Navigation – Plan du site

Éditorial

Serge Haroche
p. 3

Texte intégral

Serge HarocheAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert

1Le Collège de France a vu se conclure en ce printemps 2014 la grande phase de travaux commencée il y a une vingtaine d’années sur son site historique « Marcelin Berthelot » de la rue des Écoles. Après le réaménagement dans les années 1990 des lieux d’enseignement ouverts au public, le Collège de France a construit dans les années 2000 de nouveaux espaces pour la biologie et la chimie, avant de s’attaquer au début des années 2010 à la dernière tranche de travaux concernant la réhabilitation de l’ancien bâtiment de physique. Ce sont ces derniers travaux qui viennent de s’achever, avec l’installation en avril 2014 dans les nouveaux locaux des équipes de recherche de trois chaires de physique et de deux chaires de chimie.

2L’achèvement de ce grand projet me donne l’occasion de saluer le travail remarquable accompli par les équipes d’architectes et de maîtrise d’œuvre, ainsi que l’implication attentive des administrateurs qui se sont succédé au cours des années, depuis André Miquel (administrateur de 1991 à 1997) jusqu’à Gilbert Dagron (1997-2000) et Pierre Corvol (2006-2012), sans oublier Jacques Glowinski (2000-2006), dont la passion pour les projets architecturaux et l’enthousiasme communicatif ont joué un rôle essentiel dans le succès de l’entreprise.

3Le Collège de France dispose maintenant, sur le site qu’il occupe depuis quatre siècles, de locaux d’une qualité exceptionnelle, non seulement pour délivrer ses enseignements, mais aussi pour permettre à un nombre croissant de ses professeurs en sciences exactes de mener sur place les recherches dont ils rendent compte dans leurs cours. Disposer au centre de Paris, dans un environnement culturel et historique exceptionnel, de locaux de grande qualité pour faire de la recherche expérimentale dans des disciplines des sciences de la nature et de la vie, entre lesquelles de nombreux ponts féconds peuvent être établis, est pour le Collège de France un atout exceptionnel. Les nouveaux laboratoires vont lui permettre de poursuivre avec encore plus de succès sa mission qui est de faire de la recherche au plus haut niveau et d’en communiquer les résultats au plus grand nombre.

4Le Collège de France n’est pas seul dans cette aventure. N’ayant pas d’étudiants inscrits et ne délivrant pas de diplômes, il accueille dans ses laboratoires des jeunes chercheurs en thèse ou post-doctorants venant d’autres établissements, de grandes écoles ou d’universités de la région parisienne. La collaboration avec l’École normale supérieure (ENS) en physique est particulièrement étroite puisque deux des trois chaires qui s’installent dans les nouveaux laboratoires viennent du laboratoire Kastler-Brossel de l’ENS et continuent à y être rattachées par une convention liant cette grande école au Collège de France. Notre institution aura ainsi l’occasion de former à la recherche des élèves et étudiants de l’ENS, qui constituent un vivier de jeunes chercheurs d’une exceptionnelle qualité. La collaboration en physique, chimie et biologie avec des établissements de la communauté « Paris Sciences et Lettres » ainsi qu’avec d’autres universités de la région parisienne est également essentielle au succès de la recherche au Collège de France. À côté des équipes de chaire, nous accueillons également dans nos laboratoires des équipes, dirigées par de jeunes chercheurs prometteurs, qui ont été sélectionnés par un jury international. Nous les hébergeons pendant quelques années, en les faisant bénéficier de l’environnement stimulant du Collège de France. Une fois qu’ils auront fait leurs preuves, ces chercheurs auront vocation à aller essaimer dans d’autres établissements. Ce programme d’accueil de jeunes équipes, déjà très actif en biologie avec l’appui de l’INSERM, se met en place pour la physique, avec le concours du CNRS.

5L’avenir de la recherche en sciences exactes au Collège de France étant bien assuré, il est maintenant temps de nous occuper de la rénovation de nos bibliothèques et locaux de recherche en sciences humaines, historiques et anthropologiques, qui constituent un autre volet très important de notre activité d’enseignement et de recherche. Le Collège de France vient de se lancer dans un projet ambitieux de rénovation complète de son site de la rue du Cardinal Lemoine, qui héberge un ensemble d’équipes de chaires constituant son « Institut des Civilisations ». Le but de ce projet est de réaliser pour ces chaires et les équipes qui les accompagnent un programme de rénovation d’une ampleur comparable à celle dont nous voyons aujourd’hui les fruits sur le site Marcelin Berthelot. Je présenterai dans un prochain éditorial de la Lettre du Collège de France cet Institut des Civilisations rénové que nous espérons pouvoir ouvrir d’ici quatre ou cinq ans aux chercheurs du site « cardinal Lemoine » et aux visiteurs de ses bibliothèques. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Haroche, « Éditorial », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1739

Haut de page

Auteur

Serge Haroche

Physique quantique, Administrateur du Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page