Navigation – Plan du site

Les relevés du Louvre et des Tuileries sous l’Ancien Régime

Louvre’s and Tuileries’ surveys under the Ancien Régime
Die Aufrisse des Louvre und der Tuilerien unter dem Ancien Régime
Guillaume Fonkenell
p. 29-41

Résumés

L’étude des relevés du Louvre et des Tuileries permet de dresser un premier panorama des évolutions dans l’usage et la conception du relevé d’architecture : pour ces deux palais, les premiers grands relevés systématiques datent de la fin du règne de Louis XIV et témoignent d’une volonté de gestion administrative. Les années 1740 ont vu le développement de relevés spécialisés marqués par une tension entre le relevé administratif et le relevé d’architecte. Enfin, un troisième type de relevé doit être identifié : effectué à des fins d’étude, il témoigne des débats dont le Louvre a pu être l’objet. Ce palais (et lui seul car il n’existe pas de phénomène comparable pour les Tuileries dans ce dernier cas) semble bien être devenu à cette date une icône architecturale, un modèle à observer et à étudier. Il reste maintenant à comparer ces constatations faites à partir de l’exemple du Louvre avec d’autres maisons royales pour approfondir – ou contredire – ce que l’exemple parisien semble nous enseigner.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le calcul s’appuie sur le dépouillement des cartons spécifiquement consacrés au Louvre (Arch. nat., (...)

1L’inventaire des dessins concernant le Louvre et les Tuileries conservés dans les fonds de l’administration des Bâtiments du roi aux Archives nationales1 permet de dresser un premier constat sur le statut de ces dessins durant l’Ancien Régime : sur environ sept cents documents parvenus jusqu’à nous, il n’y en a aucun qui soit antérieur au règne de Louis XIII et seuls six dessins – témoignages de l’activité de Jacques Lemercier – sont conservés pour le règne de ce souverain. Un peu plus d’une centaine de feuilles concerne le règne de Louis XIV, mais c’est bien peu comparé au XVIIIe siècle qui totalise un peu moins de six cents documents.

2Les aléas de conservation ne sauraient à eux seuls expliquer la différence entre le nombre de dessins conservés datables du XVIIe siècle et ceux du XVIIIe siècle. Cette disparité est d’autant plus surprenante que le règne de Louis XIV fut une période d’intenses travaux alors que le XVIIIe siècle, au contraire, apparaît comme un temps mort dans l’histoire du Louvre. Pour expliquer la différence de un à cinq entre le nombre de dessins conservés pour ces deux périodes, il faut donc postuler que la pratique et l’utilisation du dessin ont connu une véritable mutation au cours du XVIIIe siècle.

1692-1695 : d’Orbay, Desgodets et la naissance du relevé administratif

  • 2 Plan dit « Destailleur », Bibl. nat., Ve 53i, microfilm A 31892.
  • 3 Arch. nat., F21 3567, pièce 8 ; Alexandre Cojannot, « Mazarin et le “grand dessein” du Louvre : pro (...)
  • 4 Arch. nat., VA LIX, pièce 9.

3Le relevé de l’état existant d’un édifice est une première étape du travail de l’architecte évidente pour nous aujourd’hui, mais cette idée de dresser un constat d’état général n’est apparue au Louvre et aux Tuileries qu’à la toute fin du XVIIe siècle. Le plus ancien plan conservé aujourd’hui et dessiné par un architecte (non identifié) en charge du Louvre, qui remonte à 1595, est un curieux mélange entre relevé et projet ; tracé sur parchemin, il s’agit probablement d’un document de présentation et il est d’une grande inexactitude par rapport à la topographie réelle du site2. En 1660, alors qu’il reprend l’édification de la Cour carrée du Louvre qui exige de considérables travaux d’achat de terrains, Louis Le Vau se contente encore d’un surprenant relevé partiel : il ne fait dessiner que les maisons nécessaires à son projet et non pas l’ensemble du quartier entourant le château3. De même lorsqu’il entreprend de transformer les Tuileries en 1659, il fait dresser un plan complexe qui met sur le même plan relevé et projet4. Il en sera de même pour tous ses projets relatifs au Louvre. Le projet est donc premier et l’analyse du site ne sert en rien à le nourrir.

  • 5 Pour la liste complète des dessins créés durant ces années, voir tableau en annexe. Un seul relevé (...)

4La situation change à partir du début des années 1690. Les Archives nationales conservent un relevé général du rez-de-chaussée du Louvre, annoté par François d’Orbay (ill. 1), et également un dessin schématique du rez-de-chaussée des Tuileries5. Le travail de d’Orbay semble cependant avoir débuté par des feuilles partielles, destinées à répondre à des questions précises (ill. 2) : plusieurs plans sont ainsi datés de janvier et de février 1692, date à laquelle la cession du Palais Royal à Philippe d’Orléans, le frère du roi, obligea à rapatrier les Académies d’art au Louvre. à cette occasion, d’Orbay a peut-être voulu faire le point sur les locaux déjà attribués à des institutions de ce type (l’Académie française et l’Académie des inscriptions étaient en effet déjà logées dans l’aile ouest du Louvre) et planifier la répartition des espaces pour les nouveaux arrivants.

