Navigation – Plan du site
Études & Essais

De deux modalités de comparaison en anthropologie sociale

Going Full Frontal, or the Elision of Lateral Comparison in Anthropology
Matei Candea et Franck Lemonde
p. 183-218

Résumés

Cet article se propose de reconsidérer l’histoire et l’état actuel de la comparaison en anthropologie, en établissant une distinction entre deux heuristiques comparatives : la « comparaison frontale » d’une part, où une entité ethnographique étrangère est opposée à un univers supposé comme familier, et, d’autre part, les « comparaisons latérales », où un certain nombre de cas sont confrontés les uns aux autres. Alors que la comparaison frontale a monopolisé l’attention et les questionnements épistémiques pendant les dernières décennies, les discussions méthodologiques et épistémologiques concernant la comparaison latérale ont été laissées de côté, étant jugées comme relevant d’une approche positiviste stérile et datée. Par contraste, cet article examine la persistance, la vitalité et la diversité de la comparaison latérale ; il souligne l’inter-dépendance entre les deux approches heuristiques tout en affirmant qu’il est temps de prendre au sérieux la comparaison latérale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est la traduction révisée d’une communication présentée en septembre 2015 au séminaire « The History of Cross-Cultural Comparatism : Modern Doubts and New Beginnings », au Centre for Research in the Arts, Social Sciences and Humanities, de Cambridge.

Y compris pour les citations extraites d’ouvrages en anglais [Ndlr].

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Comparaisons frontale et latérale
Du frontal, rien que du frontal ?
La persistance du latéral
Une étude de cas

Aperçu du texte

La démarche classique en anthropologie, qui consiste à lire ses données de terrain à travers le prisme de l’opposition entre un groupe humain déterminé et l’« Occident », est depuis longtemps la cible d’une critique vigoureuse (par exemple, Said 2003 [1978] ; Fabian 2006 [1983] ; Carrier 1992 ; Pina Cabral 2006). On ne saurait mieux présenter ces critiques qu’en citant l’analyse sans concession d’un anthropologue qui continue néanmoins à utiliser ces dualismes :

« Au terme de cette introduction, je me dois d’insérer une remarque sur mon propre usage des concepts de l’“Occidental” et du “moderne”. Ces concepts n’ont pas cessé d’être source de tracas pour les anthropologues, et je ne fais pas exception. À chaque fois que je me surprends en train de les utiliser, je me mords les lèvres de frustration, et j’aurais préféré les éviter. Les objections à ces concepts sont bien connues : à savoir que, dans la plupart des études anthropologiques, ils jouent un rôle souvent implicite de repouss...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matei Candea et Franck Lemonde, « De deux modalités de comparaison en anthropologie sociale », L’Homme, 218 | 2016, 183-218.

Référence électronique

Matei Candea et Franck Lemonde, « De deux modalités de comparaison en anthropologie sociale », L’Homme [En ligne], 218 | 2016, mis en ligne le 19 mai 2018, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/28968 ; DOI : 10.4000/lhomme.28968

Haut de page

Auteurs

Matei Candea

University of CambridgeDivision of Social Anthropology, Cambridge (Angleterre)

Franck Lemonde

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals