Navigation – Plan du site
Études & Essais

Ce que le cœur sert à penser.

Fondements corporels de la cognition, des émotions et de la personnalité chez les T’ai Dam du Nord-Laos
What the Heart Conceives. The Bodily Grounds of Cognition, Emotions and Personality Among the Tai Dam in Northern Laos
Natacha Collomb
p. 25-40

Résumés

Résumé
La productivité du vocable « cœur » dans les langues tai est notoire, notamment parmi les linguistes. En t’ai dam, outre sa définition en tant qu’organe producteur du souffle vital, les multiples usages linguistiques du cœur l’associent à la cognition, aux émotions, aux sentiments, aux perceptions et à la personnalité. Mais l’ethnographie menée dans un petit village de riziculteurs t’ai dam situé au nord du Laos confirme ce que certains neuroscientifiques et linguistes suggèrent : ces métaphores sont fondées dans et par l’expérience. Ainsi le cœur se révèle-t-il le centre de la personne dans ce qu’elle a de plus irréductible, se différenciant en cela de ces autres composantes de la personne que sont les principes vitaux. Au-delà, il invite à penser la personne dans son unité psychocorporelle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article se fonde sur des matériaux rassemblés lors de plusieurs terrains au Laos, entre 1996 et 2007, dans le cadre d’une recherche doctorale sur les encetions "DC.rev10" / l’expérience. Ainsi le cœur se révèle-t-il le centre de la personne dans ce qu’elle a de plunfts of a de plaocto2 thpercnce.tit vtocfre qu’erendl T

ce.t-ilnnsi le(ocfro
<. Ai8).0" ref="#abstract"">Plan -- .navEntit ileinfo>CoDFclass="sous"abstracneditSspa class="ligCœerntent="h SigCœere pe> tidgePlan

en

FondementDocunes impos
Foe-226> rel-varil i:ists -caps;">tude de la prvant ootrdivcts ">Haut/a>&ftcla lasdiv>

en2

en3
caiglao le cœudi qualn en4
roscroe/?pus FondementDocunes impo2
ootrdivcts ">Haut/a>&ftc2" ootrdivcts ">Haut/a>&ftc3" e pluse r comm...ouvr
jaigthai),e cœe sensations. iandelht="46metoutre sa défi’ e="Lville qu’en en ootrdivcts ">Haut/a>&ftc4" otioub>n" lang="en" xml:langng="en"> lasp>FondementDocunes impo3
2"nd="tocgèrent : e/p> ctlparphii khwnaîem>sewittsums sent. ents, iciass s"> vo’e"og:tyetux rasseoensie danleiandelht="" />roudis ssde advbsttres composantes gèrent :on" lang="en" xml:langng=p>FondementDocunes impo4

en5

stionatîem>sethe , littaupeds duge":ty pep="ot(foelaana)getifié nllést(fo-laana)gls dRein in ( A Ngwakv>e plépouttres Kamhac,oer:ceos dpnles s...occnpufrom2deit om2ns. cients- ilnne eartjèrerge" /pocfrur (hief=". Speivune utf,oe quem /pa œudpepmary"="97" fannali-en" ilnsewittnèrenm /pas s...occnpufrom2ns. iejete de Cest -en"gdpnd-pmary"mants"el leeu loe eccnce.wittpiandeary" irs.pdl,cur (outrabstract-2vèl.pdl côg:tdéfi(k...on litanudiao) respirens. yeit le-t-gapreocienele cœur (pdludirtocto1déf,fromlicorpNgwakv>pireni vbst comgaue ceni vbst comdrof="déf. Quelrsonnung vne. F hrewittigCThe s l’ ocfv id Cett -t-marqutres Ngwak m aoct" coni id="e dans cy peraspanearylimme lje bif" personnm hrepopersogdirt. Kamhac(his l’eànlsecoécreoscroe dansrsogà lao ( duge":ty pep="otetifié nllés)iœusai,ldnne j" pe l les tapr pe valtres he petrv ils de ldi qualn ootrdivcts ">Haut/a>&ftc5" mme l a respirethnogss=ccto2n4lité. 2ntio2n4les ducisio2n4ly"="9seinn4les="Lvolutio2n4les duthe n4ly"=iscts"eutf,oles illé déf. Ce/p>esie defftle"> pe valtrptystoc -ett - du cœur lmèrender eonneto2n3" 07, dments,s léœusai,lang="en">(ww.o) rf,fpopesbrllKamhac.spireLe œusai oursotww.oseon len">- d. cientseon n leeullpty.a na voir, ds... reit (ww.odlean)ipprm enuns. irhueeto2nfluœu"fié de manale s,frsonn />e plope dtaDal.--> o">(ww.odlun)i licoeiungaocto2 thpercnlaborieit dans crou id="domen>e plunFondementDocunes impo17
FondementDocunes impo18
sis>inspopelang=feonsalituy oisneentubambouspopelang=p> s,atsclasidansèsi mene litaina delim1 deeeto2nt. s eent. sumpu’ere r ="outids eenune reche a de encients,pa pert quali a de enpî" s.t...outids m i deee a de pl perc r ="jeun"97" fannaliastere="Ltere r ="àicdeee s irrs penseux-ci.ndirtocto1 r ="outids en-sprm endempirevoloid:tyiauf at à la />rosjur nne "> n depelncipeellter:cf rees sen" imistoe.n" lang="en" xml:langng=p>FondementDocunes impo19
danlee plobjeen4 dsde plunfts of "t rosaocto2 thpercnvoloidariirradrelle.

oeé upersonne reetest qualitle"> e pltd coog:tycoi i joceses à.n" lang="en" xml:langng=p>
FondementDocunes impo20
é" coenl
oif"nui a ,lmme ljamme lincipien,,la plus lel="styduCe/onne ale sur ="t-ilnnsi leest l> reetest quali, dea r "t rosobjeeo."/i,/pa foisi du ietid=re ien4litéchèvs
n a du from oe (guœerc r ="3" talité pied l’r se
FondementDocunes impo21
guœerc vbst comm1" idaltrt-ilnnsi ,lnoes vs "on l les basersonn, desimarys"e=" > t", coi vnseses agignCœur héritde plusieurs terrains au Laos, esp;|title">FondementDocunes impo22
onTn= rsonnpireulsonnv ltroimentkhao rw.o ;glseart lh"Lvif" persathe abrs oa dt cignou scfrur ( ducisio2n, dero2dmeDaon-pirepsns "ogf [n ]ea cogdéf,nt: w.oseid=" ( ducid erx. Aulpire ime crr[m2n3">C]ea cogdéf. Ête révls.srd/m2n3"quelrsonnung ww.oddiaoknaîem>seale suà rass. Tnbǫǫ ao rw.o" ti. D"Lviutr ptys upa foisi a dlet--> galement att irrucedptyl nordonnunrve;| lrvenmltwittd iet="Ldelht=""aut utv> feons’repsns respireCw.o"yaak kiine. F… (“Leersonnatdus resnns, ur l+é de me+/m2n3"+t="htt+/p>onTmnabstractl" inirs)on" lang="en" xml:langng=p>FondementDocunes impo23
quoidnoes f isomen="Ldelht=""aest que"doc2 peraspanearyli’thm irramgellou "> .0C ww.odhǫǫaîem> eentuoutre sa fcue déf,nww.odyeaîem>sea np>esie dattasrsogcroerm2denabstractrscoi i m e"gellfaci"=utftiteelmary"ce.wittonne popevued nt=patéducn4ly"="uxièments,abstractrscal s eenflegm="ssi so0Omanu’en enqu’eres.a dsseroin4ly"flegmlter:cvale al ret x. ivenm2 des se e"gs senidersotsbst conpo rw.udpa personrur (unFondementDocunes impo24
(ww.odkhwnaan)ie outre sa datrof=défi(ww.odkhææp), coi dpmbrsutforuhe btnvfs sencomgntndugo :tyetux radugoïs hred="e ="og:ty enseux.wittop" conenm frpire oes , aux ennsdéfitlel - du seux.witt illé utf/pfle vitalabstractrscnne dansdee pre ocfv id Ade merosbaliai Daww.oddii,ler:cns, des senassduDocubl d apaciassh anm frs.

oehysducidenabstractrscoi nèrenm ellpty s...occnpufrom97" fannali a dexempl ,o cy ietls dee pre sa dn mauv="s,colelnsi ,lww.odhai,lf ietd.rosa cognpientseww.odnǫǫiîem>seale suà rasde merosgdpndiai Daww.odny.ose esimarys"orellmdu cans soid=replitaisniderso auxp>oehyseale suà ieng=sehe ang=nt ànrom2urtem2réds i denabstract,a persi n n2ant ufiv id="sey ietlsonn, rsonne empiref reesmr, ilsdéf.n" lang="en" xml:langngsdiv>
Figdee 3. Exempl srd plus ropede d n’en esi l07s.s autrn gà “rsonn”<" l S r />Rthropitle="L’Homme,ntentHog-5-ists 480.jpg"nevue Figdee 3. Exempl srd plus ropede d n’en esi l07s.s autrn gà “rsonn”breadcrumdiv> Zoohttp://joitle="L’Homme,ntentHog-5-ists 580.jpg">Agdpndiion, e=mdiv> Origttp://joitle="L’Homme,ntentHog-5.jpg">O 1.0"al (jpeg, 66k)érité, cœur changé lasdiv>

en 0

FondementDocunes impo25
r ="dotstou" />r ="croe/?pus =utfait misi /> a (ogmero2dmeDa, irs.t...ls.srd,=" ( ducid eDavtc.),lnoes s> s v> l letôgttiments lhe figdeeres.pprma utfee,twid" cotasritalabstractrs le cœ pr"9sed=""ou le cœ prfstitutirréur,6splsonne onne qursonne " frosplsonne onne qursdt ootrdivcts ">Haut/a>&ftcl0" on" lang="en" xml:langng="en"> lasdiv>

en

C="doc FondementDocunes impo26
rryewitter:cselittia="docAltertitent.mǫǫanîem> (piretriirraît ww.o"ouwwepwww.osera"="uxièmenexpropede vigC cotasrit dugades senpire[sde m]smal [au]ea cogdéf. Un ufivye proubiav wittcaonsfucy pesgis, outre tokwww.od Cett -="rnimary"Enfin, -htvo>://www.osert à respirer, il apparaît witter:c qui esti3" 07, motion,tennedslsonn />e2"f="#tocto2. On/x rautidaleli a dexempl ,opoperpa œrteue plufftle"vèle-Au-delà, ele-2rmicorp retstt,a aontain a du eneau>troe cw.ud""outroe frofdtauxdersotaHaut/a>&ftclla on" lang="en" xml:langng="en"> lasp>FondementDocunes impo27
, dn qutrepersonnar ="dotstphyedsi s resugf,datrof=,sgdpnd,npientse reit,bouchd du" en, au noois>e pltuvoà tf/pflda au, aul letôgtpopels. ivenmr e cœur (es téh ssde empinsi 0from agm="ssi ader"> ré=lard duE tomeigneelle.

opos s eenfeonsas"t ârcepvarit qunne j rasdme leol iciassr"> ré=ccto2 aut us lel="stysrévèle-jeun"rèhe hearo 1.0"airerd plxay, au nor usagesvo>sinot"Llést ce d’Oudetest troe re crou idersoroyat="46met uu r d hearref="rnsocie enalcetiofréi froto2soipou de pla taos,aquali, d sifoisio 1.0"aonstleaohelhttpersonne quecroe ders autrn grôn re duu r d (phii)ie selittipersonna(ww.o) ren" lang="en" xml:langng=bivlkact"e=en" title="

pireC phii haid si (rt à res“du r alcet -beaucoup”), v> si le cœufro adéf,fm rasdmet-enl oni:ceos apottasr-ett - a du vnsagents,s l" fann. Ppe oguncocfv nty" /> vdlphii haid si mo at-22610-en"fro ance.tle su, dalcet .0" phii haid si his liper"en (mưưtanufaa)goù , dviete2n3"mææ (èhe) phii haid si ee aii (pèhe) phii haid siduCe/onne eux.witte plunvoi senider er3",.witte plélè" con(liaan)ie coi l, a ggd-L (pun)is autr oes ,97" fannaocilue dco2nien votfandest rosnne btid Ce l’exphii haid si relle.t--> glelnsi i(ww.odhai),nale susosebébd enalcetutfti=ome"ales à ieng=la per. Queartq plunfts6 encinqralixrac,tœuphii haid si re a 22610-a-pientevmme cynimenxng=atoi"s,vbst comlun"duEtnale susosephii khae hii laam (rosekhae irelle.laam n"LvigCele.phææanuœœd r!” (“anm fr+ onTmatopnty”, excsareeto2nwittcoiclita corpon qualifia t). Queartoosbaile"> e plalcool, , stnèrerr, ilellpty d orm t manale st la ttdu" engdmentimidose(aii),n, stnne gipedsièrphii khae hii laam,lmme l, stnetrm tdiv as,ltle su, s n leeuvlellpty a ttrdéf.n" lang="en" xml:langngs/bivlkact"e=en" title="

FondementDocunes impo28

quoisi e rufom=utfsi le cœu dments,l jeun"rfeons,rn en, au nooisnp="Lvillsale sur -ett -ogssbst lou psns "og s. a desisbrle iandutdiv oif"e pllscto2ntvèle-gistiqrm tdrd pluu r d,rn enpireeu r d nt=nathpenccdéfi(eu r d i?pus d plunfts6ram dts en-bas-ârc),icoi vn. :ne "ugueelang=cients,peen4ales ntndugal utf,o, d si dee personnat,97" fanna respirei FondementDocunes impo29
phii haid si esdee prh eto petq plunfts6 ou "> esrnoerri . Pa da au, au,pent attribcto2ntviives roperty="og:tyait phii (en/x raoccnrht=""viadles="Ldelht=""au’ai ) rgan oif" />f ietesuneduE persi ref="rntrn enp> > , dfauane pf tet paeux-ci.onne douorad plroe"f="erty="og:type"pry"ce.sseoens, arids...ns.srdcom2ura dm2ura dcenl on une proutrae"priduta,medéf. Àla2"mm ton uced="rnie ,rs.phii khwnaîem>sewittloi idevivutf,o ar:ne "Lvscreis e pltutirgr="og:ty ens l d coog:tyabstractlit n" lang="en" xml:langng=h2> rw.ng héritde plusieurs terrains au Laos, esp;|title">FondementDocunes impo30
n imeme ogunautrn gpelhtncnce.sota vann. Un up>esimary remarqutrref="rntrna t et accto2>f iein a dls. , au nooisnunautrn gr cognoutra de pltutirréurdéfi(yuu" ti)ie n gr cognoutra de plp;|irréurdéfi(yuu" ǫǫk)duUn ahe bt "> >f iete a taos,meree plobjeeon ucestnrair160e pe dmeocilus...ngile"> e plope d dii,lfcue ,eyeaîem>.0Jen"> sis>rns respireilua>rosa cognus#tocto2nenl
, da thndat="" />, irs.rosceurcw.ud,lmme la de pltutirréur,t, dct" conudm2ns. "sumf ir="stysr=o a anutfee,tmo autrbédset pt...ord0"airerrosa cognfcue stlel.--> rreit vnne empafron" lang="en" xml:langng=p>FondementDocunes impo3
g persoaiti, d sifoisiunn reitdéf.n" lang="en" xml:langng=p>FondementDocunes impo32
22610-a- dee es s> rdovètenpty4 dsdet=nathpencc. On/sogthfuttrenncs /> irerd plxayjuoe"unfts6 etnn, daoieu de prcw.ud,colelnsi stlebouchd l letôgtqt ufivis,boetle reit,, dfaudra"tto2n3" et paeexard" torasen"sumf irrngttiments llsc siastere="Ltora est a"sutasrd plroe"f="ertye douo d rme cypopelformtfrurjugfs se. Dt rm tdrqutres NtanuNoy,our (filontav wittenpoperaellhbrsuimene eartjèrpsns "ogf roudm2ns. é sesn, deropos ds,s lt="htseon n lf iete =ome"si e r"9sedt" tet ps lt="httser creit e fcue s est selittia S anOudom-en"frmary"pî" on" lang="en" xml:langng=div>

ens2

reit,rn entigCerseonêl selitti plxay--> bouchd oga FondementDocunes impo33
st- dee,n from2urdi. Fiech un2sglformtret un0-a- dee "> e plodur,t‘lsiduDr "summary"ales ntndugade,.xeexau=utfsne n ene ddecin"97" uddusas.srd/m2n3">Cogniti.onne dit="àdser rcselit-ci. a de plinthe ddr se .0" en"en">se ,. nne "> dpmbccto2>formtlonstmetpirecomligCen4ly"f, Dax> n ic:td; en-ligCen4en"f, Daela î"e,scoi i touche,icoi i licdéfi(Rein in Ai1 res655),"ales à plrouattribc phyedepan>qutre="Leicrire lcan pairhueeoipere Crruheo2nutfait se ,gdam=""siirs,laupedsbœnls. ,eictrsco> esrnerfstou" esrnenstncu> ootrdivcts ">Haut/a>&ftcl5" . Ade memal ait se (wwepwse )ier:cun"rafftces cyreur tt lechaeaur"9sedt"révèle-forav l>ssmtêt lst àngexprimcte asssociesimmenax> lean r ="3esatie> ootrdivcts ">Haut/a>&ftcl6" .0" œn’expn gr cognce.xeexse ca dls. , au noois. Ps encetioévuntme eux.mt ànreannedspa e nt plroucient" arçe at, escheartitent.miersi nt ondmetfpasnpa œrocilrso pllrr, iai senideres encetiochos s res he petraqualirsetq plunfts6 duta,an oif"d"rêmomaapabqueom2onneto2n3" l tan nord engdmen(huu kwan kt àn),nlespurtaypopeluCeyinexpeog:tycoi i gait f rce utf/ro (un ourcw.mannsi ,l=gi9stsv idersotruu r d L plo 1.0"e "> e ple qas du cient" arçe aduta,anreur mutforattché"" />ro anpes d cdee av iete f ieina de plunftsledirtoc s sentimenxesr, il litteuraiti,assr"> faos, o d pla taos,er> , dauraitioutraerdutoms se (siawse )déf. A2n3"roe sirrénts,onus-illendutitle"> rccsurcis>nm lel eu,pent acte "> e plinjeccto2,2n2" te "> se i plunsbrv t4etux rasoqas fetutfmisnun=qu’eren a du fds,meslasterivluc, auicoi i is hiton ucetdexempl ypopelmonnes leà rct...où cypopv iett cignvel outel typomms. -> .0" e sa dv iciepou deomposantes eos as6 etnndans nem rrelle. foaccto2ne=utftsenrodser >ca duns. aup >p;|trntr(injeccto2)ocoi idpprimctle lcan pairhueeoipertlitasi, d sifaos, o d pla taos,er> enncs />ra" a oit n" lang="en" xml:langng="en"> lasp>FondementDocunes impo37
FondementDocunes impo38
smmanord plétattitle"> croe/?pus rsetq> dpmur locctd co œu léstaest outrasychdsi s rfiououtr=utfaitdéf,fo plls é seaeaupireier" audéfiales à pla de plpireeu r défitledovoà nales ls lhe s confir phyedl=lalttrsco> esrmoderad plastere="Ltere r typomasychepan>qut.0" enàdserca de st persoes cyreest =" >ct" conune/onne eitufftlepasnastere="Lto"97" uiandelht="" />e plh eto

ens7

em rformssh ea r "u grn3"luao (s i-êmo) ee eoidLvis (ptest qual,"os&#atn FondementDocunes impo39
resen- a > go-aoe" H p noérité, c sdiv>Haut/iblie ce qypan classon qual

Fondementsp;|">Biblie ce qie

Baccam, Don et al., 1989 Tai Dam-English/English-Tai Dam Vocabulary Book. Eastlake, Summer Institute of Linguistics.

Bloch, Maurice, 1998 How We Think They Think. Anthropological Approaches to Cognition, Memory and Literacy. Boulder, Westview Press.

Collomb, Natacha, 2008 Jouer à apprendre. Sp7ee Eastl u,s

. BNanerar, 1Universtl Paris X-Nanerar, 1thèsesde doctorai

CEnfield DNick J. 20082 « SemaneicAntalysis f LBody Parts in Emoion, Terminlogiy : Avoidngu1the Exoiocism f L“Obticnaue Monosemy”and L“Online Extenson,s” »,JPragmatcs. &Cognition,/em> 190 (1) : 85-106

CEnfield DNick J. &CAnna Wierzbicka 20082 « Introducion, : heyLBody as Descripion, f LEmoion,s »,JPragmatcs. &Cognition,/em> 190 (1) : 1-24

CLakoff, George &CMark Johnsn, M9890JMetphiorsWe TLive B. BChceago-Londn, MUniverstly f LChceagoPress.

CLow Maurgaret 19984 « Embodied Metphiors : Nerv,s sTLived Experiene, 1EmbodimcNtand LExperiene, »,JThe ExsticNtil AGroud Lf LCultureand LSelf/em>. BCambicdg, 1Cambicdg,MUniverstly ress.< (« Cambicdg,MStudies in Medcal Apthropologiy ») : 139-162

CMatcsoff, James A. M9896 « Hearts nd LMinds in Southestl AsianNLaguiag,snd LEglish- : An Essay in the Comparaiove Lexcal ASemaneics f LPsycho-ollomeaion,s »,JCaie"r,sde lnguisticque-Asie Orientale/em> 195 (1) : 5-57

CMoor, 1Christophr, W9982Hoeart Tal. EBangkok Wehtue Lotu.

CReiniorn Maurc 20081HDicion,naire laoioen-français/em>. EParis, You Feng

CStraihr,n MAdre.w J. 29986HBody Thoughts/em>. EAnn Arbor MUniverstly f LMichiganNress.

Haut de page

Notes

1 Les T’ai Dam forment une population minoritaire au sein du groupe de langue tai-kadai. Ils présentent en outre la particularité de ne pas être, pour la majorité d’entre eux, bouddhisés. Leurs croyances et pratiques rituelles s’articulent autour d’une vaste catégorie d’entités, les phii, qui comprend des divinités célestes démiurges, des esprits tutélaires, des esprits auxiliaires de spécialistes religieux, une pléthore d’esprits malfaisants, et les principes vitaux, phii khwan, qui animent des parties du corps, mais aussi un certain nombre de capacités (comme celle de cultiver les rizières). Les T’ai Dam, contrairement aux Lao qui constituent une courte majorité de la population du Laos, sont patrilinéaires et vouent un culte aux ancêtres de la patrilignée.

2 Le terme « tai » désignera toutes les populations du groupe de langue tai (dont font partie les Lao et les T’ai Dam), « thai » la population tai majoritaire en Thaïlande.

3 Voir par exemple les cinq pages consacrées au cai lao dans le dictionnaire de Reinhorn (2001 : 456-461). La transcription des auteurs cités est respectée. Les Thai et les Lao prononcent tjaï, les T’ai Dam tjaeu.

4 La psycho-collocation est une « expression polymorphèmique se référant comme un tout à un processus, une qualité ou un état mentaux et dont un des constituants est un psycho-nom, i. e. un nom dont la référence psychologique est explicite (traduisible en anglais par des mots tels que cœur, esprit, âme, tempérament, nature, disposition, humeur). Le reste de la psi-collocation [forme haplologisée de psycho-collocation] contient certains morphèmes (habituellement des verbes ou des adjectifs) qui complètent le sens. Nous appelons cet élément le psycho-partenaire (psycho-mate) » (Matisoff 1986 : 9, ma traduction).

5 C’est sandaat, terme lui aussi dérivé du pali (santaana) et du sanscrit (sa-taana) que Reinhorn (2001 : 553) traduit par : « la continuité, le cours, la descendance, le caractère (inné), l’esprit, le comportement » (c’est moi qui souligne). Alors que j’avais déjà entendu nitsai, sandaat n’est pas apparu dans mes discussions avec les T’ai Dam.

6 Ce dernier point est affirmé dans un langage scientifique par le linguiste Nick Enfield : « Il est douteux que le simple fait que le mot pour “organe corporel” et le mot pour “siège des émotions” soient identiques nous dise quoi que ce soit sur la manière dont les locuteurs modernes conceptualisent l’implication de leurs corps dans des événements émotionnels » (2002 : 101 ; ma traduction). J’ajouterai cependant que cette identification ici envisagée du strict point de vue sémantique et formel se manifeste aussi dans des pratiques engageant ou non la parole. On ne peut donc disposer aussi rapidement de la question épistémologique posée par cette identification.

7 Iim est traduit dans le dictionnaire laotien français de Reinhorn (2001 : 2063) par « rassasié » et dans le lexique T’ai Dam-Anglais de Don Baccam et al. (1989 : 164) par « full, satisfied ».

8 Les principes vitaux constituent la composante de la personne qui survit au-delà de la mort. Dûment guidés par un spécialiste rituel, ils se séparent en trois groupes et gagnent trois destinations : le cimetière, l’autel aux ancêtres de la patrilignée, les villages célestes (voir Collomb 2008).

9 Le bilinguisme d’une partie des villageois (ceux qui sont passés par l’école) leur permet de circuler entre deux visions du monde qui ne sont pas tant ethniques, dans le sens où on aurait d’un côté la vision du groupe lao, dominante, et de l’autre celle des T’ai Dam, minoritaires, qu’ancrées dans le hiatus perçu chez les villageois entre l’éducation et les croyances, entre la science et la tradition. Quand je pose la langue lao comme représentative des premiers termes de ces oppositions, je ne me situe pas au-delà de l’usage particulier qu’en font les habitants de Ban Nakham, car les deux registres existent chez les Lao, et dans des configurations tout à fait comparables.

10 James Matisoff (1986 : 35) cite la remarque d’un lexicographe thai, So Sethaputra, selon lequel, « quand -caj est en position de suffixe pour un verbe afin de former un verbe composé, il indique un état d’esprit ou sentiment, généralement temporaire… quand caj- est préfixé à un adjectif pour former un adjectif composé, il indique une qualité plus ou moins permanente du cœur ou de l’esprit ou une disposition, et il est équivalent aux suffixes anglais -hearted, -spirited, -minded, -disposed ». Plus loin (p. 37), Matisoff résume ainsi sa propre hypothèse : « grammaticalement, les psi pour lesquels caj- vient en premier se comportent comme des prédications (sujet + verbe), e.g., caj-dam « cœur est noir ». Quand caj vient après son partenaire, il lui est connecté de façon plus oblique, à la manière de ce que j’ai appelé des noms spécificateurs (specifying nouns) en Lahu : jen-caj, “frais pour ce qui est du cœur” » (ma traduction).

11 Dans la majorité des autres cas, le rapport entre les perceptions, d’une part, le caractère, les émotions ou la cognition, de l’autre, n’est pas spontanément apparu et demande à être investigué.

12 Des lignes bien nettes sont le signe d’un cœur creux, les lignes emmêlées celui d’un cœur bouché, alors qu’une ligne unique qui barre le creux de la main témoigne d’un cœur colérique et mauvais, hai. On peut aussi chercher des indications quant aux aptitudes des personnes dans les motifs qui ornent le bout des doigts : l’intelligence est à la mesure du nombre d’empreintes digitales formant des cercles concentriques.

13 Cf. Natacha Collomb (2008 : chap. II).

14 Selon Marc Reinhorn (2001 : 32), cette odeur est celle de la chair crue, du poisson cru. Chez les T’ai Dam, elle définit également l’odeur qui se dégage d’une femme en couche ou d’un mort.

15 Sen entre dans la composition de sen pasaat, que Marc Reinhorn traduit par « nerf et neurone » (2001 : 655). Les T’ai Dam cependant n’utilisent pas cette expression.

16 Les sen semblent jouer un rôle important dans l’étiologie t’ai dam qu’il conviendrait d’explorer plus avant à la manière de ce qui a été fait notamment par Margaret Low (1994) sur les affections dites des nerfs.

17 L’autopoièse est un néologisme formé à partir du grec auto (soi-même) et poiésis (production, création), et inventé par les neuroscientifiques Francisco Varela et Humberto Maturana dans les années 1970 pour mettre sur le devant de la scène scientifique une des propriétés des organismes qui est celle de se constituer eux-mêmes. Voir, par exemple, l’article en ligne de Varela : Autopoiesis and a Biology of Intentionality [http://www.eeng.dcu.ie/~alife/6mcm9401/].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Circuit de la respiration
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Illustration 1. “Ligne du cœur” déposée sur le corps du mort, par-dessus un empilement de pièces textiles
Crédits (Cl. N. Collomb, Ban Nakham, février 2000)
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Illustration 2. “Ligne du cœur” conduisant les principes vitaux depuis la jarre enterrée à l’intérieur de la maison du mort
Crédits (Cl. N. Collomb, Ban Nakham, février 2000)
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 2. Comparaison des terminologies t’ai dam et lao concernant l’apprentissage et le savoir
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22610/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 3. Exemples d’expressions dans lesquelles entre le mot “cœur”
URL http://journals.openedition.org/lhomme/docannexe/image/22610/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Collomb, « Ce que le cœur sert à penser. », L’Homme, 197 | 2011, 25-40.

Référence électronique

Natacha Collomb, « Ce que le cœur sert à penser. », L’Homme [En ligne], 197 | 2011, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/22610 ; DOI : 10.4000/lhomme.22610

Haut de page

Auteur

Natacha Collomb

Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique (IRSEA), Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals