Navigation – Plan du site
Chaires

Proust traverse le temps

CNRS Le journal n° 274, septembre-octobre 2013
Alexandra Dejean
p. 36-37

Texte intégral

Marcel Proust en 1900

© DR

Une explication littéraire est-elle indispensable pour percevoir le degré de composition de l’œuvre ?

A.C. À la parution, beaucoup de lecteurs ont dit : « C’est écrit au fil de la plume, ce sont des mémoires, du bavardage… ». Un bon lecteur comme Jacques Rivière, secrétaire général de La Nouvelle Revue française (NRF), a compris, lui, qu’au contraire ce livre était extrêmement composé. « Rien n’est là par hasard », disait Proust : si telle chose a lieu à tel moment, c’est parce qu’elle aura une répercussion 1 000 pages plus loin, à l’autre bout du roman. Mais cette dimension du roman n’est pas comprise au départ, sauf par les plus fins lecteurs. C’est le dernier tome, Le Temps retrouvé, qui donne la clé du roman.

Quelle est cette clé ?

A.C. À la recherche du temps perdu est un livre sur l’impuissance d’écrire. Le narrateur veut écrire et, parfois, il est saisi par des moments de ravissement, comme la madeleine ou d’autres épisodes. Ces moments de ravissement sont suscités par un souvenir involontaire, lorsqu’une sensation présente – déguster la madeleine – fait revenir le passé, intact. Dans Le Temps retrouvé, plusieurs épisodes de mémoire involontaire successifs apportent alors au narrateur une révélation : ce choc de deux sensations, présente et passée, lui permet de dépasser la temporalité humaine, d’accéder à une transcendance. Ces moments, ces épiphanies, sont aussi la clé de l’art, du pouvoir de l’écrivain. Il construit ainsi une théorie esthétique : la métaphore, l’alliance de deux termes, permet de restituer un peu de temps à l’état pur. Toute la Recherche mène donc à cette révélation du Temps retrouvé.

Pourtant, à l’automne 1912, quand Proust cherche à faire publier Du côté de chez Swann, aucun éditeur n’en veut. Pourquoi ?

A.C. Entre novembre 1912 et février 1913, trois éditeurs successifs, Fasquelle, les éditions de la NRF et Ollendorff, refusent en effet le roman. L’aspect matériel du manuscrit y est pour beaucoup : il était très gros, près de 900 pages, et sa présentation était très complexe, avec des pages dactylographiées de plusieurs époques différentes, auxquelles étaient greffés des ajouts manuscrits. Il était donc difficile à lire. Proust annonçait en plus qu’il prévoyait un second volume de longueur semblable, dans lequel il parlerait d’homosexualité… Cela avait de quoi faire peur ! C’est ce qui a contraint Proust à publier son livre à compte d’auteur, chez Grasset, qui a accepté le manuscrit sans le lire.

Comment a été accueilli le roman à sa parution ?

A.C. Contrairement à une idée reçue, il a eu du succès dès sa publication, en novembre 1913. Bien couvert par la presse, il se hissait à près de 3 000 exemplaires vendus à la veille de la guerre, en août 1914 : une bonne vente à l’époque pour un roman. Et, dès janvier 1914, André Gide écrit personnellement à Proust pour lui dire que le refus de son manuscrit constitue la plus grande erreur de la NRF. Ironie du sort, cette publication dont il rêve depuis son adolescence coïncide avec une rupture tragique pour lui sur le plan personnel : Agostinelli, son secrétaire-chauffeur pour lequel il éprouve une grande passion, quitte le domicile de l’écrivain le 1er décembre.

À l’étranger, le succès est encore plus rapide…

A.C. Oui, la consécration est immédiate. Dès décembre 1913, le Times Literary Supplement, à Londres, lui consacre un article, et des critiques considèrent que c’est un livre très original, important. Une traduction en anglais du premier volume paraît dès 1922. En Italie aussi, dès janvier 1914, un article de presse annonce que, dans trente ou cinquante ans, ce livre sera un classique. Et en Allemagne, les plus grands critiques écrivent sur Proust dès les années 1920. En fait, il a immédiatement été beaucoup mieux compris hors de France qu’en France.

Comment expliquer ce clivage ?

A.C. Dans la France de l’affaire Dreyfus, les préjugés biographiques, l’image d’un auteur snob, homosexuel et juif, ont freiné la lecture, ce qui n’est pas le cas en Angleterre, en Allemagne ou aux États-Unis. Ce retard est amplifié par la mort de Proust en 1922. Tous ceux qui l’ont côtoyé publient alors leurs anecdotes personnelles et leurs lettres de l’écrivain. En 1962, quand la grande émission littéraire de la télévision Portrait-Souvenir lui est consacrée, on n’est toujours pas sorti de l’âge des témoins. On n’invite sur le plateau que des proches, pas un seul critique ! Cela n’existe pas à l’étranger.

Proust est-il un auteur universel ?

A.C. À la recherche du temps perdu est traduit dans toutes les langues européennes, mais aussi en chinois, en coréen, en japonais… Proust est un auteur que tout bon éditeur se doit d’avoir à son catalogue, et cela est vrai dans le monde entier. D’ailleurs, pour le centenaire, de nombreux événements sont prévus à l’étranger. En 2012-2013, dans mon séminaire, j’ai invité des personnalités d’horizon très différents à parler de la façon dont la lecture de ce roman avait marqué leur vie. Qu’ils soient mathématiciens comme Alain Connes, géologues comme Xavier Le Pichon, ou historiens comme Pierre Nora, tous ont parlé de la façon dont la lecture de Proust avait infléchi leur existence. C’est ce que fait la littérature. En ce sens, Marcel Proust fait partie d’une sorte de patrimoine universel.

Le Pr Antoine Compagnon a donné en 2012-2013 un cours intitulé « Proust en 1913 » disponible sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

Haut de page

Document annexe

  • Pr Antoine Compagnon (image/jpeg – 1,5M)

    Pr Antoine Compagnon 

    Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie

Haut de page

Table des illustrations

Légende Marcel Proust en 1900
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/1831/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Dejean, « Proust traverse le temps », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1831

Haut de page

Auteur

Alexandra Dejean

Journaliste

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page