Navigation – Plan du site
Archives et bibliothèques

L’enseignement des antiquités américaines au Collège de France

Le fonds Louis Capitan
Claire Guttinger  et Sarah Rey
p. 50-51
Traduction(s) :
The Louis-Capitan Collection

Texte intégral

1Parmi ses ressources iconographiques numérisées, la Bibliothèque générale du Collège de France possède un ensemble remarquable de photographies et de dessins ayant appartenu à Louis Capitan (1854-1929). Ce fonds est désormais en ligne sur la base Salamandre (catalogue des archives et bibliothèque numérique du Collège de France).

Découverte de la statue monumentale de Tlaloc, dieu de la pluie aztèque. Coatlinchan (Mexique). Photographies sur plaques de verre et stéréoscopie.

El Castillo (Chichen Itza, Yucatan, Mexique) Photographie sur plaque de verre, 8,5 x 10 cm, s.d.

2Médecin de formation, élève de Claude Bernard, Capitan s’est intéressé à la préhistoire, à l’archéologie et à l’ethnographie. Ses archives reflètent bien cette variété d’intérêts. Après avoir été professeur à l’École d’anthropologie, Capitan a enseigné les antiquités américaines dans notre établissement de 1908 à 1929, sans perdre de vue ses recherches sur les domaines pré- et protohistorique, européen et extra-européen.

3Pour procéder à l’identification de chaque cliché, il a fallu solliciter de nombreux chercheurs, aux compétences variées. Prodiguant ses conseils avec une grande libéralité et mobilisant autour de lui une équipe de personnes capables de comprendre à la fois la provenance et la nature de ces images, Éric Taladoire, professeur émérite d’archéologie précolombienne à l’université de Paris I-Sorbonne, a été le fer de lance de ce travail collectif. Au sein de ce groupe qui s’est consacré pendant plusieurs mois au fonds Capitan, on trouve des chercheurs jeunes ou confirmés, français ou étrangers. Les américanistes sont les plus nombreux : outre Éric Taladoire lui-même, citons dans l’ordre alphabétique Rosario Acosta Nieva (UMR 8096), Alexandra Biar (doctorante, Paris I), Robert Cobean (Instituto Nacional de Antropología e Historia, Mexico), Lucie Dausse (doctorante, Paris I), Nicolas Goepfert (UMR 8096), Patrice Lecoq (Paris I), Leonardo López Luján (Instituto Nacional de Antropología e Historia, Mexico), Pascal Mongne (École du Louvre) et Jane Walsh (Smithsonian Institution of Washington). Des préhistoriens, tels Boris Valentin (Paris I), Gilles Tosello (UMR 5608) et Camille Bourdier (Toulouse II), ainsi qu’un archéologue orientaliste (Guillaume Gernez-Paris I) ont rejoint l’équipe qui a mené à bien ce vaste travail d’identification. Plus de 2 000 images de toute l’Amérique composent le fonds Capitan. À côté des collections mexicaines ou andines, une part importante du fonds concerne le sud-ouest des États-Unis ou les cultures des bâtisseurs de monticules du Bassin du Mississippi. De nombreux objets archéologiques de premier ordre y côtoient des images de temples mexicains à peine dégagés de la végétation qui les a longtemps recouverts. Les hauts lieux de la civilisation maya sont les plus amplement photographiés (Copán, Chichen Itza, Uxmal, Palenque…). Ces images sont précieuses dans la mesure où certains monuments y sont représentés au moment de leur découverte, c’est-à-dire avant restauration. De même, certains reliefs apparaissent in situ, avant qu’on ne les transfère dans différents musées archéologiques. Ce fonds rend compte des enseignements de Capitan, souvent occupé à décrire la vie quotidienne des anciens habitants de l’Amérique : dans ce répertoire iconographique, des céramiques (notamment des Mochicas du Pérou), mais aussi des tissus, des bijoux, des mortiers, des haches figurent en abondance. Le principe de séries archéologiques semble diversement observé, mais l’importance accordée à la culture matérielle est incontestable. Des photographies révèlent aussi les perspectives comparatistes de Capitan, qui se penche aussi bien sur les peintures bochimans que sur des clichés de Polynésie et de l’île de Pâques...

4Soucieux de multiplier dans ses cours les projections de toutes sortes, Capitan a dessiné de sa propre main, sur plaques de verre, plusieurs figures ou glyphes apparaissant dans les principaux codices qui renseignent l’histoire de l’ancien Mexique : le codex maya Troano, le Mendoza, le Ramirez, le Telleriano Remensis… Il croque également, en noir et blanc ou en couleur, des types d’habitats, des plans de sites, des paysages, des curiosités botaniques ou géologiques. Au sein de cet ensemble, un aspect méconnu de sa personnalité se fait jour : Capitan a retracé l’itinéraire suivi par la Légion étrangère pendant l’intervention française, qui a culminé au combat de Camerone.

5Le fonds Capitan a révélé quelques pépites. Par exemple, les images d’une statue exceptionnelle, retrouvée à Coatlinchan, représentant Tlaloc, dieu de la pluie des Mexicas, avant qu’il ne soit déplacé (un jour de déluge, comme il se doit) au musée de Mexico, où il occupe la place d’honneur à l’entrée. Citons aussi un portrait inédit d’Adela Breton (1849-1923), contemporaine de Capitan, grande voyageuse devenue experte en peintures du Yucatan, figure majeure parmi les spécialistes du monde maya. Ou encore une série de clichés illustrant les découvertes de l’archéologue mexicain Leopoldo Batres dans la rue de las Escalerillas, à Mexico, l’une des premières collections relatives à l’archéologie de la capitale aztèque. Une attention spéciale doit être portée à quelques clichés consacrés aux objets ramenés de Californie par Léon de Cessac (1841-1891) : ces collections sont presque uniques au monde, et rares sont les documents qui les illustrent.

6D’une manière générale, ces plaques de verre montrent un état de la science américaniste au début du xxe siècle, moment où les Européens dominent encore la discipline, avant de passer le flambeau à leurs collègues américains, après la Grande Guerre. Elles aident à la compréhension des notes de travail et autres préparations de cours et conférences laissées par Capitan, elles aussi consultables sur Salamandre depuis qu’elles ont quitté l’IMEC pour rejoindre les archives du Collège de France.

Les archives sont numérisées avec le soutien de la Fondation de l’Orangerie et de ses généreux donateurs.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3064/img-1.png
Fichier image/png, 620k
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3064/img-2.png
Fichier image/png, 531k
Légende Découverte de la statue monumentale de Tlaloc, dieu de la pluie aztèque. Coatlinchan (Mexique). Photographies sur plaques de verre et stéréoscopie.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3064/img-3.png
Fichier image/png, 16M
Légende El Castillo (Chichen Itza, Yucatan, Mexique) Photographie sur plaque de verre, 8,5 x 10 cm, s.d.
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/3064/img-4.png
Fichier image/png, 16M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Guttinger  et Sarah Rey, « L’enseignement des antiquités américaines au Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 26 novembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/3064

Haut de page

Auteurs

Sarah Rey

Maître de conférences

Articles du même auteur

Claire Guttinger 

Direction des réseaux et partenariats documentaire

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page