Navigation – Plan du site

Devenirs, devenir écrivain, Proust-Kafka

Philippe Mengue

Résumés

Gilles Deleuze et Félix Guattari opèrent un tri entre les devenirs et le devenir-écrivain. Pourquoi une telle exclusion ? Quelles sont ses conditions de possibilité ? Le cas de Proust semble faire objection, lui, dont la vie et l’œuvre sont le récit d’une telle vocation. Une analyse de l’œuvre de Deleuze qui garde fidèlement la ligne tracée dans la continuité de Logique du sens (1969) permet de dégager, tant chez Deleuze que chez Proust, un même sujet de l’écriture. Ce mode de subjectivation et ce devenir se définissent par la perte de l’Ego et la confrontation au non sens du « Chaos ». Cette écheveau de lignes, qui est connecté au réel de la béance du sens, traverse continûment, mais discrètement, jusqu’aux derniers articles (reformulation en 1993, de la Préface à Wolfson, Le Schizo et les Langues), l’œuvre de Deleuze, et se maintient vivace sous le bruyant et tapageur discours du nomadisme et des déterritorialisations mondialistes.

Haut de page

Texte intégral

    (...) (...) 1Je voudrais, dans le cadre de notre colloque, « Territoires et devenirs », et pour mieux problématiser le concept de devenir, questionner avec vous ce qu’il en est précisément du « devenir écrivain » selon Gilles Deleuze. Il m’a semblé pertinent de rattacher ce problème au cas de Proust (étudié, comme on sait par Deleuze dans son remarquable Proust et les signes) qui me servira de point de départ. Je m’aiderai de Kafka, à travers l’analyse que Gilles Deleuze et Félix Guattari en ont donné en 1975 dans Kafka, Pour une littérature mineure 1. D’où le titre de cette intervention qui associe Proust et Kafka autour de la question du devenir 2.

I. Devenir écrivain

2On peut deviner tout de suite de quoi il retourne.

3Il arrive en effet à Deleuze contre toute attente, et en prenant à rebours le bon sens critique des historiens de la littérature, de dé­clarer que toute « grande » littérature (soit, à ses yeux toute littéra­ture mineure seule réellement créatrice) s’occupe de devenirs au pluriel et surtout pas d’un prétendu devenir écrivain :

Écrire est un devenir, écrire est traversé d’étranges devenirs qui ne sont pas des devenirs-écrivains » (Mille plateaux, p. 293). « Écrire, c’est devenir, mais ce n’est pas du tout devenir écrivain. C’est devenir autre chose (Dialogue, p. 54).

4Évidemment, on songe tout de suite à Proust qui rend cette dé­claration paradoxale, intenable même, à première vue. Ou bien Proust n’écrit pas, n’est pas un grand écrivain (ce qu’on ne peut admettre, et qui va contre le jugement explicite de Deleuze), ou bien il est à tenir pour tel, et la sentence de Deleuze reçoit appa­remment une réfutation empirique qui l’invalide complètement. En effet, pour qui a lu la Recherche, ne serait-ce qu’en partie, de quoi d’autre s’agit-il donc que du récit du devenit-écrivain du narrateur ? Quelle intrigue, quelle action trouve-t-on dans la Recherche ? Prati­quement aucune, hormis le douloureux apprentissage de Marcel, et son devenir écrivain. Que nous raconte d’essentiellement autre cette œuvre que sa désolation, son regret de ne pouvoir écrire, de ne pas avoir de dons littéraire, de son désir d’être artiste et com­ment, grâce à tout un long parcours, qui est celui de sa vie, il est conduit à la découverte, « la durée d’un éclair », « d’un peu de temps à l’état pur » (R, III, 872), soit l’expérience d’une forme d’éternité « hors temps » qui seule fonde sa résolution d’écrire et de devenir écrivain ?

    (...) Proust, à la fin de la Recherche — et dans le sillage de l’illumination éprouvé lors de sa visite à l’hôtel de Guermantes, ex­périence extatique de la « résurrection » (R, III, 874) du passé dans sa splendeur, « joie du réel retrouvé » (R, III, 879) et tel qu’il ne fut jamais vécu – écrit lui-même : « Ainsi toute ma vie jusqu’à ce jour aurait pu et n’aurait pas pu être résumée sous ce titre : Une voca­tion. Elle ne l’aurait pas pu en ce sens que la littérature n’avait joué aucun rôle dans ma vie. Elle l’aurait pu en ce que cette vie, les sou­venirs de ses tristesses, de ses joies, formaient une réserve … » (R, III, 899) qui a servi de matière à l’écrivain 3 qu’il devient, est déjà de­venu.

5Mon choix de Proust s’éclaire donc : il semble faire directement objection, et de manière irrécusable, aux déclarations péremp­toires, prises à la lettre de Gilles Deleuze. Qu’en est-il ? Mon objec­tif n’est pas de contredire ou réfuter Deleuze. Ce serait ridicule. L ’« explication » de Deleuze et avec Deleuze me permettra de dé­gager un problème plus fondamental qui engage non seulement la théorie des devenirs mais le sens même de la littérature.

II. L’écriture et la vie

6À première vue, et pour le fond, d’une façon générale qui dé­borde Proust, on ne voit pas comment il serait possible de dissocier les devenirs dont la littérature seraient porteuse ou créatrice, du devenir écrivain dans lequel se trouve en apparence nécessairement pris celui qui écrit, puisque c’est lui qui invente ou a expérimenté les devenirs qu’il nous rapporte et qu’en nous les rapportant il de­vient par là même écrivain.

    que de la vie et de l’écriture, Kafka, p. 74, et Dialogue, p. 169 : i (...) 7À cet argument général de bon sens, s’en ajoute un autre, qui met en jeu une exigence propre à la pensée de Gilles Deleuze. Pour lui, en effet, il ne peut être question de dissocier ou opposer la vie et l’œuvre 4. La littérature ne cesse de répéter Deleuze, avec les auteurs anglo-américains qu’il affectionne tant, a pour fonction la libération de la vie partout où elle se trouve emprisonnée. Qu’on se reporte au mot célèbre mot d’ordre nietzschéen et spinosiste :

Porter la vie à la puissance absolue ou de « grande Santé ». [...] L’écriture n’a pas sa fin en soi-même. [...] L’écriture a pour seule fin la vie … (Dialogue, p. 12). L’art n’est jamais une fin, il n’est qu’un instrument pour tracer des lignes de vie, c’est-à-dire tous ces devenirs réels qui ne se produisent pas seulement dans l’art (Mille plateaux, p. 239).

    (...) 8Si donc on demande avec Deleuze : « Pourquoi écrit-on ? » (Dialogue, p. 61), on voit d’abord, comme il le dit, « qu’il ne s’agit pas d’écriture » (p. 61) – au sens où les textualistes par exemple ont pris ce terme – mais qu’il s’agit de la vie. Mais qu’entendre par vie ? Deleuze place sa philosophie sous l’idée générale du « vita­lisme » (voir « tout ce que j’ai écrit était vitaliste, du moins je l’espère », Pourparlers, p. 196). Ce que Deleuze appelle « vie », n’est ni de l’ordre de la vie des organes, ni de l’existence (existentialisme), ni de l’être-au-monde (heideggérien). On mesure l’écart avec ces concepts quand on réalise que ce qui caractérise la vie dans ce qu’elle a d’intrinsèque, c’est la déterritorialisation. La vie dans ce qu’elle a de vitalement créateur, doit être pensée à l’image d’une « ligne abstraite » 5 qui tire les choses et les êtres, les lance dans un devenir autre, les fait littéralement fuir, partir, glisser. Deleuze lui associe souvent les traits d’une ligne de sorcière, d’un souffle, d’un vent, de rafale dans le dos… Un tel processus est celui de la déterri­torialisation.

On a donc, en gres (mais cette approximation nous suffira pour le moment) la liste d’équation suivante :

    (...) Écrire, c’est devenir ; devenir, c’est déterritorialiser ; déterritorialiser, c’est tracer une ligne abstraite, c’est tracer des lignes de fuite 6.

9On connaît quels sont ces devenirs ou ligne de fuite. C’est par rapport à la forme « homme » (forme molaire et majoritaire en ce qu’elle sert de norme) dont ils sont la « minoration » (d’où le terme de littérature mineure) qu’ils sont définissables : devenir enfant, femme, animal, imperceptible (voir surtout Mille plateaux, Plateau 10). De ces devenirs, on en trouvera en effet, dans Proust, et en particulier le gigantesque et effrayant devenir-araignée du narrateur lui-même tel qu’il est génialement décrit dans le dernier chapitre rajouté de Proust et les signes, en 1975. On peut multiplier à loisir tous ces devenirs, le problème n’en subsiste pas moins. Car à tra­vers tous ces devenirs moléculaires, rien n’empêche d’affirmer, comme le fait Proust lui-même, du moins son narrateur, qu’il fait l’apprentissage de l’unique devenir qui le sauve, soit le devenir-écrivain, présenté comme son propre salut du, son accès à la vie supérieure, à la grande santé, qui est celle de la littérature.

III. Devenir et histoire

10Les conditions de possibilité d’une solution au problème de la relégation du devenir écrivain de l’ensemble des devenirs vérita­bles, sont au nombre de deux et, en renversant l’imaginaire habi­tuel que l’on projette sur la littérature, elles posent les fondements de la révolution deleuzienne dans le domaine de la critique litté­raire.

111° La première opération consiste à défaire l’évidence que nous vivons dans un temps unique et linéaire. À cette vision simpliste Deleuze oppose la conception, issue lointainement du stoïcisme, qui implique la coupure entre deux temps, Aion et Chronos, et qui fonde sa distinction entre l’histoire et le devenir. L’histoire concerne le présent actuel ou l’ensemble de ces présents, comme passé ou l’ensemble de ces présents comme avenir. Mais l’être ou le réel ne se réduit pas à ses actualités, aux états de chose. Il im­plique une autre dimension, tout aussi réelle, mais virtuelle, et qui, comme devenir virtuel, n’est présent en aucun présent effectif. Les virtualités surplombent ou enveloppent les états de chose actuels, comme événement trop grand pour eux, puisqu’ils sont à la fois toujours déjà passé et toujours prêt à arriver.

1 . Cet ouvrage, édité chez Minuit, sera cité par l’abréviation « Kafka » en italique. Mille plateaux, est édité chez Minuit, en 1980 (= MP). Dialogue renvoie à Claire Parnet et Gilles Deleuze, Flammarion, 1977. Le sigle Cr&cl, renvoie à Critique et clinique, Éditions de Minuit, 1993, et QQPh, à Qu’est-ce que la philosophie ?, Éditions de Minuit, 1990. Le sigle R, suivi de chiffres romains, renvoie à La Recherche du temps perdu et aux trois tomes édités dans la Pléiade, Gallimard, en 1954.

2 . Le tiret qui accole Proust et Kafka, tend à signifier que c’est un Proust saisi à travers sa propre compréhension de Kafka qu’à partir de 1975 Deleuze lira Proust. Ce qui n’est pas le cas du premier essai de 1964, Proust et les signes. Il y a plusieurs strates dans la lecture de Proust par Deleuze. Les ignorer, c’est ouvrir la porte aux contresens. Voir sur ce problème, mon intervention au colloque de Cardiff le 10 Mars 2006, Proust, Deleuze, Beckett, « Mnémosyne : déesse ou usine ? ». Et, Le Point littéraire, à paraître.

3 . Voir aussi un passage comme « la matière de mon expérience, laquelle serait la matière de mon livre … » R, III, 915 ; et R, III,1032 : la vie « en somme réalisée dans un livre » et le bonheur d’écrire un tel livre, etc.

4 . Voir sur l’opposition gres">que de la vie et de l’écriture, Kafka, p. 74, et Dialogue, p. 169 : il y a un seul et même processus ; en même temps que la vie (dont s’occupe la clinique) cesse d’être personnelle, l’œuvre (dont s’occupe la critique) cesse d’être littéraire ou textuelle ; elles sont une seule et même chose (critique et clinique, œuvre et vie) « quand elles ont épousé la ligne de fuite qui en fait les pièces d’une même machine de guerre ».

5 . Tout ce qui change, dit Deleuze, passe par cette ligne, Dialogue, p. 91. On peut prendre en exemple de vie non organique, « la vie qu’il peut y avoir dans une ligne de dessin, d’écriture ou de musique », Pourparlers, p. 196.

6 . Ce qui différencie à vrai dire la ligne abstraite de la ligne de fuite, c’est que la première est nécessairement présente en tout agencement, alors que ce dernier peut fonctionner sans ligne de fuite ou en l’écrasant, la bouchant, voir Dialogue, p. 128-129. La ligne de fuite est une ligne de variation qui affecte un système, un ensemble, en l’empêchant d’être homogène (Dialogue, p. 11).

7 . Pourparlers, p. 144. Voir principalement Mille plateaux, p. 357-358 ; 363.

8 . Paul Valéry, Œuvres, Pléiade, II, p. 629. Il disait aussi : « Le véritable ouvrier d’un bel ouvrage… n’est positivement personne » (Ibid., I, p. 483). Pour tout ceci, voir G. Genette, Figures, I, p. 259.

9 . Ibid., II, p. 581.

10 . Ibid. II, p. 575.

12 . « Un énorme Corps sans organes », dit Deleuze. Voir la folie du narrateur telle qu’elle est décrite dans l’édition de 75 de Proust et les signes, p. 217 et s.

Haut de page

Pour citer cet articleRéférence électronique

Philippe Mengue, « Devenirs, devenir écrivain, Proust-Kafka », Le Portique [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/leportique/1369

Haut de page
AuteurPhilippe Mengue

Haut de page

Droits d’auteurTous droits réservés

Haut de page