Navigation – Plan du site
International

Paléoclimatologie et Israël ancien à travers deux exemples : David et l’exil

Conférence du pr Bob Becking - décembre 2013
Bob Becking
Traduction de Bertrand Dufour et Fabian Pfitzmann
p. 50-51

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Bob BeckingAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1L’histoire est fabriquée par l’homme. Il existe néanmoins des limites à l’action humaine. Le climat, par exemple, en est une. Lors de ma présentation, j’ai voulu traiter de l’interaction entre des domaines comme la démographie, la technologie, l’étude du paysage, la politique et le climat à l’âge du fer en Israël et en Palestine (± 1200 – 331 av J.-C.).

2Le climat durant l’Holocène – époque qui s’étend de la dernière période glaciaire jusqu’à aujourd’hui – n’a pas été constant. Après un réchauffement planétaire autour de 10 000 av. J.-C., la température moyenne d’aujourd’hui a été atteinte. L’alternance entre des périodes plus chaudes et plus froides, plus sèches et plus humides, a néanmoins laissé des traces, qui sont désormais visibles grâce au projet GISP II au Groenland. Ma question de recherche a donc été la suivante : dans quelle mesure ces oscillations du climat ont-elles influencé le comportement humain et le cours de l’histoire ?

L’onction de David, Paul Véronèse

© DR

3Dans la Bible hébraïque, le roi David apparaît comme une figure haute en couleurs, intrigante et paradoxale. Dans les récits de Samuel et dans le premier livre des Rois, le lecteur rencontre un personnage en chair et en os. Récemment, plusieurs livres sur la vie de David ont été écrits par des auteurs comme Steven McKenzie, Baruch Halpern, John van Seters et Joe Blenkinsopp. Mais aucune narratio sur David ne saurait être tout à fait adéquate ; aucune appropriation, qu’elle soit sous forme écrite ou iconographique, ne peut être estimée pleinement réussie. L’analyse qui se base sur la paléoclimatologie peut alors être d’une grande aide pour comprendre le « royaume de David ».

4Du point de vue des paysages, l’Israël et la Palestine anciens correspondaient à une région vallonnée, composée de différentes zones. Le centre montagneux de Juda était gratifié d’un sol fertile en tant que tel. Sur le plan climatique, la première moitié du Xe siècle av. J.-C. a connu un refroidissement planétaire. Or, la baisse de la température moyenne dans un climat subtropical provoque une augmentation de la pluviosité, ce qui, dans notre cas, est détectable à travers l’augmentation concomitante du niveau de l’eau de la mer Morte. Par voie de conséquence, l’augmentation des précipitations, combinée à l’amélioration de la technologie dans la construction des terrasses, a permis de meilleures récoltes et donc l’essor de l’agriculture.

5Sur le plan démographique, il semble qu’il y ait eu une augmentation de la population dans la zone de Juda à l’âge du fer IIA, si l’on en croit Paula Mc Nutt qui se base sur diverses fouilles et leur interprétation. Le changement climatique que nous venons de mentionner pourrait avoir été un facteur de ce développement.

6L’épigraphie apporte également sa contribution : l’inscription de Tel Dan découverte il y a vingt ans peut être vue comme une preuve de l’existence de David, mais elle ne cautionne en rien le détail des récits bibliques. Ce témoignage épigraphique peut être mis en relation avec une période de croissance démographique. L’augmentation de la population, l’essor du commerce et les débuts de la culture écrite caractérisent cette époque. Ils ne sont pas orchestrés par un État centralisé, mais peuvent être vus comme les éléments d’une histoire conjoncturelle : ces développements nécessitaient une administration plus forte pour défendre les intérêts économiques qui leur étaient liés. Par conséquent, le « royaume de David » pourrait être interprété comme une « entité ­ethnique qui deviendrait une nation ».

7La période de l’exil à Babylone – mon deuxième exemple – coïncide avec un réchauffement planétaire d’une ampleur plus grande encore que ce que nous expérimentons de nos jours, période suivie d’un sévère déclin de la température au début de la période perse. Autrement dit, l’« immigration forcée » à Babylone et la « période exilique » ont coïncidé avec un processus de réchauffement rapide, tandis que la période du « retour d’exil », jusqu’au temps de la mission d’Esdras en 398 av. J.-C. se caractérise par un déclin, semblablement rapide, de la température.

8Pour comprendre l’impact du changement de climat sur l’histoire de l’exil, il faut savoir que la culture de la Mésopotamie ancienne dépendait fortement de l’agriculture. Durant l’âge de fer, l’agriculture en Mésopotamie était rendue possible par la crue annuelle de l’Euphrate et du Tigre. Les inondations avaient lieu à la fin du printemps ou au début de l’été, lors de la fonte des glaces des montagnes du nord et du nord-ouest. Un système d’irrigation acheminait l’eau dans les champs. Ces faits évidents concordent avec les données démographiques disponibles. Après un léger déclin avant 500 av. J.-C., la population de la Mésopotamie a augmenté de manière régulière et importante à partir de 480 av. J.-C.

9Le cours de l’histoire humaine ne dépend certes pas que des événements climatiques. Dans toutes les cultures, les développements technologiques furent primordiaux pour faire face à la réalité. Cornelia Wunsch a fait allusion à l’amélioration décisive de la charrue, qui permit le progrès de l’agriculture en Mésopotamie à partir de la période néo-babylonienne. Ce constat s’inscrit tout à fait dans la lignée de mes hypothèses.

Haut de page

Table des illustrations

Légende L’onction de David, Paul Véronèse
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/1872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bob Becking, « Paléoclimatologie et Israël ancien à travers deux exemples : David et l’exil », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1872

Haut de page

Auteur

Bob Becking

Professeur à l’université d’Utrecht (Pays-Bas)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page