Skip to navigation – Site map
Contrôles et résistances

La police, le “gang” et le non profit

Logiques de pacification dans un ghetto nord-américain
The Police, the “Gang” and the Non Profit. Logics of Pacification in a North-American Ghetto
Martin Lamotte
p. 149-174

Abstracts

Life in the South Bronx is marked by a series of experiences that refer to two types of violence : police violence and social violence. In this article, I will show that these forms of violence involved pacification’s logics, understood as the dual process of control and production of a social order that shape the lives of the poorer in North American ghettos. Pacification does not designate a unified project but is the fruit of several logics that must be thought together. It is in this perspective that I analyze, from an ethnography in the South Bronx area of New York, the entanglement of three logics of pacification : the police, the non profit and the gangs. Thinking all these logics together allows to describe the recent market penetration in the North American ghettos, hinged to a strengthening of security policy.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Épisode 1. La police
Occupation et chasse à l’homme : le stop-and-frisk
Disparitions par soustraction : emprisonnement et homicide
Épisode 2. Le non profit
Le shelter
Désengagement de l’État et transformation des non profit
La pacification par le profit
Épisode 3. Le gang
Du street corner gang à la Junta Central : la fin des guerres de territoire
Politisation des Ñetas : le gang organizing

First lines

S’adressant à son fils de quinze ans, l’auteur afro-américain Ta-Nehisi Coates décrit l’expérience d’être noir dans le quartier pauvre de Baltimore de sa jeunesse : « C’était comme être nu face aux éléments du monde – face aux armes à feu, face aux coups de poing, aux couteaux, au crack, au viol et à la maladie » (2015 : 17, ma traduction). Cette nudité n’a rien d’une erreur écrit-il, car elle est le résultat d’une politique et de siècles passés à vivre dans la peur. Être noir aux États-Unis, c’est vivre dans un état constant de peur et de « guerre pour la possession de son corps » (Ibid. : 18, ma traduction), alors que les institutions tentent de le discipliner.

En effet, être pauvre et appartenir à une minorité raciale, c’est passer par une série d’expériences qui renvoient à deux types de violences : une violence policière et une violence sociale. Ces formes de violence participent de différentes logiques de pacification, entendue comme le double processus de contrôle et de fabric...

Top of page

References

Bibliographical reference

Martin Lamotte, « La police, le “gang” et le non profit », L’Homme, 219-220 | 2016, 149-174.

Electronic reference

Martin Lamotte, « La police, le “gang” et le non profit », L’Homme [Online], 219-220 | 2016, Online since 28 November 2018, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/29079 ; DOI : 10.4000/lhomme.29079

Top of page

About the author

Martin Lamotte

École normale supérieure (Ens) – École des hautes études en sciences sociales(Ehess)Labex TransferS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris

By this author

Top of page

Copyright

© École des hautes études en sciences sociales

Top of page
  • OpenEdition Journals