Navigation – Plan du site

Les parlers urbains vus par les nomades

Des discours autours des villes et des langues
Los parlars urbans vistes pels nomadas
Souheila Hedid

Résumés

Les données exploitées dans cette étude découlent d’une enquête de terrain menée dans la ville de Constantine auprès d’une tribu nomade « Ouled Nail ». L’objectif était de comprendre les représentations sociolinguistiques que ces locuteurs développent autours des différents parlers urbains qu’ils rencontrent au cours de leurs déplacements. L’étude se base ainsi sur une analyse épilinguistique d’un corpus authentique composé principalement d’entretiens. L’arrière plan méthodologique de cette recherche est fondé sur une triangulation des outils d’investigation, une démarche qui nous a permis de valider les données collectées et de confirmer les résultats obtenus.

Haut de page

Texte intégral

« Nous, les âmes nomades, avons le culte des vestiges et du pèlerinage. Nous ne bâtissons rien de durable, mais nous laissons des traces. Et quelques bruits qui s’attardent ».
Amin MAALOUF. Origines. 2004. P 269

1Les perspectives méthodologiques que la ville offre aux chercheurs en sociolinguistique urbaine sont multiples (Calvet 1994, Juillard 1995, Bulot 2009, Hedid 2013). Les techniques utilisées, les approches adoptées, les thèmes traités présentent une extrême hétérogénéité. Cependant, l’objet d’étude a souvent été stable et s’est référé principalement aux axes tels que : la ville, comme générateur de variation (Mondada 2000, Moise & Lajarge 2005, Calvet1994, Benramdane 2002) et le locuteur urbain comme acteur social, émetteur et récepteur de la complexité de la ville (Moise 2002, Billiez& Trimaille 2003, Bertucci 2003, 2010, Ledgene 2007) quant aux travaux qui se sont focalisés sur la covariance entre les deux entités (T. Bulot 2004, Bulot & Veschambre 2006.Veschambre & Ripoll 2005), ils ont sollicité et traité souvent des corpus, bien que hétérogènes, basés principalement sur les deux axes déjà identifiés à savoir les informateurs urbains et l’espace ville.

2La littérature de spécialité témoigne de l’omniprésence de ces points de repère dans les travaux présentés. La centralisation sur l’un ou sur l’autre est devenue un des aspects saillants des recherches en sociolinguistique urbaine. Ainsi, le parler urbain, les pratiques langagières des locuteurs, ainsi que les représentations sociolinguistiques relatives à la ville ont souvent été étudiés à partir du même postulat selon lequel la ville doit être abordée de l’intérieur. Seules les connexions qui viennent du centre sont susceptibles de nous renseigner sur les particularités de la ville et sur son contexte sociolinguistique.

3Dans la présente étude, nous proposons un autre postulat du départ. Nous estimons que le regard externe est parfaitement utile dans la compréhension de l’espace urbain et l’appréhension de sa complexité. Les locuteurs de passage, ceux qui viennent d’ailleurs et qui vivent sur d’autres territoires sont porteurs d’un autre discours et d’autres représentations. Le déplacement d’une ville à une autre leur permet un contact permanent avec plusieurs contextes sociolinguistiques et avec des variétés linguistiques parfois très différentes.

4Dans le monde arabe, les gens du voyage ou les nomades tiennent un rapport différent avec la ville (Tillion 1966). Ces locuteurs de passage considèrent l’espace urbain d’un autre point de vue. Le contact temporaire, provisoire et momentané qu’ils ont avec plusieurs villes laisse apparaître un ensemble de représentations et une kyrielle de discours intéressante de tous points de vue (Ibn Khaldoun1863). Les villes défilent sur leurs passages et cela constitue un corpus sociolinguistique intéressant pour toute étude sur la ville.

5Nous allons interroger la ville à partir des discours élaborés par des locuteurs nomades. Les récits qu’ils tiennent sur les différents territoires urbains qu’ils ont côtoyés, ce qu’ils pensent des codes linguistiques qu’ils rencontrent, leurs représentations sociolinguistiques seront examinées selon le paradigme de l’espace (unificateur ou séparateur). Ainsi, nous allons considérer que les discours tenus par les nomades sur leurs voyages entre les villes sont susceptibles d’attribuer aux sciences du langage plus d’éclairage sur la situation sociolinguistique de la ville arabe.

6Dans ce cas, plusieurs questions se posent :

  • Quels discours tiennent les nomades sur les parlers urbains qu’ils rencontrent sur leurs passages ?

  • Quels critères, quels paramètres prennent-ils pour construire ces discours épilinguistiques ?

7Une enquête de terrain avec des tributs nomades est susceptible de répondre à nos interrogations.

Les communautés nomades comme lieu d’enquête

8La tradition sociologique nous livre une description assez précise de certaines tribus nomades du nord africain. Leurs origines, leurs filiations, leurs traditions (Tillion 1966) sont identifiées en fonction de quelques dates importantes telles que les deux vagues d’arabisation (Ibn Khaldoun, Traduction de Slane, t. I, p. 215). Les historiens évoquent souvent un bassin méditerranéen assez mouvementé, convoité par de nombreux colonisateurs, une population arabo-berbère rangée par une « hostilité entre les nomades et les sédentaires, avec parfois une domination des sédentaires par les nomades » (Tillion 1966 : 136). Dans ce Maghreb, les questions relatives aux relations entre les nomades et les sédentaires étaient un classique. Les différentes comparaisons faites insistent sur les rapports de force au sein de chaque groupe. La structure de la tribu nomade est assez semblable à celle des tribus arabes. Le groupe est géré par un chef de clan le plus souvent le père ou le frère aîné. Ce dernier dispose d’une sorte de Conseil composé principalement par les autres frères et les cousins, une instance qui discute les décisions du groupe et qui s’occupe de tracer la politique de la tribu, les jeunes prennent en charge d’autres tâches telles que la bergerie, les transactions commerciales…les femmes restent présentes et partagent parfois les tâches très difficiles dans les foyers et dans les pâturages. Mauss (1926) en évoquant la morphologie sociale détermine trois critères importants pour un meilleur cadrage de toute communauté sociale à savoir : la démographie, la géographie sociale, la technomorphologie.

9Les communautés nomades se défissent ainsi comme de minuscules sociétés à l’intérieur d’une grande société. À première vue, ces tribus semblent se construire comme un amas, solide, et impénétrable, mais une étude approfondie de leur composition laisse apparaître des distinctions importantes. Ainsi, en Afrique du nord, plusieurs distinctions sont à mentionner entre les tribus nomades maghrébines selon la langue qu’ils utilisent. Ceux qui parlent arabe (les Maures) suivent une filiation patrilinéaire, ceux qui parlent berbère (les Touaregs) suivant une filiation matrilinéaire (Dupire 1964, Bonte 2006). De ce fait, la morphologie même de leurs groupes devient particulière, donnant lieu à une hétérogénéité qui rend l’étude de leur carte sociolinguistique difficile à établir.

10Ce qu’il faut prendre en considération cependant, est le fait que le terrain choisi ici est loin d’être facile à aborder. La méditerranée, qui a souvent été un berceau des communautés nomades est devenue aujourd’hui un territoire plurilingue et multiculturelle, Lachkar (2012 : 9) explique :

En effet, la Méditerranée avec ses pays du nord et ceux du sud, constitue aujourd’hui un des espaces les plus marqués par le déplacement des personnes, les migrations individuelles et collectives, le plurilinguisme, le multiculturalisme, la mixité et la diversité des cultures, des couleurs, des idéologies, des croyances et des religions. Ces caractéristiques font de la méditerranée à la fois un lieu d’hospitalité et d’accueil dans lequel chacun, individu et nations, trouve sa place, et aussi un lieu de tension dans lequel les injustices sociales, les discriminations (racisme, xénophobie, islamophobie, etc.), l’exclusion et la marginalisation par rapport aux autres sont mises en valeur.

11Au Maghreb, les tribus nomades sont nombreuses. Aujourd’hui elles couvrent de larges espaces notamment dans le Sahara et l’Atlas. Difficiles à pénétrer, ces communautés demandent pour qu’elles soient bien étudiées, à ce que l’enquêteur soit bien informé sur leur organisation interne et sur leur vision du monde. En effet, les malentendus peuvent être, au cours d’une enquête sociolinguistique un véritable obstacle. Les données anthropologiques disponibles jusqu’à nos jours nous renseignent sur les spécificités de ces ethnies et sur les rapports particuliers qu’ils entretiennent avec les communautés sédentaires et avec la société dans laquelle ils vivent en général. Le nomadisme fait qu’ils sont souvent confrontés à une structure socioculturelle différente et les oblige à s’adapter au contexte d’accueil.

Les informateurs clés dans la tribu nomade

12Les premiers travaux anthropologiques montrent que les tributs nomades ont été traités selon des méthodologies différentes car exposant des problématiques différentes. Ibn Khaldoun (1852) a consacré de longs développements à ces peuples. Le plus intéressant à retenir dans notre cas, est l’importance de les appréhender de très près, de les côtoyer afin de mieux les comprendre. L’on comprend aisément que seul un nomade natif peut être un bon informateur et un bon représentant de sa communauté. Le regard que l’enquêteur (historien, anthropologue, linguiste…) porte sur cet objet d’étude doit être modélisé selon des données authentiques récoltées dans des investigations de terrain, d’observations participantes, d’entretiens,…des techniques qualitatives qui permettent d’approcher une population sans se heurter à la sensibilité de ses membres.

13L’enquête que nous présentons ici se base sur la technique de l’informateur clé. L’approche a fait ses preuves dans les études anthropologiques (Hugues 1977, Zimmerman et Weider 1977, Collerette 1995) et constitue dans ce cas, le moyen idéal pour approcher la communauté des nomades. Infiltrer un groupe assez solide devient dans le cas d’une enquête sociolinguistique une tâche presque impossible. L’enquêteur se voit dans l’obligation de recourir aux locuteurs natifs pour avoir un corpus représentatif à partir d’un regard in situ.

14La technique en question consiste à sélectionner quelques informateurs, qui peuvent être les plus influents dans leur communauté. Pour définir cette démarche, P. Collerette explique que l’informateur clé « est un individu choisi au sein d’un système social pour sa capacité à refléter adéquatement la pensée d’un ou de certains groupes » (P. Collerette.2009 :118). Vu ainsi, le protocole de notre investigation se dessine de plus en plus. Ainsi, nous devons tout d’abord procéder à un repérage au sein de la tribu pour sélectionner la personne qui peut refléter la pensée de la tribu. Pour mieux définir le profil de cet informateur, M.Q. Patton avance que ces enquêtés sont « des personnes particulièrement bien informées et articulées- des personnes dont les intuitions peuvent s’avérer très utiles pour aider un observateur à comprendre ce qui se passe » (Patton 1990 :263).

