Navigation – Plan du site
Études & essais

“Lapons” ou “Norvégiens”

De l’influence du nationalisme culturel et de la raciologie scandinave sur la théorie barthienne de l’ethnicité
“Lapps” or “Norwegians”: On the Influence of Cultural Nationalism and Scandinavian Raciology on Barth’s Theory of Ethnicity
Gaëla Keryell
p. 69-94

Résumés

L’auteur se propose d’analyser la théorie de l’ethnicité de Fredrik Barth (1969) en la recontextualisant dans l’idéologie nationale norvégienne, laquelle est issue, comme celle de la Finlande, de la conjugaison d’une identification performative avec une catégorie politico-culturelle opposée à une autre, et des théories racialistes nordiques du xixe siècle (lesquelles donnent lieu à la représentation d’un ensemble national constitué par la coexistence sans fusion d’une « majorité ethnique » et de « minorités ethniques »), et s’interrogera sur l’ambiguïté d’une importation en France d’une telle théorie qui méconnaît toute catégorisation en référence à un ensemble hiérarchisé (être breton et français), pour ne reconnaître que des oppositions conflictuelles immuables (être lapon ou norvégien, gitan ou norvégien, breton ou français, beur ou français).

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est un extrait remanié issu de ma thèse sur la mise en regard des idéologies nationales de la France et de la Finlande où je réside depuis 1993.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Nation “romantique” et ethnie barthienne
Lapons, Gitans et Norvégiens
Gitans/Norvégiens
Lapons/Norvégiens
Nationalisme, archéologie et raciologie
La Métamorphose de Plozevet… et “When Ethnic Identity is a Social Sigma”
Exercice de réécriture ethnologique
“Lapons”, “Beurs” et théorie de l’ethnicité
Ethnicité et analyse du racisme

Aperçu du texte

L’ouvrage phare des recherches sur l’ethnicité, Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, édité par Fredrik Barth (1969), est le fruit d’un colloque réuni à Bergen en février 1967, dont les participants venaient des universités suédoises de Gothenburg et de Stockholm, de l’université danoise d’Aarhus et des universités norvégiennes d’Oslo et de Bergen. Sans vouloir enfermer Barth et ses collègues dans leur « scandinavité », reste que cet ouvrage collectif semble, en partie du moins, influencé par les contextes intellectuels nationaux de sa genèse. C’est aux contributions de trois des auteurs norvégiens que je vais m’intéresser ici, à savoir celles de Jan-Petter Blom, de Fredrik Barth et d’Harald Eidheim.

Harald Tambs-Lyche a souligné que la théorie de l’ethnicité de Fredrik Barth (laquelle se veut pourtant en rupture avec les définitions « primordialistes » de l’ethnie, souvent imputées à l’héritage romantique) est née dans un contexte influencé par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëla Keryell, « “Lapons” ou “Norvégiens” », L’Homme, 209 | 2014, 69-94.

Référence électronique

Gaëla Keryell, « “Lapons” ou “Norvégiens” », L’Homme [En ligne], 209 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/23477 ; DOI : 10.4000/lhomme.23477

Haut de page

Auteur

Gaëla Keryell

Université de Helsinki Centre de langues, Helsinki (Finlande)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals