Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Chaire de Création artistique

Année académique 2008-2009
Pierre-Laurent Aimard
p. 6
Traduction(s) :
Chair of Artistic Creation

Résumé

Pierre-Laurent Aimard a donné sa leçon inaugurale le 22 janvier 2009. Son cours intitulé « Paramètres et dimensions de l’interprétation musicale » a commencé le 18 février 2009.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

musique
Haut de page

Notes de la rédaction

La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard et en DVD (coproduction Collège de France/CNED/Doriane)

Texte intégral

1Extraits de la leçon inaugurale :
« Est-il justifié de confier une chaire de création artistique à un interprète ? N’est-ce pas surestimer le rôle d’un serviteur des compositeurs et de leurs œuvres ? N’est-ce pas sacrifier à la tendance trop répandue de mettre l’interprète, brillant ou insignifiant, sur le devant de la scène, manie favorisant par trop le sensationnel et toutes ses dérives ? C’est au contraire nous le croyons mettre à profit sa position très singulière d’interface entre l’univers secret de la création et celui, public, de l’échange social. Son don d’ubiquité le rend particulièrement à même de prendre le pouls de la création artistique, comme d’être un observateur privilégié des transformations continuelles des cultures musicales au sein d’une société plurielle.

2« […] Pendant des décennies, les strates les plus enfouies de notre passé ont donné lieu à un travail de musicologie et d’interprétation considérable. Ramenées à la vie, elles ont parfois généré des moments de découverte ou de re-découverte émerveillés, mais aussi des modes creuses ou des dogmatismes. Parallèlement, ce qui était considéré comme le répertoire de la musique dite classique (un ambitus allant grosso modo des classiques viennois aux derniers post-romantiques) a été interprété de façon toujours plus impeccable, mais généralement peut-être moins inspirée. Enfin des ensembles voués à la musique de leur temps ont été créés, pour conquérir peu à peu un haut niveau de qualité. À cette situation correspondait un monde de spécialistes, d’un grand niveau de compétence parfois, mais cloisonnés par époques et par catégories. Ainsi compartimentée, la société musicale ressemblait – et ressemble encore par trop – à la juxtaposition, disons entre autres catégories, d’exégètes du Baroque, de héros romantiques et de techniciens du contemporain. Mais cette situation se transforme grâce aux actions très diversifiées d’acteurs de tous bords. Un contre-poison à l’hyper-spécialisation consiste à vouloir tout embrasser, mêlant souvent ainsi un désir d’universel à un fantasme de toute-puissance. Mais l’assimilation d’un style, d’une œuvre, en vue d’une interprétation digne de ce nom demande du temps, et l’ouverture d’esprit mal canalisée peut vite tourner au papillonnage. Ce danger est manifeste non seulement dans l’interprétation, mais aussi dans la programmation : fleurissent aujourd’hui maints programmes où l’éclectisme pas toujours contrôlé débouche aisément sur des “ menus ” fourre-tout.

3« […] La première et la plus naturelle des priorités pour un musicien interprète ne devrait-elle pas être la relation avec les créateurs de son temps ? L’enrichissement apporté par leur réflexion hors normes, le “ dérangement ” provoqué par la singularité de leur démarche, l’inspiration engendrée par leur vision originale ont une valeur initiatique. […] Ils sont les architectes visionnaires d’un futur à construire.

4« […] Cependant, de par le monde, la majorité des étudiants instrumentistes [...] continuent d’être formés selon des schémas et surtout des mentalités ayant peu ou insuffisamment évolué depuis le postromantisme. Que certains temples de l’enseignement musical mondial soient aussi des temples du conservatisme en dit long sur ce retard. Celui-ci est endémique dans certains pays extrême-asiatiques copiant des modèles occidentaux périmés ; ceux-ci se dotent d’une politique d’enseignement musical quasi industrielle, aussi ambitieuse et impressionnante sur le plan de ses résultats quantitatifs et compétitifs que caduque quant au contenu. [...] Le monde de l’enseignement est porteur d’avenir lorsqu’il propose une vision en phase avec notre environnement polyculturel, tourné vers le futur et non replié sur des nostalgies d’un autre âge...

5« [...] Le répertoire de chaque interprète est le reflet de sa réflexion artistique et de ses convictions profondes. Ce maillage d’œuvres est une manifestation de son identité – dis-moi ce que tu joues et je te dirai qui tu es – mais aussi le résultat de son regard critique sur l’état du monde musical – carences à contrebalancer, acte pédagogique. En effet, le répertoire collectif, cadre référentiel dans lequel vit une société musicale, est fait de l’addition des répertoires individuels. Comment bâtir le sien aujourd’hui ? Certainement pas en copiant des modèles ayant eu leurs lettres de noblesse mais ne correspondant plus à notre monde multiculturel. Mais plutôt en organisant un réseau d’œuvres complexe, attestant une certaine vision de l’histoire, de l’actualité et des permanences compositionnelles.»

Pierre-Laurent Aimard

Pierre-Laurent Aimard
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pierre-Laurent Aimard
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 6. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Pierre-Laurent Aimard, « Chaire de Création artistique », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/491

Haut de page

Auteur

Pierre-Laurent Aimard

Pianiste, professeur au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et à la Hochschule für Musik de Cologne. Directeur artistique du Festival d’Aldeburgh.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page