15En effet, l’objectif de ce choix méthodologique consiste à explorer des terrains plus au moins hostiles aux investigations sociolinguistiques et au contact direct tirant l’enseignement des expériences qui lui étaient auparavant inaccessibles. Cette technique permet par ailleurs une interprétation plus précise des données collectées. Le fait est que le chercheur est orienté dans la lecture de son corpus ; son informateur étant connaisseur de sa communauté, de ses pratiques socioculturelles et langagières. Il devient pour l’analyse excellent guide et conseilleur incontournable.

16Notre enquête a commencé au mois d’août 2013 par un tour d’horizon dans toute la wilaya de Constantine et de ses environs. L’objectif est de repérer les campements des familles nomades et d’établir un descriptif nous permettant de mieux comprendre le processus de déplacement de ces tribus.

17Les premières données collectées révèlent la forte présence des familles issues de la tribu de Ouled Naïl venue de Biskra (le Sud Est du pays), d’autres tribus originaires de Tébessa, de Khenchla sont concernées par cette enquête mais elles sont moins nombreuses que la première. Doc, nous envisagions de focaliser notre attention sur les Ouled Nail, car nous estimons que grâce à leur nombre nous aurons un accès plus facile à leur communauté et nous pouvons disposer ainsi un corpus consistant.

18Contrairement à nos attentes, le contact avec les locuteurs de cette tribu était trop difficile ; nous avons été contrainte de revenir trois fois sur les lieux pour essayer d’entamer une discussion avec le chef de la tribu mais en vain. Après ces tentatives, nous avons compris que l’enquête doit être orientée vers un autre locuteur qui peut nous faciliter l’accès. Nous avons remarqué que parmi les membres de la famille les plus communicatifs était le berger, ce jeune homme que nous avons croisé (avant d’entamer notre enquête) sur les bords de la route, au moment où il surveillait son troupeau et qui nous a bien reçue, a répondu à toutes nos questions. Cette rencontre inattendue et providentielle était effectivement bénéfique. Il a ainsi exposé les objectifs de l’étude à son oncle paternel (le chef de la tribu) lequel nous a accordé un rendez-vous suite à l’intervention de son neveu.

19Le chef nous a effectivement reçu et a répondu à toutes nos questions. Quatre outils d’investigation ont été utilisés afin d’établir notre corpus : un enregistrement audio, un entretien, une observation et une prise de notes. Cette triangulation méthodologique (Savoie-Zajc 2009) permet un meilleur cadrage de la communauté étudiée. Concernant la sélection de notre informateur clé, notre choix a porté tout d’abord et uniquement sur le chef de la tribu, car, vu son statut de responsable, il était bien placé pour nous orienter et pour répondre à toutes nos questions, mais après avoir remarqué la disponibilité du jeune berger, nous avons décidé de l’intégrer dans l’enquête et de le considérer comme un informateur au même titre que son oncle, le chef de la tribu.

Chez la tribu Ouled Naïl : une enquête sociolinguistique

20La recherche des origines de la tribu des Ouled Nail s’avère difficile. Les documents disponibles retracent trois branches presque différentes. La première source, celle d’Élisée Reclus (1905, 552) indique que cette tribu est d’origine arabe. Il estime qu’elle est venue au Maghreb au XIème siècle avec la première vague d’arabisation. D’origine hilalienne, les familles se sont établies dans les régions du Sud algérien, s’étalant jusqu’au centre du pays et au sud de la capitale (Djelfa, Bousaada). Dans cette même lignée, P. Garrafel (2004 : 595-560) affirme : 

Les tribus arabes les plus importantes de l’Algérie sont, pour la province de Constantine, dans de telle : Hanencha, Nemencha, Haracta, Ouled Sidi Yahia Ben Taleb, Eulma, Ameur-Raraba, Ouled Sellem, Ouled Sultan, Ouled Ali Ben Sabor, et dans le Sahara, les Ouled Nail, les Ouled Moulat, et Ouled Saïah. Les Ouled Nail sont la plus considérables de ces tribus. Ils se divisent en deux grandes fractions nommées, à cause de leur position, Cheraga ou de l’est et Reraba ou de l’ouest. Ils sont industrieux et commerçants, bons et hospitaliers, mais de mœurs fort dissolues. Leurs filles, très réputées par leur beauté, jouissent du triste privilège d’être sacrifiées. Depuis leurs tendres années, à la vénus banale. La prostitution dans cette tribu est une véritable institution.

21Les études sociologiques faites ici insistent sur l’organisation de cette communauté et la répartition des rôles entre ses membres.

22L’affiliation arabe de cette tribu, nous renseigne sur son image linguistique, celle il s'agit d'une société tribale berbère fortement arabisée, pratiquant un dialecte spécifique, fortement influencé par les traits phonétiques et phonologiques de la langue arabe.

23La seconde source est dictée par la Généalogie établie par Achmawi (1678) qui pense que :

Sidi Naïl souche des Oulad Naïl descendait de Moulai Idris el Kebir. Ses quartiers de noblesse sont établis avec une scrupuleuse exactitude par la généalogie suivante qui comprend celle du Prophète1.

24Ainsi, il semble que les Oulad Nail soient affiliés à la tribu d’Idris du Maroc Dermenghem (1956)2 :

  • 3 Une dynastie qui a régné au Maghreb (au Maroc surtout)

La vie de Sidi Naïl ben Naïl semble avoir rempli tout le XVIème siècle. On donne comme dates approximatives 1500-1594. D'une famille de chorfa idrisside3, comme il convient, venu du Figuig, il aurait été l'un des " égorgés " de Sidi Ahmed ben Youssef, enterré à Miliana en 1517 : pour mettre à l'épreuve ses fidèles, Sidi Ahmed ben Youssef avait fait semblant d'avoir, sur un ordre divin, à égorger ses sept meilleurs disciples, seul le sang des moutons' avait coulé, mais le maître savait désormais sur qui compter ; ces hommes pouvaient être entre les mains de leur cheikh " comme le cadavre entre les mains du laveur des morts ".

25La difficulté qui surgit à chaque fois que l’on tente de retracer l’origine de cette tribu selon plusieurs récits relatant des évènements et des faits. Aujourd’hui, les recherches en sociologie la désignent comme une communauté tribale berbère arabisée, ce qui regroupe les récits relatés.

26Aujourd’hui, peu de choses ont changé. Les Ouled Naïl vivent toujours en communauté comme avant, leur mode de vie n’a pas beaucoup évolué. Les familles vivent grâce au commerce, le nomadisme est plus qu’une activité commerciale. Ces nomades se déplacent pour vivre, ils effectuent de longs voyages en fonction des pâturages et n’hésitent pas à louer (avec des prix parfois exorbitants) de larges champs pour installer leurs campements dans les villes de l’Est et surtout à Constantine.

27Comme nous l’avons expliqué auparavant, l’accès à cette tribu était malaisé. L’aspect tribal fait que ces communautés sont fermées et peu communicatives. Elles ne s’ouvrent pas aux étrangers, et si le besoin de parler à l’autre s’impose, les nomades font tout pour aller vers l’autre de manière à ne pas ouvrir la voie à quelqu’un de l’extérieur.

La question linguistique chez les Ouled Nail ou l’unilinguisme tribal 

28Notre enquête s’engage avec le chef de la tribu. Cette rencontre nous a permis de comprendre l’organigramme de la famille et la distribution des rôles des ses membres. Nos premières questions étaient des interrogations survol, dont le but est de comprendre l’environnement sociolinguistique, économique de la famille. Selon ce dernier, tous les membres de la famille parlent arabe. Aucun d’entre eux ne maîtrise et ne connaît une autre langue. L’unilinguisme vénéré est évoqué sur un ton de gloire. La scolarisation chez cette famille n’est pas une priorité, les enfants ne vont pas à l’école et les connaissances nécessaires à la vie sont apprises dans la tribu avec et par la famille. La question linguistique ne constitue pas un problème car de toute manière tout est imposé par la loi de la famille et si cette dernière a opté pour l’arabe, les enfants et les jeunes ne peuvent pas s’y opposer.

29En l’absence de toute trace féminine au cours de la rencontre, nous avons posé la question à notre informateur en espérant qu’il va nous permettre de parler directement aux femmes de la tribu. Il nous a expliqué que les femmes ne peuvent pas recevoir les étrangers et que seuls les hommes peuvent répondre à mes questions. De plus, (selon lui) les femmes ne peuvent pas me dire autre chose que ce que le chef de la tribu avait avancé, il nous a expliqué qu’elles ne parlent que l’arabe algérien et rien que l’arabe algérien.

30Dans le contexte sociolinguistique des familles nomades, les langues sont avant tout une question d’héritage que l’on doit préserver. Pour répondre à une question sur la structure de la famille, notre informateur nous a expliqué que dès l’âge de 17 ans les garçons et les filles doivent se marier. Les filles doivent quitter la famille pour suivre leurs maris, mais les garçons restent obligatoirement avec leurs frères pour préserver l’union de la tribu. Ainsi, la langue de la famille se préserve facilement, les seuls éléments étrangers sont les éventuels codes linguistiques que sont les langues maternelles de leurs épouses. Le contact avec les langues étrangères est presque nul. Les seules occasions où ces locuteurs croisent d’autres variétés linguistiques sont les transactions commerciales avec les habitants des villes qu’ils visitent, durant les consultations médicales chez les médecins, ou encore lorsqu’ils reçoivent des médecins vétérinaires pour la vaccination de leur bétail.

  • 4 Une déclaration qui m’a bouleversé. Suite à cette visite, j’ai commencé à réfléchir sur un projet p (...)

31Dans cet un univers linguistique opaque, fermé, voire trop protecteur, les enfants sont privés d’école. La scolarisation n’est pas une priorité, ni une obligation. Le jeune berger nous a expliqué que de toute manière, l’école ne servait à rien à ses yeux. Il ne pouvait pas devenir docteur ni avocat alors qu’il est nomade4. En effet, le nomadisme empêche les enfants d’avoir une vie stable et de fréquenter une école comme les autres enfants. Ainsi, leur répertoire verbal ne peut pas s’épanouir, leurs pratiques langagières deviennent de plus en plus stables. Leurs représentations sociolinguistiques sur le monde extérieur deviennent plus riches et plus productives. Elles sont alimentées principalement de leur imaginaire et de leurs discours épilinguistiques fondés sur un monde extérieur, étranger qu’ils ne pénètrent que rarement.

Les parlers urbains vus par les nomades : les fondements des représentations

32La première donnée que nous avons confirmée après ces courts entretiens avec les deux informateurs est que l’arabe est la langue dominante. Le français ne figure que dans des items qui ont intégré le parler algérien, faisant partie de ce que D. Caubet appelle le français algérianisé (Caulet 2009 : 26) des termes tels que : normal, camion, automobile, traitement… que nous avons détecté lors de l’interaction avec les informateurs clés. Cet usage ne permet pas d’exclure le français, mais il ne lui accorde pas non plus le statut de langue très utilisée. Cependant, sa quasi absence dans les discours épilinguistiques des informateurs est assez révélatrice, non seulement d’une surestimation de l’arabe, mais d’une tentative d’accentuer l’unilinguisme arabe qui semble tant apprécié par les nomade.

33Le paysage sociolinguistique de la tribu une fois déterminé en matière de langue, nous passons au volet qui nous intéresse le plus, celui des parlers et des variétés dialectales. Les questions de cette partie visent à examiner les représentations sociolinguistiques des informateurs clé et de comprendre les facteurs sous-jacents la construction de leurs discours épilinguistiques.

  • 5 Dont la définition dans les dictionnaires arabes donne « Les gens du désert et de ses habitants des (...)

34D’emblée, nous avons tenté de rapprocher les images et d’interpeller le chef de la tribu sur le nom que les Constantinois utilisent pour désigner leur communauté nomade. « El Aourbane »5, la désignation que tout le monde emploie pour les évoquer. Le chef de la tribu a répondu que le terme ne le dérange pas, sauf dans les cas où il est employé juste pour se moquer d’eux. Il explique que :

les Constantinois utilisent généralement ce mot non pas pour parler de nous mais pour nous dévaloriser. Ils pensent peut-être que nous avons honte d’être Aourbanes. C’est leur façon de prononcer qui est blessante voire même insolente.

35À partir de cette déclaration, d’autres schémas interprétatifs se sont clarifiés…les premiers éléments épilinguistiques relatifs aux représentations des parlers commencent à prendre forme. L’idée d’introduire la question sur le terme de désignation était en réalité un déclencheur de tout le processus.

36Profitant de cette déclaration, je demandais des clarifications sur ce que l’informateur voulait dire par « leur façon de prononcer ». La question posée était pour le chef de la tribu comme une occasion pour extérioriser une colère refoulée. Il dit : 

le parler de Constantine est trop efféminé…vos hommes parlent comme les femmes, et lorsqu’ils s’adressent à nous dans les commerces, et dans les marchés ils nous considèrent comme des marginaux, ils pensent que nous ne comprenons rien et que nous sommes d’une autre planète, ils imitent notre parler et le ridiculisent….

37Plusieurs données épilinguistiques découlent de cette affirmation. À première vue, les représentations qui se dégagent sont toutes négatives. L’informateur construit une argumentation basée sur plusieurs paramètres. Le premier élément défavorisant évoqué est le fait que le parler urbain de Constantine serait « efféminé ».

38La comparaison faite ici est basée uniquement sur les pratiques langagières des hommes constantinois. Le rapprochement entre leur parler et celui des femmes est dû au fait que ces locuteurs adoptent un parler moqueur et peu sérieux. L’informateur explique que les Constantinois se moquent des nomades et de leur parler. Ils sont donc efféminés car ils adoptent un langage digne des femmes et non des hommes.

Des discours ségrégatifs

39De plus, le témoignage évoque notamment des discours ségrégatifs tenus à l’égard des locuteurs nomades, les considérant comme des marginaux. L’exclusion n’est pas uniquement comportementale, elle est aussi langagière. Le non-partage de certaines valeurs sociétales, le maintien de certaines pratiques culturelles, l’adoption d’un mode de vie particulier et différent de celui de la communauté d’accueil, tous ces éléments font que les communautés ne s’ouvrent pas facilement les unes aux autres. Dans le cas de la communauté nomade, le déplacement et la mobilité permanents, la gestion particulière qu’ils font de leur commerce et de leurs biens, leur vision du monde apparaissent comme des frontières socioculturelles. Les Constantinois et les sédentaires, de façon générale, considèrent comme des barrières infranchissables qui mettent les nomades en quarantaine.

40En plus de l’exclusion, notre informateur clé, qui semble parler au nom de toute sa tribu, évoque la discrimination sociolinguistique dont ils font objet de la part des Constantinois. Il dit que ces derniers considèrent les Nomades comme des locuteurs incapables de comprendre. La compétence mise en exergue ici est celle de l’interaction dans le contexte d’accueil. La variation linguistique dans les pays maghrébins est très forte (D. Morsly 1996, Kh. Taleb Ibrahimi 1997, G. Grandguillaume 1997, 2003, Y. Cherrad 2004). La coexistence de plusieurs langues et dialectes constitue certes une richesse mais pose dans la plupart des cas plusieurs problèmes d’intercompréhension. Ce qui est ici en question concerne les différences phonétiques, phonologiques, lexicales qui distinguent le parler nomade du parler constantinois ce qui constitue parfois des obstacles dans l’intercompréhension entre les locuteurs des deux communautés. Cependant, dans leurs discours épilinguistiques les informateurs n’évoquent pas souvent l’étrangéité de leur propre parler mais renvoient les problèmes de communication à l’autre et au fait que sa langue soit particulière.

