Navigation – Plan du site
Chaires annuelles

“Biopharmaceutiques” versus “petites molécules”

Bernard MEUNIER

Texte intégral

1Avant les années 1980-1985, les outils thérapeutiques étaient classés en deux catégories : les vaccins et les médicaments.

2Ces derniers pouvaient être des produits chimiques extraits de plantes ou obtenus par synthèse totale. Avec la révolution de la biologie et de la génétique moléculaires, nous avons maintenant, à côté des vaccins classiques, deux classes de médicaments : “les petites molécules” faites par les chimistes et les “biopharmaceutiques” créés par les biologistes moléculaires. Pendant longtemps, la biologie ne permettait pas de produire des protéines en grande quantité, la purification de protéines issues d’extraction d’organismes vivants étant longue et fastidieuse. L’accès aux nucléases et aux ligases, associé à une compréhension de l’ensemble des processus biologiques au niveau réellement moléculaire a permis la production industrielle d’anticorps monoclonaux et de protéines recombinantes, conduisant à une nouvelle catégorie d’outils thérapeutiques : les “biopharmaceutiques”. Ces protéines thérapeutiques de grande taille, souvent très au-delà de la dizaine de milliers de Dalton, mettaient ipso facto les molécules des chimistes dans la catégorie “petites molécules”. Très vite, les anticorps monoclonaux ont trouvé leur place, en particulier dans le domaine de la cancérologie. La connaissance au niveau moléculaire des récepteurs de surface des cellules cancéreuses, la possibilité de mieux les différencier selon les types de cancer, d’un groupe d’individus à un autre, tout cela a permis de développer de nouveaux outils thérapeutiques, hors du champ des antitumoraux chimiques classiques, et d’accéder à une médecine plus personnalisée, basée sur les données génétiques de chacun. Tout ceci a été rendu possible par le formidable développement des sciences en –omiques : génomique, protéomique, pharmacogénomique, toxicogénomique, métabolomique… Tout l’arsenal de la biologie et de la génétique moléculaires a contribué à favoriser très largement le domaine des biopharmaceutiques.

3Il y a encore très peu de temps, certains imaginaient que les petites molécules chimiques allaient peu à peu disparaître de la pharmacopée moderne au seul profit des biopharmaceutiques. De fait, il n’en est rien. L’analyse des agréments de la FDA aux États-Unis depuis 1993 permet d’avoir une image précise de la situation. Sur cette période de vingt ans, on compte 541 petites molécules et 84 biopharmaceutiques, soit un rapport de 6,44 à 1. Plus de 86 % des nouveaux médicaments sont des petites molécules issues de la chimie thérapeutique. Aucune tendance ne se dégage de cette analyse pour penser que cette situation va changer radicalement dans les dix à quinze prochaines années.

4Il est donc important de ne pas réduire le financement des projets de chimie thérapeutique, comme cela a été souvent le cas au cours de la dernière décennie. Il serait dommage de considérer que ces petites molécules sont la marque du passé et ne représentent pas une part très importante de l’avenir du médicament. Une telle analyse reviendrait à s’en remettre trop largement à des pays comme la Chine ou l’Inde pour plus de 80 % de notre arsenal thérapeutique actuel. Notre pays consacre plus de 22 milliards d’euros par an au remboursement de médicaments via l’assurance-maladie, autant créer et produire sur notre territoire une partie importante de ces médicaments.

5Par ailleurs, il serait risqué de considérer que les biopharmaceutiques appartiennent à un domaine magique dénué de désavantage. L’utilisation d’anticorps monoclonaux dans le traitement des cancers a permis de mettre en place une “médecine personnalisée”, plus adaptée au type de tumeur à éliminer. Toutefois, la sélectivité n’est pas toujours parfaite, ce qui peut conduire à des effets indésirables comme cela a été observé avec certains inhibiteurs de l’angiogenèse (nécroses de tissus loin de la zone tumorale). Par ailleurs, le coût des traitements dépasse parfois la somme de 50 000 euros pour une prolongation de l’espérance de vie de parfois quelques mois seulement. Aussi, des pays comme la Grande-Bretagne ont limité l’utilisation de quelques anticorps, considérant le coût élevé et un rapport bénéfice/risque comme n’étant pas assez favorable. Dès lors que les biopharmaceutiques doivent être utilisés dans des pathologies impliquant des traitements de longue durée, le coût devient un paramètre important.

– L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site
www.college-de-france.fr, à la page de Bernard Meunier.

– Leçon inaugurale parue le 15 juin aux éditions Fayard.

–La chaire reçoit le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard MEUNIER, « “Biopharmaceutiques” versus “petites molécules” », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/2073

Haut de page

Auteur

Bernard MEUNIER

Directeur de recherche émérite au CNRS. Président de l'Académie des sciences.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page