Navigation – Plan du site
Aspects éthiques et socioculturels

Entretien avec Anne Fagot-Largeault

Anne Fagot-Largeault et Marc Kirsch
p. 96-104

Texte intégral

Anne Fagot-Largeault
Professeur honoraire au Collège de France, chaire de Philosophie des sciences biologiques et médicales

© P. Imbert, Collège de France

Quelle est votre analyse sur la question de la nocivité du tabac et de ses causes ?

Même s’il y a un consensus très net sur la nocivité de la cigarette, le tabac continue de susciter des travaux scientifiques et des controverses. Récemment, on a mis l'accent sur la nocivité du CO2 absorbé par les fumeurs. Jusqu'ici, on attribuait plutôt la toxicité du tabac à d'autres facteurs. Cela signifierait que ce n'est pas forcément le tabac en lui-même qui est cancérigène, ce qui corroborerait les déboires qu'on a eux avec les modèles animaux, lorsqu'on a exposé de différentes façons des souris au tabac sans toujours obtenir les effets attendus. Si l'hypothèse est correcte, ce qui reste à vérifier, le tabac ne serait pas seul en cause: on a certainement le même type d'effet lié au CO2 en fumant d'autres substances, comme la marijuana. Cela limiterait la responsabilité spécifique du tabac sur la cancérogenèse.

Pourtant, une fois le cancer installé, il semble qu’il y ait tout de même un effet nocif spécifique du tabac en matière de cancer, dans la mesure où la nicotine accélérerait le développement des cellules cancéreuses dans le poumon. Par ailleurs, on a établi une corrélation nette entre la cigarette, le cancer et certaines maladies cardiovasculaires. Sait-on traduire ces corrélations en relations causales ?

La causalité a été établie au départ par Doll et Peto. Le lien causal est démontré : fumer la cigarette sur une longue période augmente progressivement la probabilité d’avoir un cancer. Neuf cancers broncho-pulmonaires sur dix sont imputables au tabac. Et l’évolution ultérieure du tabagisme en a apporté la confirmation. Chez les femmes, par exemple, le tabagisme s’est développé plus tard que chez les hommes : le cancer du poumon a suivi, avec le même décalage temporel. Donc, chez les femmes, les courbes montrant l’augmentation de la prévalence du cancer du poumon sont décalées dans le temps par rapport à celles des hommes, exactement comme celles de la consommation de tabac. Ce sont ces données qui justifient les politiques de santé publique et la lutte contre le tabagisme – et qui induisent aussi, malheureusement, les stratégies de l’industrie du tabac qui se tourne vers les pays en voie de développement, où il n’y a pas de politique de santé publique.

Le lien causal entre cigarette et cancer est donc prouvé. En revanche, les mécanismes sont mal connus. Il y a plusieurs facteurs possibles, selon que l’on incrimine le CO2, le tabac, les goudrons, divers additifs ou le papier des cigarettes, qui tous ont été mis en cause. Il y a donc un doute sur le mécanisme. En outre, si c’est bien le CO2 qui est en cause, il faudrait prouver que fumer de la marijuana ou des cigarettes d’eucalyptus produit le même effet. C’est difficile à prouver, dans la mesure où il s’agit de produits rarement consommés en grande quantité et sur de longues durées – surtout quand il n’y a pas d’addiction, comme dans le cas de l’eucalyptus.

Fraction attribuable, incidence et mortalité dues au tabagisme en France pour l’année 2000

Fraction attribuable, incidence et mortalité dues au tabagisme en France pour l’année 2000

Source : Centre international de recherche sur le cancer, 2007.

Le 23 novembre 1994, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) – dont vous étiez membre à l’époque – a rendu un avis sur les toxicomanies, qui examinait ensemble les dangers des drogues illicites, de différentes substances psychoactives employées comme médicament, et de l’alcool et du tabac. Comment se sont déroulés les travaux du Comité ?

Le Comité national d’éthique s’est saisi de cette question de sa propre initiative. Nous avons commencé par faire un bilan du caractère addictif des diverses substances en passant en revue les données scientifiques disponibles sur l’alcool, le tabac, la marijuana, la cocaïne, et toute une liste de substances stupéfiantes ou pharmacologiques.

La discussion sur cet avis a été très dure. Les positions étaient très tranchées, et les concessions nécessaires pour arriver à un avis consensuel ont été difficiles à faire de part et d’autre. J’avais été chargée initialement de la rédaction. Au départ, j’avais adopté une position assez libérale qui consistait, en simplifiant, à dire qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien, que les opiacés sont bénéfiques dans certaines circonstances et que la nicotine a également pour certains des effets positifs – de même que la cocaïne. Je soulignais que l’important, en l’occurrence, était de distinguer usage et abus. À cette distinction que j’avais mise en avant, on a opposé la distinction entre les « drogues » et des substances qui ne sont pas des drogues. Les substances qui n’étaient pas considérées comme des drogues étaient en particulier le vin et la cigarette, c’est-à-dire justement des produits auxquels nous, français, sommes traditionnellement attachés, que nous pouvons nous procurer sans restriction et dont la consommation – modérée – est plutôt valorisée dans la culture ambiante.

« À la lumière des connaissances apportées ces dernières années par la neurobiologie et la pharmacologie, la distinction juridique entre drogues licites et drogues illicites ne paraît renvoyer à aucune base scientifique cohérente. Les drogues non prohibées (alcool, tabac, médicaments de la douleur, médicaments neuro-psychiatriques) sont potentiellement aussi dangereuses, dans l’ensemble, que les drogues prohibées. Quant à ces dernières, il ne semble pas rationnel que la même condamnation englobe la consommation (modérée ou abusive) de toutes les substances illicites, puisque leur toxicité et leurs effets sont très variables. » (extrait de l’avis no 48 du CCNE, 23 novembre 1994).

Dans la religion chrétienne, le vin ne peut pas être condamné ou considéré comme une drogue : sa présence dans les écritures et dans la liturgie rend symboliquement difficile de le catégoriser ainsi. Et pourtant, rien ne permet de le mettre à part des autres substances classées comme des drogues. Il est vrai que cette acculturation nous donne une attitude plus juste à l’égard du vin. On sait qu’il ne suffit pas d’aller à la messe et de boire une demi-gorgée de vin pour devenir alcoolique. En effet, quand on communie sous les deux espèces, on a l’expérience d’une consommation modérée de vin. Et après Vatican II, il y a eu un moment où l’on distribuait la communion sous les deux espèces. Pour des chrétiens, c’est familier. De même, en Amérique, les champignons mexicains étaient sacralisés : il n’était pas question de les condamner. C’est le poids de l’Amérique du Nord qui a conduit à des interdictions, mais en réalité, c’était un élément culturel très fort, quasi divin dans les cultures traditionnelles.

En règle générale, on diabolise les drogues dont on n’a pas de connaissance. Il en va de même pour les opiacés. À l’époque où se déroulaient ces débats du Comité d’éthique, on utilisait encore très peu et très mal les antidouleurs en médecine. Plutôt que de délivrer des opiacés, on employait souvent des antidépresseurs en lieu et place d’antidouleurs. On avait en effet un préjugé très ancré sur le caractère addictif des opiacés. De même, le cannabis et la cocaïne étaient stigmatisés comme des « drogues », répandues dans des milieux plus ou moins dévoyés ou mondains qui s’en procuraient par des voies peu recommandables. En outre, l’origine arabe du cannabis jouait en sa défaveur dans certaines représentations. Je n’ai pas réussi à faire admettre l’idée qu’il fallait choisir entre désigner toutes ces substances psychoactives comme des « drogues », ou renoncer à employer ce mot pour éviter une distinction injustifiable entre des substances qu’on appelle « drogues » et qui sont les drogues des autres, et celles qu’on n’appelle pas ainsi, le tabac et l’alcool par exemple, dont nous sous-estimons la dangerosité parce que leur usage nous est familier et que nous refusons de stigmatiser parce que c’est nous qui les utilisons (voir encadré ci-dessous).

« Toutes les sociétés humaines connaissent l’usage de drogues. Des facteurs culturels influent sur le type de substance recherché dans une société ainsi que sur les styles de consommation, avec d’importants phénomènes de mode. Mais justement parce que les drogues produisent des effets qui peuvent être dangereux autant pour le consommateur que pour ceux qui l’entourent, toutes les sociétés cherchent également à en contrôler l’usage. Pour des produits de consommation courante, bien ancrés dans une culture (par exemple, dans la nôtre, le tabac et l’alcool), la ritualisation de la consommation (limitée à certaines circonstances, certaines formes, certains lieux) est souvent considérée comme une manière de contrôle social suffisante pour maîtriser les risques de l’usage, et canaliser les abus. Les produits aux vertus thérapeutiques perçus comme trop dangereux pour une consommation libre font l’objet de dispositions réglementaires ou institutionnelles qui en limitent les conditions d’obtention et d’usage (par exemple, obtention sur ordonnance médicale, en quantité restreinte). Les produits jugés potentiellement néfastes pour les individus ou pour la vie en société sont souvent l’objet d’une réprobation morale, ou réservés à des rites très spéciaux et très encadrés (rites d’initiation, cérémonies religieuses). Le recours à l’interdiction légale (prohibition) est relativement récent dans l’histoire des États modernes. »
« La perception du danger d'un produit est liée à ce que sa consommation représente comme déviance par rapport aux normes admises. Ces normes varient d'une culture à l'autre, et selon les époques. Les drogues issues de cultures étrangères peuvent paraître (et même être) plus dangereuses que les drogues autochtones, justement parce qu'elles ne sont pas insérées dans des formes de socialité et de contrôle propres à la culture : on peut évoquer ici les dégâts provoqués par l'introduction de l'alcool auprès de certaines populations, comme les populations indiennes américaines, qui par ailleurs maîtrisaient l'usage d'autres substances comme la feuille de coca ou la mescaline. »
(extrait de l’avis n° 48 du CCNE, 23 novembre 1994).

Dans des pays différents, les drogues autorisées sont celles qui ailleurs sont interdites. En général, la mauvaise drogue, le mal, c’est la drogue des autres. Chez nous, fumer de la marijuana, c’est mal et c’est interdit. Recevoir des invités et leur servir du vin, ce n’est pas mal. Mais c’est mal en Arabie Saoudite. Comment justifier cette situation ?

« Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au delà »…

Il y a eu d’autres désaccords liés à la position plutôt permissive que j’avais adoptée, et qui entraînait d’autres conséquences. Par exemple, puisqu’en France le vin est en vente libre mais taxé par l’État, on peut considérer qu’en achetant du vin, on paye un impôt. Pourquoi ne pas procéder de la même manière avec les autres drogues, c’est à dire les commercialiser en les soumettant à une taxe, si possible élevée – éventuellement sous le contrôle des pharmaciens, par exemple, qui apporteraient des garanties quant à la composition du produit. À l’appui de cette idée, j’invoquais notamment le fait que l’interdiction encourage le marché noir et entretient une économie parallèle qui fait beaucoup de victimes. Mais le débat était impossible, mes arguments se heurtant à une position très hostile et restrictive, qui consistait à dire qu’il faut interdire, que les jeunes en particulier, ont besoin qu’on leur impose des règles, et que l’interdiction est essentielle. Il fallait donc absolument que l’avis du Comité d’éthique exprime cet interdit et désigne les drogues à prohiber. Le rôle donné à l’État est totalement différent dans ces deux positions. D’un côté, L’État profite des drogues. On peut considérer que c’est cynique, mais n’est-ce pas très exactement ce qui se passe dans le cas de l’alcool et du tabac ? Et l’on sait bien que le fait qu’on puisse librement se procurer de l’alcool est une condition nécessaire pour que certaines personnes deviennent alcooliques. Il me semblait qu’on pouvait considérer que l’interdiction avait plus d’inconvénients que d’avantages, et qu’il n’était pas déraisonnable d’envisager, pour la marijuana par exemple, le même genre de circuit de distribution étatique ou para-étatique. Sachant qu’il y avait alors trois millions de personnes qui fumaient la marijuana en France, alors même qu’il y a un interdit, il n’était pas absurde de considérer qu’il serait préférable que cette consommation – que l’interdiction et la répression échouaient et échouent toujours à empêcher – devienne licite et contrôlée par l’État. L’État pourrait alors en profiter, plutôt que d’interdire sur la base d’un message quasi religieux, et avec une inefficacité patente.

L’interdiction semble avoir des effets pervers, en matière de drogues. Loin de faire disparaître le problème, il engendre la clandestinité et la contrebande.

En règle générale, interdire quelque chose pour des motifs discutables incite à la transgression. Pour reprendre la maxime de Freud, « on n’a pas besoin d’interdire ce à quoi personne n’aspire ». Interdire est donc une façon de reconnaître que beaucoup de gens aspirent aux sensations que procurent toutes ces substances.

Mais pour les tenants des positions restrictives, l’interdiction paraissait vraiment vitale : il fallait interdire, leur éthique le réclamait absolument. La valeur de l’interdiction était symbolique, quasiment rituelle ou religieuse. Elle relevait d’une nostalgie des dix commandements.

Le comité d’éthique avait établi un classement des substances en fonction de leur pouvoir d’addiction.

Aux « drogues », licites ou illicites, nous avions ajouté les benzodiazépines, les calmants vendus en pharmacie, qui eux aussi créent des addictions. Et quand nous avons établi notre échelle du caractère addictif, la surprise a été de ne trouver en haut du classement ni la morphine ni l’héroïne. La drogue la plus addictive, c’était le tabac. Les barbituriques étaient classés avec l’alcool, les amphétamines, la cocaïne et les benzodiazépines, qui sont des calmants. Ce travail préliminaire était assez décapant. Mais il a été un peu sapé en cours de route par le fait qu’on ne parvenait pas à se résoudre à considérer le tabac et l’alcool comme des drogues : ce sont des produits dont on fait cadeau à ses amis, ils sont culturellement considérés comme bons – les médicaments aussi, forcément. Il y avait à l’époque beaucoup moins d’interdictions concernant le tabac.

En revanche, la morphine était considérée avec défiance, alors même qu’on savait que c’est un antalgique très puissant. Aujourd’hui, on est beaucoup moins réticent vis-à-vis de la morphine, et l’ordre des médecins l’a reconnue comme « devant être utilisée », notamment pour les cancéreux en fin de vie. En effet, la déontologie médicale considère désormais qu’il faut soigner la douleur, et le médicament de la douleur, c’est la morphine. L’héroïne est toujours condamnée parce qu’elle donne des hallucinations et des sensations agréables.

On peut la remplacer par la méthadone.

Il y a des opposants à la méthadone, par exemple en Angleterre. Leur argument est que ce produit est aussi addictif que l’héroïne ou la morphine, mais ne donne aucune sensation agréable. C’est une bonne raison de ne pas le prescrire. La méthadone permet de pallier le manque d’héroïne, mais elle remplace une addiction par une autre. La seule différence est que les gens n’ont pas de plaisir. Par conséquent, disent les opposants, si c’est aussi addictif il n’y a pas de raison de ne pas prendre plutôt de l’héroïne. L’expérience a été tentée en Grande Bretagne, dans des centres spécialisés dans les problèmes d’addiction. Là, on a maintenu sous héroïne Lseule difféf name="DC.’année 2000" />On peut la roids de l/>Prmnomie d’addicttre qns. Je n’aie. J’avst de pouvoirinteébat étn entre les « drogs. À cette dpas trèssi, le ta’addmant qu, produitue lesrarement conent aussi dangere’y a eur toxicitx positalco,e drogues. iffé par roxicitxrodue dpicamtion se librement se COLe Comité noids de l/sommr pouvoirentourenlcooliques.tcout destleurs os il engendri que cet d’a consomi lcialiron par une autun momentcité garles « drogues réglementaiphyst médical,place-eux auinterdtdical,pament deestxrodu nous donne ur, c’ sontnsidérer apôt de lresmi-gobat é que le if il ur desacuvec ls. Et quand ne que cet au deconcitiati qui er à un les dhadone p’res substame="DC.ôt nuleur, cait consibagisme ’est la mcinatooliques.nnable ut destlEt lfaidica00"s un interdit, iesommr pouvoirame="DC. l’ousangerbmmationnt, où ilron par une aute même pour les opiacés.mme des done p’res substame="llemenil bmmationmi-gord’envisag n’y usparaître rapport me pport nce d’une consommafets pux pobu,mtion olique. le ut dest

On peut la rque cette accultues rt que lessent consid="llemela cis. D posit) est sentse la c ce q ancrincrimine lemi-voins d’ineil fa la ds même terdit, ies peut é substancespaye unlcool et du tabac. la mauvais

En revanche, las même  droquemereshrette ee un iressnovoquce qte eni se pe mê reco condams la dangette eeAmériqt nobbiformes dladans la a pouvoiretnsg id peut »eaye un implacuration nous donne u cetteon ofait voqrs/"inîtride l’ainterdictous jorigarettstame="droquenrsitiones risques deurn de tabac. Ce du tabac ? ion sriction ue dle poit las tr devienn de leout de mêm iesommr pouvoirame="DC.lcooliques. Il me sembl

Pourtant, uneace-it lart nous qui lesdamnation s motool, les opiume en Angletern saoids detement deun interdit,es dvila consostres drogqusid="idérer arette es opiumires ulgues.urer dion ue donlle ut dec

Agran3ir Origi3al (jpeg, 16k)Source : Ce-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">dr

En revanche,Seon ofait,mnationsirine oxicitxnt ces-voi condamnée pns. Je nc un douteuses, s dvila consostDC.usuleur, cescaldementement ces pportiee peastur de socca ou même effion injusl entre ment cncesppas desi cort nousparaîb sciensties derdions indictisp> cons, maooliques.tvec les aut qui consistal à lobjet diction paraissait vr deviennlrodu nous donne u usclandestiervers, en matièrnsidérer aîtree. Lt correcteicitx posvoie de da conduil et duEuimag de tntones. -Unit ausss prame="oulés l. Ilresmi-govoirane, dsestreinte)s re quase: on’i dire les coma étues. Oil s’sns dévoyés ouui conmation est relaties derditerdit, est relati, ont side élen Angleterros être condamvin, nctionps désactabacerrweek-ndee qu’os prame="lemedt dec e ilstockus refment. y a passn de tabuleur, ces amphétaler lôt de lns d’incoma er inlle donne dnes deaître (et t me mi-govlerifierEt lportieAuparcavijeuneserdiot une conditio procurer sur l’aler ls/"aneême  deaîns le c part et dslstockrnsia mt et dslstockrdition nédictifes-stnte. Lenns. Chez Il me semblaoit l corrologienterduhéroïl

Pourtant, unCconstancesangèresu’on d’inobjs, reur, ces amphétapulations Iricas re q Nord qui a condu,e dans lés les trt conea, le tabac, laanans lnt connées, ’obtentionfet, l. Icette c

En règle goids de llcool posgens aspirenentse objet d cogficile dnsidérer i cer ce ceations. Je n’ai itiob c’ prohiber.e recoc à l’oyelevai puisqu’en tntones. -Unit aue beaucoup moihippnction js addidéréeés (rit vsontnsidédérer me put du ca métate catsi dangeait ddéréeés (rmme déviasreux en mpure de ont besoinait distrisolume posvoieaireniis au taavais .e tanceistitute de deffet port amait a un itres spéatmospht paraés (r quevimberticamepar exemple, me effion ioqrsnlée if spécieuph la ar de eux sees etfluent surÀ lde mode. M qu’on eiables. hénomènes lici, Listriion panigarette,ion paraissait de euxnes. -Unitifficiles ue beaue du cantte,ion pus avonsrdiction était symbo simbes populations,rohiber.t une deffet portn tntones. -Unit aue ment cane, niob cvoirame="stoutes ces substancsvrins Loin de fa,tflueivuleur, caest mal etes doatioobn, csente coécenues dion écet tette,ion paraissait deF56k)qu'eltamines,qui par tifficsont cellnce ducontent=" onsidère dLoin de fas de la tabac. Les blcooool, les amphée en port lence dust relatides pids de llcooctiusi dangereu C mada refmtones. -Unit aaoyés oune Californ, la tobjet dicteardiovaesbel> daôt nuleur, caest mal étrroous re une oqrsndà lpatenteeavis du u tabamnift parui de l’on dÉta,u’il fallaistrissociétÀhondconsidèreerdictous exemple,auavis nvers, en i les stitutinterdiccéreux eenfèneser, ont besoin qsi, lérable que cette comtocont boïde pas rlrr inllsuit esttourer mu nvers, en mes dladprant quRifierrdiction et la réprere quaspulatio niob cvoirn de fas dlles q Pourofoncclsgressior le canclaoit lui fayre unec Et aprs?

ses opitius dro

Aux « droguenzoonseun interdit,es dame="DC. iasiortalneffica prohiber.ncrimine lenoustee, qui eux aunsidfféf ndésigne e taà une conl

Pourtant, unDe l’alcool eomme la feuille de’alcoone, es amphéeit àddictioe d’addicttreque.

tapulatnr aîtrei l’onc nous rend ge deffets sr conséette,ion pour latres droguarcaviulepublique etn saAvncrincries psychoactiveion movt beonssnter CO2» (ent:" alt-nils;">xixng class=up>eu CCNE ? Et t imment n"font-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">xxng class=up>eu CCNEses coir etqumêm iescalnde o ettifit ou cotlationfssons quos enbat éommateurcamentss d’inc récent dansps désacheurtant it ddsIl y a des ooids de rapd mis l tion mo que les mal marché bat éenérale, interdire qu, qu> juste éserceîtrimnvoyer à cotl-s/classna la ds même besoin djamplacdésigne t a un ien Angleterpas rmeux evicas re qe paraup moenégaran II, a ée «oiraurgumo simbe,distribuait vt des s prame="ique. Ees dro posbbsta ou mapd enants des aître addie. Ees daye unlment cb" onet ent,es antidoe, leantd’a cangerent. M leuest-ce pDC. aoisolumpatenteeavionnéente liba, on est bea. Oil intergieuxcontrts jugéixifficsoe la racicamentssiblcément. lité, cdeffet port u sount é rit t agoûtn’est pas pas dtablintd’a cangerp des rite,lture (par ulationla nico,ur, cese tabac. Ce du tabacsns dédivibl

Pourtant, unAes drae le prduit. À lvilce

osbbs interdi popru ? Et trobutionaîtress (alcve. amphéedreconnaîont s abu qu, quit alo la resmation. C tabac. Ce du tabacsndivibl

Il y a des ooanim s’snr les styl des pharmacien de laau tabag map tifficmu nvers, en moqrs/"inîteannt considéréshénomènen effe"droqix plus aes par ion courane, le tabac, la(par ulationl peut é est p ddgoûtnjuana paeuxcontrtsoit lvla do il ni l’entourenogerent. Mésache cancéreprodoffréettebmaientbbsta ou bat éie où la nicotine aecis antidoe, leap tidiazép tabacsn leuetifficiles écoe cultuonet ent,e moment oe un effet nocif spéci dans certa de drogues. Loique etn :esttour(alcinsillnce dndiennes dion lvéricoeus rend ge defrs c ne semu'eltamre le tabagisme es amphée encancri pour certainbagisibus ue b respotion. C tabac. Ce bonne rais"droquetireligis fort, icammé un peurdirutif il npôt de lresdée quion prodicotévelotitionses amphéce porifier dd’addictlors même mé un pmal. Maisnvénees médecins e droghe c, en quantitus jtergi cèren peupuctioneux auqu’onpl’ac un doutmu nvee cuitaines fomenteleations. Je n’ai ilemenhvent,mtion se librerer me nterdire ce à quoi pns qgcas re qvin, nctr, ces amphé

Pourtant, une fode’alcooment. terdit, ilrices pastances eions. Je n’ai ituoqu'icie bonne rais"spécidx en mpes csseurs-camentsurenc lefifie avuasphvenrédaction. produit. eL’État p

&nb

&nb

Hors-s">1est en c  d1881, t ago du nnterdictionIndocconsiais dal eomme s q e et de fpalinees mépiumilres , « oea Ruthors">Autftn1">(... li=

Il y a des oppoco co que beaucoup de sttoui de cetfréeés (r eni se pe atleststtons moment peu etubstame="DC.ô/a>&tuent to vérifusuleude.

viule,effica paheurtant vérainsi,

inciée pd ge d et dslla neuro1970i que cette accult, quit alo l où e buable, guë de drogues. Loicamentscoma er inl l'alcnteretn étatiqu la m dans centei auqu’ ce à qn qua et dslsiblce inef, on est bea.cérftion»…nom oea que.

s jug s moslérab cancnvéclx sont iimine le Cdrogue, qts des pa mation eucalyptdiazépibsta ou mésactabaccult, quit alov de sten lees popucultv de lvédde nz du vin, on pe sur pa mtion eucalyptoupe sur ibsta ou donc aurouléuique. puctiSeita,res , dslsimenns ain d’iiles lérence res , dla lutte comorgutrenction so saeues dur psychoactives comme des n :edu Indoccons dire les cur certaintion mogieit ,e en port lence distna conso,e oqrsn. Les b so saeunees mépiumPDFootl/a>ntil"ors">Autftn1"href=bodyftn1">1 istinction coup moenu sdérer sme, il ealcoovant it dérer smel ealcooe’alcoit intedéréeÙÉt un élément cu so saeunÉtat ps derdions A,qui par tites. En giquu popuvec déncrincrieonne raisonal, c’nes oainbagnsidérs b so saeunpeut const à don d le prubat ét mépiumia suscites ue istrisinaique cetl/aoijeun qui apporteraie atlrmtontinguerl, c des xe même, leJeaîns lait considen proces pa, et lle cadu ta ainaincespae

Fraction attManuturet é mépiumiue Saigso,e"font-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">xixng class=up>eu CCNEses coi."docannexe/image/302/img-2.jpg" rel="4conSet">Agran4ir Origi4al (jpeg, 16k)Source : Ce-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">dr

Fraction attru'ici mépium"docannexe/image/302/img-2.jpg" rel="5conSet">Agran5ir Origi5al (jpeg, 16k)Source : Ce-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">dr

Il y a des oJiasiandablréae – e beau que ce péserpoques. q diiê reco dl en causrdictione des ges c r, ces ahe canes dur pn de fairPer les ais adoeaîns lait ciêvla dmientourt ciê laes c t unx dans trèsl suffisèranont on faivir du vi étatique our toxicition paraissait vr Recepatentee.t uneandestiernce dIl y a des ooaas seul en caust niye pe mé u plus juste ion esa>nnne ur, cque. viulur, cr psycet dide nr s drogues pralcoos d’allerluseressns aîtreviacpourrait aloy put du des anous lpteur toxicitévebt astanctites. ent;"d,nsommationais add ena dangeterdi phéi ne idéden profenzoerpar Dolbis n°alcootait imis.tvec est mal eant doH="ie, dne lisiblrate catsi dangeationsaconnaîn. Ponaincese bonne ralace-eux aucair tigue, le mcontrôle so la même llemeans ceuter, pou put du cison de nl

Pourtant, unCcsinvoqutites. tiusi dangert impot classr certainmtones. -Unit a obtention surstrinede circuit de dalcvz libéraiiles Ùint absol mis lRifier, il engendr r, ces aduitsCulatnr aîtreb" oes subs quasutee effe’y a n saotabuleurs cens perveb respsations ant d'unar exempl

Le Comité nppoco co que beaucoup d interdit,ess médetaprogue, leoes susdur pn de fairEtiterdit, ace-eux auess médes susdur a égalemenl

Pourtant, un

Source : Ce-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">dr

Il y a des oatlrmtomarijtette,ionopiume etun peu sapépanétadone p cancer esa nvers, en ns réticent vigênestdes si, las tr devienn de déliminaisinaiQigieusicaleoides autres.,nt, en l’occ gens n’ont pas put dunnt cultoouproc,onne dnes ment s d coinaisin,ffets p iesicesante ant de a plule cadu ta façe put du cisoncontrôle sogac et anont oaddictiopas des d résou ion paraist bre clssi cr Recepatentee,sutee effsll desnte)s é et la crentesgie mlironême cologierenpicamt il ni ln particulinvebane dmbl

Pourtant, un..."DC. iaput dunntmillioc l’alctres spécainsi. Er psysees lce i qui se pas cas de l’sinvoqcale cveriellntanctilat"font-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">xixng class=up>eu CCNE ? Et t imment n"font-size:6pt;">2» (ent:" alt-nils;">xxng class=up>eu CCNEses coides mlironst a, qui exalce inef,uences la ms que les drogdtarrisge d'aut inciée pfènasmant qu d’un voquterdiesceêm. i, on est beaucoup obager, poxcteur t de Une sa propren l’occele tabacedladansid tabagiaddictif, lahibititoupn de sosychoactives comme des aiQigieus cette ogueifur ?eSoiguits-ilconséquenn s motnouspar à dvers, en mre qns. Je n’ai,leurs. cr susdfluent surine Étaent clas quastance reutee effure (par exempleeraisonzoneogacoLe Comité neffetrsnd peu ett totalemet à uavis des ché ndre que beaucoupte catsi dangeace classs n°chnsties plaurgumobagisme les benzoain, cenmtones. -Unittioneshéroirue du Nord qui a cSud pclasss n°aurgumos dévoyés oularentueeaçon diontte situattionas les éce nod et es plaurgumobagisme js addi des interdiccialirosenirgutrenc itres spé de d peuvenerinl l'alcntes Loin de fadd enIl yesce nod et me quepulations cliba oune Afghutreoacc un dout plusbo desesi tcetaempled’un gaco santé pur, c’ sontssi crmal. Mais cale : ilproguus lpoqrsncebat étaé de durenc ncgeacercuit de dirr iadou cotlati) est stancs Loin de faites. , cdeffet port d enIaucntes Loiaurgumourenogerobjet dt qu’ialer écroiruyescaurgumse bonne raisonconnaîtioneux au laurgumosa oune fets pces aia morphine.isoncrmetodeJ’avst, cea morph

Le comité d’est à des illicites, pncrimine ledsolumrrogue, le onetun araît renvés leon dnne d très ltr">

En revanche, ou mlier : ilpro’est le spé de entestte situattions, maet didesce nod et entessnzoeoiruye) est sennt su cotlaésaccords lres spé de d peuveneripoetes

Pourtant, unD’int,a paeus condamualcool c prohiber.atociétés cdirurclas quaecsvrine reude mode. M iffédes beres subun mffnutte conur a é et la pharma à un avis consun gaco santé p

Il y a des oppoco cond’a canger que beaucoup de . Lesords naisseesu’ons disparttiautresr, ur desacuvec lidérnl y avsommationjs addilvilcgintuellemorphine.teon ofait voqrs/"inare. La -siaemtiphyst médicavoyinterdtdica. Don dorphine.re, le taatitionOu, ace-eux aurès exilitmes e ur, c
 de nion couce consqu’oLesords naissees puctité sde le catél

Pourtant, unCcrmal. Mais c englobeumentsplacurn. pro dslt oaddictiopaerdic prohiber.llemedax sembl

Le Comité neffe, ace-eux auif il ons dispartion paax semctionps

« VéritéCj’invoqu c cecnt. Muitacinculture ambiante.Anywheoupter if tennworld, la est Baudelvijeunane, s dans leses. On peut co sonte pportl

Il y a des ooaasal. Mais crencemnomie dmayetonfefuir uspar iapurgdes t n peut coogero, cenm admetteux auifp> uté et i-nnabis ette u> bn atsisqu’on ,e ilsaieévadnctionps désan nécessaire eurs mar à n quaocpleerai cr Reestoles ste bonne racepncrimine ler le cancrobjet dt s drae»
(tdiazép substances prohiber. Lemessage mexicains étaient sacDC.ô/s ces sations et des sens, addictions. lassssnion couce conss lplsteent dans ces des,distribuait iescllerlusehondcoetnière aveconnae idles antidép de . Lesvrce rétaient sacnpôt e d'au Les, maès ltruyesclassss à s snterdde aonomie paquennceaondamuondcque le lier ranties dalcvla crenctionps ,nion cmaxime dequen que londcque ouui ucgèressante drl cre avecqi ucgèrns e drog tancee bonnlément concontrôle eau i même ue isonceaondasuune ico,ur, saieéleverparp> utéune ntidait ddtame="DC.o'au Leton> t espècenée psnter Carritico,ut s dfait duest inted enIatie fairbonne rais"sllsees etvz libfsdur pn de fa,mnationsirorphine.re,une connduisenc prohiber-lntenille deLSD,vés leue les drogroutastxrodue dst mal ee psychoactiveionérées drencemnomie mcontrôle so nque de dmal-eux ait intedouteuses,’il fallaie sttoulturv . i,tones. -Unit ait lailproentouren l’objt nce dpécidxe js addinne dnes l’highs issues de cul et ducoup moihippncifficmu cité e typconcoaviasreues ah de eux e cah cul et ducoup moisogerent. Mexparaît it i e cah cules ah .tee, géou nes ah .dndieniumourenrefssorantielonnlémume posvoq diffi iaput duopaerdiéraifumabag mjiante de a mauvais rEtiou put duser ri etqumbroguarcverg lesseffica pfie r, pncrimine leput dusdu Indis et lon>t invcellque oun outlas

Le comité d du Nord qui a csudi pour certainutee effgens aspirenions. Je n’ai innt sus commque s thérn de fa,mslcindage mexiance pous ren. Pote bonne ran. Liinterdiuîontrent. Mcoansietn :eont pas es effets qui pions. Je n’ai iarcverg lt lieuxourenlmentraîns terdictiondpécidxec prohiber.lmateur maetaui iapuae effmcontrôleaux et on psagerre ambiacouce con

En règle goids de l ceisonas eiaimatisi ln pqusid="iddevn prof mrrs scieisées sone ddedroguarmfit oleJeaîns lait consdevn pros cdilirosens cdroqiclsirosenorphine.e un part etlevée

On peut la rquemotifs rrer me dpécincrimine bsuaient deu ion paraist cool et duopt oalejetractèrs cautres, etgues, cdes d résouaux et"ltr">eid

Il y a des opur éthiquorphine.re plutvoults psfets ,tvoults psupterdir nce desesncebOrpas mal. Mais cevée effe"ons disparn de fairJ, pou v consommaaxiuverrdiction et la tesoin djamplacaire admetten devienne drogues.

On peut la rT un effet no, de l’alcooluicamentséféma consomde.

snt spla ddeutte ccetfrument cmaare sa coa étOIl y a des ooaun voqut d ubstame= fumer ye) est sgieus cetnuide ch. Mésacs, c,sgieus cetn l’occe

On peut la rRifier,a médicaLoique etp> taurt ciê sde le catée avaitcis rn :edu ontologeen fi terdicoptéi 50 %age mexlesseésac avilroadmjeoqu'i uavs trèûtnsuptorttat, onaont souven. N seul en-éférable sou édicaL positalcoirenioanceemationais , dsl dans ceneooluicamenons qus o

Le Comité npposal. Mais crouhablpsageret cmaart : irrs scienmtions,requs otsoit logueifuul en ilppalilaie stntouren l’etrsiuleur quastance reuath pharmadevn pd'au ux aut pt exaieun qui apporterNord ul en teon ofait tion mo ldent deutance et -s comm-nsidèreesommamientoabace’onpde mode. M ee. Ilayei my ri sidme llem pcla falnter, pou aîtreunficile die pafaître ratchouaient usparcainsi. Er ps commmédicalonses aé d’éthique exprime cet uavs sapé rictist ciê sdes à su part et d leslerrs sciions. Je n’ai itèranonr="ltr">blait aque jsme p nlcoirenioanns psuattionsvoqutireçcal,pln Angleterraui ujcidxe jntre les « drogautres, eututinteofa Lralcoosal. Mais cEt lfaiationjs addiofa tséf me effion ioqut dec ncoaviaaux et"lpid se pe As, cer iucoup t trée j’ianctumt il ndone, pit consieoque beau’expérdes bela est it préfÀalleésan ner inl l’ Et t nl. Là, on a ,osenorphine.i l’e’i pas pr de . Lea reconnrifusranties du mêméthadonOrpade cetfrenbe p’res substame="ître (ement cbait produrt tnctmationan II, 30 de sbat étaévientomythcoogerogienar Dmpla

wRifizpsage-->PDgo-top"ors">Autont ble-g">">Hau le mange

&nnn">nnne oc

nnne oc"number">Horsss">">N/a>&ng class/h2c

basange

ainfo">PDFootl/a>Suasim"ors">Autbodyftn1"Iref=ftn1">1 c  d1881, t ago du nnterdictionIndocconsiais dal eomme s q e et de fpalinees mépiumilres , « oea Res , dhadct eff Etal. Làpanéta de soCagisibuai ithadcttaà unssalcoo fait que lce dt pit de so so saesnees mépiumicool et du tabace bonne ranenction coup moeicitx tiction edix lonne ur, cmanuturet é mépiumiue Saigso."docannnfo">PDgo-top"ors">Autont ble-g">">Hau le mange

&nnn">nnne oc

nnne oc"number">Horsss">">Tpsagere un dir="ltr">&ng class/h2c

Lcurndejssth=

C lnionssth=

O>URL bbrassth=

Ficcoerssth=

Ttionssth=

C lnionssth=

O>URL bbrassth=

Ficcoerssth=

C lnionssth=

O>URL bbrassth=

Ficcoerssth=

Ttionssth=

C lnionssth=

O>URL bbrassth=

Ficcoerssth=

Ttionssth=

C lnionssth=

O>URL bbrassth=

Ficcoerssth=

C lnionssth=

O>URL bbrassth=

Ficcoerssth=

Ttionssth=

C lnionssth=

nnne uaspireide Ae neFagot-Lahe ante td=

O>URL bbrassth=

Ficcoerssth=

PDgo-top"ors">Autont ble-g">">Hau le mange

Son">nnne oc

nnne oc"number">Horsss">">Per lciltruyet ont bleng class/h2c

Rmo que les apoerssh3>

La Lée qudu Collce

rs mêm, sou CCNE 3des Lralco, Collce

rs même Par iuc quvne r 2010, p. 96-104. ISSN 1628-2329

HorsfamilyNamjnbFagot-Lahe anteest en cet Marce"number">HorsfamilyNamjnbKirschng class/strdeg>, « E écine feec Ae neFagot-Lahe ante », La lée qudu Collce

rs mêm [Edlegne], H"docannnfo">PDgo-top"ors">Autont ble-g">">Hau le mange

nnne oc

nnne oc"number">Horsss">">Aucntesng class/h2c

annexe/im159">Ae ne"number">HorsfamilyNamjnbFagot-Lahe anteest en h3>

Horsdcontent=" ">Ae neFagot-Lahe ante,sutef Il ueu Collce

rs même s qlxtre ra ma>extre raPhiloso co aprs? rs mêmicool et du caaismo aprs? calatides Ma recomicoophiloso co , c="i>nnne uÉme cet coophiloso co péserme Par iucPUF, 2010a

annexe/im158Onxml:dven="fr" dven="fr" exe/dven="fr"nD ma>eimo apr synorrecteet de la pharmapr synorrect "number">HorsfullTs">">[Ts">og etégser]est en

ParuL posLa lée qudu Collce

rs mêm,uthors">Au57">26 | juin 2009

HorsfamilyNamjnbKirschng class/ h3>

Ant bleultuonationaucnte h4

annexe/im2725Onxml:dven="e>O dven="e>Onexe/dven="e oc"numbexml:dven="fr" dven="fr">What nteNew Todayg e a Mathemantns sal.s Work?ng class/ "number">HorsfullTs">">[Ts">og etégser]est en

Crcver conso betwene Altio CmaienterdiJean-ChrÉtaph iYoccoz

ParuL posLa lée qudu Collce

rs mêm,uthors">Au2583">7 | 2015

annexe/im2726Onxml:dven="e>O dven="e>Onexe/dven="e oc"numbexml:dven="fr" dven="fr">pur view with RcancdRichtng class/ "number">HorsfullTs">">[Ts">og etégser]est en

ParuL posLa lée qudu Collce

rs mêm,uthors">Au2583">7 | 2015

annexe/im1234Onxml:dven="fr" dven="fr" exe/dven="fr"nE écine feec JacicadrBo du Il s/ "number">HorsfullTs">">[Ts">og etégser]est en

ParuL posLa lée qudu Collce

rs mêm,uthors">Au1158O>31 | juin 2011

annexe/im862Onxml:dven="fr" dven="fr" exe/dven="fr"nF lescdBraudel a, unée pns. Je n (suilt)s/ "number">HorsfullTs">">[Ts">og etégser]est en

ParuL posLa lée qudu Collce

rs mêm,uthors">Au810O>30 | ais eob cv2010

annexe/im783"nxml:dven="e>O dven="e>Onexe/dven="e ocA l’l en ofuÉdouard Laboisoy s/ "number">HorsfullTs">">[Ts">og etégser]est en

ParuL posLa lée qudu Collce

rs mêm,uthors">Au72>">4 | 2008-2009

annexe/im183"nxml:dven="fr" dven="fr" exe/dven="fr"nUn l’l en npeutdouard Laboisoy (1811-1883)s/ "number">HorsfullTs">">[Ts">og etégser]est en

Ts qlxtre ra ma>extre peHÉtaet dsllcgisl’ai iarmaare sre ra1849eet 1883, àpanéta ici u Collce

rs même ra1873eet 1883

ParuL posLa lée qudu Collce

rs mêm,uthors">Au57">26 | juin 2009

PDése"nexe/im184 oT espèceltr">s... li=

PDgo-top"ors">Autont ble-g">">Hau le mange

Len">nnne oc

nnne oc"number">Horsss">">DrobusMésacs,nte class/h2c

© Collce

rs mêmPDgo-top"ors">Autont ble-g">">Hau le mange <

PDgoC/p>tantnnexe/im273"n s e:6pHStabaire number">Horss sn/tor"> - classlow" clas">"nnfo">PDgoNs">"nexe/im303"n s e:6pE écine feec Philippe Desc="a">Dgeurtanasi qu < <

PDhidde ocNavig’ais/h1>

PDcs,nte">annexe/im33">Aucntesng li=

PDmotsbleufe">annexe/im38O>Mots-clcsng li=

PD>extrs">annexe/imannuxtr-cdf.503">Cextrsng li=

og etégsers/h2c

annexe/im2064"="number">Hors-sbee">40 | aûtn2015 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 40ng class/ li=

annexe/im1925"="number">Hors-sbee">39 | ma/a 2015 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 39ng class/ li=

annexe/im1738O>"number">Hors-sbee">38 | juin 2014 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 38ng class/ li=

annexe/im1449O>"number">Hors-sbee">37 | Dis eob cv2013 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 37ng class/ li=

annexe/im1598O>"number">Hors-sbee">36 |iais eob cv2013 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 36ng class/ li=

annexe/im1436O>"number">Hors-sbee">35 |iais eob cv2013 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 35ng class/ li=

annexe/im2453O>"number">Hors-sbee">34 | juillév2012 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 34ng class/ li=

annexe/im2489O>"number">Hors-sbee">33 | octob cv2012 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 33ng class/ li=

annexe/im1311O>"number">Hors-sbee">32 | octob cv2011 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 32ng class/ li=

annexe/im1158O>"number">Hors-sbee">31 | juin 2011 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 31ng class/ li=

annexe/im810O>"number">Hors-sbee">30 |iais eob cv2010 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 30ng class/ li=

annexe/im882O>"number">Hors-sbee">29 | juillév2010 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 29ng class/ li=

annexe/im991O>"number">Hors-sbee">28 | avrilv2010 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 28ng class/ li=

annexe/im273">"number">Hors-sbee">HHorsss e:">LrTalcong class/ li=

annexe/im92O>"number">Hors-sbee">27 |iais eob cv2009 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 27ng class/ li=

annexe/im57">"number">Hors-sbee">26 | juin 2009 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 26ng class/ li=

annexe/im478O>"number">Hors-sbee">25 | ma/a 2009 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 25ng class/ li=

annexe/im599O>"number">Hors-sbee">24 |iais eob cv2008 classt de "number">Horsss e:">La Lée qun° 24ng class/ li=

annexe/im205"="number">Hors-sbee">HHorsss e:">ClaudesLcuvi-Streuseieux iendr anntanceaire class/ li=

nnne sSe englrynb

rs mêmeNewsléeerssh2c

annexe/im2137">"number">Hors-sbee">9"number">Horsped oe"> | 2015 class/sclasst de "number">Horsss e:">Collce

rs mêmeNewsléeerun°9ng class/ li=

annexe/im1913">"number">Hors-sbee">8"number">Horsped oe"> | 2014 class/sclasst de "number">Horsss e:">Collce

rs mêmeNewsléeerun°8ng class/ li=

annexe/im2583">"number">Hors-sbee">7"number">Horsped oe"> | 2015 class/sclasst de "number">Horsss e:">Collce

rs mêmeNewsléeerun°7ng class/ li=

annexe/im72>">"number">Hors-sbee">4"number">Horsped oe"> | 2009 class/sclasst de "number">Horsss e:">The Léeer class/ li=

Ps. Je n’aissh2c

annexe/im59">Àdalcvz s/ li=

annexe/im60O>Équipes/ li=

Inclasstr">&ngh2c

annexe/im374">Crctacts/ li=

annexe/im373">C lnionss li=

annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/lée q-cdf?ange=inclasstr">&">Peanté pre ra> calating li=

Fildslnumabros/ li=

annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/lée q-cdf/lcokend?classt=rssageurtantnbFildslageurtantng li=

ngh2c

annexe/imhttp://newsléeer.openessaire.org">La Lée qu pOpenEssaireng li=

PDhidde ocAe clistr">&/res t e trsngh2c

annexe/imhttp://www.c="i>ge-de-f mêm.fr/"n s e:6pCollce

rs mêmdocanne> rs mêmdcxe/img-1.js/logo-cdf.png" widthim138" heighdiv54 class="t li=

annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/"n s e:6pPstailndre qv co soSce consunaisseadrl csante ddocanne>

Horsfirst">ISSN électrdeutte 2109-9219

annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/lée q-cdf/?ange=map">Plat duesit s/  – annexe/im374">Crctacts/  – annexe/im373">C lnionss   – annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/lée q-cdf/?ange=lcokendnbFl ?oisynd calatinga>

Hors">Ht">annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/">Ntus sd’exnr. LeOpenEssaire Jéenalss/  – annexe/imhttp://www.lodel.org/">Éd tabafeec Lodels/  – annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/lée q-cdf/lodel/">Accx et". Jerentnga> < < /javaontentdcxe/imjs/jsemcy.jddoc/ontent> /javaontentdcxe/imjs/illere.min.jddoc/ontent> /javaontentd>//og:ement cane, d", lahe : "TiintEt ls">og:eane, d", messum : "TiintEt ls">og:ent de ", priulu : "Imterdir me geurtan" }, // doca g-1.js strTs"> : "Si qu", clro d : "Fpalir", og, 16k)<: "eg, 16k)", maueify : " & : "I dir="ltr">&n } }; //]]oc/ontent> /javaontentdcxe/imjs/fmêybox/jsemcy.fmêybox-1.3.1.pcok.jddoc/ontent> /javaontentdcxe/imjs/ont ble.min.jddoc/ontent> /javaontentd>//' ).afoer(e qtenedDataCiltdby ); jQemcy( '#shstcuts s[rs">Aute ntltr">S]' ).afoer(e' |vannexe/im#ciltdby">Cittat, nga>' ); jQemcy( '#ciltdby li' ).css( "mahein","1em 0" ); } } }); }); //]]oc/ontent> /javaontentd> var_paqi= _paqi|| []; // ="loker meetodmmquke "setCir=omD : sr">Soshuld bur intd bufu et"="lokP1.jView" _paq.push(['setCir=omV (eble', 1, 'Dnmtio', geurtan.enmtio, 'ange']); _paq.push(['ebeumeCrosDnmtioLinking']); _paq.push(["setDgeurtanTs e:", geurtan.enmtio + "/"n+ geurtan. s e:]); _paq.push(['="lokP1.jView']); _paq.push(['ebeumeLinkT"loking']); (fu les () { varuimhttps://pk.labobleo.org/"; _paq.push(['setT"lokerUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSiltId', '3']); vard= geurtan, g=d.createEcertai('ontent'), s=d.getEcertaisByTagNamj('ontent')[0]; g.tancr'ss">/javaontent'; g.async=meue; g.defer=meue; g.xe/iu+'pk.js'; s.pcs deNode.ins ttBufu e(g,s); })(); c/ontent> c!-- End PiwikeCodeJ-->

/javaontentdcxe/imhttps://siaeic-og, 16.openessaire.org/openbarre/js/ileo.js?x ti=2014-12-01doc/ontent> /javaontentdcxe/imhttps://siaeic-og, 16.openessaire.org/js/jsemcy.jdonp-l st.min.jddoc/ontent> /javaontentd>c!-- jQemcy( geurtan).ready(fu les ($) { if ( $.fn.fmêybox == u, dfsead ) { $.getSntent(mhttps://siaeic-og, 16.openessaire.org/js/fmêybox/jsemcy.fmêybox-1.3.1.jdd, fu les () { $('a.if mme').fmêybox(); }); } elo d{ $('a.if mme').fmêybox(); } au surl= $.jdonp({ url: ('https://au s.openessaire.org/au sx icale'), inblokP1 mmeoer: ' inblok', sul="no: fu les (x ta) { $('#au sx ta').html('cannexe/im'+x ta.fmvef="+'">vannexe/im'+x ta.url+'">'+x ta.nmme+'nga>'); $.ajax({ utanc: "GET", uurl: "302?classt=pdfepub&nt e erdurl=1", usul="no: fu les (msg){ u $('#dlLinks').append(msg); } }); }, error: fu les (x ta){ //$('#au sx ta').html('res,t, annexe/imhttps://au s.openessaire.org">ogue innga>'); $.ajax({ u utanc: "GET", u uurl: "302?classt=pdfepub&nt e erdurl=1", u usul="no: fu les (msg){ u $('#dlLinks').append(msg); } }); } }); $('#pl coalimmqu').ltan('e u> nd', fu les (e) {}); $('input[nmme=q]').fgeus(fu les () { if ( $(this).ae ('value') == 'Rque cancr' ) { $(this).ae ('value', ''); } }); }); jQemcy( geurtan).ready(fu les ($) { $(fu les () { if ( geurtan.cookie.indexOf("__cookiee rt=1") == -1) { $(""numb>").html(""number">Hor\"cookiess">\"nE iacési qu voe qunavig’aiitèranesit ,tvous sl="ptez l' ricisonne ur, cookies. annexe/i\mhttp://www.openessaire.org/6540\"nE isfets erlusnga> classnumber">Hor\"clro cookiee rt\"> clas").ae ("idd, "cookiee rt").appendTo("body"); $("a,.clro cookiee rt").click(fu les () { vn AngpD tic= new D ti(); ngpD ti.setT :(ngpD ti.getT :()n+ (365 *r24 * 3600 * 1000)); geurtan.cookiec= "__cookiee rt=1;ngp trs="n+ ngpD ti.toGMTString()n+ ";enmtio=.openessaire.org;uath=/"; $("#cookiee rt").removi(); }); } }); }); -->< ontent>

dnnexe/imhttp://www.openessaire.org">OpenEssaireng dulIconAccesubm su nav-toggle-shw">

annexe/imhttp://books.openessaire.org">"number">Horsss e:">OpenEssaire Booksng clasLivrco sonce consunaisseadrl csante dss="t li=

annexe/imhttp://books.openessaire.org/calal add"sLivrcoss="t li=

annexe/imhttp://books.openessaire.org/> sher&nbÉssantesng li=

annexe/imhttp://books.openessaire.org">E isfets erlusnga> li=

annexe/imhttp://néenals.openessaire.org">"number">Horsss e:">OpenEssaire Jéenalss/ clasRqv co sonce consunaisseadrl csante dss="t li=

annexe/imhttp://www.openessaire.org/calal add-néenals">Lrse qv coss="t li=

annexe/imhttp://néenals.openessaire.org/6438O>E isfets erlusnga> li=

annexe/imhttp://ce nda.org">"number">Horsss e:">Ce ndas/ clasAnnoconsunce ctifé prss="t li=

annexe/imhttp://ce nda.org/seacan">Accéserparx annoconsss="t li=

annexe/imhttp://ce nda.org/aboitO>E isfets erlusnga> li=

annexe/imhttp://hypothee sorg">"number">Horsss e:">Hypothèsess/ clasCarnetsndre que cancss="t li=

annexe/imhttp://www.openessaire.org/calal add-l/a>books">Celal addes, arnetsss="t li=

Ht nav-toggle-shw">

annexe/imhttp://newsléeer.openessaire.org">"number">Horsss e:">Lrttre clasS'abonceàa maLée qu 'OpenEssaireng li=

annexe/imhttp://seacan.openessaire.org/indexe rt.php?a=dcontent=" ">"number">Horsss e:">A rtesu& eboncertantng clasAccéserparférviccss="t li=

OpenEssaire Freemium"da

" /s textIconAcceseacan-choice">

e.cked" /s dlabelncoaf=thenéenalradio">rre ambi qv c labelsst /sst /sla claaaaaaaaaaaaaaaaaaatinput tancrsradio"Iref=openessaireradio"Inmme="ul" valueim" /s dlabelncoaf=openessaireradio">rre aOpenEssairenglabelslaaaaaaaaaaaaaaaaaaat aaaaaaaaaala cla cla cla claaaaaaaaaaaaaaaaaaa