Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée

Renan passeur : de la science des religions à l’histoire des religions

p. 9

Texte intégral

1Il n’y a chez Renan ni les contradictions ni les paradoxes qu’on lui attribue généralement, mais une réponse singulière à la question religieuse, dès lors qu’on comprend celle-ci à la fois comme la volonté de restituer au sujet moderne, issu de la Révolution française, sa dimension religieuse, et de réaffirmer la nécessité d’une dimension spirituelle du régime politique collectif, à savoir, à partir de 1870, la République.

2Cela implique un double déplacement réalisé par son œuvre : d’une part le passage d’une philologie centrée sur l’exégèse biblique vers une histoire des langues, d’autre part la définition du mouvement de l’histoire non plus comme téléologiquement orienté mais identifié au sentiment religieux.

3Renan inscrit la science des religions au fondement d’une histoire des langues abordée à travers les études d’hébreu qu’il mène au Séminaire alors qu’il songe encore à la prêtrise. Il découvre à travers la composition du texte biblique, mais également dans la comparaison menée avec d’autres langues sémitiques, des incohérences qui heurteront rapidement en lui, non seulement le philologue, mais aussi le croyant. Il est dès lors évident qu’aux yeux de Renan seule la tournure historique est apte à éclairer les contradictions du texte.

4Comprendre l’homme : tel est pour Renan le but ultime de la pensée. Ce dernier est par essence inscrit dans le monde. Le réel n’étant jamais assignable, le langage devient l’élément où s’effectuent ces constructions et l’histoire le lieu où elles se vérifient. L’histoire du langage n’est plus conçue comme le développement d’un progrès naturel mais comme le résultat d’une construction de l’esprit qui place l’homme au cœur de sa réalisation. À travers son adhésion à un modèle philologique, Renan opère donc une double rupture avec la théologie : dans la possibilité reconnue, d’une part, de soumettre un texte prétendument inspiré à la critique, et dans l’anthropologie qui en découle, d’autre part, l’esprit et le corps se trouvant étroitement liés dans ce schéma de développement des civilisations.

5La primauté qu’il accorde à la religion et au sentiment religieux le situe à la suite de Benjamin Constant tout en soulignant la nouveauté de son approche. Tous deux ont en effet en commun la volonté de s’opposer à la sécheresse du rationalisme et de l’incroyance mais également le souci de se distinguer d’un mysticisme par trop symbolique. Comme Renan, Constant inscrit d’emblée le sentiment religieux au fondement de la nature humaine, comme ce qui participe en lui de l’universel.

6Mais là où, chez Constant, le sentiment religieux s’arrête devant les principes de la philosophie, Renan peut, au contraire, tirer toutes les leçons du déploiement de l’herméneutique et construire une histoire du sens faisant se rejoindre histoire et philologie. Ce que Renan cherche dans le passé, ce n’est pas l’incarnation d’une individualité, dont la construction d’ensemble serait garante de la perfection, mais un élément qui serve de médiation. Le primitif est ici convoqué pour comprendre non pas l’individu dans le présent, dans une forme d’actualisation, mais une totalité qui induit le présent et l’avenir. Là encore on peut repérer un double mouvement chez Renan : le premier élabore le sentiment religieux non plus seulement comme un caractère humain mais en fait un principe historique, le second convoque au sein d’une histoire du sens la relation au Christ propre à Renan. Renan construit en effet une histoire noétique qui tire sa dynamique de l’herméneutique qu’il met en œuvre. Des Oratoriens et de la lecture de Bérulle, il a hérité une relation personnelle au Christ qu’il ne cesse de proclamer et qui vient ajouter un troisième niveau d’interprétation aux deux niveaux habituellement admis par l’herméneutique : la vie du Christ actualisée par la Passion. Toute son œuvre se déploie ainsi à l’intérieur d’un double cercle : le désir de continuer à affirmer l’universalité du christianisme sans l’aide de la révélation, c’est-à-dire d’en démontrer historiquement l’universalité, et la nécessité d’en concilier le schéma avec celui d’une histoire générale de l’esprit humain.

7En justifiant la science par la religion et la religion par la science, c’est-à-dire en étayant la pratique philologique sur une conception de l’histoire dans laquelle intervient la personne divine, et en assurant la nécessité de cette intervention dans la pratique philologique elle-même, Renan développe une christologie parallèle au geste philologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Renan passeur : de la science des religions à l’histoire des religions  », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/2376

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page