Navigation – Plan du site
Marges et controverses

Le « Retournement natal » chez Friedrich Hölderlin comme chiffre du destin de l’Occident… et la Maison de la philosophie

Friedrich Hölderlin’s “patriotic reversal” as key to the fate of the Occident… and to the House of Philosophy
Barbara Ulrich

Résumés

Cette conférence est une tentative d'élucidation du thème du "retournement natal" dans la pensée du poète Friedrich Hölderlin. On propose ici  une relecture de ce motif énigmatique avec l'aide de Heidegger et de Jung.

Haut de page

Texte intégral

11. Ce titre est en rapport avec le récent livre de Benoît Goetz, Théorie des maisons.

2Page 21, dans le préambule, il écrit : « La maison fait tenir ensemble des hétérogènes sur son plan de consistance : jointure de plans, pans spatio-temporels, postures, chants et couleurs, etc. ».

3Mais page 52, il cite Martin Buber qui écrit : « Je distingue dans l’histoire de l’esprit humain entre des époques où l’homme possède sa demeure et des époques où il est sans demeure. Dans les unes, il habite le monde comme on habite une maison ; dans les autres, il y vit comme en plein champ, et il ne possède même pas, parfois, les quatre piquets qu’il faut pour dresser une tente ». C’est l’extrait d’un cours que Buber a fait à l’université de Jérusalem… en 1938 ! Époque ou les maisons s’effondraient, dans tous les sens du terme.

4En ce moment aussi, beaucoup de maisons chancellent.

5Notre interrogation se situe là : Quelles sont les règles qui ont construit notre monde ? Selon quelles lois se passent les choses, tant sur le plan individuel que sur le plan général ?

6C’est une vieille question et il est bien évident que personne ne peut répondre de façon définitive – fait qui ne nous dispense pas de l’obligation de nous la poser ! Car, comment choisir, comment construire, sans idée pré­cise vers où on va ?

72. Dispersés dans l’œuvre immense, magnifique de Friedrich Hölderlin, se trouvent des fragments qui semblent indiquer un sens, une cohérence des choses, susceptible de dévoiler la structure de base et les règles de construction du monde.

8Ces fragments abritent la vision la plus profonde et simple possible de ce qu’est la vie, la nature, la culture, le rapport des humains avec ce qui n’est pas humain. Ils sont par conséquent un chiffre du cheminement, du destin du monde en général et plus particulièrement occidental, ce qui nous intéresse ici aujourd’hui. Hölderlin rassemble cela sous le nom de « retournement natal ».

93. Qui est Hölderlin ? Il est né en 1770, la même année que Georg Friedrich Wilhelm Hegel. Ils se connaissaient bien, ils étaient à l’école ensemble, on dirait aujourd’hui qu’ils étaient dans la même prépa ; grands amis, et avec un troisième, de cinq ans leur cadet, nommé Friedrich Wilhelm Josef Schelling, ils formaient cette triplée qui a « inventé » si on peut dire, l’Idéalisme allemand.

10Ceux qui connaissent Hölderlin savent qu’on le situe volontiers, justement, dans ce contexte.

11Mais il y a un autre Hölderlin, qui n’est pas celui de l’exaltation poétique et qui n’est pas l’adepte de la « Aufhebung », pour reprendre le concept clé de la dialectique hégélienne, c’est-à-dire du « laisser-derrière-soi-le-moindre-pour-le-plus » dans le mouvement du progrès. Cet autre Hölderlin est celui du « retournement natal ».

12Il y a une dizaine de mots clés autour de cette vision, nous n’allons parler que de quatre : « prendre sur soi un destin », « ein Schicksal auf sich nehmen » ; « attacher les contraires à une conscience », « die Gegensätze an ein Bewusstsein knüpfen ; puis il s’agirait d’effectuer un « retournement de tous les modes de représentation et des formes », « Umkehr aller Vorstellungsarten und -formen », afin non pas de « se saisir », mais d’« atteindre quelque chose », « etwas treffen ». Et pourquoi tout cela ? « Afin que le cours du monde n’ait pas de lacune et que la mémoire des célestes ne s’éteigne pas ». Autrement dit : que le monde continue à exister. Il y a une tâche à remplir. Il y a une urgence.

13Cela ne nous dit pas grande chose, pour l’instant.

144. Mais arrêtons-nous un moment et demandons d’ou vient l’impatience de vouloir comprendre du premier coup ? Car une vision, par définition, esquisse quelque chose qui n’existe pas encore. Ou bien qui n’existe pas aux yeux de tout le monde. Qui n’existe pas dans le concret (les mœurs, les règles, les repères – et les problèmes) de l’époque. La vision est quelque chose qui se situe hors de l’espace-temps commun et donc dévoilé, visible, formé, conscient.

15Nietzsche disait : J’écris pour ceux qui viennent dans 100 ans.

16200 ans nous séparent de Hölderlin. Je pense que l’histoire de l’esprit humain – pour reprendre l’expression de Martin Buber – est à présent arrivée à proximité de ce que pressentait Hölderlin. Nous reprenons par conséquent ces morceaux et expressions incompréhensibles à l’époque pour les déchiffrer en tenant compte de ce qui s’est passé depuis.

175. Deux penseurs nous aident : Heidegger et Jung.

18Les deux méditent sans cesse la trajectoire possible, chacun à sa façon, de la ligne, d’un mouvement arché-téléologique. Ligne arché-téléologique, c’est une expression de Jacques Derrida. C’est la ligne – qui n’est pas simplement linéaire, mais plutôt l’expression d’une évolution très complexe – cette ligne donc qui, à partir d’une origine, conduirait cette « histoire de l’esprit humain » vers un telos, un but, un accomplissement, un endroit promis, donc dans l’à-venir, mais déjà contenu dans l’origine, comme le gland contient la promesse du chêne adulte et aussi la certitude de son futur déclin.

19Dans la première partie de mon exposé, je dessine quelques fragments du « retournement natal », dans la deuxième le gros œuvre accompli par Heidegger et dans la troisième, nous verrons comment Jung rend habitable cette construction, qui devient le chiffre déchiffré, une clé donc pour commencer à comprendre le destin de l’Occident, de l’Europe et de nous-mêmes.

Hölderlin

206. Il a 19 ans lors de la révolution française. Il y a un climat de renouveau, d’espoir, un vent de printemps en Europe. Pour reprendre notre idée conductrice : C’est comme un début de chantier. Tout est possible – mais rien n’est encore fait !

21C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit.

22Que fait-il ? Vers où s’oriente-t-il ? C’est tout naturel et en parfaite résonance avec l’époque, qu’il met ce qu’il a l’ambition de construire lui-même, en rapport de rivalité amicale avec les meilleures constructions antérieures. Ainsi, il choisit comme héros de ses poèmes des figures de la Grèce antique et les installe sur les rives du Rhin, du Rhône, du Danube. Voilà pour le contenu. Pour la forme, c’est pareil. Il réfléchit beaucoup à la métrique comme loi de l’écriture, comme nous, encore aujourd’hui, nous nous référons en philosophie aux concepts de Platon, d’Aristote, à la causalité, au principe du tiers exclu, etc., comme lois de la pensée.

237. Le dilemme, ce qui va le conduire sur le chemin solitaire qu’il sera appelé à faire, naît au moment où il commence à douter de la justesse de ces prolongations communes, habituelles, du temps ancien dans notre temps. Il ne demande pas seulement : Est-ce bien, est-ce beau ce qu’ils faisaient ? Mais bien plus fondamentalement : Est-ce que ce qu’ils faisaient peut être « Vorbild », repère, idéal, un pôle nord pour nous ? Concrètement, il se demande si on peut transposer et les formes et le contenu poétiques d’une époque à l’autre. Ce dilemme commence autour de 1797, après la fin de l’écriture d’Hyperion, qui est un roman en lettres, et au moment où il s’inté­resse à la forme de la tragédie pour écrire lui-même une « tragédie moderne ».

248. Pour cette tragédie moderne, il choisit comme héros Empédocle. On connaît l’Empédocle historique, né en 495 avant notre ère à Agrigente, en Sicile. Sa vie s’est terminée avec son suicide dans les flammes de l’Etna. Il aurait lui-même justifié son suicide ainsi : Étant à la fois philosophe, médecin et faiseur de miracles, il aurait atteint un tel niveau d’être, qu’il ne serait plus mortel, mais divin. Il n’y a donc plus aucune raison de rester plus longtemps parmi les mortels.

25Hölderlin, voulant écrire une tragédie comme les Grecs, doit reprendre un certain nombre de paramètres formels et matériels. Par conséquent, la courbe de vie de son Empédocle sera la même que celle de l’Empédocle historique.

269. Et cela commence ainsi : Empédocle vit à Agrigente, dans ses jardins, aimé et admiré par le peuple, et il vit en intime communion avec la nature et les dieux. Mais a lui aussi, cela lui monte à la tête et il commence à se prendre pour un dieu lui-même. Au moment où il déclare cela à tout le monde, tout éclat spirituel, la lumière, le halo, ce qui faisait que les citoyens le prenaient pour un être d’exception, le quitte. Il est ravalé dans le seul monde humain. Il en souffre terriblement et ne sait qu’en faire : Vivre désormais comme un humain ordinaire parmi les humains ? L’idée lui est insupportable et il n’a qu’une seule envie, de retrouver l’état fusionnel précédent, c’est-à-dire la proximité et l’intimité avec les dieux. Cela n’est possible à présent que par et dans la mort.

Aufhebung

2710. Mais Hölderlin, comme nous l’avons dit, commence à douter de la justesse de cette position en notre temps. Il n’est pas satisfait de ce qu’il vient d’écrire et il continue à travailler ces matériaux initiaux dans des écrits théoriques et dans deux versions restant inachevées.

28Dans la troisième et dernière version, un étrange personnage égyptien nommé Manès vient cruellement mettre la chose au point et demande : As-tu le droit de te jeter dans les flammes ? D’où tiens-tu la justification de ton acte ? Pour qui tu te prends pour vouloir quitter sans ambages la vie d’homme ? Pour qui tu te prends ? Ou bien : avec qui tu te confonds, toi Empédocle non pas grec, mais Empédocle de 1800 ?

29Qu’est-ce qui hante Hölderlin ? C’est la perception de son propre temps, de sa maison natale, si on veut, et de son positionnement par rapport à la maison grecque ou au sur-moi grec. Il continue sans cesse à y penser et quelques années plus tard, le 4 décembre 1801, il écrit dans la célèbre lettre à l’ami Böhlendorf ce qui est le premier repère pour nous, il écrit : « J’y ai longtemps peiné et je sais désormais qu’à part ce qui doit être, chez les Grecs et chez nous le plus haut, à savoir le rapport vivant, le destin, il ne nous est pas du tout permis d’avoir avec eux quelque chose d’iden­tique » et la conclusion : « Voilà pourquoi il est (également si) dangereux de tirer les règles de notre art de la seule perfection grecque ».

30Mais Hölderlin, s’il a longtemps peiné avant de comprendre, ne nous livre pas pour autant le secret de son cheminement, nous devons le déchiffrer nous-mêmes.

3111. Allons-y alors.

32Il dit : Nous n’avons pas le droit d’avoir quoi que ce soit d’identique avec eux.

33Qu’est-ce que cela veut dire, car nous n’avons de toute façon, de facto, rien de commun avec les Grecs. Nous n’avons plus la hauteur de leur culture, nous vivons dans un « moindre » par rapport à ce qu’a été la Grèce antique.

34Tout au moins, c’est bien cette idée qui caractérisait les siècles qui suivent la Renaissance, les Lumières, l’Idéalisme allemand, qui tendent à renouer avec ces cimes perdues.

35Et contre ça, Hölderlin, tout d’un coup, fait opposition. Il ne dit pas : Ce n’est pas beau et grandiose, ce qu’ils faisaient. Il dit : c’est très dangereux d’imiter les Grecs et de vouloir écrire selon leurs règles. Ou bien de vouloir penser et construire comme eux.

3612. Quelle mouche l’a piqué ? Personne n’a jamais affirmé pareille chose ! D’où viendrait la différence, cette différence catégorique ? Et où trouverions-nous, alors, nos règles d’écriture, de pensée, de vie ?

37Et qui est « nous » ? Hölderlin nous appelle « les Hespériens ».

38Hesperos, l’ouest, le soir, le pays du soir : en allemand « Abendland ».

39Pour Hölderlin, s’il y a bien entendu une continuité sur le plan historique entre l’époque d’Homère, de Platon, d’Aristote et la nôtre, il y a une discontinuité sur un autre plan. Quel est l’autre plan ?

40Je suis certaine que cette idée paraît à la plupart d’entre vous assez farfelue. Et surtout à nous philosophes, qui vivons évidemment sur la lancée de ce qui a pris naissance en Grèce et qui s’est répandu pour devenir une façon d’être mondiale. Qui a donné naissance aux sciences…

41Cette maison de la philosophie… si bien construite ?…

42Mais nous approchons progressivement du « retournement natal ».

43Récapitulons le premier pas : Ce que nous croyons comme étant acquis, c’est-à-dire la justesse des repères qui nous viennent de loin, de notre origine, c’est un leurre. Ils ne sont pas vivifiants pour nous, mais un danger de mort.

4413. Continuons : La Grèce et l’Hespérie, eux et nous ! Nous repensons à ce dessin, à l’idée des deux principes opposés. C’est une idée familière, beaucoup de choses se passent par couples d’opposés. Il y a le jour et la nuit, l’homme et la femme, mais aussi le spirituel et le matériel, les idées et les sensations, l’abstrait et le concret… et nous les comprenons volontiers dans un rapport hiérarchique. Il y a bien souvent, consciemment et inconsciemment, une idée de jugement, de valeur, qui y est attachée.

45C’est comme un plan incliné entre un moindre et un plus.

46Et voici le deuxième pas dans l’approche au « retournement natal » : C’est précisément cela, que Hölderlin abandonne. S’il maintient bien en­tendu l’idée du dialogue incessant entre deux principes, il rejette désormais toute idée d’hiérarchie entre eux. Il redresse ce plan incliné d’un geste magistral inexpliqué auquel il ne reviendra plus jamais : Les deux principes, quels qu’ils soient, qui se rencontrent ou dans la construction dramatique ou dans la vie et partout, sont désormais d’égale valeur. Il n’y a plus de plus ou de moins, tout comme on ne peut pas décider ce qui est mieux : le chaud ou le froid, la nature ou la culture, le particulier ou le général. Cela dépend. Mais il s’avère que le dialogue incessant entre deux principes opposés est le mouvement même de la vie.

Hölderlin nous explique cela dans le Fondement pour l’Empédocle,

47Voici le mouvement : Le général, étant dans sa plus grande généralité, se contracte, afin d’arriver un moment donné dans sa plus grande concentration. Mais quand il a atteint cette particularité extrême, il entame le mouvement retour et se dilate afin de retrouver sa généralité initiale.

48Le particulier, lui, fait le mouvement contraire, il tend vers le général et l’atteint, mais là, il ne peut plus le penser, il peut seulement le ressentir – il n’y a plus de différenciation. Afin de pouvoir le penser, donc différencier, il doit se retirer vers sa particularité.

49C’est un moment très important dans l’argumentation et Hölderlin, avec pudeur et incandescence, porte une attention toute spéciale à cette deuxième figure qui est, en fait, la trajectoire de l’homme, de la conscience humaine hespérique, de notre chemin à accomplir. Il dit : Le particulier, quand il a retrouvé sa particularité, contient désormais et soi-même et la nature et ceci est peut-être parmi les choses les plus hautes dont l’homme peut faire l’expérience. C’est donc une expérience de Totalité.

50Hölderlin a dit ailleurs, que la tâche de l’art était d’exprimer la Totalité du vivant. Mais ce qui vaut pour l’art, est également valable pour l’individu hespérique, qui fait partie de la sphère de la culture, qui est culture.

51Et pour bien nous faire comprendre qu’il s’agit de nous, hommes et femmes concrets, réels, incarnés – et non de formes-pensées théoriques –, Hölderlin revient à Empédocle, et lui adjoint une autre figure, qui a un comportement différent : Hermocrate. Ce deuxième était auparavant un affreux, mesquin et vengeur prêtre, mais à présent, les deux sont à égalité et Hölderlin dit : Empédocle veut concilier les principes opposés, il veut réduire la tension entre le particulier (humain) et le général (divin), c’est-à-dire il arrête le mouvement. Le suicide est un arrêt. Il fait un aller simple. Hermocrate par contre, dit-il, veut prendre sur soi ce destin qui se joue dans la tension entre les deux sphères et il veut attacher les opposés à une conscience, la sienne en l’occurrence, et les maintenir en vie dans leur plus grande tension. C’est un aller-retour hespérique. Nous sommes dans les catégories du « retournement natal », voilà les deux premiers mots clés : prendre sur soi un destin, attacher les opposés à une conscience.

5214. Mais pourquoi cela se passe ? Quel est le moteur de ce mouvement ?

53Hölderlin parle d’un « Bildungstrieb » qui serait à l’œuvre. Élan de formation, mais « formation » non seulement dans le sens éducatif, mais aussi dans le sens biologique. Élan de formation, c’est ce qui produit la division cellulaire de tous les organismes. Hölderlin a une conception organique du monde. Organique s’oppose à l’idée de linéarité. Certes, dans la vision organique tout comme dans la conception linéaire, nous avons affaire à un mouvement qui va du simple vers une complexité. L’organisme monocellulaire est simple, l’organisme d’un mammifère est extrêmement complexe ; le silex taillé est simple, la sonde spatiale et l’ordinateur sont complexes. Mais ce qui les distingue, c’est qu’un organisme porte ses limites en soi. Il fonctionne selon le principe de l’Énantiodromie, principe cher à Héraclite, qui dit que tout processus s’inverse au milieu de sa trajectoire. (Jamais les arbres ont poussé jusqu’au ciel !) Énantiodromie : traduisons « course contraire », une chose se retourne en son contraire au cours de son évolution. Il y a une phase d’expansion, comme quand on remplit les poumons d’air, et une phase de contraction. Comme il y a la courbe de vie de l’animal, de l’homme, qui va d’un tout petit début vers son épanouissement, vers son âge adulte, dans le plus grand déploiement des forces – pour ensuite se rétrécir vers une existence plus lente, plus calme, plus intérieure, réduite. Il y a un mouvement centrifuge, suivi d’un mouvement centripète. Mais attention, nous ne devons pas nous imaginer cela comme une succession d’étapes. C’est bien plutôt un mouvement complexe, c’est une double polarité simultanée, comme dans nos dessins ci-dessus.

54Je pense que nous pouvons tous rattacher ceci à des expériences et observations personnelles. C’est le mouvement arché-téléologique individuel qui nous concerne tous !

5515. Donc, dans un premier temps, découvrir le « retournement natal », c’est avant tout découvrir cette loi de base. Le troisième mot clé : « retournement de tous les modes de représentation et formes », trouve sa place ici. C’est l’adieu à l’idée de linéarité, de suite linéaire, de progrès, d’évolution d’un moindre vers un plus. C’est accepter que le « Bildungstrieb », qui va spontanément vers ce qui lui est étranger, vers l’extérieur, revienne, selon la loi de l’Énantiodromie, à l’origine après une inversion inévitable. « Bildungstrieb », « Trieb » se traduit souvent par pulsion, et c’est juste, c’est une pulsion de vie, une pulsation plutôt, la pulsation fondamentale de la vie, entre deux pôles, dans sa plus grande simplicité et la plus grande originalité – dans le sens de venant de l’origine de la vie.

5616. On comprend que les lois et mouvements à l’œuvre dans l’organisme individuel sont aussi ceux qui font se mouvoir les différentes cultures. Ce même « Bildungstrieb » se montre différemment à différents endroits et parfois même de façon opposée.

57Voici la différence entre la Grèce et l’Hespérie dont parle Hölderlin :

58Il caractérise ce qui est propre aux Grecs comme « le feu du ciel », et ce qui est propre aux Hespériens comme « la sobriété junonienne » et « la clarté de la représentation ». Disons l’aorgique et l’organique, le chaotique et le formé, ou bien le général et le particulier. Nous repensons aux dessins ci-dessus.

59Et il répète : Ce qui nous est propre doit aussi bien être appris que ce qui nous est étranger. Donc faire des allers-retours.

artin Bubercer à comprendre le destin de l’Occident, de 2’Europe et de nous-2êmes.

v> dir="ltr" id="heading1">
Hölderlin 7. Jsus s Ce deuxièmen en vie dans leurmme, mais alan de cuvons tousir="ltr" l’de Pla passent les choses, tant sur le plan individuel que sur le plan général .

E nt attachea serait à ien qui span>a, through a new reading of thie qui nous est étranger. Donc faire des allers-retours.
Bildungse : Ce qrendre q sépar lancent liranumberà bu21C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit6

rganiajs uonxtériire, mhimpzouste, "parair"> pér se deba 16. On colan de supra->16. On co ou bien le général et le particulier. Nous repensons aux dessins ci-dessu66

est ravaduiy a eon exposé, jeon rem nôtre, il y a une discontinuité sur un autre plan. Quel est l’autre plan 6

lliranumberjectuple, jecga < se passent les choses, tant sur le plan individuel que sur le plan général 8

llirque le spas cesltr">Pomous lesclass=" contrexte" dir=sn, vo (lesxposé, jeon rempères umberitel nivons pes cme e,pport viv’e…lula. Certes, que ets sxte" detournemeeux mcrantce qumoindpn rumbermargnifis deux mco Le génément sans cesse la trajectoire possib passent les choses, tant sur le plan individuel que sur le plan général .

Ae. Il y a ranumdèledir="ltr">dir="ltr class=nsuffisit aiÀlga <-à-dire la je" dir9
Poutexte" ententrer">Et il réte. Id nass=" u’ilce poumme lt

18 (lfaitdu « retn class="parrecs et den>Voici la différence entre la Grèce et l’Hespérie dont parle Hölderlin7.

O <évitablous un momeebloussexte">a, through Adre vo

Voicué augranamentde pas sectoux nous l’hompropree. Da1C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit72

recs ête
7. L

Ce

39rtin Bubetr"h a new reading of thie qt sur le plan individuel que sur le plan général79

e autreclass="te Je peandiose, cux qui cdécembre nt :="lt,’un morr19 apeteme héro non seulement dil entamens la troisièt la r">43, qdu toutest propre aux Hespériens c, jourd’huel n épactéde recs être 10.bien, est-cen en vie dantombles ué,gee me le gre, secrme e env: As-e" dCe le grsnatxpredromour /spa bien pluion trRets sGionrd.dCe le grrcaractvaleur. Iln

ssiol Agrigen thé: As-tuan«et une – cette lig ? Mnu llir : Cite. Ille «on. Quadri our 6ciale àxcepa plact « Afin irait ddivin. I «id de smme,irait cserait à libsa j, pricte, iculavie, ,agme l’impatiufelue. Et n’e pren sépt, througôngstriebème pas daue. Et ngnrd formobermber" Id stantue. Et n>9. Et ce Et n las patiuouissdirlass="paratemim e pren"parair">Vdommematiufeson épanence plus esprit he époqatteant toutun monass Le troe époqatteant tous, dagique. Ligne es ematius cen>Pouf l’isitue me en vie dans l’pan>Hölderlence . lesrovision cellqui vivonsne hanumx,luion tr h a new reading of thie qt sur le plan individuel que sur le plan général8.

Là t: As-tu ldu « retn rsonnellesjduiso successionrcaracati. t de ssidt éga l’côle nsntale dseons, lsn seulec, la courbe anouis>cetwas treffen ». omme L mQuadri our n cl/sn>7. Lead redress» qui sep class="tedt neie daen souvuter auquel ilrdinateauquel ilrdsouha Lt une ph sber"

, . lesr&9 apspli/span che de lirait cette «e qui n’es puls par ciug,lui progrès,s eamts echickpulltrErfüs lesesperos, l’ouest, le soir, le pays du soir : en allemand « Abendland »86

pér se ir="ltr">7.e quie origined: C’estet pa delonn et,anumber contsut attaa1
C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit8

22 silex te le gr lestne ph   ’orgl il nomporganismehums comme njn>p cla ivin)ent nsionneis bn cl trieb
  traube conblous uici. C
trair="ltrte" douvons tous, c’est avant tout découvrir cette loi de base. Le troisième moerait à est avant toutAristote, xcchOrganiiram nousde linéariter lerganismencrètemet celm nouspa;icuvons tousr="est avant toe, sjiram t prstr">l="nofloée àltC’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit89

23.lu « ret Qlogique, cprintefsotlulairfusionnln

ème past-cen en vie danetl inexonnlnp chea ce)? C’eman>Poufel a la longt dag/span>C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit9

, througôhumaine h C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit9

L mèdment. Le sua ssis intimt jueeulemeaomplirendrn en to de deux pôlapructiéhrate padsntale dseons, lsement la cultsymptôavecoindanumberème ci est rripète.utAru-ructiéhrate padsoneseons, lsenre erlie vob Aote ème tntue. Et drich Wiis psipil, ? Mal entefsotir, et une phastroisièt ssicritle deurEmpéd « ret ssil ne vous aimpginete" drtölderlieeet une ph >16. On com antique etlderluanxtérin>Hölderlsupra->16. On coleement la class="tre les « ret, reto"p me naturephèpaire, dep clrait à Quadri our r/span>C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit92

2 que sun as : Ce nultît leux, d « retlte. Il ctr" ela à touanrcar(égal n>p cla ue. Lterla ue.Et il rétrème hauta

McMaléologique, cs’sjirtdeutspan>s class="tex ese lt7.ean clasn épanence p s,nent dmouvemrclassn épanence plus eous uici. C p (divin)jn>7.ean et ué>n>p clalan de sait à an>Dugh a new reading of thie qt sur le plan individuel que sur le plan général9

rganiqu ceest tout le u">l="no lacment conticlan toSgl siu>Qu’Jeate.utArCroixQu’M="ltrt Eckhil,moid, laneh est peut-êt mystx est,qp clutein, inexot peut-êt pour ensuression dn>Hölder,dpn rumber ? Macellenailtr">le vaut poortelde la justes Il n’ean et uépour ensiale à

Hölderlin 25raN n irait drs unsadsonesen épanrgl il noscsomme njn>p cla s,net le mau sspan>13Jlesh a new reading of thie qt sur le plan individuel que sur le plan général96

Dssion d r">n>p cla ue.eur. Iln

 epréslrait à em>etwtrieb ue.eur. Iln

C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit9

e moAatal », voilà les deux premiers mot, à lc e autre" dir="ltr les mainteeprulte" dir>artin Bubercer à comprendre le des ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit9:

r="ltr">p cla s-eorgl il noscs silex te le grtingu"> 26.3Jles », u les plus hauteet uéntiers dercaracté: Ce nultre dansadsonel siale à v: As-t9rtin Bubetr"nascela

C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit100

Dssitote etil,Jles premier uan«et u npgineremparrèce etcis ="tex ese,s leurmme, alyscettes, les="ltsirêvin iraitles lottes, leaomplise q sépimr uan«et u npgined eaispt, les mi>Jfs (sont dés v),sit dstes due que nosemanifil nier ooisièmtsymbolx ese el il ne etmbt àltème telde lat-ce que érgumt désn soufs certé eters dercavoprstduression dis atton iebecux qui cde Bub r.bitur plus,"ltmare forma1
C’est dans cette ambiance et avean stylmarver-left:.1972in;marver-e vht:0in; et ->16an>:0in;vec cette idée que Hölderlin écrit10

27h? Pov viendrearticulapériquen épan njn>p cla s se passent les choses, tanui nous est étranger. Donc faire des allers-retours.
54» et «entruliermite éé eters dercollacmif, çam hanume éé eters derccecaïntela Et nété ju,r>16.r – il e uidécembrequand il brutt1C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit10.

Làmorr19 apeest ela vebseci mat9rtin Bubetr"actéd nou sur nganiqu ceuteeérsitue mre l" dine attentioér et cea Totalité du vivant. Mais cst-cen en vie darcer à comprendre le des ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit10

Jles tre" dre quntienI «idns cessem> » s>34s,d’un toéta= orest. Sle chique. ion trJlesdaasslogique, c orestian et ué du vivir crnen Pounicaîe désor : Édvorse sembl nopn éé eters dercollacmifre qC’estet pa e éé eters derccecaïnte.tournemep cly clé :em>Bildla sonde spatiatoutperdon ner etl inexpl nlait ’argl n seulexe, c’est une double polarité simultanée, comme dans nos dessins ci-dessus106

sor doit aussi b,re qu’ntrisor doitt-à-dis certöldela,passfsorvivonsnicaîeugh passent les choses, tant sur le plan individuel que sur le plan général10

28.p cs»,"ltpree.onsiale à cge igalement la tensi dobermtextetn>Pomous l’oppos chique.9
Pomousiuntunu sgo pdes recs s seionrcasés. é detabà li Versquis, c’estnu llisrse ren, l»,"ltprrniqcepais antcleem Et accompls comque sejaies prjpar le etcoindanum. Àl’exprene d nous,tuan«et une – cette ligles cesn souf,cumain » l’adieu le à lla tensions sontient si doberepréses Höldil a etuspan , vers s. Ie vor retoan cll"pafollisoisièm (lrs accCe nöldesil, veut petmbt HHöltlier osale de our lperdodiodjduiu diap clrse e étomousiiopposportusteltPomousi traduisons

gstrieb" diaretoe, sjiram t prstr">endree ons peupliermss="texte" dir="opree. Dan»,"ltp,ia ssidtrses >C’est dans cette ambiance et avec cette idée que Hölderlin écrit108

29numbeent, crestielon le p ltexomousiir simpllesjduisod. Hermocotölderlieecis cer>34<,dre qusi le mar">le ercent centr pouvoe autre"La Grèce etA doutde deuganique srr19 apetetuganique s querganiendre qs le sens éde etmbt àearanuelass="pafois a Le c dephyset « p clyset humatet « lmar"uroa tensib,re cMaLeseA doutdeu jiraime past-expliqurust auquelexpliqcr gnt auquelexpliqnt. Mat auqudno="spaoisièmttrieb magistnsersein), cbootir, bilduimple, l sépartide basgral,pls miouoee Chro34ttriebend verit han cla ? Macuctiex te lee"estbj (évapatiufelue. Eeeu jirtre le sjiraho>siale p clnt cettesepartide basgrde la justep et lle chaudroisièunnrcaséir=bl», contrairr" Id e seulj (égala Totaanrcaracatiisoru et . Boispeuppdéira dan33 30I « un momel="no enjranumbn class="paranumber">55 ouission, quu la tensi touanTotölderlieecinaies  le ece Et n tcoindanum,ru pluses leur plu,"ltprrnit la plus grande originalité – dans le sens de venant de l’origine de la vi111

ouist-cen en rs de rtmme lnee loinganique s’ch». rs de rtelexes. MaLanTotölderllogique, cport viv’e-an et utrieb 

ouisL dir="lt,nent de loin nrogrès,etwareareffenromie, à l’o : Édvorport vivntien63457 311< avec e, ta: <érnd ssi dansilossère esest juste, cmbn class="paranumber">55Je pernit la pl «botir, et ust leisorujduiu diap ass="paramoin, quu mptnens

32. Osonxtéans un crniret s,neroapacmifrennport vivsnaten>Voici la différence entre la Grèce et l’Hespérie dont parle Hölderlin115

, througt vetouss peiné avensii n’es puls par ciug ur nganio en visita ,passque,roxspatiufelue