Skip to navigation – Site map

N° 11 – Le lexique dans les langues de spécialité

Réception de la version définitive des articles : février 2018

La revue électronique Lexis - revue de lexicologie anglaise mettra en ligne son numéro 11 en 2018, co-dirigé par Marion Charret-Del Bove et Philippe Millot (Université de Lyon – Jean Moulin Lyon 3, France). Celui-ci sera consacré au « lexique dans les langues de spécialité ».

Le lexique dans les langues de spécialité

Contrairement à ce que nous pourrions croire, l’articulation entre la notion de lexique et celle de langue de spécialité est loin d’être évidente. D’un point de vue général en effet, le lexique relève de la langue en tant que système. Pour les générativistes, le lexique est l’un des éléments de la composante de base de la grammaire [Dubois et al. 2002 : 283] et il en est de même pour les spécialistes de la linguistique systémique fonctionnelle pour qui le lexique est une facette du système de la lexico-grammaire qui contribue au potentiel signifiant d’une langue [Halliday & Matthiessen 2004]. Dans ce cadre, l’unité lexicale est étudiée pour les rapports qu’elle entretient avec le système de la langue, qu’il s’agisse de rapports sémantiques (synonymie, hyperonymie, antonymie, etc.) ou de rapports syntagmatiques (flexion et degrés de délicatesse). En d’autres termes, le lexique est un concept relativement indépendant des domaines spécialisés en ce qu’il comprend l’ensemble des potentialités lexicales d’une langue quel que soit le domaine en question (le droit, la médecine, les affaires, etc.). A première vue donc, la pertinence du concept de lexique pour rendre compte d’une langue de spécialité s’amenuise à mesure que le degré de spécialisation augmente et que la terminologie gagne en puissance. Par exemple, la plupart des travaux qui portent sur l’anglais de spécialité montrent qu’un critère fondamental de démarcation entre une variété spécialisée (anglais juridique, anglais médical, anglais des affaires, etc.) et l’anglais dit « général » et entre les variétés spécialisées entre elles se situe au niveau des termes. Par conséquent, et c’est la question de fond que nous souhaitons aborder dans ce numéro spécial de Lexis, en quoi la notion de lexique est-elle pertinente pour l’étude du spécialisé dans la langue ?

Un premier élément de réponse pourrait provenir du concept de corpus comme échantillon représentatif d’un système linguistique, qu’il s’agisse d’une langue ou d’une variété de langue. Le corpus et les outils d’analyse qui lui sont traditionnellement associés permettent en effet, et à une échelle relativement grande, d’échantillonner une langue de spécialité afin d’en dégager, entre autres éléments, des listes exhaustives d’items lexicaux ou lexico-grammaticaux qui représentent le champ lexical d’un domaine. La configuration de ce champ, notamment à travers les schémas de fréquence, sa cohésion, c’est-à-dire les liens que les items entretiennent entre eux, et plus particulièrement les rapports que ces items entretiennent avec les termes d’un domaine spécialisé donné, peuvent clairement contribuer à la caractérisation d’une variété spécialisée.

Un second élément de réponse concerne la visée didactique de l’analyse lexicale ou lexico-grammaticale des langues de spécialité. Définie pour l’anglais par la commission de la SAES comme « l’expression d’un domaine spécialisé dans la langue » Commission formation de la SAES 2011 : 3], la langue de spécialité possède potentiellement un lexique (spécialisé) que nous pouvons considérer comme un élément constitutif de la compétence lexicale dans une langue et forme à ce titre un objet d’étude légitime pour la didactique des langues de spécialité.

L’objet de ce numéro de Lexis vise à apporter des éléments de réponse aux questions de fond posées par l’idée de lexique dans les langues de spécialité tout en contribuant à l’exploration de la facette lexicale des langues de spécialité, quel que soit le domaine et quelle que soit la visée (didactique ou purement exploratoire). Une liste non exhaustive de questions pourrait être la suivante :

  • Dans quelle mesure le lexique permet-il la caractérisation des langues de spécialité ?

  • Comment extraire puis organiser le lexique d’une langue de spécialité ?

  • En quoi l’étude des phénomènes de développement du lexique spécialisé permet-elle de mieux connaître le domaine et ses évolutions ?

  • En quoi le lexique, en tant que produit d’un processus dynamique de production langagière [Tournier 1985] permet-il d’identifier des nouveaux domaines spécialisés ?

  • Peut-on mettre au jour des procédés d’emprunt et d’harmonisation entre langues de spécialités ?

  • Pour un domaine spécialisé donné, quels sont les phénomènes de lexicalisation et d’apparition de nouveaux mots (« productivité lexicogénétique » [Duchet et Chaulet 2004]) ainsi que les processus de dérivation (affixation, suffixation) qui les sous-tendent ?

  • Comment utiliser le lexique à des fins d’enseignement-apprentissage d’une langue de spécialité ?

Bibliographie

Commission formation de la saes. Evolution et enjeux des formations et de la recherche dans le lecteur LANSAD, 2011 : <http://saesfrance.org/arc/pdf/ASP-LANSAD-Didactique_de_l_anglais_DEFdoc.pdf>.

Dubois Jean et coll. Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 1994.

Duchet Jean-Louis et Chaulet Olivier. « Étude de l’affixation dérivationnelle par traitement automatique du lexique juridique canadien », ASp, 43-44, 2004 : 81-98.

Halliday M.A.K. Matthiessen Christian. An introduction to functional grammar, Hodder Education, Londres, 2004.

Tournier Jean. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris, Genève : Champion-Slatkine, 1985.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter un abstract ne dépassant pas 3.000 caractères, une liste de mots-clés ainsi que le titre de votre contribution.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes dans différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être rejetées, acceptées sous réserve de modification, ou acceptées telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

  • mars 2017 : appel à contributions

  • juillet 2017 : abstracts à envoyer à Lexis

  • septembre 2017 : avis aux auteurs

  • novembre 2017 : réception des articles

  • novembre et décembre 2017 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

  • décembre 2017 à janvier 2018 : corrections par les auteurs

  • février 2018 : réception de la version définitive des articles

  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • OpenEdition Journals