41Aussi les résultats de l’enquête confirment ces données. Du côté des Constantinois, nous relevons des discours comme « les nomades sont des locuteurs différents utilisant un parler non compréhensible ». Ce témoignage s’est confirmé lorsque notre informateur (en réponse à une autre question sur l’adaptation de son parler aux différents espaces qu’il fréquente) nous dit : « Je ne change jamais mon parler, je ne voie pas pourquoi…je parle comme je veux » où il répond par la négation en affirmant qu’il maintient son parler partout où il va, et qu’il ne tente jamais de le modifier pour se faire comprendre. C’est ce maintien et cet attachement à la langue que les Constantinois n’apprécient pas, une attitude qu’ils considèrent comme une obstination et leur fait penser à une incapacité de comprendre et d’interagir.

Des comportements ségrégatifs

  • 6 HEDID. S. 2015. Étude des représentations des langues et des variétés dialectales chez les jeunes c (...)

42Parmi les comportements ségrégatifs relevés fréquemment dans les corpus sociolinguistiques est celui de l’imitation des façons de parler. Se moquer de l’autre en imitant son parler et en accentuant les éléments caractérisant sa prononciation est très souvent une technique pour dévaloriser l’autre et ridiculiser son parler. Dans ce cas, les deux informateurs-clé évoquent cette situation qui semble être vécue par la majorité des locuteurs de leur tribu. Le parler constantinois semble fournir sur ce point un excellent exemple. Les locuteurs interrogés affirment que rares sont les Constantinois qui ne dénigrent pas leur dialecte. Les phonèmes les plus visés sont le /th/ (ث) car non utilisé par les Constantinois et remplacé par le /t/ (ت) et le /dh/ (ذ) considéré par beaucoup de jeunes locuteurs constantinois6 comme le signe du parler chaoui rustre et rural. L’absence de ces phonèmes dans le parler urbain constantinois et leur utilisation par d’autres locuteurs issus de communautés linguistiques déjà stigmatisées semblent êtres les déclencheurs de cette hostilité. Les discours collectés chez les deux informateurs insistent sur le fait que leur parler nomade n’est pas rustre, il n’a pas à être stigmatisé alors qu’il représente selon ce qu’ils disent : 

l’appartenance à la nation arabe en plus d’être un parler arabe pur. Il est de plus très proche de la langue de l’Islam. Contrairement aux autres dialectes pratiqués par les Algériens, altérés par les langues des ennemies [évoquant par là le français principalement].

43Les arguments avancés ici sont extrêmement importants et véhiculent toute la dimension épilinguistique que les Ouled Nail construisent autour de leur appartenance et de leurs pratiques langagières.

L’alternance codique chez les Ouled Nail

44Il s’agit indéniablement d’une situation complexe, où les rapports entre les codes linguistiques, bien qu’ils soient séparés et limités chacun dans des espaces discursifs assez définis, révèlent des rapports de force. Le parler urbain traité de mélangé, impur, contaminé par d’autres variétés linguistiques (et surtout la langue française) est opposé au parler nomade considéré comme pur, parfaitement représentatif de l’identité arabe et de l’appartenance à la nation arabo-musulmane. Les fondements de ces représentations sont pour les informateurs clé (et pour l’ensemble de la tribu) l’appartenance à la nation arabe et l’Islam. Les deux arguments sont utilisés comme deux boucliers que personne ne peut franchir. Ainsi, l’alternance codique relevée dans le parler des locuteurs urbains (Taleb Ibrahimi 1996, Morsly 1996, Cherrad 2004, Hedid 2010, 2013) est dévalorisée par le chef de la tribu pour prouver qu’il n’est pas original et qu’il ne peut pas représenter la pureté et l’appartenance à la nation arabe. De plus, l’analyse des témoignages relevés montre que la présence des langues étrangères dans le parler urbain n’est pas appréciée. En effet, considérées comme les langues de l’ennemi, l’usage des langues étrangères (et notamment le français) atteste pour ces derniers un manque de dévouement envers leurs origines voire une acculturation.

45Les données épilinguistiques relevées au cours de cette enquête sont nombreuses et majoritairement négatives. Le parler urbain constantinois surtout est fortement stigmatisé. Il semble bien que les deux informateurs ont pris notre enquête comme une occasion pour « se venger » des attitudes des locuteurs constantinois à leur égard. Ainsi, le jeune berger nous dit :

une fois à l’extérieur de notre campement, nous ne cherchons jamais à modifier notre parler. Ils nous imitent et ils se moquent de nous, mais c’est leur parler qui fait vraiment rire… [S’adressant à nous] Ne vous fâchez pas, vous êtes constantinoise ?  [Sans nous donner l’occasion de répondre, il continue] Il faut savoir que tous les Algériens parlent mieux que vous…vous vous appuyez trop sur le /t/, vous utilisez trop de proverbes, et vous vous moquez des autres… le seul moyen pour vivre avec ces gens c’est de le ignorer et préserver son parler.

46Aux nombreuses mises au point de son oncle, le jeune berger ajoute un élément très important, celui de la résistance au changement (Alén Garabato 2008). Le maintien de toutes les particularités phonétiques, phonologiques et autres qui caractérisent leur parler face aux locuteurs urbains est un acte de résistance contre les moqueries de ces derniers. L’attachement à ce parler est par ailleurs un attachement à l’identité nomade. Contrairement aux nombreux sujets parlants qui, par insécurité linguistique, tentent d’adapter leurs pratiques langagières avec celles de leurs interlocuteurs, les nomades s’attachent au contraire à leurs pratiques et les imposent aux autres.

47Le corpus analysé comporte notamment des réponses qui témoignent d’une neutralité voire même d’un avis positif vis-à-vis des parlers urbains. Le berger reconnait pour répondre à la question : « comprenez vous facilement tous les parlers urbains des villes que vous traversez ? », il explique :

Oui, c’est toujours la langue arabe. Les villes chaouies ne parlent pas toutes en chaoui, les gens là-bas parlent arabe comme vous…je comprends tout ce qu’ils disent…les parlers des villes ont l’avantage d’être ouverts…tous ceux qui viennent en ville peuvent comprendre et ils se comprennent entre eux. Les parlers des villages et des tribus sont faits pour être compris par leurs habitants seulement non pas par les étrangers ». Ici, le jeune informateur a mis l’accent sur un autre aspect qu’il pense caractéristique des parlers urbains et qui les distinguent des parlers ruraux et nomades. Il le décrit comme des parlers ouverts, explicitant par là, l’idée d’une structure facile à comprendre, fluide dans la conception sémantique ce qui rend les interactions urbaine plus faciles à établir. Sur ce point, les parler ruraux et les parlers spécifiques aux tribus nomades marquent une différence. Par rapport aux parlers urbains, ils sont conçus, selon le jeune berger, comme des codes partagés entre leurs locuteurs seulement. Les non-concernés sont obligés de fournir des efforts ou d’être assistés pour les comprendre.

Conclusion 

48La technique de l’informateur clé a fourni un éclairage sur les représentations et les pratiques langagières des nomades. Le chef de la tribu et son neveu ont pris la parole pour parler à la place de toute leur minuscule communauté. Ils ont reconstruit les parcours et les trajectoires urbains de leur groupe dans les moindres détails. Entre stigmatisation, esprit de rejet, et attachement identitaire, les informateurs nous ont permis d’accéder à leur monde sans être en contact avec tous les membres de la tribu.

49Lorsqu’il s’agit des problématiques linguistiques ou épilinguistiques, les Nomades ont toujours leur propre vision des choses. Une dévalorisation du parler urbain voire même de tout ce que cette variété est susceptible de véhiculer se confirme de plus en plus. Ce qu’il faut savoir avant tout, c’est que cette agressivité sociolinguistique, comme nous l’avons déjà avancé, n’est qu’une réponse à une stigmatisation avancée de la part des locuteurs urbains vis-à-vis des Nomades.

50Des locuteurs de passage, les nomades constituent une communauté linguistique très solide, dont les réseaux sociaux sont extrêmement denses (Milroy 1980). Cette solidarité se manifeste à travers le maintient du parler de la tribu, le respect du mode de vie. Souvent en déplacement, ils rencontrent un très grand nombre de parlers et de variétés dialectales, la rencontre avec les codes linguistiques urbains génère un ensemble d’images et de représentations. Les enquêtes épilinguistiques permettent d’accéder à ces données intéressantes, les études sociolinguistiques ont déjà montré que ces données se transposent du champ épilinguistique au champ social et donnent lieu à des frontières symboliques qui font qui la carte de la ville devient de plus en plus un corpus sociolinguistique patent.

Haut de page

Bibliographie

Benramdane F., 2002, « Histoire (s) et enjeu (x) d’une (re)dénomination : la place Rouge de Tiaret », Insaniyats, 17- 18, pp. 63-70

Bertucci M.-M., 2003, « Les parlers des jeunes en classe de français », Les langues des élèves, le français d’aujourd’hui, 143, Paris : AFEF, pp. 25- 34.

Bertucci M.-M., 2010, « Élèves migrants et maîtrise formelle de la langue de scolarisation : Variation et représentations », L’intégration linguistique et éducative des enfants adolescents issus de l’immigration. Études et ressources, Strasbourg 2010.

Bonte P., 2006, Les Derniers NomadesL’Homme, 179, pp. 250-251.

Boyer H., 1991, Langues en conflits, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bulot T. (dir.), 2004, Lieux de ville et identité. Perspectives en sociolinguistique urbaine, Volume 1, Éditions L’Harmattan, Coll. Marges linguistiques.

Bulot T. (Dir.), 2004, Les parlers urbains. Pratiques urbaines et sociales. Cahiers de Sociolinguistique, 9.

Bulot T., Veschambre V. (dir.), 2006, Mots, traces et marques. Dimensions spatiales et linguistique de la mémoire urbaine, Paris, L’Harmattan, pp. 15-36.

Bulot T, 2007, « Espace urbain et mise en mot de la diversité linguistique », Les codes de la ville, culture, langues et formes d’expression urbaines (dir. T. Bulot et C. Bierbach), pp. 15-33.

Bulot T. (Dir.), 2009, Formes & normes sociolinguistiques. Ségrégations et discriminations urbaines. L’Harmattan. Collection Espaces discursifs. Paris.

Calvet L.-J., 1994, Les voix de la ville. Introduction à la sociolinguistique urbaine. Éditions Essais Payot.

Canet N., 2010. Le Voyage amoureux, Beautés orientales, Ouled Naïl, courtisanes, 1870-1960, Galerie Au bonheur du jour.

Caubet D., Canut C., 2002. Comment les langues se mélangent. Code switching en francophonie. Éditions L’Harmattan.

Cherrad Y., 2008, « La diglossie arabe à travers le discours colonial : sa description et son analyse par W. Marçais », Les cahiers du SLADD, 3, Des langues et des discours en question, pp 8-27.

Collerette P., 1995, Pouvoir, leadership et autorité dans les organisations. Avec la participation de M. Roy, Presse de l’Université du Québec .

Collerette P., 2009, « Étude de cas (Méthodes des) », A. Mucchielli (Éd.), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines (3e éd., pp. 91-94). Paris : Armand Colin.

Dermenghem E ., 1960. Le Pays d'Abel : le Sahara des Ouled-Naïl, des Larbaâ et des Amour, Gallimard, 217 p.

Gaffarel P., 2004, Algérie : histoire, conquête et colonisation. Serre éditeur.

Grandguillaume G., 1997, « L’oralité comme dévalorisation linguistique », Peuple méditerranéens. Langue et stigmatisation sociale du Maghreb, 79, pp. 9-14.

Grandguillaume G., 2003, « Arabofrancophonie et politiques linguistiques », Glottopol, 1, pp. 70-75.

Hedid S., 2013, « Lorsque les représentations sociolinguistiques redessinent la ville. La mise en mots de la mobilité socio-spatiale. Le cas de Constantine », Glottopol, 21, Lieux de ségrégation sociale et urbaine : tensions linguistiques et didactiques ? Numéro dirigé par Marie-Madeleine Bertucci.

Hughes P., 1977, Behind the Wall of Respect : Community Experiments in Heroin Addiction Control. Chicago : University of Chicago Press.

Ibn Khaldoun, 1863, Les prolégomènes, Traduits en Français et commentés par William Mac Guckin, Baron de Slane, (première, deuxième et troisième parties). Reproduction photomécanique de la première partie des tomes XIX, XX et XXI des Notices et Extraits des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale publiés par l’Institut de France (1863). Paris : Librairie orientaliste Paul Geuthner, 1934 (réimpression de 1996), CXVI + 486 pages. Une édition numérique réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris

Ibn Khaldoun, 1852, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique, Volume 1, William MacGuckin baron de Slane. Impr. du Gouvernement,

Juillard C., 1995, Sociolinguistique urbaine, La vie des langues à Ziguinchor (Sénégal), Éditions du CNRS, Paris.

Lachkar A., 2012. Langues et médias en méditerranée, Préface de Teddy Arnavielle, Éditions L’Harmattan.

Ledegen G. (ed.), 2007, Pratiques linguistiques des jeunes en terrains plurilingues, Paris, L’Harmattan, Coll. « Espaces discursifs ».

Mauss M., 1926, Manuel d’ethnographie, Paris : Éditions sociales, 1967, 264 pages. Collection : Petite Bibliothèque Payot.

Moïse C., Lajarge R., 2005, « Enseignes commerciales, traces et transition urbaine. Quartier de Figuerolles, Montpellier », Signalétiques et signalisations linguistiques et langagières des espaces de villes (configurations et enjeux sociolinguistiques), Revue de l’université de Moncton, vol. 36, n° 1, pp. 97-127.

Mondada L., 2000, Décrire la ville. Construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte. Paris. Anthropos.

Morsly D, 2004, « Revisiter la langue ». In Le siècle des féminismes (Collectif). Éditions l’Atelier. Paris. 319-328

Morsly D., 2008, « Linguistique et colonialisme, analyse et intuition à propos des langues en situations coloniales », Les boîtes Noires de L. J. Calvet, Éditions Écriture, pp. 169-177.

Patton M., 1990, Qualitative evaluation and research methods. Beverly Hills, CA : Sage. pp. 169-186.

Reclus E., 1830-1905, Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes, Volume 11 Par. p. 552.

Taleb Ibrahimi K., 1996, « Remarques sur la parler des jeunes algériens de Bab El Oued », Plurilinguismes, 12. Pp. 95-109.

Taleb Ibrahimi K., 2002, « Entre Toponymie et langage, balade dans l’Alger plurilingue. Les enseignes des rues de notre ville », Insaniyats, 17- 18, pp. 09-15.

Tillion G., 1966, Le Harem et les cousins. Paris, Editions du Seuil, coll. « L'histoire immédiate ».

Veschambre V., Ripoll F., (dir), 2005, « L’appropriation de l’espace : sur la dimension spatiale des inégalités sociales et des rapports de pouvoir », Revue Noirois, 195.

Zimmerman D. A., Weider D. L., 1977, « The diary : Diary-interview method », Journal of Contemporary Ethnography5, (4), 479-99.

Haut de page

Notes

1 Sur le site : http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=45309

2 Sur le site : http://www.alger-roi.fr/

3 Une dynastie qui a régné au Maghreb (au Maroc surtout)

4 Une déclaration qui m’a bouleversé. Suite à cette visite, j’ai commencé à réfléchir sur un projet pour la scolarisation des enfants nomades. J’ai contacté l’UNICEF et à ma grande surprise, mon projet a été validé et il a même été communiqué au Ministère de l’Éducation Nationale pour qu’il soit appliqué sur le terrain.

5 Dont la définition dans les dictionnaires arabes donne « Les gens du désert et de ses habitants des tribus arabes »

6 HEDID. S. 2015. Étude des représentations des langues et des variétés dialectales chez les jeunes commerçants de la ville de Constantine. Thèse de Doctorat. Dirigée par : Pr. Yasmina CHERRAD et Pr. Marie- Madeleine BERTUCCI. Université Constantine1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Souheila Hedid, « Les parlers urbains vus par les nomades », Lengas [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lengas/956

Haut de page

Auteur

Souheila Hedid

Université des Frères Mentouri. Constantine. Algérie

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals