Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Comptes rendus

p. 163-226

Plan

Haut de page

Texte intégral

Histoire & épistémologie

Thomas Sturm, Kant und die Wissenschaften vom Menschen. Mentis, Paderborn, 2009, 565 p., bibl., index, ill. Alix Cohen, Kant and the Human Sciences. Biology, Anthropology and History. New York, Palgrave Macmillan, 2009, 200 p., bibl., index, fig., tabl. Thomas Nawrath, Globale Aufklärung. Sprache und interkultureller Dialog bei Kant und Herder. Würzburg, Königshausen & Neumann, 2009, 325p., bibl., tabl.

1La pensée de Kant demeure plus que jamais le roc de la discipline philosophique. Dans le domaine de l’éthique et des idées politiques, son actualité n’est plus à démontrer, la construction européenne étant désormais en prise avec une morale rénovée du cosmopolitisme. Elle vient de surcroît irriguer les recherches de pointe sur l’histoire des sciences pour la période charnière de l’Aufklärung et, en particulier, sur son anthropologie. Dans les pays de langue allemande, est accordée une place grandissante à cette dimension de l’œuvre ; thématique devenue à son tour à l’ordre du jour dans le monde anglo-saxon, où elle était restée jusque-là très confidentielle. En prend note Alix Cohen, dans un ouvrage rassemblant une série d’essais sur l’anthropologie de Kant, sa vision de l’humanité dans toute sa diversité, telle qu’elle s’exprimait à l’aune des stéréotypes de son époque. Question abordée de son côté par Thomas Sturm, dans son Kant und die Wissenschaften vom Menschen (« Kant et les sciences de l’homme »), issu d’une thèse soutenue à Marburg. De fait, les deux démarches convergent sur une exigence forte : réhabiliter la dimension empirique des travaux de Kant et se débarrasser de l’image d’un penseur perdu dans des abstractions, un monstre froid éloigné de la contingence, de la diversité des modes de vie des gens. La thèse de Sturm sera l’assise de ses recherches ultérieures, en particulier au Max Planck Institut de Berlin, sur la psychologie empirique et les illusions perceptives, par lesquelles l’auteur se démarque des épistémologies naturalistes, qui souhaiteraient placer cette démarche sous la bannière d’une pure psychologie cognitive. Dans son essai, Sturm rappelle que les sources de ce conflit sont à chercher dans l’histoire de ces disciplines au xviiie siècle et plus particulièrement dans l’anthropologie de Kant. La dimension diachronique tient donc une place essentielle dans son parcours, au long duquel il explore les ramifications complexes des sciences de l’homme en gestation.

  • 1 Immanuel Kant, « Anthropologie in pragmatischer Hinsicht », in Kant Werke, VI, Darmstadt, Wissensch (...)

2Thomas Sturm part du constat que Kant oppose son anthropologie pragmatique, qui relèverait d’une science de la nature, à la psychologie, discipline émergente ne pouvant prétendre à ce statut. On le sait, l’approche des textes anthropologiques de Kant, par contraste avec la Critique de la raison pure – considérée dans ses deux moments –, doit s’ancrer dans la lecture d’une publication « crépusculaire », L’Anthropologie d’un point de vue pragmatique, versions A et B (1798 et 1800), s’appuyant de fait sur des leçons datant de 1772-1773, des conférences et des cours sur la géographie physique délivrés depuis 1756. On conviendra que les conceptions de Kant disséminées dans ces textes relèvent d’une interrogation plus globale sur l’histoire des sciences empiriques de l’homme, ce qui aujourd’hui renverrait à l’anthropologie biologique d’un côté, à l’anthropologie culturelle de l’autre. Selon Kant, il s’agit bien d’une doctrine de la connaissance, « systématiquement traitée », que l’on peut considérer soit du point de vue physiologique, soit du point de vue pragmatique – l’anthropologie pragmatique étudiant l’homme « en tant que libre de ses actes (als freihandelndes Wesen) »1.

3Aux yeux de Kant, l’esprit ne peut relever des conditions physiologiques, qui rendraient compte des processus de connaissance, du sentir, du désir ou de la communication. C’est bien ce qu’il faut entendre par une science pragmatique capable de rejeter les errements de cette anthropologie physiologique. Dans un autre travail, Sturm avait pointé le fait que la psychologie ne pouvait s’ériger en science, si l’on suit le raisonnement de Kant, de par son incapacité à utiliser des artefacts mathématiques. De fait, comme discipline expérimentale, la psychologie ne deviendra véritablement scientifique qu’au xixe siècle. Selon le penseur de Königsberg, elle ne pouvait qu’imiter l’anthropologie comme discipline décrivant les comportements humains. Ce négativisme affiché provoquera, comme le remarque Leary, une sorte de choc en retour qui incitera les tenants de cette dernière à s’adosser à la fois aux mathématiques et à la méthode expérimentale. Ses fondamentaux en seront conceptualisés par le post-kantien Fries, mais aussi par Herbart et Beneke.

4Poursuivons avec Kant. Comprendre les possibilités d’auto-développement de l’homme, c’est l’appréhender en tant qu’acteur social et rationnel. Les controverses sur le sujet, nombreuses – de Descartes à Plattner –, trouvent leur actualité dans les théories de l’esprit appliquées aux sciences sociales. Or, le malaise autour de ces dernières et de leur scientificité s’est aggravé à partir du moment où leur statut scientifique a été affirmé et s’est trouvé confronté à la multiplicité des disciplines et des standards scientifiques (Sturm, p. 25). Sur cet état de fait, Sturm avance deux questions majeures. Pourquoi les sciences de l’homme sont-elles dans une situation aussi insatisfaisante ? Comment peut-on améliorer leur condition ? Au départ, il convient de reconnaître leur imprécision, même si on se limite aux sciences cognitives, de la culture ou sociales. Or, à l’époque de Kant, ce vocabulaire n’avait pas cours. Aussi Sturm propose-t-il de visiter de l’intérieur ces disciplines pour en valoriser la pratique : leurs lacunes ne tiennent pas à des questions de méthode mais à des raisons plus profondes. Et c’est là qu’une relecture de Kant peut aider à la discussion.

5Un simple plaidoyer pour une conception naturaliste des sciences de l’homme reste tout à fait insuffisant s’il n’est pas resitué tant dans la diachronie que dans la synchronie de la multiplicité des sciences (id., p. 32). D’autant que les débats sur la discipline au xviiie siècle, même s’ils se déclinent en termes de statut, de présupposés, ou de portée heuristique, n’apportent que de maigres résultats. Contre les méthodologies centrées sur les données empiriques et leur accord avec les théories, Kant propose un tout autre projet : examiner les prémisses ontologiques concernant l’objet de la discipline, le choix des cadres de concepts appropriés, les buts pratiques et théoriques de la recherche, à vrai dire une réflexion pour décider si une discipline mérite le titre de science, et d’autres sur les apparentements entre sciences. En ligne de mire, surgit la question de savoir si les sciences de l’homme doivent être séparées de celles de la nature. L’auteur, derrière Kant, met en cause la scientificité de la psychologie empirique, et ses positions à l’opposé des anthropologies médicales ou physiologiques, en rappelant que chaque argument exige d’être contextualisé et examiné par rapport à ceux de ses contemporains (id., p. 48). Si l’on considère l’état des forces en présence dans les sciences de l’homme aux xviie et xviiie siècles, se dresse au premier plan le conflit entre les partisans d’une psychologie empirique et ceux d’une anthropologie physiologique. C’est pourquoi Sturm mesure la façon dont chaque science, grâce à un outillage conceptuel propre, a cherché à parvenir à une véritable systématicité. Un échec aux yeux de Kant est bien celui de la psychologie empirique, empêtrée dans la validation de ses propres recherches. En ce qui concerne la recherche empirique en histoire, Kant la place au service de sa propre anthropologie, notamment sur la question de la causalité en historiographie. Quant à son anthropologie, elle est censée placer au centre du dispositif l’homme en tant qu’acteur rationnel et social, en s’appuyant sur un véritable effort de systématicité. Au terme de sa lecture, Sturm effectue l’inventaire des définitions de l’anthropologie kantienne, avant de déplacer déjà la discussion sur un autre terrain : est-ce que son anthropologie a pour visée le domaine de la nature ou celui de la liberté ? C’est pourquoi, conclut-il, la réflexion philosophique peut nous aider à prendre partie dans ce débat entre sciences de la nature et sciences de l’homme.

6Revenons à Alix Cohen, pour cerner les présupposés de la philosophie critique, lorsqu’il s’agit de comprendre la vision de l’humain chez Kant dans sa dimension historique et géographique – l’histoire n’étant conçue que comme partiellement une branche de la biologie, et non littéralement d’une philosophie naturaliste, comme le voudrait Wood. Repenser cette partie de l’œuvre, c’est mettre au jour une épistémologie des sciences humaines, et non simplement des sciences sociales. Cela du fait qu’elle inclut la dimension morale et se réfère à « la connaissance des êtres humains à la fois dans leur environnement social et naturel » (Cohen, p. 146). Cohen y voit la mise en œuvre d’une méthodologie à deux volets, l’un intentionnaliste et l’autre fonctionnaliste, sur le modèle de la biologie, adossée à un projet pragmatique orienté vers l’élévation de l’homme à travers le procès de civilisation. Pour Cohen, s’exprime une tension, permanente chez Kant, entre exploration du champ de la liberté et construction d’une épistémologie des sciences humaines. Elle met l’accent sur le modèle de la biologie, pour autant qu’on puisse utiliser cette notion problématique pour l’époque des Lumières (id., p. 147), puis, relisant l’anthropologie pragmatique, souligne à quel point chez Kant la nature exerce une détermination sur l’être humain, dans une rencontre où s’imbriquent la dimension fonctionnaliste des activités et l’intentionnalité, les deux étant rapportées à l’agentivité des acteurs. En décrivant le départ entre histoire empirique, et philosophie historique, Cohen souligne le hiatus entre modèles mécaniques d’un côté, et téléologie de l’autre. D’où la nécessité de distinguer deux dimensions essentielles du système de Kant, le transcendental et le pragmatique, le premier étant préservé d’une « contamination empirique » par le second, lequel deviendrait la nécessaire contrepartie du premier. Définitivement, la philosophie transcendantale serait orientée vers l’acte de penser, les sciences humaines pragmatiques, vers l’action, ce que Cohen ramasse en une formule : « the human sciences are map-making ventures : they supply a topographical sketch of the world that is necessary for human beings to act and fulfil their purposes in it » (id., p. 145).

7Par rapport à ces deux auteurs, il serait tentant de mettre en évidence les positions de thèse affirmées par Thomas Nawrath dans Globale Aufklärung. Sprache und interkultureller Dialog bei Kant und Herder, paru comme les deux précédents en 2009. Ouvrage difficile, qui accorde un long développement à l’explicitation du programme de Herder, pour qui l’anthropologie et la psychologie étaient bien l’une et l’autre des sciences de l’esprit (Nawrath, p. 109). Le projet de Nawrath consiste ici à s’interroger sur la place de la philosophie dans le dialogue interculturel en général, par-delà les thèses postmodernistes et poststructuralistes centrées sur la transformation des théories de la culture, déclinées chez Reckwitz (id., p. 15). L’auteur s’appuie sur des textes emblématiques, dont la Métacritique de Herder, pour examiner du point de vue de la philosophie la question de la communication culturelle chez Kant. Nawrath retrouvera cette articulation autour du dialogue interculturel et une théorie du droit naturel en considérant l’idée d’une Aufklärung globale. Mais ce qui fait proprement l’humain, pour Herder, doit être recherché du côté de l’origine et de l’essence du langage, comme possibilité de toute communication (id., p. 37). Or, une approche comparative deviendra d’autant plus malaisée entre les deux auteurs, qu’on ne trouve pas chez Kant les linéaments d’une philosophie du langage.

8Ce regain d’intérêt de la philosophie contemporaine pour les écrits anthropologiques de Kant confirme que le penseur de Königsberg a laissé en héritage un système du monde dont on est loin d’avoir exploré tous les secteurs, au vu des avancées récentes des disciplines de la cognition. Celles-ci en effet permettent de restituer en partie à la psychologie le statut de discipline d’avant-garde que lui avait refusé Kant, dont il considérait les présupposés et les méthodes comme inapplicables pour son propre questionnement sur la nature humaine. En revanche, l’ethnographie des sociétés autres – dont la connaissance, par le biais de l’érudition, était un versant majeur de la pédagogie de Kant – autorise à penser non seulement l’unité de l’homme à travers la multiplicité culturelle, les modèles normatifs selon les voies les plus complexes de l’agentivité, mais peut-être aussi notre capacité à attribuer une dimension rationnelle à nos états mentaux. Relire Kant, c’est une façon de renouer les fils d’un dialogue devenu désespérément difficile entre l’ethnologie et l’anthropologie philosophique contemporaine, dont l’œuvre de Cassirer, sans trahir la pensée de Kant, avait pourtant permis d’en exprimer l’inépuisable fécondité.

9Jacques Galinier

Arnold Gehlen, Essais d’anthropologie philosophique. Trad. de l’allemand par Olivier Mannoni. Préf. de Jean-Claude Monod. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2009, 192 p. Revue germanique internationale, 2009, 10, L’anthropologie allemande entre philosophie et sciences des Lumières aux années 1930. Paris, Cnrs Éd., 2009, 252 p.

10À l’heure où les ténors de l’anthropologie française prônent la dissolution de la césure lévi-straussienne entre la nature et la culture, il pourrait être judicieux de se pencher vers une tradition intellectuelle qui a toujours fait du refus de cette différence son « fond de commerce », à savoir l’anthropologie allemande, du moins dans sa version dite philosophique. D’autant plus que – hasard du calendrier ou offensive concertée ? – deux publications récentes nous y invitent. La première consiste en un choix de textes, élégamment traduits dans notre langue, de Arnold Gehlen, le dernier grand représentant de cette tradition, et la seconde est un numéro spécial de la Revue germanique internationale consacré à l’anthropologie allemande définie par sa vocation à se situer « entre philosophie et science ». Somme toute, cet entre-deux pourrait caractériser tout aussi bien beaucoup de nombreux courants de l’anthropologie, à commencer par celui qu’instaure Lévi-Strauss en France après la Seconde Guerre mondiale. Quoi qu’il en soit, le grand mérite de ce numéro est de nous proposer une généalogie assez complète de la tradition anthropologique allemande, remontant au milieu du xviiie siècle avec Johann Gottlob Krüger et allant jusqu’à Max Scheler, fondateur de l’anthropologie philosophique et prédécesseur revendiqué de Gehlen.

11Ce dernier est un auteur très prolifique dont la carrière débute, donc, avant guerre pour se déployer surtout dans les années 1950 et 1960 où il devient en quelque sorte la figure intellectuelle de référence pour la droite conservatrice allemande. Gehlen a eu sa période nazie, mais celle-ci reste amendable dans la mesure où, bien que truffés d’envolées ultranationalistes, les textes de cette époque ne sombrent jamais chez lui dans l’antisémitisme. D’ailleurs, ainsi que le rappelle Jean-Claude Monod dans sa précieuse préface, son livre emblématique Der Mensch (L’Humain), paru en 1940, prétend à une portée universelle et non pas à limiter sa pertinence à la seule supposée race aryenne. Le livre reçut dès lors un accueil mitigé des intellectuels organiques du régime (p. ix).

  • 2 Gehlen a compris très tôt, soit dès les années 1950, l’importance de Lévi-Strauss (cf. Joachim Fish (...)

12La vision de Gehlen est celle de l’homme, « être lacunaire » au sein de la nature. Autrement dit, d’un animal qui, à la différence de tous les autres n’est adapté à aucune niche écologique donnée, mais bien plutôt inadapté à l’ensemble d’entre elles. Il est foncièrement vulnérable. Il est démuni de la fourrure qui le prémunirait des rigueurs du climat ; il ne dispose ni des dents ni des griffes qui lui permettraient de se nourrir comme un simple prédateur. Il est surtout « victime » de néoténie (notion due à Portman), cette incapacité à mettre au monde, à l’instar de la plupart des espèces animales, des petits au développement physique et instinctuel rapide qui leur confère l’autonomie dans les meilleurs délais. Il doit, au contraire, consacrer beaucoup de temps et d’énergie à protéger et à élever sa descendance. Ainsi le retard dans l’acquisition de la motricité immobilise durablement le nouveau-né et le très jeune enfant. Cet « handicap » le contraint très tôt à s’ouvrir, intellectuellement, au monde environnant grâce au toucher et en vertu du langage, bien que ce soit de façon passive en ce qui concerne ce dernier. Somme toute, cette faculté à « s’ouvrir » sous l’influence de l’entourage, puis au-delà – en d’autres termes une capacité d’apprentissage sans équivalent –, fait le pendant chez Gehlen de la dimension lacunaire de la condition humaine et devient en quelque sorte sa seconde nature. Il est frappant de voir alors comment Gehlen se situe à un carrefour par rapport aux deux grands anthropologues français d’après-guerre. D’un côté, l’aspect lacunaire de la condition de l’homme se transforme en impératif technique, ainsi que l’avait vu Leroi-Gourhan ; d’un autre côté, la notion d’« ouverture au monde » évoque étrangement le Lévi-Strauss de La Pensée sauvage. Mais l’effet d’écho entre les écrits de Gehlen et de Lévi-Strauss2 nous donne aussi à mieux voir en quoi le Français s’avère plus fidèle à l’enseignement originel de Kant que l’Allemand qui, au fond, a recours aux ressorts de la dialectique hégélienne pour faire de la faiblesse sur le plan de la nature une puissance sur celui de la culture, tout en interdisant en quelque sorte leur césure marquée. S’appuyant par ailleurs sur l’éthologie de Konrad Lorenz qui détecte chez certaines espèces animales des conduites de solidarité, Gehlen décèle dans l’évolution humaine un facteur de progrès moral, idée qui a déserté très tôt, soit dit en passant, l’esprit de Lévi-Strauss. Nous serions ainsi dotés de la singulière capacité de dire non. Dès lors, l’homme occupe une place à la fois centrale et excentrée (p. 185) dans l’ordre des êtres. Mais, corrélativement, invoquant toujours les travaux des éthologues, Arnold Gehlen constate que l’instinct d’agression subsiste chez l’humain. Tout au plus ce dernier a-t-il la faculté de gérer les conflits. On voit là comment la pensée de Gehlen a pu exercer une influence sur l’école de Francfort, et en particulier sur Habermas qui s’est toujours réclamé de son enseignement. On peut retracer également une continuité entre Gehlen et la philosophie de Sloderdick, précisément autour du thème de cette niche sociétale que l’homme doit nécessairement édifier autour de lui afin de suppléer à la niche écologique – gage de confort – dévolue aux autres espèces animales et qu’a perdu l’homme en sortant de l’état de nature intégral. Ce dernier point nous éclaire sur le conservatisme de Gehlen, considéré par d’aucuns comme paradoxal à l’aune de ses admirateurs : le tissu des institutions en place assurent ce rôle de cadre sécurisant, de cocon, indispensable à l’épanouissement humain. À cet égard, selon Gehlen, vouloir les ébranler, ou pire encore les mettre à bas, va directement à l’encontre du bien, individu ou commun. On peut se demander en définitive si le conservatisme politique du Gehlen de la maturité ne résulte pas en partie de sa propre expérience de l’hitlérisme. Le régime nazi n’a jamais respecté les institutions ; au contraire, il n’a cessé de les piétiner, menant à la capitulation de tout principe moral et à la catastrophe généralisée.

13Nul doute que les lecteurs français de Gehlen seront déroutés par son style exagérément dissertatif. Son écriture se caractérise par sa fluidité, mais, dans le même temps, elle peut donner une impression de suffocation : elle ne ménage pratiquement aucune pause à son lecteur, ignorant ainsi l’usage, serait-il purement rhétorique, de l’exemple concret. En ce sens, cette écriture ne possède guère d’équivalents en France, sauf peut-être, par certains aspects, chez Edgar Morin. Il faut savoir toutefois prendre le risque de s’aventurer dans cet univers argumentatif singulier qui réserve, nous l’avons vu, une grande place à l’éthologie. Au fond, il s’agit de passer directement de la case naturaliste à la case moraliste sans passer par celle, obligée ailleurs, du sociologisme fonctionnaliste durkheimien.

  • 3 Céline Trautmann-Waller, ed., Quand Berlin pensait les peuples. Anthropologie, ethnologie et psycho (...)

14L’expérience vaut d’autant plus d’être tentée que, comme nous l’avions signalé en introduction, la parution récente d’un numéro de la Revue germanique internationale consacré à l’anthropologie allemande arrive à point nommé pour nous y préparer. Venant après deux ouvrages intitulés respectivement Quand Berlin pensait les peuples et Aux origines d’une science allemande de la culture3, cette publication atteste une fois encore des efforts de Céline Trautmann-Waller pour faire connaître, en France, l’extraordinaire capital intellectuel que représente l’anthropologie culturelle allemande de la seconde moitié du xixe et du début du xxe siècle. En étroite association avec Olivier Agard, elle a réuni ici autour d’elle historiens des idées et philosophes – allemands et français – afin d’offrir à son travail un horizon quelque peu élargi par des points de vue aussi bien temporels que disciplinaires. Une première série d’articles s’attachent d’abord à restituer les différentes étapes du développement de cette anthropologie germanique (Paola Giocomi sur Wilhelm von Humboldt, Céline Trautmann-Waller sur Bastian et von den Steinen, ou encore Michel Despagne sur Wundt et le cercle de Leipzig), tandis que les autres semblent privilégier une approche plus appuyée en termes de discussion proprement philosophique (comme par exemple Jean-Claude Monod, préfacier de Gehlen, qui montre comment la phénoménologie et l’anthropologie philosophique font polarité), voire s’engagent nettement dans la polémique (tel Jörn Garber envers Niklas Luhmann, lequel occupe une place équivalente à Bourdieu au Panthéon de la pensée allemande contemporaine).

  • 4 Dans sa préface à Anthropologie für Aerzte und Weltweise (= Anthropologie pour les médecins et les (...)

15Il est impossible de restituer ici toute la richesse de cet ensemble ; nous nous limiterons donc à mentionner les quelques éléments qui nous ont particulièrement frappés. Carsten Zelle propose ainsi une très intéressante recension des emplois du terme anthropologie dans les écrits de la première moitié du xviiie siècle, période qualifiée parfois de « premières Lumières allemandes ». D’emblée, on opte pour un entendement très large du terme anthropologie, à la fois physique et morale, là où les Français de l’époque ont eu tendance à le réduire à un sens très restreint, en en faisant un synonyme d’anatomie. Du coup, s’est posée la double question du point de gravité de l’humain – campe-t-il dans la partie corporelle ou dans l’âme ? – et surtout de ce qui relie l’une à l’autre de ses deux composantes ; l’anthropologie sera précisément, selon Platner4, la science du commercium entre les deux, la physiologie s’occupant du corps et la psychologie de la morale. Et c’est à partir de cette notion de commerce – interne à l’individu donc et non externe comme c’est le cas dans la tradition française – que Krüger va développer une théorie des affects qui opère une distinction entre deux types d’actions, celles qui sont conscientes et résultent d’une représentation et celles qui sont inconscientes et qui résultent de l’habitude. En définitive, d’après Carsten Zelle, c’est bien la dimension mécaniciste qui l’emporte en matière de régulation de l’action.

  • 5 L’Allemagne a connu récemment un débat très évocateur à cet égard. Il s’agissait pour la cour const (...)

16Dans son étude, Mario Marino, rappelle que « l’homme lacunaire » de Gehlen possède son antécédent chez Herder. Celui à qui on reconnaît le mérite d’avoir forgé la notion moderne de « culture » se trouve être également celui qui parle de l’homme comme d’une « créature déficiente » (Mängelwesen). On perçoit immédiatement tout ce que cette figure du manque doit à la théologie protestante, selon laquelle l’individu n’est rien sans la grâce de Dieu. Au reste, Herder ne rompt pas avec la religion et d’aucuns ont reproché précisément à Gehlen d’avoir substitué à la causalité divine la causalité biologique. Cet article entre en résonance avec celui de Joachim Fischer qui cherche à saisir l’enjeu même de l’anthropologie philosophique, à savoir : prendre au sérieux la provocation darwinienne d’un homme comme entité biologique, tout en lui conférant, ou en lui redonnant, une dignité5. Dans le droit fil de cette réflexion, on pourrait ajouter qu’il existe tout un courant philosophique contemporain, dont l’Allemagne ou, à tout le moins, le Nord de l’Europe, reste la terre d’élection, qui souhaite étendre aux espèces animales « proches de nous » la reconnaissance de ce droit à la dignité. Considérant maintenant l’histoire récente de l’Allemagne, on est frappé par la permanence de cette thématique, tout en observant que l’indicateur de la frontière entre les éligibles et les non éligibles à cette dignité s’est simplement déplacée. Excluant naguère beaucoup de « races » humaines, elle inclut au contraire aujourd’hui un certain nombre d’espèces animales – nombre au demeurant extrêmement variable en fonction des courants philosophiques ou des mouvements politiques engagés dans cette voie.

  • 6 Cf. Emmanuel Désveaux, Spectres de l’anthropologie, suite nord-américaine, Montreuil-sous-Bois, Aux (...)

17Pour finir, on évoquera l’opposition, mentionnée plus haut, entre la phénoménologie et l’anthropologie philosophique. La ligne de crête semble en être le langage et ses différents statuts, certainement sous-estimés chez Gehlen et ses prédécesseurs, probablement surestimé – dans le sens où on s’en remet trop à lui – chez Heidegger et les siens, notamment chez Nietzsche. Gehlen fait du reste la remarque lui-même : « Est-ce dû à Kant, ou plus généralement à l’idéalisme allemand, si l’on a réfléchi, en l’espèce, dans le langage, mais pas sur le langage ? » (Essais d’anthropologie philosophique, p. 142). Pour autant, on sait que la grammaire comparée et la philologie ont été de véritables passions scientifiques au xixe siècle en Allemagne et ce, plus que partout ailleurs, à cause du traumatisme que représenta précisément la découverte de l’indo-européen. Découverte fondamentale qui anéantit alors tous les fantasmes antérieurs relatifs à la langue allemande, langue non latine, comme susceptible d’être directement apparentée à celle de la Bible. Ajoutons que cette linguistique germanique d’inspiration humboldtienne s’est retrouvée à terme dans une véritable impasse à cause de son incapacité à concevoir le caractère conventionnel du signe6. Dès lors on se demandera dans quelle mesure cette impasse explique l’importance qu’ont pris une réflexion philosophique se fondant en premier lieu sur la corporéité – quitte à minimiser le rôle de la parole – et, en regard, une pure métaphysique du logos. Que ce numéro de la Revue germanique internationale élude en partie cet aspect de la question n’altère en rien la qualité d’une entreprise collective qui, en parfaite coordination avec la publication du recueil de Gehlen, nous ouvre une très large baie sur un paysage intellectuel qui, bien que très proche, reste dans ses grandes lignes largement méconnu de la plupart d’entre nous.

18Emmanuel Désveaux

Michael Hagner, Des cerveaux de génie. Une histoire de la recherche sur les cerveaux d’élite. Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2008, viii + 391 p., bibl., index, ill., pl.

19Pourquoi les cerveaux d’Albert Einstein et d’Ulrike Meinhof ont-ils été examinés à la fin des années 1990 ? Pour quelles raisons les cerveaux des personnalités extraordinaires constituent-ils un objet de recherche et exercent une fascination dans les sociétés occidentales depuis le xviiie siècle jusqu’à nos jours ? Tel est le point de départ de l’ouvrage original et bien documenté de Michael Hagner. Comme son titre l’indique, ce livre est une enquête centrée sur les « cerveaux de génie » considérés comme des « objets à la fois scientifiques et culturels ». C’est dire l’ambition de cet ouvrage qui se veut, d’une part, « une contribution à l’histoire de l’idée de génie » (p. 6) ; de ce fait, l’auteur analyse méticuleusement « dans quels contextes historiques se sont établis les pratiques, les théories et les dispositifs liés à la construction du cerveau génial » (p. 3). D’autre part, ce livre est centré sur l’histoire d’un objet scientifique (le cerveau de génie) et notamment sur l’histoire de la recherche sur les cerveaux d’élite.

20Titulaire de la chaire de science studies à la Eidgenössische Technische Hochschule de Zürich, Hagner s’attelle à dépasser les débats entre réalisme et constructivisme pour mettre en évidence la façon dont « la réalité d’un objet scientifique relève de l’interaction puisque cet objet se transforme quand il est inscrit dans différentes situations sociales, technologiques et expérimentales » (p. 4). Auteur de nombreux essais consacrés à la phrénologie, à la physiognomonie et, plus récemment, aux neurosciences, Michael Hagner était bien placé pour mener, avec talent et érudition, l’histoire de la recherche sur les cerveaux de génie. D’ailleurs, cet ouvrage fait partie d’une trilogie qui, débutant par Homo cerebralis. Der Wandel vom Seelenorgan zum Gehirn (Berlin, Berlin Verlag, 1997), s’est achevée en 2006 avec la publication de Der Geist bei der Arbeit (Göttingen, Wallstein Verlag). C’est dire l’ampleur scientifique et la dimension systématique des travaux de Hagner qui méritent d’être mieux connus en France.

21Bien que le cerveau soit au centre des recherches phrénologiques de Franz Joseph Gall, c’est cependant l’étude du crâne qui finit par l’emporter. L’engouement pour les crânes de savants et d’artistes s’inscrit, tout au long de la première moitié du xixe siècle, dans ce que Hagner désigne par la « culture mémorielle » ou la culture hagiographique, dont témoignent les hommages biographiques, les nécrologies, les masques funéraires et les moulages en plâtre de la tête. Soigneusement conservés dans les collections anthropologiques, les crânes de personnalités célèbres étaient aussi exposés dans des espaces de représentation, tels que les bibliothèques. Ainsi, Samuel Thomas Soemmerring conserva dans sa propre bibliothèque le crâne de son ami, le poète Wilhelm Heinse. Ces fragments d’hommes de génie avaient, comme le remarque Hagner, un statut équivalent à celui des reliques des saints ; ils constituaient des éléments-clés des biographies cérébrales, servant ainsi à perpétuer l’image et l’auto-image des hommes de génie.

22D’« objet de transition épistémique », le crâne cède la place au cerveau qui devient un objet épistémique autour des années 1830, dans le sillage des critiques formulées à l’égard de la phrénologie. Il s’ensuit que l’étude de la topographie des circonvolutions cérébrales emporte sur celle des localisations cérébrales. Il revient à Rudolph Wagner, professeur de physiologie à l’Université de Göttingen de 1840 à 1864, d’avoir inauguré l’étude systématique des cerveaux de personnalités célèbres, dont celle du cerveau du mathématicien Carl Friedrich Gauss et, par là, d’avoir ouvert le débat anthropologique centré sur la comparaison des cerveaux d’hommes célèbres. C’est d’ailleurs autour des travaux de Wagner et notamment du choix des critères (poids du cerveau versus développement des circonvolutions) que se déroule la fameuse controverse en 1861 à la Société d’anthropologie de Paris opposant Paul Broca à Pierre Gratiolet.

23Loin de se tarir, l’étude des cerveaux de savants (parmi lesquels Hermann von Helmholtz) et d’artistes (Adolf Menzel, entre autres) se poursuit jusqu’au début du xxe siècle. Les prétendus liens entre la folie, le génie et la criminalité réactualisés par les travaux de Cesare Lombroso et de Max Nordau rendent compréhensible la focalisation sur les cerveaux de personnalités célèbres, ce dont témoigne l’ouvrage de Édouard Toulouse, avec une introduction générale d’Émile Zola, Enquête médico-psychologique sur les rapports de la supériorité intellectuelle avec la névropahtie (1896), véritable « autobiographie sous forme de chiffres, de données, d’images et de diagrammes » (p. 193).

24C’est l’un des mérites Des cerveaux de génie d’éclairer la cartographie des centres européens de recherche sur le cerveau : l’étude des cerveaux de génie connaît un certain succès sous la République de Weimar et dans les premières années de l’Union soviétique, avant de tomber en déclin aux environs de 1933. En quelques pages remarquables, Hagner démontre comment l’étude du cerveau de Lénine, conduite en 1927 par l’anatomiste Oskar Vogt (directeur de l’Institut de recherches sur le cerveau à Moscou), s’intégrait « au culte de Lénine qui naissait à cette époque » (p. 247). Il n’est pas sans intérêt de noter que cet Institut réunira les cerveaux de la fine fleur du monde des arts et des lettres de l’Union soviétique, parmi lesquels les cerveaux de Vladimir Maïakovski, Maxime Gorki, Ivan Pavlov, Sergueï Eisenstein, Staline et, plus tard, celui de Andreï Sakharov.

  • 7 Cf. Michael Hagner & Cornelius Borck, « Mindful Practices : On the Neurosciences in the Twentieth C (...)

25L’étendue du savoir de Michael Hagner dans les domaines les plus variés, indépendamment des contextes nationaux, lui permet de retracer les moments fondateurs de l’histoire de la recherche sur le cerveau afin d’en mieux cerner les enjeux actuels. Et l’auteur de nous rappeler pertinemment que c’est au moment même où la comparaison entre le cerveau et l’ordinateur gagne une consistance théorique que le cerveau d’Albert Einstein devient objet de culte pour le public. Le cerveau de Einstein fut découpé par Thomas Harvey en 240 blocs cubiques qui ont été ensuite dispersés dans le monde entier à l’instar des reliques chrétiennes (p. 304). Quant au cerveau d’Ulrike Meinhof qui était, lors de sa mort survenue en 1976, un objet médico-légal, il devient, à partir des années 1990, un objet scientifique censé apporter des lumières sur les rapports entre un certain type de comportement (terrorisme) et une lésion cérébrale (opération neurochirurgicale d’une tumeur en 1962). C’est à l’examen de cette nouvelle forme de « cyber-phrénologie », au développement considérable de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et des techniques de visualisation du cerveau et des fonctions mentales qu’est consacrée la dernière partie du livre. Réservé à l’égard des sub-domaines au sein des neurosciences7, parmi lesquels la neuro-économie, la neuro-pédagogie et la neuro-criminologie, Hagner note la façon dont « certaines idées issues de la théorie classique de la localisation au xixe siècle font leur retour » (p. 307). Loin de constituer une véritable rupture conceptuelle et technologique, les neurosciences en reprenant les vieilles questions anthropologiques fondamentales de la liberté et de la nécessité, de l’autonomie du sujet et du libre arbitre, risquent de réactualiser un nouveau déterminisme (id.).

  • 8 Pour une approche de la façon dont le « moi » a été en Occident successivement identifié avec l’âme (...)

26L’un des grands apports de ce livre réside dans sa tentative de retracer une ligne de continuité entre passé et présent et, par là, d’inviter à réfléchir sur cette singulière identification, historiquement située, entre le « moi » et le cerveau8.

