Navigation – Plan du site
Tabac et santé

Risques cardiovasculaires du tabagisme : reconnaissance tardive d’une épidémie non jugulée

Pierre Corvol et Nicolas Postel-Vinay
p. 40-49

Texte intégral

Pierre Corvol
Professeur au Collège de France

DR

Nicolas Postel-Vinay
Médecin, unité d’hypertension artérielle, hôpital européen Georges Pompidou

© P. Imbert, Collège de France

  • 1 Geoffroy Bible, The International Herald Tribune, 22 août 1997.

1Le tabac nuit gravement à la santé. Cette affirmation figurant sur les paquets de cigarettes s’impose comme une évidence. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Par le passé, les dangers liés à la consommation de tabac ont été longtemps ignorés voir coupablement minimisés. En 1997, Geoffrey Bible, Président de Philip Morris, interrogé par la justice nord-américaine sur les méfaits du tabac, répondait encore au conditionnel que le tabac pourrait être une cause de mortalité1.

2A contrario, les acteurs de la lutte contre le tabagisme plaident que la connaissance du risque impose la responsabilité (et donc la culpabilité) des fabricants. En fait, l’identification du risque lié au tabagisme n’est pas un problème simple. Si aujourd’hui les preuves épidémiologiques des méfaits du tabac sont solides, ce n’était pas le cas hier. Les médecins n’ont pas su (ou pu) reconnaître immédiatement le tabac comme une cause de cancer du poumon et des maladies artérielles. La prise de conscience médicale des effets délétères du tabac fut progressive. A-t-elle même trop tardé ? C’est ce que soutiennent les avocats des victimes du tabagisme et ce dont se défendent les industriels du tabac.

3La consommation de tabac a connu par le passé de grandes variations. Au xviiie ou au xixe siècle, on fumait moins qu’aujourd’hui et différemment : on chiquait, on prisait, on fumait la pipe mais on ignorait la cigarette industrielle. Par ailleurs, l’incidence des maladies était différente et l’on vivait moins vieux, si bien que par le passé le tabagisme n’était pas un problème de premier plan, contrairement aux maladies infectieuses. Enfin, la perception des risques dépend des outils du médecin, de sa science (connaissances cliniques, expérimentales ou épidémiologiques) et de sa pratique (moyens d’explorations des malades, mode de recrutement des patients). Comme nous allons le montrer, jusqu’au milieu du xxe siècle ces outils n’apportèrent pas suffisamment de preuves à charge contre le tabac, accusé pourtant depuis fort longtemps de nuire à la santé.

Une herbe prisée par les apothicaires

  • 2 Didier Nourrisson, Histoire sociale du tabac, Paris, Éditions Christian, 1999.
  • 3 Giles Everard, Panacea or the universal medicine being a discovery of the wonderfull vertues of tob (...)

4Au xvie siècle, les premiers consommateurs européens de tabac pensaient inhaler, chiquer ou boire en infusion une plante aux vertus médicinales. Le tabac passait pour combattre l’apoplexie, soulager les migraines ou les maux de dents. Loin de nuire, c’était une herbe vertueuse faisant partie intégrante de l’arsenal des apothicaires. Cette opinion favorable s’effaça peu à peu. Au fil du temps, ils furent moins nombreux à l’affirmer et l’idée d’une possible toxicité du tabac se fit jour. L’herbe à Nicot – du nom de l’ambassadeur, Jean Nicot (1530-1600) qui l’envoya du Portugal en France – perdit sa bonne réputation. Au début du xviie siècle, les premiers adversaires du tabac conspuèrent « l’herbe du diable ». Le tabac pouvait-il être toxique ? Gui Crescent Fagon (1638-1718), médecin du Roi, fut un des premiers à s’interroger sur les inconvénients du tabac, alors coqueluche des apothicaires dans un texte au titre bien actuel : « L’usage fréquent du tabac abrège-t-il beaucoup la vie2 ? » Cette question avait déjà été posée en 1659 par le docteur Everard dans un ouvrage se demandant si cette « herbe noble », n’avait pas aussi « le pouvoir de raccourcir nos jours3 ».

Gui Crescent Fagon (1638-1718).

Gui Crescent Fagon (1638-1718).
  • 4 Sébastien Merci