Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Asie

Josiane Cauquelin, The Aborigines of Taiwan. The Puyuma: From Headhunting to the Modern World

London-New York, Routledge Curzon, 2004, 277 pages
Bernard Formoso
p. 540-542
Référence(s) :

Josiane Cauquelin, The Aborigines of Taiwan. The Puyuma: From Headhunting to the Modern World, London-New York, Routledge Curzon, 2004, 277 p., index, ill., fig., cartes.

Texte intégral

  • 1 . Raleigh Ferrell, Taiwan Aboriginal Groups: Problems in Cultural and Linguistic Classification, Ta (...)

1Ce livre rend compte des changements socioculturels vécus depuis plus d’un siècle par les groupes austronésiens de Taiwan, à travers l’étude monographique de l’un d’eux – les Puyuma – soit environ 7 000 personnes réparties entre dix villages de la plaine de Taitung (sud-est de l’île). Josiane Cauquelin recompose ici en anglais des éléments ethnographiques qu’elle a publiés ces dix dernières années pour l’essentiel dans des revues françaises, l’intention étant de les rendre accessibles à un public plus large. L’initiative est d’autant plus heureuse qu’aucun ouvrage à caractère ethnologique n’est paru sur les Aborigènes de Taiwan depuis près de trente ans et les travaux de Raleigh Ferrell ou Toichi Mabuchi1.

2Hormis le premier et le dernier chapitre, qui traitent respectivement de l’histoire et du devenir possible des Aborigènes de Taiwan, les huit autres sections sont exclusivement consacrées aux Puyuma et relèvent d’un plan qui évoque le genre suranné des « monographies à tiroir ». S’enchaînent ainsi un chapitre sur la démographie et la langue, un autre qui resserre la perspective sur le village étudié, un troisième sur la religion, un quatrième sur les grands événements du cycle de vie, deux autres sur la parenté et l’organisation sociopolitique, un sur les chamanes, et enfin, un dernier sur la culture matérielle.

3Pour autant, s’en tenir à ce constat serait injuste à l’endroit d’une ethnographie rigoureuse et vivante, mûrie au fil de missions de recherches étalées sur vingt ans, et qui débouche sur d’intéressantes réflexions quant au sens profond des institutions puyuma. Il faut dire qu’en matière institutionnelle, cette petite société a poussé la sophistication très loin. À la base de l’organisation sociale se trouvent des maisons souche, les samawan, qui fonctionnaient jadis en groupes rituels et se répartissaient de manière équilibrée entre deux moitiés cérémonielles (une haute, une basse), au sein de chaque village. L’appartenance à ces maisons souche se fait par le père ou la mère, en fonction du lieu de naissance, le mode de résidence étant ambilocal. Un système complexe de classes d’âge s’ajoute à cette organisation. Selon Josiane Cauquelin, il aurait trouvé sa plus grande utilité à une époque où la chasse et la guerre étaient fortement valorisées. Il se traduisait alors, dans le cas de la gente masculine, par l’intégration à une « maison des garçons » pour les 13-18 ans de chaque moitié et à une « maison des hommes » par samawan pour les plus de 18 ans. Le passage de l’une à l’autre de ces institutions s’opérait au terme d’une période liminale de trois ans et d’un rite d’initiation qui consacrait des « hommes virils » ayant été capables de rapporter un trophée d’une expédition de chasse aux têtes.

  • 2 . Janet B. MacGovern, Among the Head Hunters of Formosa, London, T. Fischer Unwin, 1922.

4Cette organisation complexe qui, dans sa forme la plus achevée, fonctionna jusqu’à la fin du xixe siècle, Josiane Cauquelin la reconstitue par recoupement de l’ethnographie de Janet MacGovern2 et de divers témoignages japonais datant du début du xxe siècle. En effet, la mise en place d’une administration coloniale japonaise en 1895, puis l’arrivée des nationalistes chinois en 1949 l’ont profondément érodée. Les Japonais interdirent toutes les activités de chasse, à commencer par celle des têtes. Ils firent aussi détruire les maisons des hommes, proscrire les activités chamaniques, et plus globalement, tous les rites autochtones. Dans le cas de la communauté étudiée, la politique assimilationniste alors conduite ne se relâcha qu’en 1929, lorsqu’à l’occasion du transfert du village sur un nouveau site, les autorités tolérèrent la reconstruction d’un nombre réduit de maisons des hommes. Les nationalistes du Kuomingtang s’efforcèrent quant à eux de siniser les Austronésiens. Localement, leurs mesures coercitives sonnèrent le glas de l’organisation duale antérieure : seules furent maintenues une maison des hommes et une maison des jeunes garçons, localisées au centre du village. Néanmoins la sinisation eut bien vite des effets pervers. L’exemple le plus frappant qu’évoque l’auteur est celui des jeunes femmes puyuma qui en nombre se marièrent par intérêt avec des vieux Chinois, retraités de l’administration, produisant ainsi des « veuves joyeuses » qui utilisèrent les richesses dont elles héritèrent pour promouvoir leur culture d’origine.

5On touche ici à l’intérêt principal de l’ouvrage. Il montre avec finesse comment les Puyuma, en dépit des ruptures qui leur ont été imposées et d’une pression assimilationniste très forte émanant de l’extérieur, sont parvenus à restaurer, puis maintenir sous une forme minimale leurs institutions les plus caractéristiques, et par là une certaine continuité entre les générations. Certes, ils ont dû renoncer à la chasse-cueillette et à l’horticulture comme activités dominantes pour se tourner vers l’agriculture sédentaire ou le salariat. Les enjeux d’ordre foncier sont devenus plus prégnants avec, pour effet, une « patrilinéarisation » des maisons souches. Néanmoins, le système des classes d’âge, plutôt rare chez les Aborigènes de Taiwan et dans lequel Josiane Cauquelin voit la clef de voûte de toute l’organisation sociopolitique puyuma, agit plus encore en faveur de l’intégration du groupe qu’à l’époque où les moitiés cérémonielles fonctionnaient pleinement. En l’absence d’une chefferie forte, ce système légitime l’autorité des aînés – qui sous-tend une hiérarchie complexe de statuts – est au principe même de l’identité masculine. Il unit l’ensemble de la communauté autour d’objectifs commun, dont la tenue d’un vaste cycle cérémoniel ayant pour but la régénération périodique du groupe est non des moindres.

6Finalement, cette étude allie avec bonheur l’analyse des structures sociales à une approche ethnohistorique très minutieuse, fondée sur l’examen des sources japonaises, chinoises et occidentales. Un regret cependant : l’auteur traite trop superficiellement de la manière dont les Puyuma interagissent avec leurs voisins Paiwan, Amis et surtout Chinois. La dynamique des relations interethniques n’est qu’effleurée, alors qu’elle est essentielle pour saisir les perspectives d’avenir de cette petite population. Josiane Cauquelin nous apprend que les Chinois sont majoritaires dans le village qu’elle ethnographie, que les mariages mixtes sont de plus en plus nombreux (sans que leur proportion ne soit donnée), que les Chinois s’adressent volontiers aux chamanes puyuma pour se faire soigner, mais on aimerait en savoir plus sur la teneur de ces échanges et sur leurs effets.

Haut de page

Notes

1 . Raleigh Ferrell, Taiwan Aboriginal Groups: Problems in Cultural and Linguistic Classification, Taipei, Institute of Ethnology-Academia Sinica, 1969; Toichi Mabuchi, Ethnology of the Southwestern Pacific, the Ryukyus, Taiwan, Insular Southeast Asia, Taipei, Chinese Association for Folklore, 1974.

2 . Janet B. MacGovern, Among the Head Hunters of Formosa, London, T. Fischer Unwin, 1922.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Formoso, « Josiane Cauquelin, The Aborigines of Taiwan. The Puyuma: From Headhunting to the Modern World », L’Homme, 175-176 | 2005, 540-542.

Référence électronique

Bernard Formoso, « Josiane Cauquelin, The Aborigines of Taiwan. The Puyuma: From Headhunting to the Modern World », L’Homme [En ligne], 175-176 | juillet-septembre 2005, mis en ligne le 30 novembre 2006, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/2070

Haut de page

Auteur

Bernard Formoso

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals