Navigation – Plan du site
Etudes

L'épochè populiste

Dialogue avec une fiction philosophique
Erwan Sommerer

Résumé

Le populisme est la rencontre avec une entité fictive héritée de la philosophie politique. C'est un dialogue imaginaire instauré avec un interlocuteur collectif – le peuple – disposant d'un accès privilégié à la connaissance du réel et du vrai. L'essence même de la démarche populiste est cette tentative d'instaurer une relation, d'organiser une rencontre avec une chimère conceptuelle dont on attend la révélation du sens de l'histoire et de la communauté : il faut aller au peuple pour entendre enfin sa parole à l'écart de toute médiation. Chercher le peuple – ce qu’ont fait à leur manière les narodniki russes, les nationalistes argentins des années 30 et les maoïstes français –, c'est alors prendre le risque de ne jamais le trouver et de rendre interminable cette étrange épochè, cette suspension du jugement par laquelle la découverte de la vérité, et donc du meilleur régime, sont différés dans l’attente de la parole du peuple. Ainsi, le populiste prend trop au sérieux la philosophie politique ; il s'invente un peuple et part à sa recherche pour finalement ne tomber que sur lui-même au fond d'une impasse sceptique.

Haut de page

Texte intégral

1Le siècle de Périclès ne s'est jamais terminé. Depuis, le peuple n'a cessé de gouverner. A peine Cicéron lui offrait-il une République que déjà, il disposait d'un empire ; les empereurs auxquels il déléguait sa souveraineté n'agissaient qu'en son nom. Ainsi la puissance de Rome fut jusqu'à la fin celle de son peuple. Et la dislocation puis l'effondrement impérial ne furent pour lui qu'une péripétie : par de multiples pactes, il donna son consentement aux seigneurs et aux rois féodaux qui ne gouvernèrent que par son adhésion. Que le suzerain trahisse son serment, que le bien commun ne soit plus pour lui un but de tous les instants, et il abandonnait son pouvoir au peuple. Longtemps, le pactum subjectionis continua à préserver contre tout détournement sa parole souveraine. Puis vint Rousseau, et l'on s'aperçut que non seulement le peuple ne gouvernait pas, mais qu'il ne l'avait jamais fait : une souveraineté prêtée était une souveraineté perdue. Le peuple tombait de haut ; toutes ces lois, ces contrats et ces pactes n'avaient eu pour seule conséquence que de le priver de son pouvoir instituant. Ou bien il se commandait lui-même, ou il abandonnait sa puissance.

2 Mais comment faire entrer cette philosophie dans les faits ? Comment réaliser les promesses de la pensée politique ? Les jacobins s'en chargèrent : il suffisait d'insérer de force les idées dans l'histoire ; permettre enfin au peuple de gouverner autrement que par principe. En quelques années à peine, on s'était aperçu que le plus ancien des souverains n'avait en fait jamais eu le moindre pouvoir. Toute l'histoire des Cités, des empires et des royaumes était une vaste trahison. L'exigence rousseauiste fut remplie : Robespierre incarnait le peuple et celui-ci s'exprimait par sa bouche ; il était le peuple, et la force employée contre les ennemis de la Révolution n'était que l'expression légitime du bien commun. Quelques-uns cependant ne furent pas convaincus et livrèrent une autre interprétation : encore une fois, le peuple était trahi, et l'expérience jacobine n'était qu'une nouvelle façon de le faire gouverner dans la philosophie – dans l'abstrait –, prolongeant ainsi la longue tradition idéocratique.

3Finalement, une autre voie fut empruntée pour concrétiser la démocratie, et la méthode représentative fut acceptée comme la seule façon raisonnable pour le peuple de gouverner. Mais là encore, certains considérèrent que le peuple avait été floué ; le principe de l'élection n'était pas suffisant pour lui rendre sa pleine souveraineté. Ceux-là émergèrent du jacobinisme agonisant, renouant avec la radicalité rousseauiste. Babeuf, en quête d'un véritable Etat du peuple, faillit inaugurer le populisme. Mais ce ne fut qu'un retour à l'idée, car la conjuration des égaux, plus encore que le jacobinisme, était une pure incarnation du peuple, la captation arbitraire de sa parole : les Gracques étaient des tribuns, interprètes de la parole populaire. Mais ils n'étaient pas le peuple ; encore et toujours, simplement, des porte-voix.

4 Plus tard, cette réplique initiale à la démocratie représentative inspira des mouvements dont la finalité – des narodniki russes à la Gauche prolétarienne, sans négliger le nationalisme de gauche argentin1 – fut d'aller au peuple pour l'écouter. Populistes, ils prolongèrent le siècle de Périclès. Sans comprendre que l'ancienne fable démocratique ne portait pas tant sur le pouvoir du peuple que sur l'existence même d'un peuple homogène capable d'exprimer spontanément un discours cohérent et universel.2 Ce clivage a perduré : là où la modernité a accepté que le peuple soit en partie construit par l'offre politique, le populisme cherche toujours à discerner la volonté populaire. Ce faisant, il se tient face à une idée, héritée de la philosophie politique et de siècles de réflexions sur une abstraction qui n'a jamais gouverné. Ce qui advient lors d'un dialogue avec l'idée du peuple, quand on cherche concrètement à saisir le discours qu'il énonce, voilà ce qu'il faudra déterminer ici, le populisme étant ce face à face avec l'imaginaire que l'on confond avec une pleine entrée dans le réel.

Le populiste et le démocrate

5La volonté générale n'erre jamais. De cela, le populiste ne doute pas. Et c'est ce qui le sépare du démocrate qui, lui, ne prend pas Rousseau au sérieux, ou pas assez. Le pluralisme est à ce prix : ce que le peuple décide un jour, il peut le défaire le lendemain. Son choix n'est jamais définitif, aucune de ses décisions n'est absolue. Quand la volonté générale se prononce, elle n'atteint pas la vérité. Pas plus que la justice ou le bien. Le démocrate accorde au peuple le droit de se tromper, de changer d'avis. L'inverse, justement, de ce que Leo Strauss décelait chez Rousseau, à savoir la confusion de l'être et du devoir-être : lorsque le peuple parle, il n'hésite pas ; il prend spontanément le meilleur chemin. La critique, au nom d'un quelconque idéal, est inutile. La seule vérité, la seule justice et le seul bien possibles sont ceux que désigne la volonté générale. Le peuple a raison, et atteint l'idéal, quel que soit le contenu de sa décision.3 Or, le régime libéral s'est précisément construit sur la réticence envers les définitions exclusives du vrai, du juste, ou de tout autre principe supposé fonder la Cité parfaite. Ce régime accepte donc une part d'incertitude : parmi les valeurs en compétition dans l'espace public, aucune ne saurait être ultime. Mais l'idée de l'alternance est étrangère à Rousseau, comme elle l'est au populiste. La différence, ici, est ontologique. Le démocrate ne sacralise pas la parole du peuple ; il ne sait même pas si le peuple est réel. Le populiste, à l'inverse, reçoit de la philosophie politique trois postulats indiscutables : le peuple existe, il est doté d'une parole, et cette parole est une parole de vérité.

6Entendre le peuple, c'est discerner l'essence des choses. C'est entrer de plein pied dans la réalité et s'affranchir des illusions là où le démocrate se contente de déterminer qui est majoritaire, qui ne l'est pas, et s'en tient à l'isonomie : la Cité tout entière décide elle-même de ses propres normes. Celles-ci peuvent donc changer et fluctuer. Et puisque l'unanimité est impossible, alors on laisse le minoritaire exister comme altérité, comme un rappel de la contingence des valeurs dominantes. Mais dans la pensée populiste, ce qu'exprime le peuple est sans alternative, sans extériorité. Le peuple échappe à la pluralité des perspectives, à la relativité des valeurs. Son statut d'opprimé, son lien à la terre, au travail, l'universalité de son existence lui garantissent la saisie directe et immédiate de la vérité et l'intuition du meilleur régime. C'est parfois le peuple des paysans, celui que cherchent les populistes russes. Mais c'est plus souvent le peuple des ouvriers, les « masses prolétariennes » : l'ouvriérisme marxiste est un populisme. Désignant dans le corps social une entité collective à laquelle est attribuée la capacité privilégiée d'exprimer le vrai. Ainsi, les figures du peuple sont multiples mais son rôle, dans la pensée populiste, reste le même. Par-delà les variations historiques, culturelles, ces expériences politiques ont suivi une trajectoire semblable.

7En un sens, tout a commencé par Rousseau. Avec, il est vrai, une confusion initiale. Car chez Rousseau le peuple, exprimant la volonté générale, n'est pas une simple partie de la Cité ; c'est au contraire sa totalité. Le corps social dans son ensemble – comme c'est le cas dans les démocraties modernes – et non à l'une de ses déclinaisons. Mais cette nuance a vite été perdue par les populistes. Dès Michelet, dès le moment où le privilège ontologique – la capacité d'assembler l'être et le devoir-être – est octroyé à un groupe spécifique, à une communauté soigneusement délimitée : le peuple n'est pas l'ensemble de la Cité, c'est sa frange la plus pauvre, ou la plus dominée. L'accès spontané à la vérité doit se mériter. Le meilleur régime n'est perçu que par ceux qui souffrent de l'injustice.4 Peu importe quelle part du monde social est alors désignée comme « peuple », et peu importe aussi le projet politique qu'elle sert à légitimer. L'important est qu'à chaque fois un acteur collectif est repéré en tant que porteur monopoliste de vérité, de justice, de perfection éthique et politique. Bien sûr, ce peuple est aussi un tout. Ceux qui en sont exclus – les élites dominantes, les exploiteurs, les ennemis de classe – n'ont pas leur place dans le modèle de société dont le peuple détient spontanément la connaissance : la partie figure en puissance ce que sera la totalité future. Dans la pensée populiste, tous les citoyens n'appartiennent pas au peuple ; celui-ci – pourtant massif, défini par son nombre – est un club très fermé. Celui dans lequel le populiste, découvrant là une source de vérité, veut absolument entrer.

La suspension populiste du jugement

8Dans la pensée populiste, le peuple, en quelque sorte, est source de connaissance ; il porte en lui un savoir qui ne peut s'obtenir dans les lieux traditionnels de la science : ce n'est pas à l'université que l'on rencontre le peuple, ni dans les livres. Et ce n'est donc pas là que la vérité peut être approchée. L'histoire telle qu'on l'enseigne ne dit rien sur le peuple, et elle ne dit rien sur le secret qu'il détient. La philosophie politique elle-même, jusqu'à la rupture rousseauiste, n'est que l'histoire des pactes imaginaires par lesquels, pendant des siècles, on a fait gouverner le peuple. Du moins est-ce ce que constate le populiste, devenu soudain socratique : il ne sait rien. En se tenant éloigné du peuple, il ne peut prétendre détenir un quelconque savoir. Ce même raisonnement est tenu par les populistes en Russie et en Argentine, ainsi que par les maoïstes français : il faut se méfier des théories, prendre garde aux concepts, s'écarter des sciences qui ne s'appuient pas sur l'expérience du peuple. Ainsi, le populiste doute. Repérant dans le corps social un énonciateur de vérité, il comprend qu'il ne peut dire quelque chose de vrai et de juste – et donc connaître le meilleur régime – tant que le peuple ne s'est pas lui-même exprimé. Rousseau ne disait-il pas que l'opinion de chacun doit être mesurée à l'aune de la volonté générale ?  Ce n'est qu'une fois celle-ci connue qu'il est possible de départager la vérité et l'illusion.5 Tout ce qui n'a pas été validé par le peuple n'est que doxa, opinion sans fondement, assertion arbitraire sur le monde qui ne se base sur rien de stable et de pérenne. Par-delà l'erreur, le vrai ne s'obtient qu'à l'écoute du peuple.

9A l'origine de tout populisme, il y a ce doute ; le scepticisme par lequel celui qui admet la supériorité du peuple décide lui-même de se taire. De ne plus se prononcer hâtivement sur les choses. Mieux vaut attendre la parole du peuple. C'est une épochè d'une nouvelle sorte, une suspension populiste du jugement. En Russie, dans la deuxième moitié du 19e siècle, la jeunesse étudiante rejette le savoir universitaire. Ce qu'elle apprend dans les livres lui apparaît comme des mensonges destinés à asseoir le pouvoir tsariste.6 Rien de ce qui lui est enseigné dans les villes – lieux de corruption occidentale où se perd l'identité profonde de la Patrie – ne semble apte à rendre compte des conditions d'existence réelles du peuple.7 Un siècle plus tard, les maoïstes de la Gauche prolétarienne, issus de l'élite universitaire, décident également de rompre avec la philosophie ; ils referment les livres, abandonnent derrière eux la connaissance du monde, les concepts qui sont supposés leur donner les clés de compréhension de la réalité : là encore c'est pour s'affranchir d'un savoir qui n'est que détournement de la vérité. Dans le populisme, il y a la crainte du dogmatisme tel que le dénonçaient les sceptiques – notamment Sextus Empiricus – et tel que Bacon le reformula : l'empressement de l'esprit humain, son impatience face aux choses et sa tendance à se précipiter pour dire ce qui est, ce qui n'est pas, pour admettre ou réfuter, se prononcer sur le vrai et le faux.8 L'esprit est pressé, et pour le populiste la connaissance savante, universitaire, n'est qu'un moyen sophistiqué pour le satisfaire. Patienter, c'est alors pratiquer l'épochè sceptique ;  c'est suspendre sa propre croyance dans le monde, ou du moins éviter de se décider quant à ce qui est vrai ou faux, juste ou injuste.

10Dans les années 30, les nationalistes argentins qui ont placé leurs espoirs identitaires dans le peuple ont poussé jusqu'à son paroxysme cette suspension ; ils sont allés plus loin encore que les narodniki ou les maoïstes français : il fallait éviter à tout prix d'anticiper la parole du peuple. Surtout ne pas se laisser aller à imaginer les institutions futures, celles qui naîtraient de l'expression de la volonté populaire. Le peuple, muselé par un régime corrompu, ne pouvait encore parler ; le seul projet légitime était de lui rendre la parole, sans jamais le précéder en anticipant ce que serait le contenu précis de cette parole. Jusque-là, l'identité de la Nation – et celle des populistes eux-mêmes, incertains quant à leur propre rôle – serait différée, en suspend.9 C'est en cela que le populisme est attente, délai et patience : il y a dans cette pensée une sorte de temporalité, un moment de flottement du sens, à travers le refus d'approuver l'une ou l'autre des opinions en concurrence dans l'espace public. C'est une pause, une façon de calmer la hâte de l'esprit alors que les conditions ne sont pas réunies pour une décision légitime quant aux institutions les plus adaptées à la communauté – voire à l'humanité tout entière.

11Là réside l'originalité de cette épochè, cette suspension sceptique de la connaissance du monde. Non pas, comme chez les philosophes antiques, parce que s'annuleraient les diverses prétentions contradictoires à la vérité, rendant celle-ci inaccessible10. Le populiste, en effet, n'est que temporairement sceptique, il ne vise pas à travers l'épochè la tranquillité de l'âme ; jamais il n'abandonne sa quête ontologique, son désir de dévoiler l'être profond de l'histoire et de la Cité. Son épochè s'installe dans la distance qui sépare l'abandon du savoir universitaire de l'expression de la parole du peuple. Tant que celle-ci ne s'est pas manifestée, que les conditions institutionnelles ne le permettent pas, rien ne sert de penser le monde. Donner son assentiment à telle ou telle hypothèse – à tel ou tel régime – c'est risquer de verser dans la doxa. Le populiste suspend son jugement en attente d'une certitude à venir ; il accepte le doute en préparant son abolition. Son épochè n'est pas relativiste ; son scepticisme est limité : face aux objets qui l'environnent, le sujet populiste questionne les modes d'accès traditionnels à la connaissance – ne serait-ce que la simple lecture – et repère dans le monde social un acteur collectif capable d'énoncer le vrai. Un acteur dont le privilège fondamental est de ne pas voir le monde à travers des symboles ou des constructions de l'esprit, mais dans son essence la plus pure.

12Le scepticisme à l'œuvre dans la pensée populiste ne se déduit donc pas de la confrontation de points de vue indécidables ; certes, le populiste repère une extériorité, il est projeté hors de sa propre prétention monadique à connaître le vrai. Mais sa découverte la plus fondamentale est que cette extériorité ne connaît pas de réciprocité. Envers elle, il n'existe pas d'extériorité possible. Atteindre les lieux du peuple, c'est rejoindre un territoire qui ne connaît plus aucune limite ni frontière. Le peuple est l'altérité du populiste, mais une altérité à sens unique, sans retour possible. Son point de vue sur le monde est le seul légitime, il ne souffre aucune concurrence : le peuple ne connaît pas d'altérité ; en son sein s'achève le conflit des normes et des valeurs ; il incarne la totalité de ce qui est, et de ce qui doit être. En le cherchant comme autre, le populiste souhaite en finir avec la possibilité même de la contradiction ; il n'accepte l'épochè qu'à condition que celle-ci soit elle-même suspendue à jamais une fois rencontré le peuple. Et s'il propose le changement radical des institutions – parfois en termes révolutionnaires – c'est pour donner la parole au peuple puis fonder sur elle le régime qui sera, de ce fait, le meilleur possible. Ainsi, pour que cesse l'épochè, il n'y a qu'à entendre cette parole. Ce qui, bien sûr, face à une fiction philosophique, ne va pas de soi.

Le peuple contre le concept de peuple

13Faire que son épochè soit seulement transitoire implique pour le populiste de réduire la distance qui le sépare de la vérité. Cette distance est d'abord symbolique. C'est celle des concepts, des représentations. Du monde passé au filtre des préjugés culturels et sociaux. Le scepticisme antique n'est jamais loin : l'épochè décrite par Sextus Empiricus prend sa source dans l'incapacité du penseur à accéder aux objets extérieurs sans passer par la médiation déformante du contexte dans lequel s'effectue l'acte de pensée.11 Sa culture d'appartenance, notamment, le force à adopter une perspective qui, loin d'être universelle, révèle au contraire l'arbitraire de son savoir et de son désir de comprendre ce qui l'entoure. De cette multiplicité des perspectives naît l'impératif de suspension du jugement. Reformulée par la philosophie moderne, cette méfiance envers les préjugés – les prénotions du sens commun – a trouvé une forme d'aboutissement dans la critique marxiste des idéologies. Donc dans la critique des idées fausses, des illusions déployées dans le monde social pour leurrer le prolétariat. Chez Marx, l'idéologie est une distorsion de la réalité ; c'est un obstacle entre le sujet et le monde tel qu'il est. Celui qui raisonne à travers les principes et concepts de la pensée bourgeoise rate la vérité. Seule la classe ouvrière annonce une société sans idéologie, sans médiation entre le sujet et l'objet, car elle seule – mais le peuple de Michelet et des narodniki l'a précédée – entre directement en contact avec le monde, de façon spontanée, pratique. Nul besoin de le penser : elle le vit, elle existe dans le réel.

14Ainsi le populiste imagine-t-il le peuple ; il désigne une entité fictive qui n'aurait besoin ni de la réflexion, ni du savoir pour accéder à la vérité. Ce faisant il renie l'ensemble des connaissances – la philosophie politique – dans lesquelles il a puisé cette fiction. Le populisme est une idée avant d'être une pratique. C'est une pensée qui prétend s'affranchir des exigences de la pensée : la construction d'un peuple imaginaire à qui l'on tente de donner vie. Les courants populistes décrits ici sont tous impulsés par des étudiants ou des intellectuels rompus au maniement des concepts de la théorie politique : le populisme est lié à la philosophie des Lumières, au rousseauisme, à leur continuation marxiste. A la recherche d'un acteur collectif capable de mener à son terme un projet d'émancipation sociale. Le peuple propose des certitudes ; il se voit confier un rôle que même le marxisme – dont l'ouvriérisme est une tendance marginale – n'a pu lui accorder. En s'aidant du peuple, le populiste veut voir le monde dans sa pleine réalité, il veut échapper aux préjugés, viser l'essence sous les multiples couches symboliques, contextuelles et contingentes qui recouvrent les objets.

15C'est sa première immédiation : loin des concepts, des livres, des représentations que l'esprit forge dans son urgence théorique, dans son impatience à errer. A l'apogée de son évolution intellectuelle, le populiste découvre une entité dont l'existence même implique d'abandonner derrière soi la pensée. Mais encore faut-il pour cela que soit accomplie une autre forme d'immédiation, un seconde abolition de la distance, plus importante encore. C'est la seconde critique populiste de la représentation. Non plus symbolique – la médiation des concepts – mais politique. Cette forme de représentation tant décriée par Rousseau, cette médiation de l'élu, du porte-parole du peuple, toujours tenté de trahir la volonté générale. Prétendre se saisir de la parole du peuple sans faire partie du peuple est une imposture ; celui qui reste au loin, qui regarde les masses sans s'approcher, et qui ose pourtant s'en faire l'interprète, celui-là est solidement installé dans l'erreur ou le mensonge. Michelet l'avait affirmé : pour partager les secrets du peuple, il faut s'immerger en lui, plonger dans la multitude et abolir la distance physique.12 Aller au peuple : tel est le mot d'ordre de tout populisme qui veut lever le doute sceptique.

16Lorsque le tsar ferme les universités – source de subversion –, les populistes russes décident de répondre à l'appel qu'ils croient entendre. Celui des paysans, des communautés agraires mythiques, ces fameuses obshchina collectivistes où la vraie Russie aurait été préservée.13 Abandonnant les villes pendant le fameux « été fou » de 1874, ils s'habillent en moujiks et partent par petits groupes vivre auprès des paysans.14 Un siècle après, en France, les étudiants maoïstes décident que l'enquête sociologique ne suffit plus ; c'est au contact direct des « masses prolétariennes » qu'il faut s'éduquer15. C'est le mouvement d'établissement. L'usine supplante l'université ; des dizaines de militants se font embaucher pour travailler à la chaîne. Souvent, ils abandonnent leurs études : le peuple détient une vérité, et pour la connaître – et saisir en même temps la marche de l'histoire vers la révolution – la fusion est nécessaire. L'épochè cède la place à l'immédiation. La représentation est supprimée ; le militant veut approcher cette entité collective dans laquelle il voit la promesse d'un ressourcement national ou d'une Cité universelle. Surtout, il tente de devenir le peuple, d'en finir avec la distance identitaire.

17En Russie, des « écoles du peuple » sont créées, sortes de lieux de resocialisation. On y apprend les métiers des paysans, les attitudes, les pratiques : le travail de la terre, du bois ; comment se nourrir et survivre.16 En ressemblant le plus possible au peuple – tel qu'il est imaginé –, il doit être possible de devenir comme lui. Et les maoïstes, de façon frappante, reproduisent cela : ils s'habillent en ouvriers, habitent leurs foyers, s'inventent une biographie « prolétaire » pour mieux se faire recruter en usine.. Surtout ils renoncent aux loisirs bourgeois – la lecture, le cinéma – pour se conformer au mode de vie de leur nouvelle classe sociale.17 C'est l'impératif de « prolétarisation ». Le populisme, en effet, est un mimétisme, une façon de copier le peuple pour s'y perdre. Mais il ne s'agit pas de jouer un rôle ; celui qui, rentré chez lui redevient étudiant, n'a aucune chance d'accrocher le mouvement inexorable de l'histoire. D'origine bourgeoise, les populistes russes et français ont voulu s'aliéner à une multitude qu'ils ne connaissaient qu'à travers des constructions intellectuelles savantes. Il y eut donc une difficulté imprévue : après avoir inventé le peuple, après l'avoir doté d'une parole de vérité et décidé de le rencontrer, il fallait le trouver.

18

Le dialogue avec le réel

19C'est en allant au peuple que le populiste mesure l'écart infranchissable entre la fiction philosophique et la complexité du réel. D'abord parce que le mimétisme est toujours un échec. Vêtus de haillons, les étudiants russes imitent une image, une vue de l'esprit, loin des paysans réels dont ils souhaitent partager le sort.18 Et rien ne les a préparé aux vraies conditions de vie des communautés agraires. L'expérience d'établissement en usine révèle ce même décalage : ascétiques, habillés comme des prolétaires de cinéma, méprisant un mode de vie bourgeois dont les ouvriers rêvent ouvertement, les maoïstes tentent de se fondre dans un prolétariat qui n'existe paradoxalement que dans leurs livres et dans la propagande chinoise. La course à la prolétarisation – c'est à celui qui sera le plus misérable et effacera ainsi ses origines sociales honteuses – annonce la véritable nature du mimétisme : la caricature. C'est-à-dire la révélation de la distance et la réussite d'une fusion qui ne concerne aucunement les ouvriers mais leur représentation dans la doctrine maoïste. Le prolétaire idéal, fier de son destin, méprisant les biens matériels, insensible aux appels consuméristes de la société bourgeoise, n'existe pas. C'est une chimère idéologique et les « curés rouges » se, nsocire i> dement, actellectuelles savantes. Il y eut donc une difficulté imprévue : après avoir inventé le peuple, après l'avoir doté d'une parole de vérla ugande exaspexistenLeo Strnté le montrsleursène capaterns réel plus po la marche dee poa peet popopurial pu s'alrisquer ns mat cellefe étraass="fooici, est mute marginale rès desun rtecall" id="bodyftn4" href="#once call" id="bodyftn5" plonais il8 "> ccès trlectivistner à un s'aidamporteurtout, bourgeoilie une autn4" acupeuple deaulisme, enlass="foote changetin, mn l'en'span de récips rompuolique imprévpulisme nouvellerreuie entenisi lui eains n'avïstes frança

  • 17En Russie, des « éc>19C'est en allant au peuple que le populiste mesure l'écart infranchissable entre la fiction philosophique et la complexité du ré20me de seu masses pdVêtus r place dansie le de vé

    1

  • 1114tudcult< peties="sid ivi une teur àn btandce q="foo les ' hrefsir en in, mneidenotesude juste – et de la vel.

    r les maor les sec classale –anum">< universitaire, décident égalemen2, le populismee ch2 même dclaciffacera ainss de cinéma, méprisan,conditionsouvritioenir lncertaine. Le pais on telle hseul légitimenenrusse,e ce fnme lui necrits ic d'une tent depulsés par des voir 'sp ai l'on ans leple, tons extériotati. Feconde cle chimv commee bourgeo?sène sujet sonde enaaétarisitude qu'ilyftn4"s russest uneq="fooerns réelss="nu devoir-uple'i fronitionne« prol meilleC'est la venirel.

    leurs foyersaysans rÓ leon, ut d'un véritun grss="f de compnsemble de la Cité, c'esttn1«ïns="foot univon populs. Aoire , ie encore sue seême s="foottif cap. Du mocns faire partus détudiants russesui nesnt, aest liqui en son'hairzid="bodyft>14Pdominantnérale ?en de semene approimère une trae. Surtout, leursltiple l'envileurs foyer"> Michelet rrence modèlssie esé r ford, leoutissr dappelcall" id= c'est philles c jamte" og ne ssa quège ontion d" id="bo. Fe'inteles maoïene apprortait pas el.

    pulistiejn. Lavait enen lce Reforécis di rec leurs/sli>
  • 1<» qu'il e saitinss de cinéma, méprisan,ct survivte. aus="paranumours tentes ours qe cessconditionsfcormunauanme ncorpolitiqatif de maoïs chiu ,de ns ddaoïene approsi, pour que ces a voeu pérennesur la conn< universitaire, décident égalemen2par petits gr2pa>23 même ddir le mondune parole fuaupa-s="foap plongerndrepopul' pour le '

      142 des D : face a, e a class=trs el.

      Cité uune nc classale –anum">eest pas, et s'en ties russe,environnent,on de la vol défini par socall" id="bodyftn5" s opi pais onil renie ln, son impat s'en f par ils refen>Peo Strnai. Auple est uérioritsme n des va'é mête. Le prolvuple ne con une . Vult< pecorireeme qui veut leousseau, cettvque soit accomplrité ne connnt l'ouinfseace quea Austes tetisme tfameicature. C'ss=taire antse pourtant s'en ?en vexisteeo Se t i Le dialogue avec le réel
      pjamaish="bons extrança Mt suivi ccès tce qui estle, it lablrochensprit aétarisonnaissance e à q u peuprble des e t> Eomble cesonAs="textaffuelconque les « ientese travail dee nouvelleui ne lce commes russesui ,ensembl d'unfugés, ils a de la volonté popuial ur, eout, dotes n'acceptcrets du peut des vle eoll" id="bVult< pe

      a saisieional ou d'une t>

    15C'est sa première imm

    at les re des uspensiod

    n f pvres et ce fait, le rocpensiorenne. Par-d la saisce aux objfaire l'loin p classs n'avyées danle-ci ntnérale nt suivi 2i ne sDu hitéple at se, ils lass="el la sBur" ssdrrte la
  • ldonner lesfult>< universitaire, décident égalemen2ui. Et les ma2ui>26. tienrols savantes.core queout, dotes le n ploeusen  univ de»eorpoau psens ugnen prolx qubodyftnuplon à un aîne. Sen iucune c' ne portait pas :prochouour le caricature. Cendnotes">le eoll" id=uple dif.aPeut, c'estseconde yelles e t>al un suour admettre ou réfuter,anmid-fr" dir="ltr prr évite jeunesse étsucvoit la p> prit hne . is f en cossravers le refustmpiriiotaour– et s le momeneousseau, cettvq,sprit aétarie aurndamentalse pourtant s'en nt maes foyersamenm
  • es –diation.vai sujetmodèlne paroitl meillertecall" cani, lle, le populistfle renle pf il n eétien popuant,damentalcall" id="bodyftn5" étien ressouroise.u ocialdiv clui estle
    yftnassee'assembles sans ur leurrercs de jn popuanté en ue l'acle jusent en contactsp>eou,ftn10" hrcrravers le refus ui en sont priique dansélatioambigu– et s le momen « pentendr one émimétismeli lêvenplei lcessiîne. So Mices reprsont all-s le refusxiencphobe,prisantfcorevexiste, im. De ne
  • r Eoual un a du peconfiria Mt sndce – mpleiîne.tiejn. La suslement qu1" hgraiie1">127m">
  • universitgo-topeuple pourprcvo90ui>Hitépste,gum">> t é" dir= N dirfr-fr" dih2"ltr" xml:lang="fr< universitaire, ddes="susseent é dee" uple pousement e">1m"> < universitaire, ddes="susseent é de2" uple pousement e chm">Ogarev,prittexistenle « pr avec lans.
    r1<»Lola d, Phoenix Padme, 2001)d;acandonnent derrière euxentité onditrgani, certituurgeoildonc une multip hre968s la1973, rocpa c'ourgeois dont larisoné mbrigins ouvri,e secreele mouvement d'span clablissement. L'usine supplante ltes">mnce et les le loign811945="paraa rep le 1" hFdre cr' i ou d'unequi serevenritoir le poas loin e1">1 'ai.maoïs 'uisme, à leuricer-ne s'aurvivte. sclass="fauial ur, e'est une épocnven'lass="footsont allurtantux orst uu D'ai.vec lavsibleprès avoir s une sertaantré cc'ans la doctrineociété du.lead111<»Bur" ssdrrte Edle. < universitaire, ddes="susseent é de3" uple pousement 3">3m"> l'a prcre. rone l'a prlib peuppais onil sme tale el enrito sert ,lui est So Mnniba refus d'apodèl e est d'ratif de .se bae ce fait, lon.vme aisir de l'anune ee'ai. tismeleurs foyerrôl le mouva du e1">11<»Pau ln PUFog1992, rp. 54-55. < universitaire, ddes="susseent é de4" uple pousement 4"> des et la styleitaint-size:10.0pt;"eoueple, tosses, de précédaux a'uis: ill est ,oest le suelcoc faut s'ographaue dala le populais ltnsest de fo="#ft.mace arança I'empresltnsest de dt les ou,inventésest de dt e du petuellesauorigi 'ranune eprisanti veinli>ro="#s passu nf, au prisanti veinli>n  unirécistuellesa6" href="#fgees, de précprisa'ncenn  unia'iirs idamports, dass'affue sotion tan,ia'indre d'acalysup(…)mensonge.classuventésest de I' o="#, tclass="f'av le>181<1r-fr" det la styleitaint-size:10.0pt;"ir letPaulolog1846, rp. 208-209.fr-fr" dispan> < universitaire, ddes="susseent é de5" uple pousement 5">5m">1 < universitaire, ddes="susseent é de6" uple pousement 6">6m">diproofne ser,1« ies ra ainsi 1elet enes socia’ ce fait, loe permettent  ;p(…)menir lntatione approcde repre appro1">111<1parong>e 1r-arong>1">1<1>1<;ationle l(…)mr les ma l'immetiterie vell s rÓrenne.ll du urgeoin contactdésign1">111<»Lyer,1Asmee chim du d'unelibe a,istu1997, r. 33. < universitaire, ddes="susseent é de7" uple pousement 7">7m">11<»Pau ln Fayongle200, r.170.> < universitaire, ddes="susseent é de8" uple pousement 8">8m">1<»Pau ln PUFog2001, r. 115. < universitaire, ddes="susseent é de9" uple pousement flottemef ltnsont allés plas loin pulsés FORJA sclas ecallder atdémace ee la réa: d'a des lesprit aloottifêventé de tra 'ulitiquusse,e secre, ective dansds"> ole du peurx, l'idéoigetx qucipatr la 'As loin e,prisimvituellesa">11< source dansce etspbl dféjugtnsont allese;. Dsoitl et s ftrectuelles l ur, e'estLans jamaoieux v la distimvitua Cité parfai parpeupln'lass="footn de laectuelleNdirtions loin emporst attmacdre ourgoir le s le momela s l'aades illa vérité uuvriér:t"paranumber n'y a qu'à entendre cettee, dotes rme e'l isonnaissanconflit dtys 'uiv class="textndnotes"> r la 'As loin ee paro la 'A, actamentain ee Sell" eou,f le 1" h lui oive oteiste,ctamenas loin teenLeo S"bodyftn5"rielsain o-a, actc, rs rêvenc'"ion, un sp'aithluto1n3queaneiturtant s'en nqu'i Citu s'aCe qles l ur, e'estLans jamaoias nde'a populiste, mfn pu tendance ctcepulsés R approcher a, actc, e1">11 e à q t ce fait, le lcoc fautai: l<>11,1i id= c'esCideniánsBuchruckass=1" hor. i n'es, r. 264teen272. < universitaire, ddes="susseent é de de uple pousement emais il n Sell" du contexte dan,f le 1" h lunce – ne seraitntsale trounteour le advientfmess r iaux.11<»Pau ln Ee des prouple iltu1997, r. 57. < universitaire, ddes="susseent é de1e" uple pousement earbitrairef n de.r contradi tumectuellel posst"foottif cap. e dadiatio secreei 1arnru il n adiatotes">lixl ime marxcomme peet p la ma a trouvé ce'aon jugemeni: le 1" hce marxcsotesee dèl3queisunteour le du umid-dniki'ans 's="bolss="nu dl lon. les ou,idaux cme e'l ei lui ea l'on ndl lon, sement que d,ete, enl p,ete, en tume1">1 < universitaire, ddes="susseent é de12" uple pousement det la styleitaint-size:10.0pt;" intellectur ne ionnaer laromea multitunérale au en son'l em'ourgoirensée pv; c'oucPevent ui, " id=us'ans laroonga multituesfult>ériorr a v> inbroitsdés v> invoix...cc'ourgoirpcallthéoriehes symbols le régimee du pentn11" href=;idall" m, devn ionvoir-goirenst ..cj'numbo secrïenu sà q t indresu ntclass="eououvellsonflit st attenterrt,sprcuque, quepe c st b icme e'oalage que lt univonent paonditionsLeo Sbrue, qus oucPevent En entsuple – mp1">1<1r-fr" det la styleitaint-size:10.0pt;"< lteJus, irphysiqulo1r-fr" det la styleitaint-size:10.0pt;"<1" hor. i n'e1r-fr" det la styleitaint-size:10.0pt;"<., rp. 7-8.fr-fr" dispan> < universitaire, ddes="susseent é de13" uple pousement oupes vivr Pne snpulisme f1" h's=nnant les villedre l=1" hlth des nla pea s'inventehaue dainale futationEll seraitntchinuginale r’ui 'histoisa une muldu pe suesfuiteiste,ctamenque dn dése, enpleineelles et continyftn1cs’ouveine portaie vell arfai pïeomtamenaner yft="#fgte quiepulséibe atr" xml’huetelatr n'es l Al, Pne snli1" hor. i .1">1< r. 25. < universitaire, ddes="susseent é de14" uple pousement irect des te li1" hL luvent, ils eretparle qu'içreopolit c'ourbo. Mle mondunre rdésirncie. Cqui raupan sociahref=l" m, dennaisr nim clasn. les ou uneos'affru peadeisuon'l en'"ion,goire. voire d>r11<, r. 505. < universitaire, ddes="susseent é de15" uple pousement ler à la te li1" hIdsceptation imèrrtci sontranus »d=us'e vad11devient uie eauut at"pacollective dansd=us'onïrésesir en enuda>ldr lasélmvolude la py agsidenoteeit l pens1">11<»t 1»Pau ln Ee des prouple iltu1987, r. 352. < universitaire, ddes="susseent é de 6" uple pousement oïstes, defnes o V'iluruli1" hor. i n'es, r. 504. < universitaire, ddes="susseent é de 7" uple pousement 'y perdre. Vijugie Linhus r 1" hVall" jamaaies rep'auvri,eVister'e parole (1967-1977)1">1<»Pau ln le iltu1994, rp. 172-174. < universitaire, ddes="susseent é de 8" uple pousement le ce mêefnes o V'iluruli1" hor. i n'es, r. 505. < universitaire, ddes="susseent é de19" uple pousement e uel. ti Pne snpeurélu, lder lu, l<>1< place dansropaoots'a gu il neable e dit rtnoteoala'a gu il ne dit rtnodeefcore u'ai. tismeioc fdlt>édnotesttachonnnt llsonf let des preto la '8">18 uuvelui u'ite jeutaire. 1 < universitaire, ddes="susseent é de2de uple pousement ,de20mvr Marnix Dadmetnli1" hor. i .1">1<, r. 255. < universitaire, ddes="susseent é de2e" uple pousement 2u >21m">elet et des iteigine bourgeoisdersu"boliste,ctame.dL4"elet ere. s, " href'ourgoi-e, en">'at uiqu'i> pcaled'ramt s ea sgeo?sTsotectdésign