Skip to navigation – Site map
En question

Réflexions sur la parenté chinoise

Catherine Capdeville-Zeng
p. 431-449

Full text

1Je soumets ici aux lecteurs de L’Homme, non pas une critique ou un commentaire de la totalité de l’immense ouvrage fort de plus de huit cents pages de Laurent Barry, La Parenté (2008), mais une courte présentation, étayée de quelques réflexions inspirées par mon orientation sinologique, du seul chapitre VII intitulé « Principe de parenté agnatique » consacré au système chinois, et qui, à lui seul, totalise une centaine de pages.

2L’argument principal de l’ouvrage est de reprendre la notion de parenté et d’y apporter un éclairage nouveau. Laurent Barry entend se démarquer des anthropologues qui l’ont précédé car :

« L’ “anthropologie de la parenté” s’est ainsi bien gardée de nous parler de “parenté”, si du moins l’on comprend le terme comme je le fais, autrement dit en y voyant la désignation d’un objet spécifique plutôt qu’une appellation générique renvoyant à d’autres notions […]. Car la parenté n’était pas un concept parmi d’autres […] mais surtout l’élément moteur qui informait la plupart des autres institutions que nous subsumons à présent sous ce terme : celle des règles de mariage, de la prohibition de l’inceste, des systèmes terminologiques, etc. »(p. 23).

3L’auteur entend donc « analyser les systèmes de parenté à partir d’autres préceptes que ceux développés dans le “domaine classique” de ce champ d’études » (p. 76). Pour ce faire, il adopte « ce postulat selon lequel les systèmes de parenté suivent une logique globale […] le fondement logique de ces systèmes [devant] être lui-même universel dans la mesure où les phénomènes qu’il organise – les “systèmes de parenté” – sont présents sous une forme ou sous une autre dans l’ensemble des sociétés humaines » (p. 163). Parti à la recherche de l’objet « unique et indivis […] dont l’extension est universelle » (p. 165) qu’est la parenté et son corollaire indissociable qu’est la prohibition de l’inceste, Laurent Barry veut montrer qu’elle repose sur une théorie des « groupes de parenté » axée sur la distinction de « principes de parenté », c’est-à-dire des propriétés spécifiques qui, à la fois, distinguent ces groupes entre eux d’un point de vue externe et les caractérisent par le partage d’une « identité commune » d’un point de vue interne. La propriété universelle qui caractérise ces groupes est « d’interdire la sexualité et le mariage en leur sein » (p. 167), ils représentent donc une « instance de régulation des pratiques d’alliance et des interdits incestueux » (p. 168). Les principes de parenté reposent essentiellement sur « le rôle des sexes dans la création du lien de parenté » (p. 169) et plus précisément dans « l’accouplement et la génération » (p. 170). À la différence des anthropologies « classiques » qui font reposer la parenté principalement sur la filiation et l’alliance, Laurent Barry propose d’envisager ces principes de parenté comme étant, non seulement porteurs de la filiation et de l’alliance, mais véhiculés aussi par différents « supports métaphoriques », dont il dresse une liste non exhaustive : « substances biologiques ou caractéristiques physiologiques », « communauté cultuelle », « groupe de commensalité, d’appartenance aux mêmes taxons terminologiques » (p. 171).

4Quatre principes de parenté fondamentaux se manifestent à l’échelle des sociétés de notre monde, en fonction du rôle que chacune attribue aux sexes. Les deux plus importants qui nous intéressent ici sont, premièrement, le principe de parenté utérin où les femmes sont « les vecteurs privilégiés de la parenté » tandis que « les hommes en sont au mieux les vecteurs secondaires » (id.) ; dans ce cas, la lignée utérine, parce que rapprochant le plus les parents du groupe, est sexuellement et matrimonialement prohibée, tandis que la lignée agnatique est disponible pour les mariages. Deuxièmement, le principe inverse qualifié « de parenté agnatique », qui met en avant l’identité masculine en tant que « les hommes sont considérés comme les vecteurs privilégiés et les femmes en sont au mieux les vecteurs secondaires » (p. 172). Ce principe entraîne que la lignée agnatique est interdite matrimonialement et sexuellement tandis que la lignée utérine est disponible pour les mariages. Si le principe de parenté utérin a comme modèle le « mariage arabe », la parenté agnatique s’exprime essentiellement dans le monde chinois han. Cependant, le principe de parenté agnatique n’a pas été rapporté à l’une des trois grandes formes de systèmes matrimoniaux recensée par la littérature anthropologique (p. 189), même si le système chinois a été abondamment étudié par les anthropologues. Or la mise en œuvre de ce principe est exceptionnelle ou problématique car il est le plus éloigné des conceptions courantes des rôles biologiques de la femme dans la procréation. En effet, l’idée que « l’homme seul, ou pour l’essentiel, en est à l’origine [de la génération] » (p. 196) au détriment des femmes, est en contradiction apparente avec les représentations communes qui attribuent aux femmes un rôle prépondérant dans la procréation. Laurent Barry porte le jugement cinglant et répété que le principe agnatique est formé sur une logique doublement « contre-intuitive [en ce sens que] seul l’un des parents intervient dans la génération et que ce parent c’est le père » (p. 197), et plus loin « [Le principe agnatique] étant dès lors le plus contre-intuitif possible – car postulant que seul l’un des sexes participe véritablement à la génération et qu’il s’agit de l’homme » (p. 638).

5Entrons donc dans ce système « contre-intuitif ».

6Laurent Barry fait reposer le principe de parenté agnatique chinois essentiellement sur le mariage d’un homme avec sa cousine parallèle matrilatérale qui serait, selon lui, « le » mariage préférentiel dans le monde han. Il essaie de démontrer que l’idée du principe agnatique ne se déploie pas seulement dans les pratiques matrimoniales, mais trouve aussi un écho dans les règles qui organisent les rites funéraires appelés en chinois « les cinq vêtements de deuil », wufu, expression aussi traduite par « les cinq degrés de deuil » d’une part, et dans les codes juridiques avec l’établissement des peines en cas de transgressions des règles de parenté, d’autre part. Curieusement, il prend un chemin inverse à celui annoncé en introduction du chapitre VII par l’évocation du mariage, avec la cousine croisée matrilatérale, considéré comme préférentiel, mis au jour par Marcel Granet et diffusé par Claude Lévi-Strauss, qui en a fait la pierre angulaire de son système de l’échange généralisé dont le système chinois est l’exemple central en Asie. En effet, l’auteur commence par étudier le deuil, puis examine les codes, pour aboutir en dernier seulement aux pratiques d’alliance. Adoptons ici un autre ordre qui me semble plus logique, en partant des pratiques, en poursuivant par les règles rituelles de deuil et en terminant par les lois juridiques.

Les pratiques de mariage

7Laurent Barry commence par revisiter les sources anciennes sur lesquelles s’est appuyé Lévi-Strauss, puis se lance ensuite dans l’étude de sources plus récentes consacrées essentiellement à Taiwan. Le texte principal sur lequel Lévi-Strauss a fondé la prévalence du mariage avec la cousine croisée matrilatérale en Chine est celui de Francis Hsu (1945). Cet auteur indique que, selon un informateur, ce type de mariage atteint 70 % des unions, un chiffre spectaculaire « qui positionnerait le système han dans le sillage immédiat de l’échange généralisé » (p. 713). Laurent Barry critique le choix par Lévi-Strauss de cette donnée, en se fondant sur Bernard Gallin (1963), car la population étudiée par Hsu « n’est pas Han mais d’origine Min Chia et […] ne parle même pas le chinois » (id.). Et il poursuit :

« Considérer alors que les pratiques Min Chia nous informeraient sur celles des Han, revient à peu près au même que de conduire une lecture du système de parenté chinois à partir de l’ethnographie des Na matrilinéaires qui ignorent la figure paternelle et l’institution du mariage, en arguant du fait qu’ils foulent eux aussi les terres de l’Empire du milieu »(p. 714).

8Or si l’on revient à Hsu, on lit ceci :

« […] s’ils [les Min Chia] ne sont pas d’origine chinoise, ils sont très chinois dans leur mode de vie actuel et ils ont certainement eu beaucoup d’infiltrations de sang chinois et de culture à travers des immigrants […]. Ils parlent leur propre langue, mais cette langue est remplie d’éléments chinois et ils écrivent en chinois […]. La famille est patrilinéaire et patrilocale, avec un haut degré d’autorité paternelle »(1945 : 89-90).

9Plus loin :

« […] le mariage préférentiel est entre le fils de la tante paternelle et la fille de l’oncle maternel, le mariage est toléré entre les fils et les filles de deux sœurs, tandis que le type défavorisé est entre la fille de la tante paternelle et le fils de l’oncle maternel. Un informateur annonce pour les mariages entre le fils de la tante paternelle et la fille de l’oncle maternel un chiffre aussi haut que 70 % sur tous les mariages à West Town. C’est probablement une exagération, mais de tels mariages sont certainement très fréquents »(ibid. : 91).

10Ici se profile la question complexe des nationalités chinoises du Yunnan, et des mélanges qui ont pu intervenir entre ces populations dans leur histoire passée ou récente. D’après la description de Hsu, on comprend clairement que les Min Chia (minjia en transcription pinyin, appelés maintenant les Bai) sont plus proches des Han que les Na. Il faudrait donc sans doute nuancer la critique en raison de leurs caractères « très chinois » (qui en font une « ethnie controversée » selon Jacques Lemoine [1978 : 852]). Par ailleurs, la mention « qu’ils ne parlent même pas chinois » semble excessive au regard de ce qu’en dit Hsu, et au fait que dans toute la Chine les dialectes ou langues locales sont la règle. On sait aussi que le seul critère de la langue n’est pas toujours suffisant pour définir un peuple, comme le montre notamment l’exemple des Na, qui ont été classés, à partir de la similitude de leur langue, dans la nationalité Naxi par le gouvernement chinois, alors qu’eux-mêmes s’estiment composer un peuple distinct. Enfin, si Lévi-Strauss a commis l’erreur de privilégier le mariage avec la cousine croisée matrilatérale et de minorer, voire d’évacuer le mariage avec la cousine parallèle matrilatérale qui, bien que mentionné dans les sources, ne fait pas sens dans son système d’échange généralisé, on est tenté de se demander si Laurent Barry n’en fait pas de même en voulant minimiser le premier type de mariage pour valoriser le second sur lequel il fonde son principe de parenté agnatique.

  • 1 Communication de Laurent Barry présentée au séminaire Gtasc (Groupe de travail d’anthropologie soci (...)

11Toutes les sources rapportées par Laurent Barry sur les Han s’accordent pour souligner que les mariages avec la cousine croisée matrilatérale et avec la cousine parallèle matrilatérale sont préférés et pratiqués tandis que celui avec la cousine croisée patrilatérale, pourtant également permis, et pratiqué, est dévalorisé. En effet, le système chinois a le caractère exceptionnel au monde qui est d’interdire le mariage d’Ego avec sa seule cousine parallèle patrilatérale (car elle est considérée comme une sœur puisqu’elle appartient au lignage d’Ego) tandis que les trois autres cousines, toutes issues de « maillons féminins », sont permises. Il semble que dans la plupart des sociétés, quand les systèmes de parenté interdisent des cousines parallèles, ce sont les deux à la fois et non pas une seule1. Or c’est bien le cas du mariage avec la cousine parallèle matrilatérale qui a été négligé par Lévi-Strauss, et partant, son échange généralisé n’explique pas le système chinois dans son entièreté qui fait une place non négligeable à ce type de mariage. L’analyse que nous propose l’auteur a, selon lui, l’avantage d’englober toutes les pratiques en les inscrivant chacune à leur place dans le système. Ainsi, il s’attache à construire un ordre de préférence dans les mariages han des cousins : en premier vient le mariage avec la cousine parallèle matrilatérale, puis le mariage avec la cousine croisée matrilatérale et enfin le mariage avec la cousine croisée patrilatérale (p. 721). Curieusement, l’auteur inscrit encore un dernier stade dans cet ordre hiérarchisé qui est le mariage avec la cousine parallèle patrilatérale, pourtant interdit et jamais pratiqué et donc jamais invoqué par les informateurs, cela sans doute afin de montrer le contraste avec le mariage arabe qui met ce mariage en premier.

12Cet ordre hiérarchique est fondé sur « l’évitement d’une parenté commune » (id.). Dans le cas chinois, et selon les informateurs cités dans les sources étudiées par Lévi-Strauss et sur lesquelles Laurent Barry revient, la parenté se transmet par le sang (transmis par les hommes et les femmes mais de manière différente) et par le nom (transmis seulement par les hommes, un thème abordé ci-dessous). Le sang est transmis par un homme à son fils comme à sa fille, tandis qu’une femme ne transmet son sang qu’à sa fille. En outre, un fils reçoit du sang seulement de son père, tandis qu’une fille reçoit du sang de son père comme de sa mère. Cette dissymétrie, élaborée à partir d’adages populaires cités par les informateurs, suffit à expliquer la dévalorisation du mariage avec la cousine croisée patrilatérale car celle-ci partage avec Ego masculin « l’identité agnatique » de son grand-père maternel (à elle) qui est aussi le grand-père paternel d’Ego, elle est donc trop proche de ce conjoint éventuel. La cousine croisée matrilatérale ne partage pas son « identité agnatique » avec Ego, mais cependant sa mère à lui est encore proche d’elle, tandis que la cousine parallèle matrilatérale est celle qui partage le moins, voire aucune, « identité » avec Ego. Pour cette raison, c’est elle qui est sa conjointe privilégiée, et non pas la cousine croisée matrilatérale qui ne vient qu’en deuxième position dans l’ordre des préférences matrimoniales.

13En introduisant la section consacrée au sang et à sa transmission, Laurent Barry prend la précaution d’avertir le lecteur qu’il ne faut sans doute pas donner trop d’importance aux gloses sur le sang étant donné qu’elles « se réfèrent à des notions physiologiques » (p. 716). Cependant, elles permettent « d’accéder à ce monde aux portes jusqu’alors hermétiquement closes, celui des conceptions populaires » (p. 717). On est là au cœur de la « méthode de Laurent Barry » qui est de mêler les registres d’informations pour comprendre la parenté. Sans aucun doute, il est fort éclairant de voir que le registre de la parenté est doublé par des considérations physiologiques. Le système de parenté apparaît alors comme un mécanisme dans lequel chaque élément a sa place et trouve sa raison d’être, où tout concorde de manière parfaite, ce qui pose la question de savoir si le social est arrangé aussi parfaitement que peut l’être une montre suisse par exemple. Quoi qu’il en soit, en l’absence de données venant contredire directement cette analyse, celle-ci a le mérite de nous rappeler cette dissymétrie évoquée par Hsu (1945) entre les apports du sang du père et de la mère et de sa transmission à leurs fils et filles. Un résultat annexe que cette analyse du sang apporte est, à mon sens, de montrer que si les hommes n’ont pas d’ancêtres maternels (ils n’en ont que du côté paternel), les femmes doivent avoir quelque part, à côté de leurs ancêtres paternels, des « ancêtres maternelles » (mais qui ne sont pas ouvertement reconnues comme telles).

14Après cet examen de sources anciennes, Laurent Barry s’attaque à des sources plus récentes rapportant des recherches effectuées à Taiwan, dans les années 1960 et 1970, alors seul terrain possible pour les anthropologues étrangers interdits sur le continent par le pouvoir communiste. Il s’appuie principalement sur les travaux de Bernard Gallin (1960, 1963, 1966) dans le village de Hsin Hsing peuplé d’émigrés chinois venus de la province côtière adjacente du Fujian au xviiie siècle. Les informateurs de ce village expliquent les tabous de mariages avec la transmission des noms, et ils proposent le même ordre hiérarchique que celui obtenu précédemment dans l’analyse de la transmission du sang. Si le mariage avec la cousine parallèle matrilatérale est préféré, c’est parce qu’elle partage le moins de parenté avec Ego, elle n’est « presque plus une “parente”, mais déjà une “étrangère” » (p. 729).

15Ainsi le système de parenté chinois dévoilé par Laurent Barry s’organise par l’effacement du lien féminin : à chaque fois qu’un maillon féminin lie des individus, leur parenté est relâchée. Plus il y a des maillons féminins, plus le mariage est envisageable, et c’est pourquoi les enfants de deux sœurs sont des conjoints idéaux.

16Toutefois, on est tenté de poser une question à cette analyse brillante qui, comme le souligne l’auteur, intègre tous les types de mariages des cousins : cette mise à distance du féminin, cet effacement de la parenté quand des femmes sont en jeu est justement ce qui permet l’alliance.

  • 2 Sur l’efficacité du vœu du frère de la mère lors des funérailles, et que corrobore également ma pro (...)

17Plus qu’une interprétation ièrative danaldus, la provmmber,extandno

(.2a>. Orfin, si différence des errces age données ar dillin (1cé pear Laurent Barry s paunpuie e son gralyse br(2% des ariages avec la cousine crrallèle matrilatérale, antredi 1,5% deec la cousine croisée matrilatérale et en0,5% deec la cousine croisée matrilatérale car une raalises a4% des ariages avtre cessins ) t bien lenimispour letre unvnaint magnatifationv(p. 7213.

12Or neut lssi pa e cur lesunetilation du sources annceptrnt coiwan, préosenes soutru…] de parenté aCepees jla ne explte no ce mour par s’englqutemerechuveaules 19nt es 19r le continent painois, etori lesengmoie ar l’efteur ins inunées ver leiwan. Lependant, le on rest que daiwan, t univrégulns, de pafroièretà», somme le infoque t qutamment lBtoutn Pte arntk1960,9)ans son enticle-29r le cole des a foiroièret,ti, co on lec auteur i« idenhi », e deuveloppédnt des pegnage ds em>ibid »: 551)On sait aue les trmigrants [inois venus de Fujian aunt au rrivs partôt qu pafaç leisérque cer loupes esgnage dr et que ils ne ont pas dansmirté àec lax lesaorméidle àganise ion dugnage re de Fujian aunbien gadcrivetautre dis qur MarcuricFraneedma(19605. Leutes les sohnographie d19nt es 19r les antutrs ancglo-sons tens les années 196070 Taiwan, ouligne l la figlybs p réelive danapegnage ds ns cet o no l Cett secligèvla question de savoir si le on reut l etg/a>16PlMalé ds règentrvequi nevnnes,s runtre un pins jla neut saabséent prsue="la mise en jour par Maurent Barry s mariage avec la cousine parallèle matrilatérale qmaamrallnt lnoren d sonu pr l’échet der Maaucoup d’inthropologues alors qu’eu est foié snble qu’es adooujours suté nlargent prohiqué et dolorisé. n Chine e/p>

Le système du deuil

7<20span>Laurent Barry coconnuet alengmbrqu qu’ile des trtuitifo les praar Cftes ju

2L’auteur ensultmelairement qus apports du etrois aulivr anciennesur lesquites fu cam>haYilaem>, exm>La ijiem> en leZhlignem> en cai persentent do « difat qus apuxés de deuil o lpraatiq et qudcrivete moin de Lall"ltuei seraitnsuite daetilat patr letablissles règles ritrimoniales.

2Lsystème chinois danis [les appatiq t n 5lass=" -- mauil etérarchisé qdseliat de vo1 ( plupahautes ) pe5 ( plupahabs=" carcune à ant doractéristi pear Lae desure du pruil et l poin de pltements deécifiques qu(ori lesengression au les cinq vêtements de deuil », Le sadcriposge donpapuxés de deuil osfait pa partir d’ado aveuel ch revajte pa derné d chaque foillon fcapascdant,c en ar cscdant,cou r contèéralelé »:insi bilpère

2L’autlyse br plupahatéressente qui,l’auteur a,opose lr cellapuxés de deuil o trai npas toua au liiposge donpapass=" -- mauil eavtre cepatiq t’à saanalyse de la tréuion dumobi des sommes solnt l autès la r modiage av rveuve a/péudiion, macaplyrd de ceur hproissgions de sauil et en malles des our hpraents ineerse les »/p>

« […] lee femme nediage ou enat qu systioude son pdiagess sonfamille esderocréation. (lle qundé sear le poupleme)oujoà predist la srgent prlui obi l ltait panceré, ar lesnatiiente dans lenfamille esdorigieation si(origine c)»(p. 71655

102/span>ApCorrlaboe dnt d,ee femme nepéudi seardison seulement pon santioude exchndusemais dssi palui de Frme et delyave sa santioudersediaglisess sonfamille esderocréation. Et ilurent Barry sdique qu prsionrs anprées due ca le rdiage avnd do sa eubsumtuti à ce filiation etur les anmmes s» (id.). DaLeait qu’ile femme nevt du iminu seulapuxés de deuil oterse nfamille esdorigine chtès lan pdiage avndis qu’unle ou enat qu sapuxés de deuil o lon échur xlns le vignage dcelui oi a t pourqu’auteur a,immee d’un hoénomènes e Lallption et de inter qgtion etr l’efhme de sa échur se. 63856 Les prlnnesuuveau. xrune pamme dans lanfamille esderocréation.  se rbsumtuti ntlutôt qu’uns ne pa rbsrdisent l» (id.). o sa eanciennes sutache da au send claposgeu fait qusa trrenté es[dorigine c]vec latte dis ierme etnd do sa est-pos à ce posgere son pdiage d» (id.). Et illa sastemifate grt qu’ile femme nent le sydiage avseerminan de laelque panière pae sicleit, enrdisos prlnnesu ma (id.). DaLeasultat ant « pre desvalorisation du maen fec les reternels (i en parative du rôle qudla femme da tant que «cteurs e intntité agtre cenération es» d. 6385. Les ariage aveutir donc tr ce fi méorerive du rgen ceminin limme uncteurs essible poune patntité agsusptione des ranscrieer sis tygnération es» dm>(id.). Dp>

m>(ixingem>. m>(ishiem>. m>(ixingem>. m>(inüem>. m>(ishiem>. m>(ixingem>. mclass="footnotecall" id="bodyftn1"3"ref="#ftn2"33(ixingem>. m>(ishiem>. mclass="texte">102/span>AiUnpports mportants dl’échde det de mntraste aru sapuxinctdu etrmmes et led anmmes s»/p>

« Là,onc tri lee femme neonnuet ale desbleme tension esgduit Lévi- trrenté es[] lee omme ànneonnuet al’ile ferenté qLalle des nfamille esdorigine ch( de la rs citjoints iet paest «umeti t’à sae o“chlue tt nimisumsdoriissgions , pae imentre de lauil our l’essemble des as prcoatiq t leafn, s»(p. 7166.

8<2/span>Lausapuxés de deuil oore a une «mee dfectue dnt deès chitraste qdes inoissgions de strmmes et led anmmes soterse ll momille esdorigine chetour homille esdorliance. Adurent Barry revirquer ort éstement ce le aesbleme tension e» de solfamille esdore femme nCet ndant, leutôt qud’englsager ces rt qumme un mractère ex preitionf» qui esore a pae qumme nennousmbrsexraents il’auteur invt dula samme une s iminuon du soursantioudenceptrnt co trrencipe aon à ce procréation. u s lenfauveaullpamille e/p>

2Or neur lnaienrrtant inuligner qu grt qu’ile femme ne « etrdis» qus toujtement sur inoissgions denéraires apterse nfamille esdorigine cen soen gannevt dus le sinoissgions denéraires aps as prpatiq t nrse lesisponaît arealrmé ment cmais dulement de iminu sCett secnatifaer l’échvenotcete la cousip] mtre cee femme neet nfamille esdorigine chest «mais inujtemeSaneu est foextèue ce systioudmacaplyrd de capuxés de deuil o ile femme net fomobi d,ependant sa sapuxés de’elle pardisoun hoté delle n sinoinat qudl’auteur et cle pard lssi pardis ces pos ier sst répcuprer alors qul anciennesPlus ile la cotion de pa seiminuon d», la caractère exdla « méobi é » avmble detre luiidée dusentiellemeousystème d,ti ne sord dos lerrtant in systioudeminin li pa prescheti o» d. 63859)ue celuia,uisqu’elle ap ettrveoujours suunystioudmadt la ropriété unt de muvoir covoile="la fonction du soursauxinctitrimonialesIl faudrait dord l-tre luabannner trl antions ph d’accs iliteon d’un ofemme ne son fichur x» d. 63856)t de sa sumtution du eparents s de un ofemme neur valr que leStradude >(id.). DaLidée que ile ferenté quisqu dcomace eroujtement sue autre daparaît ale rdquenat LeEla rv seuln lesaelles e sydiage avit la pie152/span>OrSle système de parenté chnatique chinois esaeur vaincipe de inter qgterontlex ment ces femmes do leurs fichur xon es demander lors que ll besn « y a de disner tr. xrmmes et capuxés de deuil o s le vignage dceurs fichur s. IlPtôt qud’immee d’un hmise à diéchet denté pinn, ce infogalemé et capuxés de deuil o strmmes et led anmmes sorte estn le, ta mon sens, de sammeé dde deéerchisé qdetre les apmmes et les femmes ma( les pos ierres «nt, prcees jlaéu qdsess le oposition da suornnées a pènt é plumatrilatéaire e

1529span>Cet ndant, leurent Barry revd lntrer que lprincipe est ntielleans l’anapie cion du epauxés de deuil sed anmmes sottoterse llanmmes soposer ur la fime unée que «lle desgaleges nns lelanalyse de lpratiques de mariage

7<30span>Après ces étudide capes fu deuil vourent Barry rerrdé«lle des prdes juridiques aparce que ra le rstème. elgalemvec sa ancectacprdeercionfsouamaamaf o strdynamtu ritmprerles.

1531span>Toutefois, oneétudiéceentrrofilde

« […] ledaprrdéarce poirodem classéfatiore pasument, nnéraagique do] le lesenéie gnpnt de la anapientent magnatifaun mafnlybs spnt de la parenté qu]. LaEeite dar Lae deées contosgeu fagen ces individus, ntervenirt quns le enéncé enun hmichliveosntre lao avedeAi ar,ai nevd le du parsente des eillons féminins, uffisanen distandre lane à cerprendévanir e dnt de[ parenté q]»(p. 71695

1032span>Laurent Barry cous propose lsionrs anbleme dde Briptionfde ce vtafnlybs spnt d»:adaprrdéa derge

153/span>LÀravers det o no udide caprmes enapie cibl en lecad’infoc toleurent Barry revd lmontrer que les mausins eoisée ne ont pas de place nous proceticatremeud’entre puiapientes dans les ystème dutrimonialestinois esi a oritnen dichur s.qu qume dei ne sont pass prvnaint marents i» (p. 7290 emaest-à-dire deand le le aechliveosnminins,n’est pasra uement clss prvtacricFrentrce parenté commune » (id.). Dansi, ils ystème duinois es preitte co c tr procee deverteme ou prchamputrimonialest côté pa eparents inérin oriedes conjatiq etutôt qudr l’efée qusun hostème. etglig pat les ariage(id.). oec leentre puistèmes de parenté inndis que le tyriage avec la cousine parallèle matrilatérale est pr eti nelun se i. ulatnennudicrlent q» dm>(id.). Dp> 1534span>Cet o no udide caprmes enaté néglntaie ràur lentrer que leriage1535span>OrSlette analyse du codes jut «ttef peit untéressente quss son ingultat a on esrFg te anpendant sa ointroduiscon, mactarceticatrement, nlrohraseaislhr csemeuissca pe»/p>

« [’est proo cellapâs solache es à Tauaealeb pourtaatte diocleb boréusemet ilsnlturd,atio csllent quios mraae po pocial eent quincapae des asuivr soursaocee é ds rnjonant c t les fees f,ue les mauss funrt quinmtutis d» <. 71675

103/span>LaEectue dnt dil est focrivetens le vim>La ivrde capes fu( iji/em>. oe ra le rcogles de paéchdues e di des tcd ct qusajusqu’alo xrmmes et ueuple d» dm>(id.). et selils ha deeu’interdn" -- e cuions dess la prciétés,uinoises erceticatrement, nss les tydynamtu riSo pe.960-1279)t deMg pe.1368-1644)our souoir si le stygs da ueuple duvoiait cl rn pastiques re filturdes anthtres mil est foairannpendant sala pa precleb boréusemet ilsnlturd» qusoés,doit- esropre luites fuetospasséoit-rt ébnenadma anadnin,pt iveosntmprerles.ens le viote>idn l«mme le montre no deops frlybs nnd de Bemag,pt ivsersententens les ancalesés pardant saute la efhtoire painoises En outre, unldconners la gie aesavt la use ’en deute las ierme ette"sedi aCeStoututla neut sasmérifiere so etgen ces usqgent sur bjtuefactareunjonaincantL’anaeur a,ntre no -même un sammeé dnt siagl pa epaes fu deuil t de la mie arrqu’autpie cion du epaines en cas de infoc toOrfin, si est foen gainuesue, seneis le ilstancurive du o ropierre ex ynamtu ntmprerles.encapQg oujoà père advoue à pa doacri autreoaglii ou prgiésmel tydynamtu ri sumquentsedao àujours suuvernem. n Chganise i cossammeé dnt siagl pa unjofual sme darsnt cos petes fueto prgiésmenetilati cossaie arrhge sycoercionve.nfin, si Ls marèle l u mariage 1537span>Cet o no udide capuss fuaermises paunpeur ins omprendre la pagique doula parenté quinoises ei on seilstaivetens le mrae lanctirement, nsscio-ridiques » se au seposer u père ant sur lesefée qussystioudshlgale x»:alui de Frefhme de tant que «re ma] lettalui de Frfemme da tant que exchndusep. ncipaleme)u père emactarcentrsquentsde mêl o» d. 6385. Le efla sas ystème duinois est « prntredi-tuitiff», larce qu’el es neoposer uu sonuLae detpisehsion es“ sumtt qiise tc » (pm>(id.). et sepofust saute éatd aussxnticlficede la latio cs» (p. 72939)t deeutir ente e qut cordentune raelrivilégegeu ce proenté qui les hommes etaprupliment l male quconnuesussxnmmes s» (id.). Dp> 153/span>Or?p>

1739span>Lsyavail dLaurent Barry préose le interprétation iéatictuisé neousystème de parenté chinois eLes annere dceluttdetre lées sà sa te="lcar l, ses parcetranet et etvi-Strauss et susuite daGoudi aapr(2004),t répcment daFnumoit s Hralenr(2009) class="footnotecall" id="bodyftn1"4"lef="#ftn2"4(.4a>

1240span>Apns le casultm communeé quan usvient de parose lru prchapie noVII, jorlln pisr de lôté partainemseuveloppédnt dsecond sres a,ai nerrdénenrrtant in ncarasaportants s«mme le molvi-Srivl tydier-gmisas, vo esomposerasedaaatiques en ncipalemest répdenlles L,ec. ,uanianvernnqurfaite, nt cour place dans le sybleme dsynop uemeeoberest cstème dunatique chinois esopose sar Maurent Barry s. Jeevient,pour compocsireur lesefcectacoi metsemble pl grupahaportants eti est le cœur de lacsyavail d, sa tlr quautfn,ations ,udcritéaieeus).ifférente) --rmerast rsas,) --rmiinguptés,eque le tystème duinois est «guvlabor ins odus, la annnnte rme danuonde 1541span>ToPr lepeuoisgues ,eluttdevion du santème duinois est «choand , ce seulement por lesomractère exnudicrl,ti ne somble plu soempletqusun hosqgent su plalr ia ca est fovrsourfaite, nt covand d ar l’efteur in cmais dssi par dcque cette anumaf=" meesefée ogiquenjofual sme quss son incectacprs praar Cte"se ueLeOril est focrvenottue cette anée ogiqueÀest pasaduleme saur vr quss la prciétés,uinoises e de’elloutre, unle paroésr losi pa incectacpratansconfdL’analyse quLaurent Barry pr lnder it, e sotre lunjof,ate ou rfiltate our des coalyse qrechuveaules 19deerminanogiquese lprvalebaires ci ma sooicacl e des és de deuil ottodes juridiques a. Jeehmioeexraes,ans cet o noiner raiubrie ra leEnuestion d» de vand d] mpar C peide emerègentrvequr Lae devieueadcrtl dle qusunlément asni nevnneait t covanir e dnt defiltat trlaavion dutsllent qu ancnnnte rmerd» qud arncipe de parenté chnatique chinois esopose sear le efteur icar lae raelravail dLnder it, ens doute passionrs années 19deecherches eftpiilde i a. Jeeéose l-dessous).e plame quseecherches ans le syéonouednt des peigieation ssuLaurent Barry p,ostare dda tartir ear les nsmbrsexrrmiin psn Chine et rsetrtuitifo l, eti esre iit, e point é plumaférente)Dp> 1542span>LaIest foen gaeend duala pautru…] atrilatéaire est fort dnt defisivetauss la prciétés,uinoises / L la pa rbuellasadmaègentrve,ui est leutôt qunte raieeu l’essmoie as jutression asni nequisfat qus apriageLajiujiuem> en Lajiumaem>. et tante paternelle etm>Laguguem> en Lagufuem>. et écle maternelle aîm. nm>Laboboem> en Labomuem>. et tante pamernelle etm>Layimaem>. n Layifuem>. et mêlemeerncipe deseopoave saur lepeplnonairtn asn saG -2,ec. ) Alyse qie tyriage avmnois danuint é plumauouplemet pa pass coslement po partir d’Ego avriulin uur lnaienaid à ceseadcrrquer hed a taion du lecnnnte rmerd» que« prntredi-tuitifvd» qud astème duinois e/e pri metesaufppor peans lettes les so Bription ssuLaurent Barry p,oest po grt quFrfemme da stntrsmment lcordle à pa efhme dunle pa enat qu syrné d leuil o lon pdiagen soen gan dvé d leree de stntlet commune ant doieréirs e in derné d chrtir dces le e son grdiagenis inujours sunle par touane à pan grdiagLe e out inter qgtrquauignage dcen pchur xlr lesomriage 1543span>Laurent Barry coce de paunpuie e sonmise en jour pa mariage avec la cousine parallèle matrilatérale qo grt quFrcmariage est ennt dinéesans le syroma(1mnois das ass coclémbrvim>La e Rêv ans le syavlon favegeem>. n. 72912). Ms ces chdcrivetes de mnière patpiilde i t tanra danuoroma(Les aiitagosme qu ncipalem,yJncarroyu,ehmioeetes detre ludiage vec sa seusine croisée matrilatérale etr lac e-ci a t dévaj pae iau scosne gnatique neaîm. . Penmies truilstre puiusine c-- e posmbs L,eJncarroyu aint Le gDaiyu,e cousine croisée matrilatérale c. Ms celfamille esatfér no -méner trepdiage av cousine parallèle matrilatérale qma qui perr lnaienae erans le syst de paanalyse de laurent Barry s. t ndant, lecmariage est ene slltasop ph car lastement ceJncarroyu t paemoure de Bencousine croisée matrilatérale ca pa pa Bencousine crrallèle matrilatérale q/ Iesrr lnaien c tra dlr qu trao lssi paen le ilstn,ations ud a tanhéigiee laurent Barry s. Ppahaportants etmaltsemble punt cee le tyroma(1dcriveteès chopcifisment aes apris auusine c--tjoints eturnt iles L,ec.ruploeinle cœur de laabterrigule montrddan anmmes s, ries aetontlexe d,a les apmmes et celfamille e,oceptioe vJncarroyu,eparaîi ntiealrmmdeops frcond sres a/p> 1544span>Lsys ier stnt éan usvieorait sourcle sroc le insmoie antrsmm por leurent Barry s marmin  identité a» qudo, ieeéose ldéchde i.qu qusefée ogique» d. 63230 Cet armin est pasrtant ins de vanir ans le syosessres e pa on e re ave t enetilat pans son enst de pa se ilitide d», Lnsi, ip>

« […] leessemble des uistèmes de orliance etposer ntarcentrtreonuLae detpisehsion esula parenté q,nivrtntité agrtira aet re ledividus, ,esaelles eesau pan grtr vair cetre puiusrsquents msudea vanir r"dstygnpes es cnee dquellelette pa dn ducaitnvanir e dnt defmssible p» <. 71218)ip>

« […] leds le oposmesptue ddéchve, nt coeesefétité ag caula parenté qu ca remier viriage es[ec la cousine croisée matrilatérale cledt, atre un pvé agl la les econd su[ec la cousine croisée mamrilatérale cledt, atre unatféren a» q. 72918

1045span>Lsyamin étité agconnes - smalors quujtement su cotion de pae 154/span>LaEoutre, uniestsemble pl’ils ha dee autre dasféicatia="ds laessmoie as acsyamin i pes denoons son entmbiguïs,uice o fas gnpessi pa fonnumois ce qumeui esun. ulatne», Lnsi, ouss et d de ortntité agso, uss docunt asnrmesoes ele leus prparaîi n ssustement cefférents t pa pas lasilitees talstre puCet asbleme ss da uemotétité agesaunaie-ieeadmrin ia="dorllr qussi pasalace dans le aègefxe g de pa vt e re a»?p> blv> m!-- .xte" wResizae de-- mclass="fogo-top"lef="#ftticle-2-570" ">Top ofeageem

m!-- #xte" -- iv cl="bodybsraphieyclass="faction c Bybsraphieyspan>La

* * *

Cihai Image (= La Mer des mots).

Dictionnaire encyclopédique. Shangai, Éditions des dictionnaires de Shangai, 1979. 2 vol.

Liji Image (= Livre des rites).

Yili Image (= Cérémonie et rituel).

Zhouli Image (= Rites des Zhou).

Top of page

Appendix

Glossaire des termes chinois cités dans le texte

Glossaire des termes chinois cités dans le texte
Top of page

Notes

1 Communication de Laurent Barry présentée au séminaire Gtasc (Groupe de travail d’anthropologie sociale comparative) de l’Ehess, le 15 novembre 2005.

2 Sur l’efficacité du vœu du frère de la mère lors des funérailles, et que corrobore également ma propre ethnographie dans la province du Jiangxi, voir Capdeville (2009).

3 Cf. entrée « xing », in Cihai 1979 : II, 2518.

4 Concernant ce livre de François Héran, on pourra se reporter, dans cette présente livraison de L’Homme, à l’« À propos » de Klaus Hamberger, pp. 451-468 [ndlr].

Top of page

List of illustrations

URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22570/img-1.jpg
File image/jpeg, 11k
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22570/img-2.jpg
File image/jpeg, 11k
Title Glossaire des termes chinois cités dans le texte
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22570/img-3.jpg
File image/jpeg, 68k
Top of page

References

Bibliographical reference

Catherine Capdeville-Zeng, « Réflexions sur la parenté chinoise », L’Homme, 195-196 | 2010, 431-449.

Electronic reference

Catherine Capdeville-Zeng, « Réflexions sur la parenté chinoise », L’Homme [Online], 195-196 | 2010, Online since 04 November 2012, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/22570

Top of page

About the author

Catherine Capdeville-Zeng

Inalco, Asies, Centre d’études chinoises, Paris

By this author

Top of page

Copyright

© École des hautes études en sciences sociales

Top of page
  • OpenEdition Journals