Skip to navigation – Site map

N° 12 – La néologie lexicale et sémantique en anglais

Réception de la version définitive des articles : 31 octobre 2018

La revue électronique Lexis - revue de lexicologie anglaise mettra en ligne son numéro 12 en 2018, co-dirigé par Denis Jamet et Adeline Terry (Université de Lyon – Jean Moulin Lyon 3, France). Celui-ci sera consacré à « la néologie lexicale et sémantique en anglais ».

La néologie lexicale et sémantique en anglais

Le numéro 12 de Lexis s’intéressera à la question de la néologie lexicale et/ou sémantique en anglais, dans une perspective synchronique ou diachronique. La néologie est traditionnellement définie par les lexicologues comme « l’incorporation d’éléments nouveaux dans le lexique d’une langue » (Humbley [2006 : 91]), mais elle est en pratique difficile à cerner et définir ; en effet, le propre des néologismes semble être qu’ils existent en discours mais pas en langue, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas (encore) répertoriés dans les dictionnaires (Humbley [2006 : 92], Pruvost & Sablayrolles [2003 : 6]). Dès lors, se pose la question du contexte d’apparition et de lexicalisation des néologismes. Il semble qu’il faille distinguer les néologismes en anglais général, qui apparaissent entre autres dans le parler adolescent, qui sont liés à des paramètres générationnels, et qui n’ont pas forcément pour principal objectif de combler un vide lexical, des néologismes en anglais de spécialité, tels les néologismes politiques, institutionnels, entre autres, qui sont liés à l’apparition de nouveaux concepts et qui permettent de combler un vide lexical.

Le numéro 12 s’intéressera tout particulièrement à trois grands axes :

  • Le premier axe concernera la question de la définition et de la motivation de la création néologique en anglais, ou de façon comparative en anglais et en français, voire en abordant d’autres langues s’il s’agit d’étudier l’emprunt en anglais ;

  • Le deuxième axe traitera de la question de la productivité, notamment la productivité des différentes matrices lexicogéniques (voir Tournier [2005]), qu’elles soient lexicales ou sémantiques, soit en étudiant une matrice en général, ou la combinaison ou comparaison de plusieurs ;

  • Le troisième axe s’intéressera à la question de la diffusion et du succès des néologismes en anglais, en étudiant le contexte de la réception des néologismes, de leur éventuelle évolution et de leur fortune (accueil des lexicographes, des institutions, des locuteurs, des auteurs, etc.).

En plus d’approches purement lexicologiques, les approches sociolinguistique, lexicographique, comparative, traductologique, interculturelle et sur corpus seront les bienvenues.

Axes de réflexion et/ou d’étude

Les questions suivantes, regroupées sous trois grands pôles, pourront être abordées, sans que cette liste ne soit restrictive ou exhaustive :

(1) Question de la définition et de la motivation : comment définir un néologisme (vs. hapax, nonce-word, etc.) ?

  • Pourquoi créer un néologisme en anglais ? Quelles sont les raisons sous-tendant la néologie lexicale ou sémantique ?

  • Sont-ce systématiquement les mêmes motivations qui sous-tendent la création néologique ? 

  • Crée-t-on un néologisme uniquement par besoin désignatif (motivations d’ordre sémantico-référentiel) ou bien pour dénommer différemment un référent existant (motivations d’ordre pragmatique) ?

  • Quel est le rôle des domaines et langues de spécialité dans la néologie lexicale et sémantique contemporaine ?

  • Quel est l’impact du politiquement correct sur la création néologique contemporaine ?

(2) Question de la productivité (aussi bien au niveau de la création que de la diffusion)

  • La néologie lexicale et la néologie sémantique sont-elles productives au même degré ?

  • A l’intérieur de la néologie lexicale et de la néologie sémantique, y a-t-il des différences de productivité selon les matrices lexicogéniques ?

  • Quelle incidence le statut de l’anglais comme lingua franca a-t-il sur la néologie lexicale et sémantique du français, mais également de l’anglais ?

  • Quel est le lien entre néologismes et registres / langues de spécialité en anglais ?

(3) Question de la diffusion et du succès :

  • Quels sont les facteurs de diffusion des néologismes en anglais ?

  • Les raisons de la création néologique (motivations sémantico-référentielles ou motivations pragmatiques) jouent-elles un rôle dans son potentiel succès ?

  • Le phénomène est-il identique en anglais général et en anglais de spécialité ?

  • Quelles sont les raisons du succès et de la lexicalisation des néologismes en anglais ? Sont-ce des raisons ayant trait au sémantisme, à la morphologie, à la phonologie/euphonie, etc. du néologisme ou des raisons essentiellement pragmatiques ?

  • La nature grammaticale du néologisme a-t-elle une influence sur sa création et sur sa diffusion ? A-t-on la même proportion de néologismes appartenant à telle ou telle classe grammaticale par rapport à la langue standard ? Le fait que le néologisme réponde souvent à un besoin désignatif implique-t-il que les néologismes sont principalement des noms ?

  • Quel est le temps de vie d’un néologisme en anglais ? Peut-on le prévoir de façon plus ou moins précise ?

  • Y a-t-il des néologismes plus propices que d’autres à rentrer dans la langue, selon le champ sémantique, la période, le registre, etc. ?

Les articles pourront aborder ces problématiques, soit selon une perspective purement théorique (ce que nous disent les néologismes sur les systèmes linguistiques), soit selon une perspective plus appliquée, notamment à travers des études de corpus, portant aussi bien sur de l’anglais général que de l’anglais de spécialité.

Langue(s) étudiée(s) : anglais (références à d’autres langues possibles dans le cas de l’emprunt).

Langues des articles : anglais, français.

Bibliographie

Bauer Laurie, [1983] 1993, English Word-Formation, Cambridge: Cambridge University Press, Coll. “Cambridge textbooks in linguistics”.

Bauer Laurie, [1988] 1994, Introducing Linguistic Morphology, Edinburgh: Edinburgh University Press.

Durkin Philip, 2014, Borrowed Words: A History of Loanwords in English, Oxford-New York: Oxford University Press.

Humbley John, 2006, « La néologie : interface entre ancien et nouveau », in Grennstein Rosalind, Publication de la Sorbonne, Volume 28, Série « Langues et langages », 91-104.

Humbley John & Sablayrolles Jean-François, Neologica. Revue internationale de néologie, Paris : Classiques Garnier.

Katamba Francis, 1994, English Words, London: Routledge.

Lipka Leonhard, 1990, An Outline of English Lexicology: Lexical Structure, Word Semantics, and Word-Formation, Tübingen: Max Niemeyer Verlag.

Paillard Michel, 2000, Lexicologie contrastive anglais – français – Formation des mots et construction du sens, Gap – Paris : Ophrys.

Plag Ingo, 2003, Word-Formation in English, Cambridge: Cambridge University Press, Coll. “Cambridge Textbooks in linguistics”.

Pruvost Jean & Sablayrolles Jean-François, [2003] 2012, Les néologismes, Paris : UFUF, Coll. « Que sais-je ? ».

Stockwell Robert & Minkova Donka, [2001] 2008, English Words: History and Structure, “Cambridge textbooks in Linguistics”, Cambridge, Cambridge University Press.

Tournier Jean, 1985, Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain, Paris, Genève : Champion-Slatkine.

Tournier Jean, [1991a] 2005, Précis de lexicologie anglaise, Paris : Nathan Université.

Tournier Jean, 1991b, Structures lexicales de l’anglais : guide alphabétique, Paris : Nathan Université.

Modalités de soumission

Votre fichier devra comporter un abstract ne dépassant pas 3.000 caractères, une liste de mots-clés ainsi que le titre de votre contribution.

Toutes les soumissions feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par un comité scientifique international composé de spécialistes dans différents domaines. Les contributions seront de préférence rédigées en anglais ou éventuellement en français.

Les soumissions pourront être rejetées, acceptées sous réserve de modification, ou acceptées telles quelles. Le nombre de pages n’est pas limité.

Les abstracts et les articles sont à envoyer en version électronique à lexis@univ-lyon3.fr

Calendrier

Octobre 2017 : appel à contributions

31 janvier 2018 : abstracts à envoyer à Lexis

Mars 2018 : avis aux auteurs

30 juin 2018 : réception des articles

Juillet et août 2018 : relecture des articles par les membres du Comité scientifique

1er septembre au 31 octobre 2018 : corrections par les auteurs

31 octobre 2018 : réception de la version définitive des articles

  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • OpenEdition Journals