Navigation – Plan du site
Livres numériques

Mondes méditerranéens anciens

Une nouvelle série de livres numériques
Despina Chatzivasiliou et Patricia Llegou
p. 56-57

Texte intégral

1Les ouvrages du corpus Fana, templa, delubra inaugurent la collection “Institut des civilisations”.

2Nombreuses sont les études sur la géographie et l’urbanisation dans l’Antiquité ; nombreux sont également les projets dont le but est de répertorier les cultes et d’étudier les religions gréco-romaines. Pourtant dans le domaine de la topographie religieuse antique, l’accroissement régulier de la documentation ne fait pas l’objet de synthèses. Ceci s’explique par la complexité du sujet qui exige la combinaison de plusieurs types de sources ainsi qu’une approche pluridisciplinaire. L’histoire, l’archéologie, la philologie, l’épigraphie se rencontrent au service de la géographie historique et de l’étude des religions dans le monde antique. À ce besoin, fort présent dans l’actualité des études sur l’Antiquité, tente de répondre notre projet de recherche : Fana, templa, delubra. Corpus des lieux de culte de l’Italie antique, mené sous la direction du Pr John Scheid (Religion, institutions et société de la Rome antique), avec la collaboration de nombreux chercheurs français et italiens.

3L’étude des lieux de culte pose de nouvelles questions sur la définition de l’urbain, du périurbain et de l’extra-urbain qui remplacent ce qu’on désignait naguère par ville et campagne. Notre approche ne concerne pas seulement la description des sanctuaires, des zones sacrées monumentalisées, définies par un péribole. Par lieu de culte, on entend tout aménagement lié aux cultes et aux rites sacrés, comme les autels, les sources, les voies de procession, les bois sacrés ou tout simplement une concentration d’offrandes, un dépôt votif. Nous regardons des sources de tout type et nous repérons toute occurrence faisant référence à une pratique de caractère cultuel. Ainsi nos descriptions se structurent selon les vestiges, les sources littéraires et les inscriptions et se répartissent chronologiquement et géographiquement.

4Notre cadre géographique est celui des onze régions qui divisent l’Italie à l’époque d’Auguste et dans lesquelles les cités romaines se développèrent et les peuples italiens se répartirent. Nous essayons de comprendre comment une région, une unité territoriale se forme et s’articule par le biais des dispositifs cultuels. C’est-à-dire qu’il s’agit non seulement de tracer la topographie ou de repérer, de localiser les cultes, mais aussi de se lancer dans la grande entreprise de faire l’histoire de la topographie religieuse. Ainsi, notre cadre chronologique s’étend du viie siècle avant jusqu’au viie siècle après J.-C., et comprend aussi bien les premières traces cultuelles avant la romanisation que les débuts de la christianisation des sites. Cette approche nous permet de constater qu’il n’y a pas d’évolution linéaire des lieux de culte et que la succession des cultes ne suit pas une règle générale et absolue. Le culte mené sur un site peut être abandonné, les édifices reconstruits ou même déplacés sans qu’on puisse forcément donner une explication autre que des raisons purement pratiques.

5La religion est un excellent outil pour poser et analyser les questions générales de l’histoire antique, car elle était présente dans toutes les communautés comme un élément central de la vie quotidienne, civique et sociale. En outre, les traces monumentales et matérielles laissées par les pratiques religieuses ont généralement bien survécu et offrent donc une voie d’accès privilégiée vers la civilisation antique.

6Ainsi pour rendre accessible au plus grand nombre les résultats de cette recherche, qui malgré sa publication demeure restreinte, nous avons décidé d’associer à l’édition traditionnelle sous forme imprimée, une édition électronique qui permet aux internautes du monde entier, qu’ils soient spécialistes de l’Italie antique ou simples curieux, d’accéder librement et gratuitement à l’ensemble de nos travaux de recherche. Ainsi, les trois fascicules publiés à ce jour, le sont sous ces deux formes.

  • 1 La plateforme OpenEdition Books est destinée aux presses universitaires, aux éditeurs publics et pr (...)

7Nos ouvrages sont donc publiés sous forme électronique dans la série “Mondes méditerranéens anciens” de la nouvelle collection du Collège de France intitulée “Institut des civilisations” (voir ci-contre). Cette collection, éditée par le Collège de France sur la plateforme OpenEdition Books1, rejoint les quatre collections institutionnelles (Annuaire, Leçons inaugurales, Conférences, Lettre du Collège de France) et la collection de La philosophie de la connaissance (voir La Lettre du Collège de France n° 31, 52-57 et n° 37, 32-33).

8Ce projet a été rendu possible grâce à la politique éditoriale mise en place par l’institution et au partenariat mené depuis 2010 avec le Cléo2. En rejoignant OpenEdition Books, le Collège de France a participé à un programme innovant qui développe un véritable modèle économique pour le libre accès. Ainsi, les textes sont accessibles à tous et sont téléchargeables dans des formats détachables payants (PDF, ePub). Ces formats sont disponibles à la vente à travers un ensemble de librairies partenaires (iBookStore, Amazon, Fnac.com, Immateriel.fr). Les textes sont publiés en HTML, le format standard du Web, et référencés de manière optimale (métadonnées Dublin Core, moissonnage des données par le protocole OAI, flux RSS pour la syndication, affectation de DOI pour chaque ressource numérique). La citation des textes est renforcée par l’attribution d’un URL unique et pérenne. Les outils statistiques mis en place par le Cléo nous renseignent sur la fréquentation de nos publications et sur la localisation géographique des consultations. Ainsi, les textes publiés sont édités et préparés avec le même degré d’exigence qu’un livre imprimé.

9À une époque où la recherche se doit d’être la plus innovante, la plus accessible possible, le Collège de France répond à sa double mission d’enseigner tout à tous.

Cette collection, placée sous la direction scientifique du Pr Dominique Charpin (titulaire

de la chaire de Civilisation mésopotamienne), est destinée à donner davantage de visibilité aux activités de recherche de l’Institut des civilisations du Collège de France, qui est constitué de quatre pôles :

– le pôle de l’anthropologie autour de la chaire d’Anthropologie de la nature ;

– le pôle de la Méditerranée anciennea englobant tout le bassin méditerranéen autour des civilisations hellénistique et romaine, des études byzantines et des études turques ;

– le pôle du Proche-Orient ancien avec l’assyriologie, les études sémitiques, l’égyptologie ;

– le pôle de l’Extrême-Orient ancien et moderne autour des études chinoises, des études japonaises et de l’histoire de l’Asie centrale préislamique.

Ces domaines recouvrent l’histoire culturelle, sociale et anthropologique des cinq continents et les périodes couvertes vont de l’Antiquité la plus reculée à l’époque contemporaine. L’accent sera mis dans l’immédiat sur le monde méditerranéen et le Proche-Orient mais la collection aura vocation à s’élargir au périmètre entier de l’Institut.

De même, si des recherches d’archéologie et de géographie historique sont initiatrices de cette collection, celle-ci est destinée à faire connaître la pluridisciplinarité de cet institut (édition de textes, travaux philologiques, synthèses historiques, recherches anthropologiques, etc.) au plus grand nombre. Les ouvrages seront répartis en plusieurs séries pour distinguer les contextes historiques et géographiques.

Haut de page

Notes

1 La plateforme OpenEdition Books est destinée aux presses universitaires, aux éditeurs publics et privés et aux sociétés savantes publiant des ouvrages de qualité en sciences humaines et sociales. Elle a pour ambition de construire une bibliothèque internationale pour les humanités numériques et ce, en encourageant les éditeurs à développer le libre accès sur le long terme. Elle valorise le traitement de toutes les aires culturelles, de toutes les périodes historiques et des grandes langues scientifiques. Les langues de la plateforme sont : le français, l’anglais, l’espagnol et l’italien. OpenEdition Books rassemble un consortium de quarante-huit éditeurs français et étrangers, publics et privés, dont le Collège de France (http://books.openedition.org/publishers) et 1927 livres sont d’ores et déjà en ligne.

2 Le Cléo (Centre pour l’édition électronique ouverte, http://cleo.openedition.org/) est une initiative publique, à but non lucratif, soutenue par le ministère de la Recherche et par quatre institutions de recherche françaises : le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’EHESS et l’université d’Avignon. Il reçoit également des financements de la Fondation Calouste Gulbenkian et du programme Google Grant for Digital Humanities. Le Cléo est lauréat de l’équipement d’excellence (Label Investissements d’avenir) depuis 2012, sa dotation permettra la numérisation et la mise en ligne de 15 000 ouvrages en 7 ans. Ses missions sont de promouvoir le développement de l’édition électronique en sciences humaines et sociales et de contribuer à la diffusion des compétences liées à l’édition électronique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Despina Chatzivasiliou et Patricia Llegou, « Mondes méditerranéens anciens », La lettre du Collège de France [En ligne], 40 | août 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/2123

Haut de page

Auteurs

Despina Chatzivasiliou

Articles du même auteur

Patricia Llegou

Chaire Religion, institutions et société de la Rome antique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page