Navigation – Plan du site
Chaires annuelles

Politique étrangère et diplomatie de la santé mondiale

Colloque des 17 et 18 juin 2013
Dominique Kerouedan et Laurent Fabius

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

• Retrouvez la vidéo du discours de Laurent Fabius sur le site du Collège de France à l’adresse : www.college-de-france.fr/site/dominique-kerouedan/symposium-2013-06-17-09h05.htm

• Le programme de ce colloque ainsi que l’ensemble des interventions sont en ligne sur le site du Collège de France.

Texte intégral

Extraits de l'introduction de Dominique Kerouedan

1La santé est un thème de politique étrangère et de diplomatie, en ce qu’elle est devenue, dans les relations internationales au fil du temps, un paramètre de pouvoir, d’influence, de sécurité, de paix, de commerce, voire un vecteur de positions géopolitiques ou même idéologiques, pour des États qui cherchent à gagner en importance politique à l’échelle mondiale.

2En raison de la configuration de la mondialisation, la santé est désormais une thématique planétaire. Depuis que les moyens de locomotion existent et transportent ensemble des microbes et des hommes, la santé est internationale. Ce qui change aujourd’hui, c’est le rythme et l’ampleur des phénomènes, en même temps que l’irruption dans les affaires publiques du secteur privé industriel, selon une gouvernance qui brouille l’indépendance et dilue les responsabilités politiques. Aux lendemains de la Seconde guerre mondiale, la création de l’institution de référence des Nations Unies pour la santé fonde, en quelque sorte, la santé « mondiale », ainsi qu’elle se nomme en anglais : the World Health. Cette expression, si elle avait été traduite littéralement, serait devenue l’Organisation de la Santé Mondiale, et non pas l’Organisation Mondiale de la Santé. Plus récemment, trois grands mouvements fondent la « Global Health » cette fois, plutôt que la « World Health ».

Dominique Kerouedan, professeur invité sur la chaire annuelle Savoirs contre pauvreté 2012/2013

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

3Le premier mouvement est de nature historique, lorsqu’après vingt-cinq ans de transformations liées à la mondialisation, l’instance scientifique américaine The Institute of Medicine tient, en 1997, à attirer l’attention sur le fait que « les nations du monde ont trop en commun pour que la santé soit considérée comme une question relevant du niveau national ». Elle souligne l’importance de fonder « un nouveau concept de “santé mondiale” […] pour traiter des problèmes de santé qui transcendent les frontières, qui pourraient être influencés par des circonstances ou des événements se produisant dans d’autres pays, auxquels de meilleures interventions et solutions pourraient être envisagées en coopération ».

4Le deuxième mouvement est de nature institutionnelle. Incapables de respecter leur engagement de consacrer 0,7 % du PIB à l’aide au développement, les États de l’OCDE cherchent à puiser ailleurs les financements de la coopération, et créent à cet effet des partenariats public / privé mondiaux et des mécanismes innovants de financement selon une gouvernance de santé mondiale inédite.

5Le troisième mouvement, que proposent les universitaires cette fois, est une définition généalogique et chronologique de la santé mondiale, à partir de la santé publique examinée au plan national, devenue internationale au XXe siècle par le biais de la coopération avec les anciennes colonies, puis globale avec la mondialisation. L’approche globalisante, censée être inclusive et se soucier d’équité, est intéressante. « L’équité est une valeur philosophique de la santé publique », confirment les universitaires, mais elle comporte aussi le risque de ne plus se préoccuper que de ce qui est commun à tous sur la planète, et de renoncer à considérer les spécificités sanitaires de peuples et de contextes d’une grande diversité, dont découlent, en contradiction même avec les objectifs annoncés, des situations parfaitement inéquitables. Nous observons déjà les effets de cette globalisation de la santé sur l’inégalité de résultats sanitaires entre les pays riches et émergents d’un côté, et les pays les moins avancés de l’autre, entre l’Afrique francophone et le reste du continent, entre les riches et les pauvres de tous les pays.

6L’objectif premier de ce colloque était d’interroger la volonté politique de faire de la santé un sujet discuté au sein des plus hautes instances, ainsi que dans les secteurs privé, industriel ou philanthropique. Comment cette volonté peut-elle se traduire concrètement sur le terrain, par une aide, non seulement augmentée en volume et performante en termes comptables et financiers, mais équilibrée et pertinente en termes stratégiques, c’est à dire qui parvienne, de manière équitable pour tous, à réduire effectivement la maladie et la mort ? Ce colloque s’est concentré sur l’Afrique francophone et les pays en guerre, plus particulièrement le Mali et la Syrie.

7Nous avons souhaité donner la parole aux responsables politiques, universitaires et chercheurs, pour entendre ce qu’ils avaient à nous dire sur ces situations, ainsi que leurs attentes à l’égard des institutions d’aide internationale. La complexité des situations locales nous invite à les observer, non seulement du point de vue politique ou de la santé publique, mais aussi du point de vue historique, sociologique et philosophique. L’échange interdisciplinaire est fécond autant que nécessaire pour trouver ensemble des solutions à ces problèmes liés à des dynamiques sociales très rapidement évolutives.

Extraits du discours d'ouverture de Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères

8« Si la santé est un sujet qui peut paraître un peu éloigné de la politique étrangère, il ne l'est pas. La première mission de la diplomatie, c'est de prévenir la guerre et de rechercher la paix.

9Or la guerre est la première cause des tragédies humanitaires et sanitaires. L'alliance est en quelque sorte naturelle entre les médecins et les diplomates. Ce n'est pas un hasard si la première organisation internationale non gouvernementale au monde, la Croix Rouge, a été fondée pour apporter de l'assistance sanitaire en temps de conflit armé. Le lien est aussi étroit au regard d'autres missions de nos diplomaties : par exemple, la lutte contre le changement climatique ou la préservation des ressources en eau, au cœur de nombreuses négociations internationales qui nous mobilisent. La diplomatie est en quelque sorte la première des médecines préventives ! Si les décisions nécessaires ne sont pas prises, les dérèglements climatiques ou le manque d'eau emporteront des conséquences dramatiques en matière de santé dans de nombreuses régions. La France devrait accueillir en 2015 la conférence mondiale sur le climat qui devra se prononcer sur le nouvel accord concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

10Les rapports entre santé et politique étrangère sont donc étroits et la santé est au cœur de la politique étrangère de la France. Dans son livre Peste et choléra, prix Femina 2012, le romancier Patrick Deville salue l'épopée des pasteuriens, médecins biologistes qui, il y a plus d'un siècle, sillonnaient le monde pour étudier les virus et trouver de nouveaux traitements. Leur vision et leur dynamisme ont permis la fondation du remarquable réseau des Instituts Pasteur – 30 institutions dans 27 pays. L'Institut Pasteur de Paris a été créé en 1887. 120 ans plus tard, la dynamique est toujours aussi forte.

11Le succès de ces précurseurs explique sans doute que notre pays dispose d'un savoir-faire important dans tous les domaines de la santé publique – maladies infectieuses, traitements, prévention, surveillance, recherche, services de santé. Notre excellence est reconnue – outre l'Institut Pasteur, je pense au Collège de France, au CNRS, à l'Institut Curie, à bien d'autres. Les noms de nos chercheurs sont devenus familiers, par exemple Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine 2008 et présidente de l'International AIDS Society en 2012. Les ONG françaises sont présentes dans le monde entier. Notre industrie pharmaceutique figure parmi les plus importantes. Nous sommes également mobilisés au plus haut niveau sur les principales questions : accès aux médicaments et aux vaccins, lutte contre les trois grandes pandémies (sida, tuberculose, paludisme), financements innovants, couverture sanitaire universelle. Un tel investissement fait de la France un acteur international majeur en matière de santé  ; elle entend le rester. »

Haut de page

Table des illustrations

Légende Dominique Kerouedan, professeur invité sur la chaire annuelle Savoirs contre pauvreté 2012 / 2013
Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/1512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Kerouedan et Laurent Fabius, « Politique étrangère et diplomatie de la santé mondiale », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1512

Haut de page

Auteurs

Dominique Kerouedan

Articles du même auteur

Laurent Fabius

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page