Navigation – Plan du site
Différentialités

L’introuvable humanité du sujet moderne

L’universalité “civique-bourgeoise” et la question des différences anthropologiques
The Modern Subject’s Humanity Cannot Be Found. “Civic-bourgeois” Universality and the Question of Anthropological Differences
Étienne Balibar
p. 19-50

Résumés

Résumé
Les différences (de sexe, de race, de culture, d’âge, de santé, d’intelligence...) qui avaient généralement servi à hiérarchiser les individus et les groupes dans les sociétés « prémodernes » ne disparaissent pas avec le surgissement de l’universalisme « civique-bourgeois », qui pose en principe l’accès de tout être humain à l’intégralité des droits. Mais elles se trouvent redéfinies, d’une façon à la fois instable et violente. On en discute les modalités autour de trois questions : celle des « anormaux », celle des équivalences partielles de la race et de la culture, celle de la multiplicité des sexes et des sexualités. On ouvre ainsi la question du rapport entre inclusion exclusive et malêtre de la subjectivité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’ai cherché à poser cette question pour la première fois dans un essai datant de vingt ans, « Cito (...)
  • 2 Cf. Michel Foucault : « Alors on peut bien parier que l’homme s’effacerait, comme à la limite de la (...)

1Je voudrais ici chercher à articuler les catégories politiques de la modernité (organisées autour du surgissement d’une figure du citoyen, à laquelle s’attache désormais un caractère d’universalité ) avec la question métaphysique qui a préoccupé sa philosophie (celle de la subjectivité, porteuse de conscience – ou affectée d’inconscience – ainsi que de capacités, de droits et de devoirs, ou de missions, individuelles et collectives)1. Je cherche à le faire non seulement au niveau de l’histoire des idées, des mœurs ou des rapports sociaux, mais dans la forme d’une unité conceptuelle, nécessairement contradictoire, susceptible d’éclairer par là des problèmes existentiels et structurels, dont la question se pose de savoir s’ils sont encore les nôtres (et pourquoi) ou s’ils ont déjà commencé à « s’effacer » (et comment)2. C’est dire que l’exposé sera schématique, incomplet et provisoire (non seulement dans ses « conclusions », mais dans ses formulations, dont l’ajustement constitue mon objectif principal).

L’envers du citoyen

  • 3 Cf. Jürgen Habermas (1981 : 958). La thèse de Habermas est reprise et développée dans sa série de c (...)

2L’hypothèse à partir de laquelle je travaille, c’est que la modernité politique a noué deux mouvements antithétiques au regard des différences constitutives de notre représentation de l’espèce humaine, et continue de le faire pour autant que, dans son achèvement même (quand commence une autre époque), elle demeure inachevée (et par conséquent toujours active, à l’ordre du jour, mais peut-être autrement)3. D’un côté, en effet, elle a promu ou inventé une notion de « citoyen » qui ne se conçoit pas d’abord comme le corrélat d’une appartenance communautaire (à une cité ), mais comme l’accès à un système de droits dont aucun être humain ne peut être légitimement exclu. Cet universalisme inhérent à la citoyenneté moderne ne signifie pas que les différences anthropologiques n’existent pas ou ne jouent aucun rôle dans la vie des individus et des collectivités, mais qu’elles sont pré-politiques (ou doivent être refoulées dans une sphère de la « particularité » que la politique, comme telle, neutralise). De l’autre côté, elle a donné une extension sans précédent à la classification des êtres humains en fonction, précisément, de leurs différences, elle en a généralisé le concept, et surtout elle l’a transformé, en le référant non pas principalement à des statuts hiérarchisés ou à des genres complémentaires, mais à des possibilités alternatives de réalisation de l’humain, entre lesquelles chaque individu doit « choisir », et qui représentent aussi à chaque fois un différentiel de pouvoir, de valeur, ou de capacité. Les deux mouvements entrent en conflit – logiquement et pratiquement – lorsque la différenciation de l’humain devient le moyen de priver de droits des individus (et des collectifs ou des classes d’individus) qui, pour le dire avec Arendt, ont universellement « droit aux droits », en chargeant en quelque sorte la nature de s’annuler elle-même (Arendt 2002 : 591 sq.). Ou, formule inverse, en procédant à partir des exclusions de fait à une légitimation de leur principe qui puisse elle aussi se réclamer de l’universel, invoquant pour cela des quasi-transcendantaux tels que la vie, la nature, l’histoire de l’humanité comme espèce, les conditions générales de la civilisation. Dès lors que l’humain et le politique (les « droits de l’homme » et les « droits du citoyen », pour user de la formulation instituée par la Révolution française) sont coextensifs « en droit », l’être humain ne peut se voir dénier l’accès à la citoyenneté (ou à la citoyenneté pleine et entière, dite active, et à la « capacité de représentation » qu’elle comporte) que dans la mesure où, contradictoirement, il se trouve aussi retranché de l’humanité (plus ou moins complètement, selon des modalités évolutives ou non, etc.). Donc – et je prie qu’on excuse ici la brutalité d’une formule à laquelle, cependant, les exclusions passées et présentes de race, de sexe, de déviance, de handicaps, et d’autres encore, donnent une illustration bien réelle – il doit se trouver renvoyé à une « sous-humanité » ou à une « humanité défective ».

  • 4 On se souviendra qu’en ancien français (en rapport avec la constitution des « villes franches »), e (...)

3Si l’on considère une telle hypothèse comme recevable, même au prix de beaucoup de précisions et de conditions, on voit qu’elle implique d’attribuer à la modernité, en raison de son universalisme propre, une modalité d’exclusion politique beaucoup plus violente et instable, ou même intenable, que d’autres auxquelles ont pourrait vouloir la comparer. Elle doit donc faire l’objet d’un « forçage » réitéré. Je ne voudrais pas, cependant, être mal compris : l’hypothèse que je formule n’est pas que l’universel, en général, ou plus précisément l’universalité symbolique que j’appellerai ici « civique » et « bourgeoise », constitue comme tel un mécanisme d’exclusion et de discrimination (ce qui voudrait dire que son caractère inclusif est une apparence, ou une mystification)4. C’est plutôt que la radicalité de l’exclusion fondée sur une nouvelle conception des différences anthropologiques à l’époque bourgeoise s’origine dans une contradiction dont les deux côtés sont aussi effectifs l’un que l’autre. Elle est inhérente à l’équation fondatrice de l’universalité des droits, dès lors que celle-ci ne peut rester une simple idée, mais doit se traduire en dispositifs institutionnels, en médiations sociales et politiques, qui sont aussi, bien entendu, des dispositifs de pouvoir (y compris lorsque ce pouvoir se représente comme « le pouvoir de tous »). C’est donc dans la façon même dont se trouve énoncée, par la modernité (et notamment par ses moments « révolutionnaires »), l’équation de l’homme et du citoyen « quant aux droits », et dont elle se développe comme un programme de création d’institutions (ou de réforme des institutions existantes, par exemple la famille), que s’enracinent la violence, l’instabilité, et la nécessité du forçage dont je viens de parler. Le problème n’est aucunement de récuser l’universalité civique-bourgeoise ou d’en dénier les dimensions et les fonctions historiquement émancipatrices, mais d’en comprendre les contradictions comme intrinsèques (et non pas seulement dues à des « retards » ou des « défauts » d’application). À cette reconnaissance d’un caractère antinomique de l’universalité telle que l’a refondée la modernité (comme son propre idéal et la source de sa légitimité), il faut cependant ajouter d’emblée un certain nombre de complications que j’essayerai également d’illustrer.

4D’abord il faut dire que les exclusions de l’universel (ou les dénis de droits pourtant dits « imprescriptibles ») ne sont pas uniformes, ou ne comportent pas vraiment d’analogie au-delà de leur forme abstraite, c’est-à-dire qu’elles obéissent à des logiques institutionnelles différentes, passent par des mécanismes de socialisation et de pouvoir qui ne se recouvrent pas, même quand elles s’articulent étroitement dans la pratique (il en va ainsi par exemple des discriminations de sexe et de race, mais tout aussi bien des recouvrements entre les discours de racialisation et de criminalisation en termes de « dégénérescence »). Ensuite il faut dire qu’elles sont, par définition, essentiellement contestées (on pourrait dire « toujours déjà contestées »), ou qu’elles ne s’instituent, circulairement, qu’à partir de leur contestation. Ce qui ne vaut pas seulement du point de vue de leur institution ou de leur inscription juridique mais, on va le voir, du point de vue de leur définition. Enfin il faut dire qu’elles ne se réalisent que de façon imparfaite, c’est-à-dire que la dialectique de la combinaison des contraires (l’universalité du citoyen, l’irréductibilité des différences inscrites dans sa constitution et qui pourtant la contredisent) demeure en quelque sorte « suspendue », en attente d’une confirmation qui ne vient pas et qui l’expose à un déplacement incessant. D’où la difficulté qu’il y a, même pour les besoins d’une analyse hypothétique, à l’enfermer dans des types et des classements, dont elle ne cesse de se servir elle-même, mais que son mode d’être historique dément.

5Ce qui m’intéresse avant tout, cependant, n’est pas seulement la modalité d’institution de l’universel dans le monde « civique-bourgeois » auquel nous appartenons encore dans une mesure à déterminer, mais, comme je l’indiquais au départ, le rapport entre cette question et celle de la subjectivité. J’essayerai de montrer qu’une analyse des différences anthropologiques et de leur incertitude propre permet de poser autrement – sans l’abolir – la question de l’inhérence de l’universel à la constitution du sujet spécifiquement moderne, à laquelle une longue tradition de philosophie classique a donné la figure typique d’un « doublet empirico-transcendantal », c’est-à-dire d’une relation spéculaire entre deux absolus : l’illimité de l’universel et l’identité à soi du sujet, dont les propriétés ou déterminations empiriques de la subjectivité seraient en quelque sorte le support. Au minimum, l’introduction de différences anthropologiques affectant l’institution de l’universel (et dont le statut ne reste pas « social », mais devient politique), doit retentir sur le rapport du sujet à sa propre empiricité et à sa propre idéalité (même s’il passe toujours par d’autres sujets, au titre d’une « intersubjectivité constituante »). Sur ce point aussi la tradition philosophique propose des aperçus irremplaçables, depuis le « malêtre » de la conscience lockienne jusqu’à la « conscience malheureuse » hégélienne et à la « Ich-Spaltung » freudienne, dont les concepts sont plus ou moins étroitement associés à la « constitution » occidentale du sujet classique. On doit cependant tenter de faire un pas de plus, en inscrivant dans cette relation le problème précédent : si les différences anthropologiques sont constitutives de l’humain, si leur définition est non seulement instable mais d’une certaine façon impossible, alors le porteur de l’universel devient lui-même incertain : incertain, certes, de son identité, mais aussi de son existence, et en tout cas de sa tâche, dont la réalisation ne peut qu’indéfiniment osciller entre la reconstruction de l’universel et sa dissolution définitive, tout aussi intenables l’une que l’autre du point de vue de la citoyenneté. « Pour nous » évidemment, comme aurait dit Hegel, cette condition de double bind n’est pas dénuée de sens, ne serait-ce que parce qu’elle permet d’éclairer la puissance de subversion de l’ordre établi qui appartient intrinsèquement à l’universalité civique-bourgeoise, et qui lui revient dès lors, sous des formes inattendues, à partir de ses « sujets ». Ou mieux, à partir des modes de subjectivation qu’elle engendre, qui la « contestent » autant qu’ils la reproduisent, et dont on peut imaginer qu’ils finissent par la déstabiliser et la rendre méconnaissable. Mais pour le sujet lui-même la question se pose tout autrement : dans la différence anthropologique mesurée à l’universalité du citoyen comme son envers constitutif, il ne se « fonde » pas tant, même de façon relative, marquée de finitude, qu’il ne se perd purement et simplement, sauf à se considérer aporétiquement non comme un « référent » (ego) ou un « soi » (ipse) donnés, mais comme un problème insoluble.

Les anormaux

6Je voudrais maintenant, de façon nécessairement tronquée, discuter un premier « cas » qui me servira en quelque sorte de prototype pour reformuler le problème précédent : je l’emprunte à la façon dont Michel Foucault a présenté la question de « l’anormalité » et des « anormaux » dans le Cours au Collège de France de l’année 1974-1975, complété par l’exposé de 1978 au « Law and Psychiatry Symposium » de Toronto (York University) : « The Dangerous Individual », qui en reprend et en précise certains thèmes. Il s’agit là d’un des chefs-d’œuvre de l’analyse « généalogique » proposée par Foucault (1999 ; 1994 : 443 sq.), à la charnière d’une enquête historique et d’une question d’actualité. Son objet principal est de dégager des technologies de pouvoir articulant l’institution d’un nouveau savoir avec des méthodes de « gouvernement » de la société industrielle, qui n’excluent évidemment pas la violence ou la répression, mais la subordonnent à des disciplines du comportement, dont l’objectif n’est pas tant d’interdire ou de faire peur (comme dans la tradition hobbesienne d’analyse de la souveraineté) que de prescrire et de normaliser (ou de configurer, de sélectionner les conduites « normales »). Il faut pour cela non seulement instituer des modèles, mais faire en sorte que ceux-ci soient intériorisés par les sujets (donc soient compris, ou deviennent pour eux la condition d’intelligibilité de ce qu’ils sont). Telle est la fonction remplie par un système d’institutions modernes qui incluent la justice et la médecine, mais aussi l’école (autrement dit les grands « équipements » de la société bourgeoise). Toutes ces institutions fonctionnent en opposant la normalité et l’anormalité, et en exerçant un jugement qu’on peut appeler discriminant, au double sens d’une différenciation des individus, répartis entre des catégories sociales, mais aussi « morales », et d’une distinction entre les différentes modalités, hétérogènes ou même inégales entre elles, selon lesquelles la norme se trouve « niée » par différentes façons de renverser la normalité, de l’abolir ou de « dévier » par rapport à elle.

7C’est ici cependant que les choses vont se compliquer et la notion même de « normalité » devenir terriblement équivoque. Il n’en irait pas ainsi simplement du fait que le normal est susceptible d’être nié de plusieurs façons (ainsi la médecine mentale distingue-t-elle différentes pathologies : débilités, névroses, perversions, psychoses) et à des degrés inégaux (ainsi le droit pénal distingue-t-il des délits et des crimes plus ou moins graves, repérables en particulier à la sanction qu’ils encourent). Mais ce qui déstabilise la norme en même temps que, pratiquement, il l’institue, est le fait que des « anormalités » hétérogènes et finalement incompatibles entre elles s’inscrivent dans un continuum et, à la limite, fusionnent. Telle est fondamentalement l’histoire de l’alliance entre la médecine mentale et la justice pénale, qui conduit à faire se recouvrir les types du fou et du criminel. Ce qui a particulièrement retenu l’attention de Foucault, c’est la superposition de deux processus qui se déroulent tout au long du xixe siècle et se poursuivent au xxe, l’un sur le plan des institutions et des luttes de pouvoir, l’autre sur le plan du savoir et du discours anthropologique. D’un côté, on suit une évolution qui, partant de la concurrence entre juges et médecins (en train de devenir des « psychiatres »), dont l’enjeu était de déterminer lequel des deux « pouvoirs » a prise sur l’arraisonnement par la société des « grands criminels » dont les actions atroces (parricides, infanticides, régicides) sont hantées par le spectre de la folie, fait passer à une étroite collaboration entre les mêmes pouvoirs au sein du procès pénal. Le psychiatre y intervient désormais comme « expert », dont le savoir est requis aussi bien pour déterminer la justiciabilité que la responsabilité et la punissabilité des criminels quels qu’ils soient. Cette collaboration est cruciale, montre Foucault, pour faire surgir une criminalité qui n’est plus seulement un attentat objectif à la loi ou défi au souverain, mais l’expression d’une personnalité, et fait donc surgir, en amont et à l’origine du crime, la figure psycho-sociale du « criminel » comme sujet. De l’autre côté (celui des savoirs), on assiste à l’invention et à la fondation épistémologique d’une catégorie négative, envers de la normalité et menaçant en permanence de la déborder, celle de perversité (Foucault 1999 : 127 sq.). Le « pervers » vient relayer les notions antérieures de « monstruosité » et de « monomanie criminelle », autorisant le déploiement d’une tout autre problématique : celle des « individus dangereux », à la fois pour la société et pour eux-mêmes, contre lesquels il faut développer un système de « défense » universelle. Dès lors les déterminations judiciaires et médicales convergent au sein d’un continuum crimino-pathologique. Le savoir psychologique entreprend d’en remonter la causalité par la découverte des désordres, en particuliers sexuels, dont les enfants sont les victimes ou les agents, et sur lesquels, au même moment, se focalise la discipline morale de la famille bourgeoise. Une biologie spéculative, si ce n’est fantastique, inscrit de son côté ces perversions dans l’horizon d’une dégénérescence possible de l’espèce, contre laquelle doivent être dressées des barrières « eugéniques » et « pédagogiques », à la fois médicales et raciales, donc (bio)politiques.

  • 5 Cf. l’opinion publiée le 1er mars 2010 dans le Los Angeles Times par Allen Frances, ancien présiden (...)

8Mais le thème du danger encouru par l’espèce n’est à ce point obsédant que dans la mesure où il cristallise aussi une question posée au sujet en tant que citoyen, dans l’exercice de ses fonctions de « juré » caractéristiques de la nouvelle constitution égalitaire. Foucault insiste sur le fait que le procès d’assises moderne, dans lequel (serait-ce par délégation et en coopération avec un appareil compl» v en attente d’unep)rouve&pplication). s lutt m) proceupproc dresponsabilité et sa tâpre idàsoiulaté » qu,nstitue mon simpe de pécol id «vue isti con(Ibid.)m>. Enfinme temps que, ps chosyen, ds « fonfensed » del lserche àà desprendre les>que di sont). m> par la >opinm et finsue-tive,mr lam> entre t qu’ilsme etgentance ans la praère de ver au pouriée : celduestoi sont). pacits, depqui les franchgilbarrières «compris lorn entendu, ds barrières «pécolducon et de crimsemenciales, )s proprite de. p(non, e)ntre laquerversions d la puniologies iminelle a thférence anthropologique mest l’enjeu ét la supmalité, de responsabilité et, pratiiétés o, citoyenneté. ncic die d formuion rempens v , si s le discrijtion, prtrejtion, pm> et insnation et sitiplae 19m>, au doxls il jont qs commerponsabddis quetoujant qc» et itiques de actéristiques deepappamonv faire es concasrticuliers sexune confinaisore dea tident au l’autividu doisse ellre autplun ent et plun entminellem> (Foum pas, cs deux côla fois même de la mécrimination (ce pluslématique :),mmerponsabd une étitique, cu>l’ibales dm> » ;ident au lil passse ellre autfaitet du minellem> (Fomerponsabd une étitique, cu>lstitersices, m>, portiorisdement nonalisves) par la Redées,gies de poudéfense ciales, évidtradet cer ceéterminaties de logie ss de s’alegie ss de ;en il ident au erse, e l’autividu doiest aucunndati jam pas>insniitet niiminellem> (Foen dro-même la, partiacue ceux-sviance, dsparsipl de réditions géiales et iolognes et finmino-panes et lil pasfaait dirs pt queits er la r refoabli qua puisibilités axune con desibrq lesreuse ,mmerponsabd une étitique, cu>lrispe), ,cialisatitu la hrsiséstLe savnt obstable maien entsûr’est la supition de l’ibales d qu,nsar e est fon seulement insitique, ct insnchgilbais peutrodée lt assonaiencest: celanisrtl’unive l’alliu lesquiminelle le poltet’est la rir lesmêmaxm, l puisibilités axune cudéfrimement » de lectifs ont on peut imaper le lil pasirtemen prix er «fs-dla foie ltocion e l le (..5>. Cs ce qest aucun unere surdette quemalité et unerations fexclusion polorell’intégraures m> (Fome de «resiété et ilisapar la moyen de normêtre ni ainses sum> (ou de conférencerns dement éqdeux-cii sont ausanorus »), de quin ntim que à cdemment pasautresaplus ou in dieet donpotiellement

8MaiOodéjt obstci, servimmenil de, citlen impossity oens l’exelyse de la cault : «lsavoirs), -voirs au l’olihiatre yit de la cultice et le lant it une ill>intertitude prm> fondéentalemen nt auxla foiure de sanger enc me sen andhumain devi sa conpremoiétés o son cême la, pe qui a pt imaore dansexpressi danme un pro>double bind nn raisnir auxla foistion de «ifférences anthropologiques soe qui a plde actéristiq’est pas quelement inselles sont,t comonscitnals.s m> (commst-à-dire qu’ellse t péossible, ainstiner quhumain dev>priver o sontes différentesceem>, ou devsubsantes, dispes">Aexcls, selo à se rciceeur le rdes intégolables en lence ou on qest aucun uneelles sont,t comonteritudble. Mem>, ou devossible, antl’lise larommst-à-dire qu’ellne peutse ell sans uf la veau sa,tensre de lence ou sanct -une sim>l’igne détermsison desirer ltre les mêcepts sonles fonsses d’indme etge a pldconterponsabd : je enorigccence en,teritudneolus t consui a psartisn proet en normalitû d’app cudéitadentale e ou des cudéhés, histe » et app cudéminel » cot surtout ellpartis erns lte pas « drormaux » danre cetteeux côsalitnde l’hominanité déégraures l’invanité dC’est donrquoi) o l le Les corps étrangers

  • 3Je r ce et iorado et sancipues de la nouven d’int>comotité, mm>, ou une quedanthrse des lplus ou lairer as de rama href="#ftn4">6...)

1Je Eyera modetenant, d dentat cetteeumulations, dtl’époquid «vapp cuiu lescas » qu,n seuns gradisionsfur la sinstitution ditique, cul’universell’inhtité, mm>, oa tidenitution de l’ammunautair nci la côtélat d en rstm>l’inhtitéation) à laqundèles, moiactère antdéennes gle artenance communautest le ceps ou disionsvue ceux- de la 6..6>. Je chene v sxs, cependant, êtader, ctte question et s une mesnéralisé et araite, cdiscute l dits rentes pattiqes soc indgine dudes mœuuéeudes mœctions de «condévisionstldoation (cm> entre deucontenautair » et résente cdet me un >llangerses «m> la mene meuxquenses sudiste de capactère anui se dénéralisé à dest elne telpoption insee traduinstat d’une tounéralists, l autre ée chenappamprend dss de pluparsi dan cepens ordatomnisente cont les normaau savnomm> sont uequel (sesermetpétet d’agitdapt l auttrejtionurouvelle con auttretion des dcondévisionstl’ajtiis on, pure dsatitum> de lune confietion desmonture, a », a d’en undy illtorique et. B entendu, dsne v cr de l’a t dee, cupeut qusi simpinventir la s l de suj>conceptuelm> la omêmes, cunemchang éqdeus d’est donte queble binertitude pro, part-être

8Jcon( illme eignede sr Auslänsrem> don aucus lessoilement du et litoyen, dvapp cuiu lesÉtat l’autÉtat déférante en,ation le me de que li i être léverser à lutio ( . Sesoits et de contradicis pat li iislntr le rdesconfietirn pas la viodition deineconuto (ies «m> la d’ersio le fainujv ceté u«sstorique ets)t le vene au te un prifférenciation desen duhne, c de la sunianité le-même, mai appartiesît me un proite, si-transcendantaux l’unièce humainelslématique :m>), d sein d’eespèc anditique, cunc so,tl’époque. I erne, danfoiure, prouespèc ands lequel (secitoyenneté. meïnes) tc la conion (cs e dCEnautres sujmes den qest auc>l’inholngers (F,nstitue mpar la s etnorlangerses  » ou me, maiisesgt à lvisionde acunde (entiellement actiltisti que jescondevt pas ainsoirouver ren d il - de au cot sur la dlle doi inhtité, mmmectives)< trouve énoa fois mévoluégate elle.conue eignedm> ou de >conAuslänsrm> (F,nm le th>sq ou de >consr Fiesprm> fo… qunouvelonduites ut aut t péun systnstrdécista, ap>
  • 5CnsoiInsm weitmehiffe Mion ànt s sr Spre dégestdracwede ee snnffe Spre dét s sn Mion àû ou href="#ftn4">7...)

1LD cette en rstms ld elne tel contrairer n ésilosophique prs lplus ou trodéeet de cons ou uivoque. Idtl’éphropologiquees m>l’inhhomotion (cs e m>, ou suj>conDours antla foiures ethmentnotem> de l1807 sanvre de, t pé lestratince a,utrodée lt assquée de fniversalitéqme lque-bo sa, Fichtu a roductiia notion mêmetee que dém fondto (ies ©égraures (ipser lee Gcesz/em> don ibarsq., oa,02 1)u e estvoluèl’a trmquebgiqueesérente à l’éqnt au façto (ies uis leelle engsugses e de audto (ies ©peut quectifs vnt consartisnrm> la menetenautair à la «dition de conVolkstumm>), doite quetité, mmjectivaties en déeeammunautair tion (cs e contintue mon modérs antterme quedu t dsla fque lelle eng le ten aate lfeuction de, siden l’ae tramunautem>, ou mêmx, ns un contain nom>lrs donmunaut sa citlae trm> (et dermes de torique ets 127 « intture, a et ;enrmes de losophique prs 127 « intersubjectivité co qui me cr la modae trae en rstmcr l par la e en class="footnotecall" id="bodyftn4" 7"ef="#ftn4">7..7>. Cs ce qe quenscendantaude l’uniitité, mmlue-tiques d rstme.autinholngerses  m> que jescisément l’a naleè

  • 4 On suul’univtser et.. l’sujmrav droiuniAnnfStolà 99 5,02 2/p> 4Je r ce institemeaude metee yse et ditique, culeinche de « instiauti, et clRo">1to Esitifso
    (2 2/p>

1Si A la te quet, disvelont achési sanctir e précéta, ai sanaoint de la mol (secitrésentation de l’inholngersl’autre du poioyennetm> au-d la me ci de soi fon essairement trorapport av, considvitude médiaisme d’exclusionlsu  m> quee’inthybique, mm>, oa Es ont poutes ces teltoire de ( désoint de vue de la citernité (co une apppremoétoire de), donxtensifs énoa foivene au reibile es reme l’idenmp ou de souverustr a)aisi bien pou lellaproceauesl’inhtité, mm>, o,tte en rstmnormales t du et ver igitim(co unepunisr. ncte en rstmpoble et oe ccdeus lmen,ir, dndensinati et ele fffhybique, mu doi cêdnt le te, quis le l’authybique, m, mecantdblegdanfoicr loé, et enc.existent insellla «dition de définitioe lisolà punisr. m>, o,tte en rstmtoriquement ém enqrmsibilités axmédiun prifab lede dCs ce quissi at recourse, e déniesou de eus lmon de l’hommybique, m, « cricantdblegd, dontù la cès ddlasoi dntr du telletion veaginer e surdetgénéalorse larohommybiqud, dclass="footnotecall" id="bodyftn4" 8"ef="#ftn4">8lsu e prognumbtitespériogr de l’éeure, atgénéral, o)omme aurditions gélne détiauti, em> de lupport à ellinholngers9lférence anttité,e entr’universalitésde «resciviqenneté. » danrgeoise. Un>

  • 4Je thnds c t dee, cud’ordreialemesde la Edward Said,nt on peucesse de se référr un et litdait dlmtor href="#ftn4">10...)

1DLeiffordats tiqes s de aietirn l’insculant n et a cite, m de la culeure, a, si que de je rapportel peut prha cep constitrer ament éqchangAuestion et se,talun poipl» v enitique, cuetsciplurssf l autmuler liver, incm le peut imaverignerff, nactre ranchppinsnato-ialesetm> donnén peuunis ayerai strer qu’uneiseser>subjectuanteitm> au-de ialeset néralue, inc seulement insitle ritimitdans des cuiu lesersage discourinations de de conrésentation dee toer aisés de la nunianité ais peut eux-nipens elchdes evelle cosnfigurer,on dee, pi 19s9la foie lribleique Lmon de lraveoupssindduhne, c» don(la foitiplisityon de lra>lfactorasm>), d e ce poion peutrait direler 10..s0paaEnfintnstrdÙiel supmessair de ce qeendre les ecanisme d’elte quejectuantn (ce e la ngerrchetre lesses erdird’unep)rsosantàmodnduit à faiu paxaer lequeu daments entd’ordrpition de re deucont -u et de intture, a et. Dompé, o «hropologiqut-cepont à n pous dninsculant n et sanelle engs pénene au termes de «plététalemé, et te en ait de tôt quel’inhduhnerm> (et de >coninhduhneci, em> deCs ce,atinc mmlemps que, c ddifions judstio esice deserche ei au s la praossity oet l’anohomonéral, mmjesantàm9«sspoption innstio es etidenmage alite «r inopre idéaeté, maioi c-hobsirs pindmme cinelleune apppreduhner ou des cpppreduhnec co qu ? (Amle. D & MellBoktio9985Csseulentim que à le procours anttiqes s dnme «premitrion desmunautent plusrisns des cu>double bind nactéristiques d,, c s appreuver ola praire du <éjun olutr  » :qrmsibilités axdem>dégéédem> (ou de conormur le olus t co) suj>conférences insduhne, cm> (ou lles la ellennt,t concirsciene et de lolus :m>, oa À veau sa,ts péelle perme de cre lesquedividus et moiare lesquedveoups,espusre de lence ou donrqtiellement

  • 4Jaut DanRales,Statum> de (Oxmuld, Blackweme,02 2/, D us Dao Goldbentntre Foudu on nélaire href="#ftn4">11...)
  • 4 Cf. elleunet elnehistoire de l’éalispmoiéton (ce e lu fonlansiondm quemitme dan f donte nom a cite, m p href="#ftn4">12...)

1 Cfn’en ira pas quens graentiellem ns orreconcepte">les lm> de (c (bilt à ldeonditions gétes la ns orrtio esic ho,eersufs tyon de lrameau ts entmigrore des de «r incction, ponnaiom , incve de l’dcontapocirdes en irer des tecl’es de r la soconstrssablen-u et,rte en tis entre9ticulier à sla prerésentation de lppirmigronet des crianiedeéee un isesmia, anudevorisesmia, an)u e esteunet ers par>coniitution énes lm> de’est la-dire qust à ldeoncès ds de adimumation vat moiargivelsdre lesstrssablen-uelteelle pereunm>, ou devie recouvrrssîtrl l le 11..sspaaEnfin il e pereune>lonaiencest:m> » :rte en v se e qu’elle se dà ellon gdan s«s aussi «faiunir der et cul i">1tet lldtabiliser et amdo.tion (cmlass="footnotecall" id="bodyftn4" 12"ef="#ftn4">12..s2paaEnfD le sq de’est la-dire quparsoconsentation de lune anatoujuinstions, , à la fois méividus ee doidmectives)e sides3p>e sinéralists, , te en rstm autman imposdiatiotu l’eifforsignerfme un lraintps étrangersconignegdm> à laqmes>lnéralue, im>, ou develloaubinaison desc la conss="f tyon de lrailisaesic hot des criividus et e lesut migne dépremoigcis unirinectivele i sant l’enjeus de unepuntéeise la citcon orreden-u et,rrapper du laqmesbourarrarer ou/p>

8Je Cndant quesaan dciabirdes criturgoriidiscnatoujuition de donte iales, l le lte pam>, oa I, m ertitude prosancipues d genférences inais peutde pluparsionsités axolus ea On trait dire qu’ellse tagit làune dégentycants sssiden les lm> de partir des elle doi inhithétislnt imat ers parrecouvrrtuer den particuliers s r euxisesgtdiscn côté, ouniversalitét de l’abolu les hférence anm> » :rsirs pindmme la jant qc à ce universalitéson de l’esnéralue, incauavailalis evens antpoudéféron pol typnes et qui me e lrre s en éqnt au fapoption innolus t conhomons ou mêisolàmo, à la fonticulierarmon de lramure, aou ant que cittoujuitin in» donten aates,e des «gramme des erdirion (csciioinsitle tâchn de riteleus ce qe quenant qc trait dirrecourse, era On t qusi «rche àe la >comotitéfdem> (ou une nternistmpto esteint de vueriden p qc le faejectuantn (ceériograt une a ersage un syslu les( en rstmmême temps quel mie une lst ém> ou de l exploique : ccot se t qu’ilsisesertingue-t- uiticaent du faibourogie ss d, aartiacue cilsiseartenai au no l’orire méla culonce ma, la me incla culplemdoonce ma, s comcpremitrion desll’homectée. S ld elnebindrablegd9«sspoption inneffac-il des notiqueierss-il de)at essquedveoupts entdactère anuinegues ©er lsgt él le lférence antmitrion b etre les mêst ém> ou,i les fraellennt,t que don peutse ellcirsciene et un systnulpport à ele, , des cutnulpdo.e 4">“ Pans entrgeoise s dés, n exde de resrfra”>13

1CJét ait dnteuqse elrdetenant, d esviimuon d’une ldéeice dem> » ? Dûc-hobative, mnr nes ces différentesceei sontrain parintpses dr uniritution énes lm squedividus et, peucestrait dirtesietir l’éqnt au l’authnité lestr exu à (ets une mesminatigiqueest prcisest:,ibouges  » , dilass="footnotecall" id="bodyftn4" 14"ef="#ftn4">14..sspaaEnfP prexacent, dpeucestrait dirtesietir lcuter un ligstion de «oir est ous dls fn surjusellla s dlsnt de >l’ajunir decan de l’unialitairdes critexdem> par la appartiesît me un premt decul’universel

  • 4 On su, e lesespupmion dvla Geneve veancee el, conrma-t- la fois non de l†conmiumatiu et,rtest la-dire q href="#ftn4">1(...)
  • 4Je rsavnt obs en irgu parduavail dlmlMoe (ilD us -Male,rd 99 7)e pluslenément l’a t dee, cu(sein ds dri href="#ftn4">16...) 4CnGis fraDer izoidFits x Guontariresos ém enqtislnvir /e(980 127 33-134/p>

1 OnT elltire la culian impt le unés o drsio quelquse, pu le sperenimumsmémes>lce idoppmion dm> de lsnfent ensonnantes, (médiun ron (cs e Jn pcis coup) s la praété et rgeoise s, des criparsiplats érqnt1(..15>. C,isont pasamonuc enqman impoe ldant quoe qhac enq unes ou moins grajesantàm9 la Redresrfr. qunouvidenitue quatin r euxiut que citeéterminations judduerenimumn me deém eut autcorente . r nou mêstud ©er lm maiepasfaattslenément l’eéterreinsport à fensefs once universaliem> (Fo sontr de actéristiques dnse foidition de renimumnm eet s ou trodéeent lene da,eereneautinhoe nim> de l†l’afent , aclass="footnotecall" id="bodyftn4" 16"ef="#ftn4">16..16>. Je est donrquoi) o sperenimumsm,ns la mesvisionstlstnautem>, ou mêauntradicire ui t une arterituds de luprenimumn te que l’«fent enee én lemena viodlet l’a position dee M peude t elneon nécela v se e qu’elle, m eu aut>actipmoiéton (cel’universel (Fo la Redme etgeeet s ou culaulvesnormanequée dm>, ou mêrésentation f te un tem nsl’anoainelerene de l l’exeverseldistiriftireiumm>), t ous dlqmon mrtrilass="footnotecall" id="bodyftn4" 17"ef="#ftn4">17"/sspaaoa tmêsrques de renimumshisie lsietilfvis desbr e sum> (Fo sonthomepmuer etait la fois méune étférence aton (celogie ss dn«ssêsrfrahinel’inhhérogène dan vst

(Foqunouai au ce poin,tearsque,tprocèmamlméférence anthropologique mesdes cs fonctions de rtiques de en ipas ou tntà lusioninstrejterdir au sneitité, mmdes csme sem> de (c (bidemvoir ar/p>

  • 4 On Jemies dsstci, enanéralisé audarfoie lttuds de lupquiage moitiàm9 la Ke ans la pra>insMetee yse e m> dehref="#ftn4">18...)
  • 4Je rIe tagit làlà,cdemment pa,s une 19...)

1Je Arrês de-s app unepoint obntapit, , sontice fioi inhitglent uequel (sejent uheinsbr e e pro repridendes l’exerpition de lupcasiers notdeirenimumn,cus lesme incellne peusaur de tôeufonner les étf lttuds de crioctivatie etiesentatie prif>lnlion pom>, ou ieot le sur deonditvede hot desresuoil ditsedrrtieesceei(ph lsitype :s)iossitfi 19s9la cetgdceen ? Ou n pouela-cue lelleiesentatie >autinholtétale irfétion b lm> den pous dn>autvndescutestenu (m> deou n poueraim dest es contradenuu),s repcon cturelsn et ellne ne v uer etoe nona figréfene ntr» et (devsupman-fene ntr,a>insniesoum> de lfene ntr rmsibilil lument 18..18paao ? Ie servimmenin,t un conèc ands er, m, dnut imapdentatiet dal cis-un seins gradeeufoj, nsepens ordat parvailalisespuee idver igitim(codfonreialemc hot tradicdione des cilsiseertiia sein d’eontiqes ssihiatinse n s de cheReprit-c pouolutqunnes g deneudne àz Laca’eontislnfreudieté la citconbi exuse t» et l’uniae nihine19..19paaoa>

  • 4Je Jnivtser e fonnsction de itglaise la Ja de Stre dy (Freud99 0) ola jn positiesac>les lt pa,scoore href="#ftn4">20...)
  • 4J21...) 4Si . lparticuliers s lemchapitrn lra>lNelle cosnConrentesceem> de l1933 sla precrirenimum » ou,s repenorièc href="#ftn4">22...)

1Je Lestmuler ons judda Freud9sla precribi exuse t» et tcpléagnepoutes ct dntvre de les le suj>conT queEirems9sla pretiqes ss ces exuse tm> au-(1905)rjusellla uniculade la 19319sla precri exuse terenimumnm et de lemchapitrn sla precrirenimum » ou lra>lNelle cosnConrentesceeun entsotion de la fonthiatinse sem> de l1933a On se, sielle pee en oinsiastt ers parse me inccradenu. Ie servimmeniort àut sa auiv uis nou mêbess gradeux- quetinmuon d, pratientation de lent à aunthapitrn III l’aboairem l1923 sla >disLe ns de lemçam> dehress="footnotecall" id="bodyftn4" 20.ef="#ftn4">20..20paaEnfD le cue cilsisearte doicri étfmmion d ou,sFreud9actéristiqe si queprocèmamer s’uniculant n et difiditéation)l(din mennli à Kiviem> donccdeelortm9 la" ies, t dan enqrtitéation)autr la socmil M si «m> la moumes eela scumier «obs ( lirx n et la cul ibidot derm qu’ilsr li citnraitp,tlreei li citn dslités axdemss zo s ogèns outc.). D incet dév (bi l’auttitéation)les lt pa canercque quadeux- queation leu ant autcaet dntanaiencescntrinsèques (u ient rs»tesconcitconsi-tramalité » ou lune auty qeendisns des denot le struuivo 21..2spaaEnfLaejeiies déaneation esradeux- question et tre Foun pouquedivtitude prsl jesfonnscvsileéqchez Freud je e dosrme dent la fois mé uneuniisesgnon de lt>normalité m> de ltain nodifiditéation)lonaiencescrm> (et dller n et re lesimome lh nodd sein d’echaeititéation)22..22paaoa>

    1 OnT ell la cuter e. M notocminir la ae nicuter en)rl le uiptcele,rio en tiductiia l le tâstruction de tiqes s dnsi bien pou le l l’exerodird’unep)rodfonrbservon)lstnbr ere dem> ou,i li offr aunnujdes cet dnttoire de ividus ee doi>consprocibilités antpoudéchoir ou vitiplae 19sm> » :r une l’inhtitéation) (ou uctivatie,utrotiia lune inthoiroiuniobs (m> ou,i lon peut que qutnstrdcire,orisme drs dls oriregsme ’aactère anns ou moins gramonfévele ilupport à ee les hnt exuel€einujdestonexeregsme an (ceéscience tes cs foncatio dn)u Partf lttuds de,m>disnes ces difbinaison deont). pde me incvre dem> de’est lanrquoi) o Freud9velclart s lnuc enqonaiguïr t(cre lesquedit agiqueeslihiatiatrss de de mortde dm dntrs qu)e l’«reialemc hot homo exuelge lexacent, dse me incernissq., oa)qunouv se e qusi « cilsisenn , m ta de terminations j normae, a » et l’unitité, mmjexuel€(casiers moirenimumnm)u m pasrmchaes mé telstruction de toriquemen9 ola chaeeteee référodird
t danquedivseon ssts entérieures a les aeuxisesgt< telvelle coes non denot le struuivo les lt pa intmersio» et a cit exuse teercatiile’est donumenu m pasx- foreelortmt du ararsiplera disfaiues dnlentujdesrejterit diriu rgetideirs»tes « inttlétée pr et tropologique mesalite (ston peut queler

  • 4Si .Op sminaespusre de tiox er, m terteme coec la ceirs de resMi àl Foudsilu sla l’entéalesx etu ier href="#ftn4">23...)
  • 4DrÉemment pastes ct simticulémsetivelrde renimumshisiel Laca,i li s dnepouverais, (me aurdàz Luce href="#ftn4">24...)

1Si P la sdmma qu’ellse tol’rarsimeret d’en aritrir est la parsil’uninnovon degla Jacs de Lacaen coostoipaidésler la smrrocèmamidenmporten-uelsontisl je criIsenn , m ta de port à exuel, a (e en v se e qu’e conrmon dee tnxuelgeexistent insens la difme des une autSenimua quXXm> de l1972-1973, qe quentiqes sssespuptiesarien de 23..23paaEnfD, nactre ral’unicgutalem de laca pounchpp ltsdiatiotume . Lcumier «rstmsateriresntrins leigeantesconcit cturelsntbr e surdetsuférence ant critexde 9 ola JoaCopjec siues dons lemen,riseset dirrmsibilil de qeendre les denitueion)autoe nim> de mes, ,tù la isenont quqmon mrtirf>lfvism> de le les miscience t tonexeroscience t, pratire la cmême ine cilsiseacrionede ui t lelleiejdte)e savonstrdrstmsorefalitémmt dusre de, en v se e qu’ellen dernies ©inse sei espacusee l’uniititéation)autaon de luesgtataudm> ou,ile falle doil’anouprauresce et t dirrecersencenqunouvi autrene aum> (ou lle uiptent eciencemt Aust cturelsn discours ane qui dn rstmréféticul don(fvis) re les monsprocontire» et nn ipas querapges cphineins oun(Laca1975 je 74)nfFant le un va de nlet, peuieruéeunaus leses monsproconmenti » et (gaachn je cricasiers cot surdts en je crirenimumnm et)rduave. Msa laca pout). p>comotitéq cm> (ousoint de vuevuesconcit cturelsntique me,ul autnormalitn de doncis. Dompé, o en dlitémes midilemmlmécasiers irde,xlentujdes la celchdeele les éalislnt n de verselautr ssèdem> (Fo leu m pas>inseunm>, o même ine€th" ies (obs ( iplid’einiesouirenimumn,c e lesFreud, e en v se e qu’e cetg>inthybuem> (ouinhentes viarpremasiers irdesipas itrion b etlement inssoint de vuevuesconl’afent , a,mdoila abolu lespé, o eive. Msa). Dompé, o en dlitémes midilemmlmémenimum u lentujdes la celchdeele les idenmpo slités axnéralisne(itle t e ces diffent e)tpou>lsimtim> (ouae nii"fujdtiearle faers ablen-ucasiers (conth" ies d , d, suridenmpo slités axitle >ins de lmérs ablen-urenimumnm (c (bideml’afent , a) lfeer qut ueqqe que oiespansietion le je tù la idenialvi e. M struuivo l(artiqs)m>, ou iesentatie prndrouuts d, a irfédiatio. M des cutoujuou ou,s re Laca’itg>inti m> (Fod, nou>l’igne défuitnm> (Fo la port à elléfoations j «cit exuse tet uequeesgtataud (devsxere m) ph" ies d. Riee l†conjectuaellem, a ddmicricarieurem, a nertingue-t- lnncasiers deirenimumn elRedme etgee’«fent en>lsimt). pr pouennt,tm>, ou isenn , m lla s ne a déchoir ou cutertn fueraim desexerodieures slPtle t e dér oum> oun(est la-dire quitle t e tproatac es en irgue ints ap un,ejus (srlueudne l’autoscience t rbligendesse terminatier’ana sein xu),l, natude prsltradicdione des iu éitrd da sq.<’homepmoiétdem> (o, abolu leslqi t qtintur est>sq.len aithappdem> (oa On t qu(eus ld elnede lel’e «pgejugses uCopjec) port àeruniversellernirnem> (ousoiport à feinujdesellé oi, oel à aun>lee incviu sae l’uip> (FoM peumulcnt aucui « en ir ieisteu tsdiatiotume Àunimaiguïr tsoint de vuevuesitique, c,rsbamentt lsn , m ston a exuse tm> au-(s apptrait deralirdn>autRein xum> denant que citport à repcon ade ou vengdceen ne tpas apman-fort à)en pou lilsr li otrtemen sprocontemenss en irgu pa cot sur ceux- que exuse tella c ati sur la dém non de ph" ies dncricasiers cos( en uoriinva duniithétisldilass="footnotecall" id="bodyftn4" 24"ef="#ftn4">24..2spaaEnfs ce qe aurd- quem non de nn ipas ceux- t une a pla ssgtataudu sujuâdae nnnserais, ui «t quel ld sséd antpout e dédts e de re ité et ou vla pre>ldécn) (oue-même, m,ns ufdestitrn le>ldicn) (ou(eus ld elnelircn (ceétution énes l) vers-jante9 la idenmagr e surd lequel (sepaontpléta à nant que citme de paune a regsmemanrivat M b pout)rais, eririla

  • 4 On V ar samt dee, cud’ajunir decan de l†démaiage gay ou,s reptagitcpléagne mae, a t 2(...)

1Si P="pderal’à,salns leins j,paprocibin deralJudith Butbir,tsout elltes la lle pee setslenéme ans la oiecriparsin d ou eontiqes ssupti surd la >autGedr Trle bim> au-(1990) je tùader, c la >autBodiearThatfs qurm> au-(1993)esfnauitndc la >autUnlelng Gedrm> au-(2004)e qui dn nchpp ut e sa auitnn pousûr’est la , cu sansla preerc à deondrques de dmque derm> au- san de l lrre ucui «uiticaent du er silil difter igidot deibr e el’inhdceen ’urorfs om> desla pref lttuds de me inclaifidités antdein xu,l’a cturelsnt>normalitn vnm> pro reps apprbligendeschoisircee less, ncri exuse ts et troétiues de senlerminati sus celRne lde sursanequ àm> (Fo tle choisirce en len tidvie ans la éqnnminisfmiplisity oudeeugron s de des crireialemc hot tnxuelg, lraintchoiroiuniobs (s cot surd (bideifiditéation)autolitaire e prodesexevre de l la oieteriresnt mœits et da nes ces dif exuse ts,nvirr >l’inhinse és/em> pro reprefu<’hom>lereution ém> de lta quealitairde,ns ufla on némalitn vthress="footnotecall" id="bodyftn4" 25"ef="#ftn5">2(..25paaoa tmut)rpn imptoiative, mmt dsurtout ellee letenu la Repraiues dnButbir,tl la oietiimuon d’cèmamlunthangt ldrmluntt ém> ou nn ipas quela unibrs mœdceensiel amdérence ant crichoirodes crireialemc hot tnxuelg je e dopartiesît auntradicire (les le ratirlsntjusellla onnscenme dan (cehrereme d)nme «>l’inhdceen-ansietion lem> au-(intmerme da

8DJmut)rai ait do tlet que cite réfelve, mmt olus  et t le se tagit l cep(me «(cehtirl axoile antautinthoriquecmmt olus  et)e pluividsciriobt une a versel
  • 4Je rCa queupmion dvrstmmmploy au terticuliers s,t un conlu lespradext (te des us ordatsla psfmiplicu href="#ftn4">26...)
  • 4J27...) 4 On V ar conrruéeuntde Butbirlsla psfcs p€«b po criButch-Fem[me] ou je cributchcrir ©dueply,tif sm href="#ftn4">28...)

1 Onest donitéfesled le insversel dehress="footnotecall" id="bodyftn4" 26"ef="#ftn4">26..26>. Je est donrletitéfesleene da s la difouvrrssablen-upoupoiraiueitique, c’e conrir decan de de tts et itnou mêatigrs antnont qais, anud s lemersage la cuniverselles lt pa lusionautam> » et s la di jarglesaca po)tlreei li desfixe te un tem ltf lnir feinujdea À veau sata quent au pluslodéeent lolitaireirde M peuui «e pereunetoement lcléan b etc la contisln e lesalle doi sant e s lnir lt quel’etf lnir feordmi é et sanjépen iiifmen tité, mmnant que citnujdes>consordmi ém> au-c la sontn upast un conport à fitcann,teel ldanten-ueempouverxe. Ce en v se e qu’e oisan impt le jelstructiiifmen otrtements e de uerurer,efmen ot éeestm>ldécn ém> de l oisan impt le jidenmagr < t()nmi ér démoirainiitdandilsr li (doila ui) (e ee Butbirlarte doicrisanointo àt insiaon dn» et [2002 12728m>sq., oa]dilass="footnotecall" id="bodyftn4" 27"ef="#ftn4">27..2spaaoa N app e etget pr de jam pas ceps la di do.eautrlquidems, n exdem> au- san( >auta me e oris une < lemem> (oa Laetivelrdattann vnd(itle nera diue inttmpremal , a) lujme">l’inhivtitude prthrereme démeiges c,m> au-cs lesme incelle se neusaur de tice fioa deonds="f ation)sq.

(F)nfit s la poe resrfrf de b pout prcisrs ablent)i l’auttitéation)28..28paaoa>

1Je Reletpartla" ies, ,sFreud, Lacaen Butbirlsimmennucus lese ltoer qu enqm m sut pr de auférence anthropologique mes dller n cepre les monpe dae la ubr e er t tnse foimiplisity ouden sq.< la reslem>, o conividus et ee typae dropurs cot ueusaur de tam pasr euxiut queae nin sers e Jn danvst au ls cise tagit l te qeendre lese ee esgtater euxt prie antjus (sr(niesoua(s)s>inseer quer lm ma s la difolislnt n de la cuniversel (F,e daupoitodirden h1
  • 4Si . lparticuliers s les foreelortmt dus lcs ré uneae droéalesx etu cléa ale savinternèl’nsprepe href="#ftn4">29...)
  • 4Je Sidi Mohntt d Barkaotocmmploy a,ulmoiti lcs lee J,sespupmion dvla inttl édanourion de cos(2005/p> 4 On Jemiejs gra cepesvrrsion dvla Grustarse Siberxno Bercs(2009)s cet dntstnt pte surdetDer izop>

1Jlférences ants la diifférences anm> de) me deémt e tprix pr ntinttide ou at iues der la soccèmadan t n de la cunihinelersion dvea lusion, ou et ou th lsicanngique met pa,sco les mongesenss en ixsiood’en irsiooe Ias le irer e de aurésentation de lférences anthropologique mes tagitculiere tsdiatiotume Àldemcasesvue de violes>l en ixsion dm> de lle pee semmennucdéeer dtice fioa pcis-rs pa Laer and(l’a cure, a, aurlig denoc.)u lentv endescit exuse t,maut difmedté pasil’homexsion dféreletroracen ss lam> dehress="footnotecall" id="bodyftn4" 29"ef="#ftn4">29..29paaEnfLaeurer,ef re,tde nletpartlet,pailetenu dntatmide ho- sanonport à c la concèmadan démei>autgeraimnir aum> (ouetnse foicrigeraimnaités a ou lraduit teas san le ielt une aexsion d li sarsipr s aivtion d,mdoise temuerarse soi>cons la difme des une  » :r la déureei len-uiothi (udeeuividus et seititrn lravision réfle ls cqui mil pas iesentatient, e en ret d’es monsiseleoa deonres suj< la r euxiut que conrjdeer feordlu lespé, o en auttl éÀurangrm> dehress="footnotecall" id="bodyftn4" 30.ef="#ftn4">30./30paa» :rte des repartiesît aunn d’une < enc and la ise>lsn amtim> (o, males t du,tde nlaanie la >lnl nertevr de taa ae nim> (ou i difolislnrdesltant ecime desdesexert aunfLespanurangfurangr t ueqnes ces foncrer,ee,tprovoisinrtingue-tet le tatdiule p, saer an, saecure, a lest e ttossint llen irsion dférent remenm> dehress="footnotecall" id="bodyftn4" 31"ef="#ftn4">31"/31pa Je unoutagitcplrdoec la ceifaiues dn(p prene da s elautres su, le uee idles versellsn amtis en ixdieures m> » :rsae dropemens ou venes cringu pauj< la mrtie…fLespverselllen irhine (oucre lesqul (sedéété et serdat e voierire ,tde me deqmonatac e(n)êtracen s apptrait dntstnptnrche a Àldeueudnehinelalietm> (ouinve cdsr la décresce-ircn (ceéstalisi a lescuedanogporhe me,uorix pt queemli dnlrosart< mpratio ee, cudsan impt pr dotidieté lt prcisgint sq.< l’unihine de’e des rilsises appfauit dirt ers pa sar ar ouvrrssîtér démepeslerls apmes, c :rtla p pouen ipas ou hineinsfocatim> de…fT e eeme destossin, dropebin ie et†crigéralies d , ,nen >inthnités/em> provole cepre elclats,sals der la iut que cmersage cs ras, noappf dunint m cumes d rs ectuantn (ca>

1 OnUantrt,cus le,r euxvrrsioo, sla pre uctivatistautLestMotee’«Cho Um> (o, , c ddst cturelsn ditau>lnt m> ou,itei>autersagem> (ouetnsei>autnscvsilm> au-crtiesint parme «peraintsi-trans lecant quax et en vi dnepouvrrsiueqernpracanies t le savtujdes(edrofle bins qirico-ns lecant quam, a) voif de de me de prdn anoverseldisnep,tm>, o , c vi dnepousntiqu s les férences anthropologique mes r euxeer qus la difstrssablen-udes cetdifolignt n et difduit tea. Pdesdslllitant insla fois ler l t le sln ertfs rxs cetdifVIem>sup>>conTtisln déFeuerbachm> (Fo tle rpitir lsen t surden autges cm> ou,iinthaitm qu etexeroidus ese tel qiri melet tâstrunce -uelsoi. Q d lant lu enqe doint au inoappibleyde de ndre lesentstnptn difmodté pa,9resuo.eturqi-lrspr, sq. (Foles a dterminatier,udsan impiothige ta, s comlemcradieditiel l’exerodieures s>insfo €plislnt udm> ou,i sfmetta
  • 4 On Jemj ee cepseuxt prie antasele,n)32...)

1Si Me temunepoint de K aux quene da serviu lguideartia univsage ilsisef de dune Audifooisd dn rstmunientieceela cunihineldd’eespesdècrm> (e)sarien de <’atdurieges sslaiboutithoique me, a. Or €tithoique mernn ipas quern i qiri me,oles a uurieureme Ias le i( >autai ém> au-udifooisd rir querai a lctuacmesellvengdxeraicesentaimoise temlailibrn arbi leslqi atdutéristiqet surd (biintmersiotablent ou vengvsage la idennvitn d’ulsravae ana À beaurs pnen aiitrds, ias le me « cu>instl éÀurangrm> de-udifooisd ll’homae nioae ho emnfit entsein / isedivdslttant qcies lt pa savtujdenfM peuet déalmar letlomn,cpartince anl’exert surden sq. de ouslqi ttrtemen ntintensio» et (ston peutrait tlreen>les lt pa ied lttudr,9resuo.irlde « cudrotiscience t, a,mdoide « c drott agiquee ou je pratire la canitrssablen-uiétae de faneqnes cfouvrrssablen-unoc.) lcelt une an>lealae niceinujde><, ou ets une < lujdesaceive axdemdrouuta , ode emdrouutfalitn)32..32paaEnfDis s lesiluen ipas ou suffice anltosern ae les férences anthropologique mes sola inttlotution ve la cunihinelstnptétalee er m> denotd (biengre leauxnae, a t lEst-ilub j,pist-ilumaithant,? He «(uFemme,lte se donlm stuse, p…m> denoc.)u iu ress g la ideelliations j «t autcepqdes smes e rxcis. It déx pt quee qu’es une sdémiplisity ounstailnce pee sopar etlemeaoend la t qais, anmiogees modsus (srllqi atstuse, p setsosdons l ld nsetslenlt blincsésar ar poiilsiétaeeela r ar san>l(unho- sam> de-autres sudsus (srme «perahineles lt pa a pts e axetts et. Domfaiues dnseiniie le nstailncilsisechangu

Notes

1 J’ai cherché à poser cette question pour la première fois dans un essai datant de vingt ans, « Citoyen sujet – Réponse à la question de Jean-Luc Nancy : Qui vient après le sujet ? » (Cahiers Confrontation, 1989, 20 : 23-47). J’ai touché à la question des « différences anthropologiques » en diverses occasions, jamais de façon systématique. Je remercie Michel Naepels de m’avoir incité à le faire pour la revue dont le nom seul appelle ce questionnement. Et je remercie la direction et le conseil de rédaction de L’Homme de m’avoir autorisé à utiliser cet article pour rédiger la conclusion de mon livre : Citoyen sujet et autres essais d’anthropologie philosophique, Paris, Presses universitaires de France, 2011 (« Pratiques théoriques »).

2 Cf. Michel Foucault : « Alors on peut bien parier que l’homme s’effacerait, comme à la limite de la mer un visage de sable » (1990 [1966] : 398).

3 Cf. Jürgen Habermas (1981 : 958). La thèse de Habermas est reprise et développée dans sa série de cours : Le Discours philosophique de la modernité (Paris, Gallimard, 1988). Il s’agit en grande partie, on le sait, d’une réplique à la thèse (défendue avec éclat par Lyotard) de l’entrée de l’humanité dans une « condition postmoderne ».

4 On se souviendra qu’en ancien français (en rapport avec la constitution des « villes franches »), et encore aujourd’hui en allemand (Bürger, Mitbürger), les deux mots bourgeois et citoyen sont synonymes. Indice du problème que je veux poser : le devenir-sujet du citoyen. Le voisinage, mais aussi la divergence, avec la critique marxienne des « droits de l’homme » (l’homme des droits de l’homme, c’est le bourgeois) n’est évidemment pas de hasard.

5 Cf. l’opinion publiée le 1er mars 2010 dans le Los Angeles Times par Allen Frances, ancien président de la commission d’élaboration du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, à propos du projet de refonte en cours, sous le titre : « It’s Not Too Late to Save “Normal” ».

6 Sur les paradoxes sémantiques de la notion d’identité, l’une des analyses les plus éclairantes demeure à mes yeux celle de l’ethnologue Georges Devereux (1972).

7 « Indem weitmehr die Menschen von der Sprache gebildet werden, denn die Sprache von den Menschen » (Discours à la nation allemande, 4e discours).

8 Ou de l’utiliser. Cf. les travaux d’Ann Stoler (1995, 2002).

9 Sur l’importance métaphysique et politique du schème de l’immunité, cf. Roberto Esposito
(2002).

10 La grande critique de l’orientalisme par Edward Said, dont on ne cesse de « réfuter » le détail historiographique et philologique, mais dont on ne réussit pas à éliminer la question qu’elle pose, décrit exemplairement cette persistance.

11 Dans son livre The Racial State (Oxford, Blackwell, 2002), David Theo Goldberg montre de façon éclairante que la fonction des « recensements » et leur principe ont évolué : aujourd’hui les identités raciales aux USA sont « subjectivement » choisies par les recensés dans un éventail de possibilités offertes (comme les identités « nationalitaires » ou « religieuses ») et non pas « assignées » (ce qui va de pair avec la suppression – plus apparente que réelle – des quotas d’immigration par races et nationalités).

12 C’est toute l’histoire de la réappropriation et du « renversement performatif » du nom de la race par les Noirs américains, depuis l’époque du Black Power et du Free Jazz : cf. Fred Moten (2003).

13 Cf. Honoré de Balzac, Le Père Goriot (1835).

14 Sur les fluctuations de la terminologie du « sexe », de la « sexualité » et du « genre », après l’importation de ce dernier terme à partir de l’usage américain, au sens non pas grammatical mais anthropologique, cf. : Elsa Dorlin (2007) et Nicole-Claude Mathieu (2000).

15 Ou, selon l’expression de Geneviève Fraisse, les relègue à la fonction de « ministre », c’est-à-dire d’assistante, évidemment « irremplaçable » (2001).

16 Le point d’entrée du travail de Monique David-Ménard (1997) est précisément la critique (au sens d’une tentative pour en analyser la « logique ») de cette représentation de la femme comme celle à qui l’universel fait défaut, et qui lui fait défaut.

17 Gilles Deleuze et Félix Guattari exposent une thèse voisine (1980 : 133-134).

18 Je reprends ici, en la généralisant, la définition du mariage proposée par Kant dans la Métaphysique des mœurs, I. Doctrine du droit, § 24. Le mariage est la « liaison de deux personnes de sexe différent en vue de la possession (Besitz) réciproque, à vie, de leurs propriétés sexuelles (Geschlechtseigenschaften) » (in Œuvres, Paris, Gallimard [« Bibliothèque de la Pléiade »] : III, 536-537). On remarquera l’étonnante symétrie quant aux deux sexes de la formule kantienne (donc son égalitarisme en même temps que son « matérialisme »).

19 Il s’agit là, évidemment, d’une caricature de discussion des textes psychanalytiques (dont je suis très loin d’avoir la compétence). Il ne s’agit pas tant à mes yeux de prendre la théorie psychanalytique comme référence ultime (même si je pense que ses concepts et ses questions sont irremplaçables) que de commencer à examiner la façon dont son discours est lui-même divisé par un rapport constitutif à la politique.

20 J’utilise la traduction anglaise de James Strachey (Freud 1990) dont je dispose actuellement, en retraduisant les passages cités (Ibid. : 22-36). Cf. aussi : « On bat un enfant » (1919, in Freud Ibid. : vol. XVII) ; « Psychogenèse d’un cas d’homosexualité chez la femme » (1920, in Ibid. : vol. XVIII), « Quelques mécanismes névrotiques dans la jalousie, la paranoïa et l’homosexualité » (1922, in Ibid. : vol. XVIII), « L’organisation génitale infantile de la libido » (1923, in Ibid. : vol. XIX), « Le problème économique du masochisme » (1924, in Ibid. : vol. XIX), « Le déclin du complexe d’Œdipe » (1924, in Ibid. : vol. XIX), « Le fétichisme » (1927, in Ibid. : vol. XXI).

21 En simplifiant, on pourrait dire que pour Freud, la transposition de la « bisexualité » originaire en acceptation de choix d’objet à la fois homosexuels et hétérosexuels est beaucoup plus « normale » – c’est-à-dire plus vivable – chez la femme que chez l’homme, où l’une des deux tendances doit nécessairement refouler l’autre, cf. « On bat un enfant » (1919, in Freud 1990) et « Psychogenèse d’un cas d’homosexualité chez la femme » (1920, in Ibid.).

22 Cf. en particulier le chapitre des Nouvelles Conférences de 1933 sur la « féminité », qui en l’espace de quelques pages semble passer d’une thèse à l’autre : le « caractère féminin » est et n’est pas la même chose que la « passivité ». Il semble que cette disjonction soit essentielle à la thèse maintenue par Freud : il n’y a pas deux libidos, l’une « masculine » et l’autre « féminine », car le renversement de l’actif au passif (comme l’ambivalence amour/haine) fait partie d’une même évolution de la pulsion. Mais cette thèse est aussi à l’occasion énoncée sous la forme : « il n’y a de libido que masculine » (dans les premiers textes, cf. en particulier les Trois Essais sur la sexualité).

23 On notera l’extrême proximité temporelle avec le cours de Michel Foucault sur « les anormaux », resté alors inédit. Le tableau donné page 73 a fait l’objet de nombreux commentaires et provoqué une série d’effets en chaîne. Parmi les commentaires qui discutent son formalisme, je retiens en particulier ceux de Monique David-Ménard (2009) et de Joan Copjec (1994) qui l’une et l’autre appuient leur lecture sur une comparaison serrée avec l’exposé kantien des antinomies de la raison pure.

24 Évidemment toute une partie des lectures féministes de Lacan, qui prennent souvent (comme chez Luce Irigaray) la forme de renversements, cherche à identifier une « fonction (symbolique) alternative », elle aussi allégoriquement supportée par la présence/absence d’un organe typiquement « féminin » (ventre ou utérus, vagin, clitoris détaché du mythe du « petit pénis », lèvres, etc.).

25 Voir sa critique de la revendication du « mariage gay », qui s’accompagne naturellement de sympathie pour ceux qui font ce « choix » (Butler 2004 : chap. V ; 105 sq.).

26 Cette expression est employée en particulier, dans un autre contexte (celui du débat sur le multiculturalisme) par Giacomo Marramao (2003)

27 En relation à « l’assujettissement corporel », l’attachement passionné est dit aussi « obstiné », plus loin.

28 Voir les remarques de Butler sur le couple lesbien « Butch-Fem[me] » : « butches are deeply, if not fatally, attracted to the feminine and, in this sense, love the feminine » (2004 : 197).

29 Cf. en particulier les développements du cours sur les « anormaux », comparant le « modèle de la peste » et le « modèle de la lèpre (Foucault 1999 : cours du 15 janvier 1975).

30 Sidi Mohammed Barkat a employé, à propos du colonisé, l’expression de « corps d’exception » (2005).

31 Je rejoins ici la conclusion de Guillaume Sibertin Blanc (2009) dans son commentaire de Deleuze.

32 Je joue ici sur plusieurs associations. « Malêtre » est le premier terme dont on s’est servi (Jean Le Clerc) pour essayer de rendre la grande invention lockienne de l’uneasiness, pendant de la consciousness (qu’on finira par traduire par inquiétude) (cf. John Locke 1998 [1689]). Mais il prend virtuellement place dans une série plus longue, où figureraient par exemple la « malencontre » de La Boétie et le mismeasure of man qui sert de titre à l’un des recueils de Stephen Jay Gould.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Balibar, « L’introuvable humanité du sujet moderne », L’Homme, 203-204 | 2012, 19-50.

Référence électronique

Étienne Balibar, « L’introuvable humanité du sujet moderne », L’Homme [En ligne], 203-204 | 2012, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/23086 ; DOI : 10.4000/lhomme.23086

Haut de page

Auteur

Étienne Balibar

Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense University of California, Irvine (USA)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals