Navigation – Plan du site
Publications

Publications

p. 59-66

Plan

Haut de page

Texte intégral

Martin Abadi

La sécurité informatique

1Coll. Leçons inaugurales du Collège de France Paris, Collège de France/Fayard, 2011

2Aujourd’hui, les questions de sécurité informatique sont omniprésentes, non seulement dans le renseignement militaire mais également dans la finance, le commerce, la gestion de données médicales,- les réseaux sociaux et bien d’autres cadres. À partir d’un exemple de la vie courante, le spam, Martin Abadi aborde des aspects variés de l’informatique tels que les protocoles cryptographiques, les modèles de calcul et les langages de programmation. Il nous aide à comprendre les enjeux de la sécurité informatique, ses outils fondamentaux et ses difficultés, tant pratiques que scientifiques.

3Martin Abadi est principal researcher à Microsoft Research Silicon Valley et professeur à l’université de Californie, Santa Cruz. Il a également enseigné à Stanford et à Berkeley. Sa recherche porte sur la sécurité informatique et sur les langages de programmation. Il a été professeur associé au Collège de France pour l’année 2010-2011, dans la chaire Informatique et sciences numériques.

Gilles Clément

Jardins, paysage et génie naturel

4Coll. Leçons inaugurales du Collège de France Paris, Collège de France/Fayard, 2012

5Tout au long de son évolution architecturale et stylistique, le jardin n’a cessé de refléter une vision du monde en s’approchant d’un idéal de vie. À l’origine espace enclos, le jardin change d’échelle au xxe siècle, mû par la conscience d’une finitude écologique : il devient planétaire. Pour préserver cet espace soumis aux lois du marché et de la croissance à tout prix, le jardinier doit se mettre à l’écoute du génie naturel : imaginer, réaliser et entretenir le jardin dans son aspect dynamique, en respectant le développement des espèces et leurs migrations.

6Gilles Clément est ingénieur horticole, paysagiste, jardinier et enseignant à l’École nationale supérieure du paysage. Ses travaux s’articulent autour des concepts de jardin en mouvement, de jardin planétaire et de tiers-paysage. Parmi ses réalisations figurent les jardins de l’abbaye de Valloires, le domaine du Rayol, le jardin de l’École normale supérieure de Lyon et, en région parisienne, les jardins du musée du quai Branly et de l’Arche de la Défense. Il est titulaire de la chaire de Création artistique au Collège de France pour l’année 2011-2012.

Jean-Paul Laumond

La robotique : une récidive d’Héphaïstos

7Coll. Leçons inaugurales du Collège de France Paris, Collège de France/Fayard, 2012

8C’est en préparant cette leçon que j’ai découvert que les roboticiens avaient un dieu : Héphaïstos. Dans la mythologie grecque, Héphaïstos est un artisan de talent. Séduit par Athéna, il tente de la posséder mais n’y parvient pas : la déesse du savoir résiste au dieu du faire. La robotique tient de cette tension. Si le mythe va à l’encontre d’une tendance actuelle à la confusion des genres entre science et technologie, il rend néanmoins compte de mon expérience en matière d’innovation.

9Professeur de mathématiques en début de carrière, Jean-Paul Laumond est directeur de recherche au LAAS-CNRS à Toulouse. Roboticien, il s’intéresse à l’algorithmique de la planification du mouvement et ses applicactions. Il est à l’origine de la création de la société Kineo. De 2005 à 2008, il codirige un laboratoire franco-japonais dédié à la robotique humanoid. Ses travaux actuels portent sur l’étude des fondements calculatoires de l’action anthropomorphe. Enseignant à l’École normale supérieure, il est titulaire de la chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt au Collège de France pour l’année 2011-2012.

Peter Piot

Le sida dans le monde Entre science et politique

10Paris, Odile Jacob / Collège de France, 2011

11« Le sida est l’un des événements majeurs de notre époque. Il a changé profondément notre rapport à la sexualité, la relation patient-médecin, l’influence de la société civile dans les relations internationales et la solidarité Nord-Sud. Il a projeté la santé dans les cénacles de la politique nationale et internationale – là où elle doit figurer.
Mon expérience de chercheur, de clinicien, de fondateur et de dirigeant de l’Onusida et de militant dans la lutte contre le sida depuis le début de l’épidémie m’a convaincu que, sans expression politique et économique, la science apporte peu aux personnes ; et que, sans fondation scientifique et respect des droits de l’homme, la politique est inefficace et risque même d’être nuisible. » Peter Piot

12Biologiste et épidémiologiste, Peter Piot a été directeur exécutif de l’Onusida (1995-2008). Il est aujourd’hui directeur de la London School of Hygiene & Tropical Medicine. En 2009-2010, il a été professeur au Collège de France dans la chaire Savoirs contre pauvreté.

Philippe Descola (dir.)

Claude Lévi-Strauss, un parcours dans le siècle

13Paris, Odile Jacob / Collège de France, 2012
Ce livre réunit les contributions au colloque organisé au Collège de France en novembre 2008 à l’occasion du centenaire de Claude Lévi-Strauss (1908-2009)

14Au cours de cette longue vie, ponctuée par une trentaine de livres et plus de quatre cents articles, Claude Lévi-Strauss a refondé l’anthropologie en France. Nous commençons à peine aujourd’hui à mettre en valeur ses réflexions sur la nature de la vie sociale, sur le destin des peuples, sur le procès de connaissance ou sur l’émotion esthétique, dont quelques philosophes se sont emparés afin d’en examiner les conséquences dans l’ordre d’un remaniement des concepts dont nous nous servons pour comprendre le monde et sa chatoyante diversité.
Ce centième anniversaire de Claude Lévi-Strauss offrait l’occasion de revenir sur le parcours intellectuel d’un auteur devenu un classique et dont les contributions, pour attachées qu’elles soient à une austérité scientifique sans concession, ont néanmoins su séduire un vaste public.

15Contributions de M. Bloch, M. Carneiro da Cunha, D. Fabre, R. Hamayon, F. Héritier, L. de Heusch, C. Imbert, P. Maranda, M. Mauzé, M. Sahlins, C. Severi.

16Philippe Descola est professeur au Collège de France (chaire d’Anthropologie de la nature), directeur d’études à l’EHESS, et dirige le Laboratoire d’anthropologie sociale. Il est notamment l’auteur des Lances du crépuscule (1993) et de Par-delà nature et culture (2005).

Jacques Bouveresse

Essai VI
Les lumières des positivistes

17Coll. Banc d’essais

18Marseille, Agone, 2012

19Dans la philosophie européenne du xxe siècle, le positivisme logique du cercle de Vienne (1944-1936) est le courant qui a porté le plus loin l’héritage des Lumières. Éradiqué par le nazisme, il est honni depuis plus d’un demi-siècle par les courants irrationalistes et antiscientifiques dominants. « Dans la haine du positivisme, qui n’est souvent pas très différente de celle du mode de pensée scientifique lui-même, on peut aisément percevoir la peur de la vérité et de ses conséquences », écrit Jacques Bouveresse. Bien qu’il n’ait jamais compté lui-même parmi les positivistes, il enseigne leurs idées et les défend pour la clarté, la rigueur et l’honnêteté de leur style de pensée ; pour leur proximité avec les bouleversements de la science contemporaine, et leur insertion dans le mouvement d’émancipation sociale et politique.

20Les cinq essais réunis dans le présent volume ont été écrits entre 1971 et 2011. On y trouvera à la fois une présentation claire des concepts centraux des positivistes logiques, un éclairage neuf (nourri de la recherche historique la plus récente) sur le contexte culturel et politique de la formation de leurs idées (notamment celles de Rudolf Carnap), et une évaluation philosophique de quelques-unes de leurs thèses fondamentales.

21Jacques Bouveresse est professeur honoraire au Collège de France, chaire de Philosophie du langage et de la connaissance.

Pierre Briant

Alexandre le Grand

22Coll. Que sais-je ?, septième édition
Paris, Presses universitaires de France, 2011

23Ce livre n’est pas une biographie d’Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.), figure historique célèbre pour ses conquêtes et l’empire qu’il parvint à édifier. À travers le sort de ce personnage fascinant qui régna sur trois continents, des questions plus générales se posent : quelle est l’origine de la domination d’Alexandre ? Comment comprendre ses objectifs ? Quelle était la situation de l’adversaire, l’empire perse-achéménide, et quelles résistances la conquête y a-t-elle suscitées ? Comment, enfin, l’empire s’est-il organisé, avec quels rapports entre les conquérants et les populations conquises ? Car, au-delà de la seule personne d’Alexandre le Grand, c’est un véritable phénomène historique que cet ouvrage analyse et dont il met en relief les principaux caractères.

24Pierre Briant est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre.

25Jean-Pierre BRUN, Adam Bülow-Jacobsen, Dominique Cardon, Hélène Eristov, Hero Granger-Taylor, Martine Leguilloux, Witold Nowik, Michel Reddé, Margareta Tengberg

Didymoi

Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte
I. Les fouilles et le matériel

26Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, Hélène Cuvigny (éd.), 2011

27Didymoi – la Didyme de l’Itinéraire Antonin – fait partie de la douzaine de fortins (praesidia) construits par les Romains pour contrôler la route caravanière de Koptos, sur le Nil, à Bérénice, sur la mer Rouge. Son nom se réfère à ses divinités tutélaires, les Dioscures, invoqués par ses occupants dans leurs lettres privées, même si le matériel issu de la chapelle montre que le dieu principal était, comme dans toute la région depuis Trajan, Zeus Hèlios Grand Sarapis. Trois saisons de fouilles, menées entre 1997 et 2000 et financées par le ministère des Affaires étrangères et l’Ifao, ont mis en évidence les temps forts de l’histoire de Didymoi : fondation en 76/77 à l’instigation du préfet lulius Ursus, renforcement des capacités de stockage d’eau sous Domitien, abandon probable dans le troisième quart du iie siècle, effondrement du puits, reconstruit en 176/177, l’année qui suit le séjour de Marc-Aurèle à Alexandrie. Mais bientôt l’occupation du fortin change d’allure : à la place des anciens casernements, régulièrement nettoyés, prolifèrent des locaux minuscules où les ordures s’amoncellent. C’est l’époque où les nomades (barbaroi), qui collaborent désormais avec l’armée romaine, viennent se ravitailler en pain et en vin dans les praesidia. Didymoi est définitivement abandonné vers le milieu du iiie siècle.
Dans ce premier volume sont présentés les résultats des fouilles et le matériel anépigraphe (à l’exception de la vaisselle céramique et des amphores). Didymoi s’est révélé un site exceptionnel pour les cuirs et pour les textiles. Les milliers de chiffons sortis des dépotoirs témoignent de la virtuosité des tisserands et des teinturiers égyptiens et de l’élégance vestimentaire des élites métropolitaines de la vallée du Nil ; ils révèlent en outre l’étonnante variété des produits textiles, de provenances très diverses, disponibles alors en Égypte.
Les inscriptions lapidaires et les ostraca grecs et latins sont publiés dans le second volume.

Jean-Pierre BRUN, Marie-Laure HERVÉ-MONTEIL et Matthieu POUX (dir.)

La vigne et le vin dans les Trois Gaules

28Collection Gallia Archéologie de la France antique 68.1

29Paris, CNRS Éditions, 2011

30La précocité et l’extension de la viticulture en Gaule romaine sont parmi les révélations majeures de l’archéologie des dernières décennies. Le développement de la vigne et du vin dans les Trois Gaules (Lyonnaise, Aquitaine et Belgique) restait cependant peu connu, malgré les sources écrites et l’épigraphie. Plusieurs découvertes effectuées au cours des dix dernières années dans la région lyonnaise, en Auvergne, dans le Berry, dans les pays de la Loire, en Normandie ou en Île-de-France, sont venues combler cette lacune. Grâce à l’étude des vestiges de viticulture (fosses et tranchées de plantation, outillage), d’exploitations viticoles (pressoirs, chais), des productions régionales d’amphores vinaires ou de tonneaux, le réexamen des textes relatifs à une viticulture locale ou encore, des témoignages épigraphiques et iconographiques liés au commerce du vin, c’est un nouveau pan de l’histoire de la vigne et du vin depuis le ier siècle avant Jésus-Christ qui apparaît.

31Jean-Pierre Brun est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Techniques et économies de la méditerranée.

32Marie-Laure Hervé-Monteil est archéologue à l’Inrap (Carquefou) et Matthieu Poux est professeur d’archéologie à l’université Lumière-Lyon-II. Ces auteurs sont entourés de spécialistes issus de l’Inrap, des collectivités, de l’université et du CNRS, dont les travaux trouvent place au sein de cette recherche.

Jean-Gaël Barbara et Pierre Corvol (dir.)

Les Élèves de Claude Bernard

33Les nouvelles disciplines bernardiennes au tournant du xxe siècle

34Collection Histoire des sciences
Paris, Éditions Hermann, 2011

35L’œuvre célèbre et immense de Claude Bernard a éclipsé l’émergence de la physiologie expérimentale au Collège de France, aussi bien que les travaux remarquables de ses jeunes disciples. En montrant comment l’heuristique bernardienne atteint ses limites au tournant du xxe siècle, le présent ouvrage combat précisément l’opinion selon laquelle Claude Bernard aurait disparu sans laisser d’élèves de valeur poursuivant son travail. Ses élèves ont en effet réussi à conserver le message bernardien, tout en modernisant sa science et en renouvelant la physiologie par la création en France des disciplines modernes de la biologie, telles que la biophysique, l’électrophysiologie, la biochimie, l’endocrinologie, la bioénergétique ou l’histologie microscopique. Les contributions de ce livre démontrent que l’épistémologie de Claude Bernard est donc demeurée à l’œuvre chez ses élèves au cours de l’émergence d’une biologie moderne profondément transformée par une nouvelle dynamique de disciplines.

36Avec les contributions de Christian Bange, Jean-Gaël Barbara, Christian Bonah, Pierre Corvol, Patrice Decormeille, Gabriel Finkelstein, Sebastian Normandin, Louis Patard, William Rostene, Pierre Vayre.

37Pierre Corvol est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Médecine expérimentale.

Mireille Delmas-Marty, Pierre-Étienne Will (éd.)

HdO
China, Democracy, and Law

38A Historical and Contemporary Approach

39Volume 26, traduit par Naomi Norberg

40Leiden, Bostin, Brill, 2012.

41Cet ouvrage traite de questions essentielles telles que : Quels sont les points de départ, ou de ressources, qui peuvent être qualifiés dans l’histoire et la culture chinoise de démocratiques ? Quels sont, et ont été, leur potentiel de développement dans le cadre moderne de la Chine face à de puissantes influences occidentales ? Y at-il des liens entre la Chine impériale avec sa tradition juridique forte et la République populaire de Chine en cours qui a en vue de restaurer la primauté du droit, dans un contexte de mondialisation juridique dans lequel la Chine elle-même est un acteur important ? De quelle façon l’ouverture politique, commencée dans les années 1980, peut-elle être considérée, ainsi que son discours sur les droits de l’homme, actuellement entendu dans les cercles officiels ? Et enfin, quelle est la pertinence de l’expérience Taiwanaise avec les institutions démocratiques ?
Dans ce riche ouvrage, de grands savants français ont essayé de clarifier le processus de changement politique et juridique, en montrant de façon convaincante qu’il n’est pas possible de répondre à ces questions sans une bonne compréhension de la pensée chinoise à travers les siècles du point de vue religieux, juridique, philosophique, et politique.

42Mireille Delmas-Marty est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Études juridiques comparatives et internationalisation du droit. Pierre-Étienne Will est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire de la Chine moderne.

Marc FUMAROLI

Le Livre des métaphores

43Collection Bouquins
Paris, Éditions Robert Laffont, 2012

44Qu’est-ce qu’une métaphore ? Venu du grec ancien, la langue que parlèrent les inventeurs de la théorie du bien-parler – la rhétorique –, le terme désigne le transfert purement mental d’un mot, ou d’une expression, de son sens premier, ou propre, vers un sens second, ou figuré. Glissements de sens qui aboutissent à autant de véritables métamorphoses. Le feu de cheminée se change le moment venu en feu de la passion, en feu de la conversation, ou en feu de l’éloquence. La feuille d’arbre se mue en feuille de papier, et la feuille de papier en page de journal imprimé.
De ce pouvoir métamorphique qui confère au langage son côté joueur, poétique et même sorcier, les poètes et les grands écrivains se jouent avec art. Mais tout un chacun, dans son usage quotidien et quasi machinal, soit en parlant, soit en lisant, use aussi abondamment de cette propriété du langage, sans toujours s’en rendre compte. Notre langue, poète à notre place, a ainsi mémorisé, accumulé et enrichi au cours des siècles son propre trésor de métaphores, surtout par transmission orale.

45Ce Livre des métaphores propose une sorte d’atlas de ces expressions souvent très succulentes, un itinéraire qui permet d’en explorer chaque région et d’en avoir une vue d’ensemble. Marc Fumaroli met en évidence combien reste vivante à notre insu la puissance créatrice de la figure de rhétorique majeure qu’est la métaphore. Ayant choisi de classer ces nombreuses fleurs par « lieux » (le corps, la ferme, le château, la chasse, la guerre, la marine, etc.), il invite le lecteur à se promener dans la langue française comme dans un cabinet de curiosités. Et nous offre une œuvre aussi savoureuse que magistrale.

46Marc Fumaroli, de l’Académie française, est professeur honoraire au Collège de France, chaire de Rhétorique et société en Europe (xvie-xviie siècles). Il est l’auteur, notamment, de Le Poète et le Roi (1997) et Quand l’Europe parlait français (2001).

Jean GUILAINE

Archéologie, science humaine

47Entretien avec Anne Lehoërff
Paris, Actes Sud / Errance, 2011

48L’archéologie fascine, fait rêver. Les enfants à la recherche de trésors. Les grands que le mystère attire. Mais quelle est-elle ? Depuis le xixe siècle, l’archéologie a connu de profonds changements, tour à tour collecte de beaux objets, support d’une histoire des « civilisations », examen de traces plus modestes laissées par l’homme et que des méthodes de plus en plus performantes permettent de comprendre. Les découvertes qui se sont succédées depuis deux siècles, parfois extraordinaires, souvent moins spectaculaires, l’ont nourrie, construite, rendue omniprésente dans la société d’aujourd’hui. Les vestiges encore enfouis sous nos pieds sont si nombreux qu’il ne se passe pas un jour sans une découverte. L’archéologie est science humaine. Telle est la conviction profonde de l’un de ses acteurs, Jean Guilaine. Fort d’une longue expérience de chercheur, d’homme de terrain, de professeur, il s’en explique dans un entretien avec une autre archéologue, Anne Lehoërff. Les différentes facettes d’une archéologie qui permet d’écrire l’histoire de l’homme dans toutes ses dimensions sont ainsi abordées à travers un itinéraire personnel où la part du rêve n’est pas absente, et dans un dialogue qui met l’accent sur l’objet d’étude de l’archéologie, sa situation actuelle au terme d’une longue histoire et son avenir possible.

49Jean Guilaine est professeur honoraire au Collège de France, chaire de Civilisations de l’Europe au Néolithique et à l’Âge du Bronze.

Emmanuel LE ROY LADURIE, Daniel ROUSSEAU, Anouchka VASAK

Les fluctuations du climat
De l’an mil à aujourd’hui

50Paris, Fayard, 2011

51Il n’y a pas plus de sens de l’histoire que de fatalité climatique. Sur une question aussi complexe que les changements climatiques, il faut se méfier des vérités établies et leur préférer l’étude scrupuleuse, année après année, des sources disponibles sur la longue durée.
C’est à ce travail considérable qu’Emmanuel Le Roy Ladurie, spécialiste reconnu de l’histoire du climat, s’est attelé, avec l’aide de Daniel Rousseau, ancien directeur de l’École nationale de la météorologie, et d’Anouchka Vasak.
En pesant l’ampleur des récoltes, en repérant les dates variables des vendanges, en mesurant l’avancée ou le recul des glaciers comme l’abondance des précipitations, ils repèrent les grandes fluctuations séculaires de l’An Mil à nos jours et pointent les variations météo pluridécennales sur les quatre derniers siècles. Ainsi sont mis en évidence, d’une manière inédite, les impacts humains du déroulement climatique : famines, canicules tueuses, rudes agitations sociales, ou prospérités frumentaires. Le quotidien de millions d’Européens trouve ainsi son explication.

52Emmanuel Le Roy Ladurie est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Histoire de la civilisation moderne.

Carlo OSSOLA

En pure perte.
Le renoncement et le gratuit

53Rivages Poche, Petite Bibliothèque
Paris, Payot & Rivages, 2011

54Notre époque, fascinée par les mythes d’Ulysse, par les emblèmes de la sagesse active, a un peu oublié les vertus « passives » : la patience, le renoncement, le détachement, la pure perte de soi. Non plus la prise, mais la « déprise » de Roland Barthes, l’abandon, le détachement de Maître Eckhart, le fait de « se laisser aller en soi, au repos de soi », de « faire le vide » et le silence à l’intérieur et à l’entour. Le lieu en nous où cesse toute arrogance, où l’on accède sur la pointe des pieds, l’« existence minimale » accueillie avec une juste « retenue ». La « pure perte » est telle seulement si elle garde mémoire non de la perte mais de la pureté absolue de cet effacement sans traces.

55Carlo Ossola est professeur au Collège de France titulaire de la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine.

Jean KELLENS

L’acmé du sacrifice

56Études avestiques et mazdéennes vol. 4
Collection dirigée par Pierre Briant, chaire d’Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre, Collège de France
Paris, Persika 16, 2012

57Depuis le premier volume (2006), le but des Études avestiques et mazdéennes s’est insensiblement modifié. Il n’est plus question de « toiletter Geldner ». Les travaux d’Alberto Cantera et de son école de Salamanque ont entretemps démontré qu’il était possible et nécessaire de faire une nouvelle édition de l’Avesta. Les années à venir en feront une réalité. J’ai aussi pris mesure plus précise des difficultés du travail de traduction et compris qu’il ne pouvait que tâtonner tant que le livre entier n’avait pas été exploré. Comme on verra, le traitement du texte s’est fait plus empirique et la traduction plus expérimentale.
Par contre, en rédigeant le deuxième volume (2007), j’ai pris conscience de la conséquence imparable de notre nouvelle conception de l’Avesta. Puisque le Yasna est une œuvre ancienne et minutieusement concertée, notre devoir est de chercher à établir le sens que son arrangeur entendait lui accorder. Ce volume, plus explicitement que les deux précédents, en fait la tentative.

58Jean Kellens, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Langues et religions indo-iraniennes, a consacré sa carrière à la philologie de l’Avesta. Il est notamment l’auteur de : Les noms-racines de l’Avesta, Ludwig Reichert Verlag, Wiesbaden, 1974 ; Le verbe avestique, Ludwig Reichert Verlag, Wiesbaden, 1984 ; Les textes vieil-avestiques, en collaboration avec Éric Pirart, 3 vol., Ludwig Reichert Verlag, Wiesbaden, 1988-1991 ; La quatrième naissance de Zarathushtra, La Librairie du xxie siècle/Seuil, Paris, 2006.

Thomas B. DOZEMAN, Thomas RÖMER et Konrad SCHMID (éd.)

Pentateuch, Hexateuch, or Enneateuch?

59Identifying Literary Works in Genesis through Kings

60Collection Ancient Israel and its Literature
Atlanta, Society of Biblical Literature, 2011

61L’identification des sources littéraires du Pentateuque et des prophètes antérieurs caractérise la critique historique moderne de la Bible hébraïque. Les théories du Tétrateuque, de l’Hexateuque ou de l’Histoire Deutéronomiste ont joué un rôle essentiel dans la reconstitution de l’histoire littéraire du Pentateuque et des prophètes antérieurs. La rupture opérée par ces différents modèles oblige la recherche actuelle à redéfinir les critères d’identification des sources littéraires responsables de la formation de la Bible hébraïque. Le présent volume revisite, sans présupposé ni parti pris, les différents critères d’identification des sources littéraires comme fondement à la reconstitution de l’histoire littéraire de ce corpus. Il convie également les approches nord américaines et européennes à une discussion ouverte.

62Thomas Römer est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Milieux bibliques.

Diana V. EDELMAN, Philip R. DAVIES, Christophe NIHAN, Thomas RÖMER

Opening the Books of Moses

63Sheffield, Equinox publishing LTD, 2011

64Ouvrir les livres de Moise (Opening the Books of Moses) est une introduction aux cinq premiers livres de la Bible: Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome. L’ouvrage s’adresse à toute personne intéressée par l’étude de ces livres clés du texte biblique.
Son objectif est de mettre en lumière les idées, les croyances et les expériences de leur époque. Il offre une vue d’ensemble de l’état actuel des recherches sur le Pentateuque et une analyse de la façon dont les textes ont été façonnés par leur époque et leur public.
L’étude se termine par une analyse des questions principales abordées par l’étude du Pentateuque, en particulier la Torah, la géographie, l’ethnicité, la nature de Yahvé et d’autres divinités, les théories du culte, des traités et des serments, et Moïse lui-même.
Ce livre court mais de vaste portée constitue une introduction idéale aux études religieuses et bibliques.

65Thomas Römer est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Milieux bibliques.

John SCHEID

Pouvoir et religion à Rome

66avec la collaboration de Jean-Maurice de Montremy
Paris, Livrairie Arthème Fayard / Pluriel, 2011

67La puissance de Rome se fonde sur Jupiter. Placé au sommet de la Ville impériale, il tient lieu tout à la fois de premier magistrat et de constitution. Principe même de la chose publique, Jupiter n’a pas de vie privée. Il terrifie par le tonnerre et la foudre. Il tétanise l’adversaire. Imprévisible et souverainement arbitraire, il a toujours raison – par définition : il est la loi. Vénéré sur le Capitole, le dieu-constitution s’élabore au fur et à mesure que la République romaine se fait conquérante. Mais c’est grâce à Jules César et à l’écrasante construction idéologique élaborée par Auguste que se met en place une religion politique à laquelle, aujourd’hui encore, nous avons emprunté des rites et des rituels.
D’Auguste à Constantin, l’ordre politique romain repose sur la nature des relations unissant Jupiter à l’État, à son chef et aux procédures politiques. Avec l’immense érudition et la pédagogie qui enchantent ses auditeurs au Collège de France, John Scheid met à la portée de chacun la vie politique de la Rome impériale.

68John Scheid est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Religion, institutions et société de la Rome antique. On lui doit notamment La Religion des Romains (Armand Colin, 1998) et Religion et Piété à Rome (Albin Michel, 2001). Cet ouvrage est le fruit d’une collaboration avec Jean-Maurice de Montrenty, ancien rédacteur en chef de Lire, chroniqueur pour Livres Hebdo, La Croix, L’Histoire, et auteur notamment d’une biographie de Rancé qui fait référence.

Anne Cheng, Philippe Descola, Christian Goudineau, Nicolas Grimal, Henry Laurens, John Scheid, Michel Tardieu

Les grandes civilisations

69présentations de Carlo Ossola et Jack Ralite
Montrouge, Bayard-Collège de France, 2011

70Qu’est-ce qu’une civilisation sinon un lieu d’échange, de mémoire, de formation, d’élaboration de l’avenir ? Les mythes de l’Eden, la Chine, l’Égypte, Rome, la Gaule de Vercingétorix, les civilisations amérindiennes, l’Orient arabe sont autant d’exemples de cet effort des hommes pour rendre éternelle leur conception de la société, des espaces publics et sacrés, autant de témoignages historiques d’une quête universelle.
Les professeurs les plus renommés du Collège de France nous offrent ici une introduction à chacune de ces civilisations, s’intéressant à leur diffusion, aux échanges qu’elles ont suscités et à l’héritage qu’elles ont laissé. Ils s’interrogent ainsi sur le sens même de la civilisation, « ce procès collectif et originel qui fit sortir l’humanité de la barbarie » (Lucien Febvre).

Jean-Pierre Vernant

L’Odyssée

71conférence de Jean-Pierre Vernant du 23 octobre 2006
Montrouge, Bayard-Collège de France, 2011

72Dans cette ultime conférence, prononcée au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers dans le cadre des Lundis du Collège de France à Aubervilliers, Jean-Pierre Vernant retrace le parcours d’Ulysse qu’il n’a cessé de questionner et de transmettre tout au long de sa vie. Il parle aussi de l’existence et de sa fin : Que signifie être soi ? Être en société ? Qu’est-ce que la mort ? Le temps ?

73Jean-Pierre Vernant fut professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Étude comparée des religions antiques.

Gérard FUSSMAN et Anna Maria QUAGLIOTTI

L’iconographie ancienne d’

74Publications de l’Institut de Civilisation Indienne du Collège de France, fasc. 80
Paris, De Boccard, 2012

75La première partie de ce livre, par G. Fussman, lie l’étude de deux statues de la collection Pritzker à deux évolutions majeures du bouddhisme dans les deux premiers siècles de notre ère : la création de l’image anthropomorphique du Buddha et les débuts du , qui entraînèrent la création d’images de nouveaux bodhisattva-s. Elle examine en particulier les tâtonnements qui ont précédé la création de l’image standard d’. L’étude de tout changement supposant l’existence d’une chronologie relative et absolue, cette première partie traite de la date de l’apparition de l’image humaine du Buddha au Gandhāra et revoit la chronologie de l’art bouddhique de  en refusant la théorie des « centaines omises ». En seconde partie sont réimprimés deux articles d’A.M. Quagliotti réfutant l’idée que les « bodhisattva-s pensifs » soient tous des . Enfin un court chapitre est consacré à l’analyse d’une stèle récemment découverte à Mes-e Aynak (Afghanistan). Elle confirme les conclusions précédemment atteintes par A.M. Quagliotti et G. Schopen.

76Gérard Fussman est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Histoire du monde indien.

Gérard Fussman, Shakirjan Pidaev et Tukhtash Annaev

Monuments bouddhiques de Termez

77I. Catalogue des inscriptions sur poteries
par Gérard Fussman, avec une contribution de Nicholas Sims-Williams et la collaboration d’Éric Ollivier

78I, 1 Introductions, catalogues, commentaires

79I, 2 Planches, index et concordances, résumés

80Publications de l’Institut de civilisation indienne du Collège de France
Fascicules 79,1 et 79,2
Paris, Diffusion De Boccard, 2011.

81Termez est située au confluent du Surxandar’ja et de l’Amudara’ja, ancien Oxus. C’est aujourd’hui une capitale provinciale de la République d’Ouzbékistan. Les ruines de la ville ancienne, détruite par Gengis Khan et depuis abandonnée, ont été explorées par les archéologues soviétiques depuis 1930. Deux monastères bouddhiques ont été découverts, celui de Kara-Tepa dont la fouille se poursuit et celui de Fajaz-Tepa. Ce sont les seuls monastères anciens de Bactriane complètement fouillés ou presque. Ils sont les meilleurs témoins de ce qu’a pu être le bouddhisme en Bactriane, en particulier dans la toute proche Bactres. Les fouilles ont livré, outre une architecture remarquable expliquée dans ce volume à l’aide de plans et coupes, des sculptures, des peintures et quantité de tessons inscrits en langues indienne et bactrienne. V.V. Vertogradova publia en 1995 l’ensemble des tessons alors connus. Beaucoup d’autres ont été découverts depuis. Le présent volume comprend le catalogue commenté de tous les tessons inscrits jamais trouvés à Termez, soit 226 tessons de Kara-Tepa, 94 tessons de Fajaz-Tepa, 17 tessons provenant d’autres monastères. Ils donnent l’aperçu le plus complet que nous ayons de la vie des monastères mahāsāṃghika d’Asie centrale de c. 50 de notre ère à c. 650.

82Gérard Fussman est professeur honoraire au Collège de France, chaire d’Histoire du monde indien.

Pierre-Étienne WILL et Isabelle ANG (textes réunis par)

Actualité d’Étienne Balazs (1905-1963)

83Témoignages et réflexions pour un centenaire

84Bibliothèque de l’Institut des Hautes études chinoises du Collège de France, Volume XXXV.
Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises, 2010.

85Les textes de ce volume ont pour origine un colloque organisé le 25 novembre 2005 au Collège de France en commémoration du centenaire d’Étienne Balazs. On y trouvera les témoignages de ses anciens collaborateurs et collègues, F. Aubin, J. Gernet et M. Loewe, ainsi que sur sa vie, sa personnalité et sa contribution au renouveau des études chinoises en Europe au lendemain de la dernière guerre. Les recherches de Maurice Aymard dans les archives de Fernand Braudel et de la VIe section de l’École pratique des hautes études font revivre l’enthousiasme et la créativité qui marquèrent les débuts de cette institution, à laquelle fut associé Balazs en 1955. Les essais de C.  Lamouroux et P.-E. Will tentent pour leur part d’évaluer la signification de l’œuvre de Balazs pour la recherche sinologique actuelle. Ce volume a permis de mettre au point une bibliographie exhaustive des travaux de Balazs, qui inclut les comptes rendus de ses ouvrages et articles et une note sur le « projet Song ». Nous remercions Claude Chevaleyre d’avoir bien voulu se charger de ce travail. Frederic Wakeman avait accepté de se joindre au colloque de novembre 2005 pour parler de l’influence de l’œuvre de Balazs sur les études chinoises aux États-Unis. Sa disparition subite le 14 septembre 2006 ne lui a pas laissé le temps de nous faire parvenir son texte. Pour que le sujet « Balazs et l’Amérique » ne soit pas absent du présent volume il nous a paru judicieux d’y reproduire la belle introduction d’Arthur Wright à Chinese Civilization and Bureaucracy.

86Pierre-Étienne Will est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire de la chine moderne.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-1.png
Fichier image/png, 302k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-2.png
Fichier image/png, 382k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-3.png
Fichier image/png, 364k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-4.png
Fichier image/png, 398k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-5.png
Fichier image/png, 246k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-6.png
Fichier image/png, 328k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-7.png
Fichier image/png, 216k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-8.png
Fichier image/png, 503k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-9.png
Fichier image/png, 530k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-10.png
Fichier image/png, 467k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-11.png
Fichier image/png, 315k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-12.png
Fichier image/png, 478k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-13.png
Fichier image/png, 209k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-14.png
Fichier image/png, 243k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-15.png
Fichier image/png, 569k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-16.png
Fichier image/png, 532k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-17.png
Fichier image/png, 540k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-18.png
Fichier image/png, 380k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-19.png
Fichier image/png, 482k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-20.png
Fichier image/png, 250k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/2581/img-21.png
Fichier image/png, 612k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Publications », La lettre du Collège de France [En ligne], 33 | octobre 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/2581

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page