Navigation – Plan du site

La première « Chanson de Migrane » de Lydie Wilson de Ricard publiée à Paris dès 1875

La primièira « Chanson de Migrane » de Lydie Wilson de Ricard publicada a París tre l'annada 1875
Rose Blin-Mioch

Résumés

Lydie Wilson de Ricard (1850 -1880) n’était pas occitanophone de naissance. Sa correspondance a permis de découvrir son apprentissage du dialecte de Montpellier. En 1877 a paru dans la première Lauseta, almanach des félibres républicains, sous le pseudonyme de « Dulciorella » un texte intitulé « Migrana », en versions occitane et française. Parution ignorée par les chercheurs qui au XXe siècle se sont intéressés à la réponse de N. Peyrat dans La Lauseta de 1878. Nous avions en 2010 attribué la traduction en occitan de « la Migrana » de Lydie à Auguste Fourès (1848-1891) et nous nous étions interrogée sur l’édition de textes en français du vivant de la Félibresse. Mise sur la piste par une lettre de Louis-Xavier de Ricard à Mme Quinet, nous avons trouvé dans le Musée Universel de 1875 (Paris), une toute première « Chanson de Migrane ». Celle-ci permet de vérifier l’intérêt de l’auteure pour l’occitan dès son arrivée à Montpellier et confirme l’autre source de son apprentissage : la langue du peuple.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le Musée Universel, Revue illustrée, Paris, directeur Guy de Binos sur Gallica.fr

1Le Musée Universel1 de septembre 1875 (n° 149 et 150) contient deux textes signés Mme Xavier de Ricard : « Au bord du Lez, Brouillard » daté de décembre 1874 et « Au bord du Lez, Chanson de Migrane », daté d’août de la même année. Ces deux textes ont donc été écrits lors de l’installation du couple Louis-Xavier de Ricard et Lydie Wilson de Ricard au Mas du Diable à Castelnau-le-Lez. Ces publications répondent en partie à la question posée lors de la présentation de ma thèse sur la correspondance de Lydie Wilson de Ricard, la félibresse rouge, en 2010, celle de l’édition de textes de cette auteure en français. Je disais alors : « Si certains textes de cette nature, signés de son nom, ont été publiés en occitan, comme « Migrana », on ne sait si des textes en français l’ont été de son vivant. Nous devrions peut-être en trouver dans la revue Le Musée Universel, où selon une lettre de Louis-Xavier à Mme Hermione Quinet (Août 1875), ce dernier en aurait envoyés à des amis « sans la prévenir » pour impression, regrettant dans la même lettre « la timidité qui l’empêche d’oser publier ». C’est cette « grenade » qui va ici retenir notre attention.

  • 2 Publié chez Lemerre à Paris, par Louis-Xavier de Ricard, dix ans après la mort de Lydie Wilson de R (...)
  • 3 Voir leur publication dans Blin-Mioch 2013.

2Nous allons tout d’abord présenter brièvement Lydie Wilson de Ricard et le noyau fondateur du félibrige républicain en Languedoc : son mari Louis-Xavier de Ricard et le poète audois Auguste Fourès. Nous nous pencherons ensuite sur cette première « Migrane » de Lydie Wilson de Ricard en fonction de son lieu de publication, Paris, et de sa langue. La comparaison avec les autres parutions du texte dans La Lauseta de 1877 puis dans le livre posthume de 1891 Aux bords du Lez2 nous permettra de démontrer une des bases de l’apprentissage de l’occitan pour Lydie Wilson de Ricard : la langue du peuple, l’autre sera, on l’a vu, celle des troubadours. Cette étude se fondera également sur la correspondance du noyau fondateur du Félibrige rouge : le couple Ricard-Wilson et Auguste Fourès. Nous nous interrogerons sur la période de composition de la première Lauseta, de juin à décembre 1876, pour laquelle nous n’avons pas trouvé de lettre de Lydie3.

Lydie Wilson de Ricard

  • 4 L’étoile du Matin : « Et je criais en vain du fond de cette nuit/ Qui m’avait englouti sous son omb (...)
  • 5 On y retrouve les signatures des méridionaux : Paul Arène, Pierre Elzear, Emmanuel des Essard…

3Lydie Wilson est née en 1850 à Paris d’un père d’origine écossaise et d’une mère d’origine flamande. Elle était l’aînée de trois enfants, sa sœur cadette Jeanne Wilson (1852-1877) deviendra en 1876-1877 la « Migueto » et « L’Albeto » d’Auguste Fourès qui jusqu’à sa mort en 1891 lui dédiera de nombreux poèmes. Voisine de la famille Ricard à Paris Lydie a participé au salon littéraire de la Générale de Ricard et assisté à la création du mouvement poétique « Le Parnasse Contemporain », dont son futur mari Louis-Xavier de Ricard était avec Catulle Mendès le co-fondateur. Elle a fait un séjour de deux ans en pension en Angleterre à Kenilworth dans le comté de Warwick. Amie d’enfance de Louis-Xavier de Ricard (1843-1911), leurs relations sont devenues amoureuses au printemps 1872, au retour de celui-ci d’un exil en Suisse après la Commune de Paris à laquelle il avait participé. Lydie Wilson doit alors se battre pour faire accepter son mariage. Louis-Xavier lui fait la cour avec des traductions de Dante et un sonnet « Étoile du Matin » recherché en vain en 2010, ce qui nous avait conduite à faire l’hypothèse d’un poème de Verlaine (Blin-Mioch 2013, 81) avec lequel Louis-Xavier de Ricard était alors très lié. Nous avons retrouvé « Étoile du Matin »4 dans La renaissance littéraire et artistique5 de juillet 1872.

4Le couple Ricard–Wilson s’est marié civilement le 16 Août 1873 à Autouillet, près de Montfort l’Amaury (aujourd’hui dans les Yvelines) où la famille de Lydie avait une résidence secondaire. Après leur mariage les deux époux font des allers retours entre Montpellier et la capitale notamment pour rendre visite au couple Hermione et Edgard Quinet, l’historien philosophe et homme politique républicain, que Louis-Xavier de Ricard appelle dans ses lettres « Maître ».

5Partageant de « communes idées » politiques (Blin-Mioch 2011) ils se sont installés quelques mois après leur mariage dans le Midi, d’abord à Montpellier, puis au Mas du Diable, à Castelnau-le-Lez. Ils quitteront ce mas pittoresque mais spartiate en novembre 1876 pour une villa « plus confortable » située de l’autre côté du Lez dans le quartier du Plan des Quatre Seigneurs à Montpellier qu’ils baptiseront « Mas de la Lauseta ».

6Atteinte de tuberculose, maladie qui ne porte pas encore de nom, comme sa sœur Jeanne qui en en meurt en 1877 à Montpellier, Lydie a vécu ses derniers mois à Paris près de sa mère. Selon sa volonté, elle a été enterrée civilement à Montpellier à une époque, 1880, où ces obsèques étaient un engagement républicain et faisaient encore scandale. Un hommage lui a été rendu au cimetière Saint-Lazare par les socialistes Ernest Jourdan et Antide (Antoine) Boyer. Son engagement républicain se retrouve dans ses lettres à Fourès comme dans ses œuvres françaises. Entre temps à Montpellier poursuivant son écriture poétique en français et en occitan, elle a participé au Félibrige qui a sauté le Rhône en 1876.

  • 6 La République du Midi, sept articles entre le 22 novembre 1875 et le 7 février ­1876.

7Son mari s’était intéressé au renouveau de la langue du Midi et avait écrit son admiration pour Mistral dès son premier recueil Les Chants de l’Aube en 1862 (Ricard 1862). Il n’a entamé une correspondance avec le Maître de Maillane qu’en janvier 1876, soit en même temps qu’il recevait la première publication en occitan d’Auguste Fourès, La Crotz del grand aigat, prélude à une triple correspondance : Fourès-Louis-Xavier de Ricard-Lydie Wilson de Ricard. Louis-Xavier de Ricard avait cependant écrit auparavant dans La République du Midi une série d’articles dont le thème faisait le lien entre « Parnassiens et Félibres »6.

L’apprentissage de « la langue du Midi »

8Nous avions relevé dans les textes français de Lydie parus dans le recueil posthume publié chez Lemerre à Paris par Louis-Xavier de Ricard en 1891 un certain nombre d’expressions saisies ici ou là dans la langue du peuple qu’elle côtoie (Blin-Mioch 2013, 96).

9Cependant dans une des premières lettres à Fourès en mai 1876 Lydie Wilson de Ricard soulignait ses difficultés dans l’apprentissage de la langue qu’elle espère approfondir à partir des volumes des Troubadours de Raynouard (Lettre du 22 Juin 1876) (Blin-Mioch 2013, 169).
Un an après elle n’avait apparemment pas fait beaucoup de progrès, elle écrivait alors à son correspondant : « Je n’aime plus le français et ce languedocien est horriblement difficile à apprendre toute seule sans grammaire comme je le fais, je ne sais pas même mes conjugaisons ! ».
Il faut attendre juillet 1877 et la composition de « La Figuièira » qu’elle dédie à la félibresse gardoise Léontine Goirand pour la voir à l’œuvre dans un texte en languedocien. Ses professeurs et correcteurs Auguste Fourès et Charles de Tourtoulon emploient deux dialectes différents le lauragais pour le premier, celui de Montpellier pour le second (Blin-Mioch 2013, 108-115).

10Lorsque paraissent, en janvier 1877, les premiers poèmes de Lydie Wilson de Ricard en occitan qu’elle signe Na Dulciorella — « Las acourdalhas de Viviana e de Merlin » dans L’Almanach dau Lengadó d’Arnavielle et dans La Lauseta « Loung dau Lez : Migrana » — il s’agit de traductions de poèmes français par Arnavielle et Fourès comme nous l’avons démontré à partir de la différence de dialectes (Blin-Mioch 2013, 108), et comme les lettres de Lydie nous le confirment.

Les commentaires à partir de la première « Migrana » en occitan

11C’est en janvier 1877 le jour même de la visite de ceux que l’on appellera ensuite les félibres rouges à Saint-Germain-en-Laye, de leur rencontre avec le Pasteur Napoléon Peyrat que ce dernier écrit son seul poème publié en occitan : « A Dona Graciorella Milgrana Felibressa de La Lauseta ». Il est en effet daté du 9 janvier dans « La Lauseta » de 1878.

12Napoléon Peyrat (1809-1881), ariégeois exilé à Paris, appartient à un premier temps de la Renaissance d’oc (1830). Pasteur considéré comme « l’Historien du Catharisme », il a publié en 1870 l’Histoire des Albigeois. Sa « Milgrana » est signée « Lou Pyrenean », rappelant son Romancero qui paraît cette même année. Les deux chercheurs qui se sont intéressés au texte de Peyrat (Lafont 1986 et Passerat 1998) n’ont pas retenu la parution de la « Migrana » de Lydie en 1877.

  • 7 Robert Lafont écrit à propos du poème de Peyrat :

13En privilégiant uniquement le choc physique « sentimental »7 de Peyrat à la vue de Lydie et Jeanne les deux auteurs ont presque totalement passé sous silence son poème. Robert Lafont ajoute : « on veut sans doute savoir qui est la dame. Le dépouillement des documents qui nous restent de Fourès, de Ricard, de Peyrat éclaircira le problème ».

14S’il note la date de composition du poème et fait référence à la réception d’une messagère, il ne fait pas clairement allusion à la visite des quatre jeunes gens à St Germain-en-Laye ce jour où comme l’écrit Fourès (1891, 39) :

Al fort rambalh dous troubaire landrejoun
Costo dos sors,- e toutis, parlatejoun
Del Lengodoc lèntan, del gent país (« Las dos nisolas », Janvier 1877)

  • 8 Napoléon Peyrat n’était pas à Avignon pour la Santo Estello de 1876 : sa première rencontre avec Ri (...)

15C’était, excepté pour Louis-Xavier de Ricard, leur première rencontre avec Napoléon Peyrat, si l’on en croit les « papiers », c’est-à-dire la correspondance entre eux, Louis-Xavier de Ricard l’avait vu à Paris en Juin 18768.

  • 9 La fin du poème nous semble pour notre part assez clair « l’amadis X » n’est pas anonyme mais Xavie (...)

16Lafont met cependant ses lecteurs et lectrices sur la piste de Dulciorella9 plutôt que sur celle de Jeanne, sa sœur, en se référant à la parution de la « Migrana » en 1891 dans Aux bords du Lez. On peut penser qu’il n’avait pas remarqué sa parution dans la Lauseta de 1877.

17Ce faisant, à cause du discours androcentrique dominant, nous avons perdu une critique comparée de la part de Lafont de ces deux poèmes qui se répondent d’une Lauseta à l’autre, même si, celui de Lydie venant d’être édité, nous pouvons nous poser la question de sa lecture par Peyrat.

18Nous ne pouvons y répondre d’une façon certaine. Cependant notre connaissance des pratiques du petit groupe nous amène à penser que Louis-Xavier de Ricard qui a une admiration sans borne pour « l’aujol » a dû faire envoyer un des premiers numéros de leur premier almanach à celui-ci dès sa parution, sachant de plus qu’ils allaient le rencontrer.

  • 10 Eugène Baudouin (1842 - 1893) né à Montpellier, peintre, est un des fondateurs de la Cigale de Pari (...)

19La lettre du 18 Janvier 1877 adressée de Paris à Fourès — il est reparti dans le Lauragais n’ayant pas supporté Paris — est, de ce point de vue, lumineuse. Lydie y rapporte la dispute qu'elle vient d'avoir avec le peintre Eugène Baudouin10 à propos de son pseudonyme :

Je lui ai dit entre autres mille choses très raides, que j'avais reçu de vous et de Peyrat, deux baptêmes assez glorieux, pour que je considère mon nom de Dulciorelle, parfaitement digne et sacré désormais, et que je me moquais du reste (Blin-Mioch 2013 :173-174).

20Baptisée « Dulciorella » par Fourès, la « Milgrana » de Peyrat n’est-elle point l’équivalent d’« Extrait de baptême » envoyé par l’Audois à sa filleule toute neuve et écrit le 23 décembre 1876, juste avant le voyage à Paris. Dans celui-ci, intitulé « A Dono Dulciorello », il la compare à Clémence Isaure, la personnification des Jeux floraux de Toulouse.

Les « Migranas » de Lydie Wilson de Ricard

21Jusqu’ici nous considérions la parution de la « Migrana » de Lydie Wilson de Ricard dans Lauseta (1877 : 73) datée d’octobre 1876 comme la première. Nous avons attribué cette version occitane à Fourès, la française étant, elle, pensions-nous, totalement de Lydie.

  • 11 Lettre inédite de Louis-Xavier de Ricard à Hermione Quinet du 17 août 1875, BNF : NAF 15510. XIII R (...)
  • 12 Pour notre part nous n’en avons pas trouvé .

22Louis-Xavier de Ricard n’avait pas précisé dans sa lettre à Hermione Quinet les titres des « deux ou trois impressions naturistes … »11 qu’il avait envoyé à un ami et dont il écrivait « cela a paru » ce qui nous nous renverrait à des textes précédents : la lettre en question étant datée du 17 août12 1875.

  • 13 Rédacteur en chef de La jeune France en 1861, l’année suivante celui de La Voix Nouvelle…

23« La chanson de Migrana » et « Brouillard » ont été publiés sous le surtitre « Au bord du Lez » dans les numéros 149 et 150 du Musée Universel en Septembre 1875. Guy de Binos qui en était le directeur avait déjà exercé dans d’autres revues13 et publiera quelques poèmes dans Le Parnasse contemporain de 1876. C’est à lui, selon toute vraisemblance, que Louis-Xavier de Ricard a adressé les textes de Lydie. Il ne nous a pas échappé que dès 1874-1875 le Lez, ses eaux et ses rives avaient marqué Lydie avec une telle intensité que son mari choisira ce titre pour le recueil posthume en 1891.

24« Migrana » d’octobre 1876 et « La Chanson de la Migrane » écrite en août 1874 sont deux versions d’un même thème, thème que nous avons étudié au travers de la parution de La Lauseta de 1877 (Blin-Mioch 2013 : 86-87). Nous soulignions également l’intérêt qu’elle avait suscité de la part de Roque-Ferrier — qui l’attribuait à Louis-Xavier — dans la Revue des Langues Romanes de janvier 1877.

Lydie Wilson de Ricard, Brouillard

Lydie Wilson de Ricard, Brouillard

Musée Universel, n° 149, 306, BNF Gallica

Lydie Wilson de Ricard, Chanson de Migrane (1874)

Lydie Wilson de Ricard, Chanson de Migrane (1874)

Musée Universel, n° 150, 292-293, BNF Gallica

25En 1891 Louis-Xavier de Ricard insiste sur la volonté de perfection de sa femme :

Ce fut dans le ravissement des sites et des dialectes languedociens que Lydie, très défiante d’elle-même, parce que très exigeante osa commencer à composer ; je me rappelle tout ce qu’il nous a fallut [sic] de persistance, à moi et à quelques amis, parmi lesquels je citerai M de Tourtoulon, pour la décider à publier, non pas ses premiers essais, condamnés par elle impitoyablement, d’un choix qu’elle ne trouvait jamais assez sévère, parmi ceux qui la mécontentaient le moins » (L-X de Ricard 1891 : VIII).

26Comme la « Migrane » de La Lauseta, « La Chanson de Migrane » comporte onze strophes de prose poétique. Notons qu’avec ce genre littéraire, apparu au milieu du XIXe siècle avec Baudelaire et Lautréamont, considéré comme une rupture, Lydie se situe dans la modernité de son temps. Nous pouvons donc penser que la version française de La Lauseta est une réécriture : la première version que Louis-Xavier de Ricard lui avait subtilisée ne satisfaisant pas son auteure.

Une « Migrana » entre deux « Migrane »

27Nous allons prendre ici quelques éléments de comparaison entre ces trois textes, celui paru en 1891 est posthume et ses différences, minimes, ne peuvent être que du fait de Louis-Xavier de Ricard.

  • 14 François-Just-Marie Raynouard (1761 - 1836), le philologue et homme politique français, membre de l (...)

28Avant cela rappelons quelle était la situation de Lydie comme celle de celles et ceux qui voulaient écrire en occitan en 1874. La graphie n’est pas fixée, les dictionnaires sont anciens et Lydie semble-t-il alors n’en possède pas. Plus tard après janvier 1876 le dictionnaire de Godolin (1580-1649) fait des allers retours par la Poste entre Castelnaudary et Castelnau-Le-Lez. Fourès et Louis-Xavier de Ricard se fabriquent alors leurs propres dictionnaires dans le temps où Mistral élabore le Trésor du Félibrige qui paraitra entre 1878 et 1886. En juin 1876 Lydie Wilson de Ricard demandera à son mari de lui rapporter de Paris Les Troubadours de Raynouard14. Mais en 1874, elle n’a ni dictionnaire, ni grammaire.

29Les trois textes ont onze strophes, les deux dernières sont plus longues dans la version de La Lauseta. Dans la dernière en particulier le Lez réapparait avec une reprise avec variation du motif de la première (Que je les aime tes yeux ! Que je t’aime jouvette !).

30L’écriture de la version parue en 1875 se singularise par l’emploi de mots et d’expressions occitans à l’intérieur d’un texte français et a priori pour une revue parisienne ou qui se veut d’envergure nationale.

31Quels sont-ils ?

  • 15 Strophe II : « Que non sai pas què tè dire » ; III : « dourqueto (petite cruche), estabourdis (abas (...)
  • 16 -En graphie normale :

32Ils sont publiés en deux graphies différentes : en italique15, avec ou sans traduction entre parenthèses, ou intégrés à celle du texte16.

  • 17 Dourqueto (petite cruche) est remplacé par plounjoun, qui si on en croit le TDF est plus usité par (...)

33Le texte français de La Lauseta est très proche dans sa syntaxe de la version occitane (Que lous aimi tous iols/ Que je les aime tes yeux ; Et quand d’azard/ Et quand, par hasard). Les mots qui ne sont pas repris17 dans la version occitane sont soit des expressions orales, soit des mots qui dans « La chanson de Migrane » n’avaient pas la bonne signification ; il s’agissait peut-être de vocabulaire recueilli sur les lèvres de l’entourage de Lydie à Castelnau et dont elle n’avait pas compris le sens exact. Certains mots ont été remplacés par le traducteur au profit de son propre vocabulaire du Lauragais (exemple : dourqueto par plounjoun ; Maire suavo par panta-costa). Enfin si les mots ont été recueillis par Lydie dans l’oralité qui l’entoure, ce que les expressions « Té » et « Terré » tendent à démontrer, la terminaison de certains mots en « e » signale l’influence du français sur la langue du peuple (Migrane, galline, nisade). À Castelnau-le-Lez et Montpellier le parler local tend déjà vers le francitan.

Les lettres manquantes

34La réalisation de l’Almanach des félibres languedociens a commencé seulement au retour de Louis-Xavier de Ricard de Paris en été 1876, elle a été avant tout une affaire de correspondance.

35L’élaboration de cette première Lauseta a été décidée lors de la Santo Estello en Avignon. Ils avaient alors élaboré un plan que réclame par courrier en juin Fourès à Louis-Xavier de Ricard. Lydie saisit l’occasion pour lui répondre, son mari étant à Paris :

J'ai cherché ce plan de l'Almanach pendant trois jours [...] j'ai dû prier Louis de vous en envoyer la copie lui-même, et il m'a écrit l'avoir fait (Blin-Mioch 2013).

36N’ayant pas trouvé de lettres de Lydie entre juin et décembre 1876, nous nous appuyons donc sur celles de Louis-Xavier de Ricard à son « cher ami ». Dans celle du 8 septembre il annonce qu’il a retenu pour l’almanach le titre proposé par sa femme :

  • 18 Consultée en 2006 au Collège d'Occitanie Toulouse, actuellement au Cirdoc à Béziers.

Je cherchais un titre comme la Cigale, tout aussi innocent pour nous réunir, nous autres, mais sévèrement cependant et sans promission politique et religieuse : ma femme, je pense l'a trouvé. Elle nous propose, à titre de marraine : = L'Alouette- Il me semble que cela serait bien languedocien, d'apparence bien innofensive [sic] et même en même temps assez joli (Lettre de Ricard à Fourès 8 septembre 187618).

37Dans la lettre suivante, il annonce leur déménagement au plan des Quatre seigneurs et propose à son ami de venir y séjourner à l’occasion du baptême de leur future résidence le « Mas de la Lauseta ». D’après les dates de poèmes d’Auguste Fourès, « L’Albeto » et « Les Vielhis ouliviès », ce dernier a répondu à l’invitation et est resté du 21 au 27 novembre au plan des Quatre Seigneurs. Sa visite précédente au Mas du diable avait eu lieu à l’occasion de la Santo Estello, son sonnet éponyme est daté de « Castelnau le Lez le 19 Mai ».

38Nous pouvons considérer que le languedocien présent dans ce premier almanach est placé sous l’autorité de Fourès :

39- Louis-Xavier de Ricard lui écrit dans la lettre du 14 septembre : « J'envoi auj [sic] tout l'almanac sauf mes articles en languedocien que je vous copie pour vous les envoyer. Dites-moi franchement votre avis et sévèrement même ».

40- « La Migrana » de Lydie n’ayant pu être écrite en languedocien par celle-ci, c’est bien Fourès qui l’a traduite compte tenu du dialecte employé.

41Il nous manque donc des lettres de Lydie Wilson de Ricard ; en effet le ton même du petit billet de début décembre nous le montre, mais aussi le fait qu’elle a été baptisée « Na Dulciorela » par Auguste Fourès dans le poème « La Lauseto a Dono Dulciorelo » dès le 28 septembre 1876 (Les Grilhs, pouesios del Lauragues, 1888), à la suite de la lettre de Louis-Xavier retenant le titre « La Lauseta » pour l’almanach. Le poète a dû le lui envoyer et Na Dulciorella n’a pas dû manquer de lui répondre.

42L’écriture définitive de la « Migrana » par Lydie Wilson de Ricard, datée dans La Lauseta de « Castelnau-le-Lez octobre 1876 » nous permet de formuler deux hypothèses en ce qui concerne les textes de Lydie Wilson de Ricard :

43- Les lettres qui nous manquent pourraient être celles dans lesquelles elle aurait discuté avec lui de sa « Migrana » et de sa traduction.

44- Ces échanges pourraient ou auraient pu nous permettre de confirmer l’influence de la traduction languedocienne de Fourès sur la version française parue dans La Lauseta.

L’occitan dans les revues et journaux parisiens

45La présence de mots occitans, certains sans traduction a pu nous paraître curieuse. Nous avons donc fait une recherche rapide pour déterminer s’il s’agit d’une exception. La Vie Littéraire de Collignon comporte le 20 janvier 1876, une citation (avec traduction) de la préface de Mistral à la Miougrana entre-duberto d’Aubanel, à la une, il est vrai dans un article de Louis-Xavier de Ricard sur la « Vie littéraire en Provence ». En juin 1885, sous la plume de Félicien Champsaur, on trouve dans Le Gaulois à l’occasion de la fête de Florian à Sceaux des citations de la langue sans forcément de traduction. En août 1892 le « Bloc note parisien » sous la signature du pseudonyme « Tout Paris » annonce « La maintenance à Uzès » ; certains mots cités sont traduits d’autres non comme « pégoulade ». En 1877 la Gazette des lettres des sciences et des arts fait état de la Santo Estello d’Avignon en employant le vocabulaire idoine en italique…

Conclusion 

46Trouver ou retrouver un texte d’auteure est toujours un moment d’émotion et d’interrogations. « La Chanson de la Migrane » publiée à Paris en 1875 dans Le Musée Universel a tout d’abord porté une réponse à une interrogation que nous avions eue : Lydie Wilson de Ricard a bien ­­— comme nous le laissait pressentir une lettre de son mari — été publiée à Paris en français, au début de son séjour méridional. Dès août 1874, elle était tombée amoureuse du Lez. Ce texte et « Brouillard » avaient dans la revue parisienne comme surtitre « Aux Bords du Lez », qui sera repris par Louis-Xavier de Ricard en titre du recueil posthume qu’il lui consacrera en 1891.

47La « Chanson » se place en amont de la « Migrana-Migrane » de Lydie Wilson de Ricard que nous connaissions au travers de sa publication dans l’Almanach des félibres du Languedoc en 1877. Elle est différente de la suivante qui a été élaborée en fonction de la publication de deux versions, une languedocienne et une française, dans cette première Lauseta. Nous avions démontré précédemment que la « Migrana » occitane était une traduction de Fourès en nous basant sur le dialecte employé et du fait que Lydie expliquait dans ses lettres au poète audois qu’elle ne connaissait pas l’occitan. La « Chanson de la Migrana » nous permet de supposer grâce à la datation de la version de la Lauseta, que la traduction de Fourès a pu influencer la version française. Hypothèse que nous permettraient de confirmer les lettres échangées entre Lydie et Fourès, si elles existent, entre juin et décembre 1876, et qui pourraient être sur le modèle de celles que nous possédons sur l’écriture de « La Figuiera  ». La présence de mots occitans, traduits ou non, dans la « Chanson » confirme l’écoute du peuple par Lydie, écoute de l’oralité qui peut être prise en défaut par une mauvaise traduction de certains de ces mots. Cette écoute nous montre avec des terminaisons en « e » l’influence grandissante du français tant à Castelnau le Lez qu’à Montpellier. Enfin nous interrogeant sur la présence de mots occitans dans la presse parisienne, il nous est apparu que ce n’était pas une exception dans cette fin du XIXe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Blin-Mioch, Rose, 2010, Étude critique de la correspondance de Lydie Wilson de Ricard (1850 - 1880), université Montpellier 3, Thèse sous la direction de Philippe Martel.

Blin-Mioch, Rose, 2011, « Les ‟ Communes idées ” de Louis-Xavier de Ricard et Lydie Wilson de Ricard à leur arrivée à Montpellier », Études héraultaises, Montpellier, AVL diffusion, n° 41, 139-146.

Blin-Mioch, Rose, 2013 Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880), Mercuès, PULM.

Carbasse, Jean-Marie, 1977, Louis- Xavier de Ricard Félibre Rouge, Millau, éditions Mireille Lacave.

Durranc, Édouard, La République du Midi, 1875-1879 ; Médiathèque Émile Zola, agglomération de Montpellier, Base Patrimoine, cote 1547.

Fourès, Auguste, 1875, La croux del grand aigat, Montpellier, Hamelin.

Fourès, Auguste, 1888, Les Grilhs, pouesios del Lauragues, Paris, Maisonneuve et Leclerc.

Fourès, Auguste,1891, Les cants del solelh, Carcassonne Imprimerie G. Servières.

Lafont, Robert, 1974, La revendication occitane, Ligugé, Flammarion.

Lafont, Robert, 1986, « Napoléon Peyrat et le « jeu littéraire » de galanteries Félibréennes », Lengas, n° 19, 153-159.

La Renaissance littéraire et artistique, Paris, gérant Jean Aicard sur GALLICA.

Le gaulois littéraire et politique, quotidien, Paris, Directeur de publication (1868-1929) Pène, Henri de.

Mendes, Catulle & Ricard, Louis-Xavier de, 1866, 1869 - 1876, Le Parnasse Contemporain, Paris, A Lemerre.

Musée universel, revue illustrée hebdomadaire, Paris : [s.n.], [1872] [1878].
Passerat, Georges, 1998, « Napoléon Peyrat et le Félibrige », dans Cabanell, Patrick, & Robert, Philippe de (eds), Cathares et Camisards, l'œuvre de Napoléon Peyrat (1809-1881), 1998, Montpellier, Les presses du Languedoc, 205-216.

Ricard, Louis-Xavier de, 1862, Les chants de l'aube, Paris, Poulet-Malassis.

Ricard, Louis-Xavier de, 1872, « L’étoile du matin », La Renaissance Littéraire et Artistique, N° 13, 20.

Ricard, Louis-Xavier de, 1877, La Lauseta, Armanac dal Patriotò lengadocian, mitat francés, mitat lengo d'oc per l'an 1877, Le Puy en Velay, Marchessou, Paris : Sandoz et Fischbacher.

Ricard, Louis-Xavier de, 1878, La Lauseta (l'Alauseto - La Lauseto, -l'alouette) Armanac del patriota lati per L'Espagna, la França (la dau meijorn ou Occitania e la dau Nord) l'Italia, lou Portugal, la Roumania, la Suissa, dins las parladuras d'aqueles païses (embé la traduccion francesa), Mountpelié, Societat Latina.

Ricard, Louis-Xavier de (préfacier), 1891, Wilson de Ricard, Lydie, Aux bords du lez, Paris, Lemerre.

Roque-Ferrier, Alphonse, 1877, « Quatre Almanachs en Langue d'Oc », Revue des Langues Romanes, Série 2, Vol 3, 263-268.

Haut de page

Notes

1 Le Musée Universel, Revue illustrée, Paris, directeur Guy de Binos sur Gallica.fr

2 Publié chez Lemerre à Paris, par Louis-Xavier de Ricard, dix ans après la mort de Lydie Wilson de Ricard.

3 Voir leur publication dans Blin-Mioch 2013.

4 L’étoile du Matin : « Et je criais en vain du fond de cette nuit/ Qui m’avait englouti sous son ombre mouvante/Pâle et les bras tendus j’errais dans l’épouvante/ Vague qui remuait les ténèbres sans bruit. // L’implacable inconnu m’obsède et me poursuit/ Mes forces vont fléchir sous mon âme pesante :/ J’hésite interrogeant du cœur l’horreur croissante/De l’ombre désolée et morne où rien ne luit. // Quand cessera l’angoisse obscure où je chemine ?/ Je ne puis pas prévoir l’aube qui la termine : / Comme un désespéré je regarde les cieux. // Et voici qu’un rayon ineffable, encor pâle, /Profond et qui paraît vivant comme des yeux, /M’annonce à l’Orient l’étoile matinale. » Louis-Xavier de Ricard

5 On y retrouve les signatures des méridionaux : Paul Arène, Pierre Elzear, Emmanuel des Essard…

6 La République du Midi, sept articles entre le 22 novembre 1875 et le 7 février ­1876.

7 Robert Lafont écrit à propos du poème de Peyrat :

Nous découvrons là un curieux mais après tout très normal incident sentimental. Le poète exilé voit venir à lui une jeune femme, qui incarne les charmes du pays perdu, et qui possède ses propres charmes. Il est pour elle, contre ses habitudes, en contre point à l’image qu’on s’est faite de lui, un galant poétique : le poème a une allure de Madrigal.

8 Napoléon Peyrat n’était pas à Avignon pour la Santo Estello de 1876 : sa première rencontre avec Ricard date de juin et celle avec Fourès de janvier 1877 . (Voir lettre de Lydie du 18 janvier 1877, Blin-Mioch 2013 : 175)

9 La fin du poème nous semble pour notre part assez clair « l’amadis X » n’est pas anonyme mais Xavier… de Ricard !

10 Eugène Baudouin (1842 - 1893) né à Montpellier, peintre, est un des fondateurs de la Cigale de Paris avec le couple Ricard .Il en deviendra un des deux secrétaires avec Maurice Faure évinçant Louis-Xavier de Ricard de cette création, c’est le sujet de la lettre adressée à Mistral par Lydie Wilson, lettre publiée en 1974 par Jean-Marie Carbasse et que nous avons reprise dans notre ouvrage  Lettres de la Félibresse Rouge en 2013 .

11 Lettre inédite de Louis-Xavier de Ricard à Hermione Quinet du 17 août 1875, BNF : NAF 15510. XIII Raffalovich- Ziemecki F 41 – 48.

12 Pour notre part nous n’en avons pas trouvé .

13 Rédacteur en chef de La jeune France en 1861, l’année suivante celui de La Voix Nouvelle…

14 François-Just-Marie Raynouard (1761 - 1836), le philologue et homme politique français, membre de l’académie française en 1807 qui étudia les langues romanes.

15 Strophe II : « Que non sai pas què tè dire » ; III : « dourqueto (petite cruche), estabourdis (abasourdis) ; IV : també (aussi),fouligauds (folâtres), brounzinaire (murmurant), esparpaillent (écarquillant), eigagnos (roses sauvages) ; V : tè, poulido (jolie) ; VII :miaugrano(grenade), Maire-siouvo (chèvre-feuille) ; VIII :gunigarroun (mésange) ; IX : nisade(nichèe), enfantounets [sans traduction], pécaïre[sans traduction] ; X : abaudis[sans traduction] ; XI : poulido, terè [sans traduction].

16 -En graphie normale :

II : aî las, galline ;V : cabussant ; VII : s’amadure ;IX : bouquette, amiguette, dret, eigagno.

La traduction occitane reprend les mots parus en 1875 (II ; III ; seul fouligauds pour IV ; Té pour V ; miaugrano pour VI ; VII ; IX : bouqueta, nisada; X) .

17 Dourqueto (petite cruche) est remplacé par plounjoun, qui si on en croit le TDF est plus usité par Fourès ce qui permet d’introduire sourguetta qui a les mêmes sonorités ; Brounzinaire (traduit murmurant version 1875 ; mais « qui bourdonne, qui gronde » dans Alibert) remplacé par cascaiaire (qui glousse qui gazouille) traduit par caqueteur dans la version française ; Eigagnos : Eigagno : rosée tombée pendant la nuit (TdF) et non roses sauvages comme traduit en 1875 remplacé dans IX par baies ; poulido (jolie) a été enlevé une autre expression répondant au Tè du début Vè dans la version française et bé dans l’occitane.

La Migrane du VI a été remplacée par Mignone et mignota ; Maire siouvo (chevre-Feuille) dans la version de 1875 devient panta-costa autre nom de la même plante peut-être plus usité en Lauragais ; Gunigarroun (mésange) remplacé par Aucelet ; Amiguette non traduit ; Enfantounnets repris dans la version française de La Lauseta, mais traduit par ninarels dans l’occitane ; poulido remplacé par Joubetta, Teré expression orale non reprise.

18 Consultée en 2006 au Collège d'Occitanie Toulouse, actuellement au Cirdoc à Béziers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lydie Wilson de Ricard, Brouillard
Crédits Musée Universel, n° 149, 306, BNF Gallica
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Lydie Wilson de Ricard, Chanson de Migrane (1874)
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Crédits Musée Universel, n° 150, 292-293, BNF Gallica
URL http://journals.openedition.org/lengas/docannexe/image/746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Blin-Mioch, « La première « Chanson de Migrane » de Lydie Wilson de Ricard publiée à Paris dès 1875 », Lengas [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lengas/746

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals