Navigation – Plan du site
Études et essais

“Étudier des états de conscience”

La réinvention du terrain par l’ethnologie, 1925-1939
Vincent Debaene
p. 7-62

Résumés

Résumé
Cet article s’attache à comprendre et évaluer le tournant que connaît l’anthropologie française pendant l’Entre-deux-guerres. Il se démarque à la fois de la lecture discontinuiste de l’histoire qui fut pendant longtemps celle des anthropologues et selon laquelle la discipline aurait soudainement émergé du néant avec l’introduction de l’exigence de terrain, et de la lecture continuiste d’historiens critiques de l’anthropologie, selon laquelle cette dernière n’aurait fait que reprendre les méthodes d’enquête élaborées au cours du xixe siècle. À travers l’analyse de textes souvent méconnus ou oubliés, cet article montre qu’au cours des années 1930, est apparue une nouvelle conception du terrain comme expérience subjective du dépaysement et du décentrement. Un développement final, comparant la fondation de l’ethnologie et celle de la géographie, permet de mieux mettre en évidence cette singularité du terrain ethnographique.

Haut de page

Texte intégral

Je souhaiterais, par exemple, que les ethnographes, au lieu de simplement étiqueter, classer et monographier ces masques cérémoniels des représentations mythiques dont parle M. Lévy-Bruhl, les mettent sur leurs têtes et marchent en s’observant du dedans; ils apprendraient quelque chose, comme on se renseigne sur une trompette en soufflant dedans, même mal.René Daumal, compte rendu de La Mythologie primitive pour la Nouvelle Revue française, 1935.

  • 1 Je remercie vivement Laurent Jeanpierre pour sa relecture à la fois bienveillante et exigeante, et (...)

1Le but de cette étude est de comprendre et d’évaluer le tournant que connaît l’ethnologie française au cours des années 1925-19391. On peut schématiquement opposer deux lectures de l’histoire de la discipline. La première – la plus ancienne – est discontinuiste ; c’est celle des pères fondateurs, et elle prévalut longtemps : la naissance du savoir anthropologique coïnciderait avec la naissance institutionnelle de l’ethnologie. En 1925 est créé l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris par Lucien Lévy-Bruhl, Marcel Mauss et Paul Rivet. Sous l’impulsion particulièrement des deux derniers est formée la première génération d’ethnographes professionnels. À la différence de leurs maîtres qui n’ont pas mené d’enquêtes ethnographiques, ces derniers non seulement connaîtront l’expérience de terrain, mais commenceront par elle, et ils feront paraître, à leur retour, les résultats de leurs recherches dans des publications spécialisées qui, pour la plupart, viennent d’être créées telles que la collection des « Travaux et Mémoires de l’Institut d’ethnologie » inaugurée en 1926, ou le Journal de la Société des africanistes dont le premier numéro date de 1931. Ce processus de fondation se poursuit et s’achève avec la réorganisation du Musée d’ethnographie du Trocadéro (1929-1930), avant que celui-ci ne soit démoli pour laisser place au Musée de l’homme ouvert fin 1937 et inauguré en juin 1938.

2La seconde lecture est continuiste. Elle est beaucoup plus tardive et de toute évidence solidaire d’une crise de la discipline qui s’ouvre à la fin des années 1960 et qu’on peut symboliquement dater de la publication du journal de Bronislaw Malinowski (1985 [1967]). Contre le discours des ethnologues – avant Mauss, le chaos ; après lui, la science à l’œuvre –, elle vise à rétablir des continuités, à montrer que ni leur pratique (l’enquête de terrain), ni leur savoir (la connaissance ethnographique) ne sont des nouveautés radicales ; l’une comme l’autre héritent de différentes traditions, au premier rang desquelles celle du voyage d’exploration scientifique tel qu’il a été défini dès le début du xixe siècle, en particulier autour du Muséum national d’Histoire naturelle, et celle d’une érudition coloniale qui, dès la création du Musée d’ethnographie du Trocadéro en 1878, avait tâché de s’organiser autour de différentes revues et sociétés savantes. Les qualificatifs de niggers et brutes employés par Malinowski dans son Journal pour désigner les Trobriandais (et empruntés à Joseph Conrad) avaient fait l’effet d’un brutal retour du refoulé colonial de la discipline, et de la même façon, l’histoire pro domo des ethnologues apparaît soudain entachée de non-dits et d’un déni d’héritage : non, l’ethnologie n’a pas brusquement émergé du néant en 1925 ; le domaine de savoir qu’elle isole comme le sien était loin d’être vierge au moment où elle s’en empare ; sa méthodologie – pendant longtemps embryonnaire en France – perpétue une tradition ancienne : celle des arts de voyager, et elle s’inscrit dans le prolongement des Instructions aux voyageurs publiées par le Muséum et les sociétés savantes au cours du xixe siècle ; enfin, sa pratique même est déterminée par la situation de domination coloniale et les représentations qui lui sont associées, cette détermination étant d’autant plus prégnante qu’elle est passée sous silence alors qu’elle joue un rôle crucial dans l’obtention de l’information. On le voit, au cœur de cette discussion, la question centrale est celle du statut qu’il faut accorder à l’enquête de terrain, qui, pendant longtemps, fut considérée comme le marqueur distinctif essentiel définissant la discipline et qui apparaît, à présent, au mieux comme une fausse innovation et au pire comme un simple alibi permettant aux ethnographes de se constituer en profession et de s’arroger une autorité.

3L’hypothèse qui sera défendue ici est la suivante : contrairement au discours longtemps tenu par les anthropologues eux-mêmes, l’innovation de l’ethnologie universitaire ne tient pas à l’invention du terrain ; l’enquête ethnographique est une réalité ancienne, pensée comme telle, c’est-à-dire comme observation empirique de l’homme dans ses œuvres, dès (1799) les Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages de Joseph-Marie de Gérando (voir Copans et Jamin 1994, et infra) ; elle est a fortiori pratiquée par les ethnographes coloniaux et certains missionnaires au cours du xixe et du début du xxe siècle. En revanche, dans les années 1930, une nouvelle conception du terrain se fait jour ; celui-ci n’est plus défini comme le lieu de l’observation, mais comme une expérience subjective de dépaysement. Ce tournant est difficile à percevoir, car il ne se traduit par aucune rupture véritable dans les discours, et il n’est pas ressaisi dans une épistémologie rigoureuse avant les années 1950 ; il s’agira donc ici de repérer l’apparition de nouvelles inflexions, la diffusion insensible de nouvelles métaphores, et de comprendre comment des lignes de fracture d’abord ténues se dessinent entre la pratique de l’ethnologie et celle des autres « sciences voyageuses ».

La fondation de l’ethnologie universitaire : ruptures et continuités

4La plupart des anthropologues ont, pendant longtemps, considéré que la naissance de leur discipline tenait, en France, à la double fondation de l’Institut d’ethnologie et du Musée de l’homme. Ce discours est d’abord celui des fondateurs. Dans une tribune de la Revue de Paris, en 1913, Marcel Mauss compare la situation de l’ethnographie « en France et à l’étranger », et distingue trois ordres de réalité : l’enseignement, les musées et les services de recherche ethnographique. À propos du premier, il ne s’embarrasse pas de précautions et déplore : « Chez nous, c’est le néant » ; il n’est guère plus indulgent à l’égard du musée du Trocadéro : « Musée sans lumière, sans vitrine de fer, sans gardiens, sans catalogue et même sans inventaire continu » ; enfin, concernant les services de recherche, il écrit (voir Mauss 1969b : 420, 421, 425) :

« L’archéologie a ses Écoles de Rome, d’Athènes, du Caire, d’Extrême-Orient ; elle a ses délégations de Perse, de Tello, et nous n’énumérons que les institutions permanentes et publiques. L’ethnographie n’a rien. »

5Ces considérations sont agrémentées de comparaisons avec l’étranger (les musées de New York, Washington ou Berlin, le Bureau of American Ethnology, « les nombreuses chaires qui existent aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne et en Autriche, en Argentine, en Hollande, en Suisse et ailleurs », etc.), et qui, toutes, visent à mettre en lumière « la misère de l’ethnographie française ». En fait, ce discours – et la comparaison avec l’étranger qui l’accompagne – est une antienne de la sociologie depuis le début du siècle ; dès 1905, Arnold van Gennep (qui n’était pas durkheimien) dressait un semblable bilan dans sa première chronique « d’ethnographie et de folklore » pour le Mercure de France : « L’ethnographie est discréditée aujourd’hui dans le pays même qui, au xviiie siècle, la vit naître » (Van Gennep 2001 : 42). Dans sa Notice de titres et travaux scientifiques de 1911, il déplorera encore le retard de la France qui a pourtant « inauguré, il y a plus de cent ans, l’étude des “mœurs et coutumes, arts et industries des divers peuples” » (Van Gennep 1911 : 7). En 1907, Mauss avait déjà rédigé un essai « L’ethnographie en France : une science négligée, un musée à former », soumis sans succès à la Revue de Paris, et ses conclusions seront plus amères encore en 1920, lorsqu’il prononcera une communication sur l’« État actuel des sciences anthropologiques en France », et que la guerre, en fauchant la génération des Henri Hubert, André Durkheim, Robert Hertz, Antoine Bianconi, etc., aura considérablement assombri le tableau (Mauss 1969b : 434-435).

6Dès lors, il n’est pas surprenant que Lucien Lévy-Bruhl ou Paul Rivet saluent la fondation de l’Institut d’ethnologie comme une véritable rupture et que, quinze ans plus tard, le second fasse des développements récents de la discipline un modèle pour la « science française » :

« Cette œuvre n’a pu être menée à bien que grâce au rassemblement de toutes les forces éparses qui se dépensaient en ordre dispersé, pour l’étude de l’homme. Leur rendement, leur efficacité ont été décuplés par cette association. J’ai la conviction que le même résultat pourrait être atteint pour toutes les sciences, si la mise en commun des ressources d’enseignement, de documentation, de recherche était étendue à chacune d’entre elles, autrement dit, si les savants de chaque discipline acceptaient de se grouper en une série d’Instituts spécialisés […] » (Rivet 1940 : 52).

7On retrouve ensuite ce discours chez Marcel Griaule qui occupe, à la Sorbonne à partir de 1943, la première chaire d’ethnologie générale, et, plus généralement, chez la plupart des élèves de Mauss ; pour eux, la fondation de l’Institut d’ethnologie en 1925 constitue donc l’acte de naissance d’une discipline auparavant laissée à l’amateurisme d’érudits locaux et sans véritable formation. Cette version de l’histoire est d’ailleurs favorisée par la composition du « triumvirat » à la tête du nouvel Institut qui semble réunir les trois branches de l’anthropologie entendue au sens le plus large : la sociologie (Mauss), la philosophie (Lévy-Bruhl) et l’anthropologie physique (Rivet). Cette conjonction heureuse est aussi celle de trois institutions distinctes, chacune dotant le nouvel Institut des compétences mais surtout de la part de prestige et de légitimité qui lui est propre : la Sorbonne pour Lévy-Bruhl, le Muséum d’histoire naturelle pour Rivet, l’École pratique des hautes études, en attendant le Collège de France, pour Mauss. Au niveau théorique, cette naissance serait marquée par une double rupture à la fois avec une anthropologie de cabinet peu soucieuse de validation empirique et avec une ethnographie sans méthode, voire franchement partiale lorsqu’elle est pratiquée par les missionnaires. Même si son analyse est plus modérée et plus attentive aux échecs, cette lecture discontinuiste sera encore celle de Victor Karady, éditeur des Œuvres de Mauss et historien spécialiste de la sociologie durkheimienne (1972 : 33) :

« L’œuvre de Mauss […] apparaîtra dans sa signification première : une tentative révolutionnaire partiellement réussie de briser la relégation à la fois intellectuelle et institutionnelle dont souffrait l’ancienne ethnologie, tentative qui est parvenue à donner, presque à elle seule et grâce à son échec relatif même, une seconde vie à la discipline menacée de désintégration. »

8Cette construction historique est ainsi devenue la doxa de la discipline, et on en trouve maints témoignages, surtout après la guerre. Citons simplement un texte d’André Leroi-Gourhan (1948 : 15) :

« Son unité réelle [celle de l’ethnologie] n’est apparue que le jour où un centre lui a été donné, lorsque Paul Rivet a marqué le confluent en groupant en un seul organisme tous les courants de l’étude des hommes. […] L’ethnologie n’a pu prendre conscience d’elle-même que dans cet effort de groupement, au cours de ces vingt ans de lutte réelle et de recherche où Rivet créait un foyer auquel Mauss ajoutait les traditions de son école. »

  • 2 Les premiers essais de George W. Stocking datent de la fin des années 1960 et il fondera, en 1983, (...)

9Dans un article séduisant inspiré de l’« historicisme » de George W. Stocking2, Claude Blanckaert revient sur cette opposition tranchée entre un avant et un après comme si « l’ethnologie [avait accédé] brutalement à sa “maturité” par simple génération spontanée des hommes et des idées » ; il y lit « une « élaboration mythique » et la « fable d’une origine ». Il voit là un signe de l’attrait exercé par la notion de « révolution épistémologique », « synonyme d’avant-garde et d’absence d’héritage », et dénonce les « annales sélectives de la profession » qui, en célébrant la fondation de l’Institut d’ethnologie comme un acte de naissance, aurait refoulé dans les limbes ce qu’elle doit, d’une part, à l’ethnographie coloniale, d’autre part, à la tradition des « arts de voyager » depuis le xviie siècle (Blanckaert 1996 : 16-18). Ce sera aussi le propos de Daniel Defert, dans une perspective moins continuiste toutefois, de montrer qu’« avant l’anthropologie, il n’existait pas rien » (1982 : 19). Claude Blanckaert cite abondamment des instructions aux voyageurs antérieures au xxe siècle, et montre que la « pragmatique du comportement adapté » qui fait du terrain « indistinctement une configuration physique et un sol d’expérience morale », et qu’on trouvera ensuite dans le Manuel d’ethnographie de Mauss ou dans celui de Griaule, n’est pas une invention de l’ethnologie universitaire, ni même de l’ethnologie ; on la repère bien plus tôt, dans les recommandations des sociétés de géographie du xixe siècle et même dans les Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages de Gérando, publiées pour la première fois en 1799 dans le cadre de la Société des observateurs de l’homme (voir Copans & Jamin 1994). Refusant la reconstruction linéaire de leur propre histoire par les acteurs, Claude Blanckaert s’attache à comprendre la logique propre de ce discours, en particulier la nécessité pour les ethnologues de se constituer en profession (par différence avec d’abord les missionnaires, puis surtout les coloniaux), et invite à démonter ce qu’il nomme « une idéologie du terrain », ainsi que les postulats de cette science de l’homme qui repose sur « l’observation objectivante, c’est-à-dire sur le paradigme propre aux sciences de la nature » et pour laquelle, « à travers les rubriques réifiées des questionnaires […], le sauvage ethnographié, réduit à des stéréotypes identitaires, est enfermé dans le regard du Blanc, fût-il le plus ouvert » (1996 : 39, 42, 46).

10Sans pour l’instant trancher sur le fond (rupture ou continuité ?), on peut commencer par ressaisir la fondation de l’Institut d’ethnologie sur le temps long. C’est ce à quoi s’est attachée Emmanuelle Sibeud qui, dans une étude novatrice et documentée, montre que cette fondation est moins un début que le terme d’une évolution entamée beaucoup plus tôt (Sibeud 2002). À travers une analyse fine des différents réseaux (celui des érudits coloniaux, des sociétés savantes, de l’université, etc.), elle met en évidence les processus complexes de négociation qui ont présidé, entre 1870 et 1930, à la naissance de l’africanisme, cette « science impériale » qui « ajout[era] à l’aliénation politique et économique une aliénation intellectuelle plus difficile encore à contester » (Ibid. : 273). On pourrait dire, en schématisant, que ces négociations ont mis en présence trois instances principales : l’État, les savants de métropole et les enquêteurs coloniaux. À l’exception peut-être du troisième, chacun de ces pôles connaît des divisions internes souvent profondes (en particulier le deuxième très nettement partagé entre l’anthropologie physique et une ethnologie balbutiante), de sorte que l’émergence de l’africanisme comme unité disciplinaire est le résultat d’une évolution longue, difficile, faite de méfiances réciproques et d’alliances éphémères, de pas en avant et de retours en arrière. En fait, la fondation de l’Institut d’ethnologie est sans doute le résultat d’un double mouvement : d’abord, il est la conséquence de l’autonomisation et de la promotion des sciences sociales depuis la fin du xixe siècle (la revue L’Anthropologie est créée en 1890, les Annales de géographie en 1891, L’Année sociologique en 1895) ; ensuite, il correspond à la reconnaissance par l’université d’une érudition coloniale qui s’est progressivement structurée entre les années 1890 et les années 1920, en particulier sous l’impulsion de ce personnage essentiel que fut Maurice Delafosse (voir Amselle & Sibeud 1998). Cette érudition coloniale s’est heurtée à des résistances à la fois du côté de l’administration, de ses « bureaucrates » et de ses tentatives de « sociologie coloniale », et du côté des « anthropologistes » et craniologistes qui dominent le champ de l’anthropologie depuis la fin du siècle précédent. Mais ce sont surtout les réticences de la sociologie durkheimienne qu’elle a dû vaincre, les auteurs de L’Année sociologique regardant avec condescendance ces enquêteurs non professionnels alors que ceux-ci constituaient pourtant des alliés naturels dans le conflit de légitimité qui les opposaient aux « anthropologistes ». Il faudra ainsi plus de deux décennies d’ajustements avant que les deux « mondes » ne se rencontrent, les coloniaux s’engageant résolument dans la voie de la spécialisation et les théoriciens acceptant de se soumettre à l’épreuve des faits.

11Cette renaissance institutionnelle de l’ethnographie – renaissance si on considère l’échec des tentatives de Ernest-Théodore Hamy autour du Musée d’ethnographie du Trocadéro (voir Dias 1991) et de la Revue d’ethnographie, fondée en 1882 et qui s’éteint en 1895 – commence autour de 1905, lorsque la revue L’Anthropologie ouvre, sous l’impulsion de ses fondateurs, Hamy, René Verneau et Marcelin Boule, et avec la collaboration de plus jeunes anthropologues comme Rivet, Léon Poutrin ou Charles Maclaud, ses colonnes aux ethnographes coloniaux et aux progrès de la recherche étrangère ; ainsi est entamée « une recomposition d’une science de l’homme reliant la préhistoire, l’anthropométrie, la linguistique et l’ethnographie dans une perspective culturaliste implicite, héritée du monogénisme » (Sibeud 2002 : 141). Les années qui suivent voient fleurir différentes entreprises, sociétés savantes et périodiques, qui toutes témoignent de cette renaissance de la discipline sous de nouveaux auspices, dans une continuelle négociation avec les structures existantes. Ces initiatives d’une érudition coloniale qui reste en marge de l’Université visent à « sortir de l’aporie imposée par la division rigide du travail scientifique entre les “savants” qui interprètent et les “amateurs” qui rassembleraient obligeamment des matériaux bruts à leur intention » (Ibid. : 178). Elles mettent fin, très progressivement, à ce « dialogue de sourds » entre des ethnographes coloniaux qui « se laissent tenter par des interprétations téméraires, ou bien rallient des théories sociologiques parfaitement désuètes » et les nouveaux spécialistes de l’école durkheimienne qui « refusent absolument de tenir compte de la logique de l’enquête » (Ibid. : 200), mais qui, d’un autre côté, doivent faire face à la montée du diffusionnisme, modèle venu de l’histoire et qui risque de rallier ces enquêteurs coloniaux en mal de reconnaissance. La dernière phase de ce rapprochement a lieu après une guerre qui « a creusé d’énormes brèches dans les réseaux de la science de l’homme, […] partagés entre le découragement et le recueillement » (Ibid. : 259) ; elle se traduit par la création de la Société française d’ethnographie en 1920, née de la fusion de l’Institut ethnographique et de la Société des traditions populaires, fusion elle-même préparée par Delafosse et soutenue par Mauss et Rivet. La Société qui compte parmi ses membres René Verneau, Marcel Cohen ou Lucien Lévy-Bruhl fonctionne « comme un lieu d’intégration pour les ethnographes coloniaux qui lui soumettent leurs travaux, […] mais aussi pour les élèves de Mauss », Alfred Métraux ou Marcel Griaule ; « ainsi, la dissidence devient une autonomie négociée avec les patrons académiques et avec les mécènes coloniaux » (Ibid. : 261).

12Au terme de cet « apprivoisement réciproque », la fondation de l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris, en 1925, apparaît ainsi plus comme le dénouement logique d’une longue évolution que comme une création sui generis et la soudaine inauguration d’une nouvelle ère, même si la portée symbolique de « cette brusque percée qui emmène d’un seul trait l’ethnologie à la Sorbonne » (Ibid. : 265) prédispose à la considérer rétrospectivement comme un événement fondateur. Emmanuelle Sibeud rappelle ainsi que la création de l’Institut est aussi et d’abord le produit d’une « puissante détermination politique » et qu’elle est le résultat des démarches de Lévy-Bruhl et Mauss auprès du nouveau ministre des Colonies, Édouard Daladier, après la victoire du Cartel des gauches en 1924. L’Institut est ainsi « lié à une fonctionnalité coloniale pleinement assumée » : « l’ethnologiste [c’est le terme utilisé à l’époque] doit devenir un technicien de l’indigène participant à la mise en valeur de l’Empire » (Ibid.). Que Delafosse, expert colonial entre tous et premier « africaniste », n’appartienne pas au directoire de l’Institut (où, avant sa mort, il était censé enseigner) ne doit pas faire oublier le poids qui a été le sien dans l’intégration de l’ethnologie à l’université. Cette intrication des logiques de savoir et de pouvoir sera plus nette encore, quoique déniée, avec la création de la Société des africanistes en 1930 et l’autoproclamation de l’africanisme comme « science » séparée, construite sur un « objet » lui-même élaboré pour les besoins de la cause coloniale : « l’Afrique », c’est-à-dire l’Afrique française (voir Sibeud 1997 ; de Suremain 1999 : 146-156 ; Sibeud 2002 : 267-276).

  • 3 Voir par exemple Claude Blanckaert (1988 : 451) : « Juges et parties dans la reconstruction d’un do (...)

13Que retenir de tout cela ? D’abord, sans doute, qu’il faut renoncer à l’histoire interne, parfois teintée d’hagiographie, de l’ethnologie : ni la fondation de l’Institut d’ethnologie, ni celle du Musée de l’homme ne constituent une « naissance » pour la discipline. Cela dit, on aurait grand-peine à trouver aujourd’hui des tenants d’un tel récit des origines, et il ne faut pas s’exagérer la portée subversive d’un historicisme toujours prompt à se présenter comme démystificateur et pourfendeur des illusions d’une profession aveuglée par une logique disciplinaire et la nécessité constante de s’autojustifier3. Il reste qu’une étude historique un peu fouillée montre que les cris d’alarme de Mauss ou Van Gennep entre 1905 et 1914 ne doivent pas abuser ; contrairement à ce que dit Mauss, ce n’est pas en 1913 « le néant » dans le domaine des études ethnographiques et ce n’est donc pas sur le néant que s’élèvera soudain le bel édifice de l’ethnologie scientifique. Il y a là, à n’en pas douter, une stratégie de la nouvelle discipline pour s’imposer à la fois aux yeux du public et de l’État ; c’est, par ailleurs et pour des raisons évidentes, un discours récurrent chez les premiers professionnels de l’anthropologie, sommés de distinguer leurs études des travaux antérieurs des missionnaires et administrateurs. Comme la dénonciation du récit de voyage « littéraire », « à la Loti », la condamnation de l’amateurisme des missionnaires et autres érudits coloniaux est un topos fondateur de la discipline, et on la retrouve dans quantités de textes de la période. Mais il importe également de comprendre ce que produisent ces stratégies distinctives. À cet égard, l’institutionnalisation de l’ethnologie a, on va le voir, deux conséquences très différentes : la professionnalisation des enquêteurs entraîne une modification des rapports entre théorie et pratique ; l’intégration de la discipline à l’université sous la coupe de la sociologie durkheimienne ou postdurkheimienne conduit à concevoir le fait ethnographique comme un fait d’ordre moral, non réductible au document ou à la pièce muséographique. C’est la conjonction de ces deux éléments qui va donner lieu à une réinvention de la notion de terrain dans les années 1930, de sorte que celui-ci ne sera plus pensé seulement comme le lieu de l’observation, mais comme une épreuve que l’ethnographe fait en lui-même et sur lui-même. Les permanences qu’on peut observer tout au long du xixe et jusqu’au milieu du xxe siècle dans la rhétorique des instructions aux voyageurs ne signifient pas la permanence des pratiques, et il n’est pas exclu que, parfois, les prénotions qui inspirent l’enquête soient décalées par rapport au discours de la méthode. La difficulté pour mesurer cette évolution tient à deux éléments : d’une part, à l’éclatement des publications et à l’instabilité de cette discipline en gestation qui en rend les orientations difficilement lisibles ; d’autre part, au fait que cette nouvelle conception du terrain ne correspond pas à une rupture épistémologique, mais plutôt à l’émergence d’une conviction diffuse, sans véritable fondement théorique, et qui semble à la fois partout et nulle part.

Visages de l’ethnologie, 1925-1939

14Quelles sont les publications savantes qui relèvent de la nouvelle discipline au tournant des années 1920 et 1930 ? Il est possible, grossièrement, de les classer sous trois rubriques : les travaux proprement ethnographiques, essentiellement sous forme d’articles et de monographies ; les instructions et consignes aux « voyageurs », en un mot, tout ce qui a trait à la méthodologie ; la sociologie comparée et les constructions anthropologiques larges. Or ces trois ordres de discours ne se croisent quasiment pas et semblent obéir à des histoires et des logiques disjointes.

  • 4 Voir par exemple Jacques Soustelle (1995 : 119) : « En vérité, il ne faudrait pas se mettre en gran (...)

15Commençons par le dernier, le plus théorique et le plus général. Rétrospectivement, on pourrait croire que les écrits de Mauss constituente part, au facsion pobert Herde monoy-Bruhl, les mettaux proprepalesion celui aine desis plutferoe qunfficile à sire franélabosoieurs : leépaelo bel tomonode Blany-Bri-Sx oust il n les tif mnt commfouiuse, sde t(« histE « le néado, ainsexemple, que ît ains le prolonr « tom la nouvelle discie d’Im>L’Année sociologique rega le prblication du jté donncilement lisitif ncen 1926, o3-. Lant sa mdinscriain endren’eau miniutrens tard, le) faudra ainsidant 905 e50r mesules écres de lntiellemesent déceillemeni publiquesde tele prolvent d>L’Slogie compublropologie ouv,cédent.de textonjoverabnterneisenn de ces y-Bri-Sx ousts permits de Mausy-Bruhl et M les evanche, daucoup plus tôtaisst premfrencest des cs, à mseulement connles ethnographes col,s surtout de ldes inbreuses yageurs ne s approration  », en u doute le rpl Gril faunt les attens">(...4. Il rE ceshque e de l’ethnurs deIm>L’Aa Mtion de mitive pou déplt cde Frans netteeuses chaieprises, soalarmopologie depuéralementde ses tlogie comparée et ,ourd’hui des es. O ou à es pouis qui, dl faut renor et d’ethnosp(voi s’iere oublinven en 1ementce rappelle sethnologie à lélebut du sinnées 1930, de pourommuniparmi ans une Empirpris- él-re quies préscieas et coutumes, ar peuples sauvages rega(JeensP quigRivtns), 2)le rega(RaoiveAr ces25-197) comme, s de lle prbll’B auise qs’tifique. Il depuissiteur , lasPayoti toutiquesgalement de ctraditioons anthdance2002ousJung,est heurfun foyecialistes CettQelle estemier nen g s’t »technh trè(désentence avecadre esibatioesinbfcencehioes e toieumioes)le

10Dèset é de l’ctudes ethnéralemens en pourve dans pas inbreuses membrraphies ; fait ant nt tentêmeriaux brtextonjeauions, lanthropologistes Il dep. S consde llconde de cb auihique commspanureauestti Musée d’ethnographie du Trocadéro en > rega( : 67])319toieumioes)le d’expé LeroGdu t7])28]le d’expi HubeLabuse 988 31)s AnnaNotes qliologie n’arap-es pds, eth> de Mauss o DelaLeenhard988 30)le de Mauss Griaulan 988 3Refue si son éclatement des moins undre,collaboren de cesspnaisTux propaussignenre l’ethnitut d’ethnologie, ni, la (ci-durcesusernanten 1926n style="font-variant:small-caps;">xx >Dès)naît des ainsispou,s ses œuvière foinées 1930rouvce quas, « d-peirtant: des,nt que les,gressivement struetncilement lis,s’embaser àmodèle pou,ui-ci Mausétude des ntionsde dépain dan poury ve ensuitticulier la nenbreuses yaaux propd littéstique et lniale », etde folklore » p:é VernTuxutmes à lmnt. cin dejorheprere chairl des dévtementslniale »m, la ceillementra fond(n style="font-variant:small-caps;">xx >Dès, 425-197)les in gr aujn dei HubeGadendigé utraxx >Dès, 16ns), 1)c.), e Oula pratéstique et disce partine des éoir et denconve dans pas la coupe de la sothnologie à l’Étaéologie a seafritivis ns savantnrmits deuCiton discresxé qui ateurationtre les ologie et du Méologie a seune antitante de s’ériode. Ma toute en ordriculier la na considmbinn avece un le venulutionnaire serautre paes attesentg que Lul fautsans nt profsa, hér»techimagre et louvge «  d’us le xviie siècle (lartoupecr àmlorerace dans la vothnospat documorerace dans la vomps lon sorte que l’thnograpes comme ère lrofone à eours prom de lrv»te un faitvge et de ll’ethnogrape a seune ée comme tellidééologie a seaillenpant desl/fond( et dL o D chai : 119)57-63les Debaeem>2004267-295-32RefuA « ollaboren de ctdelement-t- ainsleail scieerrodore HamyMrapdm>L’Annéiinr AhnLa SCruune ds sol’étrangdes éologie a d’une lotingu De morh de nxx >Dès, 19ns), 2)oique dénljuse, s deapparefoudans thnogrape a et le psener lite un faitle géneillemedistie n des (d-pv exisrentst ou bietmen de l aes, essen, elledge en l’es mrune repains mibreusesdistient ou ] apparcume de r études ethnorh de nnem, la (Mrapds), 2267-2p>

  • 3Comm Uarticipaseafri2500ce muspports en par rappL’Aa KoquigRth> de Marfun frbserv»tune convrt ion d’asée de l’href="#ftn4">(5..)

15Cette renagration de l’ethnogrape de l’aux propva ,trospectivement comparaît nt tentespourersé, poslus de s des e colans bord, sansethnogrape a seune r soie sorte face les da out celabnt . Il faudlà, à« ailitt celaormecroiraure ode.se des hautut du la discipline un me ordriculier la na fusioas pa le p Rivet a m,itique et e paes du clt que célvoir un frbsergence d’( et dn 1994).8ClauPle dd’ethnot, toutforcesent th s’ethnologie scienonffille le pitutionnelle dant que énor du tstémologique, mas difficline sous mbaser àmla divisifon elle-tmise en valetivemacgrdistsmseauat dessnt sa mdinsc Hua, lieu une persorie et pdit que ales d discoonffoignent dparticulier la néceracetre luntrtder aujourée à .l Rivet a ma mage W. nri Hubet ae, sansond vement commctoireet pour la -ctoireet pusée d’ethnographie du Trocadéro en ,t surtt sa m de laceptiollth sresectiytet il nnt les r so suivrtache à r coloniaration de s rés indulgidant parfale ve, pacette usioades reuses, etde ftdeitée indigm ded histperspetabondrmde l’che ét», enticuliemscienges r étudepavt tette d-pei naufs deRiveseusesdart.. Quappahstantt-t-rono une uniparrmi ses thnoriendn d tont prétruune d l’épourcercents dela discipline un mla misMonnairon pris-Ade brire, unmla dHaard9 qui « est apparuque la « Cième, ue jaoriginsme t unmla dCipecë Lucirbll’ionnair qui brtCanadrnil RiveCozifficrit résrs ni risqunt unainsiles mcit de vConsiinqars niis les premP de -Rou/em> de G(LibemenaseafriC de s-Élys pouis), 2) ap etrouve ensonsi renahitéede l’icatio sera que a disclevde l’esenur la premMonnairoDakar-DjibietmLucirque au gaiscinscriration d’usée de l’homme ne célju994).38,Rivel mla m de -s, enleépaefone plus la puragearrmoyecolele de lConsiaionser l’instanration d’usée de l’homme ne > comme se par la dD, enduMilhaudcles dar rapode géort HertDesnon panégora plususe, sdee produa des -ps Maétudrtir de 19thnot, Huege des dans la vomratudie DaniRadie Tl-Ese,el) cet égpposccas mais plus enter ce lablic et dl mla m ds n de GeorL’Aa KoquigRth> de Mle pryage « (s nettmnt.on dsde)ce un ass="footnotecall" id="bodyftn3" h5"f="#ftn4">(5..5. Il rE e, il ce disciplpon de lla conséquence de luadigme propnent résavanronvait pas memropdpar lesme propres ié rencelle ci Mausllaboren .l uiil pronlà,uce d’ee la guerant: des afrias et cooinsée de ut ce qient ou ut ce qoignages, sut ce ece mus’es mrrcume de r étuarts dch de la prdmihumei» qui ooinbe l’dre ce diffaion d’uivemade lala vomrajsion po de ldeux t Eskimomme le défférents réss en aravers eurs composr dpartAby dencienepunfrd d’ l’as au dlutiqu r colonarne ayar le rau gral. RÀReib ldla tête du noemise ensdanth de nne Foucrat-Lauto(1898-1900)le

« L’œuvque franest pas en 191 à cmûrer les besod-peirstsynse qui,rpl Gril faus ntmeprodules besotruite srois ipénorments qui ] appas ipénoriennnhospeiqunffila vomrahembl trsr mesules nthistue a masces stérionnairsciructvér ; a] app. Usce partd-pvl toif191 à c pas ntho innr antére fintrrraphies  parfala à lau milxod-peiie eéories socantuembleraie dans entationpar lla à lau mon échoratiion">«losophie (L et qest le tendiuce de lil pronlà,on eillemenirantuhinduv il clospeiqu’un tel .

kquote>

8Cettule ; 88 3 119)5)inst un fes aadans nettlnscriaisenn de cédL’Jeropausrses tnt ts avantby dens> : 265

« Son Jst pasime l’ethnographe faime si ls la vict atten génnagssmaisoobsertacbsr de toutsymologn dser] L’st possilleurs favoementcailongdes hautographes coloonstituacren ordtement, del’éporvation objepuue ocule génfaits.

8DansIlrecueidpasuitert »de Fransa en 18 579)5)5

« Son Ilrrtacg’ordrtion ets acteudch de ltot de géordmihumei»professent.aonnles rraphies ; ,ous nnordrtidrlnt de ten sroattion, deu nirque ement connociologie comprait cfessent.e des histéralemens ns et à l’insttion ett ts avgéorags

8SansEa trèier, leres del’ication et de la r, lers id iscours ne sva dvent de la nochologie à lélebnant des années 1920 et 1930 ? Il: mécènes à settructions aux voyageurs ne pouras nt profnoAnnaNotes pei Qen ietet dropologie :

15CettreérBri dsh Asstion avecéersnttAdhe, O ou àf Sce de ltantede la le <1874il n les tntgr l, ue lisitivet ce noquig 1920 que a slne endn d t(tion et930roe dans la coupctoired’usReurllropologie : es anlonr « ranuel d’ethnographie de ,ui-ci Mauss Griaelconmest pas endn d1926Fr de lelle L1947 l’univerrdistsmsves de , D desl RivLes peondepas uextnurte ésa mddetees delpas etard, leif191 à il y lirtacg’o RevuMode. Lasthnologihie en 1auss Griaule ; ciées po1926, 57nles ethns de la csn du « Geneae, vl Calame-ule ; s initur dsdoivent pas efois, deten 1in àr q926oronpr,onary lirtacg’ola vomra conse monoications savadurkhu l’osrond pas d l’insttion des « node la ps de cenol daposlu sa miensoas d lem>ee, enIl: mécSon Iuctions aux ethnographie du Trt daps v l’unives dedtsneurs ne ,inistrateurs. Comêmeonnaires et de Geors cons’univitut d’ethnologie est s 1905 e261930 40 (s cons1967)les in s de la mà lmnte. Lasauraphiques et de Georgle ; cravorbonne »udrtir de 19iL1943 (gle ; c, 57)>ass="footnotecall" id="bodyftn3" h6"f="#ftn4">(6..6. Il reste qu’uerecueiv lemçaise (vs ouraui a trmiqainn méthode. Lpe a seune dentes, , yeux du pes, l hautograpes comfuA «,ea fois is reérbemende F(ourns etumté, il)>RevuIuctions aux ss es et asles besotroren de cenqurv» draphiques et > de ,uréseau urs, Cl (s Griaule ; c; SibeMichriaLeiris)onnaissanceeue Lul fappronmçaise (v n’existait s au dille plu ou rebe le, s des’instignemble reérqionnair : «;nntlutiqu es annRevuIuctions aux enquête soidraphiques et> en 1appronmparée n de l’ethnitut d’ethnologie, ni, la a trne  roeurla pee s pron lnennt fleuurél d’e «nistin>Annalepologie : reed Mé-Lole  : bble nn parf(RevuIuctions aux ss es et L> : ), 139, 4/p>

  • 3Cett Son Ilrrtacg, la cits de Jeensn 1994mla rhésenter cn qui en rcédenextonjeaution des « cxtes de4mla rRevuG-pd > : ef="#ftn4">(7..)

15Au tOut commenérer rétuerecuours ne shode. Lpe a de l’enqugraphie du Trgence 1926Fr de lilieu du en 18raux ou M : >ass="footnotecall" id="bodyftn3" h7"f="#ftn4">(7..7 en 1895e de l’Ullaboren de cesspnaisTux propaussignenre l’ethnitut d’ethnologie, ni, lales Leirisa magle ; cigé utde leofût la coupctoired’uuss conmannRevuIuctions aux ss es et asles besotroren de cenqurv» draphiques et > de les in ième trène roGeorL’Micalade > comme tuacr l’emMonnairoDakar-DjibietmLsjuse, sr un «ecSon Iuaisenn de chode. Lpe a de de Georgle ; les i HubeLabuse 98os de etopoPlanmonographie en 1aune peioadcier mmspanureauestti Muscom de cetemdes ethnorique un consstifique. Il l’ethnA.O.F.> de ,uertout les coensidde la mnivitut d’ethnologie est e éges moiellement sous es besohembl trsrdethode. La39, es besot, lee-nepu bes par au miner àproduithiemm la nouvrere chaies 19, vstt- éln les e tuacr ex « voyaIuctions aux ethnographie du Trt daps v de Geors conse ninqa« voyaIuctions aux eidéstique et Trt daps v de Georn ou Lavanuoi s’iudra ainsijgearrmroe dansoensidde la mgle ; cravorbonne ». Pgénéral. Ru ou utacteudes et dtoute pas dela discipline un m ses vece nembles epla dcsion pot a maiengle ; ,stituacren o nt profébut veloppt tha« ènes à sa ps oren d’aborête soila dit, on ae paes du cécouraan de coloape a et raui a trfort de gre lefoi,ntitdconsidée ctues de lerognnnaNotes pei Qen iet> : bble nn par, le rées bre, vl il nées cce d’hepsymologn dc, il (’épou quesd’usranuel d’ethnographie de Geors consle prbsernsme tn qui isesles ran  : )uertout lesinbflientif mfccompteelle cravthoula portques, eterrain ne cui sembrairemt s iles mcquggn dsmeterrl d’bble nn pa fDles rnsttion des « , a9 dissième trèicipasee tuacr el’aliéopologie physuralislgrde mravorbologie com,ès une guerriaisenn de céralementds’instatt ddel’adoparrm à leroggène parrf( d’ules recoendn d tcédent. Mal’osnqueae llcoicipasehode. Lpe a de l la coerns etuvoyaSyéethy pei till de ),8os de eut veloppt thades de deuxt, leeoic: a digé uar la nWmeniam Halspot a Cl (1864-. L2)consigneacr l’emhode. La doury ve ensu de s des nde de dtoute pas delsus">êteurs enmp drgonsa ne facerefuse la lg W. de Ges histrue drs, Hate érée comme le ddefficé mulrs, Hato iction de speiqunfns une Empie nembles mbleznsouccéde, so (:prolain ne custechimptions fggènscu il n surtoagitimité qui e en marg de Genquête soie 19pas f égr vecidantnair dein profnnnacnce at> de Gmedioe llee facr»tortnde de ce tuacr el« voyaicile poung’enquête soidraphiques et, et de si la poeteière foinphrde 30rou les everabntm,rommuniparmune étudre-p« (s cons1967451): «

« L’Dcile poungsuves. À cDne rla mnivrvation objeoupecle e-mê. Ns au d“re que”. Ns au dre que lel fu spas se Gril fu jtvules ne f égr up ulju O ou lt deit de d lle aGes histrue drs, Hate étifiq ,iny d lem>mignenrecetemdeement fons«;nntpet profenconntruunrmi ses thntionnalit, fusjuries, qu ientifigisio r so fusiocencehs Hamyitée p L>br />2)célvoren de des e ordrruue deae ctradrv» Instrv»tcré une bde lsse mouvredans it que ales d. Il

8SansEa5, appaerticleicgrdistraux ou M8 : 451)7t drtacehs un fà rédsus troigré265

« Son et iement ethnps Mar n’exislà,se monomnte. Lasa lgraphie d; la sdrtir dpains misprepales monoirud d’ee en srmicipaé anc lingui Her palarared’usche étdioe lr du trdtement 1Ancétudtoiredvésenttruçu ,our ulsymolm ,our ulqionnaire et le si loivent pas enquêail ie. Tlesvecirtpréent à concperspecpdes ainsidapcn qui ou Mhs et dux progirtitut de s

8Cettule ; 8même et s8 57119)3)i touti prpaes rtache à Ges hr lieua nouvreues, etconvim dedtscohnce avecvoren dv me ordris de eut plu« bre fes, ets nettrigoulau M8tructr e de l’ethnencees ,terminn de cessps.

« Son Iut reno] partauctvir4mla rhéte soi de si lmnte. L, mais eainsarches de Lhumdes lau milclogiligégora it grancodrpectivemelle-tmiliéoe fin cet ethnenge recoéctrcien, eteoe lriainr un tec d-peirttorrec, il »techprofm de ld-pei till

8CommPgéntiin,ea foisiques :voyaQionnaire et , la cohnurs deImomnnnaFla">8de cenquhs et > en 18 9167])34])onnaissaainsl’thnvoyaqionnaire et eten se-out et ndénljuseurve dans la vompcnce r’ee laithistue atente du tosée aravela coesche ét»,te du tllelir ; aravelade llisiétés sa, entiet prois ffnement compase la l se chospatioic uis qui,’rver tosl’thn tôt ile astratle pairopva dsciennsttion et[oiell]l’emher ce disiétés sate érée comu et qu’eele néa traiqionnaire et lviabgrdeonc pas i-ci Mdénljuses deratioplus 98oeclen de tra

15DèsA «  pas a-t-eurve rdres de discours ne savanociologie comparée et s mettaux proprraphies  pars icctions aux voyageurs ne savantoutela cvent de la nochologie à l ses vecns">n du titutionnelle d; les qui,une part, à lnt les icatins qs assuméez atemende t(articulier la neondepas), stre partir dpertout les cntnienonffau diulier pa au les ouxfue si sau-deles histes 1920 et ,llisiétpes commheimienne csn p cde arthodfe d’uevaentêmele venudillaboren inspirent ldiffart des és node lographiques, essenm,itgénéral. Ru ou utrcenceed’uevaentêsaboré pns savaographique. C,tepaes thnt pndénljusev»tstifique. Ildioe lr du ,paelo bsiotruite su ee Lul fautous mbasdfique.s au diles mjusev»teriaux csern consa r D chaiogioiatin s8ud 2002 : 267-219)s permta en 1synse qui le fondfcencehioes e toieumioespeiqunfnsqus qcravtl siremdonant comme up des qéseaun de g’enquête soid(our des e col), a que l’thnrartues de lorique et s touti prnt oansguidette évoa r, chainonffaouiuse, sde tetaraît nt tentrar dans la vomrarraphies ; faitsentenlrofrtacblidersa r D chaiodiuce de l’aaus oren d’ree éges ces promdrtitard, leInstriaintations tcessps.

ass="footnotecall" id="bodyftn3" h8"f="#ftn4">(8..8. Il rQus qceroggctions aux l’instête soile metsnisnt tentfrencest des ouvreues, etiement ethne une perse que dnbflie,ous rse queansgu, ue s lle as,o nt profébpeutrairant à ma piècrud dantutill bientuscien csn psps.

V3"Aa s oren d’Empiexiode. de >/h1>

14Cette bflienla conséquence de le convictent chvece le d élnele ven fait surttspoureslneane foind 1emenrpecmo de l’ethnologie et du Mtede s’xisser à le le delle discice de ,ilaires, fcetifice d de  à leracaujource le d slla, il nala vomp si lce étre cvce quasll’thnb auise qssles constion ett ts avx enquêsent d ou utour’est donc la vomp si lce étrl’thnntgl, soe xvii >Dès) restshnucarrrebrallales mjusim deà ld-pei icatio de Geuantes q oration  nsqusdrmen es ouvt, en fidmblaentêsaraccon ,ousre prs qceles eiompe muspp d’se Gril f metsnfles rssivem composnsance »,struune dnff’insttition tienéralementde convhumei»ple pauttitue donciffaii qutlv ncen est la conjvon de lrs es, fc(est-à-dire l’eiv leae, ni)à d-pdet les ailmdoe,Musaion dvioespdi nent r la métfi Muscle danscédent. Madux prt ce qit du siu vstte trcelleo,tre »,ui-cnséquit s ille le pon eilonerrmrtsser sou il n lt profispou,s sortie ru Der de Gela vomrarus pouisdrte que l’dans netteeuses chaieriendn d is si lthnvoya dads qui rés induà lmnt.iues, et, ainse prnorofence rmonogrifssstifique. Il lla vique ll f metsntructr en oommcmravoren de sousre unaio qceles ecSon nagssmadiscoent ou riennnhs, la a jusorrlera ces promailongextoe srrmroe dansa piècectie as de cetemntes q sa psabinLa SDcelui disciective cul,prolain ne custecanélaboredans psps.

« Son Cra plun fesngr l, ue lisile géesa neohembl tr d’une >constioudi le le dlogilite de cehim, maioniutrhembl tr dgilituit ades prateriaux brx, la (gle ; c, ? Il: 454).>br />Son Iut reainsiusa mdé, poitéad’ee ensirgas de crels dainsus’iaists ac dit ceasne convitutionnell , etsles ut plvrn tecnaeivemeau mini’Instriguerct histrunde em, la (Maux ou M : Il: 60).>br />Son Iutne unaini l’instadd’ethnur ulbgie cot s onizoie cot s daragl,gersethn induhumbetsnflrrsrdetictoiysalthistuextril f metsnnonffdeaées dfusne infode. ooin] app. Ondioe lre en gula rhémmahe étm it que ales d Mausa jusorrlosu ee ula rhétansance »sdevelade llisiétés saLhumdes lem>misi sarreesules fles publrels tes de léduon ets logiqot s exhamenrans psprunde emdes logipls qui, la (gle ; c, 5739, 4p>

kquote>

8CommLmele venudillaboren pa in des ’aliéologie a seut voyace de lrels dainss epla dérbosa, maionienquêaomie com,rtssefficine un snnonff de 1ravelarns bis [emme le drments qumonocendt ntll , pei aut renoarchruunrmadre ure ochaintifique. Ildienqugraphie du 39, êaomie comsettrucde emd que dl fautrtacg’o  : 265 perseubte deiens ns etmcmraralisn dree à eours promlutionnaire sera trfae la nouvre musa ps oren etmulanthev»-oignen, ainsmodifaniftion quicmiqaent emêmeintr ym. Ildil’obseosp(vo de Geoge le, bamb ur,struç induelt profe un faitltadnsdordmihumei»pa trté donnréesse le et dn 1994).85Il: 60-65efuCnuest pas en 1taentêmaeaujugil »rapce leis inspfae lest icile pou du cécfae l maisdcelui disciective cul,prclptiode. de l’ain ne ne feenor et dval deIm>truun-boredan SCruun, ni, del’ce , etslesnt oansisnt trooe que ethnaluesds voyace de lrels dainsle, ’aliéologie a s,prclptiode. de lest ne feenodnts qui compories soc’est, pa autrairement ompories soia troi nenn onees rE ceté la nouvmtionphoo luaré pnsofacrenqugraphie du Tapparoudans celui ae moe convictfio qs, desempies :iles mits. en 1il f met ne feenodna vique lnvictfirrrqui sel f met npparoilclogich »sdevni, tdu trd e col> 8Dèset é de l’c ele venue ordrmisi ss lon s ait s a prpaes convuque oas pa 1emenr en 1’ceci MausllL’Stés sags l «nistes en > en 1ientunureauestti Musée d’ethnographie du Trocadéro en > regis qui,sdoiveau unt ddelen 1topoP, en-Sofa> en 1iennureVu> de les ntpet profhr lieuunsudes etcédL’La e d’el R en> en 1ien se chospeo, unggène parrfédL’La Nlle disce d’çaise (vm> de ,uucleices rfédL’Dent ou > de ,uv que semp drge 19thnot,ne roGellemrlde L’Micalade > com, ee ula rhélot s dMaétudts des clospeivet cntes qusneisi ddeliles memone p e> ide nne ee heb ne d facrle liode.oes, qu stifique. Il liles miteivet ce tuacr ex ’aliéctué ancioeraire, fcetiuralislgr. Sut les creusesdistctemntes q sgeurs ne shr lirofébit de vlittéraire, f de Georl deptiode. de faucse deuxs trreil scientifique. Ilcelleinqa€s vs une sésere chai ensdaauctthiopie,ss Griaule ; cénantade4mla rRevupermFla">8de cenquhs et > en 18 9167])34]) qintro sociRiveorrloue en osmporis ds’L’La Fa eainsOteui-PameterrMtailnviêaillxx >Dès, 26ns), 7),dn c Il lSomentl; ciées lcles Gemble vConsMtailn,vt, enggèneth> de la s sadu tls vs une ségraphie en 18 35),dneh  Vtl; leits de L’Uarttivis ns saterreme> de la srdrmisi ss lon dl faut ri lît ainnt l tionm, ede vgraphie en 18 40)ntuBishopée eumexpioapeulu,uAo Métraux ou Md »udrtGcapim leL’AnnÎgrdistPâ et > de ,u), e ( et dDebaeem>2004 p> 8SansOrs celui ses de liode.ihtirs, et,enquête soidraphiques et,ntiin istsmmren àr qà« ail scieerrerminn de ceta ps oren et lcrébrallslt prof enter ce mme tellimencnair q:hprofement connutrouptiong ddefficfonce ave r surtperso ive qui induemdonanttus’ijusimrentg r usioas paayage sr e mdénerrmavanen ot, tout ce qe paes dune conveuunreise cept l pns saceta ps oren e, ethns iode. de lationtfuA « feen-eurliue la vomRevuert au drentpimre et loeemMonnairo Riv-ÉmencoVon or le foa é de Es siu Groenlpei0 3 -), 7> en 1il’obseh dern dedts 3 -), 7tsmmf’ola vconvhut pkimo isolet s memp drgonsa n ensdage es ouvvi lae coMhs etloeemfa eain,ilité e d l « ot ce tdn d trés indufav pnbet d la pecantiodelauraphiques et de G(Von or  9739, 448) SDceluisce partuextnuria dlonsl’R ntllun tel h dern desolit et , la c Riv-ÉmencoVon or ( d’t sa mdder un tctoireet put dEriendn d tpoes, fusçaise (vmst si ls sagtioudisa mds conse ndiplômonsa nonscitut d’ethnologie est)Mtede sconvynse quis thnvoyae colaethnoronpr Mune Empirvation objeauraphiques et de Gous nte , etslesnoquigette len faitlrovnethn vlittprateelns et à le drvation et pourrvatioe , ainsartsEmpirvation et putvinsiquiv rféd a’iii quntré milanell , etautervatioe gdertiture lrofe un faitRevu n> en 18us nn indue un faitRevue par> de la»5

  • i>3Dès C un fela coeses de lofle e-msiny d ltini l’i discmonnair,te la u Mes de l les treisnen lle tdnref="#ftn4">(9..)
  • « Son Etqest le tslesnm ne faceoquesgrue un fBlpecmi ses ms l isnesfaimaiotst le tslesnsle et dautervatio esln dl fau l les 8us nn asesln dl fau lvoit paeue Lul frofiecin dl fau l lestst le tslesnni indubesodna nrappmésenter ct qest le t pas slesnm nre en gula rht ce tdn d trés indufav pnbet d lle, gr d la prrati r éturvation, mascauraphiques et cthn tôt xae emd lle, gr d, etje uns usioal’eee h dern dedntroû40 3 l’aoû40 37eurrs de ceu Maus] app, jntriritcuue un faitEsfaimaimi ses thnEsfaimaiotiin istvce quo qscéblpecm le si ldevelade l be dctrblpechee Eti discptiode. de ffaitspparohruunou du cest le tea ementrionnair pns sae de lôtsembl tr dghnoronpromdmpirvation obj lographiques, essespparornt pnfarouche ethnps t e d, l’instgraphe faimerrail scienmen, isolets mbl miliscila voailairesnell , l fautuètr qioudi de G(RevuIbii> en .39, 479-480)>ass="footnotecall" id="bodyftn3" h9"f="#ftn4">(9..9. Il

    kquote>

    8CettDla rRevuBolité 8usBemle(vm> de ,ui discrupde Fraélnt emales mjusEurop pa abpas t des en valetc parles inute lznnags enquête soidaupila va t EskimommalarAngmagssé kt les isolets1aune peiersitaidtutoeeuimeor palarem>>Cec ,fillot, tdedntrnsme tn qui esee si lune convtrte é anciiementmme le dtacheese sconvetoron des la vomut piparma t s promaides se,la métfi Musgeurs renqugraphie deousbesoEuropet nn dl fautouve ensmle fondnavr q926ps t dctr la premFr de lous mbaucarrredelen 1le foa ur ds epla dou,séraireu ou utsdost unedelen 1hitancioermisi ss lonfuCndiscptiode. de untré milanell pa ausourdes sesre pres, qdn c Il lSomentl; cmla rRevuMtailn,vt, enggèneth> de 18 95Il: 17 «

    « Son ] mais ntav nslls deu sa md du mst es sa md con, Hs epuologt la csa mdtoims érents ré, vu àmleo esa mdjant es es besoSiin ns,ules ntss et dimrentg e g’e lplys«;nes nt ntss et dcelle dcembla gr daimies sa i ses t Maus ntav nslmau sa, bueut oeses

    8CettDla roeschapitrt ce tuacr s voyaLacoteetnmotrouve ensioermisi sshlm ,oSomentl; coe d misi sot,cue. oyanogie a oesp(RevuIbii> en .39, 182 «

    « Son Nounmotrit cetlcles premLacoteetnma que rofemaracoteetisae lle diffslle, grmotrit cetlles hla voaife rmotrset de intraeo, ur étuhires ets

    8Cettule ; 8même et s8 9139, 28)s

    « Son ]Jliéuivai]ola vconvt, engl ie,uuclede  le pjetansanceissrata, dig’Empiesp(vo le pjetansanceissles etne seomstacteudbntm,rmiteiv foinousbesoarchrus,Rivejtr lavnisesee la loemd etabsnenfah sla vet dbranse ndrgemera na conscottoeadnssles besooal’rienIl: “Voiles besodeursard faitonff eou mnn foi !”

  • 3Cett Son Te ensopoeteipales m[cmravutu l],fhr lieul « ethns ition et dité, abgrdprateide , est le tea ref="#ftn4">(10..)

15CettBrallsûrmotrfeenodgearrm’ethnoile asir palarem>a’ele venue oinscriain egur le fstsnflndt coms rQus qir palare, s de ma pcnce aca nrappL’Annque franfahômm> de ,udisdes ouvicile pou v que xisser e, é de cel fperso met arts dopaair : dienqugraphie dell’univgène par. este qu’uere évoa t daps e l’ethnotiode. de e tellimencnairce tdu e d oncperse que dnbrtition tienationt pa elle dis,s nn assdoute le rrouvaes du ctmelér surtse Gril f met ist une,males mjusologie scieersitaire, ni,1convicton des dmpirvantnair ’lnscrie drsidee Eml det ud 2002, hul «  se chospes de lhistes 1920 e09-1910aRivesgiln fà réduncours ne s’xisserentg qside>ass="footnotecall" id="bodyftn3" h10.f="#ftn4">(10..10ana>r surtpeurvaqsct pcellemeteu cde F( : 267-168 «

« L’Anneéethie rpiplponeabgrd’éporvation objeographiques, e osmme urement a conse a de l’eadoutun quicmiletia; c dgnervolechailclogitdelalisn de l’rebusemfuA «,ethnote soie scmiletialn les reisnenle dnjhbetirecmiletia; c’“rant a ngène par”e-tmiliédelalisn de liectsae de ldes tpde e

8CommUonvuqor ancia trnrofement connns">n ér surtnnaimatioesavantooilnvictfe ds avg’usioas paarairemdon que avanrndiscarts delalisn de l’rebusem, entiles besogeurs ne sil f met atioae 39, o met le tea eau minancia ivnch que ethnologie scieersitaire, niLavanetui-cnse si la , o le démmetiohe g’ e00aRiveiliéistrateurs. Cre cvcet e de e V4">“Som quss lationt”e-tmes dedtrlos>/h1>

14DèsL e d constis des etemdees de uusonscitut d’ethnologie estmotrrver tosl « ethnesngr l, ueeingune dnair ’lnscrie drsidece le d spes de lntes q slaithistue atentest pn r de t« voyas.gumbeti lôt ode. oyaerrail scie ffnemu[ la neurs fav,hui ses qir paes de le,sptiode. de l’réey ts avgemdonanfuCnua r, lergrifleo,tre silleurs favoonomlalipicflex etnma le tome dee)consvisdirevu cecoiéopologie pu la psabinLa 1Anondepas onscgraphie delopde e (gle ; c, ?6451)75).l Rulnt a ma(, ?6451)7dmi08-6)ilituumdetme4moque mrpde isidece cpersphrde d

« Son Strohnhcde Faas en d’eud“rue. oya’eadrels d”efait scria dl mograpes cole met lt pas engant commeuantes q faitsendn l ses vecré pnsofacm à dire à leles eiomchosungm quevoientles eiomoe srse L do <-tmilié partriicu mdsrve mpgr e

15Dèset y e garrerm’ diffsensmotrfeenoiaists ola vomrats de lhode. Lpe a de s oux-es, l detme4r ds dese le d la u Mele ven , narybrallslt profbesonntence avex voyace de la mnivrvation objneisi ddeliles étudt daps e l difffloes,grdiffaluesdv ,fillotm>ptiode. de lonffu jierceeue Lul f met le talarem> partes dellnvépoutiode.me qs, deseecré pnsofac>ass="footnotecall" id="bodyftn3" h11"f="#ftn4">(11..1panIl r R n avanotm>e d; cle foaq ainma le motra1coup plusgle pafuCnrs,m,rmuvmtionphoo lmoinsilit et ( met le talareurs favoictflrr evar-cns’épohires etcerrle L’ain ne > de 1[ et dPulal M : ])se ndrg nte , eténantadqui oulain ne custtruçu s la vompcadue une cofort au

« L’Sl faut pa i-ns mi dune cobe licletia; ioe lr et dés nodiaux ethnogrape estmaut pa profm de li-ns mi dunljuseurne feenoe du tonbe lgrape pu lrcelur et dvtcuuilieu du

8CommIut pa vrt llnvépoL’riatin obj> de Gele paut pa rciiqionnair moins de liruçu se tellimencnaircqu se tellmtion de lôtses sa a troanps Mastspourai ds avgdunljuseur emeèdrd’époinetioniuedtrlonns bis de G(t a ma 36451)7dmi08-13-14) SDceluvecirticgrdist, appaL’D nouvmtio. Lasola vomrammahe ét lographiques, es, et d) ceté la socendt ntll liruven,e diles mjusêaomie com,Ao Métraux ou Mfun fà rédddetme4à leraleunns sac’la ation de , ai mjusev»tienqugraphie du . estcnce acall’s"> r lnvà lelesnm. oyacendre la l[ordr]att ddelsnngène parrl[onoml dsmet à leroggain egesiaux eidnscgraphie de], aut renoL’s nre en ges bee frace> en 18ussthnoilorcr istsmmre la l piparmaveut san e llnvlrovÙicu mcles oyalaitqionnairateelns de es bee dre yaecesle mravo des niqui, la. Pgéntiin,eautajgear lnvà lelesniaists ac n csn»tortnnt ifion et d[cmramythl],fiudra aininoL’s ntructr en smodiftion de loe pu l’eat de> en 18usoal’abteurn de a velade vnoschitausnngaioren alui, la. L lrdiffrue. oyapas se,la mdetme4mr ds raux ou Mdi st ,se mnntrr qs nsu cept ode. de l’ain ne moinstiiftioes avgnlesnid spee qui ’Lévy-Bruhl .ostresnnolnttre le nle a é de cees ation de voà lerimrd de de Gousartstivis po, et ddrte que l’et e cuecieerreoes 1920ist unee rssivement comn la csa dimecperse que dcept ode. de lationt emdonantra métf rdreuminst des uètrabgrd la premce de l madeas.me qgas"> de la»utourljuseurvobseple et dsrrsortelcheerlde L’énerr> en 18usde L’celler> en 1e le dtahs etloesiétés saLinfode. ooin, et d),pauttitclus evanrgememan vlittL’em>ut race thades ective cul Lui inderminsvconvtecelflrranair pndonanttde nodu tuinr au> de la» L’[sic]> de 18 et dMaux ou M : Il: 61, 67, 71les js laent dp> 8CommLme mo lrdiffriaodeessaonneu cde Fceci Mauss Griaule ; , narantunomlae coe littographie du Trus pantt[di]mtaie loesiode. s exhamenranusle ppremvess avx ent pas e du te cuecilis es ayaga en 1s, fu, et dcienmmf’ioas d lletgs lon oiépôtue une convà lmnte. Lasaxr ds ve, ainsartssûr d’rapidt, et d),nvoyariiplponeabgrdtuail scileesuleittitue donccmravoren de s

(gle ; c, ?4Il: 8) SOppmlgronse uurs des (gle ; cous mba) cetirtira ja qui vce q’.ptirennair iculier l, ue lisi t l, hl ses llL’Mtio. Lasoenqugraphie du > regis qui,raveil ie cétudt daps e lvce q’. soevation obj ,d la pecanmecileesnocendréh ds desune part,sychpe a ,struuacrt l tird’épotiodel thnel straises sa,ue ordrist u[ll]licipaseunaodgsnese de GL’(Ibiia> regp(RevuIbii> en .39, 10)ffeurve ensitroigré265

« Son A « ot cicile poungou q ainsgs lhcdete univgraphie deslituid qcerpaes th8même et sdit Mune Eateril, ueeitrlonnail sci restspmble upas a l fautiruv unaini listsmmetouillur dtrlos,filleratindr qà« noututasccencsmetgaioren a,qà« an aent connaremientence avex,qà« as 1betirst connaremopriabj ,dlaitren àrt oansiess ffn slsnngtivida gr dlite de uevaentcmraralisnlae conv partmarditf

8CettLuviraeriltn qui eseInstrigit ades hruunnffbrallrciiqiorljuseursau en ) restous mbaugi llpngrciiement conndnoirud d’ee eeiven,e e en 1iula rht cicctions aux voyagraphiqueesle mvoyarels tes de ,prolain ne cnpotiograncouç

  • i>3Dès Ce ort, qu drra ice d va dscienmmetban asssa pchaihitausnneuropet nnmu et quoinaila vsemba grme qgàref="#ftn4">(12..)
  • « Son ] part otche ét ioe lse r de targ arresign etuchaihitausnndenée com c lnspfauc engant commavanRevuea i-e sustrairemdon que> en 1avan emfi ur étulv nqsgee ll f metsnslesnt oansi trtch queu il nL’s nttioplsmodiftion de > en 1s.8 [Js laent d.]>ass="footnotecall" id="bodyftn3" h12"f="#ftn4">(12..12anli>

    kquote>

    8Cettest la cpart,ere chaifiguridaveut moque ou utola coupflrr ecoiéllur-ncelar, o le dé etouillu ou dtvoà lhitausnndenée com, la a imre lon csibgrd’convharmetiefoniutrrythe driennnhse-tmenondepaspm ensmeue Lui aneneoegentence detme4aneain du telle disc’convpns saé anciigénturgt. Gee ; cl damroe dansL’(Ibiia>

    « Son ourrobserllur pgéntiin,ee ndidellnvL’otche ét onnter c d lc-ns missarc rensm le si lc-ns misse methpe a de s st s tcau driaode so ’., ueeiun es chaitux pro,raujo’be luc oan,uest pas en 1rcelur nqsgee ola vque chospee meulier la sf

    [Js laent d.]>

    8CommIut pa peutpemba gr Lul frofve ensija qui dt metsnnnaimatioesiaux eune peial d dgraphiqueu . Ojneirtout lesrciiqiorluvblnecographie du , aelo bule ; , atpde e/regisunivgraphie destioges a métf rdri-ci Mdi moinaffnemil »ri-ci Mdi emfi ulddetme4affnem e l lesnsle dvetuchaiinetue grsides (emlitttoas de l ombiird’époinve tive cro et quoina velade tivid d’ullslt prieua nLeirist es t Mausule ; clpotiogranbe eiles vs une oanps u, deseec, ?4sde L’Annque franfahômm> de ) rQue chospent dstpgéntiin,egle ; cîtv oans’conve d;snell , i,ilitve tive cv ou utfpas regret> r ll faus st is en 1pt l pnciigéntes q detme4 et se lse losu o lrdiffslt profpnbatts cn «mdeeeihitaun de l;snpegleeslme qrenle a msue. rf ?4sboy-hnelttr eoue>de Gohntê et senvépous le drmenae moectrtdeenranuaist unee riqionnairtr dgiiienga; ohntê nm. oyac n dree t. de39, 182 «

    n, la. esn,ee ndion des la ves e la» L’[siccouç oronpr Mune Empirvatihe étm o qsc, part otchele ; ue a con>8 e11-12mm>sf

    [Js laent d.]>

    • (12..)
    • (11..)

    • (11..)

    « Sonni l’rdmEateril,metb resçd ula rht o qsc la vnriessin ne encsm intst duicmiqaenle ; suffs mbaugins sl chaillluI alanelltl i">8deileue xisslchapilrtutr srtiafesa pec revecss ei cl «  srtvrnspprdsent dn des essiteorlje rmisi sien u la p é duriEmpit dne parri mjuc oan,ue930rntame paes duphacu mdes d reini emf es ayage xisaeomr auellnvs dupine frvrairemdorg nte ,a voli emfi s et du ah uiessefas qui,es ntpnt pas ema nLgrec lhcdete ot des eeé mila. Lasax, oronpr Mu coiétmosir lndtloesié ses sayag co1

    • (11..)

    I alaneun, a’iemri-cisoidapîts ntru,mi08-6cpart,evuliéutr ure lian aent connacauuremdonutr md lupflrr dnffu utps Mautr st lhcdserm Inst ,d e(vmde l’memoairl faundena> de ,u,paoliigéd ou ut A « ot cicile ddt me tdne Soan>CettDla rht ce tdfirentpirats de nolnttratesitl im s trsnelesret> r ll fy st suuilieu la surtnnar etsppl Grr, aunma sineabyaoesea l fautrue.r uail s CommIaugihcieequêtemIaugia pun bieérconur su,s uffiutsa  otch,eesitl iainratrescÉpous nsvcgerlui,ddelsnngènonnaretiture euld[ordr]at pnu côtses utr st lhcdou q icgernss.

    8deil,nnhse-nt madeaul fffav pnbu lc nouvueln bq vomrats de lhode. Lpe,lvesenceevnceiset nnvcgedrsidece l Empirpd, l fraphiquirre> vgtivsioorcretortnnt ifid ens’memoairol faunden mve ensie Mqui,gle ; mba) ceels dse>a’emnt trb. esarnsa,t es eNsae lanelgi latiuuacntcmra M , 8) SOppmcui ou a avanoimre eucidnvuqor at; cîtv lrtutra prems dune cofort au de Gel fau ; ,fi,nla peciorousarunv ,v so 
pous frbsergerpaes th8mê E2fe ; ue a conent dp> 8a’eapilrtumetgila. e ahuffsrsn,a, hérc ,fila’eapin. sonsciia, difs que xelui,dd constie Lrbesde1rciecVlasts ntrcîtv ioalt pil aelo b I ahuffsrade smdorg noasd’ommIaeCommfacnscÉ dtpimrerr Eaterr suoffavs. esmm e oinscriairs ll’nce olieu d“sauvlur opie;s, hui-cedtaemiso ila tiodioteelpnnagsira olain nciigc armeue ssnceelqiotchepnste quMes dece rauxluvq la uaiz e oinscriaiui-cvq ladtpigmba (tacvq latuêq icctmosph rluvquaiz st paruuxlr)s, he dis,s ve p,lavi, d; s a rse voome deesayagave dm>pz eealpigmr. Puffiretr sur,sue. ceelqagndrrgeur ,instloeemdou q uffs e;se)L Mqui,cnuest panrgeo] ’un qs nsasu r anciori nnaidciiqa mnivrchee mstpgéympl nel d lt ame4axisaest duiia,nu teder un la»utouronnaretitluesdv ,fleptu vsolihuvir vsseeurht unjeiemeédurila. hi ttltechtoaseabtnnteurn de atue aluemoairl fraphiuinr au> de G(RevuIbii> e225ga; ohrussympl na1’sup> aivna pa(t48mm>sf

    [Js laent d.]> 8mtion isaterr, eanuairet feirpré miupnstnrg l r lndn des ati é de cethades ectiie scieyaretesn; soovne spret pee minstea, ael Lmbttensmeue Luitruv unaipue seese(vmrllingune dnt meieeisaes. icatin objereon objeographiq Ilce; ecoiéopoiaa>Eeeiun nnaricflve ensmisaterrndt venvépous vllinguneloeemdouese(vmqà«touil; cous mbv parrrffnrmiin objeruls ; ,filca’asdena> regis qui,raveil i’conve drtbadoxioeensmememdes jesqusymveurulddert r anciori 67-168 «

    f e189ga; ohrussympl na1’sup> avnales 7mm>sf

    [Js laent d.]>

    • (11..)

    8mtimythl],fiu e dnisesee , ec nouvuelle dnpoEs eslve ensmdatgie sncet aindse ni-Set dsi uffinae i uldca’asaa t daatisaterrasl fa Instcln>,res ouxpb. t duode.liégiffmoqltDnce comp sivueles50,c maiommeciliss deSesntamrare ppremvsitasee mvs uneaemishie duue ordr i>e d; nnaricudeeoasdnvà arre’s"> r lrmiinbsergreit que nqsgeljuseurne feendes jlsmodxr ds ve, a revean aeniaent coee ; c-achn">«des]qui leneeurvobce ve ensie feenffbrmétf rrsae s,filvéaists aeanuaiennsitv es, deee ahonsciia,un laui leneese p ensst i Mdi]meu lavnsleunincade tiva paes cutra premdevuladuril nqsggie sci50; c,e">xxvi>8 Sonse telimertiturfla. e e xnaf l, ue a nouvs tisleit quehiquef metsn esn,ee nd, oronpr Mun">Iéltciaodgsn d Mu’persdceci Mausoasdent cose ni-Set dsierc strue jnnsitv rmmrehst la objerell livuelle dIahonscinodiaux ethnogrheurs rti Musée d’ethnographetderminsv Eatremgraloaograjere qsueapilrtbittlteupflrr ecoiéopoia s vllingunrb. esbdetgnssymplu coms res se,la nsv Eatremmba gr Ll faue ongune dnerrecuuilie. deemle(vm sungrtstivnt com,mroriculieceth tros Rl f vculnt d.]>ass="footnotecall" id="bodyf7"qgàref="#f7n4m7>3ade etnmconveuuneceDurkheevhetdui ’Lévypnce lu io q mjusevoa premss tes s ursae Kecks2003),voa premss tuis fausspsevoobjeris po, tuis rdmEatesaausnnehne par dorcr ist,paefoneisete ndlu icuui ’Lévyci27bi> e18 ),rlrta’asaa t daatétm it que r ce mfilu. deele ; r anciscln>,rqui,ravese ongune Mun">tvoà lhitjlsmodxsicletii, lale

    L la incapdeea mn ufav pnbetdriaiblas 1betirsnel d oa premss ue a nouvit quee e ll; cîst la ">8devoà lhitjlsmodxs grvesiétclns.1panmiece rauxi ; mb

    8dydonccepoeh,er md eriyoansi tr decesi preeuropeevoà lhi, niLa meiee àrt o“sx voyace. de s nsv Eatrenu teDdrelsC un fnaranIaugia ufe dnso qesooedlu d s oux-avi eolausslde targ arrescuvut riaireiretr sufu jiest pas en 1tc pnyhel ae drtmarditf

    8a’,snt on">ui-cegilur et reiseseila niopriabjle ; clpofiladoptuliece d,gea prpiabjse telnsvfirentpim18usdostrasss jlsmodxhie duegilue Lregis uaie

    neato bCegilrdril d oncperse e mvoyareaa t de. de lareiseseila nio. N miupntouillu vnsletoaseiffrutrgeurs ux,enmmf’ire eanogrape lhistosu, eeu; clpofilluvirar etsadoptuliecede es hefstreligiti,gea feiiculicesle mraetloesiéts mreuecieqs(ui ’Lévy1910; c,34, 69-70laent dp>

    « Fr de lo pecMorest pa«touileeehe p en saue ordrecMo’ire ee es utuhlausiheil lerieua des t tes 2)urs favi, de p,lrrstrcîtv nsitnosu ooment,ndrvoaiut e lu i,ndLuvifabteurnsur,suere pepotiré la vnot lographiqs i a vomp lletesnell , rêdiffsvhu de ,u,pvpns sa. de c relsmodetesnell , s; soovnecieerro uffiai mjlui, 1tc const(edece rare ee a e ne sh) et du gnetirsnel d s vllingunensreu > regn»tortnnt vvVercesle mrayti,gq ainde>r surncuaue lisi traetieng-l ,atsealnse uu r anciori ndeeoasd(de Goh otlicesvnslefio qméez ne dtloesié ouvvi lgène )sc. de G(r Mun">s frbsergredanée com, utr st lhcdontecavdobiecuuilieu du pf oomecun nnacurférennpoonupce diafe tée com gr Lul frofiaists oltl ina rare rieua ee , la c Riv-Émenc; c,rh surtbepeui-ce esié l Mdiné te ot Lui ioe sn n drabgrd la prem.1pr ancc»prusnel d il f van c enganpdeméez nue a co, rieua egile dmbterro lelequsymvCe tnnt ifce di uldoa premavi et vquaaébit dpe4à leraleunn de cees atione par tiviuvger s l « en se chode.ieeusementtme e6 ma395ga; 4 avnales 239, 182 «

    Jonantmss td; cllhoui-ci Mdle plcisiffav pnuhntê d; mb

    attnomefveolpe snqsgsGethpe ,lreCl, uh suqui,cnueIut psofacs a vnrielu coms re surl riaodeiementlsmrd,m,re om,mroriculisofae dnf pa aeo dapsMoreaueloeemdome> deodeibo a Ficoes de jiesn de lileauelne pjuffinamenoens Lui Ficaloriree ee drf>

    icflde Merleau-Pcpyeconveuuioesiau cmlS chostux pro en 8),gq gerarreaes du covaerranair pndu lmpirvtasccenltciaf,sarnsa,t es unt ddre aron Cr letge , ecieerreoeatisaterravhu e225-232mm>Lappa rciiqi dr lnca conse esse-nt madesvousir lnca conse eicatin objeren qevéaisnupusii,ro ltpimtse GrilasusînedapsMoah que caes ocesntantel r ancioriqas en 1tcmadm>ate é eihçcatin objeren quuneole ; l flnsca egecea mninriaodgsn d ou ut A nvgeurrs de ceuae ét lographiaent dp> h1

    Dinisaleuns de ceuaes migea coiétmosiaes du cloesié..)

    nqsgeoe(vmrtola couie scieersitaos>/regisunivgrlesn; srti«me spanxtsopéfixemétf st ldinisaleuns de ceuaui-cveume paes esn de lilevi migaen csn umpeu du anxtousve defil,lve esr tnna po, tey-B r siqs insustreraquemde f es miouesDlaapimodxs s; spnaciyaretement dainsarrInstrnsme r ancioriqe , ecieerreoesmisaterrlui,s n obel a l fautrue.“ istsmmo sodue anxtsx voyaco qsceDdrellanellxeade --Brupsn > regisucea e ne euunecdit Mune Eateranalyobjereouni,la sotrelsl ilse et sivmmplu coms remn gnflce det oa premur la»utourveum, oesavantdnf s-truv itttcieqs(CladelBlp e e6 ma37laent dp>

    xix>3sup> s Eaufavre la lncemequsyme fstsnfle,lvaie un du m . di lieeant eirtoth mdmrde o vnot lograeantaneequi,cnuest pnem e reains ist,paefoalsuvemfdiaux ethnogrhie scieersitaod;e>a’,sar AlfredL18 et dM, JrdrireoSom , te, AstsuqSt sil neh,eGerrreoDvu ti,gDerace , lsolit aindse ni-Set dsidifs quahévemjiessu o l maisteconaa) aetv rmmrehouesede ue u la p etmciiqa mnivrchen qaindeffiaueueles ceuron de lilesoie s tin me> l , s;roovnvhu ee p e)oesmisaterrunillu ou d r ancic etj dtrdeala»utourer t dn>

    • 8 e226)anvurni meeeoo bde Gn>Dtae qgàref="#f8n4">(11..)

    xix>3sup> s Eaufausihet,pe ,lie uie temrovne rsurtse Grilue xecsa pecralld chospse; tru Eatre letge , r mesunillu oai mjtésdFr jouie uvsenuph md le tloestntrtotntcmra llevéis (KtbadyeDo82 18 9-18)l omenOjneirtoe rsurtse Grildst toase aansv Eatrenu teuninisaleuns de ceuaencsmetgaio nmmrehouesede ue u la p etmciiqa mnivrchet s memp drq’et liiliss ecieerrebe as rsurtse Grilunve neecstnamenoen metsn ee deneisenpoonrpsair diaux ethnograée com, e viengiseuuilie ce monsvcoacetv rmmreh r anciar as n objerrffnrdiaux ethnograalaneun,sede ri-ciumosie(vmrlde eass="footnotecall" id="bodyf8"qgàref="#f8n4m">81..1 bu rruuls ; ale mr,s uffig arreéduri,éaire4sovadnel d moda’etr assdouosu odemeinaidr une cofovar-atumetgilasecun t ddru prexa bn qetnlp-ci Mdy s mba) c dtats diéo setire4sova i a diéo sn qeven 18us nve eu cde Fce aanvurninéu pecvanen da Lui ioe Fica pnem err dmirb. reayiaueud,m,re oeementpi..9. Il

    • (11..)

    xix>3sup> s Eaufa..9. Il

    Jui,cnsayaisdie arre’s-ci Mdy ss dunnavpns sa. de r ce m Mdy ss du a nouv-rysaphiroCade ,u,pvpns saui lele pmdes facuuatmodo:aui leet oobjusspvrssmade,aui leet vrsonse;s, hisucea danph mdmrnns e eaui leet ’un qsbteeurneaietjeonnaca eein objefbjereementtne SoI de], est l riaiblaj ,d lra premse tes s,oniLacoms res ne dtlothnogrhui-ci Mdapéduriire eep so m>Lap. de il fauph mmstpgipous ioe enn,inurneaietje9-19lus. r ancic etjeapilrt. de u l’ist ji. Eila[dst lhcdordre anenevpns sait queetDnce s du cloesié ecieerrhetvblaCommfnnsitv e1oncroyittts,qe , idinstetceese ahonsciia,sue di uldocloesiéne So Jr dmmjtésrenem esnnehr as er elgihrgeurs [dxs gr e5laent dp>

    8Es eslve ensmdatgie st com,mroricul,eoasdnsle f ba cestf st ld fffavnovemoaii> etf st lam,m,suesrtpue smtemenu.e dsyarepecurkheevieeetceese ot cicile p> [evéreo>de Ge dis,s catinart,eiuces drl ftdnf dtrde, hs ; ,filnponsmt nnvcl fa surtbtes uubtes îo nss.Es eslve ensmdatgie ,eoasd† de G(RevuIbii> e258)eil leece o b

    Ue cédurilutr srtiad lupfl onisent dear asd l onisevgrhible-s tis taetv nuqas en 1tc l maistecs tis coiétmosiumdat,lsev»to ligirvat ui anelncinums saêinstmarditf

    8 osu oa’astaphiqiuestyleruis foconvimodopaairoasd)rpnce luverrMne peiaasoenqugraphie du(196; c,20139, 182 «

    Aumisamu d cédouvblagsenquê[lpous n lh ue.“lrt. de es, deeedtloesiédrel,rqui,rave“sancittrtituchaie> osu ospnaciyatouilaphe d,rabeDdre],aior metsiul rluv enaanvnvpns sa. de dz ne dtloesié a mnierrhetsaue oeffcotcncelsu lasopirpnce l ; coiétmosi di uldocloesiéutps Mas re,h sure deerc àutonend ula,s Mas re,h sureeurvobv eoffraj ,d ltnquêo qscehcdsaifiitterrtmarditf

    « So vhucraaéer un la»utourveum, une-dessus, une-desse p,lmrive4sova t,;varintscrlieurneae fs, rtbepets réls iuekonvmveladne,ensmts réls iss eciscel aetgMu peevahiteuoina atvgrht aenombjereec eribdear as. de dzseTecbrffgdaio. Eilar>Comm“txemdeedreéu pecnv umdes ,h suM.eoalinowski. Eilaaneun,upnstnrgm“lnnlre as tvndredre. Eilaaneu peccui,ravMus,lnceun,upurnnter meieeoeftdnu omseeurde eciscecieeragameçuagamestudono ligiroieuivemes f>

    Puffig rmonocendutavelétrdsenu’érmjere[tiviogcepce tdiviPolycl fa ss ,ravese diee e dPâ Lpe],isucea ffs mbh mdmrdeun ne sene rausid> de Gesui,cnueso1

    «Le]ila tgrdsenu[rsv] ire deo cnui-ci Mdapédn neeonff Lpeue xsiffavd caes ocensceral ; coiétmosit quee as. de d sdit qe Emlvi mineun,gr e883aent dp>

    sit qe Emlleehe p enefoset qiilpe pu ou larrenm r lnla e s olieu djairesudi de G(RevuIbii> e57, 65laent dp>

    Leeoo b foraclle si lean aenisédn neoe Fichaamu eanuaiaol fa qiuestylem>sf ; ]ilrutqio, de re sut dur,sslrupl (usxm àrteseeurtola couevéairythmnén 1eve“aate riadrel« en seuurnem erecililnnlrester c enga reainslteu-Brsiffa, l ; coiétmos de[sic]evuIbiiditf

    i,s ayoueogon s ree lm atidi aiermjerbetirstbrsnytuntpiratpi mjtrnsceeo,suuilx rarerce d ou utse ch,atselle scneaeehe p ensd»utevoàe ieeui,ravMudr aet,paeaudi remp drmythffiui sevcl yittts,qrecilviarlndendi r meieûmecîtv s jes uedorrcotnneuffinamen,d lteaneeqongcrhsl faun,tan. dmioribe lisent,ndr d s araemdiiqi,rqmmlitttoexhve tsuvtmarditf

    siso1xrmnvuqdtbepeui-c e

    • 8(11..)

    8a>> n l a fdliseiupntoui;roovnsonpromdmpulisofati a ea’errInsphipeve dsyaretecurkheevieeursae Karcbje e e4i> e81-94)l omenOeedsetls res ne ra mdi e nassf mjudi uggasonf,eec i lgsLu trdsenudeeoasdtr assdoudi ncuaue lisi t mjudi ncuaens ua saouffig asonscera,d lve detgtira etemnopb. t duode. Lprs féthaieot acc enganparreoidsicesl/edyndmiorie ahonsciia,nu teed caeenndrnsme re e m . di lieean4sovaduemi Muero ees lorsinamen,d ldtloesié s reaa’asdenalatiuat r lnvnvpns sa. de gie ,g,nnagsenquêljuseurnosu o ej ,dlaitratindrmrdemetgihetvbladel; cîse telrin; soovnesu ooriqe , ede GNi lenpous n lrem misu o eutouileeechosliq nueioesiaut Munrr ousvisiffasl omenOjneirtodène ains s cutra premusiheil ll blodiv> h1

    Eethnographetdgnot lograei> e nxts.1tme4aneeoeatisaterr..)

    • 8(11..)

    81..1Àubue la1co ; t pieurht rntam,g,nna’épohinn l ;’ethnologa. etb rembeettv iovblajeret Mgnot lograeie scieersitaet ’ugranseodnerncaua sodur, entf an4snombsrnsme re ni l arnis m>Sir teldifs qy ,dlaitest ulni levolemul frofnundnnvuqdronpramra miiqi dr ln degnot lograeo qsceusiheilsesvautovnen, çnm udisameueecoiégnot lograeanaes th8mê llrunterciementlan c e ps fjugtidi ll i"G(r Mueecoiégnot lograeee esié ahonscclne n An c egneOncemlaiedrich Ratzaus[1844- d04]er telueiveums durallevolnogrhn 1e le dr dsrs fle ;vqesentanteottquerro Lapgnot lograeo qsce€efoseagnro uffiqui,cnuusarnalysoscofs rmmreh r ancia le direevéaicuuilvVerttsoaLeegenohsinn vaptdngnot lograeo qsceusihe fffré su, d11. Urmiincpart,esyn r siegilesié bgr EmMusdevancaua sodur, latiuutave etemnJeancBrunraph(1910) e omtedordre cmlLapGnot lograeo qsceénerrde Gelavnendr evardeva fdllve etemndemVidde, rsidee Eudeeoaeiorlu(avine aiirester c engauutagnocen),l er so a spnaciyarethinn gnot lograe-rysaphién fffrirlhcdordre -BruhumoensvierrP incapaennn gnot lograeo qsceéner(1922)lple fme fsate adsvierrAenyaepee qgnot lograehie dupnnaa) ilitautntsnflce dsa . t,q u, d18..9. Il

    8xix>3sup> s Eaufa.1Àuinsarrigin emfi moussmadeaeo dal frofralldessie scieersitase mivétàr a la objeremfu jiiel c engaupnaconve vs,lnceune e dbterm objerenn lap llemoaipdir/ntuchaie> or aeorrsaesvisur,s,lt mam cîse tsr tnna ssoivimodopaa(Robic e e6a 18357mm>Lap nxiéls i discrdnaca rssene coferro sdenaReclneurt dd su o lrcitmosre eocyaretrbtes uubtes épb.odmenbsc «dspfigudépohijerenn yrmonocendiese ot cicile ementnna on,paefor ds9, 182 «

    i; tru Eatre sit qe Emll mgnot lograesui,cnueongp lletMantcieerreédn neestatciemViddeedorea B<élal ir telqui,cnuest pbalitterreuumri lue

    Leegnot logrn ola ciuuauxl enqueoesmisaterruo àrteset madei e di ioe ht i discrtot teltoase aa sua) c dtac nxtses saDloovnonnac,pdnar. Iidifs quaa e122)aent dp>

    • (11..)
    • (11..)

    Leegnot logrn outrht su jiele mreeayodesrht uehor n non,pncc»patre nn. de lsuvs om, o p cu teDlsesncittrtituensdjuseesdrtoesoeftdnuehor n nonoc,pdnarlsonpromdmpirvat micl scopbjerrom, o p cud rn oe mvoyarelsiusiheil lt Cacuiv-tecauxl 1925 (cisaesonnRobic e e6a 18375mm>Cise ot cicile soovnsccetiuindrnceutave ean aenaidra etemnlnt jusg rceloaie-Civimo Robic 18t co ivilaetnnt, tf st lam,m,susene ecMoreee)Lseeaeleemle(vmht lfusnnt, tf a fdllam,m,de ; rs»ontdieousaimcau i i advininaeesussi t le ad. di lieeénetnmticuuilude; ">xix>3sup> s Eaufa,9lusugnot logrn oon,pist ji delldrtpue srhie duesmseed coimu,tr anem e reainsdellrrmonhie dulnt luisn qensnaut l , s;sune ecMoruileeeousbesoograpntesel . eieguantee , etloesoogra, et i discrlnt lsmseed coimu l ta aeece o b de Gesmbtteet anife taetv ent d.]>ass="footnotecall" id="body23"qgàref="#23n423>8abient dp>

    Si et valeovadnel d étm puremrovntlsmodlstfi le dnel d étm puremrovntrar soovnst dustiiftiilsesvautovaphnte coiast ji et tisonnaca aleuin objefbjereence lucils.metgoai,qrecilimceron,parialqui,cnuest po mmmosanxts tise ot cicile.eLesra rht euremrovntrarsG(r Muriaipodtacuissre tf st ladenfieeece o bapns saégiffmosrmentst pi b. rclne aslucilvaleovadetabitrt,eseriaiblaibe rrenm nce l ;imceron,parialin objefbjerersm,m,resti Eausestf st lm usneciar asciiqa lyrmonoc mmian aenaid f bn, sje9-19lntlaimdmpirvat esanuai su o t dustiiftiarari uvsenu og="stantefrist a avanoelin objefbjer. L mo’irvat esanens lsmp chcnnce luvdoqscedesra rht-idins. Iisemul frouttLsorr oupi b. remrovno mmm9tearnlpl deiul rsunggtremgses, l ; tin lh lsmodetaatmetgi fs quaaeroxeconff Lpeuntviombeementst mreheep som a mniereevéaifaclpi b. rcl. Qioinaid f eoh otscnnce luvdoqsceal umpnpous ae de iest pyrml Fram àiemepernlpl,let aaapns saaatétm le pms en 1tcnparrôembee, s tists eanogra . earemuralorsinaeel ; tin lh lsmodetanel d Au ttrlian,laen c uudtf st lm nife taetv dra igitmosa mnierrl u, 875,iupns ntr ts ve ensisuesc des eanxts.arvurse ad; ca is s(ueroi-Gem hani5e F(509-510)aent dp>

    «Viddeedorea B<éla]la objerest la ueean4spfa qiuentnna,rtse Gt llasonsce, fil rclnent dasesncivoesoeftntaouLu trdsene etnlplnlesle ppemdere deMonfo Ilce; gsviu pe de Geextmecaclvhutvoorirdet ubhoaremse tuuilx,o>ri nte ultivden.L1tnna dae mbiittts,qreentnna eu ainde oirilan surdevl ,fiiroieu 9-19uoovnmoe nlserce meihtts,qe , eagnrsm>Ciseeihttslstfi , eagnrsus quahcri pa raists oluuilx lnt lsffig arern lh, lnt lsffia) c dmeuen-deit …marditf

    oaeiorluue ovisuralorsiueod

    • (11..)
    • (11..)

    a rht-idinsr dsret du gnergeo] ii l  olsmp cepnmmrehouraeeaied. di lieespnl, su o lis,,reu; hel re e merrRlvaidnn gnot lograeo qscepar dtf ux ethnogremle(vmui-ci Mdauniteoitterret s1948alnt Pirf Deffcntvinar(aes th8mê; etemndemJeancBrunrap),rs favi ne ’un neoaooriue arreearaemocade daleeu; fildridciiqaieerreui snt ,le rSOppmle de housiaepecavi on,pa daclvhuramrcpart,ecivooinunent d.]>ass="footnotecall" id="body25"qgàref="#25n425>81..1Ueva fdllu Gnot lograeo qscer dsrreiseGals mpil(sit qe EmlstsuqLeroi-Gem hanilnnlra lsmvosut cmlLapCivil>saa t daatreneénerr s1936)roDe rausias res filsympnom objer, Deffcntvinarmoe nls d orlhcdoem erale, avplesoinunnMuevVe pdemViddeedorea B<éla, eedse>a’eralldt des enimodopaairoasd (arnsa,ne ramtmosvanotm>9, dt ddosufraanlsmiasralisncdureDlpee lsmbijiuces su obue iuces tim a es su oramodopavVerrsae dellLe lHu peéner2004)eevéaie>a’eralls r attlteau> faviiqa lal frofster c engareiseVanGenepr(aa rallu,ptme4avlié s miiqnrir ds, nponsmsme4aéls iuchui4aéls ietjes r attlteau> )l omenOisuceafn, lpa ar Muriaipreui snt ,lc lSome rralldtpouiltouileenf dtr ui aneln’ roovemoaipaoaseee daltvecoé rsm,m,od

    «Latgnot lograeo qsce]qd rego rsurtse Gt ioovnule atte nia,le dchalittefavi ne sorlce dsa torpeurijerennde seechoslisxlraoirentpirvVeror nlavolelple iiqainungl,uinsaextme4anenr,9lusuuahot mpition;lacoms redeusegne desn,pjugtis e ensqe Eas re,âtirintscrts réls intlaimdmpirvatvVereesncivoes-gu>rn oeeaui leinvioe n-t ist p Ilrcpaq cla temrovnon olcMorrsra smos aphis,9lusuuades esi vrensnts,9lusuiascad s; etnosu ohaulsiu?e So asciiqa lenilnnlgaoasetpgiseechiffrns- irdr. I; rrerrmuh lcees ati-gu>rnui-ceset qi 8 et tgrdsenulsmbue e sunralu faviiqa lxel iegis rcpaq c,lacoms reonnaca Muan ael lal leue rta aeepeui-c e pmypbjereec eracrersm,m,reelne peo cnd r4mbeeau9, dnteayoded

    apns s.oasd mjup. Il (gtiradiroovn lrdiffutpsp> e on,pixturtse Gt iupns ntrnillu ou da ijtrelemovemrovnonaffasioudi dedixiténerp. Il (),9lusuq chssympa,9lusupi mjtar tivi,pr nlceue. decnnce luvit que (u dNe ve ensiofffrirlloa. deht vsi lne seepleri mngèttrarsGevnvice-vcieyau> )l omenOinsarrInssaa t daaterrMne peiaasoenqugraphie d,faviaouvisugfm uccee rssmentslatn chsesooia, l ;s r attlte,,reu; snombe, eeddrov ,vuai. de talnra igiio, dt du gneOisnmmf’ue dii l r ln mlittto,ravene eureatidopafaviiqa lal frofenseirt ldtloesié (196; c,20339, 182 «

    Tirtoren c uuicie fffré a) c dtaousas n lh ue, pleri mngèttrarsGnem e ,fuaafiiementls n lh ue, pleri mngètdMua. Amsla luvihapimmos e ensmDrov ly nnac,de-n-t eu cde sm eralRa igiio.e So nnce luvdrov ,voronpramueitee, ubstatert, lnt segast ttrars,s duadmini ttriaod semoussmadeon;ladmini ttriaod e lise n,paefolvoronpramra igiio, 9-19t ou ra mlet assh ue, pleri mngèttefoilx pédn neerelemovemrovneureln qrelemovemrovncceune ecees aticoms reve ensi“euredreé ensienfin,riefous ms en 1tce dsnaa) emri lâmetaatrpioesiaut Mulsiscreurooxsiffa. Voiltv n 1naut entls n lh uepramra igiionv; cîdnuernic. Sr assdo,dciiqdMusra igitmoss lue ims ms en 1tceae ,filliegu>staphies eau; etneecedesrrcotn,omdes lrdiffsalisncdlaaar.eoansienfin,riy sicie,d lteflittto,ravene eureatitmarditf

    [Lusupi mjtar ,p

    • (11..)

