Navigation – Plan du site
Hommages

Hommage à Philippe Gazeilles (Discours prononcé le 18 novembre 2014)

Directeur des affaires budgétaires et financières du Collège de France de 2010 à 2014
Serge Haroche
p. 59

Texte intégral

1La communauté du Collège de France a été saisie d’une immense tristesse en apprenant la mort brutale de Philippe Gazeilles le 10 novembre dernier. Lorsque la disparition survient d’une façon aussi inattendue, frappant quelqu’un dans la force de l’âge, dynamique et actif, plein de projets et d’enthousiasme, elle produit chez ceux qui l’ont connu un sentiment d’intense désarroi que nous partageons tous aujourd’hui.

2J’avais fait la connaissance de Philippe Gazeilles à l’occasion de la discussion budgétaire annuelle qu’il avait inaugurée en 2010, pour préparer avec chacun des professeurs et des directeurs des services du Collège le budget annuel de l’institution. J’ai pu apprécier au cours de cette discussion et de celles qui l’ont suivie annuellement, la gentillesse et la compétence de Philippe Gazeilles, sa connaissance approfondie de la comptabilité publique et des dossiers du Collège, sa vision d’ensemble des problèmes, son souci de servir avant tout les missions de l’institution, son sens de l’humour aussi qui rendait si faciles et si agréables les discussions sur des sujets qui pouvaient a priori paraître arides.

3Lorsque je suis devenu administrateur, mes contacts avec lui se sont bien sûr multipliés et mes premières impressions ont été confirmées. Philippe Gazeilles était un homme intelligent, alliant les qualités intellectuelles aux qualités humaines. Il savait toujours, face à un problème concret, trouver la solution la plus appropriée, à la fois claire et conforme aux règlements et à la loi, mais aussi tenant compte des situations particulières et de la complexité des relations humaines. Face à des professeurs et à un administrateur peu au fait de la comptabilité et des arcanes budgétaires, il savait accompagner des tableaux compliqués de ce que j’appelle « le budget pour les nuls », un court texte présentant de façon claire et concise les dépenses et les recettes, permettant de se faire une idée immédiate de l’état financier de l’institution.

4J’ai été témoin de ses qualités professionnelles et humaines en de nombreuses occasions, en particulier lorsqu’il s’est attaché à trouver la solution la plus appropriée pour la gestion du domaine d’Arsonval, propriété du Collège de France dans le Limousin. La dernière occasion qui m’a été donnée de parler longuement avec lui a été la visite que nous avons faite à ce domaine, au printemps dernier, en compagnie de Mesdames Meston de Ren et Panisset et de Michel Zink. En dépit des questions délicates que posait la gestion de ce dossier, nous avons pu passer un moment de détente ensemble, apprécier un bon déjeuner que Philippe Gazeilles a égayé avec sa bonne humeur et sa gentillesse habituelles.

5Philippe Gazeilles s’intéressait au Collège de France bien au-delà des questions qui relevaient de sa compétence professionnelle. Il assistait régulièrement aux leçons inaugurales et aux événements qui jalonnent la vie de l’institution et y prenait un plaisir intellectuel évident. Il connaissait bien la plupart des professeurs et suivait de près l’actualité de leurs chaires.

6Le Collège de France a été une étape importante dans la carrière de Philippe Gazeilles. Il avait eu, avant de venir chez nous, des responsabilités dans le service financier du ministère de l’éducation nationale et ses collègues d’alors ont tenu à être associés à notre hommage et à notre peine. Après plusieurs années parmi nous pendant lesquelles il avait été apprécié et aimé de tous, il avait décidé au printemps dernier de passer à une autre phase de sa carrière. L’opportunité lui a été donnée d’aller exercer des fonctions élargies, alliant celles de directeur financier et d’agent comptable dans une institution amie, l’école Normale Supérieure. Je dois dire à nos collègues de l’ENS que nous avons été tristes de voir Philippe Gazeilles partir, mais aussi heureux pour lui, qui poursuivait avec succès une carrière dans laquelle ses qualités étaient reconnues au-delà des murs du Collège de France.

7Nous l’avons remercié de tout ce qu’il avait fait pour le Collège et lui avons souhaité bonne chance au cours d’un petit pot amical dont le souvenir si récent prend maintenant une résonance douloureuse. Il partait avec des tas de projets et la volonté de rester en contact avec nous, pour instruire et conseiller son successeur M.Djellali Kacher, bien sûr, mais aussi et surtout pour maintenir tout simplement les liens d’amitié et de confiance qu’il avait établis ici.

8Il était encore passé nous voir quelques jours auparavant pour nous dire bonjour. étant en congé ce jour-là, il était vêtu de façon décontractée, en jean et en pull et dégageait un air juvénile et une joie de vivre qui m’avaient frappé. J’avais plaisanté, lui disant que le style vestimentaire à l’ENS semblait plus décontracté qu’au Collège de France, puisqu’il ne portait plus de cravate et affichait une barbe de trois jours. C’est ce dernier souvenir qui m’est revenu à l’esprit lorsque j’ai appris, avec stupeur et incrédulité, sa disparition brutale. La seule consolation que nous pouvons avoir, nous, ses collègues, ses amis, sa famille et ses proches, est qu’il n’en a pas été conscient, qu’il est mort avec ses projets et ses espérances. Nous garderons avec émotion son souvenir dans nos esprits et dans nos cœurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Haroche, « Hommage à Philippe Gazeilles (Discours prononcé le 18 novembre 2014) », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/1987

Haut de page

Auteur

Serge Haroche

Physique quantique, Administrateur du Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page