Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2013

La cité des sciences, les sciences dans la cité

Alain PROCHIANTZ
p. 8

Notes de la rédaction

Retrouvez en ligne l'intégralité de cette intervention sur le site Internet du Collège de France : www.college-de-france.fr/site/colloque-2013/symposium-2013-10-18-16h00.htm

Texte intégral

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

1À quoi sert la science ? En général cette question reçoit deux réponses. La première est que la science produit des connaissances nouvelles, la seconde qu'elle est au service de la société.

2La synthèse étant que la production de connaissances nouvelles doit être mise au service de la société, liant la recherche au développement. C'est là une réponse très vague qui ignore les questions que le développement peut poser à la recherche fondamentale (il est alors en amont de celle-ci et non l’inverse) et le temps que peuvent prendre ces interactions entre l'amont et l'aval. Cette question du temps est évidemment essentielle car le temps de la connaissance et ses chemins souvent surprenants (qui surprennent parfois les inventeurs eux-mêmes, le fameux « comment ai-je trouvé? ») ne répondent que rarement au ressenti de l'urgence et à l'impatience qui en découle.

3Si dans un premier temps on écarte la question de la compétitivité industrielle pour se pencher sur l'agriculture ou la médecine, l'urgence est toujours présente, toujours reconnue aussi, de nourrir ou de guérir. Ceux qui ont un certain âge ont entendu parler d'Ivan Mitchourine et Trofim Lyssenko qui au nom d'une science pour le peuple ont détruit la génétique soviétique, alors une des premières du monde, et critiqué les généticiens bourgeois qui avaient mieux à faire que de « compter les poils de mouche » (sic). Nikolaï Vavilov, agronome et généticien de renom, membre du soviet suprême de 1931 à 1940, est arrêté en 1940 pour avoir défendu la génétique, cette science bourgeoise. Il mourra en prison en 1943. Une telle folie qui, en plus de ses effets sur la science, a eu des répercussions catastrophiques sur l'agriculture, n'est évidemment possible que dans un régime totalitaire. Elle doit cependant nous inciter à être méfiants quand les décideurs somment les scientifiques de répondre à l'urgence sociale. Il y a de cela très longtemps, il y a prescription sans doute, j'avais parlé de « lyssenkisme rampant » à propos de cette incitation permanente, à travers les programmes déclinés en questions sociétales, à mobiliser les savants autour de grandes causes: nationales (ou européennes), industrielles, humanitaires.

4À l'encontre de ces injonctions, un certain nombre d'exemples illustrent à l'envi que les découvertes récentes les plus porteuses d'espoir pour la médecine ont été faites dans un esprit de pure curiosité cognitive. Les transposons et l'instabilité des génomes découverts par Barbara McClintocks qui s'intéressait à la variété des couleurs des grains de maïs dans un même épi, le phénomène d'interférence à ARN mis en évidence à partir d'expériences sur la couleurs des pétales du pétunia par Richard Jorgensen, les cellules souches neurales chez l'adulte découverte par Fernando Nottebohm qui s'intéressait au chant des oiseaux, ou encore les iPS qui, avec les cellules souches ouvrent sur la médecine régénérative et offrent des outils nouveaux au criblage des médicaments dont nous avons compris hier le lien avec une question de biologie fondamentale posée au XIXe siècle par August Weismann.

5Quel plan Alzheimer, quel plan cancer aurait pris la décision de financer un projet sur les pétales de pétunia? En retour je pourrais avoir la malice de demander le nombre de projets financés sur de tels plans et qui n'ont abouti à rien ou à pas grand chose.

6Or ce n'est pas le peuple qui ne comprend pas, il a bon dos en dépit du populisme, mais une élite sociale et politique qui a, très généralement, acté son divorce d’avec les sciences. Je reviendrai dans un moment sur ce divorce qui n'est pas uniforme de par le monde mais est, hélas, particulièrement marqué en France. En attendant, et afin de lever toute ambigüité, je voudrais dire que je suis extrêmement favorable au développement de la recherche dite « translationnelle », et le terme « appliquée » ne me dérange nullement, à partir du moment où ce n'est pas l'un ou l'autre – le cognitif ou l'appliqué – mais bel et bien l'un et l'autre avec la possibilité de passer de l'un à l'autre si cela s'avère nécessaire ou plus simplement si cela nous chante.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/1472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain PROCHIANTZ, « La cité des sciences, les sciences dans la cité », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1472

Haut de page

Auteur

Alain PROCHIANTZ

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Processus morphogénétiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page