Navigation – Plan du site
Marges et Controverses
3

Magritte : icônes du monde, stigmates de civilisation

« Ceci n’est pas une pipe » : l’invention de l’icono-logie, l’image parlante
Magritte: icons of the world, stigmata of civilization
Paul François

Résumés

L’art de Magritte témoigne du destin icono-logique de l’Homme, qui se joue aujourd’hui sur la pointe de l’Occident écartelé entre l’art sacré byzantin et l’art mourant contemporain. Cette lucidité anachronique a généré des contresens, qu’il a cherché à dissiper en écrivant à Michel Foucault : « Ceci n’est pas une pipe vaut “L’homme est un animal malade” ». Son art agnostique exprime la connaturalité iconique perdue ou retrouvée du Logos et du Monde : « Je peins l’au-delà, mort ou vivant ».

Haut de page

Texte intégral

1Ce sous-titre quelque peu alambiqué est rendu nécessaire par le positionnement étrange de Magritte dans la peinture du vingtième siècle. Dont il dit lui-même : « J’ai le sentiment de ne pas penser à la peinture comme un artiste peintre. Je ne suis ni en-deçà, ni au-delà de la pensée artistique : je crois être autre part... Je peins l’au-delà, mort ou vivant. L’au-delà de mes idées, par des images… Je ne peins pas : j’utilise des objets qui ont l’apparence de tableaux ». Ni peintre, ni philosophe, Magritte, à l’instar des byzantins, est un iconographe qui montre des messages au moyen d’images. Mais il part de la perplexité propre à l’art du vingtième siècle. Perplexité dont témoigne son œuvre la plus connue, qui n’est pas un tableau. Mais une image parlante.

2L’œuvre emblématique de 1929, intitulée La Trahison des images, est célèbre, parce qu’elle inscrit la dénégation Ceci n’est pas une pipe au sein de la monstration picturale. Alors que dans la perception picturale habituelle, le support physique de l’image disparaît, remplacé par la chose imaginée, pipe simulacre apparemment externe. Cette magie spontanée de l’image ne peut être exorcisée qu’en montrant et dénonçant la prestidigitation qui la constitue. Toute la complexité du fameux pseudo tableau est là, qui résume des millénaires de paradoxes concernant l’image. Donnons un exemple éthologique. Des traces d’odeur restent dans un sac, et le chien saute d’impatience, convaincu par une image olfactive de la présence d’une source de l’odeur. Chez l’homme, ce genre d’hallucination est une régression qui s’auto entretient et se dote de pseudopodes culturels. Dès lors, comment bloquer la suggestion « icon-hypnotique » spontanée ? Le titre, qui n’est qu’un commentaire extra pictural, ne saurait assurer ce blocage effectif de l’hallucination, lequel doit partir de la suggestion picturale elle-même. La trouvaille de Magritte fut de faire parler l’image, de lui faire dire son mensonge naturel : « Moi, Épiménide visible, je ne suis pas ce que je montre ». Peindre des mots, au lieu d’imprimer des titres, fait passer de l’icono-logie virtuelle à l’acte de langage et d’image, au performatif pictural actuel. Ceci n’est pas une pipe est le Cogito visionnaire déracinant les idoles du Capitole.

3Mais l’illusion déracinée localement et transitoirement renaît et demeure, suggérant invinciblement une présence pourtant intangible. Sachant grâce à l’inscription dénégatrice que « L’image est séparée de ce qu’elle montre », on se demande alors : où se trouve la pipe avant et après son image peinte ? Ou en d’autres termes : quelle est cette Présence indubitable et trompeuse ? Retenons que la Pipe, symbole magrittien apparu en 1927 dans L’Avenir des voix (p. 240 du catalogue de Sylvester) se retrouve dans Le Problème de l’espace (1928, p. 262) partagée entre deux pipes situées de part et d’autre d’un Mur (autre symbole magrittien) habité par un homme Silhouette (autre symbole) réduit à des contours blancs dans ou sur le Mur. « Le problème de l’espace » ou de la Présence distante, c’est celui de l’indiscernabilité entre les représentations internes, les signes médians dans l’interface, et les choses dans la réalité physique. Alors que les taches sur les murs n’évoquaient selon Vinci que des « inventions ...fantastiques », Magritte a compris et symbolisé par le Mur l’interface qu’est l’Homme, entre ses pensées et les choses, dans lequel il élabore ses maquettes du monde.

4L’image parlante de 1929 consiste en l’inscription peinte à même le fond pictural, d’un déictique (ceci), c’est-à-dire d’une figure verbale contre la figure visible de pipe. « Eco inscription », trace écrite du geste accompagnant l’énonciation d’un déictique, cette désignation peinte se poursuit en l’énonciation picturale d’un contre énoncé (« ...n’est pas une pipe ») déniant son référent. La désignation dénonciatrice inscrite dans le corps pictural permet de séparer virtuellement les deux f