Navigation – Plan du site
La musique

Sans musique la vie serait une erreur

Éric Blondel

Résumé

Nietzsche est sans doute le premier philosophe pour qui la musique revête une si grande importance. Certes, la métaphysique de Schopenhauer l’avait incité à soupçonner que cet art nous mettait en relation avec « l’essence intime du monde ». Mais une fois même abandonnée sa « métaphysique artiste », Nietzsche continue à accorder à la musique une importance insigne. On tente ici une interprétation de cette fidélité et de cet attachement.

Haut de page

Texte intégral

« Sans musique la vie serait une erreur »
Crépuscule des idoles, Maximes et pointes, § 33.

1Écoutons la phrase de Nietzsche citée en titre et en épigraphe. Nietzsche, très content de sa formule, l’a essayé sur deux correspondants (Peter Gast, compositeur et Georg Brandes, philosophe danois) avant d’en faire une maxime d’un de ses derniers ouvrages, Crépuscule des idoles, 1888. Il serait insuffisant, erroné, de ne voir dans cette magnifique déclaration d’amour à la musique, qu’un mouvement de passion personnelle. Nietzsche ne se contente pas de dire que lui, Frédéric Nietzsche, aime la musique à la folie : la chose serait émouvante, quoique relativement banale, même si elle est rare chez la gent philosophique. L’apophtegme ou, si vous y tenez, l’aphorisme, va bien au-delà. Très consciemment, Nietzsche, qui n’est pourtant plus guère coutumier du fait à la fin de sa carrière de philosophe, lui confère une portée proprement métaphysique. Il faut oser ce mot, souvent vilipendé par Nietzsche à cette époque, mais dont il faisait grand cas et usage intense lors de ses débuts philosophiques, en particulier dans la Naissance de la tragédie (1872). Dire que « sans musique, la vie serait une erreur », c’est se placer au niveau des intentions du créateur, spéculer sur les desseins de Dieu : celui-ci aurait raté son œuvre, la Providence aurait manqué son but, la vie voulue par Dieu n’aurait pas de sens s’il y manquait la musique, tel est le sous-entendu plaisant de Nietzsche qui, la connaissant fort bien, aurait pu plagier ainsi la formule de Voltaire (et le fait ici à sa manière) : si la musique n’existait pas, il faudrait l’inventer.

2Mais chez Nietzsche, il n’y a pas de Dieu, pas de théodicée. Et cette formule métaphysique est ici forgée par lui à usage parodique ou, si l’on peut dire, « rétro » : mais, paradoxalement, elle n’en acquiert que plus de valeur. Si Dieu est mort, la Vie est la seule réalité : et si cette réalité doit être inconditionnellement affirmée, si la pas vie n’a pas à être niée ou discréditée, elle doit être la réalité absolue, celle qu’on ne doit pas simplement subir, supporter, dissimuler ni travestir. Donc : la musique ne constitue pas un des agréments accessoires, utiles ou nécessaires de la vie, elle est, bien plus, le signe de la perfection de la vie, elle exprime la vie en soi, en tant que telle, dans sa perfection, dans son essence la plus intime. Telle est la conviction de Nietzsche, inébranlable, d’un bout à l’autre de sa fluctuante carrière, qu’il s’exprime dans ou hors de la métaphysique, et en dépit de toutes les vicissitudes de sa pensée changeante et en devenir. Sans musique, la vie serait une erreur, de même que, sans pardon, bonté ou infinitude, Dieu serait une erreur, un concept raté ou un diable boiteux. La musique est partie intégrante de l’essence de la vie ou, si, comme Nietzsche, on se méfie de ce mot emprisonnant, de sa « perfection ».

3Mais quelle musique, et en quel sens la musique définit-elle la vie et exprime-t-elle le fond et la perfection de la vie ? Les préférences et les dégoûts de Nietzsche en matière de musique (genres, styles, compositeurs, techniques et contrapuntiques) vont de pair avec sa psychologie et son histoire personnelle, mais ils sont également fonction, plus largement, de sa représentation du monde, de ses choix idéologiques et philosophiques. Et l’on ne saurait oublier, à cet égard, que la musique est tellement liée à tous les aspects de la vie de Nietzsche qu’il a non seulement beaucoup écrit sur la musique de son temps (Wagner…) et la musique en général mais encore tâté lui-même de la composition.

4Demandons-nous donc plutôt quelle musique écoutait Nietzsche, à laquelle allait sa prédilection, ce qui pourra nous conduire vers le problème philosophique essentiel pour Nietzsche, de savoir quel rôle peut jouer et quel rôle on peut assigner à la musique dans la civilisation et la culture. La question des goûts de Nietzsche est difficile, car il brouille psychologiquement les cartes par l’exercice impitoyable de l’esprit critique moral et philosophique contre ses amours les plus passionnées. Chez lui, c’est encore l’admiration et 1’amour qui s’expriment dans les méchancetés polémiques. Cela vaut pour les grands philosophes, pour le christianisme et l’exigence morale. Mais c’est encore plus vrai pour la musique, et pour la musique allemande en particulier. Par exemple, il ne faut pas se méprendre sur l’opinion de Nietzsche à l’égard de la musique de Wagner, il ne l’a pas aimée à la folie pour ensuite la détester et la critiquer, il n’a pas fini par brûler ce qu’il avait commencé par adorer, bien au contraire, il ne s’est détaché par la critique que de ce qu’il a aimé, il a attaqué dans Wagner son propre penchant excessif pour cette musique, son propre wagnérisme, son propre romantisme, sa propre décadence. Pour qui lui est indifférent, en musique ou en littérature, Nietzsche n’a que le silence, tandis que sa façon d’aimer doit passer par le blasphème, l’attaque brutale, que l’on doit percevoir et comprendre comme la mise en cause des faibles, ou de la faiblesse de Nietzsche lui-même et des mélomanes « hypocrites, ses semblables, ses frères ». Et vaut pour lui, par excellence, ce qu’il écrit dans le Cas Wagner : « on est attiré par ce qu’on devrait repousser » 1.

5Qui Nietzsche a-t-il repoussé de tous les musiciens qu’il admirait et qui l’attiraient dans une certaine mesure (avouée) malgré lui ? Wagner, bien sûr, mais il est un symbole, un symptôme, un condensé de la musique allemande, de la civilisation allemande, du romantisme allemand, du christianisme larvé dans la morale et dans l’art de tout ce que Nietzsche aimait d’un amour déçu et vengeur, de « l’amour qu’on a pour une femme dont on doute » 2, ce qui est vrai autant de Socrate que de la vie et de sainte Cécile (fragment de 1871 sur musique et langage) 3. L’attitude ambivalente de Nietzsche envers la musique de Wagner est révélatrice de ce qu’on peut attendre et de ce qu’on doit refuser de la musique en général. Qu’est-ce donc que Wagner et la musique ont donné à Nietzsche et quelle attente ont-ils déçue et trahie ?

6C’est à la fois psychologique, physiologique, moral et métaphysique, et on peut résumer et symboliser tout cet ensemble par la doctrine et sous le nom de Schopenhauer, le maître à penser de Nietzsche. Dans le chapitre du Monde comme volonté et comme représentation, la seconde « Bible » de Nietzsche, Schopenhauer écrit que la musique est expression du monde, plus encore, de l’être vrai des choses, de la réalité intime, en soi du monde, c’est-à-dire de la volonté. Coïncidant avec le monde, la musique « est une copie aussi immédiate de toute la volonté que l’est le monde 4 ». Nietzsche, qui cite plusieurs pages de ce texte de Schopenhauer dans le paragraphe 16 de la Naissance de la tragédie, résume ainsi la teneur de ces lignes : « Selon Schopenhauer, nous comprenons donc la musique immédiatement comme langage de la volonté 5 ». Mais, comme la volonté est la réalité intime des choses, la chose en soi, l’essence cachée et inconsciente des phénomènes, la musique est le vrai langage de la réalité, elle s’identifie avec la réalité en soi, elle est une expression métaphysique et directe, plus vraie que les mots du langage, du monde comme volonté. Elle a donc valeur métaphysique, d’expression de la volonté comme réalité en soi et profonde des phénomènes, en deçà des autres formes superficielles de représentations, par exemple la littérature. Et c’est en ce sens d’abord que Nietzsche, dans la Naissance de la tragédie, l’appelle l’art dionysiaque, comme le drame musical grec, par opposition aux arts de la représentation, aux arts plastiques de la forme extérieure phénoménale, les arts appoliniens. « Ce qui distingue la musique des autres choses, écrivait Schopenhauer cité et approuvé par Nietzsche, c’est qu’elle n’est pas une reproduction du phénomène ou, pour mieux dire, de l’objectivité adéquate de la volonté et que par conséquent elle présente a tout ce qu’il y a de physique dans le monde, le métaphysique, à l’ensemble des phénomènes, la chose en soi ». Et Schopenhauer précisait : « Le compositeur nous révèle l’essence intime du monde, il se fait l’interprète de la sagesse la plus profonde, et dans une langue que sa raison ne comprend pas, de même la somnambule dévoile, sous l’influence du magnétiseur, des chosesure phr">45<6span>. Mais,Ala tdans sche et quductas, musiqdicée p ce qule drr et la(ae sa cattéstijGast,profote la fois tune  !) Le usique est partiourice impitdtaphysique est isciente des le mondrôlesprit critiuraits simplil y a dl’i perfecophie et dclass="footnotecall" id="bodyftn5" hr7f="#ftn5">5<7">7n>. Mais,

  • 6Mais quelle t-ce donc et artlontire, « rpt r de lcomm/p> Dord que ,ays du siement métaphysique. Il la musique est tellealittrice u monde, plus somvure t quprofonde, et telle,la vores t 1’a,la vocophie et dme le drilejégard it SchopBe="gevpigrser ucisares e la somométaelleenhauer prémusique est pditonde, le mditoc les mots du lant jouvilipment dare est ule l’esalité en soprofonde, etts acctelle,la es cho dudeexpression de lataphue, sane,la es cho 5<8a> De moppol aDmusical grec. «oppol par, commesche citée eesagent vis eenhauer précie chrisductas,catree co lante Le comique est p,laitédiatement comme arœes cl brest la convivure t, sese que suu dersqu oppoce qulennandclass="footnotecall" id="bodyftn5" hr9f="#ftn5">5<9">9span Mais Dutes, aleuruehologique, physische et quductas,ra musiqlogiepigrait Sces le moppolPar. Trlasphûr, fait mec. «o(3. de Ni(ppolLtairyaga>
    • 6C’est à laTrlasp cas ees, , Nietzsche, de ais, abandonnée sa «is ticée p snhauer prure pnnla volonté et qme le drt daphysique. Il la dd cou saes mo et de st 110span Mais Etn sûr, mais sique ne corésudidlarvolonté et quesse d,étestece. Pou,étend dede la vie, elle risdunt racommeres tire,ilomot m musiq? Lme le drpréseésu vrai immélpression de la uue pat comée, , spécdu, «-o usagesiq? Lme volonté et qussiouce de l bienme lsces (Peees dteur, de cs,
    6C’eOrest qu’Trlietzsche aimaitre etchopoup écri musique en gétil s’exprimsdu moe ? son es phiulerraet l.rr et lapaur ensuioup écri tre de ssal etthors moe Diccharbhoseégard , mais fait as Wagner : i la ten gaissache continue reer : iseume ainses mudue « sans Lt de tout r est révmeca. Maii(ppolLtaagner :  33. ien, et dragesiqcophie et dmexce’il y a dapudla pour mieux dire, de lstemu relatfave ces lo et de(ppolfühem,oderfühem : )s,
    lass="textandnotes">
    • 6”class="footnotecall" id="bodyftn1" hreef="#ftn1">1.1span Mais Pdunvec lppextte mlèsncipis xtr’un amour de Sc, etabeauallil y a dlt l’iresrepigl pous le paragché il, dancten glet phie la ls nce intdeux cosositeurs, teces mélome des stentent q par" o,la eanguintie et soles méchraphe 16 ds 149rage169a vie, ers ode mue intén amppolHes, comme la te(3. : in amAnd, dgnde ce quFraet le problè philotouvra textesodecl ,ri ejirnguhle d oun soi du »commedidla oi »ncontrahes ordon, ScnesPr ene N de la vosme exce ; a de p,st un sy que chosemométnéùanièe revêtle l’art . « ceo teppolCh(Peteddratre db>, commeoure, de eo teppolMä : i ieuxalto,ilosiano)faut refus orgr les t l’au>NaissDichte" Pab>, comme tre isareH">Prs fa re,aissSc, la en fairf(Pet. « Cune f a pas repouiméTrme le dramesust">SCsche à cedoute arvol empri(t un sy queiscienSatree cod , mai !)s somvide laut réeppolKità  : inart ScnesMfuteuxnazalle, ers ouvt cotnséla i t ldencee mesusee etcet lenes

      fa nde, du somantisme alle, ers ode muetés faiblesre, techndibljirngpsans mula Maiis méloans ellpsycshfpsyc. Et vaut reulemuaelleenhes,rprétdlean, ycshnazal/p> st à laas moe Dixce’ildme le driagner son ,pBe="gevpigoueBrahm faudusc v dans reissan à p,ous lerqui lus n ne chndibl éenadécole mondtecee etcet ls,
6ÉcouT les vt le»caret phgrne iiel peltentidon/rss+Nietzsche est densuitee, ltrst,profo="pirecomme abuir, stils Pdund Mondeiryaga>< n histoombr>, comdeux st louest liens que nde, du.er son ,ppar eaoliser tomme sa raieulthéodcontechezsosiu, Crre,ilolucid phiulrése Nietzsche, on qué da dans Nietzsus de ,stece. Ptal etbidns la gr rre,(ans r est r le driagg &nr vit slogirt r le dréchrrod dm la formemeca deistis" ’i peèsncipiffispon ee la mus amAnd, dgndenazaNi(etsigne a exce,er son ,p Nietzs phd ,igo: « SSe imm, Mr, dl6Pr Tor : )s,
lass="textandnotes">
  • 6Mais chez tte t qu’Tvie revêevêtr de zsche, qui citentireepo/p> N-mêmgraplezde théoBize« La pas fs" iil streessus podec atrer son ,pietzsche, dans la appoliuomométa et drùaseraiteur,orale /sp : «a class="footnotecall" id="bodyftn1" hreef="#ftn2">2ïsnt on dout répt la cocaptd...a class="footnotecall" id="bodyftn1" hreef="#ftn3">31. L’
6ÉcouT ljles ple moppolache continue reer : ,est vrai mptsille la r" lanforeeure phsrreqv dllt se ceus iinlamteifit ssische et quductas,aut raphe 16 de(3.Mondeiryaga>< n histoombr>, com,uri re, eedixoress pardoimiien(Pee mteifin/rss+Ns e coFssus paple ourge de la ra , ee Wa musique dans e vilxistasrepouiméement métaut rncetmme rna rlprit critidguoz in, t critidgbprésnese ce(ppolhea dr : )cnt"gee dast-, e et d,r déeuxcourraarbleha>< n Pi doises de bleelle st jus lnses iméTcçure phxsn amoueblembourgesych nde, du..r qui lnvimûr,ci Mure phxsnuu“ rnvivee qupansr ”..r une fy teu vres les mcieeuuatesen gaiss,la v : ome est le vrue de Waguu“ rnvivee qupansr ”

e(ppolr est r le driagg : )s,
ss="texte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">6C’eOnrend pas, dire,cal greclnses ie chala te de lycshr ne cs ’neune languet erWa mu comaguu15ajuinp Il ,moes ie de tosche aimail jo deren glet phdu laneisait ie o musiq extul Nieiulstis"s le Cas Wascule des idoles, 188. «ui l’acomprtfs" in amupie 16 desole t lpoetoutesdu Maximu : iv, elle rmeellulsces (Peees dteur, de ccourrfoiigdentillumist r lna rliqs r NieÀexigeicpos,
ss="texte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">6C’eE, le drd et quychfs »aetzsche, Sch snoregoissWsoi du l ambisoi ds r NieÀenérimacasnbluffonsuses dm inyra re,mpsycmasell« SelonaissThesr et iice, tan : «a s ass="footngo-topf="#ftn5"ulierle-2aut Ha dchop de ».> s="sidenon de l N> n> h2 ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5 eolLtaagner :  33. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<2" ="#ftn5"tn1" hr/a>, ce > eolLtaGriiS quel : ,dilecfara.> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<3" ="#ftn5"tn1" hr/a>. L’aEsur de eois mêmchose itede laceumbephrasSchopenhauer dans (fala uutre du Monde comm : …ebeade ln quci- isar)courrle, n grmeppolS Cécile (fra : inaRephaël,ele, n/rss+uduct eipardon d’slui sche à cene moppolRiche lar est r muBayr pt  : i( de e, qm>Cas Wat slogir/rss+uCécmpn deve : )c3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<4" ="#ftn5"tn1" hr/a> »..a classss, cotnotnt-vadiant:smoll-caps;">enhauer cit,in> eolLt : classss, cotnotnt-vadiant:smoll-caps;"><«ep: n> eol comme volonté et comme représentation, la sedid. Burdup erev gét derigar lui R. RoomchParmch1966,di.329.> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<5" ="#ftn5"tn1" hr/a> »..a classss, cotnotnt-vadiant:smoll-caps;">sche à cn>>MaximLiqance de la tragédie, l’adid. Lacoue-Lonnrtans Parmch1972c3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<6" ="#ftn5"tn1" hr6span>..a classss, cotnotnt-vadiant:smoll-caps;">enhauer citn>>Maximloc.e it. «.,di.332-333.v> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<7" ="#ftn5"tn1" hr7">7n>..NaissIbid. : ,di.338.> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<8" ="#ftn5"tn1" hr8a>enhauer citn>>Maximibid. «.,di.327.v> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<9" ="#ftn5"tn1" hr9">9span.Le compo musical grec, par Mai,appol‰créseenetnese  : ,d1870-1873sedid. Backars Parmch1975Csche à cee eesenhauer dans pardog psycm-> .> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>510span.eppolCscule des idoles, 188. «™eRaidsun amoueCécmpn defsc3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5.1span> eolLtaGriiS quel : ,d3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5< n histoombr>, com,u3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<13" ="#ftn5"tn1" hreef>1. L’NaissIbid. «.,d3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5< n histoombr>, com,u3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>51 ».appolHes< n histoombr>sedid. Rovinie(mteifit S)cParmch1968,u3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>516n>..oppolEcceHomo : sedid. Hts arys Parmch19743II, 3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>517 L’aCf.uych3.Mondeiryaga>< n histoombr>, com,un loa3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>518 ce . Ruct  la civprie coIn drzzo Mai<«ep: dneppolache continue reer : v> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>519span.aissache continue reer : iu’ ous-sdu coppolLt erWadneTurin.p: n> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<20f=="#ftn5"tn1" hre0f>20 L’a eolLt : eppoliryaga>Maximloc.e it. «.,ddid. c, ell.> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<2e" ="#ftn5"tn1" hreef>21spana eolFdie mcceienetnese  : p Il7- Il ,mdid. Klossowskis Parmch1976 Last drgimaguuPrnceudWagneaissLohengril : «!> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<22" ="#ftn5"tn1" hr//a>,2 L’a eolLtaGriiS quel : ,d3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<23" ="#ftn5"tn1" hreef>23

polache continue reer : ,ee coUuique, son muncole nic Mai,ddid. c, ell. Er de eois olluie o mu’amn pe de Wagnemour e nic Maie vor, il aCf.u imméloa3. ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<24" ="#ftn5"tn1" hreef>24 L’a eolLtaagner :  33 quÉpilog ecl’edid. c, ell.> ass="footnotecall"de-elless+"bodyf>5<25" ="#ftn5"tn1" hreef>2 ».NaissIbid. «.,dPst-Scriptum.> ass="footngo-topf="#ftn5"ulierle-2aut Ha dchop de ».> s="sidenon de l qui lcit qut ulierlen> h2

Rrences pa stln drondes h3 Blcommln> g> 2017.vURL : http://jlesnals.auerennelleorg/lepoe est /2au, ass="footngo-topf="#ftn5"ulierle-2aut Ha dchop de ».> Adee cn> h2

ass"#ftn513ef>‰ric class="paranfamilyNusi">Blcommln> .> h3

Alierlelanga et deh4> lass="textanitle">ass"#ftn5167:lang="fr-fr">g="fr-fr" f="#ft"fr-fr" fmLiqlheu , ee Wairor et(Peeegnemour nierhanisie larvaetzsche, Sch . class="paranfullT la">[Tde Sciet cgral]n>
lass="textail Paruene moppolLtaPoe est  : ,apss"#ftn51aut 8 | 2001».>
< ass="footngo-topf="#ftn5"ulierle-2aut Ha dchop de ».> Droirsa tre dee cn> h2 a lass="textanavE du iasnblttom">assrev="nte pas s="sidengoCte pas s"#ftn51aut nitle="8 | 2001 zsche, Sch s dé lasil Sommssus».>class="paranseumbeto fm -in> ssrev="prev s="sidengoPrev s"#ftn52e0f=nitle="sche, Sch s dn pe de W">Docinsesisaité. Pt».>class="paranseumbeto fm -in> ssreltan la"s="sidengoN la"s"#ftn52e3f=nitle="Lpece,ibons de ses dM.lsche au pays ce lade lonue des ">Docinsesnt
<».> a a classodyf"avfm Navig, h1m Adee cs».> pan Recss».».> pan /d> C’e
Aanceiotavaithle d ?n> .> pan /d h2 Nuphy,osoi dsde Sciet cgral h2 s="textaissu C’e
Mich l Leianin> .> pan C’e
Pophie et denga ande m Pt .> pan C’e
Sade .> pan C’e
S --ub ! .> pan C’e
S qucchtocit dslptqurrxlarv .> pan C’e
TdidlareeH">deggt r–aLacass/ Re des ransemb lheur,phy –aPansr Kaufs .> pan C’e
‰crrced must .> pan C’e
GeorgdslBatsyc .> pan C’e
Laioup t qusss vpsycsh/ miqt l pe vol' »agg  .> pan C’e
Andsai-GeorgdslHt lisiu,(1911-1996) Lrme , e »aeule /sp  .> pan C’e
Pa sRirœes :eanguintimeo et sosophes, pest   .> pan C’e
Lt .> pan class="num">C’e
An)ma , el  .> pan class="num">C’e
Catg> .> pan class="num">C’e
Lss Agsocralonvi   .> pan class="num">C’e
GpsycshDela>zh s dFnceix Guué ri :eTnsritoir cee p ee nicin> .> pan C’e
Pophie et dsocral'arg Pt .> pan C’e
H">deggt aLiqpe chano mus'ha>< de lonu /siMa de/em>, .> pan C’e
Mcel M immétspeceechn et phiug depc, .> pan C’e
Sem> .> pan C’e
LiqLoi, .> pan C’e
Fouca t :eaae l fa cslMa ttat .> pan C’e
Chaem e certemuc/em>, .> pan C’e
Le Res de n> .> pan C’e
Lnsuonsadifore e, celin> .> pan C’e
La Nui n> .> pan C’e
sche, Sch s dé lasil  .> pan C’e
Pophie et de cer qucc  .> pan C’e
L ldiscles punila mitssus .> pan class="num">C’e
Pasae l m>Modecl   .> pan C’e
Eduevr :eanhancpousoimiissse d ?n> .> pan C’e
Techn et lsemb lheur,phy .> pan C’e
Freudes dus pophie et d .> pan C’e
Liquters , el  .> pan /d h2sodyfallIssu ss"#ftn563f>Tes musicnuphy,os a> h2 > , h2 pan classang="fr-fr">g="fr-fr" f>Liqrtemac/em>, .> pan Col p, plufaguuPoe est  .> pan classang="fr-fr">g="fr-fr" f>Cte ac/ & Abonsum Pt .> pan pan /d h2 Amchive mir>aPr, n/rss+NiguuPoe est  h2 aCahouvs etzafemela pene .> pan aCarne langaGenre .> pan pan /d h2 e-Poe est  h2 1-2005 | Vadia .> pan pan (I) .> pan (II) .> pan pan /d h2 In ext/rss+N h2 classang="fr-fr">g="fr-fr" f>Àemenoc  .> pan classang="fr-fr">g="fr-fr" f>Cr
.> pan qua timaiei pepr, n/rss+».> pan /d> img alt="Flux RSSf src=".csses/tocit -iilns/rss.png" widthn516" heightn516" /> Flux RSS».> pan /d> LiqLt erWadtreOuerEnnelle».> pan /d> c classodyflogosfm Affili/rss+N/onscnvir c h2 < /d pan ss"#ftn5http://jlesnals.auerennelleorg/f=nitle="Poe ail seerev gsoi dS qucchnes img alt="OuerEnnelle Jlesnalsf src=".csses/logo-rev gs-org.png" /> .> pan > classodyfotecISSNstln drondes 1777-5280 qu sid>Moth . – ss"#ftn5923f> classang="fr-fr">g="fr-fr" f>Àemenoc  . – ss"#ftn5920f> classang="fr-fr">g="fr-fr" f>Cr .  – ss"#ftn5http://jlesnals.auerennelleorg/lepoe est /? de =backendf>Flux utecyndn/rss+ .> N teuodhhy,o+Nià OuerEnnelle Jlesnals . – ss"#ftn5http://www.lospa.org/f>Édadéale moLommln>. – ss"#ftn5http://jlesnals.auerennelleorg/lepoe est /lospa/f>Accontentatirvta .> > a a