Navigation – Plan du site

Avant-propos

Opening speech
Vorwort
Christine Phal
p. 9-11

Résumés

Christine Phal introduit le colloque en évoquant la pratique de quelques artistes contemporains dont le travail se nourrit de l’architecture réelle ou inventée.

Haut de page

Texte intégral

1Introduire ce colloque en ce lieu prestigieux est pour moi un très très grand honneur et je remercie Agnès Callu de m’y avoir invitée. En tant que présidente fondatrice de Drawing Now Paris, Le Salon du dessin contemporain, ce colloque m’apparaît important pour mettre en lumière une forme de dessin transversale dans les siècles : le dessin d’architecte.

Dessein et dessin une réalité pour le dessin d’architecte

2Il est toujours important pour le dessin contemporain de trouver ses racines dans l’histoire du dessin et dans l’historique de toutes les formes et de toutes les définitions qui lui ont été attribuées au cours des siècles. Les apports historiques que vous allez faire par vos contributions au cours de cette journée autour du dessin d’architecture vont permettre d’aborder une des représentations du dessin qui, pour certains, est une représentation fonctionnelle du dessin.

3En effet, pour le béotien, un dessin d’architecte a l’avantage d’être représentatif d’un projet, d’une idée, d’une future réalisation d’un dessein au sens premier de la terminologie. Il est précieux en ce sens car il permet de revenir aux origines du mot dessin qui s’est longtemps confondu avec celui de dessein. Qui mieux que l’architecte va savoir d’un trait de crayon nous faire rentrer dans son « dessein » ? Nous avons tous en mémoire le geste merveilleux d’Oscar Niemeyer qui, d’un trait, fait surgir Brasilia d’une feuille blanche !

4Si les architectes contemporains ont pour certains perdu cette magie du crayon en le remplaçant par l’ordinateur, n’oublions pas que cette technologie, si elle nous prive de l’imaginaire, nous permet à sa façon de pénétrer dans le « dessein/dessin » du concepteur qui, par son trait numérique, nous facilite l’entrée et la visualisation du projet. C’est dans cette optique que, dans notre Salon Drawing Now Paris, nous posons notre réflexion sur des représentations larges du dessin, que ce soit dans ses techniques ou ses supports (ill. 1).

Ill. 1 : Alex Hamilton, Arch 6

Ill. 1 : Alex Hamilton, Arch 6

2013, stylo et encre, fusain, pastel, peinture au pistolet, crayon à mine, gouache sur une photocopie de papier d’archive

© Courtesy galerie Patrick Heide

Le trait élément commun de toutes les représentations

5Ce qui peut rassembler toutes ces approches quelles qu’en soient les techniques, c’est la présence du trait. Le technique, au sens strict du terme, est alors secondaire : graphite, pastel, aquarelle, stylo bic, encres diverses, dessin numérique. Car le support, en sortant de la traditionnelle feuille de papier, peut aller du mur au plafond, d’une vitre de voiture, du sable d’une plage, à l’écran d’ordinateur voire à l’espace (ill. 2) !

Ill. 2 : Martine Feipel, Jean Bechameil, La Nuit sans Lune

Ill. 2 : Martine Feipel, Jean Bechameil, La Nuit sans Lune

2013, graphite sur papier, 21 × 29 cm

© Courtesy Galerie Gourvennec Ogor

6Il est alors tentant de montrer comment, et avec quelle technique, des artistes contemporains vont aller piocher dans les racines de l’architecture pour se créer leur propre mythologie. Quelques artistes me semblent, à ce titre, assez représentatifs de ce croisement des genres et des époques, et leur propos s’imposent alors sans commentaire. Le dessin contemporain devient alors une œuvre à part entière et se détache de l’idée d’esquisse ou de projet pour nous offrir une nouvelle approche artistique.

7Sans être des dessins d’architecte stricto sensu, je vous propose, à titre d’exemple, quelques œuvres de jeunes artistes, inspirées de l’architecture afin de partager nos réflexions sur le dessin d’architecte et de le ramener ici en tant qu’œuvre autonome (ill. 3).

Ill. 3 : Stéphane Steiner, sans titre, extrait de la série Dessins d’architecture

Ill. 3 : Stéphane Steiner, sans titre, extrait de la série Dessins d’architecture

100 × 70 cm, graphite sur papier

© Courtesy Galerie Bertrand Baraudou

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Alex Hamilton, Arch 6
Légende 2013, stylo et encre, fusain, pastel, peinture au pistolet, crayon à mine, gouache sur une photocopie de papier d’archive
Crédits © Courtesy galerie Patrick Heide
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Ill. 2 : Martine Feipel, Jean Bechameil, La Nuit sans Lune
Légende 2013, graphite sur papier, 21 × 29 cm
Crédits © Courtesy Galerie Gourvennec Ogor
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Ill. 3 : Stéphane Steiner, sans titre, extrait de la série Dessins d’architecture
Légende 100 × 70 cm, graphite sur papier
Crédits © Courtesy Galerie Bertrand Baraudou
URL http://journals.openedition.org/lha/docannexe/image/545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Phal, « Avant-propos », Livraisons de l'histoire de l'architecture, 30 | 2015, 9-11.

Référence électronique

Christine Phal, « Avant-propos », Livraisons de l'histoire de l'architecture [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lha/545 ; DOI : 10.4000/lha.545

Haut de page

Auteur

Christine Phal

Christine Phal est la présidente fondatrice de Drawing Now Paris I, le Salon du dessin contemporain. Après une formation universitaire à l’Université Paris-Descartes, elle exerce en officine une quinzaine d’années. En 1989, elle se forme au marché de l’art à l’IESA avant d’ouvrir sa première galerie à la Bastille fin 1990. Le dessin aura une place prépondérante dès les premières expositions, alternant artistes de la galerie et artistes invités. La crise de 1991 l’oblige à trouver des idées pour continuer : elle sera nomade de 1993 à 2000, puis s’installera rue Mazarine jusqu’en 2010. En 2007, elle crée le Salon du dessin contemporain sur le mode nomade. Devenu Drawing Now Paris en 2010, ce salon a désormais une place incontournable dans le calendrier des foires européennes. Depuis 2010 elle a choisi de se consacrer au développement du salon et au fonds de dotation pour le dessin qui permet d’accompagner les lauréats du prix Drawing Now, décerné chaque année. En 2016, l’événement fêtera son dixième anniversaire. Adresse électronique : christine.phal@drawingnowparis.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés à l'Association LHA

Haut de page
  • OpenEdition Journals