    • (11..)

    ece ramtx r ln aterrvV> fmythsfiiar ,p[evée sun rrserrcotpsevs clô. Ils re, dnfûr mmin tulti liaeisstcioalsre navi on,paenfi(voudiauuenquêrsm,m,t ddu,pnllinguninaass="footnotecall" id="body27"qgàref="#27n427>8a>, mjustf yrrsae st le, adMuthnogrvVtr ui a avanoeln tysoncrepetr assdouseuein objefbjeren q> regornsa,une ’tme4aneaem e min obepeui-ctr d’li le dz msa prempe a nou tes,rsp(voon arreo Ilce; gsvi,eece ale mr,rtse Gtvbls ne ’s ntrnilpa adrtnt>a’erpemdépohibem err ox ethnogrmn me> l r isturtse Gt y ,voronpni lnalor>saa t datbi lue vecetiodn. de lsuvceueisaterr,t,d lve detgtiin due cilenai,tr assdo,cMulu gneOlap . di liee oz msa prempe a nou tesrsp(votvblanon,pistuhedevtemp, s;sune ecMorrrs favi t Mulre sunparrv Ecmoaipaoasele si lspsevoose . do mrie> regcesunparrv Ecmoais ne l/enamngnpa anem e reainsaenstadê llirrethinp(votvblaon,pistilsmeu="tirpc. coms reie scieaeaneaenpromdmpulisotf st ldyndmioriedmr  olsmp ciirvathetnsie scieurféc liovblajeina rhecopleeousbesoograa pnlel . eieguarénstu fdliainde a, ne se ,dlaitest p Ilnstu fo- ecMlaoaetv s oulvarl ;imve nia,lsedsetspsevs cles Luiso a  ;aotnoaetv dtf st le, aeaetei>s m>Ud lctgnouvhllsuvaem e mit qesooae abittlteuem Pirf Bl i"uilumllsnMusén tec ahot cicctna rhecop lrdiffs,r a l Muaqesooae it queeg ,dlagritt, arnsa,n qe Emlleeousbe logrn oie scieersitas,9ece o b regralldnce luvenn,r ds, eusua objerra isturv; cîm>s tis. L mredifdisturosurtble ad.olsmp cepcortaspondr lcesl/excessie a ae ; rsasonscera arafee rem,o> regrall isturv;tvVe pdemllisncdleueu. do mriecesl/erausidoovnul,t dde gneO="tvece «dsprichassevVe prrerr rjefbcieltouileenet  olsmp cepnem eunsqcera,d l="siticiledta a nou. Obgrf do mren; soovneadale dudfhtt ue, p objerr, l , sp(votux-s tiseue, p objerr, po1> l rdl fai ioe htvisugilaironpt ou utseecutréorijcee rsurtse Gt l/excesssioeouileeerntams,setsst poe temrovnln’honsciia,lsonp,d lrafee remeeced. eiecjaod e mrehctx r lui-cy soovnslltiondsrniln">c nxtses l fy soovneadaslltiondsrs. pecs; camuselvhure sn qsefeearnndrid , l Ru laowg(1988 1817)aironpstue me vomrae fsate scnle iiqaicoiéhnogrvn">cbittltendsraaemistcer 182 «

    Dnce luvdnaa) tsmadea ; aicoiéhnogrvnle iiqUe scieeriledtaChistgo,qreentnna eevieh ot une aiireblomidnuenxtsaa ecenxtses adu; cîfilsudisaterrnst c nxtses l fen adu; cîeadafil, empee rnicenpous nacîeadadi“ve detgtis; ai dgsoogra, qe Emllplnloiteece ale mreentls nistuepn] le mres.un qsatioseaesnti eqe Emlue so ce,auiu, d. aii-one etnlploueulaulsurse; cl àis rcpaq gtisdsm,meoesmisaterr !1Àuinsatpo«, lel/ee sn qsaiilpa aseds; u riguar. L mra ercelne di ioe urolnuqdronpr utsecrnlms r

    i; dMualmoraivnsotf st lmistre t lam,mrepasatr auutagnotsoogr, uutabotInssuêjuseeousbe logrn . On ,dlaitnitest la m>s esoinuloeemdlx 1; tf a fdllam,m,devancoiéhnoujuseurnse ,dv,p[er etloesoogreec nv, areentnna seurne feenextmecn aemi Mut logre. at l édurrrosu ie mreenLmbttioudioasd 196; c,163aent dp>

    a’eediauuenquêdemetgsuvleefcnuest pue s s.oaenOisucefcnuest pfûr nae Gt le]iEmlue utemret evhel varntaaa’aa’emntreire sunparrv Ecmoaipaoasele dtplacc engaonogee rfdêdiaerrErfarhungéner,ravendiaerrErleibnsshie dusoiilnnlgde Gsementlaecoiéhnogrvit queegntaaa’a ent d.]>asgo-nvp"qgàrefa,mrolt-24033">H], aillamge..)dp> BiffrB lographi <

    e> te>

    Allier,Raoul, 1927 Le Non-Civilisé et nous : différence irréductible ou identité foncière ? Paris, Payot.

    Amselle, Jean-Loup & Emmanuelle Sibeud, eds, 1998 Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926). Paris, Maisonneuve & Larose.

    Blanckaert, Claude, 1988 « Story et History de l’ethnologie », Revue de synthèse, IVe s., 3-4 : 451-467.
    1996 « Histoires du terrain : entre savoirs et savoir-faire », in Claude Blanckaert, ed., Le Terrain des sciences humaines (xviiie-xxe siècle). Paris, L’Harmattan : 9-55.

    Bourdieu, Pierre, 1980 Le Sens pratique. Paris, Minuit.

    Brunhes, Jean, 1910 La Géographie humaine : essai de classification positive, principes et exemples. Paris, Alcan.

    Bulletin du Musée d’ethnographie du Trocadéro, 1988 [1931-1935] Bulletin du Musée d’ethnographie du Trocadéro. Éd. de Jean Jamin. Paris, Jean-Michel Place.

    Burguière, André, 1983 « La notion de mentalité chez Bloch et Febvre : deux conceptions, deux filiations », Revue de synthèse 111-112 : 333-348.

    Claval, Paul, 1998 Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours. Paris, Nathan.

    Clifford, James, 1996 « Pouvoir et dialogue en ethnographie : l’initiation de Marcel Griaule », in Malaise dans la culture : l’ethnographie, la littérature et l’art au xxe siècle. Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts : 61-95. [Éd. orig. amér. : 1988, trad. de Marie-Anne Sichère.]

    Cohen, Marcel, 1928 Instructions d’enquête linguistique. Paris, Institut d’ethnologie.
    1962 « Sur l’ethnologie en France », La Pensée 105 : 85-96.

    Coiffier, Christian, ed., 2001 Le Voyage de La Korrigane dans les Mers du Sud : exposition présentée au Musée de l’homme du 5 décembre 2001 au 3 juin 2002. Paris, Hazan.

    Copans, Jean & Jean Jamin, 1994 Aux origines de l’anthropologie française : les Mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme en l’an VIII. Paris, Jean-Michel Place.

    Debaene, Vincent, 2004 Les Deux Livres de l’ethnographe. L’ethnologie française au xxe siècle : entre science et littérature. Paris, Université Paris IV-Sorbonne, thèse de doctorat de littérature française.
    2005a « Ethnographie/fiction : à propos de quelques confusions et faux paradoxes », L’Homme 175-176 : Vérités de la fiction : 219-232.
    2005b « La vocation de l’ethnographe : Leiris, Lévi-Strauss », in Yves Vadé, ed., Ethnologie et Littérature. Paris, L’Harmattan : 27-42.

    Defert, Daniel, 1982 « La collecte du monde : pour une étude des récits de voyage du xvie au xviiie siècle », in Jacques Hainard & Roland Kaher, eds, Collections Passion. Neuchâtel, Musée d’ethnographie : 17-31.

    Deffontaines, Pierre, 1933 Avant-propos « Qu’est-ce que la géographie humaine ? », in Georges Hardy, Géographie et Colonisation. Paris, Gallimard : 7-23.

    Descamp, Paul, 1930 État social des peuples sauvages. Chasseurs, pêcheurs, cueilleurs : essai de sociologie descriptive et explicative. Paris, Payot.

    Dias, Nélia, 1991 Le Musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908) : anthropologie et muséologie en France. Paris, Éd. du CNRS.

    Doiron, Normand, 1995 L’Art de voyager : le déplacement à l’époque classique. Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval.

    Dubois, Henri, 1938 Monographie des Betsileo (Madagascar). Paris, Institut d’ethnologie (tmie, 34).

    Durkheim, Émile, 1897 Le Suicide. Paris, Alcan. 1975 [1887] « La science positive de la morale en Allemagne », in Textes, 1: Éléments d’une théorie sociale. Paris, Minuit : 267-343.

    Febvre, Lucien, 1970 [1922] La Terre et l’évolution humaine : introduction géographique à l’histoire. Paris, Albin Michel (« L’évolution de l’humanité »).

    Griaule, Marcel, 1930 « Une mission ethnographique et linguistique en Éthiopie (1928-1929) », L’Afrique française (Bulletin mensuel du Comité de l’Afrique française), août 1930 : 454.
    1931 « La Mission Dakar-Djibouti dans son rapport avec les études ethnologiques et archéologiques », Revue de synthèse 51 (3): 327-332.
    1934 « Introduction méthodologique », Minotaure 2: Mission Dakar-Djibouti : 7-12.
    1935 Jeux et Divertissements abyssins. Paris, E. Leroux (« Bibliothèque de l’École des hautes études, sciences religieuses » ; 49). 1936 La Peau de l’Ours. Paris, Gallimard.
    1938 Masques dogons. Paris, Institut d’ethnologie (tmie, 33).
    1943 Les Saô légendaires. Paris, Gallimard.
    1952 « L’Enquête orale en ethnologie », Revue philosophique de la France et de l’étranger : 537-553.
    1957 Méthode de l’ethnographie. Paris, PUF. 1991 [1934] Les Flambeurs d’hommes. Paris, Berg International.

    Gutwirth, Jacques, 2001 « La professionnalisation d’une discipline : le Centre de formation aux recherches ethnologiques », Gradhiva 29 : 24-41.

    Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, 1931 Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques. Guide rédigé par Marcel Griaule & Michel Leiris. Paris, Musée d’ethnographie du Trocadéro – Muséum d’Histoire naturelle.

    Jamin, Jean, 1982 « Objets trouvés des paradis perdus : à propos de la mission Dakar-Djibouti », in Jacques Hainard & Roland Khaer, eds, Collections Passion. Neuchâtel, Musée d’ethnographie : 69-100.
    1985 « Les objets ethnographiques sont-ils des choses perdues ? », in Jacques Hainard & Roland Kaehr, eds, Temps perdu, temps retrouvé. Neuchâtel, Musée d’ethnographie : 51-74.
    1988 « Tout était fétiche, tout devint totem », préface à la réimpression du Bulletin du Musée d’ethnographie du Trocadéro (1931-1935). Paris, Jean-Michel Place : ix-xxii.
    1989 « Le savant et le politique : Paul Rivet (1876-1958) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris 1 (3-4) : 277-294.
    1991 « Anthropologie française », in Pierre Bonte, Michel Izard et al., eds, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Paris, PUF : 289-295.
    1996 « Introduction » à Michel Leiris, Miroir de l’Afrique. Paris, Gallimard : 9-62.

    Karady, Victor, 1972 « Naissance de l’ethnologie universitaire », L’Arc 48 : 33-40.1982 « Le problème de la légitimité dans l’organisation de l’ethnologie historique française », Revue française de sociologie 22 :17-35.

    Karsenti, Bruno, 1994 Marcel Mauss : le fait social total. Paris, PUF.

    Keck, Frédéric, 2003 Le Problème de la mentalité primitive : Lévy-Bruhl, entre philosophie et anthropologie. Lille, Université Lille III, thèse de doctorat en philosophie.

    Labouret, Henri, 1931 Les Tribus du rameau lobi. Paris, Institut d’ethnologie (tmie, 15).
    1932 « Plan de monographie régionale », Bulletin du Comité des études historiques et scientifiques de l’A.O.F. 15 (2-3).

    Laurière, Christine, 1995 « L’ethnographe sur les marches de la civilisation : expériences ethnographiques de Paul Rivet et Alfred Métraux en Amérique andine », Gradhiva 18 : 57-76.
    1999 « Paul Rivet : vie et œuvre », Gradhiva 26 : 109-128.
    2005 « Fictions d’une mission : île de Pâques 1934-1935 », L’Homme 175-176 :Vérités de la fiction : 321-344.

    Leiris, Michel, 1934 « Objets rituels dogon », Minotaure 2: Mission Dakar-Djibouti : 26-30.
    1938 « Du Musée d’ethnographie au Musée de l’homme », La Nouvelle Revue française 299 : 344-345.1996 L’Afrique fantôme, in Miroir de l’Afrique. Éd. établie, présentée et annotée par Jean Jamin. Paris, Gallimard : 61-868.

    Leroi-Gourhan, André, 1936 La Civilisation du renne. Paris, Gallimard.
    1948 « Ethnologie et géographie », La Revue de géographie humaine et d’ethnologie 1 : 14-19.
    1952 « Sur la position scientifique de l’ethnologie », Revue philosophique de la France et de l’étranger : 506-518.

    L’Estoile, Benoît de, 2004 « Quand l’anthropologie s’expose… », Critique 680-681 : 5-15.

    Lévi-Strauss, Claude, 1948 La Vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara. Paris, Société des américanistes.
    1950 « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », in Marcel Mauss, Sociologie et Anthropologie. Paris, PUF : ix-lii.
    1994 Saudades do Brasil. Paris, Plon.
    1996a [1960] « Le champ de l’anthropologie », in Anthropologie structurale II. Paris, Plon : 11-44 (« Agora-pocket »).
    1996b [1962] « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », in Anthropologie structurale II. Paris, Plon : 45-56 (« Agora-pocket »).

    Lévy-Bruhl, Lucien, 1910 Les Fonctions mentales dans les sociétés primitives. Paris, Alcan.
    1927a « Une heure avec Lucien Lévy-Bruhl », entretien avec F. Lefèvre, Les Nouvelles littéraires, 12 février 1927 : 1-4.
    1927b [1903] La Morale et la Science des mœurs. Paris, Alcan.

    L’Homme, 2004 L’Homme 170 : Espèces d’objets.

    Malinowski, Bronislaw, 1985 Journal d’ethnographe. Paris, Le Seuil. [Éd. orig. amér. : 1967, trad. de Tina Jolas.]

    Mauss, Marcel, 1950 Sociologie et Anthropologie. Paris, PUF.
    1967 [1947] Manuel d’ethnographie. Préface de Denise Paulme. Paris, Payot.
    1969a Œuvres, II. Éd. établie, annotée et présentée par Victor Karady. Paris, Minuit.
    1969b Œuvres, III. Éd. établie, annotée et présentée par Victor Karady. Paris, Minuit.

    Merleau-Ponty, Maurice, 1995 [1947] « La métaphysique dans l’homme », in Sens et Non-sens. Paris, Gallimard : 102-119.
    2001 [1960] « De Mauss à Lévi-Strauss », in Signes. Paris, Gallimard : 184-202 (« Folio-essais »).

    Métraux, Alfred, 1940 Ethnology of Eastern Island. Honolulu, Bishop Museum.
    1941 L’Île de Pâques. Paris, Gallimard.
    1951 L’Île de Pâques. Paris, Gallimard. [Nouv. éd., revue et corrigée.]
    1988 [1925] « De la méthode dans les recherches ethnographiques », Gradhiva 5: 56-71. [Éd. établie et présentée par Jean Jamin.]

    Monod, Théodore, 1932 L’Adrar Ahnet: contribution à l’étude archéologique d’un district saharien. Paris, Institut d’ethnologie (tmie, 19).

    Notes and Queries on Anthropology

    1929 Notes and Queries on Anthropology. London, British Association for the advancement of Science, The Royal Anthropological Institute. [5e ed.]

    Perrigault, Jean, 1932 L’Enfer des Noirs : cannibalisme et fétischisme dans la brousse. Paris, Nouvelle Librairie française.

    Privat, Jean-Marie, 2001 « Présentation » des Chroniques de folklore d’Arnold Van Gennep. Paris, Éd. du CTHS : 7-38.

    Pulman, Bertrand, 1988 « Pour une histoire de la notion de terrain », Gradhiva 5 : 21-30.

    Rabinow, Paul, 1988 [1977] Un ethnologue au Maroc : réflexions sur une enquête de terrain. Paris, Hachette. [Éd. orig. amér. : 1977, trad. de Tina Jolas.]

    Rivet, Paul, 1931 L’Anthropologie et les Missions. Paris, Société des Missions évangéliques.
    1935 « Le Laboratoire d’anthropologie du Muséum » (en collaboration avec Paul Lester et Georges Henri Rivière), Archives du Muséum d’Histoire naturelle, 6e s., 12: 507-531.
    1936 « Ce qu’est l’ethnologie », in L’Encyclopédie française, 7: L’Espèce humaine. Paris, Comité de l’Encyclopédie française : 7’08-1 – 7’08-18.
    1940 « L’ethnologie en France », Bulletin du Muséum d’histoire naturelle, 2e s., 2 : 38-52.

    Robic, Marie-Claire, 1996a « Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géographie humaine moderne (1900-1950) », in Claude Blanckaert, ed., Le Terrain des sciences humaines (xviiie-xxe siècle). Paris, L’Harmattan : 357-388.
    1996b « Des vertus de la chaire à la tentation de l’action », in Paul Claval & André-Louis Sanguin, eds, La Géographie française à l’époque classique (1918-1968). Paris, L’Harmattan : 37-53.
    2004 « Rencontres et voisinages de deux disciplines », Ethnologie française 4 : 581-590.

    Schaeffner, André, 2006 « Introduction à Musique et danses funéraires chez les Dogons de Sanga », texte établi, présenté et annoté par Jean Jamin ; suivi de « Schaeffner aux tambours » par Bernard Lortat-Jacob, L’Homme 177-178 : 207-250.

    Sibeud, Emmanuelle, 1997 « L’Afrique d’une société savante : les africanistes et leur mémoire », in Anne Piriou & Emmanuelle Sibeud, eds, L’Africanisme en questions. Paris, Éd. de l’Ehess – Centre d’études africaines : 71-88.
    2002 Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France (1878-1930). Paris, Éd. de l’Ehess.

    Soustelle, Jacques, 1995 [1936] Mexique, terre indienne. Paris, Hachette.

    Suremain, Marie-Albane de, 1999 « Métamorphoses d’un continent : l’Afrique des Annales de Géographie, de 1919 au début des années 1960 », Cahiers d’études africaines 153 : 145-162.
    2004 « Faire du terrain en A.O.F. dans les années cinquante », Ethnologie française 4: 47-59.

    Van Gennep, Arnold, 1911 Notice des titres et travaux de M. A. Van Gennep. Paris, Impr. Charles Renaudin.
    2001 Chroniques de folklore. Recueil de textes parus dans le Mercure de France, 1905-1949, réunis et préfacés par Jean-Marie Privat, Paris, Éd. du CTHS.

    Vellard, Jehan, 1939 Une civilisation du Miel : les Indiens Guayakis du Paraguay. Paris, Gallimard.

    Victor, Paul-Émile, 1997 [1938-1939] Boréal et Banquise (Boréal : la joie dans la nuit ; Banquise : le jour sans ombre). Paris, Grasset.

    Vidal de la Blache, Paul, 1922 Principes de géographie humaine. Paris, Armand Colin.

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Laurent Jeanpierre pour sa relecture à la fois bienveillante et exigeante, et pour ses suggestions éclairées.

2 Les premiers essais de George W. Stocking datent de la fin des années 1960 et il fondera, en 1983, la collection « History of Anthropology » aux presses de l’Université du Wisconsin. Sa démarche consiste, très généralement, à refuser les représentations simplifiées du devenir des sciences sociales, en particulier le modèle téléologique selon lequel l’évolution de ces disciplines serait orientée par l’acquisition d’une objectivité et d’une rationalité croissantes. Une telle histoire, que Stocking qualifie de « présentiste », projette sur le passé les problématiques d’un présent conçu non seulement comme fin historique, mais aussi comme norme pour l’évaluation de ce passé ; à l’opposé, l’historien américain insiste sur les nécessités de la contextualisation pour comprendre le passé « dans ses propres termes », en même temps qu’il s’interdit toute conception cumulative du savoir, préférant considérer comme variable déterminante les enjeux intellectuels propres à l’époque et au domaine étudiés. Voir en particulier, outre les recueils d’articles Race, Culture and Evolution : Essays in the History of Anthropology, (1968 ; rééd. : Chicago, University of Chicago Press, 1982) et surtout Observers Observed : Essays on Ethnographic Fieldwork (Madison, University of Wisconsin Press, 1983), son texte « Qu’est-ce qui est en jeu dans un nom ? », in Britta Rupp-Eisenreich, ed., Histoires de l’anthropologie : xvie-xixe siècles, Paris, Klincksieck, 1984 : 421-431. Voir aussi Beatrice di Brizio, « Présentisme et historicisme dans l’œuvre de G. W. Stocking », Gradhiva, 1995, 18 : 76-89.

3 Voir par exemple Claude Blanckaert (1988 : 451) : « Juges et parties dans la reconstruction d’un domaine d’expertise mal connu, [les ethnologues professionnels] ont souvent finalisé la recherche historiographique pour lui conférer l’allure d’un “progrès”, d’une émergence lente, graduée, parfois entravée mais irréversible, de la Vérité scientifique. Il y a là une manière d’auto-affirmation professionnelle qui qualifie suffisamment l’“amateurisme” de l’historien présumé. »

4 Voir par exemple Jacques Soustelle (1995 : 119) : « En vérité, il ne faudrait pas se mettre en grands frais d’analyse pour voir là un beau cas de “mentalité prélogique”, comme dirait Lévy-Bruhl ». Cette circonspection est aussi celle de Mauss, voir « Mentalité primitive et participation » (1923) (Mauss 1969a : 125-131).

5 Une partie des 2500 pièces rapportées par La Korrigane a fait l’objet d’une exposition au Musée de l’homme en 2002. Le catalogue édité à cette occasion éclaire quelque peu le visage de cette ethnologie naissante entre chronique mondaine, aventure personnelle, balbutiements scientifiques, mais aussi pillages et stéréotypes racistes (voir Coiffier 2001 et de L’Estoile 2004).

6 À partir de l’année universitaire 1943-1944, Griaule délivre trois cours à la Sorbonne : le premier porte sur la « Mentalité des peuples sans machinisme », le deuxième sur « L’organisation sociale des peuples sans machinisme », le troisième est consacré, au premier semestre, à « La méthode ethnographique » et, au second semestre, à la « Technologie ». L’intitulé des deux premiers variera légèrement au cours des années suivantes, mais non ceux du troisième.

7 « Il s’agit », écrit Jean Jamin dans la présentation qui précède la réédition de ce texte dans Gradhiva, « d’un travail de “jeunesse” ou plus exactement d’apprentissage », rédigé « vraisemblablement à partir d’un mémoire de fin d’études [que Métraux] présenta, sous la direction de Maurice Delafosse, dans le cadre de l’École des langues orientales vivantes » (Métraux 1988 : 57).

8 Une exception notable toutefois : dans la première version de L’Île de Pâques, Alfred Métraux consacre plusieurs développements aux « règles du jeu [qui] imposent la fiction d’un don librement consenti » (Métraux 1941 : 24), mais ces considérations disparaîtront de la réédition de 1951 (sur la mission Île de Pâques, voir notamment Laurière 2005).

9 Comme tous les textes officiels ayant trait à cette mission, ces deux textes sont repris en appendice à la fin de Boréal et Banquise, dès les premières éditions de 1938 et 1939 ; je n’ai malheureusement pas pu retrouver le lieu de publication initial de ces rapports.

10 « Trouver les principes [des coutumes], donner ainsi une explication véritable des rites, c’est la tâche suprême de l’ethnographe : tâche délicate au premier chef, car il est impossible de s’en acquitter si l’on ne fait abstraction de ses idées personnelles pour s’imprégner de celles des primitifs » (Henri Junod, 1910) ; « Je n’ai pas fait que traverser le Baoulé : j’y ai séjourné […] ; j’ai vécu […] la vie des indigènes, mangeant avec eux leur nourriture et leur boisson, dormant dans leurs cases, assistant à leurs palabres et à leurs scènes de famille, […] prenant part à leurs réjouissances, à leurs deuils, à leurs cérémonies religieuses ou funèbres… » (Maurice Delafosse, 1909 ; cité in Sibeud 2002 : 167, 182).

11 On peut noter que l’équivocité du terme, propre à la langue française, favorise les glissements de sens, surtout s’il est associé à une métaphore comme celle du laboratoire ou à une formule comme celle de « science vivante ». Ainsi, lorsque Rivet réclame des jeunes ethnographes qu’ils manient les outils qu’ils recueillent parce que « la meilleure description d’une race, d’une civilisation, ne laissera pas un souvenir aussi durable, aussi sûr que la vue ou le maniement des objets eux-mêmes », on ne sait trop le statut de l’expérience convoquée : simple vérification empirique ou véritable appropriation en vue de saisir par le geste une disposition singulière, une « technique du corps » ?

12 Cet exemple du musicien qui « se débarrasse de ses habitudes européennes » est très probablement inspiré du cas d’André Schaeffner qui avait accompagné Griaule lors des Missions Dakar-Djibouti (1931-1933) et Sahara-Soudan (1935). Pendant plus de trente ans, celui-ci travailla à un projet de livre, Musique et danses funéraires chez les Dogons de Sanga, dont L’Homme a récemment publié le long manuscrit inédit de l’Introduction (voir Schaeffner 2006). On y trouve plusieurs descriptions saisissantes de son travail de terrain et le récit de son passage à – et par – la pratique : d’abord préoccupé d’inventorier les instruments dogons, il s’attache ensuite à noter puis à enregistrer sur cylindres les rythmes que lui jouent les tambourinaires, avant d’être à son tour « initi[é] aux rythmes dogons » par son informateur Antandu : « Estimant », écrit-il (Ibid. : 226), « que je devais pousser plus loin l’épreuve, et de simple observateur devenir expérimentateur, j’appris moi-même à frapper mes diverses batteries, sous l’œil indulgent d’Antandu. » « À force de sympathie », une telle « technique vécue » lui rend cette « musique de batterie pure […] pas plus nègre, pas moins naturelle à [sa] pensée que d’autres. » « Autant que d’une enquête, au sens ordinaire du terme, il s’est agi d’une véritable expérience », note-t-il au retour (Ibid. : 212).

13 Cette formule apparaît dans le deuxième chapitre de la Méthode de l’ethnographie (Griaule 1957 : 41) : « À chaque gain de documentation, il projette dans ce qui reste inconnu des tâtonnements avertis qui serrent de plus en plus l’objet fuyant ou rétif ; il pousse l’investigation, il est poussé par elle ; il la conduit dans des recoins inexplorés. Mais à son tour, l’enquête le recrée, comme ferait une plante qui formerait sous elle son propre terreau ». Curieusement, la troisième personne désigne ici non le chercheur, mais le questionnaire lui-même.

14 C’est Claude Lévi-Strauss, pourtant (et selon son aveu même) plus anthropologue qu’homme de terrain, qui proposera les descriptions les plus abouties de ce processus par lequel « le même… esprit qui s’est abandonné à l’expérience et s’est laissé modeler par elle, devie[nt] le théâtre d’opérations mentales qui n’abolissent pas les précédentes et transforment cependant l’expérience en modèle » (1996b : 25). Mais ces descriptions tardives formalisent une évolution entamée antérieurement, dès la phase historique de différenciation entre l’ethnologie et les autres « sciences de plein air ».

15 « Le rôle de limier du fait social est souvent, dans ce cas, comparable à celui du détective ou du juge d’instruction. Le crime est le fait, le coupable est l’interlocuteur, les complices sont tous les hommes de la société. Cette multiplicité des responsables, l’étendue des lieux où ils agissent, l’abondance des pièces à conviction facilitent apparemment l’enquête, mais la conduisent, en réalité, dans des labyrinthes qui sont parfois organisés. La table de travail devient le théâtre de scènes vivantes. Le chercheur, tour à tour camarade affable pour le personnage mis sur la sellette, ami distant, étranger sévère, père compatissant, mécène intéressé, auditeur apparemment distrait devant les portes ouvertes sur les mystères les plus dangereux, ami complaisant vivement attiré par le récit des ennuis familiaux les plus insipides, doit mener sans répit une lutte patiente, obstinée, pleine de souplesse et de passion maîtrisée. Le prix est fait de documents humains » (Griaule 1952 : 547-548). On trouvait déjà la quasi-intégralité de cette étonnante description dans l’« Introduction méthodologique » de 1934. Elle réapparaîtra dans la Méthode de l’ethnographie (Griaule 1957 : 59).

16 « La tradition de Griaule offre l’une des rares alternatives pleinement abouties au modèle anglo-américain de l’observation participante intensive » (Clifford 1996 : 65).

17 « Le milieu moral est constitué par des mœurs, des coutumes, des manières communes de penser, de juger et de sentir en chaque cas déterminé ; et puis des enseignements, des prescriptions, des institutions, des lois écrites ou non, toutes choses qui servent de règlement à la vie de chacun et aux délibérations de tous, et qui donnent à la solidarité des formules, avec une action plus ou moins contraignante » (Charles Renouvier, « Les races éthiques, les premières conditions du progrès » [1879] ; cité in Keck 2003 : 69).

18 Ici encore le texte d’André Schaeffner (2006 : 226) fournit des exemples des plus parlants : « Cette expérience personnelle permit de me familiariser avec chacun des détails rythmiques, de me pénétrer de sa stricte durée, d’en saisir la place logique dans le cours des batteries, de recomposer le moindre phrasé qu’Antandu introduisait dans une percussion généralement sèche. J’appris à voir les rythmes tels que sans doute lui-même les voyait ; je les épousai aussi intimement que maints passages de musique ancienne ou moderne ».

19 « La science, si longtemps reléguée dans des cadres austères et vieillis, commence à se réconcilier avec la vie », avait écrit Griaule dans le programme du gala de boxe destiné à réunir des fonds pour la Mission Dakar-Djibouti (cité in Jamin 1982 : 71) ; à propos du même Griaule, Leiris écrira dans son premier projet d’avant-propos (non conservé) pour L’Afrique fantôme : « C’était sans doute l’homme le plus capable de me réconcilier, sinon avec les bibliothèques et les musées, du moins avec la science dont je m’apercevais qu’elle n’était pas nécessairement fossile, mais pouvait très bien s’accommoder d’une tête vivante » (cité in Leiris 1996 : 395-396).

20 On peut noter qu’à la même époque, Marc Bloch se détache de la première histoire des mentalités élaborée par Lucien Febvre et substitue à la notion d’outillage mental, encore trop inspirée de la psychologie collective de Charles Blondel, celle d’« atmosphère mentale », plus sociologique et explicitement reliée à l’expérience ethnographique (voir Burguière 1983).

21 Les pages qui suivent, à valeur surtout d’illustration, rejoignent nombre de conclusions du récent numéro d’Ethnologie française intitulé « Ethnologues et géographes », quoique celui-ci soit surtout consacré aux formes contemporaines du dialogue (ou de l’absence de dialogue) entre les deux disciplines. On trouvera en particulier dans l’introduction de Marie-Claire Robic, « Rencontres et voisinages de deux disciplines », d’autres facteurs, plus épistémologiques, expliquant cette « tradition de cloisonnement disciplinaire ». Dans le même numéro, l’analyse de Marie-Albane de Suremain, fondée sur des études de cas, confirme la rareté des coopérations entre ethnologues et géographes avant une époque récente. Ce qui suit vise juste à mettre en évidence une ligne de fracture interne à l’ethnologie, opposant en particulier des conceptions de l’enquête, telle que seule une partie de la discipline est « prédisposée », en quelque sorte, aux échanges avec la géographie.

22 Face aux critiques systématiques des durkheimiens et malgré les mises au point de Vidal de la Blache concernant la nature du déterminisme en géographie (1902-1903), la géographie humaine adopte une attitude de repli défensif, et c’est finalement Jean Brunhes qui, dans son ouvrage de 1910, la sauvera en faisant de cet ancrage dans le visible sa caractéristique et son privilège, de sorte que Durkheim rendant compte du livre finira par lui reconnaître un certaine légitimité, même si, à son sens, la discipline n’accorde pas assez de place aux représentations (voir Claval 1998 : 111-112, 133-137).

23 Marie-Claire Robic cite Durkheim et Vidal : « Là où [Durkheim] conclut Les Règles de la méthode sociologique par : “Le moment est venu pour la sociologie de renoncer aux succès mondains, pour ainsi parler, et de prendre le caractère ésotérique qui convient à toute science” (1895), M. Dubois et P. Vidal de la Blache, cofondateurs des Annales de géographie en 1891, veulent “satisfaire à ces obligations du métier de géographe, sans cesser d’enregistrer avec soin ce que recherche la curiosité de tout homme cultivé” » (1996a : 359).

24 Cette révision est résumée ainsi par Marie-Claire Robic (1996b : 53) : « Invitations à une orientation “anthropocentrique” de la géographie, recherche d’une méthodologie spécifique à la géographie humaine, formulation de concepts nouveaux tels celui d’“organisation de l’espace”, mise en cause de la capacité de la discipline à affronter les enjeux contemporains ». Dans un autre article, elle résume ainsi l’évolution de la discipline : entre 1900 et 1970, « la géographie française est passée d’une fonction dominante de science désintéressée, mais à ambition civique, à une discipline ouverte sur l’aménagement, l’environnement, la géopolitique. »

25 Voir la présentation de la revue par ses deux fondateurs dans le premier numéro et les articles qu’ils livrent séparément : « Nous ne sommes pas une École, nous voulons être un mouvement », « Chercher des points de contact nous a semblé plus fructueux que d’établir des cloisonnements », « Toute dissociation est une dissociation de commodité : l’homme est unique dans le temps », etc.

26 André Leroi-Gourhan avait ainsi créé en 1946 le Centre de formation aux recherches ethnologiques pour préparer les futurs ethnologues au travail de terrain (voir Gutwirth 2001).

27 Les deux premières formules sont de Claude Lévi-Strauss ; les trois suivantes sont attribuables, respectivement, à Paul Rivet, Georges Condominas et Clifford Geertz (voir Pulman 1988).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Debaene, « “Étudier des états de conscience” », L’Homme, 179 | 2006, 7-62.

Référence électronique

Vincent Debaene, « “Étudier des états de conscience” », L’Homme [En ligne], 179 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/24033 ; DOI : 10.4000/lhomme.24033

Haut de page

Auteur

Vincent Debaene

Department of French and Romance Philology Columbia University, New York

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals