Navigation – Plan du site

Le regard de l’anthropologue

Salvatore D’Onofrio
p. 71-72

Notes de la rédaction

Traduction française d’un texte de S. D’Onofrio (extrait), in Claude Lévi-Strauss, Fotografato da Marion Kalter, Electa Napoli, 2008.

Texte intégral

« Ce spectacle avait quelque chose d’écœurant et de fascinant ; il se combinait dans ma pensée avec celui de la forêt, pleine de formes et de menaces. Je me mis à dessiner, prenant ma main gauche pour modèle, des paysages faits de mains émergeant de corps tordus et enchevêtrés comme des lianes. Après une douzaine d’esquisses qui ont presque toutes disparu pendant la guerre – dans quel grenier allemand sont-elles aujourd’hui oubliées ? – je me sentis soulagé et je retournai à l’observation des choses et des gens. »
Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques.

S. D’Onofrio, C. Lévi-Strauss, octobre 2004, Maison de l’Amérique latine, Paris.

© Marion Kalter.

1Un nouveau regard, le regard éloigné, regards croisés... Parmi les dispositifs naturels de l’homme, le regard est certainement celui que les sciences sociales ont le plus et le mieux qualifié. L’anthropologie, en particulier, se prétend détentrice d’un regard autre sur le monde, en raison de méthodes d’analyse de plus en plus sophistiquées, mais aussi du fait que la capacité d’observer par ses propres yeux demeure l’outil principal et incontournable de toute expérience de terrain. Perçue comme un don de nature, la possession du regard a même poussé à affirmer – que d’orgueil disciplinaire ! – qu’avant de le devenir « on naît anthropologue ».

2Cependant, c’est précisément à l’anthropologie que nous devons, sinon une étude systématique, du moins la découverte des déterminations culturelles et de l’usage social du regard. Dans des manières qui leur sont propres mais en un nombre limité de variantes, tous les groupes humains visent à éduquer le regard des enfants, pour leur apprendre la conduite à tenir vis-à-vis des adultes, de l’autre sexe ou de ceux que le système de parenté place dans des positions différenciées. Affecté par des formes diverses d’évitement ou bien porté droit au cœur de la pupille de celui qui est en face – ce qui impose des postures spéciales – le regard est au centre des préoccupations dont les sociétés se nourrissent. Aucune d’entre elles ne peut se soustraire à l’exigence de le domestiquer.

3Une ressource élémentaire telle que le regard oriente la recherche anthropologique au moins dans deux directions : d’une part, la possibilité d’inverser le rapport observateur-observé et, d’autre part, la construction de l’identité de la nature humaine à partir des différences entre les cultures. Cette caractérisation de l’anthropologie pousse à réfléchir non seulement sur la spécificité de la photographie par rapport à d’autres formes de représentation artistique de la réalité, mais aussi sur ses limites dans le domaine ethnographique.

4Contrairement au peintre, qui peut ne pas achever son œuvre ou la reprendre plus tard, le photographe est obligé par la technique qu’il utilise de fournir un objet esthétique en principe fini. Au-delà de l’instant qu’elle fixe à jamais, l’image photographique s’affiche néanmoins, aussi bien que la peinture, comme une « aventure en route », selon la formule attribuée à Leonardo Cremonini. Le fait de pouvoir regarder autrement ce que le photographe n’a vu qu’une fois permet d’ouvrir un dialogue : la possibilité d’entrer à l’intérieur de l’image se fait foncièrement par le regard, celui du sujet photographié inclus. En participant de l’attitude boulimique de l’œil photographique, on a enfin l’impression de pouvoir tout contrôler, à commencer par la mémoire. Mais, une fois de plus, l’anthropologie se doit d’en fournir un démenti.

5Rappelons ce que Lévi-Strauss a écrit dans l’introduction à son volume Saudades do Brasil. Les photographies de ses missions des années 1930 en Amérique du Sud n’ont pour lui qu’une valeur d’indices, car tout en prouvant l’existence d’une certaine réalité, elles ne sont pas capables de témoigner de ses qualités sensibles. Ces photographies lui laissent « l’impression d’un vide, d’un manque de ce que l’objectif est foncièrement impuissant à capter », alors que les odeurs, les couleurs et les sons apparaissent – dit-il – des parties toujours réelles de ce qu’il a vécu. Notamment les odeurs « ravivent mieux les souvenirs que les images ». Pour un anthropologue, l’appareil photographique ne pourra jamais devenir, comme pour Cartier-Bresson, le prolongement de l’œil. Et pourtant, rien mieux que ces photographies vieilles de plus d’un demi-siècle n’a pu nous aider à comprendre le sentiment « de vide et de tristesse » de Lévi-Strauss face à la dépossession des Indiens, d’abord à la suite de la Conquête, puis, irréversiblement, du fait du développement des communications et de l’explosion démographique.

6Les observations de Lévi-Strauss nous invitent donc à réfléchir sur le rapport entre le regard de l’anthropologue et l’œil photographique qui a été parfois le sien. Mais qu’arrive-t-il lorsque l’objet du photographe est l’anthropologue lui-même ?

C. Lévi-Strauss, janvier 2005.

© Marion Kalter.

7Ce qu’encore aujourd’hui je ressens face aux images de Marion Kalter, introduit bien la réflexion sur cette question : lorsque j’y pense sans qu’elles soient sous mes yeux, je n’arrive à me souvenir que du regard de Lévi-Strauss, en l’associant par ailleurs, immanquablement, à l’émotion paralysante éprouvée lors de ma première rencontre avec lui, il y a quelques années, dans la bibliothèque du Laboratoire d’anthropologie sociale.

8Si j’évoque le souvenir de cette « fragilisation », largement partagé par ceux qui ont eu la chance de le rencontrer, c’est parce que cela permet d’ajouter une autre interrogation, qui invite à s’aventurer dans des terrains encore peu explorés du rapport à l’autre : de quoi est donc chargé le regard de Lévi-Strauss ? On se tromperait à rapporter sa profondeur pénétrante à l’âge : rien ne résiste mieux à l’injure du temps que le regard, dont la singularité accompagne l’individu de l’enfance à la vieillesse. Il suffit d’observer l’autoportrait de Lévi-Strauss sur les bords du Rio Gy-Parana pour s’en convaincre.

9S’il est vrai, comme l’a écrit Susan Sontag dans son essai Sur la photographie, que « photographier c’est s’approprier l’objet photographié », Lévi-Strauss, lui, semble capturer l’œil photographique en essayant de communiquer par son regard la pensée qu’il incarne. Miroir de l’esprit, le regard de Lévi-Strauss semble retenir, comme autant de couches géologiques superposées, les différents états d’âme qui le caractérisent : non seulement le pessimisme sévère de l’intelligence ou son « triste et doux souvenir » des hommes et des choses, ce regret tendre et nostalgique que traduit le mot portugais saudade, mais aussi la joie – que seuls les poètes connaissent – de réussir, par la pensée, à tout embrasser. Les photographies de Marion Kalter saisissent bien cette prégnance. D’autres, ne manqueront pas d’apprécier les qualités du portrait (ce « paysage choisi » comme dit Verlaine), la solidité des cadrages serrés, l’usage caravagesque de la lumière. Pour moi, ce qui est le plus important est la complicité que par son art Marion Kalter a su établir avec Lévi-Strauss, en se laissant tout d’abord attirer par le regard de l’anthropologue. Ce regard de Lévi-Strauss, il suffit de l’avoir vu dans une seule image pour le retrouver même dans celles où il n’apparaît pas : qu’il lise, écrive ou se repose sur sa canne. On a sous les yeux également les mains de Lévi-Strauss, la manière dont il empoigne l’accoudoir de son fauteuil ou la page d’un livre, la façon de les tenir jointes pendant qu’il vous observe : les mains de Lévi-Strauss sont inséparables de son regard et de sa pensée. C’est un autre des mérites de Marion Kalter que de nous en avoir montré le rapport – important car, en effet, c’est bien le regard qu’il faudrait intégrer à la relation entre main et cerveau établie par les physiciens de l’esprit.

10Il est enfin significatif qu’aux murs du bureau de Lévi-Strauss ne soient accrochées que deux photographies : deux portraits de Maurice Merleau-Ponty, comme s’il voulait lui témoigner sa fidélité, sa reconnaissance et son affection en se dérobant à la logique de l’image unique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende S. D’Onofrio, C. Lévi-Strauss, octobre 2004, Maison de l’Amérique latine, Paris.
Crédits © Marion Kalter.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende C. Lévi-Strauss, janvier 2005.
Crédits © Marion Kalter.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, hors série no 2 : Claude Lévi-Strauss, centième anniversaire, Collège de France, Paris, novembre 2008, p. 71-72. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Salvatore D’Onofrio, « Le regard de l’anthropologue », La lettre du Collège de France [En ligne], Hors-série 2 | 2008, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/244

Haut de page

Auteur

Salvatore D’Onofrio

Salvatore D’Onofrio, anthropologue, professeur à l’université de Palerme, membre correspondant du Laboratoire d’anthropologie sociale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page