Ill. 1 : François d’Orbay, Plan général du rez-de-chaussée du Louvre

Ill. 1 : François d’Orbay, Plan général du rez-de-chaussée du Louvre

Entre 1692 et 1694. Arch. nat., O1 1661, pièce 2

Cliché Guillaume Fonkenell

Ill. 2 : François d’Orbay, Plan du premier étage de l’angle sud-ouest de la Cour carrée

Ill. 2 : François d’Orbay, Plan du premier étage de l’angle sud-ouest de la Cour carrée

31 janvier 1692. Arch. nat. (en dépôt au musée du Louvre, Arts graphiques), VA CCXVIII, pièce 35

Cliché Guillaume Fonkenell

  • 6 Jules Guiffrey (éditeur), Comptes des Bâtiments du roi, Paris, Imprimerie nationale, 1881-1901, III (...)

5Le plan général du Louvre est postérieur aux précédents, comme en témoignent les légendes qu’il porte : ainsi, la « Salle des Suisses proposée pour mettre/ Toutes les antiques qui sont a l’accademye/ D’architecture » de la feuille de détail est-elle devenue dans le plan général la « Salle des Suisses ou sont presentement les antiques qui estoient au Palais Royal ». Ce plan général a donc dû être élaboré vers 1692-1693, date corroborée par un paiement exceptionnel de 600 livres tournois à l’architecte « pour dépenses qu’il a été obligé de faire pour lever les plants des plusieurs maisons royales et des jardins qu’il a eu ordre de faire pour le service de SM6. » Ce plan est couvert d’écritures qui témoignent d’un double système d’élucidation par écrit : d’Orbay a porté de nombreuses annotations à la main pour donner l’affectation des espaces ; un second système de renvoi par numéro a été ajouté ultérieurement alors que des espaces avaient déjà été réattribués comme en témoignent par exemple la présence de deux numéros différents portés sur des pièces qui sont toutes légendées « Coypel père » par François d’Orbay. Ce système de renvoi par numéros est probablement postérieur à 1707, date du décès de Noël Coypel, malheureusement la clef qui devait l’accompagner n’a pas été retrouvée. Le plan général a été très longuement utilisé comme en témoigne son mauvais état de conservation et les multiples annotations au crayon qu’il comporte. Il était par ailleurs complété par de nombreuses retombes qui répondent dans le cas du relevé à une logique d’emploi nouvelle : il ne s’agit plus de suggérer des versions alternatives ou d’opposer projet et relevé, mais de faire figurer les entresols d’un édifice. Cette solution permet de comprendre très facilement le nombre et la disposition de ces demi-étages.

  • 7 Joëlle Barreau assistée de Guillaume Fonkenell, « Précisions biographiques sur Antoine Desgodets », (...)
  • 8 On peut reconnaître la main de d’Orbay sur un plan accompagné par une élévation relatif à la recons (...)

6Le travail de d’Orbay a été poursuivi par Antoine Desgodets qui a été nommé contrôleur des bâtiments du Roi pour Paris au milieu de l’année 16947. Desgodets semble succéder à d’Orbay car il signe tous les plans postérieurs à son entrée en fonction8. Cependant, d’Orbay n’a jamais porté le titre de contrôleur de Paris dont Desgodets semble avoir été le premier titulaire. En dépit de ces changements de statut administratif, une réelle continuité se dégage entre le travail des deux hommes et Desgodets a parfois poursuivi un travail entrepris par d’Orbay, en particulier sur la question de l’adduction d’eau : un premier plan concernant les réseaux aux alentours des Tuileries a été dressé par d’Orbay le 18 février 1894. L’enquête sur l’ensemble du réseau a été poursuivie par Desgodets en 1695 ; elle détaille tout le parcours des eaux depuis leur captage à Rungis jusqu’à leur répartition dans Paris. Le relevé de la terrasse des Feuillants et des écuries attenantes fait l’objet de deux dessins identiques, l’un de la main de d’Orbay, l’autre de la main de Desgodets, daté du 16 juillet 1694, donc immédiatement après sa prise de fonction. Cette continuité dans les opérations de relevé implique sans doute une proximité entre les deux hommes qui avaient déjà eu l’occasion de travailler ensemble sur le chantier de Chambord. Desgodets est par ailleurs l’auteur du premier relevé général des Tuileries, qui vient compléter le schéma de son prédécesseur et comporte le détail des trois niveaux principaux. Il devait être complété par des retombes pour les entresols, aujourd’hui disparues, mais dont on voit encore les points d’attache sur la feuille.

