Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

L’intestinal et le matriciel

Aux origines mythiques d’une « monnaie » mélanésienne (Nouvelle-Irlande, plateau Lelet)
Brigitte Derlon
p. 157-180

Résumés

Fabriquées par les femmes dans les régions côtières, les « monnaies » de coquillage les plus précieuses du centre montagneux de l’île de Nouvelle-Irlande sont des enfilades de perles terminées par une décoration circulaire. Deux mythes attribuent leur origine à une appropriation masculine abusive et en font des objets imputrescibles issus de la pourriture. Dans l’un, elles sont le résultat d’une production anale masculine et relèvent de l’intestinal, de l’excrémentiel. Dans l’autre, elles sont assimilées à des embryons suspendus à des cordons ombilicaux et sont de l’ordre d’une production matricielle féminine. Par l’intermédiaire de ces mythes qui mobilisent des représentations en jeu dans les principaux rituels (funéraires, initiatiques et de fertilité), les hommes expriment le fantasme d’une forme d’autonomie reproductive et se donnent l’illusion qu’ils peuvent se passer des femmes pour assurer la régénération sans fin des humains et de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Derlon, « L’intestinal et le matriciel », L’Homme, 162 | 2002, 157-180.

Référence électronique

Brigitte Derlon, « L’intestinal et le matriciel », L’Homme [En ligne], 162 | avril-juin 2002, mis en ligne le 03 juillet 2007, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/160 ; DOI : 10.4000/lhomme.160

Haut de page

Auteur

Brigitte Derlon

EHESS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris X-Nanterre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals