Navigation – Plan du site
Manifestations

Les monachismes d’Orient. Images - Échanges - Influences

Colloque international présidé par le Pr Michel Tardieu (Collège de France, chaire d’Histoire des syncrétismes de la fin de l’Antiquité), organisé par Florence Jullien (EPHE V, Institut d’Histoire des christianismes orientaux - Collège de France) et Marie-Joseph Pierre (EPHE V), 11 juin 2008.
Florence Jullien
p. 27-28

Texte intégral

1L’année 2007-2008 a marqué le cinquantenaire de la création de la chaire des christianismes orientaux à la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études (Paris, Sorbonne). Le Collège de France et la direction d’étude de l’EPHE V désiraient commémorer cet événement par un colloque scientifique international sur la question des « monachismes d’Orient. Images - échanges - influences », y associant la chaire « Histoire des chrétiens d’Orient » (EPHE V), l’Institut d’histoire des christianismes orientaux, auxquels se sont joints l’Institut universitaire de France, le « Laboratoire d’études sur les monothéismes » (LEM, UMR 8584) et le Laboratoire « Mondes iranien et indien » (UMR 7528), CNRS.

2Dans un souci de transversalité, les organisateurs ont souhaité mettre l’accent sur les jeux d’influences réciproques que cristallise le phénomène monastique dans les différentes aires culturelles de l’Orient chrétien sur la longue durée, en privilégiant la participation de représentants internationaux de plusieurs disciplines. Le professeur Michel Tardieu, qui présidait aux débats, a souligné auprès d’un public nombreux et intéressé l’importance et le renouveau de ce champ thématique dans l’aire proche-orientale ces dernières années. Dans leur allocution d’ouverture, M. J.-C. Waquet, président de l’EPHE et M. Ph. Hoffmann, doyen, ont rappelé combien ce sujet était au cœur des choix politiques de l’École et du LEM ; Mme M.-J. Pierre a évoqué l’actualité de ce domaine d’étude et rendu hommage aux travaux d’Antoine Guillaumont, premier titulaire de la chaire des christianismes orientaux.

Pr Michel Tardieu

Pr Michel Tardieu

3Quatre axes de réflexion ont structuré la journée : la transmission et l’élaboration de la culture monastique ; le moine et ses représentations ; les formes de la vie monastique ; les monachismes non chrétiens.

4M. Paolo Bettiolo (université de Padoue, Italie) a mis en lumière les rapports souvent conflictuels entre enseignement monastique et scholastique, et les dissensions naissant des traditions d’interprétation, l’un privilégiant la lecture exégétique et spirituelle, l’autre défendant une culture plus rhétorique et homilétique. Dans la continuité des recherches évagriennes de M. Guillaumont, M. Paul Géhin (IRHT, CNRS) a montré la rapide diffusion des écrits d’Évagre le Pontique en Orient dès le IVe-Ve siècle et l’estime de ces œuvres dans les diverses communautés chrétiennes, insistant sur leur transmission en monde syriaque – transmission qui n’a pu se faire qu’au prix d’amendements compte  tenu de l’hostilité des milieux de réception aux thèses origénistes. Le récit des 40 martyrs de Raïthou dans la péninsule sinaïtique fut l’occasion pour Mme Marie-Joseph Pierre-Beylot (EPHE V) d’évoquer les origines du monachisme de type cénobitique dans cette aire géographique. M. Gianfrancesco Lusini (université de Naples « L’Orien-tale », Italie) a proposé une esquisse du monachisme en Éthiopie, soulignant les limites d’une recherche dans un domaine où beaucoup d’inédits restent encore à publier.

5Plusieurs communications se sont ensuite attachées à la question de la représentation de la figure du moine. L’ampleur de la renaissance monastique syro-orientale dans la Perse des VIe-VIIe siècles a conduit Florence Jullien(EPHE V) à s’interroger sur le procédé hagiographique de reconstruction de la thématique de l’imitatio Patrum et à relever dans l’historiographie nestorienne un transfert des modèles de l’Égypte à la Perse, devenue nouveau Paradis des Pères au sens palladien. À travers quelques contes oraux syriaques du Tur ‘Abdin et de l’Anti-Liban recueillis au XIXsiècle par deux érudits allemands auprès d’un intermédiaire illettré du nom de Cano, le professeur Michel Tardieu (Collège de France) a dessiné l’image des moines mais aussi des monastères, espaces de création culturelle et unificateurs du corps social. Mme Brigitte Voile a apporté un regard sur le renouveau monastique égyptien à l’époque contemporaine : la représentation idéalisée du moine ermite, fait des milieux laïcs chrétiens, et sa réactualisation répondent souvent à un besoin de valorisation sociale d’une minorité marginalisée.

6L’intérêt porté aux formes de vie monastique a sous-tendu les réflexions du troisième volet de ce colloque. Plusieurs régions ont été privilégiées : l’Égypte, avec une communication de Mme Anne Boud’hors(IRHT, CNRS) qui a comparé deux figures, Chenouté (Ve siècle) et Frangé (VIIIe siècle), mettant en lumière la diversité culturelle des milieux ascétiques égyptiens ; la Syrie et ses stylites avec Mme Chiara Cremonesi (Université de Padoue, Italie) ; enfin le Mont Liban, terre d’éclosion depuis le XVIIe siècle d’une forme particulière de monachisme, celui des monastères maronites doubles et familiaux, conférence de Mme Sabine Saliba(LEM).

7Une partie de l’après-midi a été consacrée à l’actualité de la recherche archéologique. Mme Marguerite Rassart-Debergh(IFAO Le Caire, Égypte) a présenté un bilan des fouilles faites sur le site des Kellia où ont été dénombrées plus de 1 000 cellules, qui commencèrent d’être mises au jour lors des missions initiées par M. Guillaumont dès 1964. M. Jean-François Salles(IFPO Amman, Jordanie) a soulevé quelques problèmes d’ordre chronologique pour dater les implantations monastiques du golfe Persique, spécialement depuis la reprise des fouilles sur l’île de Failaka (Koweit).

8Deux exposés sur les monachismes non chrétiens ont offert une ouverture à ce colloque : M. Jean-Daniel Dubois (EPHE V), révisant la thèse d’I. Gardner,a montré que l’ensemble des habitations occupées par la communauté manichéenne dans un quartier résidentiel de Kellis (oasis de Dakhleh en Égypte) ne pouvait être interprété comme un monastère manichéen. M. Jean-Noël Robert (EPHE V, AIBL) a donné une lecture interprétative du sûtra du lotus étayant sa présentation du monachisme bouddhique japonais.

9En conclusion de ces discussions particulièrement riches, M. Bernard Heyberger (Université de Tours, EPHE V, IUF) a proposé quelques perspectives en vue d’études comparatives ou thématiques ultérieures.

10« Les monachismes d’Orient. Images - Échanges - Influences » : l’ensemble des communications a permis de mieux saisir l’importance des interactions entre les communautés religieuses des différentes aires culturelles du Proche-Orient ancien et leur contribution au façonnement des sociétés dans l’Antiquité tardive, le Moyen Âge, jusqu’à nos jours.

11Une publication des actes du colloque est en projet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pr Michel Tardieu
URL http://journals.openedition.org/lettre-cdf/docannexe/image/646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 27-28. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Florence Jullien, « Les monachismes d’Orient. Images - Échanges - Influences », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lettre-cdf/646

Haut de page

Auteur

Florence Jullien

EPHE V Sciences religieuses
Institut d’Histoire des christianismes
orientaux du Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page