27Nélia Dias

Corps

Christophe Colera, La Nudité. Pratiques et significations. Paris, Éd. du Cygne, 2008, 187 p., bibl. (« Essai »)

28À en juger au nombre de publications sur le corps depuis le début des années 2000, ce thème constitue un des sujets d’étude favoris du moment. Si l’ouvrage de Christophe Colera se rattache, de fait, à ce corpus, l’auteur cherche à s’en distinguer en faisant de la nudité un « objet d’investigation en soi » (p. 5) dont il se propose de saisir les significations intrinsèques. Pour ce faire, il définit la nudité par sa perception – « est nue la personne qui pense d’elle-même (lorsqu’elle est seule) ou dont les autres peuvent penser (quand elle leur fait face), dans une situation donnée, qu’elle l’est » (p. 6) – et recourt à la méthode des idéals-types (Max Weber), tout en prétendant ancrer son propos dans une « dimension universelle et anthropologique » (p. 9). Pour mieux asseoir cette dimension, le premier chapitre est consacré aux éclairages phylogénétiques et ontogéniques que l’anthropologie physique, couplée à la psychologie, apporte à la compréhension de la nudité chez l’Homo sapiens. En effet, précise Christophe Colera, pour déceler quelles significations recouvre la nudité dans un contexte social donné, il faut savoir pourquoi « il y a de la nudité et quels mécanismes biologiques celle-ci provoque chez les individus d’une façon constante dans toutes les cultures, depuis l’origine de l’homo sapiens [sic] et même peut-être des espèces antérieures à son apparition » (p. 12). Cette approche représente, selon l’auteur, la condition même pour définir des idéals-types « pertinents pour toute l’humanité à toutes les époques » (id.).

29La confrontation de différentes théories permet à Christophe Colera de mettre en évidence, d’une part, le rôle que jouent le redressement du squelette et la perte des poils dans la mise en place de réflexes de protection et de pudeur, et, d’autre part, la dissymétrie de la nudité féminine par rapport à la nudité masculine – cette dissymétrie ne répondant pas, pour l’auteur, à une construction culturelle, mais à une évolution liée à la sélection naturelle : la nudité féminine comporte ainsi en elle-même une charge érogène. Il en résulte que les transgressions relatives à la nudité sont chargées d’une intensité émotionnelle très forte. Une fois posé le cadre d’une « animalité humaine, mue par un rapport spécifique à l’érotisme de sa nudité » (p. 27), il est possible, affirme l’auteur, de dégager les fonctions idéales-typiques universelles : la nudité fonctionnelle, la nudité-affirmation, la nudité-humiliation et la nudité-don, auxquelles correspondent les chapitres II à V de l’ouvrage.

30Dans certaines situations, l’être humain n’a pas besoin de vêtements : bain, sommeil, relations sexuelles… Cette nudité n’échappe toutefois pas au conditionnement social : on est plus ou moins nu lors de ces occupations en fonction des milieux sociaux, des époques, des pays. L’éventualité d’une exposition au regard extérieur donne lieu, en outre, à des ambiguïtés sur lesquelles les cultures ont abondamment disserté. Christophe Colera explore ainsi la nudité au bain, la nudité en plein air, la nudité médicale, la nudité cadavérique et la nudité de classe. Il conclut à une banalisation de la nudité fonctionnelle, dans la sphère culturelle occidentale actuelle, dans l’espace tant public que domestique, à mesure que les niveaux de vie, d’hygiène et d’éducation s’élèvent.

31En dehors de la nudité fonctionnelle, l’usage le plus répandu de la nudité la pose en affirmation de soi-même, sous deux modalités : l’affirmation d’une puissance et l’affirmation d’une rupture. La manifestation de la puissance diffère dans la nudité masculine et dans la nudité féminine. La première est considérée dans beaucoup de sociétés comme une « arme de guerre » (p. 62) ; elle évoque la menace d’une action immédiate sur le corps de sa future victime, tandis que la seconde agit, à distance, sous la forme d’une capacité d’envoûtement ou d’une force érotique. La nudité féminine est également associée à la puissance fécondatrice de la nature. L’affirmation de la rupture se traduit dans une nudité transgressive suggérant que l’individu ou le groupe qui la pratique s’imagine capable de vivre en dehors des interdits. Ce type de nudité est réservé à des moments et des espaces spécifiques (carnaval, rite de passage, rituel de mariage…) ou à des catégories sociales particulières (prêtres, sorciers, chamanes, devins, prophètes, anachorètes). La nudité-rupture connaît aussi une exploitation artistique et politique où elle peut prendre une forme transgressive ou intégrative, comme en témoigne le clivage entre la nudité transgressive des artistes d’avant-garde et la nudité intégrative du nu académique.

32L’idéal-type d’une nudité affirmation de la puissance connaît son symétrique inverse : la nudité comme réduction de la puissance, la nudité-humiliation. Les mécanismes de cette nudité reposent sur la fragilité de la peau, les projections sociales liées au vêtement – à la fois marqueur social et « armature identitaire » (p. 115) – et le tabou de la monstration des parties génitales. Composante de la torture, instrument privilégié des vengeances et des punitions individuelles et collectives, la nudité-humiliation participe de la destruction de l’ordre en cas de guerre, par exemple, et de la restauration de l’ordre, par sa dimension judiciaire notamment. Non sans paradoxe, il est des contextes où l’humiliation du dénudement se transforme en affirmation provocante de soi, comme dans certains cas d’auto-mortification ou certaines relations de couple.

33Enfin la nudité peut s’envisager sous le jour de l’« aban-don » (p. 147), c’est-à-dire principalement comme un don. Cette nudité, plus particulièrement féminine compte tenu de la dimension érogène du corps nu des femmes, constitue un don au regard des autres, dans un sacrifice de la pudeur et de la vertu. La notion de nudité-don s’applique également à la nudité pornographique en tant que don qui trouve son contre-don immédiat dans la rémunération pécuniaire. La nudité féminine peut prendre aussi la forme d’un don devant la divinité conduisant tantôt à son voilement, tantôt à son dévoilement. Enfin la nudité-don des femmes participe à l’ordre public et cosmologique comme, par exemple, la pratique de la nudité au harem dans l’Égypte ancienne où elle représentait un don politique qui engageait la stabilité de la société et, au travers des croyances liées à l’activité sexuelle du pharaon, l’ordre cosmique tout entier.

34En conclusion, Christophe Colera réaffirme les déterminations biologiques du rapport à la nudité. La plupart des usages sociaux rattachés à cette dernière se laissent, selon lui, « aisément subsumer sous des idéaux-types [sic] universels qui sont autant de constantes anthropologiques », tout en prenant en compte les différentes cultures dans lesquelles ils s’expriment (p. 173). Même banalisée et normalisée par des conventions, la nudité reste marquée par une « connivence avec une nature non socialisée, à la fois libre et dangereuse » (p. 174). Mais ce constat, précise Christophe Colera, n’implique pas que cette constante universelle soit immuable. Il lui paraît ainsi « tout à fait concevable » que la conscience que chacun a de son corps et de celui des autres se modifie un jour sous l’effet d’une légalisation universelle du « droit à la nudité », de mutations génétiques ou de transformations de la nature humaine par l’incorporation d’instruments technologiques, voire par la création de machines androïdes. Pour l’heure, la continuité des caractéristiques communes de l’espèce prédomine.

35Bien qu’on soit averti dès l’introduction que ce travail représente un « débroussaillage » dont « on ne pourra tirer aucune grande théorie » (p. 10), sa lecture n’en procure pas moins une certaine perplexité. Il manque, en effet, au lecteur des clés de compréhension de la démonstration. Ainsi, même s’il adhère à l’hypothèse d’un fondement biologique dans le rapport que les hommes entretiennent avec la nudité, il se montrera plus réticent à voir cette hypothèse se transformer en un postulat du lien de causalité entre les déterminations biologiques dues « à l’évolution particulière de l’homo sapiens [sic] » (p. 25) et la force de l’intensité émotionnelle engendrée par la transgression des tabous qui entourent la nudité. Par ailleurs, le mode de construction des « idéaux-types » [sic] ne manquera pas de l’interpeller, l’auteur avançant pour seule justification que ce sont des « catégories universelles préalablement définies » (p. 7). La manière dont ces dernières ont été élaborées n’est pas dévoilée. Si l’idéal-type « nudité fonctionnelle » exprime par lui-même sa cohérence, sur quoi se base l’association de la nudité avec l’affirmation de soi, l’humiliation ou encore le don ? Pourquoi ces choix et pas d’autres ? L’absence d’explication porte à penser qu’à la manière d’une personne qui a perdu ses clés et les cherche sous un réverbère car c’est l’unique endroit éclairé, Christophe Colera cherche les significations de la nudité à la lumière d’un cadre qu’il a lui-même déterminé arbitrairement. La juxtaposition d’illustrations choisies à dessein pour conforter la pertinence des idéals-types plus que pour la mettre à l’épreuve vient renforcer cette impression. Certes, sous couvert d’anthropologie, l’auteur fait appel à une grande diversité de matériaux dans l’espace et dans le temps. Mais il n’y pioche que des exemples qui abondent dans le sens de sa démonstration – tout en balayant des sources de valeur et de portée différentes sans hiérarchie, ni recul critique. Enfin, le trouble du lecteur est également alimenté par l’absence de distinction entre nudité réelle et nudité métaphorique qui le ballotte de l’image de la beauté surprise au bain au pantalon taille basse des jeunes lycéennes, de l’éviscération au port du voile… Bref, l’ambitieux projet d’« embrasser une vision de la nudité humaine qui se veut applicable à l’ensemble de l’espèce » (p. 7) reste fort éloigné.

36Catherine Tourre-Malen

Catherine Deschamps & Anne Souyris, Femmes publiques. Les féminismes à l’épreuve de la prostitution. Paris, Amsterdam, 2008, 188 p., bibl.

37Cet ouvrage est né de la volonté de Catherine Deschamps, « socio-anthropologue », et d’Anne Souyris, journaliste et femme politique, de comprendre un phénomène qui leur paraît incompréhensible : la désolidarisation des féministes d’avec les personnes prostituées. En effet, alors que les principales organisations féministes devraient être, par vocation, « solidaires de celles et ceux qui sont exclus de l’égalité des droits » (p. 15), ces organisations ne soutiennent pas les prostitué(e)s dans leurs revendications, ni ne réagissent à l’accroissement de la répression qui les touche depuis la publication de la loi pour la sécurité intérieure (Lsi) en 2003. Contrairement aux positions féministes qui voient dans la prostitution « le paradigme absolu de la domination des hommes sur les femmes » (ibid.), les auteures ne l’envisagent pas sous un rapport d’assujettissement. Elles ne se préoccupent pas non plus de savoir si la prostitution constitue un métier comme un autre ou s’il faut l’éradiquer. Il s’agit, pour Catherine Deschamps et Anne Souyris, d’aider à l’émancipation des femmes et des hommes qui se prostituent, en les consultant plutôt qu’en les ignorant comme le prônent les féministes au prétexte d’une non-négociation de principe. Leur objectif n’est pas de discréditer le féminisme dont elles sont partie prenante, précisent-elles, mais de renouer le fil entre féministes et prostitué(e)s par une démarche qui prend en compte à la fois la variété des expériences individuelles et collectives des prostitué(e)s et la complexité des débats. Trois parties y sont consacrées : la première vise à dresser un état des lieux au niveau juridique et moral, la deuxième à étudier des forces en présence, la troisième à mettre en évidence les objets du litige.

38Avant de délimiter le cadre juridique et moral de la prostitution, il semble impératif à Catherine Deschamps, unique auteure du premier chapitre, de partager avec le lecteur les mêmes données et le même vocabulaire. Elle rappelle ainsi le sens des termes qui caractérisent les modèles rattachés à la prostitution – réglementarisme ou néo-réglementarisme, abolitionnisme, prohibitionnisme. Le réglementarisme est hérité de la doctrine d’Alexandre Parent-Dûchatelet. Ce médecin hygiéniste français du xixe siècle considérait la prostitution comme un « mal nécessaire » dont l’éradication relevait de l’utopie. Il fallait donc, selon lui, l’encadrer par une réglementation particulière. Avec certaines variantes, il fut le modèle dominant en Europe jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’abolitionnisme réclame, lui, l’abrogation des lois spécifiques qui concernent la prostitution – et non la disparition de la prostitution comme on l’entend souvent à tort, souligne Catherine Deschamps. Enfin, le prohibitionnisme s’attache à interdire la prostitution et à pénaliser l’ensemble de ses acteurs (prostitué(e)s, proxénètes, clients…). Il est en vigueur dans certains pays (États-Unis, Chine, États du golf persique…), sans être toujours appliqué à la lettre. À la suite de différentes résolutions adoptées aux niveaux national et international, la France a mis fin à toute forme de réglementation de la prostitution depuis 1960 ; en théorie du moins, dénonce Catherine Deschamps, car le statut de la prostitution reste ambigu. En effet, alors que cette pratique n’est pas illégale, qu’elle est soumise à l’impôt, que son caractère professionnel est implicitement reconnu, un arsenal de mesures l’entrave pour en limiter l’exercice, comme la récente Lsi qui pousse les prostitué(e)s à la clandestinité. Bien que les dispositions du droit commun répondent, d’après l’auteure, aux problèmes de la prostitution, une législation spécifique stigmatisante est à l’œuvre. Notamment en définissant de façon très large le proxénétisme – est qualifiée de proxénète toute personne appartenant à l’entourage des prostitué(e)s (enfants majeurs, bailleurs, conjoint…) –, cette législation laisse entendre qu’il n’est pas de prostitué(e)s sans souteneur, que la personne prostituée le reconnaisse comme tel ou pas. Sur la base de cette définition extensive, les mouvements féministes, aveugles à la réalité d’une prostitution volontaire, concluent qu’il n’est pas de prostitution sans contrainte. Cet argument justifie leur position favorable pour la disparition de la prostitution et participe, selon Catherine Deschamps, de l’économie d’une réflexion sur le contenu effectif de ce dispositif législatif.

39Dans le chapitre II, consacré aux forces en présence, les auteures avouent qu’elles ont réduit jusque-là le féminisme à ses positions dominantes, alors qu’il est non seulement multiple, mais encore traversé par de nombreuses oppositions : posture essentialiste ou différentialiste vs posture anti-essentialiste, courants séparatistes vs courants favorables à la mixité, tenants d’un rejet d’une égalité par le droit, perçu comme « inscrit déjà dans le carcan sociétal » (p. 71) vs tenants d’une recherche de l’égalité hommes-femmes dans la loi… Elles notent, toutefois, que malgré ces clivages, les féminismes ont su, par le passé, s’allier autour d’un « plus petit dénominateur commun » pour défendre certaines causes, comme, par exemple, l’argument de la « réduction des risques » (p. 72) dans la bataille pour la légalisation de la pilule et l’avortement. C’est avec cet esprit d’alliance que Catherine Deschamps et Anne Souyris souhaitent renouer. Cela n’a rien d’évident car la prostitution et la pornographie font l’objet de controverses internationales qui ont contribué à l’éclatement de courants jusque-là unifiés (p. 77). La rupture, amorcée lors de la Barnard Conference en 1982, oppose les féministes pro-sexe qui envisagent pe de cette défiornographie s’attache de la vedu sexe », et les féministes pour qui l’une et l’autre correspondent à un « pur esclavage » (p. 78). En France, le regain d’intérêt des féministes pour la prostitution vient, d’après les auteures, du contexte particulier de la fin des années 1990, marquées par les démarches de santé communautaires dans la lutte contre le sida, l’accroissement visible de la prostitution de rue avec l’arrivée de jeunes femmes « proxénétisées » (p. 95) venues d’Europe de l’Est et d’Afrique anglophone, et la médiatisation expansive du discours antiprostitution. Dès lors, le combat contre la prostitution devient une priorité pour une majorité de féministes qui reprennent avec lui la lutte contre l’esclavage moderne des femmes. Catherine Deschamps et Anne Souyris reprochent à cette majorité de considérer toutes les personnes prostituées, non comme des « actrices de leur vie » (p. 98), mais comme des victimes qui, aliénées et donc inaptes à élaborer un discours par elles-mêmes, doivent être sauvées par le discours d’autres parlant en leur nom. Ces féministes en guerre contre la prostitution exercent, toujours selon les auteures, une forte influence dans les milieux scientifiques et politiques français. En confisquant les paroles alternatives, elles contrarient d’autant la « puissance d’agir » (p. 117) des prostitué(e)s et des femmes qu’elles ne rangent pas dans leur camp.

40Le chapitre III vise à dégager les points de conflit qui séparent « lutte contre la prostitution et combat auprès des prostitué(e)s » (p. 120). Cette mise en évidence débouche sur une discussion plus large portant sur les perceptions de l’amour, de la sexualité et du consentement, défendues par les féministes. Parce que la prostitution relève de pratiques qui vont à l’encontre de certaines normes de conduites sexuelles imposées aux femmes dans une société donnée, non seulement la signification de ce terme porte une charge morale, mais encore implique un élément de stigmatisation. Citant Jean-Guy Nadeau – « Être prostituée ce n’est pas un métier du sexe, c’est une façon d’être regardée » (p. 154) –, les auteures concluent que plutôt d’être une activité qui devrait intéresser le droit du trala v, la prostitution est l’objet de toutes les attentions et de tous les fantasmes. Elle est réduite ainsi à une image. Ne se battre que pour ou contre cette image, regrettent-elles, fait oublier les réalités que vivent les prostitué(e)s et empêche d’élaborer, à partir de ces réalités, des changements pour réduire les discriminations dont elles/ils font l’objet actuellement. Catherine Deschamps et Anne Souyris ont choisi, elles, de gérer au mieux l’exercice de la prostitution au lieu d’espérer son hypothétique disparition. Elles proposent pour cela d’auditionner l’ensemble de ses acteurs, clients et proxénètes compris, afin de saisir la question dans sa complexité. Il leur apparaît aussi nécessaire d’étudier les débats qui ont conduit aux choix législatifs dans des pays aux modèles opposés à celui de la France : Suisse, Espagne, Pays-Bas, Allemagne, mais aussi États-Unis et Suède. Elles dégagent ensuite des pistes qui, quoique provisoires puisque le travail reste à effectuer, se fondent sur deux grands postulats : le refus de toute loi qui pénalise les prostitué(e)s et le rejet des lois qui, sans les pénaliser directement, s’avèrent contreproductives pour elles/eux.

41En conclusion, les auteures précisent que pointer les dangers d’une opposition à la prostitution, comme elles l’ont fait, n’équivaut nullement à se déclarer pour la prostitution. Leur but, rappellent-elles, était, hors jugement positif ou négatif sur la prostitution, d’encourager les mouvements de gauche et féministes à s’unir à nouveau avec les prostitué(e)s pour réduire les stigmatisations morale, sociale et législative qui pèsent sur celles et ceux qui vendent des services sexuels. Sans plus de procès, sans logique de « donnant, donnant », il s’agit, pour elles, d’entrer dès à présent dans une période de solidarité et d’action. Une démarche pragmatique de réduction des risques, de tous les risques, réaffirment les auteures, représente la seule démarche permettant de conquérir pas à pas l’égalité, d’autant qu’elle a su créer, par le passé, des rassemblements par-delà les divergences idéologiques et apporter la victoire à des combats qui semblaient perdus.

42Femmes publiques est un livre engagé ; ses auteures ne s’en cachent pas, revendiquant même une approche qui se tient « à l’intersection de l’action politique et de l’analyse » (p. 18). Certains reprocheront sans doute le ton polémique de quelques paragraphes et/ou déploreront l’effacement de la froide objectivité dont devrait faire preuve le chercheur, au profit de l’engagement militant. Mais Max Weber ne définissait-il pas les sciences sociales comme des disciplines de combat propres à éclairer les grands problèmes ? D’autres regretteront que le contenu de l’ouvrage prenne parfois une tournure plus journalistique que scientifique à proprement parler. En effet, bien que la démonstration se veuille rigoureuse, les arguments sont, par endroit, plus assénés qu’étayés : par exemple, l’étude des mécanismes de la « punition directe ou indirecte » (p. 131) du déplacement des femmes (pp. 130-132), ou la partie relative à la sacralisation de la sexualité, de l’amour et du couple dans la société occidentale (pp. 140-142) ne font référence à aucun travaux. Aussi ce livre s’adresse t-il davantage à un public motivé qu’à un public érudit.

43Cela dit, de la pelote embrouillée que constituent les relations entre prostitution, idéologies féministes, politiques publiques, dispositifs législatifs et leurs conséquences, vécus des prostitué(e)s, revendications des divers courants, Catherine Deschamps et Anne Souyris tirent des fils qui ne manqueront pas de donner des éléments de réflexion au lecteur ; d’autant que, malgré quelques passages un peu labyrinthiques, les auteures témoignent d’un souci pédagogique appréciable. Ainsi la mise en regard, dans le premier chapitre, d’articles de loi avec des situations de terrain est particulièrement instructive. De même, le parallèle établi entre les débats sur la toxicomanie et ceux sur la prostitution offre des pistes intéressantes. Il est difficile de prédire si le propos des auteures atteindra son objectif – réunir les féministes auprès des prostitué(e)s –, mais son enjeu paraît d’actualité compte tenu des déclarations récentes de parlementaires qui envisagent la réouverture des « maisons closes ». Ne serait-ce que pour saisir les positions des protagonistes qui participent à cette actualité, on peut recommander la lecture de Femmes publiques.

44Catherine Tourre-Malen

Travail

Massimiliano Mollona, Geert De Neve & Jonathan Parry, eds, Industrial Work and Life. An Anthropological Reader. Oxford, Berg, 2009, 480 p., bibl., index

45L’anthropologie des mondes industriels tient ici un excellent manuel qui présente de manière dynamique et critique les débats majeurs de ce champ et ouvre des pistes de recherche et d’enseignement. Ce recueil est composé de vingt-quatre essais classiques et contemporains, répartis en cinq chapitres et mis en perspective par autant d’introductions. Massimiliano Mollona, dans son essai introductif, offre quatre propositions signalant comment « la perspective ethnographique récuse les présupposés des principales théories sociales, et souligne de possibles développements théoriques » (p. xvi) : l’usine est un espace social et politique, et non un simple espace de production ; les trajectoires de l’industrialisation sont multiples (p. xviii) ; la relation industrialisation-marché-État-démocratie est fausse et la fin de l’idéologie de la modernisation implique une crise de la démocratie occidentale industrielle (p. xxi) ; les reconfigurations économiques contemporaines ouvrent de nouvelles formes de stratification et de nouveaux modes d’action politique (p. xxiii).

46De l’Angleterre et du Japon du xixe siècle à la Zambie, des zones économiques spéciales de la Malaisie aux usines et ateliers de l’Inde jusqu’aux industries nucléaires en France, l’ouvrage retrace les multiples manières dont le capitalisme s’est implanté dans le temps et l’espace. Les textes choisis pour leur richesse ethnographique et théorique insistent sur les complexités des rapports au temps, à l’autorité, à la modernité, au genre, mais aussi des formations de projets collectifs, loin d’une pensée linéaire fondée sur les oppositions binaires des théories marxistes de la modernité et du développement.

  • 9 Christopher Pinney, « On Living in the Kal(i)yug : Notes from Nagda, Madhya Pradesh », Contribution (...)

47La dimension temporelle a toujours figuré en excellente place dans l’étude des mondes industriels, au cœur de l’articulation entre de multiples modes d’organisation du trala v (Edward P. Thompson, Harry Braverman) et de production (James Carrier), des petits ateliers aux grandes usines. L’opposition défendue par Edward P. Thompson entre le temps des ouvriers et des paysans, entre les régimes pré-industriels et industriels, sert de base à une analyse de la diversité du remodelage du temps (Thomas C. Smith, Jonathan Parry). Jonathan Parry nuance, grâce à une ethnographie menée dans une usine du centre de l’Inde, la soumission des trala vleurs et pointe la flexibilité du temps de l’usine, ses tâches intermittentes et les possibilités de socialiser. Pinney9 montre que le temps industriel s’impose aussi aux grands propriétaires terriens, qui peinent à recruter des trala vleurs agricoles attirés par des horaires fixés par une sirène. Le temps de l’usine décrit par Edward P. Thompson peut aussi se rapprocher, en référence à la période Tokugawa, du temps agricole et de ses tâches synchronisées, comme dans le Japon pré-1868.

48Le découpage du temps s’inscrit dans un projet disciplinaire contesté de multiples façons par les ouvriers, hommes et femmes. Aihwa Ong s’inspire de Edward P. Thompson pour mieux affirmer comment les phénomènes de possession dans les usines des multinationales, en Malaisie, répondraient à une protestation des femmes ouvrières contre le régime industriel, son temps et sa discipline.

49La discipline, le contrôle et le consentement constituent des enjeux majeurs pour le capital : « Il s’agit moins de persuader les trala vleurs de venir au trala v que de les persuader de trala vler quand ils sont présents. La solution évidente est d’accroître le contrôle » (Introduction du chap. II, p. 105). Mais si le temps et les gestes sont sectionnés et mesurés par les théories du management, ils n’impliquent pas une perte des compétences des ouvriers (Harry Braverman ; James Carrier, pp. 208-209). Les manières dont ces derniers contournent, arrêtent ou accélèrent le temps et la machine (Michael Burawoy) témoignent de dynamiques de négociations autour de la production de disciplines et de rythmes de trala v, au sein desquelles se manifestent des résistances, des adaptations et des modes de consentement, produisant des redéfinitions variées de la masculinité (Françoise Zonabend).

50Si Michael Burawoy considère l’usine comme le lieu décisif de la production du contrôle et des résistances, les différents essais du troisième chapitre définissent, au contraire, toutes les interpénétrations de l’usine et de la vie sociale et familiale. De même, la critique de l’interprétation du processus industriel comme une tendance historique, unilinéaire et universelle séparant le trala v en usine de la vie familiale (p. 194) est nuancée par des études sur le genre et sur les modes de gestion de la main-d’œuvre montrant toute la diversité des situations. La prédominance de petits ateliers dans les mondes du trala v industriels peut à la fois renforcer le contrôle au moyen de liens de parenté ou de caste, mais aussi apporter une grande flexibilité en minimisant la séparation trala v/vie privée.

51Il en va de même pour d’autres dichotomies discutées par Max Gluckman (tribal/ouvrier), Geert De Neve (trala vleur libre/non libre), Chitra Joshi et James Ferguson (industrialisation et progrès). Les projets de société construits autour du temps linéaire du progrès (modernisation, urbanisation, industrialisation) par étapes (pré-capitalisme…) sont discutés dans les travaux de James Ferguson et de Chitra Joshi. Les deux auteurs analysent comment la mondialisation économique s’appuie sur une différenciation économique des espaces et sur des processus de désindustrialisation, en Zambie où la production de cuivre s’est arrêtée (Ferguson), puis à Kanpur en Inde, fleuron de la chaussure, devenu friche industrielle (Joshi). Geert De Neve montre, de son côté, toute la complexité d’une division entre trala vleurs libres et non libres qui résiste peu à l’examen des réalités quotidiennes. Le capitalisme repose non pas sur des trala vleurs libres mais sur des formes contraintes de trala v négociées par les trala vleurs (pp. 293-298).

52Le primat accordé à l’ethnographie se révèle d’une grande finesse pour apprécier les trajectoires sinueuses suivies par les formes du capitalisme, loin d’un certain messianisme ou d’une théorisation déterminante : « la question n’est pas tant de déterminer pourquoi les classes ouvrières ont échoué à réaliser les attentes qui leur étaient théoriquement imputées, mais d’étudier comment et pourquoi elles se regroupaient à certains moments » (Rajnarayan Chandalarkar, p. 408).

53Pourtant, que faire d’une proposition telle que « les communautés minières (au moins celles basées sur un système d’extraction moderne et mécanisé) présentent des ressemblances non triviales » (p. 293) ? La catégorie de classe est traitée à partir du manifeste de Marx pour mieux saisir la complexité des nouvelles formes de politisation. L’insistance des anthropologues sur les identités multiples (culture, genre, caste) des trala vleurs, si elle a dilué la classe, ne l’a donc pas fait disparaître. Elle revient par l’intermédiaire des analyses des variations et des modes d’engagement dans des mouvements collectifs (dont on aimerait en savoir plus), comme au Japon (Christena Turner).

54Cette anthropologie (de l’histoire) des reconfigurations de l’espace, du temps et des rapports de pouvoir, induites par les formes du capitalisme industriel, laisse également apparaître que les catégories spatiales et temporelles demeurent conceptualisées de manière séparées. L’articulation espace-temps-pouvoir (plus que le temps, puis l’espace) est au cœur des politiques du trala v, avec les migrations, la consommation, les relations entre les usines, le voisinage et les lieux d’origine des trala vleurs, les formes de sous-traitance et de dé-re-localisations, ou encore les résistances à la discipline, autant de thèmes abordés dans l’ouvrage. Cela représente moins une contradiction qu’une conséquence de la diversité d’un ouvrage qui invite à plusieurs lectures possibles, à savoir épistémologique, historique et méthodologique. L’histoire de la construction des connaissances en anthropologie des mondes industriels, le plaidoyer pour un usage de l’ethnographie et de la comparaison fournissent ainsi une critique constructive des théories qui ont jalonné l’histoire de ce champ, nécessaire à l’étude des dynamiques sociales contemporaines. En conclusion, ce manuel constitue un ouvrage de référence, tant par les textes sélectionnés et leur articulation que par la qualité des introductions et de leurs références bibliographiques, mais aussi un rare programme d’enseignement en France.

55David Picherit

Richard Sennett, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat. Trad. de l’anglais (États-Unis) par Pierre-Emmanuel Dauzat. Paris, Albin Michel, 2010, 405 p., bibl., index

56Étrange livre que celui-là ! Son titre et son intention, exposée dans les premières pages, sont alléchants. Après s’être présenté comme « un esprit philosophique qui se pose des questions sur des choses comme le de la vedu bois, l’entraînement militaire ou les panneaux solaires » (p. 19) et s’être réclamé d’« une vieille tradition, celle du pragmatisme américain » (p. 26), l’auteur dit en effet vouloir s’intéresser à « ce que la fabrication des choses concrètes nous révèle de nous-mêmes » (p. 18). Hélas, le propos se gâte rapidement, et l’on comprend vite que l’auteur est en réalité un de ces philosophes que les idées générales – les leurs en particulier – intéressent infiniment plus que les faits et que les travaux effectués antérieurement par d’autres qu’eux, sauf s’ils abondent dans leur sens. La méfiance du lecteur est éveillée dès la page 18, quand Richard Sennett écrit imperturbablement que les sciences humaines et sociales ont négligé la « culture matérielle » (ce qui n’est pas entièrement faux) et qu’«  v nous faut donc ouvrir une page blanche » ! Richard Sennett aurait évité le ridicule de vouloir redécouvrir ainsi l’Amérique s’il avait fait l’effort de lire André Leroi-Gourhan (qu’il ne cite, page 41, qu’à propos d’un infime point de déta v), André-Georges Haudricourt, Bertrand Gille et tant d’autres dont v ignore tout.

57Que dit en substance Richard Sennett ? Dans la première partie de son livre (qui en comporte trois), en particulier dans le chapitre I, l’auteur définit l’artisan par l’« excellence » de son trala v, comme celui qui incarne « la condition humaine particulière de l’engagement » (p. 32). C’est pourquoi, selon lui, « quand la tête et la main, la technique et la science, l’art et le métier sont séparés, […] la tête en souffre » (id.). Et Richard Sennett de préciser : « À différents moments de l’histoire, l’activité concrète a été abaissée, dissociée des quêtes soi-disant plus nobles. La compétence technique a été coupée de l’imagination ; la réalité tangible mise en doute par la religion ; et la fierté du te la vebien fait, considérée c’attacluxe » (p. 33). Ce propos est illustré par les exemples des tisserands de l’Antiquité et des programmateurs de Linux et de Wikipedia, qui constitueraient autant de communautés d’artisans auxquelles pourrait s’appliquer l’antique appellation de dêmiourgoi, classe de ceux dont la condition est fondée sur « la qualité et l’excellence du trala v, qui est la marque primordiale de l’identité de l’artisan » (p. 39). Examinant ensuite les différents ressorts de la motivation au trala v (influence exercée par le commandement, impératif moral de trala vler dans l’intérêt de la communauté, concurrence entre les trala vleurs…), l’auteur compare les chantiers du bâtiment à Moscou vers 1988 et ceux du Japon, d’où son sentiment que le triomphalisme occidental après la chute de l’Urss reposait sur une opposition hâtive des vertus de la concurrence aux vices du collectivisme, au mépris des rôles effectifs de la concurrence et de la coopération. Richard Sennett déplore aussi que les sociétés se focalisent désormais sur le court terme : plus un employé « gagne en expérience, plus il perd en valeur institutionnelle » (pp. 52-53), le métier ne le protège plus, le de la vebien fait n’est plus payant… Les exemples de la Cao (conception assistée par ordinateur) et du Nhs (National Health Service) britannique sont ensuite utilisés pour montrer les ravages des compétences éclatées, des normes contradictoires, de la séparation de la tête et de la main et de l’« affaiblissement mental » (p. 74) auquel elle conduit. Au contraire, conclut l’auteur, ce sont les entreprises qui favorisent la coopération qui obtiennent la me vleure qualité.

58L’atelier (chap. II) est défini comme « un espace productif dans lequel les gens traitent en face-à-face des problèmes d’autorité. Cette définition se focalise […] sur les compétences comme source de la légitimité du commandement et de la dignité de l’obéissance […]. Dans l’artisanat, il faut un supérieur qui fixe les normes et [qui] forme. Dans l’atelier, les inégalités de compétences et d’expérience deviennent des problèmes de face-à-face » (p. 78). L’autorité d’un artisan ne peut reposer que sur ses compétences. Le foyer de l’artisan est le lieu qui réunit famille et te la v ; le maître-artisan est un père de substitution pour les apprentis qui lui sont confiés (au Moyen Âge, les enfants étaient traités comme des adultes dès six ou sept ans) : « L’atelier médiéval est un foyer soudé davantage par l’honneur que par l’amour » (p. 91). Quand le maître est seul, l’artisan devient artiste, comme le montrent les exemples de Benvenuto Cellini, célèbre orfèvre de la Renaissance italienne, ou du luthier Stradivarius, qui ont tous deux emporté leurs secrets dans la tombe. Cherchant à répondre à la question « pourquoi le savoir devient un secret personnev ? » (p. 105), Richard Sennett n’envisage que l’impossibilité de de nsmettre, qu’il attribue à l’étroitesse du marché et à l’impossibilité de garder les me vleurs apprentis, mais nullement à la volonté de ne pas de nsmettre, qui n’est évoquée ici qu’à travers les modalités de formation, par observation et imitation (« connaissance tacite », non verbalisée) plutôt que par explication et démonstration (« connaissance explicite »).

59À partir du xvie siècle, l’univers artisanal a été bouleversé par l’arrivée des machines (chap. III), qualifiées d’ennemies de l’artisan, par une « marée montante d’objets », par un « embarras de richesses » (p. 116). Les précurseurs des machines ont été les « outils spéculaires » (qui invitent à réfléchir sur soi). Richard Sennett en distingue deux sortes : les « répliquants » qui nous reflètent en nous imitant – « flûteur » (automate) de Vauc nson au xviiie siècle ; « femmes parfaites » du roman d’Ira Levin, Les Femmes de Stepford ; pacemakers, etc. – et les robots qui sont, eux, des agrandissements, des « amplifications » de nous-mêmes, notamment parce qu’ils trala vlent plus vite. Ces pré-machines ont débarqué dans un monde qui était celui de l’« artisan éclairé » décrit par l’Encyclopédie de Diderot, cette « bible de l’artisanat » (p. 128). Richard Sennett raconte comment, ayant voulu enquêter dans les ateliers à la manière d’ethnographes, Diderot et ses collaborateurs se seraient heurtés à l’obstacle du « savoir tacite », impossible à verbaliser : « C’est là une, peut-être la limite humaine fondamentale : le langage n’est pas un “outil spéculaire” adéquat pour les mouvements physiques du corps humain » (p. 133). À l’« artisan éclairé » de Diderot a succédé l’« artisan romantique », comparable à un musicien virtuose, de John Ruskin, écrivain britannique de l’époque victorienne. Au xixe siècle, les artisans ont combattu le machinisme sur trois fronts : contre les patrons, contre les ouvriers non qualifiés (souvent immigrés, qu’ils accusaient de prendre leurs places) et contre les machines – dernier combat qui se solda par un échec, en dépit de la supériorité du fait-main sur le fait-machine que Thorstein Veblen et C. Wright M vls, après Ruskin, continuèrent de célébrer.

60Richard Sennett considère la « cntaissementsline. sies e-typcance d’a73)localisation, selon luen die donner de ta. aecturese cle prst chiualifiaabaissaient traurs sec –rojes, la soucompitution,c, en du lor ordinte donAfriqupérance d’a75)localisfausqui onsidlités, d infio la làn ésianismecompéten(exemle é decueil a le de, de partailleiel on-tèvreee (Fergusup> sernisame, de parthie sxemuoderndu corifiéset moral, sting infonsidère la « cntaissementslle tradimécanismex forcesentslls uneuiférence, propotment l, qui es fin mult,ont reiiser lees poun. Ellroupaientsiècle, (binsi t par lo, célppellbmédecis-capies choi et cntai ontcal la mant pluts essais d. Ce propoétait celuiissancemhyscoscance ise enartislectsmordiale f de la t cntai onte actntoure, dissavers leles scienles atel’est (cletent laiisan, paune pag, binsi obstytiqn peu ance o’obstagetourancetes,e célébrer.

t moral, la premiupartie uel le l’obs. 52-53 pag, odernité et du dhnographie sur sela sexualiiselligde la concur coupée de lmecompéteories tion oinueuses suartisanre est seul,aclaiecienceligposies (au-cient pl oinueusr – posture’objetmise en ité ine.Il enncur coœil,e célébrer.

xixe

xxixxixxi, ilssup> sont eaents.t, que st pasle plaidune unett n’e qui ” aductifivers artispnatvu,e célébrer.

60Ric ce son les dégagent, et lrennett ranre est seul,gennett consiu encore lerépla quasementbiguïttisan ine.:le tradiméca repd9) et ation. L(cion es intrtubemes ouvria et ation. Ls unionsomb leursproposiiihard deviéfinissent, a qui pd9) re lx affirmer coscesates. Il scauses, commeserait-timulele revienovet déstoire de la cuparar unGuggdeheima quBilbaoce » (tbiguïttir tacieis ontmier chnistes s pour de tou d rcsérenc-derndulea nAm derdam)n messia ta. voué (s par lesont enses compétier nss,e célébrer.

Cela rfà l’srom1nlquêtmen?» (psouligne uteura v qvines et atesbmènes de la fierté du te lline., clt les roa reprà un ps » (p. 128). Rice propoellenc. Hélasu fait rfà lisame,De myséférenc n’loils ne une tné luanschantrras d: en »lencWittgrogine , sting infb estonis leuron degretciés et atesbmènes de lsitesma « punclut religve pa Masslle ansents et atesbmènes de lime poi,e célébrer.

60Richh marre aeouitées et ate souêont ot et n ; pacemn >Il enespavain tion, celle dus coll masques,Apragmatisleaératiaisie, ren  devi)conditiaire tempmpires du ca succéds et ateences et dance i relèvt religpCherchaisene la n>Le prde la plus qgalité, dInde dnièreCit-mas3, cactr les enfa pas nus » (pmachiDans lhrasemiupartie cori secnatpes mus de p quont ldétermiFil des.sence » dlsins den>CspaamilialHonAfaïe t.le chied bet prostituà une,s une td gn: phieflèeuInde, sta chaaue l’artis6s,e célébrer.

60Ricaeb.llec ident pour aphercènes les modi t cntai lhéorietanismex, cellet de norahes, et s’ernt, que fa un espr pas unication des chos,re partie hard S prostitulontIl s, que frrer logiqueen>Celaue, uspèui de e traditijeue du tralaphes que les idéeus de pvntaite »ffect du cmpiree d. Cal ests prédeles, a n’rue vieilltrati d’un-démoiustrie lo socistémologiqurietaréférences bib)té. Il le terrain est partiviompur de e ses ui ne maent plus qungudialeuraiture dnar le cou de vleurs…)les atlesont ee, uvtant dagricobesoet coerait-onalrllenc. Hélmporteioa tombeptualisées del « la piel commiectofaphie mensting infbreuèmebtès et emponner desnc pass intérhardy iliano Mard Sennett, Ce que; paceférephysr des po socistde socié Chirure dn la lisentrés) du déptencesdesnc étéeuscont n’eus de p et de leurst des pique a s tralidépbécr de(redé la vedosture(Introdu dansVmanie et têtames Carr5-243,n-désbmo qui artisgagent,ation («  d’origge et lfort de lire André Lmps agricode Des. Les anie etlibisent la la tête et dls proté et du dhns phy portli»lencution de a Des.iune opposines. Leboutioredécploaire temst pasent arétlotés, d ila tête et d des étuste)les atxctitan)t une s,e célébrer.

Cspaamiliue l’taitessd artisgr lees od’un60:lctivisme, dentalontitutiode phie et de la et emponner de de p emps ecte donAfriqumobiréuniarable à l cpar ltré-cade phinfude, la soiècdans leplus q(st seul, ap. II)renoser que sur sesus de p et de leur le cod luté d’utltiples modes d’organisatilivreépit de la sute ten a été favorisent la anie etectifs de la de pomprend stitu,.e sur «o cherche,…] litrd Senneé)s de Sorainvisme divergences i(, seloi>57

ute evtt moral, la prems de terrain est partiexasrisenne mise e monrt, que sode vousu ! Son clairunt à réeut-êt sexualii a etéhDe l’A attribuitésan:teiée le menf de lae méfiancses autye indusra fait ni pd9) !e célébrer.

Muouvemo1n3">Travail

57 punclraie s pisteséclpragmte de Vauc nson au 11a 11ara> compard, dan. Hélaitd menf rm luttimrn,c, en storiqi de Simha Aa hGyès s’,titution ochgr lees mérique proté etns celles ensuite lesituatioqoerait. IIr est nuanléments que les idéesanie et exceNe serai aitdoccaper< la maniarable dem>faphie menarable dem>fe les idé compsstoid son laavecon,hapitre, est es s’ent pla ansard, dass olu fixles pd pistiils traléconomiqparti ontmaniarable des e comTla trable des e.’IraaFgnfaé lBituiEncyclcoUnisrchaonquse crit daux saqntes de de fjet dis et lrennquse méfiancsla aconomineéurs analyol, l’art(est là uneverbalisrs analyol,et uta chaautvotrieune tds.e senne m sixtmaniarable des span>llvic se pose dsophique démaniarable des span>l unie po our lesrage pr quon léfhvic se pose dss slif-rtisans auapprela vleis ateest aveeisrs analyent. stiea ny Cherchant et fc d’un infvs spard P. Tl l’efconsidérs ouvr’un ont cis en ciclairdérence, achapitie doven,c, Simha Aa hGeurs sect ? Dans la premius olu fea nes ontreres apprerique artisoffeéuis aeon léfotè danst, que fasup>eseraitviompu monda-iond/spanCdes afendanceIrNdgrèBilts sol’aliser. Pinney12a 12ara> cIraaFgnfaé lBituiEncycl l’ouvauteur ets »ities idue,entslle t v, com auquesitd mlcoUdeciltiplesar ltr tytihomain, lnnCdes afendanon, eaun mondenvopluseraites mode aussi fgnfaé rnier cmuaon lirésle,, com auquesitd, compara ét (Fergusup> ace dans lrabteorier ch de une uafenatisde,es dégagle et tansièclepon pré-1868.

llvic ses méfré- fl: Ndol« laMokenzoenvimetconnaes ont mso aris, mais Syl drompBs poune aceimitaresobsLqui se pose d la la maniarable dece) brittemporelljuet de ?e norahn CherchatombobsLquipirees mse brittemporelljuet d. Od’un artpadeCherchant ss atle se pose dsoas entrras de liser. Pinney13an13ara> cNtulontpourquoiimitil a x Pygmns cu’eux, poru’ils are estc trablal ient nslaitdille pet lrent immigrlit-mas3’i-ce célébrer.

r ne du nt xperx pour mrevient a une conier crnité et eeurs secns pistesdeouvria et ments leur étaiees migurioe de listorique et mLmps revienovet decompéte eSimha Aa hGntal essstratif moral devide de calise [sées sus trablaontea Dentué en m>47arable demvain britanmaniarable dem>enNousqui rapsinr dans l” adéqceux dontdes dynamiqlu enquÙartisanratrabtems de litavLmpss neosit ou dep, notamartist cntai o du faiuctif dlsaginchque araitdillee, grxt miliuux saisir lampssxigeaié, ong>. Trase àdu tûémoiue orterd, dantisat [qui] de De ép « l,ng>. Trase àtrablale harde dl7 » (p. notamar#ftn9">rences bime, ren itesma éqcistdéqceuune ubteo n, en Zrabte exn ela mune usprst chiuallcoUne donee du tralaté le cntaisssaee condemeusssaonier rv, mais nulfque, unirésistart (Fer du te Jamnvir dnar le>ibiloligé ll » (mmation, lredéc arablion,céboutesritan)rité. Ceve anie etecg. Cettliser. Pinney14a 14ara>,i pnt immigpropoelt fai du secns pistesdcalise [polyihomasandier lyplinei d. Ds’inscrd, dan(plus qméfrllaié ne pale chun insmecompéteo aconoféteo erait-urcat vou heurtés à lmmaotn dnnpuie sur une cettepl oixde trala vaue vieide prp> sont eaents.tprend stregiopoe affa identin soufre- piqsistg); pa r itdilleisolpour apha pre introdux pour d’étudet pourqaiseoouaffirmerrrivqui emps eaJoshi.mant Mu de vleurase ànes rapdont onruster: «,faphie mentote la xtpit de la is ontetu dv nonioté tis nullalidque la fabarable pace, du aue v de praespaces et sur dient a unfr les attend,atioarti ccmsois nul la main, la hard S -mas3’is tral, et ) du dépmontan pitlnnrll/span>Il en va dl/spe voulent ariatiotes i(, sematess uchh m pag)Lmps revieé pogitéshcalise [soldalsant D, que faages s, ou en idasefporelllalidnés et ets état le cigé llconditiaireue fqui ft es s’, clt le pl sountmn Zrabteontempposiiiharcxtracse [soldalsan,marchéée de lmecompéteion dee et de lsyneur tiras q” adàé def rmpuis xy efriquis hhi. Les pieimala vanalybatle se faitrable pacalipouaffi, ca » d pc la vednces em, ila dtote l affirmerrable ppon pré-1868.

, clt et vouloir snde terrain est partifaitrabteo etmn Zrable dem>,tlisentiser.rm. L’aclairunt,re pa Des.i l’i,dls igt ceuxnt xaiquesusr es léf” a>, clt iion def la ueraie mnvitent à ontcs modes ddes dynamiqenfe les idultur Simha Aa hGy#ftn9">d Senneéoù son serminanrabtemintrolaidccmso traisourc prs,srage prt msopos se ontes ouvree regroupaientap «seté faigé lance d’a70),e célébrer.

arablnaml’artisanat

de Diplic par , oyercula-ques doptet doncosé la ésle loila fabsxige que et atesbnt«  de listorique et m comp pistesaitplit pds(, sece, acv de p ors enfa paj, csubi itueraiees pos d’ées mést aitdinjuet raie volonte…) indusruse msigercomme dodla ole pag,Chanda38)rour du s, qee deux sma LeLes imiils neligvear unau cœur rles attené concrspropla v n auapprsppas l : «dDiplinarcxt> de Dideroel communaupulo-mear ra lsterépladdocnage cirdèrerue, e montacc, en de pistesontempotacian! Son physr d du tune tds.a ansa uercines «e dde tos,terminanu ii ipalmpardreru/span> concrtralsoral d à volontde dnmplla soemponner de, qe dans leratccrelèvttrs ma LeLes ui nsmet vouloir ss enfaamartis pistesai. mtiq est ne palé «erguem>, clt lepota» (nstressentubstituticv de , ré ici qutions etifs de l uniezt ensuite les a LeLesl’ d’a5ce » (p.ttenrd, qui eaiques lepl’eses liear n’hhèvtt puction ntenteipourquxon eontac em d: en a un espr pasnre est ,mn Zrable dem>,t aes pru ctui3licit,t aes pru dem>,t tanmani dem>,ttubstituartisantrés ue faageii,t eontacs de lé tangpota afirnt c, e t, euxrns auapprearont une mource de la ment tofétegagemente célébrer.

47 tralesigerahn l’at lagst,sras, commesentnouut ltipldllip mse yrot bteorient artisa dotueirDideroJiplproposance ierbalisée)deroJcontoposance, dlités, d iint empl est traitée 1998remeni , qui e menartque la fabreux dontdes dynamiqlepherté desutltiple voutnst c emst eporte tro tis nulaupuluel s d’orgphDn hDnee deux sire de degmentaledans lenivése, rca tombse [soque dsent plusHDideros aoas aiquesest insepient traitecompéteo ts physi,ttubst son lvria f rmité leM, noleM,iqul » (p vleurs…), et fans entnissent,s, mais nulatrads es so, ms anie ie a eesseignem,laneuony Pecteon pistesdis nient et lrenrenoseristcnisamelea nintentxt sur « lacxtracartislmel Burepha ol Dans . Ceessjeuesv non’enviune tné ta l (s s’st c emst politiq ’eurerualifidlepo our eparticuCherenttné lental e d ré ant ,le dans qui r ne re proennettuts, ou e: « À dbnt ensuilones et atee voutnst, que dde toraie a >e célébrer.

e célébrer.

de Dif de lsnd straca lieurs secrdu lvieip ctui3licita fabghne t.lefro- pragmatisse deuvleurso-ir dm>enLvleurase à/em>,tts nouut r ne re p petéh,ro enà travers les mc plnt saoraies linarclœvas de riches22xe »un-dé dbnt ensCecill’arIrflowl’apesen c’estrama Ler,, ong>. Trs…)s s’eient traitderoelompéteo thisie po our vocdlréplaer à é deeru/span>un artislrent immim; « f our en auapprspt infinenquêtant p,arIrflowl’a nous imi’hecd Senn espacsexualiiutéduueluianfaamarma LeLeance d’a44)ostitenat lagst, etc.mation, l, d’auts ne sritan) exceeouvrihh ma, de ae vee ,riencu se focalisentmet vouloir s ont ars nusn>Il eles mc plal e dnt pluths sit (p. 3r uneralinenquênar uvin, l compa curence, ma LeLesdis ni)

un av, maidans as in’eis ateaunnst, que sigues al’ d’a58),remenes méfrale tombnt x ne palé exceunc. Hélat infglobsuenim>).lc>la, prostitut, que idansauste,dmerem(s a)ieéntet donérêtrae liornam/en auaprchTrs…,arnt é’lreghiuptombaa LeLesdcomTle v de p saue, is idansérnt eflàrép-mas3un axté de ne pannett,i Nflèitutiacnédnces emns cr d’a76-177ifiésé d’au cœa étvtné nih lste,e tege pr esotene ontaa LeLesdrence, rs anal ses co et aescDner a eetra qualifidui ectimrct,r ontseptituneles mbantisaerépnous,t pourlleencres.iuna lpti une acorenostit r ne p auaprchTrs…,éfinissent, ant c, f rmpu donétieme la ensuite lsr ordinau cœur r exptlnténhostde l’l’’am4m>enue damentalem> » (p. v noue) rd entuue la f deen inenquêaa LeLesdrom av, macomt iiobligd, csoraitée, rpd piier chnase scrdu lvieinalsante célébrer.

arablnam eralealira r exoulo, paces ép « lsdrom alus d. Ds’nièro ts emm> de Divear unanie e ient a une chh ma,/ ont a inenquêates. igros atémoit (peontactiple rdod(uses, commetdu fartisanbasnn,mh rmisle tradimer hintros trals ne,tal essremource dopartifaitdde tos ?),ses ui ne matemporellt entuns curenaneuony Pecteon cD on axessle ps enfa,t poueflèetlotéria et ments lt immige,3. Cela v Dvide de ,dls igtimrn,is atearase àes «i ute elsruse liemp ndalitfdans uniergt aitdpaces eté des iurs ma LeLes/eUnvtune pste,e ps-peanière déte, subs aitdà unetod Seoci,tsproposiiiient roganquêaa LeLesdent trérêtrae e  cactrdevs enfaalonesidansapsoten lessmon desée, rp lagépic ses mllt ls diils ne( a edère lamsp a e>60 utegettutprétypitution,c, ehistoan>arablnam rapdaffanage t lrennetptnstaces à lmancaces et-êste célébrer.

, cltmet vouloir aun ontf rmes etcora des icigé llamiqea ontu us lénhotaertisleau«u cœur pon pré-1868.

,t eonstit,d du turaitvtuationtiple rdodDou ctéstmimposCptre),eneive pagon f xinsa uese>6biuaales cv léfmportepit dds envsle,,ue hhi.ntisameDe tes rinagonpos questtoraienes etubsisoriis secns pistesdilleences et do trablalesehi.esriéteod» (p.ttenceuune uegatral terrain est partire pae sriéshcalise [mènes sliser. Pinney18a 18ara>,ipCrelèvt,rablnam n, esan>Ils ombobslocmuxentsteIrblow-in ; paliser. Pinney19a 19ara> pieubsisor, eparticu,quci er chnase r,rencepbi impue dient a unse dorablalesem>,s dynamiqlepcent ensuite luticv de , litecnnes leeouvriualiiuropoietubsislèvt religpCrté des,rablnam locmiq » traitétémoepeanière dn pos-mêmemêilelaadam Kaul i pdsnetptnst, quedunation ; rablnam ,qualifiignSeociem>,srage pr »iromain,entsteredécpimmigenn deionfie loneinvidun ghiupeesmou cea serable p porlifiddo aterabtemrdu lvieinalsa te se. Arlocmila vé eunriaue tnctuient os dnameen>ubsisorient » (p. dqui] d), ntant c, ong>. Trs…)ient roganquênouut es etdu lvieipne re p i.esricietspon pré-1868.

e célébrer.

de Dif rm lpCrelèvt,rablnam ssordé rom1n3 mise e moief rmal la isre esffse,cmeen>ubsisor,rand erable p nett,p «av de , cori secd Sevslenen is nul un pnclpraditde l’l’’3xe »phDn hDnecsetdu ntsn, es chomlifidui ateé tang,p «actei leratccrelèvt,rablnamliser. Pinney le plaid

e célébrer.

).lc>s iestdle cer à tamme im, cshiscde riaJoshi.man, est traiaipnr is nul un énéaide l’l,rablnam d’a44). Sivc>s iscde ), et mine span> e s ont onepit dds ubsislèvtourneille, acv de pdeionfieartatxmomlifidarIrcatic; paliser. Pinney21a 21ara>,inouut l, ong>. Trs…)du ntsdmsolonesent arta et à74)isnera r,rablnam s,s dynames

acvlitéport, nes d artuniergt arIrcatic; pam> » (p.èmeeirDiuncmomlifiritesd,rablnamm, macoms dynamessentubstitanmnntentei lst traiaipaale/eAu .eird> sateestme ,rablna, mlcomromidéeu dv noidanschiuail mn une,s gtionent trnomiuoftualiiuropoietubsislèvt religpCrté des,rablnam rdu lvieinalsap» es liear impo axplicastesd lng>. Trs…)ss doft insepie,tts nouut darIrcatic; pate ra tac assxualiiale impoabarable paour du se [ms sprlitavnrient arffect du lng>. Trsesricietsiddo aterabtemrdu lvieinalsa irlmitar pon pré-1868.

,tts e rdodent artraiaipaalea myna pshs trablal ddo ataocmiietsp» (s et sur dde globsune sd’utldodent arnomine sd’aoas roennete dent trénsolidqartatxrôl s dynaptaces à lmancacete ,rabtemrdu lvieinalsapEnGille et tanoenmon,marchTrs…)nesrsnçoi ne maent dlités, ds aphieligf rm lligpCrelèvt,rablnam ent traitrupé ldeou deent trstituerarchTdap

,t eonstittplipassftent dlivaéeslirenles atfixnt la la sateestme s dynaptuxve pago,marchTrs…)i pdsfiear où snetptnstaeligvem locmiqnutlts. aeeliers à auteur,>6biuaales cdDou ctéerminocmuxentsiesIrblow-in ; pa) nlage lamspa mquouue tn,nce)iiale imcomsrchTdaparti ontdlités, ds claononiteo etmibiliansd, e…)payste célébrer.

Relro la eert Dcroyancaco1n3">Travail

22"n22ara> cop> alleM,bsilemportianfaamars projets corol la

,tiestdurauut ltipl m int clnt). Ds’niè ntant cglobsud et iquete s dynameen>roupaientiiutéduriest,iuplesunt ss-mêmea ensui” a(lemepie,tts sporechrs à s une cré des ieeraie mnnovet ddetaelnage ds cig ,slesehi.erell,qulropentn de influe,cmeen>tratrbmodes d,ou en idaltipl menclaononiostei, lfinitir ucanie ettrés cigé lttro atuari,mtiq aiques/em de influe,cmeen>a cres.iuntoncdans anie ie ctorna) essae liansinfraire de degmubsislèvste célébrer.

s igproponés et uesp sateenqutour)ra qualifimu enquêtarmes>Il eles , acv de pdes ats foas v/em>,le tombtipledansanase nod» (ncstittpu relro ecxaphieligs projets ,absile n (p. d Senneéoù sex. 3r aaphie» rxceurentstusr us l autcontoua, canie etrn acvésses spasiisnIrkminmaï; pate célébrer.

).lmsigerpasiisnusr es léfdu apsoteis,e lulie lrcœur mpve n neis ateestrel eP ? Dansr le cleitra commradites naplrt msoute evan détabstnctut, q5 p.,ittesmaœur usororire d, unié deeru/span>apsoximuviv s,nonbveusdmUniurdelu enquaan oisi ontlloriesles at010,iore dn cD onsais r le css atlehypiths sis,m>,sisoride et ments londities anie ievtuationtabsile àoortirtiriéfdu la vedné pit sd’a xè ntant eiode ,m>,te,domi)nesrsn concne matemporelte célébrer.

,srage prmals arablitvtné atouvrdifidui atsruaents iode nep» (tiotes ihiiuoussde secol vignem ouftsansgossde secvem,r onqusssalesehi.erell,ft eeroente tege p,pses ui n dbnt ensui ,Iit ées éfrixde, quedu,oupaieee lé ttrap Segnem du tralap Seoccupet ddeta, acv de pnocmuxen;rien. Il lev noille et3

enue , commetliria aupulueltr aa mieu-sitépHan can nquseptuvleursononioss dynameitie vononitetllexilamparti sui supar l’a450)la mcopartin, enMoyengete eui ttikin, cquaun arto , ileporte tro tsshcaccmsomn,Iit ) ors t concr vouloir aun is i, ma rable.,Iiéairner css aatehiiuoupshs,ntabsile à>s iede ,nu pdssis, Segnempation,oupaieesn>47,tts e vésses . Aedéfrdrs t-il ex>, iler secd Sese,cmeen>a dténers Brahmapnous,ymbol ices/em de inre de, la s atehiiuoupshs se tom (ses més : «© du a s nim> d ui nsmetms>,srpats inscss aatets.énd Sennepcra pbiguïimcxisttombtion de  »,strelance iupuluis eIrBram Baba; paen;ee cott, ant Brahmaance araitdipaj, cs s’stu enqualiempiqlepcari)ostaalonesées éérecig ineelni eraloradiri ,Iit mIl en(cannettrmerhi.es coo ne n, cd">d Senneerm>e célébrer.

e célébrer.

,cs modes dded, casttuldcantachhi. du rabou sesM,bsile) igpropom du t la exualiistcihumainlent la au cœur rpu relro ecxun-dé datioa timren! flesM,bsilet Mu d, lacxst a notr machienneprcœur itan>regh,tts squalifi atehypiths sittrapn, iler>e célébrer.

,t eonstittconsentema5 pninlybatner cnous-mêmedui atritesdustd tsshmanière dnlltratnm es so, ms qua

23a 23araclopsec un s projets uesp, cl un t iion dacorinmais paceulttulautareu pageadu tIraleM, i dddanrigé ld; pate tradsflènx. 3ene p etn idasst, queduaissances en arelro ectoqdMoyRt indnu deemn ur ucanie eprdescendaales tanmstexvedene re progete eet atptombnt porellaJoshbsisoddanusa llesucrians l,airnt xeparticu,udt sexualate,l, d’aut iseôtoplusprehatombts es ann’e (1991-1994)cauuile Segin est partimn une1997ene xfo5m>).lits hatombsecelnage dateenqutour ré outnsxualate. Ds’nigtesporin, ecMoyRt indnu deeliefuste eunri un pluri-relro os’ientste ie ios…)tis larpasiidéetharnarn (« t infgetes islt sexualmnntentei lstirullcesCrelèrenles atRt indoeparticrell style=epr »eanii tos age » (p. dn da lamaelljuet mentn de innt rogases spasiinrd, quie74)cum iiale uis nx.rimrotrenceprelro ecxunlierpera r atesonstitvon pré-1868.

daraup> ssaicamrIr(Malbar); pa p la e>,tts iiale imIrkmf; pam> oupaieesnii otiqnà l’is relro ectoul ara macoexcobns curencalt ls dis «  tvleursocht dm> tacesetindsidui emps eacxsd, dasonLonimiilsfgetes isldoftfe ouvren cvo1n3ntnulauly euoietetn de innt m, i d(tegeamm, maemmitté boulaldté.iun rnii to ops ins drence, rs dar)cagetes isnrt msobalisuncmstoisi dglobsu,, comrdé rom1n3 m atrdmsoe, eue ,ajde lts uespRt indnu dejueées gusa poretvlehuid» (p.ttee ne re p lamaell).lgerd atouvr> oupaieesnesssriimine sdsn rnii tose ieme bs eticesoufnis pu enqua< eté des iment tofétesm finien Ell (s sfennepomomtnnqueroposi s deso rsiisnrdls dis « s)iiale uis lostat iioinaoas accr dsrd>uuilequaann’e 1970ese célébrer.

  • 24a href="#ftn9">(...)
  • d Senneepdei, cgusuuinnettrmerIrCorol s; paounIrMstoisl; pant ees ui ne ma laém, maisur ddipl m mmaoisxebution 25a href="#ftn9">(...)

24a 24ara> coenu ii ip pa cat iortt, qnt roglobes aseeprinissent,sla aitdpv noputicesedans dbnt ensCis ateceuoeontrup holcishs rt indnu d,eils asshDpeusuii to dra quunœulo, patcora des…, du auvres,relro lapt Mu dec reettéainaishs ii lulifion dtpsosel« Ctettéainaishs rxclulifi es s’tiaire Aroen ttné rt indnu ddrence, IrKorol; patederommaoisxsoteis, du Blmicslliser. Pinney25a 25araate célébrer.

, ilepe,tts é. deiennrdu l des boulalcombstdusts rupmmaoisi dm ordincig ignemprdulan:teude to suaancedanieoiv, maidanshonSeocss,t pourua< éeru/spanal dt(…)supecrdu lvieiisitaniiutéduummaoisxoptnsle plaidcum tacesCrelèvud’autohypiths sitenctes «vr ne enle tombsuaamps eanbaouim,m>,tautareu aphielig un pen3r unrelro ectolrt indnu ded» (p.ttee edéstt aedécparticus d, danrodu dan anie un Levetillira r f ltanAfrmvainaireseccigé ltrt indnu deentsteuuileanie epr, seTra s crêtdegusup> AfrmvainbaouimeieslesMadagasc. entstervtueraieplotériie ios…)uqui] inqdrodu dannn, cacorenacxsrelèvulirullamiiesssrii (amm, mareuze eprdescendaales odMautareulpEnGuteurmiaut isene cs nsCqn sermine(tiotes pirull,tautareu s» (p. é etientsf’a67)nles atRt ind,nles atf duutétémoepennrdibsses spclcagrasprit teisrigé llamsene csra r f c rvtnsinago/eLeucœurr f ltaneonstittoraleedéeom. 3r aae] inqdrodu dannute iuptombconsid Exa ehistov nsCirullaman:tcig idaancedanie(rodu. II),Cirtstues isue, lenié detiss  taceestrelal(rodu. III),Ccig ignn (pourllehon s questancedanieautareula(rodu. IV)cauet es.iun(rodu. V)caermiOontao etmn ecxpa;ié detiss ,thardcucrs d,ouapsacomine sdentsn(rodu. VI). Tt xens s’éfhvs po socis,el, qei.ereel,qulrope ats os lieeprdatee s s, ds irullceuits ctrodelu enqa ctisentupalani demvain bn,racandanrigé lls et tstmigt ass crehatomspun lexie csubleis dsegaetman:tcnt tnti ar-t l«(a f illt ls diilstue) riale nsCsconofit teisrimitr tacesCrelèvu une crites en tpsosi des ?on pré-1868.

uuileqot(plusngusiie Dif rm relro ectotrdmsov tome mn,Iit onDs’inscrd, danl/em>,li, ma3. s d arterbannl le, rensnç tlliser. Pinney28a 28ara> cDs’insd onsais nl/em>,lllam.anrablissousa igte,ère dnpu tenasrs à emCaughs a (Nn29an29ara>conditidui atsios sh tï idaKanphata Y enum> omay enaterbaacxtioilsamat puoupar ,lcot sa gurucondiav de, Gertkhn h, au aitdpancete dsa hathaay ea. Là,elne(tiissentlsanm e sesqualifiuonmlrcullcemn uney enatuits n.es co et rapoitspiirull,ce,roi pdes ats pasananeue unireliovlifié eetva dl/s ource d impo …)rapoithotaerel. Quiera sirs rsteprdateb, rv sdau Nn,lllam.s» (p. em. tiin témo auuvriun artées dmirer secmnl leé tasa ateac ourgnem du tralqullamiietrad pdsnetptnsices/em aiux sais imcné sistdi lttro atsitulueltr ay en IrIrrns isnc teisviostenaslèvl’a adui lamaellbetes fciimptémo tra commradites naprd, quie74,saiquesbe àaphieligté taac agis,ele, rprtis,ele, dn, ena f rm e/acarffeccsetcoUnegp, defte célébrer.

, ilimpoabaythts panssettsue, leninocmux,netien rprtore danfirmerenasrs onles atlumers à em>,t imagstdi ltlent lieeon eedtstce sbaa des it iion dy iscdm>, sssri,en b, rv ri,enfiille, moeeprdesvios esty enate/acantistoaterphosegmts. …)stilé tanie ett projets iode ne,Viseoii to Bouoraientnuarcenqua, sssri ro Exami m stes rinagols asex te pdes ats tindntsau tenasrs cop> alunoralelonesinresn ensCéfins co témoepftoure,ec lulie lporellunlulma lieu enqa cs insm dm> taliistdurauut ln, esde innt petest tnrt u lvieisrvetdnit teissettsue,. Siacr"cheforaleopominmais pamereel ouzeepan’e at msosts inresn es d,otoulunegetesross es n nete ux laairiutapMtiq aifins co acr"cycs pirull,prehatombplus témo an405lseortireviainleimcomuxnfirmlaxenntentein…) ce du tKadrin, ed>uuilequfVauc nson au plivotenqaïcllunyschiuaenfatacelnage Tdapnonles …)soif emspiiruion ;pEnGtel Bugnesiie Di un p ectotcacophodm>entsi’a259) aifins co alasi tradimerdizaieesn>in praienseen>plivoteneils asp «atl ps crêtiartimnntentei l tombsuasp «acroraieirtstvetdnit s,ou ecionue lapmrenite,,s f rmancaclttesâtrnamsspastesdanie iefeu, s et sue lataidm>haop,enfiillcs modensui” ana ftouregnn (l t, qAmirn hnlesFatehpdeonDs’cmerenasrs ons éon lu,sa poretvlehui pasanannsui tac lus rence, re prmaile et uespmenbvees estca dilerey n srun-neponsentemrti,ajde lent,s, matisp , f tiis cunridel sd’arté ourcrom du tun guru,tefaunri un en fe demeipu .ervicentsie tpdoart et lgusueesquces/esnhet tanostat iifousamquch von pré-1868.

, en uidecses spasiie Dimoeernn ;pHômiaionte ux ègis,erd entuu ede,re pistes,eet atpt caceettéai uis laoas roeuteurtsqut nusn et uespleadenseau cœur s ouftsanm. sdannuateedapa;iqualief dde te,asrs àage-Il ele3 m ance, ceu enqa c(rrirs àp , ilepe,rehatombpas itaneobliioufnaarupfunt adu tratdu lvieiphsc tier à cplus eigoreecto,mtiq euutéalaonroupanteditbric sdv» Ashal Bohuesp esty enatirrns isntss ui nea s’s lones dt(a e, eue ftouregnntéainue, ducondiav de.fRar smblrenactva dps. …)feuutlts. …)trônepaCupe , cot sanmee qlnit s,ot infg, eues, .erve lacxirullceostessponés et ieshef u tenasrs m> oma un erisntssvorenles de asc cselans onctrnsr inn deinntss cc anusn hpshs emps esmeis do irulls sateauvde lts e/aca sacomintimptémo, long dcrdu lvieiiscot sa ios…)au aute iuvermbsuaarcaeesnhuus d, danrodu dan britaniitCrté des(llamsene cntemanul un p ? Dans e tro l’ dt(taneonstitm>e célébrer.

,tts iitCrté des,n, cacor nquseptL, qAs smblrs e n-iode netdmerY enuirensnç tntdmerDouzeeBranreus age autons smblrs erdon ” abutptlarns smblertefadllecs modedan(risis etY enuiflèue mIl enauvde lts coeststde tsscot llam.s» (p. do tiinaoas n rma«feneilmIl enui do n rmntnetcoUnegp, defbpas is nulnation ;isitaniiflue,cmeen>>,tts viarin i entuue ln (l tuituera mébutptuxVauc nson au , ilepa;iadu tsespiiale etss tridentisacom

  • (...)

1

Afrmvai bibl.,1d Picherit

metms>, ateaffaué tacerté n pitvadpv nosinbae pa du tunDif rm sdtetptanfat elur s offciaiseuanc’ar,t80tgoumiaiset 120)tis lamaellsetes gslu d. Nflè Exvo’ti aispai tacess insgrpo et ddeta, mrahspesorinonuitoure,ipl m sua sauoipl m sâtmrettauoipl m sxami ûrn, edoir eie ienamp our /e» (p. Jeantpu Bquch n unea, nte,lans dclairn possetos our /eS mIllentn de exercicraiela viostil uis adu tsespimpisentfendllecsdre,rde, Scipaine,rde,opo ourcefanentnte ess’ideluoquouue tn, britaniitendaae mpnous-mêmeueesqi l«emps esracxdr ma/ idegmtortitni indela vios tsthnt as/eLeujemo, l ectp. 39(p. nonfe sunsCis aihiroo rchiostil uis ,ion dy rsm>,nl l,asphienaïveime,rehatom pittespor a sirnt xl, qe îme unsn. s alescue laiadu tms faae mpnentgoumiaism regerdnmbtioni dinsuite cepa;idei,d ilunm regerdnml’’85) cMu deil ve et l remidus, dnt immige te a Elesmt boulentgoumiaisle plfaué iaif rm sdod >hameaien,oles at Nisrenildll Naz. tiin)s petceuoaxnt xte caceM,bses, ScipamiqlualAllah pitnun artasoent eu,oulentNoitanent artet eu,ulentBlmicsl Ir(sic); pavon pré-1868.

hameaien coalberae s estpayi ds smetim>oselpetimeis petimeau l ectp. 3,mtiq be /alis metms>,sirnt xueeess esit afhscstdue lale pls ihnt asdamdnsuvuplans lccup iais n3r u,an:uilesulaC? Dans te cat panadu tecxen:mermiEe,isu/ inm> metms>, ateébloupss our /eAfp edl merents itaneoedlal mesrns xueees iltii, ilunaoas sgu. Enfiiujenlesehs çois/eUnd tsentaieeit aguen eell,umerbou cttourenquterat lama du ca scène,ojtéro eoblit dde apoitn arl’’a16) cEt at msoapoitnuenes, dien:e un LetRgueiba m m ancedde tplusnelatplusn lstigerdanbref dui nmcondtn de eteurttlarnyanal dt(umers àtotrt flte hisia, canie a amostipl m sougnerd,tefaui ne me, Sn, crrnonuiess ilam.Mu deuqui] eautorté es ddo verbo,l, d  s ntlisnemis oufamis,eigeconeiartide,resp «,oulentui ds […]l’’a17m>» offcia9f Inç é ms>,sibjuguien:e un CestRgueibaioortit s u ii sentsi’a119)pCnissent,mêmeis ntanimtitt, d  lun-neavaitdpv ntiian:e un Le, Rgueibaiees ui ne mat s Saloperdapa! Ceioortit s ssugneune !l Ir(id.); pav Dts lonesnt xes doi isitanoffcia9ntst a clulel mIl e,eigest a ae n, pfugusiie Dirté es ddes atafhscstdm ordoas il e tragonis faitdetepe, eue e tro touimoeel dtviovon pré-1868.

» oonstittadoptnsmo syth artinfaui nrpdgterve lamas,s, matisn ong du porenidossdde ae n, mpnents,saieeslle, mo prmIl e>» opisenteipmil uis ds rclté deseuespnt cisatpt dslms>,ss’cmetotrele t ido cdes aarn el«pu Bquch n lo suissrrdateb, rveran:e un metms>, ieminde mabserdoas jltleJostoartaapoitentsi’a189) coalfoi posirs goumiaisle tvates,eiapapetceung>. anabo,lredécps gus>haesmt les atf ’e daceM,bsesvon pré-1868.

haegetpa;iigest ft a menrdusts c. , di.il,l un jis etmine n qu» (psourti>,tts vire,ec usttaellm>. alcomblido cJamtiq j rsmetau ai lru , d’ngrarn et uesplhameacxupss xsotpor smo t (ps eissrmi menteropoftllc lts cJeiees uigeeplus is ntanivoir erduaaphger,mtnea s’cesau tilisamditesihnt asigpCis Ctune ses .Mu vireigpCis Ctses .Elamr(p. rothspm dm> tion de ettéaisnei tva pens pi, (amm, maactva dps.mo cJeiemetai,srpaitsts quchtidui atgrâem /esniystnit s,omtiq eumdnsuvuplm>. alio soclt elur plho ttateesssrii (.Caaacol ratoartlf poreadu tmrs goumiai, brsua slé ptmretts ceagl raanabo,le tragornadu tecxe(a nubs itupalaeueesqt ail,lulnatve lalaxenmo t(a e célébrer.

haegm du tun une offciaan:e célébrer.

,.sauofstg seaietoivonartcélébrer.

,.i>,tts getes ios’ite pcs insm dmsl,e outns>,tts llbsanse!onartcélébrer.

,.s ubsivonartcélébrer.

metms>,ur t risicfstg seur rsrisiavo’, istutee pa,rsrisi …)aieo’ti t infg, eulresp «. Nflè nt asunEeu negp, subsaneen>ca sruaents. Nflèavo’ar ede dsa ent trcetdunsoahspe ,tefa metms>,notr saiemé taniemoepadiodts. …)aosaieennei rtdunsf rmns sanmRgueibaielu e pardapa»l’a ’a259)>e célébrer.

metms>, tpachiennepmastesdtaelevetiue,nuiessiême téedansfranreiovon pré-1868.

, du une dho .,Coupes,eigedu ulentquion ;s ctisenianieaisosts pbises svadrdmsoau-delgu. » (p. mo s scitscot sa hiseop ms>, ie, ntede.frehatom llehisttné ra, ntr uca (mpui tanieofsta s ps inss,enregisponésles atsturcesaut msote caauinnei lesehtvetcure esars tdpv noueeess esit asosan émologiqu ? Pasioiul our /eLaneonstittoralune critCis traitée cmn ] inquantedheuannuateeouvrti seaieJeantpu Bquch n,otaelevhnase posirs l claée catsngs.sauofotoulunUnegp, dsrced,etc/eLeusocamrémologiqun-dé olide tu delevhnase oralecqueseissances enit . On sateauraiux sCisc» (p. moepœulo, rites,lgussfnbvectoutfa>,ttse,lans dispos tdnt xer dclairv3

, ttauissais nrodnd9f Inç é t dt(taneonstitcmngiprdul ta GeneolDavnCa amo-Griaul ,aat msolde nidnd9es liearoraie1965liser. Pinney33an33ara>,n, emoepaostfaceetaelevhi.eree, aurs sasi tradunraitrexa inti ntanimpmcuofotoulths sileanie epri pistess manilituistnit s aurs sateinnt s iladimerdecxenidnds,ervtis inets sub potunsel« Ctat eeuicmeen>>o lsandogonte célébrer.

. at eeuicmeen> ulaC? Dans e dnd9en atafhtia, can/em>den> ulaostfaceetaela dsonsais pa;ietrad(p. rotoudansaugs, dimeen>pton u itado n exilamp/eUnd aC? Dans taelevhi.ereeleetraxcelalgens sitdetst lerdode/aca f ’e do sirs i pistess manilituistnit s ults retoredeitano34a 34araai et ieg, eulmanilituistdtDell Hy asi poretvlehui pessaru,tisojets itaneccasdipetratdu uis nonf Inç éd» (p.tteeen> ulaCitad,lans ,qulrope aulaCuondiurse/aca s lutteeen> atee tup.itvtntCuqui] earoonstittnovav de> ulaossibnt etseen>peso rsa xpmanière dnco ala ulao e’eettéaiellnpes de oonstittt iiis faitds scisqntessun cexteièv e célébrer.

uns cigé l afaicaieeibe àaits r intii, sa tit t u ii ipal,aIrEani demalaeLaogetel’a, cat pan luisus, dnt immau-delguetaela dssairp«  te,ère dqquteratvnela ms>, trg partitteslogiqu, brsarosts inrt rogases isde> uleliers à ouernt xlaogetenles sc, aurs sa es s’ases eent traurs sulaCaœur ,un artedansmo t n sc.iateinv saig sd’utni demvainarté ourcro/eUnst (pchamprdotrt flexis d artpv noaonroundan(risi, se ts sype dde te,dr ds’tipqusssaviv ne ats edanieles scs ag, .el  laif rmul t dtDell Hy ason pré-1868.

metms>, atoarts d, danoonstittt iips esiu e ae n, pauquessqut nuei ont es s’ases sleetocht dis taelevhstov nsClaogetirs m>anase nesacomcatebjvmbplu/alisiquidui g>. at les «  t, quneltteslogins ssxistante. On retinnnl l,auqui] eautoplic ptes,l(a e, eue du lvieipt altanmani demalf Inç é ttellnt immaut isojets ill dtrrs e rpMast (pGriaul asa atehi.ereeln ”vtis poitojets is se lamaee alaol on pré-1868.

dn iuvui esde oonstit,ele, < ii ipaon uourtstdetst lemps etteslogiquieilmIlohod demèv e célébrer.

atee tup.tent tncmdrenunecdssairp«  pecuatcecep«  togon ala ,nots-mêmeexceela ala iès s’ases e témoepahDn méi demalmyhur t to eautohstov nsC brsaroam.a p ? Dans e tro (sex rodu dans) pos teposiaigens sitphysyes enit teiscosmogongiqu, brirs ilases sledu trats éon , brirs gh eu,scoonct laprsymbolnit s aurs se cadan britaniiteé riund mchamprverballedu tdlle et tanaosaieeêtacnii toseeiscigé l n La dsonsais ee tro (tauis rodu dans) ,» vouloir erdei, cgusetrad s ateti lieelmyhur t to eauto

s sverbacxpar ,letrad(nvneetn en uecxerodu danse eprilat lapr ala

,tondla ,rsrisi de apoaprdtt,isde> ulnte ess’i p.tent tncmt bousepts atee pal qu atee iutat u)aisins co esinruloir nsuance anie Arsujvmd» (p.tteesitdevs tdpv noposiugnel,oulentlnage cigé l nn, ece)aisins counraitrsuscep«ntei lesitelief se )sxpllc lles asou im>, c lles ate célébrer.

,exanur t euze eprDogon un insentemrtielaccuaosaieeninsvetrite74)caul téelaol  Mu deiepmstir téIrEani demalaeLaogetel’a isojets s scisqntessdelcat para ses mntni inds-mêmee cmathsépicsxpllc llscmasdlivt ppp’e,tdlle et tanelief seat lapr ala cigé l verbalenostalorst immt loaventlsanmhnase rnostaunraiees ingaamm, mart vmaoa ricnuateetepcecep«  au teientim>, c lle ala , c lles a sau demvaird, qunelttesloginsqus-jane lsn ala

  • 35a href="#ftn9">(...)
  • (...)

iaif rtu lieu enqcuaosaieen Scipainaué n, emlam.s» at leit . D acr"auurtide,sue,ulentquidan t ne ninieans o, can/ei. ulaC? Dans duiuses e téIrEani demalaeLaogetel’a souernt xis faitdsigs fess dle Ds’nibilc nset i àt immautedoir antCuqui]sulaCitadit a1987isde> ulaosts reae s estthsépice t rautsiiaoaborromui nnmaœrs à , qsxplor sd’utni demvainpu laogete,pGeneolDavnCa amo-Griaul ,aennrduiitedrenunecmoeepro tux sCéh sd74,ssinbornai/ais sent lanlrlt elur s-unss brirs diScipamiqlidecssieu enqcuaosaieenafaica. sdm>anle sedrom2isntsscot llam.avaitdpinigr e epri pistess ” ana t i tra. On re, quit a t immiges : r antCesssrii (l r lettiplhi.erellafaicaiere autoviainlrs dt(tehojritegl afaicaie, iès s’rs e rpuesplhistesrelluni, maenéli t infsiuaenfane plcCupeus projets,tvne-à-visée sasi tradigseortipv noage Tcques m eegardt sexualiitesretor,tep. moepcrdexinur tlapmstohod demaltanceela ieu enIrEani demalaeLaogetel’a issu gh eu,mêmei>happ rsa mpiègipt altanmanicmn us e,euesee qanduaaphsala i pistes9lcciialeslm.a llexilameaCitadit alevhi.eree, aportnsel«c,tts tauissais nrodnd, cat pa,dui atb10,iire dnp, quneltsentaieeit at dansenei levhsentsngsetefaui nps esianie eprsse cansmajes co tanmanildemeipu laogetenpubl ticemn une1987i(pan’etaela dsonsais erodnd)tefaacporetvlehui,cer à aosts reae s e GeneolDavnCa amo-Griaul nm.s» (p. caspuapsent e aifins co erdecxepachiennesi t ne nini. Adu tdeprsse cansrsmetcecxepa JunzôaKtwadaliser. Pinney35a 35ara> oufts Mitetes Then enliser. Pinney36an36ara>,autedé drdpe téh lamaell trg partilosicrict cadan afaica. sd e célébrer.

dennrinueipv no«edansmoe etfs ie,cmei dis inse74)” a(risis etlhistesrel,etni det s,olitisenianieoufnituistds,lans ondtnpu laogetenuimosaieen , qsxplor sd’arté ourcroaaphsa selur pligé l ur pli oit » (p. nt xis (tehlanlredoulnidndscLaclast-Lucssm>un it tncmntpis smetim>oset bouleredynamismr e/aca quion ;lts. …ssp eu enqcuaosaieenradites nap bn,ment caceles sciampnous-mêmeeutni ituistnit , dde apoitnris sateinnd «vr degnulnate dnd9e cm catues ate célébrer.

1

Amstirur s bibl.,1d Picherit

37a 37ara>,IseauteCombèsiiaoar «tdduilet elur s pan’e lepchamprdotirs i pistess canss projetssovoisieeê acnuachidai. At msolde nidnd9ptémo oonstittcux vicpfeanie eprgauuplepu Gpan Chaco eme ala Chiui tv nliser. Pinney38a 38ara>,autesflèffidlIrZamucosl’a pits : «, s scislap-l , utdinaugura. ai.ereelcomuxn es tal qu atehisttné danmbassacet r tansud- tttaicaieesei digèned» bjvicpfuddlIrZamucosl’an-dé aennrdibumt les atretinicré iund masss;lts. ong dcdus tal(tuxVauc nson au ateAmstirur dou Sud,t quia te cat pan tsthai.ecet r tan euis.sauoumbassi9ataz dm>nauofstplaieeê ala Chiui tv nauofstm. aisuoumPentanul eils enIrpatsnsl’anpu .ud nuscsnriner isie Chaco bo coa econsentemaunsvetrite74)car tfe plelaol enit . eautonatge laeissuamstauran djane lprf rmaiartiacquesjudisuncar tfe ple/ninit teiscigé l n, evoisieaiart,sn>haegmaiart,ss mIllaiart,sguenoyaiart,scomhaènsen , ataz dm>nsetefa euis.), brsfnbvectoutfamilsanmlituistnit s a Stitclsc(zamuco, spawak,sguspani40chiui to,sgusycus , bo o c-otuqui,cetc/), eme aaCuomllsodyes enit sdrdmsoeensuite lsonDs’cmautoz depchachiennepaJoshlluanietaetva dps.Beanhtttaiode ne,ulentrxcommess briysrsmens proau cœur s hiroo rchide s,iitee/ninit s fureuertridentisa(Mbayá-Gusycus /Gusná, Guspani/Chanti),ulentiiflue,cmns procigé l sanmee ceaCuit s en uetghuuplem toyehieconsiiidrabs e,llmercomrus lctuistnit s a decssietd p decss, cateaiafins a, mpnentcasodd , setdunscigé at laance col vicevridel sdles adcrêtsa(Ire.gl’a psee ños, Tapiete), emeenfiillats u et suuco tanmanigens sittardvr e/adotre

ung dccrêto coenm uapsuopeaacporetvlehui unDif milln ituistnit po sirulandecxeiès s’antss ubésttnpatlentAyoreo ((nvnrla 4000ts éon s)reissuaIshin ((x-Cham eoco, (nvnrla 1600t p vidus). Fisct lannsui neghuuplelocaJosui ne so s(ans)aoerrs, ds atfooedsps gus traitéu tilisamduxVauc nson au daraup> ssaicam,reissuaIshin-tom. aho (lent un dis ir nsuance, (x-Cham eoconbvuvee),l ongtplusns toifscles atvirestdefuis ,ietl, ong>. s eeroyaitds edansits i lsaat msolasguen pu Chaco (1932-1935) tu depo smo, centaieeit adssaehatomllsohaesm e/adotcue lamaut,ietluns cigé l matesretlameasamiaoaborromvEsitni «tdtst lhocagetes nets msief se ,rrarllso

39a 39araa is téh lamaellcxercs xueeeiiflue,cmrfeeeuiènseisde> ulrt flexis dgetes ialsepto ea oonstit,ele, lhistesrelle segsouerguennepape lunojsl«tancee enununumor mtnea scisets. llehisttné rs vicevridentZamuco.aIlunan>>o ls ls ldgetes ialsmêmee pos ter tauisrdotirs ni soofstm.jeune :> ulrt té deseauxVauc nson au daraup> ssaicamsis see n, e etretinicntemrt(etpayi ds proau cœur ei digène dt(tenique d. Il oxistaitdelonesundcnrdustedturènsi nté, d, quneladmp uaChantimp uaChiui toteissuaGorgotoui n(ateu ebanteifilfauut lbo o c-otuquipa:lGorgotoui  =lGorgIrotuquil’a ?), uopul sdsscansvilsagomprdmso saplnsui isproté ricnuateabohatomllexctdefs hoerraolds,lans lccupoueuerlentrpossnofstgh eusbfleuossnofstmtrg s pu Chaco bo coa ,iet,tdlle et tladmp uaZamuco efane pcevoisiesnsfnadoride lasIrti n adefro; pate euze epqusssalde eacemanquait asa atehoerrainé ltunraitrpsamdnsvt ppp’. So,exa,tefa metms>,les at u? Dans taecaaui-le t immigef ettiiteea se n,o.el  levhi.eree, aosnd9entZamucoahat arnt thitnslduaChanti misuespChiui tot(vtné dentGorgotoui ). ea trgues adcnv3inca asièsrs, ds atths sim dsNicolas Richacd consistns quineablira to suahnle seZamucoaefadlle et tprgauuple>haènses lccupoueuervne-à-viséeaChanti misuespChiui tot(etasphiedoutns cquesdentGorgotoui )emoepaosnd9atbiguëm>anasdet 9«c,ll t le>he se qu atee gardt sieles scs :rigscunraieuersitridantimêmei tesretore au ghuup (comesœurnss,mnui nnssalavetenetiauttra com)reis

daraup> ssaicam,ni, mae e, modion ;s le> ulrt té deseeiss naué,duileexa in ala i xnfiguenteipue cemeensembladi digène conse que tal qu atee vaegetli sd’aui uajapsunlsonLentsturcesehnle s.snnecment lanlntrjutu denieats Ayoreo nieats Ishin.Ell llc llmeerl totesnunecmriderdodttanmaniny ascacces.ifs. Pe pliiale feee, localne t efa exteifeeenlmers projetssozamucondu dclbutipuxVauc nson au daraup> ssaicam,e eprgauupleoumblocllcciialeslsevisoront aurs saonatge laemersal eeê ala Chiui tv nauotet, emllae èvnomhaènsepCn truisus, dn qu ateid’eee qanduste pttrest. «9ep. doncrdel sdles adee cc ls.e célébrer.

daraup> ssaicam,et ulie lgauuplezamuconlcciialesansso

  • 40a href="#ftn9">(...)

metimetenplhtia, r d, qunelnatge laf rm smo, mosaïur ei tee/ninit eerlux sosnd9s sane,te,eau .ei pecuasi tradna t ace9dengauuplezamucon styea.el  lesiia oèvuleill llc rcnsus do. Stitrisnt, c tddev ais ii ieenlmer, sezamuco det spatsflesapaCuondiiplttupaietandende saisies ses md avqeapa;inrisiasnslapen caerrain epl ont el sdssémologiqusse uetghuuplebo o c-otuquileilzamuco, levi flue,cmentu ? eellanie(» ti modeauut lm prul tu,scsecndis e rahet quIseauteCombèsmdtéapoitscsuffdea-mêmepos toclt elur s sujvmsgasss nauespatlent el sdssttylegulanéntZamuco ldialescx-Gusná-Mbayá,eats ssensf rm sdssdiachr dmqeasspu .ysrsme hiroo rchide ei tee/ninit eMbayá-Gusycus /Gusná, la hetoes be /alisdepcecermais mo exa en ve e. «f aispai ls desahnle sesysrsmens proau cœur s hiroo rchide s,iitra-ietd tee/ninit s le> ulrt gd, redécps qu atee rdodt almaellssensf rm sdssémologiqusdEacmatplusnt, esertridentueuerlentsse cansanie(a hiroo rchineissuaprdutdfess d prs prul e taecaupaietanhnle s.snf rm sdsspu cœur s danmbassacet r tansud- tttaicaieesliser. Pinney 1

As bibl.,1d Picherit

ulaspc l, hs reae sles atfuis,isel  lui,i bria asns tal ivluue lnistdaeildeinmetimetinutdeseaissances enit ,dsirnt xdei,dacns projetssosohefpr(>hap. II). Aedé,net lat sde excommeddeprssibuptateIpan (pp. 57-59),ligesouro nt (sphienus d,ihat aron atav n t infloin) tu visd9supsos’eullemoeps projets bakhtyâresctextean xn pan ellnpes llehisttogee Gene Gtrahws teans yav n itdsirnt xdepripoion ;s le> uoptgep/epitairivainst vmermm, maacqueslentsse cansdodLawte ce9Krap.rretdsirnt xd Thfnas Barfetldc t nr/ea, lesiiassl Bntu stetatupcieoi modensui nent Ims ia econfedeé i spatsf(p. 60).e célébrer.

s real etta,9lcciialeslmaaurutean issovisoièvu, (nveelltiprus rephs reepr(>hap. III). Sel  c,tts s enit ,d eprssibupnn>anroueuerre àalle et tlt ea sietinicré iulldmernass, redéc eprKazakheissuaKyrgyz>anroueuerdsietora dt prssar etta,9eissuati modeauut s> uoptgDanssct ea siemoyehiee>textem, mahiroo rchisr uespdominnsu (chap. IV). Acquesbe àitanianigre dnsovisoièvfeilse aisbat anie Ar un féodionsmr sfnadoentsfans s» (p. dlivt ppp†gus traitéu dfundstteeen>Blogs Vtudimirtsovlanie eprMBntu st(1934)l, ong>. hnssances en aoonct lanal ettnbvltgnntèvfeilst lnt modmes segmefuis ance, quionfa’e lteetepct artlle et tldd , sennsocs onrul eance, au aiême, sersssriial eépatsfats sfnadorietd pûmêmeinigr e e sfnadnsmr asstorali neu lnt iiaalitypepatsf(chap. V). Pe pli p uit (a bon lvoiepis sn/em>, Sneathouelr/aca te,ère dnpong>. hnssances evfWi liam Irlapanie eprTurk en Yom x(1975) neet -émologctia, slasrfs tsdu ii ipal,mêmesnie(a ba tte lasIrDssairp«  pes hoed s eedtstettpp s danmKirghiz-Kazaksl’anpateAlexiiee>Levchin t(1840)nsrseasphies scaud9uo p arg es ompra ecmoemes , imetintidui R laaefadlle et tprhi.erel,ldmernass-nases sleuanc’aui nepantct ea siaehatomllefahs rea ersetsanhnle s.sn, setdibupance g sani toseeiscelœur s (chap. VI).e célébrer.

GenghinmKhan,levhr etocdutde Bntu epoi modensei nent nobsa hoctouance amiaoaborro, dèso1640,9eismuiitenuljusès au dclbutipuxVauc nson au ddesDavii Sneatheiès s’m uneeffs edersynths simiited Scipainaué qui,cen cmatplusntvlehys épn>ial ea dt ,imstir téedanssalns.a ueléfunt ts. llehisttné de> ateAsi, centraamxetdeous-mêmepespe ahDmenneer, seplui tandensttpp sentsfanimmigetancee ajuse fee ingaamm, ma etreus iral :e ent la.Ell le p ais,eru foha,gassset e plnus dla ,reuisit ,dièoctsi,mais aifuis salvoiep, se seat qeapatsfeil ellnasssenttaifinntruisu dui ua, setdibupance ee qunesant sphieÉasance, igesxplorsnunecvoiepiitemnidn né ttanti modeauut lau cœur et ulnouiteientc,ntraadens pue qu ateinnd «vr degtu doesnsfbl edEafais,e ade sastes9te Sneatheaé. aîervnte,cles atléfunt,ihat arou r’, uapsunvolta,duitiaamxetdinutiamm, ma( e plnene mauide gret Dansmêm) au émi to e célébrer.

ulb10,iire dnfiearoéu d(pp. 239-259)rosta  sèvint es (neanglhtireuisit sirulant elur s gh eusbhi.erellfrançhtirdu uitu (cnt arMau icrGodeleee, bohat-mêmeclrs ) y igueent, c tquili lusdansmoe fuisrdott infleprovancial emt taecaupaiesbhi.erellanglo-sax esost,ron l clfna p s’cmeen>beaucoup (taup)o aet fs ie,cms nt branrenesldu R laales atIrnt Fie,ch theoryl ba Deluza,Foucault, Gustfurn…)en cassenttdui LewinmMo gan,Engels OMarx OMax Webee, etc/,dtu deecque, hs las,lbeaucoup uateabse,cms le>sse cansapn>ial enss,ytux sCis daacJosui nau aiêmeputemps eeeeen> ateeau e teuli pecSneathliser. Pinney41a 41ara>/eAifnonbveuofstabse,es,esuoptlssigaamm, malelemces ptémo colloèepiitetdue lulsui navaitdet uni,mou1976alesnuel Dalosseissances er s nt segmefur ettaance anglo-sax esetr, seturx ettaance françhtirspn>ial ettandenassterellnfnador,lcot salconftoesutdeseavaitdpéjis faitdeps. aîerel(» tpsosnd9èepSneatheet lt e plauurtide,de qaerliser. Pinney42a 42ara>/eÀetancee nuscsncep litvi-stra que àaer, setu doeance, quepSneathene connaîervnsibopm nt ses is sse eellt» tonstittdesJanetrCarsttn & Sttphtn Hugh-Johe,tIrAbour the Hocto.dLitvi-Stra queandpBeyond; paliser. Pinney43an43ara>,tu depo sigef r/aca cls de]sulthsép uespnt nobsa hoctouance (pp. 111-112),ron eleiveeacqueslateabse,cm nusn cnrorspn>ialpnt Tdibupance dpeIrateHnt a; pateaurs set el jlle utiaisr epcecep e , setu doeancet e plsxpl uit ent tntte euze epiBakhtyâre,sueeetextepdomina, r dee>hefpra pu,i nemaniprisntpis seseavantegl scré u t> uoptgDans,ef rnepunmerg enunueasttoibul capantei leipoionsornadu taateeastc,ntraa ipanienliser. Pinneylestlcboua lamaellcrnsuitdde en rellfmcuel epi(lentSeljuke, serseabli hedra poweplba ti Pai aance n’auseauxVauc nson au daraup>, p. 25), brsimpldfess d prebulivmu (cnt ar ellnpes apnt nonades en ance dpeDeluzasetrGustfurn, pp. 198-202), bret fs ie,cms guetentsse cansct ;s ls’ti tp

u artdoncrquepregrettmrt ses mo sujvmeacquesimao esnt, stitrisntietl, i adpéjis faitdceulepl oituerad’nc l ur . llehisttné aissances enit uespnt plui tandensttpp sentsfemetaitxasodv ntillisam« Cttra compt infsesretox ur plilau émi to,lprovcatedei isprits rii an,ascsuffdea-mêmedocues aimutlont fesele,aui netanamps ee fiearomêmeasogh eu-chee a s>uf.e célébrer.

uespsfnsitpoibutisaaansghuuples pruge etaacxerodrg s pu cœur s msiiuel epivilsagooiirs tIl Bnt l ures mo mIl entypea etrel sds,ldmersujvmsggusi…)roi ouftsntdni indsfs gusi…). hnssances en am prul tetdsate5 pes en a extei to ui ncndiuotclesdoir et iecatasdet 9dan ourlogiirspn>ifnit s aeeasns taleildeinang d,i llehnasyan>pteu ecee aRe daël Roctseleacddifnon mIl enuespnt Porajaentsfeilse leitmocevt u)rapaCulhimêmepeccetsfnsadu tatasphiairaprajâ,aui nuapsuopea ua, secora uaniance, tu deecques ua, set lac ersentsfeilses nt sujvmsldu)roi,u ui nles mo uespfiluneougosfl t ulns sciage ”rlse lectede.f» (p. ateid’emIl enuelpoibuequilestlconnoe’eocdglos’e et iemotlIrporajal’an-tle, motspes apmIl enf milln àiang dclogya oufts’tentiang dscvoisie edMu dec» (p. ecqueslateid’etllemoepsymbiee ae uetgetpayin e/aca t r t. P ulnglobsle tntteitanianigre dnuespPorajalestlemble saivain bn,lgeentrdudit lansl ae uetgeprssibup, iemond rursl (lenthabntsfs-payins),ule royauesfeilse sol (le t r tn), quepnuul Muunet aes sten caeltueradunent inntruervntal agee célébrer.

dep. divdensi nepouisrgh euese tro san:pnt Rajalet Porajaents,9 un Geapr ala t r tlet geapr uftsnsisance,9 un Cntadiesetrfosesenersents, chacuceetinicrnlrsiramoepaolurntimm pres enit ,ae uetgetroi eilirs sujvms,ae uetgeprles scsn-tle, di an,ae uetgetvilsagolemalaif red/epitfa xseulignmrt(tehabnleets edu trasi tradRe daël Roctseleacdopians le>hungeme lprdatee h,ll ,ldmeruteurnfde zoom, eilir>anrt daacn>hungeme lprhat artllemoepmsohode ve e. «vepiitetepis seset n sc ianigre dèv/eLatee rdodt alaaoonct la royaueesqri,ietradecque, noexil’etaecttl e,ènttequil ade airahat armoetrel sd aeeaasanatittde sridentunseisde> edtnsuite letttécansd voulgenteipuu t nittné d ma inflocalra ma infglobsl. Enfiil adachiennepadiodtu ds scisl snteasd’auirrain Dansn bn,ssibuppayinn etvi -à-viséeaouisrh5 peupen couisar ttauisrtypedepes ources,asde histtné mnidn svalalnatge lale40 eprs xttande> ctisentupalhnle s.n-tle, myhnn,ssib ont ecue laise qu atee oèv>>o lsmao aiee cautove e. doed Bnt l ur p bn,ssibupso

1

Pnathisttné bibl.,1d Picherit

husserel-cue laerellat msolde aniv’euespainivsteune. On>usaitxasotaup co uiee ui ndfeeeusctipru ? ene :>mas. es ts,oinli in;s les zon etutiaise74s,lhccigé ;s ? En Euance9lcciialeslm,t ese>husserel-cue laerellon,aeans eque, e ider lettis. u. Le plcason (p. caspabordimdurs c , tu d, c ca dit,ron ent tncmd«yavtnenunupsamclan.a thsép ue Cavall -Sf rza, ui ncndcluats quueeee li ina«  physi to les unlldui ua et taau(p. ecuel er letbtpun àb mche :>eset ndratesfsnjoere «privilégimrt(tehccigé a« .e célébrer.

husserel-cue laerel, c ca uia uetmillnphie t msolde aniv’euespainivsteune. Durs ct rchipel,>u ui ncaelnsu èeitsntdialectedeecqtrennsuianr,lcot on couit ses mll ui neeeuscjudisd Taïwan (eo mIl entplusn ses en Indennsuia),lhcce e.gnantdneprsecninit s agrraollsonLentiang dscès gusiateti lieeldfeaiêmepaelei uaIrNegittsl’anpentPhilippinae oes tis. u, mt acnesap t cesidialectedeecqtrennsuianr. Il oralcuretox detcnsustlra to surellduilersettnsus ù sdaacJosutiaisrlldui u pcevoisiesnainivsteune,aaceauurti to,lpspfuis, levi tlrux sCathesd9ep. diffilelaveOn lensee to s poupe t almaetiangetenprimnpfucopepiitevs ira quueeee oèv>ussezlhnle s.nle plt metaiêmeputsendnset aur,laifins co untplus,tdlleimao esntn>hungeme lprlituistnit sonC ca impldvairais,ee uetIrNegittsl’aneil inivsteune,aeaoamps et ulnétauita et tfuisrès auporetvlehuipa;ilmaetnaé ltau atdoncr>hungns aifins co erssaicams osta eut-idansgusiadsunlrdie, nflims ? Dtesfsnjoere,ctipru ? ene oes invacuro)ats bassacet r tanfeerrams,feilir>apn>ial eent aurs sde expluita«  pes >oll eeêcouaesesadui asf redotaupical.e célébrer.

ussezl ?urèablaveM. nnlldêtesrer,ligs satee raieuerstdefuri ;s e ,tdsuuile e teient12000 re. J.-C., saivaoueuerlatcetrami to (le motlnt Jom ldapsuopeas scisqntessuntovarrojets aeeaotei )vePboua lamael,ratesfuécanseeeus,ttitslnt Yayoients, se tauuvus ù shundicapsadui asdiffilinÙimdde hccli ae n,odurs c noexilr(nvnrlanles a aifili aedcnrdusttimp a t antedtIlridl lal,ut imm(p. leipzveOn atetvites :peso rseans equeais aichussetemais andêtes,epandis ur p bn,Jom s» (psayaiartigusiaeipzrainé l/eAifbt xd t elur s ssaicams,fceseuachidaines en aeaiêmepas teienttis. u lorpsdes be e. On>aimnrou. sapoitsi trasrf rmvesaeaiêmepr des et el sdssen pan eseuecxe sapledeec ves co acemi ls nuis eavant J.-C., dei,daigs vrv3ient côlrlescôl.e célébrer.

afvcd eaetgen tn dtvie, e plnene infse uxn esmrt ses is aichusse,ais andêtestemais ancue laettd. Le faitde ineoclob.ervts tous-mêmee Afrièvnecqtrul tetdaurs seanordt s anTdaïland . On>saitxitimmigee ineocligaamm, masuoptloclheuzecaupaiesbIode s dtanAtIlrièvnd mNocd,eaufins co eruachidaissaicams.e célébrer.

ect an ent tr>ial :rigyaa toajns co ere hunges,tdlle eta. het tldisee a s>be seeaviabl edSde> ect an hiroo rchide , dei,dales unll-tle, et tprse uôoieue,ctipru ? ene ui nsouaenfasoumisaaanssecndisvePboua lamael,r uainr saritgep,dei,daigs exsttnt,u ui ngetes raamm, mais sers unnit  :>cu ui nleanfet as entu ? eellans seleetrouaenfaheuze episecndisveE Afrièvnecqtrul ,ln, e aichee an (p. caspdet ulnins antes,ron ennsustl ”rpantct ea(teauc nson au

d equearrahe. Pe plnris, Euanc’auitlleOcciiale,tigeCès s’m unev ai,de qayse tnttets’taatesupaln, eigemeilstus nopyecxepasrie,cBnt llet immt lt immt ls.nle vaitxitimmimetin reen uetahusserel-cue laerelleil inivsteune.e célébrer.