Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Biodiversité, de l’océan à la cité

Extraits de la leçon inaugurale du 19 décembre 2013
Gilles Bœuf
p. 9
Traduction(s) :
Biodiversity, from the Ocean to the City

Entrées d’index

Mots-clés :

biodiversité, océan, cité
Haut de page

Texte intégral

Gilles BœufAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1L’une des questions essentielles aujourd’hui est de parvenir à une estimation objective de la diversité spécifique et de la biodiversité.

2Le défi n’est pas simple, car tout évolue très vite et la destruction massive des milieux entraîne en permanence la disparition d’un nombre inconnu d’espèces. Par ailleurs, une autre disparition alarmante est celle des descripteurs humains de cette diversité que sont les systématiciens et les taxonomistes. Les évaluations actuelles des grands organismes scientifiques ne sont pas favorables à l’activité de descriptions d’espèces nouvellement découvertes. Des groupes entiers n’ont plus de spécialistes en France, ni même en Europe ou dans le monde.

3Pour les grandes espèces, les « amateurs » peuvent jouer un rôle de premier plan (et ils l’ont toujours fait), mais une bonne partie de la description de la biodiversité restera toujours l’apanage de chercheurs et enseignants, appartenant à des institutions ou à des organismes de recherche – soit en raison de la difficulté d’accès au matériel vivant (sources hydrothermales, grands fonds océaniques, canopée de la forêt tropicale…), soit en raison du désintérêt de ces « amateurs » pour les « choses petites et très difficiles » ou « pas belles ». Les grands organismes de recherche, les universités, et surtout les muséums, doivent aujourd’hui permettre à nouveau le travail de scientifiques dédiés à ces activités et spécialistes de groupes difficiles à déterminer. Mais les amateurs sont aussi, par ailleurs, les dépositaires d’un immense savoir biologique sur la répartition des espèces, leur biologie et leur éthologie. Le renouveau des « sciences participatives » est bien enclenché, et plus de la moitié des espèces nouvellement décrites l’est par ces amateurs.

4Karl Von Linné, le père de la systématique « binominale » (nom latin en deux mots, le genre et l’espèce) dénombrait au milieu du XVIIIe siècle environ 12 000 espèces vivantes, végétales et animales. Aujourd’hui, nous en sommes à un peu plus de 2 millions d’espèces recensées, décrites et déposées dans les musées. Et nous savons bien que nous sommes encore loin du compte ! On décrit actuellement entre 16 000 et 18 000 nouvelles espèces par an (dont quand même 800 en Europe et 10 % issues du milieu marin) : qui sait le nombre réel d’espèces présentes aujourd’hui ? Combien de temps nous faudra t-il encore pour tout décrire ? En aurons-nous le temps ? Nous estimons que vivent aujourd’hui entre 1,5 et 2 % de toutes les espèces qui ont peuplé la planète depuis les toutes premières origines.

L’écosystème corallien, « point chaud » de la biodiversité pour les océans, ici le grand récif du sud en Nouvelle Calédonie.

© Gilles Boeuf

5Les groupes vivants sont très diversement connus, les grandes espèces ayant été décrites en premier, ainsi que les espèces de taxons « intéressants », pour diverses raisons. Il est clair que si nous touchons probablement au but pour les mammifères, par exemple (il reste encore des chauves-souris, petits rongeurs et insectivores à découvrir), il demeure un nombre considérable et très probablement insoupçonné d’espèces inconnues chez les nématodes, les mollusques, les arachnides, les crustacés ou les insectes. Si pour les « plantes supérieures », dont les arbres, la situation n’est pas trop mauvaise, que dire des champignons, micro algues, protistes, bactéries et virus ? La vitesse d’évolution étant chez ces derniers extrêmement rapide, nous sommes d’ailleurs en droit de nous demander si les activités humaines ne sont pas plutôt en train d’augmenter leur nombre d’espèces. Et tout ceci relance la question essentielle sur la notion d’« espèce ».

6Comment estimer la richesse en espèces ? C’est indispensable si l’on veut avoir des mesures fiables des taux d’extinction. L’idéal serait de compter une par une les espèces pour chaque biotope reconnu, mais c’est bien entendu irréalisable dans la grande majorité des cas. Et surtout, comment passer d’une liste d’espèces à une estimation de la biodiversité ? Tout doit être tenté et c’est surtout à la confrontation des résultats et à leur cohérence que nous pourrons juger de la pertinence des approches très diverses.

7Biodiversité et richesse en espèces ne sont pas synonymes, la première dépendant bien sûr de la seconde, mais incluant en plus des diversités d’ordre génétique, phylogénétique, morphologique, physiologique, biochimique, endocrine, éthologique, écologique, et toutes les associations possibles. La biodiversité, c’est bien plus qu’un catalogue ou un inventaire d’espèces, c’est beaucoup plus tout l’ensemble des relations que les êtres vivants ont établies entre eux et avec leur environnement : c’est en fait la fraction vivante de la nature !

• Leçon inaugurale parue aux Éditions Fayard le 23 avril 2014 et disponible sur le site www.college-de-france.fr à la page du professeur.

• La chaire reçoit le soutien de TOTAL.

Haut de page

Table des illustrations

Légende L’écosystème corallien, « point chaud » de la biodiversité pour les océans, ici le grand récif du sud en Nouvelle Calédonie.
Crédits © Gilles Boeuf
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/1768/img-1.png
Fichier image/png, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bœuf, « Biodiversité, de l’océan à la cité », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1768

Haut de page

Auteur

Gilles Bœuf

Président du Muséum d’Histoire naturelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page