7D’Orbay et Desgodets sont les premiers à nous donner une vue globale du site du Louvre et des Tuileries (même si leurs documents mutilés ne peuvent plus répondre aujourd’hui à toutes nos questions). Pourquoi avoir exécuté ces dessins qui ont dû exiger une enquête minutieuse sur le terrain et un important travail de mise au net ? Les relevés de d’Orbay sont un moyen d’informer sa hiérarchie et de l’aider dans le processus de prise de décision. Le plus ancien relevé dressé le premier août 1691 concerne ainsi la reconstruction d’un mur mitoyen du Louvre. Un commis l’a apostillé de la réponse du directeur général en date du 7 août énonçant que la reconstruction de ce mur ne devait pas être faite aux frais de la surintendance des Bâtiments. Un second plan, montrant la distribution des appartements du Roi et de la Reine, a été intégralement annoté par le surintendant des Bâtiments, Colbert de Villacerf, pour fixer la répartition des Académies à l’intérieur de ces locaux. La prolifération de relevés autour des années 1690 pour le Louvre s’explique donc par la structuration administrative de la Surintendance des Bâtiments sous le règne de Louis XIV. Il ne s’agit plus seulement de gérer la construction et l’entretien des édifices mais aussi de fournir les documents nécessaires à l’affectation des lieux. Pour cela, un personnel de plus en spécialisé se met en place. Le moment clef semble bien être l’apparition des « contrôleurs » répartis topographiquement (à ne pas confondre avec les contrôleurs généraux dont l’existence est bien plus ancienne). Des contrôleurs affectés aux principaux châteaux en chantier sont attestés dès la fin de la surintendance de Colbert et le début de celle de Louvois et ce système se généralisa peu à peu. d’Orbay semble avoir encore eu le rôle d’architecte itinérant, compétent sur des édifices très éloignés géographiquement. Desgodets en revanche apparaît comme un fonctionnaire spécialisé, puisque avant d’exercer à Paris, il était contrôleur de Chambord.

  • 9 Jules Guiffrey (éditeur), Comptes des Bâtiments du roi... op. cit., I, col. 365, 455 et 549.
  • 10 Arch. nat., VA LX, pièce 10 ; Henri IV à Fontainebleau, un temps de splendeur (exposition, château (...)
  • 11 Jules Guiffrey (éditeur), Comptes des Bâtiments du roi... op. cit., I, col. 997. En 1678, cette som (...)
  • 12 Bibl. nat., Cartes et plans, Ge D 6797 et 6798.

8Mais il faut aussi s’interroger sur le rôle plus précis de d’Orbay dans le développement du relevé systématique. François d’Orbay apparaît très tôt comme un dessinateur : dès 1669, il est payé « pour les plans et élévations des bastiments qu’il a fait », formule qui revient en 1670 et 16719. Dès 1676, cet architecte avait mené une importante enquête sur le château de Fontainebleau comportant au moins un grand plan général du domaine et deux élévations et coupes prises sur les axes de la cour du Cheval Blanc10. Ces élévations-coupes sont très originales puisqu’elles montrent non seulement les principales façades de la cour, mais aussi les dispositions intérieures des bâtiments qui les entourent et les corps de bâtiments attenants. La finalité de cette entreprise n’est pas claire, mais elle est contemporaine d’une hausse sensible des gages de l’architecte (de 1200 à 2000 livres en 1677) qui semble laisser penser qu’il exerce des fonctions très importantes à Fontainebleau11. Le relevé était-il le prélude à une publication sur le château, sur le modèle des travaux de Jacques Androuet du Cerceau ou d’Israël Silvestre ? Deux plans de Fontainebleau ont en tout cas été gravés par d’Orbay en 168212.

  • 13 Bibl. nat., Estampes, Va 440a, microfilm H 186991.
  • 14 Arch. nat., O1 1675.

9La pratique du relevé des fins administratives se poursuivit sous Robert de Cotte qui succéda à Desgodets en en février 1699, comme en témoigne un grand plan des logements de la Grande Galerie, conservé dans le fonds de cet architecte et datable autour de 171013. Il faut rapprocher ce plan de relevés à grande échelle de ces logements qui devinrent nécessaires dans le cadre de leur attribution14. Chaque bénéficiaire recevait en effet un brevet du Roi qui comportait l’état exact de la distribution intérieure ; il pouvait effectuer des modifications de détail à ses frais, après accord de l’administration des Bâtiments, mais ne pouvait prétendre s’en prévaloir au cas où il devait quitter son logement. C’est pour prévoir les contestations en rapport avec ces aménagements que des plans de plus en plus précis devinrent nécessaires.

1747-1749 : les plans en petit de Portail et les plans en grand de Potain et La Châtre : l’émergence du relevé architectural

  • 15 Alden Rand Gordon, « Les Recueils des Maisons royales en Petit and the Office of Jacques-André Port (...)
  • 16 Quelques grands plans, non mentionnés par Alden Rand Gordon, correspondent peut-être à cette premiè (...)

10L’association entre relevé et usage administratif se confirme avec la seconde grande campagne de relevé entreprise au XVIIIe siècle. Son histoire est bien connue depuis le travail que lui a consacré Alden Rand Gordon en 198515. Entrepris en 1745 à l’initiative de Philibert Orry, ce relevé ne fut mené à bien que sous Le Normant de Tournehem, et terminé entièrement sous Marigny après 1751. Il mobilisa une équipe d’au moins une dizaine de personnes qui devaient dresser un bilan détaillé de toutes les maisons royales. Cinq volumes virent le jour, mais la série est inachevée et ne comprend pas les demeures du Val de Loire pour lesquelles des relevés furent néanmoins commandés. Deux séries de ces volumes sont aujourd’hui conservées : la première, la plus complète, se trouve à la Pierpont Morgan Library de New York ; la seconde, partielle, aux Archives nationales. Les volumes sur le Louvre et les Tuileries sont présents dans les deux séries et on peut restituer assez clairement le processus de travail qui fut effectué pour Paris. Des dessins en grands furent commandés en 1745, peut-être à un dessinateur pratiquement inconnu par ailleurs : François de La Place16. Ils furent ensuite réduits en petit par deux jeunes frères, Maximilien et Anne François Brébion. Le premier était destiné à faire toute sa carrière au contrôle de Paris, comme inspecteur sous Soufflot qui était contrôleur ; dans les faits, il lui succéda après sa mort en 1780, même si la réforme de l’administration des Bâtiments en 1776 ne lui permit plus de porter le titre de contrôleur. L’entreprise de coordination de tous les relevés fut confiée à Jacques André Portail, ancien élève des Ponts et Chaussées qui était par ailleurs Garde des plans des Maisons royales. Le choix de ce personnage pour coordonner cette entreprise est révélateur : Portail dépendant directement du directeur des Bâtiments et pas du Premier Architecte du Roi. C’est bien une motivation administrative qui a une fois de plus donné naissance à ce type de relevé. Le format du relevé est par ailleurs révélateur : les volumes sont de petit format in-octavo (27 sur 20 cm) et sont reliés pour intégrer la bibliothèque d’un administrateur : les volumes de New York portent les armes de Marigny et sont restés entre ses mains jusqu’à sa mort alors que les ouvrages de Paris portent les armes de France. De d’Orbay à Portail, on assiste donc à une miniaturisation progressive du relevé.

  • 17 Ce relevé est conservé sous les cotes suivantes : Arch. nat., 64AJ 653 (plans roulés) ; O1 1667, pi (...)
  • 18 Arch. nat., O1 *2247, fol. 297 v et 299 : comptes des bâtiments du Roi, 1747, paiements à Le Dreux (...)
  • 19 La plus grande partie de ce relevé est conservée aux Arch. nat., 64AJ 287.

11En parallèle au travail de Portail, un second relevé fut entrepris17. Il est l’œuvre de deux jeunes architectes : Nicolas Marie Potain (alors âgé de vingt-six ans) et Louis Le Dreux (âgé de vingt-huit ans) qui était « secrétaire » du premier architecte18. Le relevé est contemporain du projet royal de reprise en main de l’urbanisme parisien, voulu après la paix d’Aix-la-Chapelle signée le 18 octobre 1748. Pour marquer sa présence dans la capitale, le souverain suscita principalement la création d’une place royale en son honneur. La Cour carrée était restée inachevée depuis le début de 1680 et seules les maçonneries de l’ensemble des ailes avaient pu être menées à bien. Terminer les travaux de cette cour faisait partie de ce grand programme édilitaire royal et le relevé de 1749 devait aider à définir les travaux et à proposer un projet d’appropriation de l’intérieur. Le fonds des Bâtiments du roi conserve pour la première fois toutes les étapes du travail des architectes : des feuilles de petite taille, écrites au crayon et abondamment cotées doivent correspondre à la minute relevée sur place. Deux jeux de plans en ont été tirés : le premier est décomposé par ailes (ill. 3) ; le second, fruit de l’assemblage de nombreuses feuilles, est composé de trois grands rouleaux qui montrent toute la cour, niveau par niveau. Ce relevé est profondément différent de celui de Portail : il ne s’intéresse en effet qu’au gros œuvre et omet tous les entresols et toutes les cloisons adventices qui encombrent le palais. Il comporte un système de cotes à la fois discrètes et précises qui permettent d’apprécier très vite les mesures de l’édifice. Ce relevé est une sorte de travail de restitution qui consiste à effacer tout ce qui est adventice pour ne figurer que les points durs de l’architecture, ce dont l’architecte devra tenir compte. C’est en fait le premier document conservé pour le Louvre qui témoigne d’une enquête en vue de la mise en œuvre d’un projet et il est significatif qu’il s’agisse d’une commande qui porte la marque du Premier Architecte. Plusieurs esquisses au crayon portées sur le relevé de l’aile est confirment d’ailleurs que ces documents ont été utilisés par Ange Jacques Gabriel ou par Jacques Germain Soufflot au moment où ils étudièrent l’implantation des services du Grand Conseil dans cette aile à partir de 1755. Ces plans ont par ailleurs bénéficié d’une « longévité » exceptionnelle : les grands rouleaux sont en effet aujourd’hui dans le fonds de l’agence du Louvre qui conserve le résultat de l’activité des architectes en charge du palais depuis 1848. On peut donc en déduire que le relevé fut encore utilisé à cette date. De fait, il ne fut remplacé par un nouveau relevé analogue qu’en 1849 à l’initiative de Félix Duban19.

Ill. 3 : Nicolas Marie Potain et Louis Le Dreux, Plan du premier étage de l’aile est de la Cour carrée

Ill. 3 : Nicolas Marie Potain et Louis Le Dreux, Plan du premier étage de l’aile est de la Cour carrée

1479. Arch. nat., O1 1667, pièce 2

Cliché Guillaume Fonkenell

1749-1755 : le relevé comme étude d’un modèle prestigieux

  • 20 Montréal, Centre canadien d’architecture, DR 1986 : 0695. L’auteur remercie Pierre-Édouard Latouche (...)

12Potain et Le Dreux ne se limitèrent pas un relevé en plan ; ils procédèrent également à une minutieuse enquête sur les détails d’ordre du Louvre, également datée de 1749. Les vingt-trois feuilles que l’on peut leur attribuer formaient un cahier. Elles sont aujourd’hui reliées dans un recueil composite qui fit partie au XIXe siècle de la collection de l’architecte Hippolyte Destailleur et qui a été acquis par le Centre canadien d’architecture de Montréal20. Ces feuilles, facilement reconnaissables à leur liseré noir, forment une suite inachevée : la dernière planche, montrant un détail du chapiteau ionique du vestibule ouest, conçu par Jacques Lemercier, ne comporte ni cadre, ni rehauts de lavis et une partie est restée au crayon. Il est peu probable que ce relevé de détail ait fait partie d’une commande de Gabriel au même titre que les grands plans. Le fait même que les dessins ne soient pas restés dans les archives des Bâtiments du roi peut plaider en ce sens, de même que l’inachèvement de la série. De plus, la finalité de ce relevé est très différente de celle des grands plans. Il ne s’agit plus de proposer une vision synthétique de l’état du Louvre, mais une étude analytique très poussée de ses ornements. La mise en page peut d’ailleurs laisser à penser qu’une publication de ces détails d’architecture était envisagée. Deux élévations générales seulement sont fournies : la première est un schéma de proportion des ordres, esquissé au verso de la première planche et probablement ajouté après coup. Une coupe sur l’avant corps de la colonnade figure également pour permettre de localiser des détails d’ornements difficiles à situer, même pour un observateur déjà connaisseur du bâtiment. Tous ces éléments donnent le sentiment d’un travail personnel. On pourrait y voir l’influence plus particulière de Potain Cependant, le relevé est très minutieux et semble bien avoir été fait sur le bâtiment lui-même, ce qui est assez surprenant car certains détails sont très difficilement accessibles, comme la corniche située au-dessus des cariatides du pavillon de l’Horloge. Pour réaliser un tel relevé, il fallait soit bénéficier d’un échafaudage – ce qui ne devait sans doute pas être le cas dans cette partie – soit utiliser de petites structures volantes ou sellettes, sortes de planches arrimées à des cordes et que l’on pouvait faire glisser le long de la façade. Cela suppose un minimum de moyens. En attendant une information qui vienne nous éclairer sur le contexte de ce relevé, le recueil Destailleur nous permet de comprendre que la tentative de Potain et Le Dreux ne fut pas isolée mais s’inscrit au contraire dans une vaste production de relevés de détails ornementaux dans les années 1750. On trouve en effet dans ce recueil une autre série de détails ornementaux du Louvre, mêlée à des dessins d’ordre d’architecture copiés dans des traités, comme celui de Perrault. Parmi cette documentation hétérogène, une seconde série, gravée celle-ci, se dégage.

  • 21 Bibl. nat., réserve des Imprimés V 2055 (sous une attribution à Jacques-François Blondel)
  • 22 Ibid., VI, p. 245-246.
  • 23 Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biographique et critique, P (...)
  • 24 Henry Lemonnier (éditeur), Procès-verbaux de l’Académie royale d’Architecture, Paris, J. Schemit, E (...)
  • 25 Jean-Marie Pérouse de Montclos, L’Architecture à la française, Paris, Picard, 2001 (2e édition revu (...)

13Il s’agit d’une suite de douze dessins gravés de détails de façade comprenant essentiellement des relevés des croisées du Louvre (ill. 4), mais aussi quelques fragments d’ordre. Un autre tirage de cette série est conservé à la réserve des Imprimés de la Bibliothèque nationale et il est précédé d’une dédicace de trois pages au marquis de Marigny, signée « Blondel »21. Les estampes furent présentées à l’Académie d’architecture le 1er décembre 175522. L’auteur est généralement identifié avec Jacques-François Blondel, mais cette identification doit être remise en question : en effet, ce dernier ne fut nommé membre de l’Académie que le 10 décembre 1755 et il ne pouvait donc présenter un ouvrage au sein de la Compagnie à cette date. Il faut reconnaître derrière cette signature, celle de Jean-François Blondel, comme l’a déjà justement fait remarquer Michel Gallet23. Le procès-verbal de l’Académie royale d’architecture précise que l’entreprise est une initiative personnelle du dédicataire et que les relevés ont été « dessinés et gravés à ses frais ». Le travail s’échelonna sur une assez longue période puisque trois dessins de croisées furent présentés à l’Académie dès le 23 juin 174924. Pour l’Académie, Blondel est l’exemple même de l’homme éclairé qui « à l’exemple de tous les architectes et amateurs de la belle architecture, a toujours regardé le Louvre et toutes les parties de son architecture comme le plus beau model d’une architecture noble et bien entendue ». La dédicace permet de préciser ses intentions : il s’agit tout d’abord de faire œuvre pédagogique auprès des « élèves qui se forment aujourd’hui sous [les] favorables auspices » du marquis de Marigny. Mais c’est aussi un moyen de « se garentir (sic) du mauvais goût dont l’Architecture a été infectée » et de proclamer « chez les Nations » la « supériorité du génie français ». Les relevés de Jean-François Blondel témoignent du statut du Louvre comme édifice fondateur dans l’émergence d’une architecture nationale. Il ne s’agit pas d’un avis isolé, mais bien d’un courant de fonds dont on trouve des échos aussi bien chez Voltaire que chez Jacques-François Blondel. Il s’inscrit à la fois dans la réaction contre le goût rocaille et dans la volonté d’un retour au Grand Goût25.

Ill. 4 : Jean-François Blondel, Croisée du premier étage de l’intérieur de la cour du Louvre, dans le pavillon du Milieu

Ill. 4 : Jean-François Blondel, Croisée du premier étage de l’intérieur de la cour du Louvre, dans le pavillon du Milieu

1749-1755, coll. Part.

Cliché Guillaume Fonkenell

14L’étude des relevés du Louvre et des Tuileries permet de dresser un premier panorama des évolutions dans l’usage et la conception du relevé d’architecture : pour ces deux palais, les premiers grands relevés systématiques datent de la fin du règne de Louis XIV et témoignent d’une volonté de gestion administrative. Les années 1740 ont vu le développement de relevés spécialisés marqués par une tension entre le relevé administratif et le relevé d’architecte. Enfin, un troisième type de relevé doit être identifié : effectué à des fins d’étude, il témoigne des débats dont le Louvre a pu être l’objet. Ce palais (et lui seul car il n’existe pas de phénomène comparable pour les Tuileries dans ce dernier cas) semble bien être devenu à cette date une icône architecturale, un modèle à observer et à étudier. Il reste maintenant à comparer ces constatations faites à partir de l’exemple du Louvre avec d’autres maisons royales pour approfondir – ou contredire – ce que l’exemple parisien semble nous enseigner.

Annexe : liste des plans levés par François d’Orbay et Antoine Desgodets entre 1691 et 1699

15Sauf mention contraire, tous les documents sont conservés aux Archives nationales.

  • 26 La canalisation reportée en rouge sur ce relevé et mentionnée comme un projet est une extension du (...)
  • 27 Le plan semble représenter un état légèrement postérieur au grand relevé du rez-de-chaussée (Arch. (...)

François d’Orbay

« Plan d’une partye du Carre du Louure/ de l’Estage attique ou sont des logemens »

[mai 1676]

VA CCXVIII, pièce 32

François d’Orbay

« Louvre/ Plan de la petite ecuries et atteliers/ mitoyen » [partie ouest de la Grande Galerie]

Non daté

VA CXXVIII, pièce 47

François d’Orbay

« plans et memoires concernants l'hostel d'aumont et petit hostel de villequier attenant lancien hostel de longueuille et deuant le peristile du portail du louure »

1er août 1691

O1676, pièce 199

François d’Orbay

« Salle des Suisses proposée pour mettre/ Toutes les antiques qui sont a l’accademye/ D’architecture »

23 janvier 1692

VA CCXVIII, fol. 34

François d’Orbay

« Plan du Logement de Me La Comtesse de Soissons » [dans le pavillon nord des Tuileries]

25 janvier 1692

VA LIX, pièce 40

François d’Orbay

[plan du rez-de-chaussée de l’angle nord-ouest de la Cour carrée]

31 janvier 1692

VA CCXVIII, pièce 33

François d’Orbay

[plan du premier étage de l’angle sud-ouest de la Cour carrée]

31 janvier 1692

VA CCXVIII, pièce 35

François d’Orbay

« Plan du rez de chaussée d’une partie de la grande/ Gallerye du louure ou sont des logements au dessous »

5 août 1692

VA CCXVIII, pièce 42

François d’Orbay

« Plan particulier de l’Estage attique au dessus de la salle des gardes et appartement du roy au chasteau du louure »

15 novembre 1692

VA CCXVIII, pièce 36

François d’Orbay

[plan schématique du rez-de-chaussée du palais des Tuileries]

16 octobre 1693

NIII Seine, dossier 643

François d’Orbay

« Co[n]duite des Eaux de la Samaritaine et d'arqueïl da[ns] le Louvre et dans les Tuilleries »

18 février 1694

NIII Seine, dossier 622

François d’Orbay

« Conduit pour la fontaine que/ demande M Seguin/ a garder » [angle nord-est de la Cour carrée]

Non daté26

VA CXXVIII, pièce 38

François d’Orbay

[plan général du rez-de-chaussée du Louvre]

[entre 1692 et 1694]

O1666, pièce 2

François d’Orbay

« Plan de laisle du bastiment du louure du coste/ de la rue saint honnoré »

Non daté27

VA CXXVIII, pièce 40

François d’Orbay

[plan de l’allée en terrasse du jardin des Tuileries et des écuries ; double du plan de Desgodets]

[1694]

NIII Seine, dossier 692, pièce 1

Antoine Desgodets

« Plan de l'allée en terrasse du Jardin des Tuilleries, et des Ecuries de la grande ecurie, et partie du pallais des tuilleries » [double du plan de d’Orbay]

15 juil 1694

NIII Seine, dossier 692, pièce 2

Antoine Desgodets

« Le Louvre, les Tuileries et les rues existantes entre ces deux/ Monumens avec les conduites d’eau qui se trouvent dans cet Espace »

1694

Bibl. nat., Va 440a, microfilm H 187058

Antoine Desgodets

« Distribution des Eaux de Rungis aux Tuilleries »

7 juin 1695

NIII Seine, dossier 623

Antoine Desgodets

« Plan du Palais des Tuilleries »

8 novembre 1700

VA LIX, pièce 10

Haut de page

Notes

1 Le calcul s’appuie sur le dépouillement des cartons spécifiquement consacrés au Louvre (Arch. nat., O1 1666 à 1683) auquel nous avons ajoutés les pièces extraites au XIXe siècle au profit de l’administration des Bâtiments civils (F21 3567, VA LIX, VA CCXVII et CCXVIII, ces deux derniers volumes étant déposés au musée du Louvre). Cet article n’aurait pas été possible sans l’aide et les conseils des responsables des cartes et plans et de la série O1. L’auteur tient à remercier plus particulièrement Cécile Souchon, Fabienne Audebrand, Jean-Charles Cappronnier, Nadine Gastaldi et Pierre Jugie.

2 Plan dit « Destailleur », Bibl. nat., Ve 53i, microfilm A 31892.

3 Arch. nat., F21 3567, pièce 8 ; Alexandre Cojannot, « Mazarin et le “grand dessein” du Louvre : projets et réalisations de 1652 à 1664 », Bibliothèque de l’École des chartes, n°161-1, 2003, p. 156-157.

4 Arch. nat., VA LIX, pièce 9.

5 Pour la liste complète des dessins créés durant ces années, voir tableau en annexe. Un seul relevé de d’Orbay antérieur à cette période et relatif au Louvre a été repéré.

6 Jules Guiffrey (éditeur), Comptes des Bâtiments du roi, Paris, Imprimerie nationale, 1881-1901, III, col. 856.

7 Joëlle Barreau assistée de Guillaume Fonkenell, « Précisions biographiques sur Antoine Desgodets », à paraître.

8 On peut reconnaître la main de d’Orbay sur un plan accompagné par une élévation relatif à la reconstruction avec modification d’une maison rue du Chantre (Arch. nat., O1 1676, pièce 311). Située dans l’emprise du Grand Dessein du Louvre, cette maison était soumise à autorisation du surintendant des Bâtiments avant que son propriétaire ne puisse y faire des travaux. Le dessin, qui n’est pas signé de l’architecte ni daté, a pu être fait à la demande du commanditaire et non de l’administration.

9 Jules Guiffrey (éditeur), Comptes des Bâtiments du roi... op. cit., I, col. 365, 455 et 549.

10 Arch. nat., VA LX, pièce 10 ; Henri IV à Fontainebleau, un temps de splendeur (exposition, château de Fontainebleau, 7 novembre 2010-28 février 2011), Paris, édition de la réunion des Musées nationaux, 2010, p. 118-119.

11 Jules Guiffrey (éditeur), Comptes des Bâtiments du roi... op. cit., I, col. 997. En 1678, cette somme est imputée précisément sur les fonds pour Fontainebleau et en 1679, quoiqu’il s’agisse de gages par ordonnance, la ligne précise que le paiement est fait pour Fontainebleau (ibid., col. 1033 et 1210).

12 Bibl. nat., Cartes et plans, Ge D 6797 et 6798.

13 Bibl. nat., Estampes, Va 440a, microfilm H 186991.

14 Arch. nat., O1 1675.

15 Alden Rand Gordon, « Les Recueils des Maisons royales en Petit and the Office of Jacques-André Portail, Garde des Plans des Bâtiments du Roi », Eigtheenth-Century Life, 17, mai 1993, p. 102-145.

16 Quelques grands plans, non mentionnés par Alden Rand Gordon, correspondent peut-être à cette première phase. Ils comportent des renvois par chiffres à l’encre rouge ; voir par exemple, Arch. nat., VA LIX, pièces 50 à 52, plans des dépendances des Tuileries. Il est cependant possible qu’une partie de ces documents soient antérieurs à l’entreprise de Portail et aient été simplement réutilisés par lui.

17 Ce relevé est conservé sous les cotes suivantes : Arch. nat., 64AJ 653 (plans roulés) ; O1 1667, pièces 1 à 8 et O1 1668, pièces 1 et 2 (plan par aile à l’encre et au lavis), O1 1667, pièces 9 à 15 (plans à l’encre) et pièce 16 (minute).

18 Arch. nat., O1 *2247, fol. 297 v et 299 : comptes des bâtiments du Roi, 1747, paiements à Le Dreux pour les « dépenses qu’il a faites pour le bureau dud. per architecte » et pour les « journées de dessinateurs, commis et autres frais qu’il a faits pour le bureau dud. premier architecte ». Des paiements analogues se retrouvent en 1748 (Arch. nat., O1 *2248, fol. 320 v et 325), mais disparaissent en 1749, pour des raisons qui demeurent inconnues.

19 La plus grande partie de ce relevé est conservée aux Arch. nat., 64AJ 287.

20 Montréal, Centre canadien d’architecture, DR 1986 : 0695. L’auteur remercie Pierre-Édouard Latouche, conservateur, pour son accueil et ses nombreuses informations.

21 Bibl. nat., réserve des Imprimés V 2055 (sous une attribution à Jacques-François Blondel)

22 Ibid., VI, p. 245-246.

23 Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle. Dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1995, p. 72.

24 Henry Lemonnier (éditeur), Procès-verbaux de l’Académie royale d’Architecture, Paris, J. Schemit, E. Champion et A. Colin, 1911-1929, VI, p. 122-123

25 Jean-Marie Pérouse de Montclos, L’Architecture à la française, Paris, Picard, 2001 (2e édition revue), p. 241-244 ; Wend Von Kalnein, Architecture in France in the eighteenth century, New Haven et Londres, Yale University Press, 1995, p. 131-134.

26 La canalisation reportée en rouge sur ce relevé et mentionnée comme un projet est une extension du réseau relevé le 17 février 1694.

27 Le plan semble représenter un état légèrement postérieur au grand relevé du rez-de-chaussée (Arch. nat., O1 1666, pièce 2).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : François d’Orbay, Plan général du rez-de-chaussée du Louvre
Légende Entre 1692 et 1694. Arch. nat., O1 1661, pièce 2
Crédits Cliché Guillaume Fonkenell
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/544/img-1.png
Fichier image/png, 32M
Titre Ill. 2 : François d’Orbay, Plan du premier étage de l’angle sud-ouest de la Cour carrée
Légende 31 janvier 1692. Arch. nat. (en dépôt au musée du Louvre, Arts graphiques), VA CCXVIII, pièce 35
Crédits Cliché Guillaume Fonkenell
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Ill. 3 : Nicolas Marie Potain et Louis Le Dreux, Plan du premier étage de l’aile est de la Cour carrée
Légende 1479. Arch. nat., O1 1667, pièce 2
Crédits Cliché Guillaume Fonkenell
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/544/img-3.png
Fichier image/png, 7,8M
Titre Ill. 4 : Jean-François Blondel, Croisée du premier étage de l’intérieur de la cour du Louvre, dans le pavillon du Milieu
Légende 1749-1755, coll. Part.
Crédits Cliché Guillaume Fonkenell
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Fonkenell, « Les relevés du Louvre et des Tuileries sous l’Ancien Régime », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 29-41.

Référence électronique

Guillaume Fonkenell, « Les relevés du Louvre et des Tuileries sous l’Ancien Régime », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lha/544 ; DOI : 10.4000/lha.544

Haut de page

Auteur

Guillaume Fonkenell

Guillaume Fonkenell, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de Lettres Classiques, architecte D.P.L.G, est conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance au château d’Écouen. Il est également chargé de cours à l’École des chartes et à l’École du Louvre. Il a publié plusieurs articles en rapport avec le Louvre et l’histoire de l’architecture du XVIe au XIXe siècle. Il a assuré plusieurs commissariats d’exposition : « Le Louvre pendant la guerre. Regards photographiques 1938-1947 » (2009) et du « Louvre au temps des Lumières » (2010) ; « The art of the Louvre’s Tuileries garden » (2013-2014). En 2010, il a publié un livre sur le palais des Tuileries. Il achève actuellement une grande somme collective sur l’histoire de l’architecture et du musée du Louvre. Adresse électronique : guillaume.fonkenell@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals