Navigation – Plan du site
Chaires

La composition logique des premières histoires dynastiques chinoises et son incidence sur leur lecture.

Hans Van Ess
p. 23

Texte intégral

1C’est à la fin du iie siècle av. J.-C. qu’ont été rédigés les Mémoires historiques (Shiji), une description de l’histoire du monde tel qu’il était connu en Chine, depuis ses débuts jusqu’à l’époque de ses auteurs Sima Tan et Sima Qian.

2La plus grande partie de cet ouvrage est consacrée au Ier siècle de la dynastie Han. Le Hanshu (Livre des Han) de Ban Gu, écrit vers l’an 80 ap. J.-C., traite l’histoire des deux premiers siècles de la dynastie Han jusqu’au début de l’ère chrétienne.

3Le Shiji et le Hanshu montrent une série de similitudes structurelles curieuses et marquantes qui nous révèlent un certain nombre d’informations sur la façon de penser des anciens historiens chinois. Les dix derniers chapitres du Shiji ont une signification toute particulière que l’on peut dévoiler en les comparant avec certaines suites de chapitres du Hanshu. On a la forte impression que Ban Gu, en écrivant les chapitres 58 à 66 du Hanshu, a eu sous les yeux les dix derniers chapitres du Shiji, qu’il reprit partiellement, ne négligeant que deux chapitres sur la divination (bientôt considérés perdus par la tradition chinoise, donc pas complètement fiables). L’auteur du Hanshu a donc lu le Shiji et il s’en est servi.

4Il y a un sens à l’ordre de ces chapitres. Ils narrent l’histoire dans un ordre logique. Sima Qian, l’auteur du premier de ces deux ouvrages historiques, était doué d’un esprit extrêmement critique : à travers son histoire dynastique, il adressait une critique violente à la dynastie régnante et spécialement à l’empereur Wu, son contemporain.

5Sima Qian, à travers ces biographies, brosse tout au long des chapitres un tableau de la société de l’époque, qui inclut les défenseurs de la politique de l’empereur Wu, ses conséquences dans le pays, son opposition et ses effets sur l’économie. L’auteur achève son récit en un apogée dont la tonalité est indubitablement critique.

6Des chapitres 58 à 66 du Hanshu, on retrouve cette même histoire dans les biographies d’individus et groupes d’individus, mais racontée d’un point de vue tout à fait contraire. Au lieu de traiter d’un groupe de confucéens relativement insignifiants, de bas niveau social, comme le faisait Sima Qian, Ban Gu choisit de parler, au chapitre 58 du Hanshu, de Gongsun Hong, le puissant premier chancelier confucéen. Aux chapitres 59 et 60 qui ont un parallèle dans les « biographies des fonctionnaires cruels » du Shiji, il présente la biographie de deux ministres de la justice et de leur famille qui acquirent notoriété et prestige au cours de la dynastie. Au chapitre 61, au lieu de parler du Ferghana comme le fait Sima Qian, Ban Gu présente les deux généraux à la tête des campagnes militaires contre ce pays, pour inclure ensuite dans le chapitre 62 la biographie de Sima Qian, qui en avait une opinion très négative. Ensuite, au chapitre 63, au lieu de présenter les « vagabonds redresseurs de torts » du chapitre 124 du Shiji, il décrit la vie des fils de l’empereur Wu, parmi lesquels émerge le célèbre dauphin protagoniste d‘une révolte de l’an 91 av. J.-C. Au chapitre 64 du Hanshu, on trouve les biographies d’hommes qui exerçaient une grande influence politique à la cour, mais qui sont présentés comme des personnes respectables, contrairement aux favoris du chapitre 125 de Sima Qian qui leur correspondent. Au chapitre 65 du Hanshu, une telle influence positive sur l’empereur est attribuée au célèbre bouffon Dongfang Shuo. Ce chapitre correspond au chapitre 126 du Shiji sur les satiristes qui omet cependant les satiristes des Han. Le chapitre 66 du Hanshu est consacré finalement aux biographies des chanceliers les plus importants qui ont marqué l’histoire à partir de la fin du règne de l’empereur Wu. Une place centrale est occupée dans ce chapitre par la biographie du petit-fils de Sima Qian, qui avait été exécuté à cause de sa conduite rebelle. En même temps, ce chapitre traite aussi de l’économie du pays, comme le chapitre 129 du Shiji.

7Le récit des événements au temps de Sima Qian s’achève ainsi dans le Livre des Han. Il est intéressant de remarquer qu’à la fin de ce cycle apparaît la description de l’extermination du clan de Sima Qian. Cela nous suggère que l’auteur de l’histoire dynastique des Han avait dû lire attentivement et bien comprendre le Shiji : il se servit de la même structure et la reprit en contredisant en même temps l’ouvrage de son prédécesseur.

Retrouvez l’ensemble des conférenciers sur www.college-de-france.fr, rubrique actualité.

Le Pr Hans van Ess a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Anne Cheng

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hans Van Ess, « La composition logique des premières histoires dynastiques chinoises et son incidence sur leur lecture. », La lettre du Collège de France [En ligne], 35 | décembre 2013, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/2390

Haut de page

Auteur

Hans Van Ess

(PhD. de l’Université de Hambourg, 1992) occupe la Chaire de sinologie et d’études mongoles à l’Université Ludwig-Maximilian de Munich. Ses principaux centres d’intérêt sont l’histoire du confucianisme et l’historiographie des débuts de l’ère impériale chinoise.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page