonçant la victoire prochaine et, après celle-ci, deux autres chansons pour la célébrer. Sous le pseudonyme de Liaudou Benat (Claude Benoît), Prosper Convert a aussi publié en 1916 « Contou brachon »7 (108-115). Dans ce texte en prose très différent des autres et présenté sous la forme d’un conte, il fait l’éloge des officiers qui, à la tête de leurs troupes, bravent le danger, des femmes qui soignent les blessés ou sont obligées d’effectuer les travaux habituellement dévolus aux hommes partis à la guerre. Il se livre aussi à une forte critique de ceux qui, sur le front, se dérobent à leur devoir, de ceux qui s’enrichissent en faisant du commerce grâce à la guerre et de certaines femmes qui profitent un peu trop de l’absence de leur mari.

  • 8 « Mon berger »
  • 9 « Le retour du poilu »

7Deux poèmes en occitan relatent le retour de poilus dans leur pays, mais ils n’ont pas été écrits par des poilus. Un poème du Forézien Claudius Javelle intitulé « Moun berdzéru »8 (62-67) décrit l’émotion d’une jeune bergère qui voit revenir son petit ami blessé et qui s’apprête à l’épouser malgré son lourd handicap. Un poème de Jean-Denis Souvignet intitulé « Le retour dou peilhu »9 (68-77) relate l’arrivée au pays d’un poilu en permission de six jours, son émotion et les difficultés qu’il rencontre.

  • 10 « La première permission de Claude Marie »

8C’est aussi la description de l’arrivée d’un poilu en permission qui est faite dans un texte en prose écrit en francoprovençal et publié en septembre 1918 dans l’Echo paroissial d’Amplepuis. Ce texte intitulé « La parmire parmichon de Glode Marie »10 (154-159) raconte sur un ton humoristique la frayeur qu’a faite à sa femme ce poilu venu en permission. En effet, comme il ne s’était pas rasé depuis son départ, seul son chien le reconnut. Sa femme, qui était absente lorsqu’il est arrivé chez lui et qui l’a trouvé assis à table en train de se restaurer, a été tellement épouvantée qu’elle l’a pris pour le diable.

  • 11 « Une carte postale pas commode »
  • 12 « Une drôle d’histoire »

9Deux autres textes parus dans d’autres numéros du même bulletin ont été écrits sur le même ton. L’un, intitulé « Ina corta postale pas quemode »11 (146-149), raconte l’énigme que constitua l’écriture surprenante faite par un poilu ne sachant pas vraiment écrire de la phrase « Je fais la chasse aux Boches ». L’autre, intitulé « Ina drola d’histoire »12 (150-153), raconte de façon humoristique que dans les pires combats le soldat beaujolais préfère risquer sa vie que de courir le risque de perdre le contenu de sa bouteille de vin. Bien qu’ils aient publiés anonymement, ces textes ont certainement été écrits par le curé local qui souhaitait apporter un peu d’humour et de réconfort à ses paroissiens pendant cette période très éprouvante.

  • 13 « J’ai vu pleurer les bœufs »

10François-Etienne Duperay, instituteur à Sain-Marcel-l’Eclairé dans le haut Beaujolais, a composé un très beau poème qu’il a intitulé « Z’a vu pluro los bous »13 (160-163) où il décrit le chagrin d’un vieillard et de tous les animaux de sa ferme (ses bœufs en particulier) à l’annonce de la déclaration de la guerre, puis au moment des moissons, ensuite pendant la période où seuls restent les plus jeunes enfants, les femmes et les vieillards et enfin au retour du garçon qui, bien qu’amputé d’un bras, doit reprendre le travail de la ferme.

11Dans l’ouvrage, il y a aussi des textes écrits bien après la guerre par des personnes ayant vécu cette difficile période. Certains de ces textes montrent comment dans les villages ont été vécues la déclaration et la fin de la guerre ou encore les difficultés ou les souffrances que le conflit a entraînées. Dans un autre texte, on voit que le souvenir des atrocités vécues sur le front a, toute leur vie durant, hanté l’esprit des poilus et suscité leur émotion lorsqu’ils en parlaient.

12Aux textes en francoprovençal et en occitan j’ai ajouté la pièce « On les aura ! » du théâtre de Guignol dont le titre correspond à une célèbre phrase du général Pétain, phrase reprise également dans une affiche de la même époque de l’illustrateur Faivre (227-233). Comme cela est écrit sur la couverture de l’opuscule publié en 1916, cette pièce du répertoire de Guignol (la célèbre marionnette créée en 1809 à Lyon par Laurent Mourguet) a été représentée pendant la durée de la guerre aux séances offertes aux blessés des Hôpitaux et Ambulances de la région lyonnaise, aux Foyers et Cercles du soldat. Ecrite pour la circonstance, elle met en scène Guignol et le cordonnier Gnafron, son inséparable compagnon porté sur la « vinasse », la femme et la fille de ce dernier, ainsi que deux autres femmes au nom bien lyonnais, mesdames Sicotti et Petaver. Son originalité tient au fait qu’elle met aussi en scène deux militaires allemands : von Saloo et Oberlieutnan. L’objectif est de faire rire au dépens de l’ennemi et de se venger de lui puisque le lieutenant au nom évocateur von Saloo, entraîné dans un traquenard, sera finalement pris et assommé à coups de bâton.

13La langue de Guignol n’est pas le francoprovençal, la langue dont Lyon a été le berceau et qui y a été parlée jusqu’au XVIIIe siècle. C’est un français populaire et fortement marqué régionalement (il contient donc beaucoup de mots venant du francoprovençal). Il représente le parler des canuts du XIXe siècle, époque où le bruit des métiers à tisser rythmait la vie des Lyonnais. Ce texte, compréhensible par tous, n’est pas, contrairement aux textes occitans ou francoprovençaux, accompagné d’une traduction, mais ont été ajoutés, à sa suite, une présentation de la langue de Guignol ainsi qu’un lexique et un relevé des traits phonétiques et grammaticaux les plus remarquables.

14A tous ces textes écrits ont été ajoutés des témoignages oraux recueillis par Lucien Barou au cours des années 1975-1976 auprès de certains poilus ou de certaines femmes ayant vécu la période de guerre (193-223). Ces textes recueillis en francoprovençal n’apportent pas vraiment d’éléments nouveaux sur le plan historique mais ils font bien apparaître le quotidien et la dangerosité de la vie dans les tranchées, le sort très difficile des blessés sur le front, la vie très pénible des femmes qui doivent seules effectuer tous les travaux des fermes. Dans un des textes est soulignée l’injustice dont a été victime de la part de l’armée française l’un de ses soldats, le sous-lieutenant Jean-Julien Chapelant originaire d’Ampuis dans le Rhône qui, blessé, fut fusillé le 11 octobre 1914 dans la cour du château des Loges près de Beuvraignes dans la Somme, attaché sur un brancard dressé contre un pommier sous le motif « capitulation en rase campagne ». Pourtant, d’après les témoignages rapportés, ce soldat semble avoir eu un comportement exemplaire. Malgré toutes les actions entreprises depuis très longtemps pour sa réhabilitation, il a seulement été déclaré « mort pour la France » le 9 novembre 2012.

15La fin de la préface du Président de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, résume parfaitement le contenu et l’intérêt de cet ouvrage :

Ces textes émeuvent et étonnent par leur diversité : humbles messages venus du front ou à lui destinés, pour exprimer l’amour conjugal et la douleur de l’absence qui se prolonge, chants héroïques destinés à galvaniser les énergies ou à célébrer la victoire, saynètes comiques ou témoignages réalistes sur les épreuves traversées par les poilus, sur les atrocités dont ils ont été les témoins, mais aussi - et c’est peut-être le plus dérangeant - sur le manque de chaleur avec lequel ils furent souvent accueillis à leur retour.

À l’heure où nous célébrons le centenaire d’une guerre particulièrement sanglante, que l’assassinat de Jean Jaurès (grand défenseur de la langue occitane…) n’a pas permis d’éviter, ce livre vient à point pour rappeler le souvenir de tous les poilus qui ont souffert pour la patrie, souvent jusqu’au sacrifice suprême, tout en demeurant fidèles à la langue et à la culture qui les avaient vus naître.

Haut de page

Bibliographie

Martin, Jean-Baptiste, 2014, Les poilus parlaient patois. Documents dialectaux de Rhône-Alpes, Lyon, EMCC, 256 p.

Rauzier, Yves (Ives Rauzier), 2001, L’occitan dins las trencadas, à compte d’auteur, St Sulpice et Cameyrac (33).

Haut de page

Notes

1 « l’éducation d’un félibre »

2 « Fleur de Lorraine »

3 « Le retour des poilus »

4 « Ce qu’on a limé dans la tranchée »

5 « Ta bague »

6 « Qu’on puisse remettre notre chapeau »

7 « Conte bressan »

8 « Mon berger »

9 « Le retour du poilu »

10 « La première permission de Claude Marie »

11 « Une carte postale pas commode »

12 « Une drôle d’histoire »

13 « J’ai vu pleurer les bœufs »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Martin, « Les poilus parlaient patois », Lengas [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 27 mars 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1165  ; DOI : 10.4000/lengas.1165

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Martin

Professeur émérite, Dynamique du Langage
Université de Lyon 2

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals