Skip to navigation – Site map
Marges et Controverses
1

La laïcité est-elle intolérante ?

Is secularism intolerant?
Gilles Gourbin

Abstracts

Tolerance and secularism are two ideas endlessly called upon in public debate. With little regard to their respective genesis, history, theoretical complexity, or their manifold meanings, these notions are most often either taken one for the other, or opposed as contradictory. Recently, a conceptual miscomprehension emerged again in the form of a polemic buoyed by underlying political agendas: secularism itself, some said, had become but the mask of an intolerant exclusion of religious faiths. This assertion, with its dangerous consequences, provides the opportunity for a quick clarification of the concepts, interrelated yet distinct, of secularism and tolerance – their filiations, their logic, and their field of application.

Top of page

Full text

  • 1 Cet article est la version rédigée de l’intervention donnée le 5 mars 2016, à Metz, à l’invitation (...)
  • 2 Le dernier épisode en date de ce conflit entre deux interprétations de la laïcité, au sein même de (...)

1En proposant ce titre 1 un peu provocateur, je ne voulais pas expressément faire référence aux polémiques récurrentes qui animent le monde politique et médiatique depuis quelques mois. Autrement dit, la question posée n’invite pas à chercher si la laïcité « à la française » tournerait au « laïcisme » tel que l’entendaient déjà, il y a plus d’un siècle, les catholiques conservateurs opposés à la loi de 1905, c’est-à-dire à une conception dogmatique, rigide, intangible, exclusive et autoritaire, autant dire intolérante, de la laïcité. Ces polémiques renvoient d’ailleurs au problème plus général de savoir s’il existe deux types de laïcité : d’une part, une laïcité qui serait ouverte aux religions et, d’autre part, une laïcité qui serait hostile à toute spiritualité s’apparentant de la sorte à une nouvelle espèce de cléricalisme, avec ce que cela suppose de dérives sectaires ou d’intégrisme républicain 2.

  • 3 Voir les ouvrages de Jean Baubérot, Régis Debray, Catherine Kintzler, Pierre Manent, Henri Pena-Rui (...)

2Un examen de cette distinction pourra être abordé, au besoin, lors de nos échanges tout à l’heure, mais le propos liminaire à nos discussions ne portera pas directement sur ce problème des deux laïcités, et consistera encore moins à faire l’exégèse des communiqués de presse des uns ou des tribunes des autres. Il ne s’agira pas non plus de tenter une histoire de la laïcité en France, ni une étude approfondie du concept de laïcité, ni un résumé des diverses lectures possibles de cette notion, ni, enfin, une réflexion sur la refondation, supposée nécessaire, du pacte laïque à l’aune des données sociologiques et juridiques inédites de la société française contemporaine 3.

  • 4 C. Kintzler, Tolérance et laïcité, Nantes, Pleins Feux, 1998. Voir aussi le blog très documenté de (...)

3Mon propos est plus modeste et cherche à interroger le rapport entre la tolérance et la laïcité : quelles relations, au fond, entretiennent les concepts de tolérance et de laïcité ? La question se pose en effet, tant il est banal de confondre les deux notions. Si vous posez la question dans la rue de savoir ce que signifie être partisan de la laïcité, on vous répondra, la plupart du temps, que c’est « être tolérant avec toutes les religions ». Or il me semble, après les travaux de nombre d’auteurs, en particulier ceux de Catherine Kintzler 4, que ces deux concepts, s’ils se croisent, se chevauchent ou s’appellent l’un l’autre, ne se confondent pas. Mieux encore, c’est précisément par sa capacité à se distinguer de la tolérance que le concept de laïcité, au cours d’un long processus, s’est constitué jusqu’à prendre la consistance, la cohérence et l’autonomie qu’on peut aujourd’hui lui reconnaître. Ce travail de discrimination philosophique ne présente pas un intérêt simplement académique car c’est sans doute à partir de notre capacité à réfléchir à de telles distinctions que certains problèmes cruciaux de nos sociétés pourraient être, sinon résolus, en tout cas examinés sans trop de manifestations hystériques. Ce qui ne serait pas un maigre progrès.

4*

Quelques mots sur les vocables de tolérance et de laïcité

5Il est évidemment impossible de faire ici une analyse approfondie de ces deux termes. Mais quelques points fondamentaux méritent cependant d’être rappelés.

1°) Plurivocité de la tolérance

6Pour ce qui concerne la tolérance, il convient de se souvenir que ce substantif est d’une plurivocité aux conséquences morales et politiques de grande importance. En effet, si la tolérance peut s’entendre, en son sens le plus général, comme un refus de contraindre celui qui est différent de moi, ce refus peut prendre au moins trois formes diverses.

7La tolérance peut d’abord prendre la forme de l’indifférence : au fond, chacun est libre de penser ou de croire ce qu’il veut, cela m’indiffère, soit parce que je considère que chacun a raison de son point de vue, soit parce que je ne me sens en rien concerné. On saisit d’emblée l’inconvénient d’une telle conception de la tolérance : cette indifférence à la pensée de l’autre tourne vite à une indifférence pour la pensée, tant il est vrai que penser suppose et implique l’altérité. Après tout, c’est la grande leçon de Socrate : toute pensée est dialogique et je ne pense vraiment qu’à partir du moment où j’expose ma pensée propre aux risques du débat avec celui qui… ne pense pas comme moi. Autrement dit, cette indifférence pour la pensée d’autrui contraint ma pensée à un enfermement sur elle-même puis, faute d’être alimentée par la contradiction et la critique, à sa stérilisation et, enfin, à sa suppression. Au demeurant, si l’indifférence ne conduit pas à un tel suicide intellectuel, elle débouche sur un relativisme tout aussi néfaste : je suis tolérant parce que tout le monde a raison de son point de vue et que tout se vaut. Autre manière de dire la mort de la pensée et, probablement, d’une authentique vie sociale : tout le monde a raison certes, mais chacun chez soi. Dans l’histoire de la philosophie, on pourrait considérer que la théorie de l’homme-mesure de Protagoras s’approche de ce modèle ou tente de le justifier.

8La tolérance peut ensuite prendre la forme de la non-directivité : je ne suis pas indifférent à la pensée d’autrui comme dans le cas précédent, elle m’intéresse je me porte à sa rencontre et, de surcroît, je ne cherche pas à lui imposer la mienne. Cependant, je procède ainsi car je suis convaincu, au fond, que la vérité finira par s’imposer d’elle-même à tous. Il n’y a donc ici ni indifférence, ni relativisme : tout à l’inverse, ici se manifeste la certitude que le vrai se révèlera par lui-même. Cette fois, la philosophie qui pourrait témoigner de cette conception serait celle de Spinoza puisque, pour l’auteur du Traité politique, l’État véritable ne peut qu’être tolérant. Le pluralisme religieux, en effet, lui est nécessairement bénéfique et l’aide à asseoir la vérité, laquelle finit toujours par s’imposer de sa seule nécessité.

9La tolérance, enfin, se présente aussi sous la forme de l’indécidabilité : il est des domaines où nous manquons de certitudes indiscutables, et ces domaines doivent être le lieu d’une sorte de retrait des convictions. Pourquoi s’affronter sur des questions indécidables par nature ? Ainsi, qui pourrait dire quelle est l’unique et véritable église ? Qui en déciderait ? Selon quels critères indiscutables ? Ici, notre philosophe témoin serait Pierre Bayle.

10Ce petit préambule a pour seul intérêt de nous rappeler une idée toute simple mais décisive : le terme un peu nébuleux de « tolérance » masque des significations très différentes et, surtout, s’adosse implicitement à des principes divergents, comme le révèlent bien les trois auteurs emblématiques cités. Protagoras, Spinoza et Bayle, en effet, peuvent se réclamer tous trois de la tolérance, mais au sein de philosophies singulièrement opposées. Or, force est de constater que, très souvent, parlant de tolérance, nous passons subrepticement d’une acception à une autre, ce qui ne facilite guère la clarté des débats.

2°) Étymologie de « laïc »

11Concernant la laïcité, de brèves considérations étymologiques et historiques sont susceptibles d’éclairer certains aspects de notre réflexion et, au-delà, nombre de débats contemporains.

  • 5 On le trouve, par exemple, chez Renan, dans son discours de réception, à l’Académie, de Louis Paste (...)

12Il est banal de mentionner que ce mot est récent : attesté en 1871 seulement, il demeure d’un emploi rare encore à la fin du xixe siècle 5. En réalité, seul le substantif « laïcité » est récent, tandis que l’adjectif « laïque » est fort ancien. « Laïque » est la forme savante, employée dès le xvie siècle, du mot « lai » utilisé dans la langue populaire : les frères lais, les sœurs laies étaient les domestiques qui vivaient au sein des communautés monastiques sans avoir formulé de vœux. De plus, « lai » vient du latin laicus qui n’est autre que la transposition latine du grec laïkos, lui-même dérivé de laos.

13Or cette origine mérite attention. On dit souvent, en effet, que laos signifie « peuple ». Cependant cette traduction ne rend pas justice à la richesse la langue grecque. Car le grec ancien use de trois mots pour dire « peuple » : ochlos, laos et demos. Ochlos, c’est le peuple, si l’on veut, mais entendu comme une réunion d’individus assez nombreux qui constituent un groupe sans organisation véritable. Les barbares, les animaux parfois, dans les textes grecs, forment communément un ocklos, terme qu’il serait sans doute plus opportun de rendre en français par « horde ». Il s’agit en tout cas d’une entité collective infra-politique. Demos, c’est encore le peuple mais, cette fois, le « peuple assemblé pour élire ». Autrement dit, à l’inverse de l’ochlos, le demos constitue le stade ultime de l’organisation politique, organisée autour et à partir de son ecclesia, de son assemblée convoquée ou « appelée » (kaleo : « j’appelle »). Entre ces deux extrêmes de l’organisation de la communauté, entre la horde et peuple souverain, se situe enfin le laos, entendu comme le peuple soumis à un minimum d’organisation permettant une vie sociale véritablement humaine, le peuple pourvu d’une unité en quelque sorte pré-politique, non encore souveraine. Il s’agit par conséquent de la cité, mais envisagée dans une sorte d’entre-deux politique.

14Nous comprenons ainsi que la laïcité, par sa racine étymologique au moins, ne saurait suffire à établir un degré d’organisation entièrement suffisant ou complet de la politique. Cette précision n’est pas sans intérêt pour juger des controverses récentes car, après une période où nos élites politiques et médiatiques se désintéressaient de la laïcité (disons jusqu’à ce qu’il est convenu d’appeler, désormais, l’« affaire du foulard », en 1989), ces mêmes élites donnent parfois le sentiment, aujourd’hui, que notre république se résume à la seule qualité laïque, oubliant un peu vite les autres épithètes du Préambule de notre constitution : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale » (article 2).

15Les lexicologues nous apprennent un autre élément susceptible de nous éclairer : historiquement et étymologiquement, le mot « laïc » ne s’oppose jamais directement aux termes « ecclésiastique », « religieux », « moine » ou « prêtre ». Le seul antonyme de « laïc » est « clerc » (du latin clericus) qui, à l’origine, n’a qu’une seule signification : « membre du clergé ». De nouveau, le latin vient directement du grec clêrikos, adjectif dérivé du substantif klêros qui signifie « lot », au sens du « bon lot », du lot qui doit être mis à part. Les « clercs », au sein de la société, ce sont en quelque sorte les « élus », c’est-à-dire, initialement, l’ensemble des chrétiens par opposition aux gentils dans l’antiquité tardive, puis, par la suite, les membres servant l’Église par opposition aux simples fidèles. Ainsi les clercs constituent une partie minoritaire de la société, spécialement mise à l’écart et destinée par nature à régir la majorité, ce qui explique d’ailleurs que, du point de vue du droit canon, les moniales et les sœurs ne font pas partie, stricto sensu, du clergé. Quand on soutient, à juste titre, que la laïcité est anticléricale sans être antireligieuse, c’est à cette tradition précise du clêrikos qu’on se réfère.

3°) Définition nominale de la laïcité

  • 6 Ferdinand Buisson (1841-1932) est un philosophe et un homme politique qui, refusant de faire allége (...)

16La question cruciale d’une définition minimale de la laïcité ne peut alors être différée davantage. Quelle définition proposer en évitant l’écueil de l’examen philosophique immédiat de ses présupposés, de ses conséquences, de ses attendus et des inévitables objections auxquelles elle s’expose ? Quelle définition purement lexicale ou, comme disaient les médiévaux, nominale, pourrait-on donner de la laïcité, c’est-à-dire une définition qui tente d’absoudre la signification donnée des difficultés philosophiques qu’elle ne peut manquer de suggérer, voire d’imposer ? Il me semble que le mieux est de reprendre la définition de celui qui assura, le premier, la promotion la plus considérable que la laïcité a pu connaître : Ferdinand Buisson 6.

17Buisson définit la laïcité comme l’aboutissement d’un long processus qui affranchit les églises de l’État et l’État des églises puisque ce terme recouvre, d’une part, le caractère non confessionnel de la puissance publique et, d’autre part, son souci de ce qui est commun à tous les citoyens par-delà leurs différences spirituelles, cultuelles ou philosophiques.

  • 7 Francis de Pressensé (1853-1914) est le député qui déposa, en 1903, le projet de loi qui aboutira à (...)

18Nous reviendrons dans un instant sur le premier aspect, mais le second mérite une remarque immédiate. Cette quête du commun susceptible de transcender les particularités signe d’emblée l’idée de l’universalité de la loi commune et de la sphère publique qu’elle permet d’organiser. En conséquence, la laïcité ne saurait en rien se confondre avec cette espèce de neutralité insipide et grisâtre sur laquelle certains ont voulu parfois la rabattre, contre l’avis exprès de Ferdinand Buisson, Jean Jaurès, Aristide Briand ou Francis de Pressensé 7. Un passage, où Buisson évoque le rôle de l’instituteur laïque qui ne saurait être seulement un instructeur en calcul et en orthographe, le mentionne sans équivoque.

  • 8 Il s’agit de Jules Ferry (1832-1893).
  • 9 F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, « Laïcité », 1887.

Il faut qu’il ait le droit et le devoir de parler au cœur aussi bien qu’à l’esprit, de surveiller dans chaque enfant l’éducation de la conscience au moins à l’égal de toute autre partie de son enseignement. Et un tel rôle est incompatible avec l’affectation de la neutralité, ou de l’indifférence, ou du mutisme obligatoire sur toutes les questions d’ordre moral, philosophique et religieux. « Il y a deux espèces de neutralité de l’école, disait très bien le ministre de l’instruction publique 8 au cours de la discussion de la loi de 1882 : il y a la neutralité confessionnelle et la neutralité philosophique. Et il ne s’agit dans cette loi que de la neutralité confessionnelle ». L’instituteur se doit, doit à ses élèves et doit à l’État de ne prendre parti dans l’exercice de ses fonctions ni pour ni contre aucun culte, aucune église, aucune doctrine religieuse, ce domaine étant et devant rester le domaine sacré de la conscience. Mais on pousserait le système à l’absurde si l’on prétendait demander au maître de ne pas prendre parti entre le bien et le mal, entre la morale du devoir et la morale du plaisir, entre le patriotisme et l’égoïsme, si on lui interdisait de faire appel aux sentiments généreux, aux émotions nobles, à toutes ces grandes et hautes idées morales que l’humanité se transmet sous des noms divers depuis quelques mille ans comme le patrimoine de la civilisation et du progrès 9.

19Sans qu’il soit besoin de s’y attarder davantage, on comprend ainsi que la laïcité ne saurait être confondue avec la tolérance-indifférence. Bien au contraire, la laïcité revendique des valeurs clairement et fièrement assumées, incompatibles avec une suspension du jugement : liberté de conscience, égalité des citoyens, recherche de l’intérêt général. Toutefois, la question demeure de savoir si la laïcité ne pourrait être, malgré tout, identifiée avec d’autres formes de tolérance.

Tolérance, « tolérance élargie » et laïcité

20Si nous confondons avec tant de facilité tolérance et laïcité, c’est que les deux concepts renvoient à un problème politique commun : celui de la coexistence des libertés. Comment procéder, dans une société pluraliste, pour que des communautés disparates puissent librement coexister, sans que la situation tourne jamais aux conflits plus ou moins graves ? La tolérance et la laïcité se présentent comme deux solutions possibles, même si la seconde, au cours d’un long processus mêlant histoire politique et histoire des idées, s’est petit à petit extirpée de la première, jusqu’à s’en émanciper et, finalement, la contester. Reste que la solution par la tolérance est historiquement première et s’est posée, on ne s’en étonnera pas, à propos de la liberté religieuse.

1°) La tolérance et ses limites

21De ce point de vue, le texte initial, source de toute la modernité sur cette question, est indéniablement la Lettre sur la tolérance de John Locke (1632-1704), publiée anonymement en latin en mai 1689 et immédiatement diffusée partout en Europe. On se contentera ici de citer une phrase unique qui en exprime l’essentiel.

  • 10 J. Locke, Lettre sur la tolérance, trad. de J. Le clerc et J.-F. Spitz, Paris, GF-Flammarion, 2007, (...)

Il n’y a personne qui, par sa naissance, soit attaché à une certaine église ou à une certaine secte, plutôt qu’à une autre ; mais chacun se joint volontairement à la société dont il croit le culte le plus agréable à Dieu 10.

22Toute la conception lockéenne sur la tolérance et tout ce que les États, les politiques ou les penseurs qui se réclament de la tolérance ont défendu par la suite pourrait être exposé au moyen du commentaire approfondi de cette seule phrase. Concernant notre propos, relevons les quatre points fondamentaux suivants.

23a) La tolérance est indissociable de la liberté du jugement de l’individu, de son autonomie, de sa responsabilité : en clair, l’adhésion à un culte, quel qu’il soit, suppose en droit la libre adhésion du fidèle. « Volontairement » écrit Locke, c’est-à-dire que nul, pas même l’autorité politique, ne doit contraindre à une confession particulière, ne peut imposer un culte à quiconque. Le corollaire est tout aussi crucial : la loi ne doit donc rien dire de l’adhésion des individus à tel ou tel dogme religieux. Si elle intervient en matière religieuse, ce ne sera que du seul point de vue du droit commun, dans le cas de pratiques prohibées par la loi en général. Des mutilations ou des sacrifices humains cultuels, par exemple, feraient de l’officiant et des fidèles des délinquants passibles des sanctions prévues par le code pénal. Autrement dit, Locke retrouve ici une des notions cardinales du libéralisme moderne qu’il a contribué à fonder, celle de la séparation du public et du privé. En somme, l’adhésion d’un individu à un dogme, sous condition du respect des lois civiles, est une affaire purement privée sur laquelle la puissance publique n’a aucun droit de regard.

  • 11 Plus généralement, la « guerre des dieux » est une expression célèbre utilisée par Max Weber, en 19 (...)

24b) La tolérance implique le pluralisme religieux : « chacun se joint volontairement à la société dont il croit le culte le plus agréable à Dieu ». Or, quel est le culte le plus agréable à Dieu ? Qui pourra désigner ce que l’on nomme souvent, de manière plus directe, la « vraie religion » ? Personne. Montaigne, Voltaire et bien d’autres ont expliqué mille fois combien, en la matière, le doute était irréductible. Sur la question épineuse de la vraie religion, tout fidèle est en effet confronté à ce que Max Weber appelait, en 1919, « la guerre des dieux ». Par cette formule, Weber évoquait la situation remarquable des Olympiens qui se livraient à d’interminables guerres sans jamais pouvoir décider objectivement qui avait tort ou raison : de son point de vue, chaque dieu pouvait se croire, à bon droit, légitime dans son combat et il n’y avait aucune instance supérieure pour en juger11. Pour Locke, il en va de même pour les religions concurrentes tout au long de l’histoire humaine.

  • 12 L’« Acte de tolérance » de Joseph II octroie, en 1781, la citoyenneté et la liberté de culte aux or (...)

25c) La tolérance en matière religieuse n’implique en rien l’abstention du pouvoir dans l’ordre spirituel. Le pluralisme religieux accepté, rien n’em­pêche en effet d’admettre une religion d’État, c’est-à-dire une option spirituelle, choisie parmi d’autres et officiellement revendiquée par l’institu­tion étatique. Aujourd’hui encore, l’Argentine, le Liechtenstein, Malte ou Monaco sont des États constitutionnellement catholiques ; la Norvège et le Danemark sont luthériens ; la Grande-Bretagne est anglicane ; le Bouthan, le Cambodge, la Thaïlande, le Tibet sont bouddhistes… C’est une des idées majeures du Joséphisme. Pour Joseph II, il y a une religion d’État et le souverain ne pourra être que de cette religion, mais rien n’oblige les sujets à partager son culte : le pouvoir s’abstient de commander et d’interdire en ces domaines 12.

  • 13 Il a été souvent remarqué que, aujourd’hui encore, dans les pays de longue tradition tolérante comm (...)

26d) La tolérance implique donc le pluralisme religieux et s’accommode d’une religion d’État mais, dans la version lockéenne, interdit le refus du religieux. Pour être implicite, l’affirmation qui sous-tend le début de la phrase citée plus haut, n’en n’est pas moins ferme : si l’homme n’est pas, par nature, astreint à faire partie de telle ou telle église, il est en revanche « par sa naissance » destiné à faire partie d’une église quelconque. Pour le tolérant Locke, s’il faut tout faire pour que les diverses communautés puissent coexister, il importe encore plus de ne rien faire qui pourrait aller dans le sens du refus individuel d’appartenance à une communauté. Autrement dit, nous parvenons à ce paradoxe que l’apôtre même de la tolérance, dans le texte canonique qui fonde la tolérance pour l’Europe moderne et dont s’inspireront les pères fondateurs de l’Amérique, ne tolère absolument pas les incroyants 13.

  • 14 J. Locke, op. cit., p. 206.

Enfin, ceux qui nient l’existence de Dieu, ne doivent pas être tolérés, parce que les promesses, les contrats, les serments et la bonne foi, qui sont les principaux liens de la société civile, ne sauraient engager un athée à tenir sa parole ; et que si l’on bannit du monde la croyance d’une divinité, on ne peut qu’introduire aussitôt le désordre et la confusion générale. D’ailleurs, ceux qui professent l’athéisme n’ont aucun droit à la tolérance sur le chapitre de la religion, puisque leur système les renverse toutes 14.

  • 15 C. Kintzler, Qu’est-ce que la laïcité ? Paris, Vrin, 2007, p. 17.
  • 16 Voir, sur ce point précis, P. Decormeille, « Laïcité et lien social », in J. Baubérot et M. Wieviok (...)

27Ce point est décisif, autant pour comprendre l’histoire des idées politiques que, plus spécifiquement, pour discriminer les concepts de tolérance et de laïcité. Dans la logique politique du libéralisme lockéen, alors même qu’il s’agit pour notre auteur de prône"#tiest en hes par as limi>18Nous ul class=p culte :elui de la cest la formeus riem>, l’Éhéisme nPourquoi s? Perce que les prcroyants e conduituent uns, pa faire une lam>clmunauté. em>. demoaciltoem> J.u me sna pour lute laeectatuion du puen social uisque ce ternier ,n décinition, purese enr la tonfusice que le on bacomme si ce pl avai la eel es spiÉhociabeUn pfois co société civstitué j on poue ce qrs et,isagé tous trs contrats, t tout c les quofettions auridiques inssibles, mês chate retatipeuppose en probalitle deuneremière etrme de lciableilé, laquelle fit forténi en 17rnierre etstance s,nr la tonfusice qu la marole e l’adhue. CeOruelle esnfusice qucomme sri ce pl avi ne saoit le rien là bocune inanscenderce s,n bocune ugerformieligieuse nem> et dei comile, em>. u, co toutese rmts, neajte lison-jevoirudit ténspess(.16a>.

27La tonception lockéenne sunégoisquevidemment ims prlidée de llérance.Trctionnaire destoriquemet cesrique, ubliqueui inssitPluen clrès lesaévèution de la Étad de rentes, (.17a>, qu tel e inittué pom>Demoa Thaérance »em> am>De.em>

243/span>SiO17rsoon iexors m discérence, outre la molérance pocitese et, a molérance polargie u, co l’on veut, m tre lacke re Bayle, :our l liemier, lal, ’est patu d’appir slle éligion dutôt qu’àe autre ; ndis que lur l liconde,lal, ’est pantraint maappir se religion d lau cssusoement lal, ’est pantraint man’a air sp de prligion » class="footnotecall" id="bodyftn4"2 href="#ftn102>(.2/a>.(.21a>.

173/span> Pelle décérence, ouns cette lorsonptivemeoutre la molérance polargie udBayle.<1 la laïcité sentrçupar lrdinand Buisson, Jeis qustancure par la coi de 188905? Qui est-ce que iermet d,onceptioulement c,e repass de la laemière et la seulnde, ? QuDx polncipes dipposment sre q mês chatciux solncipes dinégorgieent lus splement unesprit, e tolérance et lui innnét sur d xtsion dumaxale d: ce sonlfont p,n quelque sorte l,util deur loutira une autre, eprensentenion de la État, c une autre, enception lo uappelt de la État maai la ecultue et les smmunautés pCettciux solncipes dint boun concen et de me pontenteraci de cis membionner qucs eement quur lppeler/p>

233/span> LPmier aslncipes : ocabstention dusolumede la pressance publique n matière rederoyance dem>.

233/span> ISond mlncipes : ocabexclion gsolumede laute lammunauté. onentifiée aveassumées,omme letleme, ns l’angorgborion de la coi dem>.

203/span> Nous ulnsont enp d’uncomme utre lax : «therine Kintzler, PiAnd deToselJean Jaubérot

2335span>Ce poi esminspressaidavantage. e motin ece sont ens que lues minséquences, ue le on baut imdducte de l’adh a.y préseder,eracequi avus rappmènt, pour di esnfupc las ébats contemporains. veass de ficultés phsriteus, ue lence,tre a notrsociété psucuurd’hui eBiLaumporse pontenint ma une auppee Brnécepiion de lacinqonséquences, dess les paumistre un une aut a.y prprofondi d

1436span>

1437span>strcueirittion eem> et laoscittion eem> e/p>

143/span>La torcueirittion ec’est le peods uferà la société dovile, es nobnt,sasqu’àors mdtenda parve e église, aubnt,sai deenndus et sens durgiee, yomprenisel nobnt,saimtinritelcomme lpar exemple, fe conlémebtion du purioner t des saobsèqs. dellnirittmem> e; etcqui ne sacilitépas prldiscun econs emmnctioulemeai deobsvans e/p>

2539span>dementssn politique, em> de Jreligions co l’égat, Leslaïcité es aumbieatue l’apient po de toltenion dm>de em> dgitislavemee Jreligions cdesschanexe la sotderce suurtique et hi mieont pr gitislavefont eninmrence à paute laligion, puepas sanlement une éligions co puenv eReVoyezpar exemple, fe ushversme, e prJap à unrtir de sidglnes po1930fe uuddhiste, e purd’hui encore, dacooBmatin u, e pruthan, leyomprenisouns cetternier as d,lrès lesaute lalcentes onscitutionnee 182008» class="footnotecall" id="bodyftn4"2 href="#ftn122>(.22a>.

254/span>Si ymtonquement pon loi deoupa fairon denérale. les setre,ibutde l’État <-nxon, (lefonctions nles setorité pnles seicitutionnesle dourpeu, le huiymnconxon, a.)e doivent pas êdevir saticle 2de lof dAuOdire aaut i-tre que il s y a perade lof da p avemr en qu’il aia pen 17ritique, so saobts àdne, d’uncmr enis, ce dluoint précis, P. rnhessau me parrqueft de mand le dCetar,uste tmt, pour di espubliqucns.aïque qc cruicutanlement undlaspect d lloi en tl importe en, 1 samais po hu la fentrem>, lmme le rutieert senij unK J Lette qupurvanme poranuîcas pabll si ongarires nt pro pratmps-cl,oc nats ramme, avervée se quance es ce parnt pintei ntant etur le raie aïcit,u’il sfaudit t 17rsoma sn domaer de ls ger s son pocmr enir la pepublique ipar exemple, fee ertcr ienàs fonentre qsu droipeu, ctoogi.

2541span>, oi avgffrsa concedion de cessibleité desoruaupeca publiquce Bu edifférences spiabstitianten grâ au mos lgsement d’un lotre étys e lan que lieu sommunautére, : les en solitique, nesii ongarie quel onduituenta citoyenneté eLCceint est ds pablloc na svt imde assi bien qu,: sp

j lut xarfoit d nt à re conholiques,a moiusulm, leouoju, auouothogrxe q,o phtrdis Ptde pa matme siatmps,oïque qCp> abexession c pedireisâmdeïque, » est une exntrairt con de s les parme rs,oc nainstrisâmdquécisément pco seraappelt dsamais po’à laammunauté. on l’abpèce deu memmunauté. i prsrecorme us ls vorpos qsu me, dans un invejteonflet de laute laaérité eLp> aormule, va ues e la pelcité  ve ir »).parcee l qume si majenupe aons posstiquencen, est une afrmule, crse, cei esmase sortent, dertien invejtedertien ime pamprenéhtssn pen la loicité. DaEe fit fottefois, ndiressaieneumme lesymptômtoc nale élévle eslgrande lenfusion g,rds laute lletrsostoire dde lof iritdet des snisaretsoutre lam>et, om>dems lem> l’Épeca publiquce deemrrque religieux. em>, om>des lem> l’Épeca publiqucLeslaimière et fottejrs dmpatibles dans le cas drde to loi nneec la toicité. DaLsollnde, 1t incompatible a,oc nantrairt con r ec la toicité. : en e ne peurrait als prler d,n effet ddess lesconfusion g Trfaltéavefem> et laooblige oire sem> et(scun econs eus haporte eneucore, dasel loan Jaubéetethère pummune eem> et( uuu la qurue)t cem>ethère publique seem> e( uhlere une reiredeeeca publiqucem>. ul> 2class="texte">2542span>SiO17ségoiarer ct alen d paumtcls, incle semble qsi on lunduitdraleite tains on, 1 ébats co mondnt pcoitnt pes par la politmentesr la senod ne la autrnde cettsunduitdraleons pUn paul poemple,  uicura le polieasans jartec l’égale, i prsrme de clamepess paatmptretsunz Re tains on, 1 é pelcititde»).pamme le g itAuJeout xatmoin er cee nuuxmembi et ltnantvefs ste tnt de nij un y a laquante coa on iannimix,partiie pe, Darsonne. ’a aieitemais poouve revn augéede de la de issitionflaspgieuse n, e pt, «i interdisades snanga .uisson, JeJcureou deBant:d raient enté civstitnan dsu apparrdre l’àe aulle ou ige oins eussentrsrecondique dre to loicité. pamme le sont exté civstitnan dsur l’inentadent und1nore pacare pluncipes e égalité de imie cto nt reveect d auns sounonae partiit d nt àïque qCp> 2class="texte">2543span>laspgiee, «spgi, lastaiquun atln làssi bien qutre laeu, e plure et s renent ls,u’il re le prefrre dmt xême dSuIénipdercmnt de la tovitdé de late retatymogiqu dailtt indiniablemexe la soligion d une aciltrs e lacosion dmmunautére, articularires me d iculac CeOru laïcité senrche d,n e nessitPl propocte de utln làis poull eu sanidité dsu férencetdSup>

  • 13<3span> Voir, sur exemple, fe umarquable desocunt pre qv laVaréulaPork t:d Milkem> et(2006)cei esmeun rio href="#ftn132>(...)

264/span> in, ls pauongaraté pnu les pedividus ité dsu vent patre tosolures pa deston,e lle probof, e to coule phentifi civsunautére, .lTte lammunauté. smeun riplacepar nature, as problssus mentifire qui poirudit tét au ccar n, lat auufie ru telt au itlle, sanelle in pouvoiaitAuTte , yompreniselaolitique, /ien ausûrmême si lale islnsont enp ds sermus conceptrnes. ,u bautns e éblée cox confunautés puligieuse np» class="footnotecall" id="bodyftn4"2 href="#ftn132>(.2/a>.

2545span> dellit tem>, ublee snt imbalitée pCp> 2class="texte">2546span> 2class="texte">2547span>18 iv>