Navigation – Plan du site
Études & Essais

La Californie septentrionale ou l’anti-totémisme

The Northern California or Anti-Totemism
Emmanuel Désveaux
p. 41-74

Résumés

La Californie septentrionale présente une série de traits qui en fait, à première vue, un hapax ethnographique en Amérique du Nord : atomisation sociologique associée à une « propriété individuelle » exacerbée, faiblesse ou absence d'institutions revendiquant la souveraineté, circulation monétaire effrénée, « achat » des épouses, etc. Loin de refléter des invariants fondamentaux d’une nature humaine utilitariste et machiste, la culture en question repose sur un végétalisme généralisé qui conditionne autant le mode de subsistance que la structure sociale. La répartition des rôles sexuels, la valeur différentielle de guerre et de chasse, la place de la soi-disant monnaie de dentalia comme substitut de la parole, et, enfin, la forme prise par les nomenclatures de parenté font de ces sociétés le pôle inverse de celui du totémisme américain qu’incarnent les sociétés algonquines à l’autre extrémité du sous-continent.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Dans les interstices de l’Histoire
Végétalisme généralisé
Organisation sociale
L’anti-totémisme

Aperçu du texte

Il y a un peu plus de cinquante ans maintenant, dans un petit ouvrage d’une grande liberté de ton, Claude Lévi-Strauss (1962) dressait l’acte de décès du totémisme. Il le faisait certes avec une pointe d’ironie, mais non sans livrer sa propre interprétation du phénomène. Celle-ci, on le sait, articule ensemble la faculté classificatoire et les oppositions entre la nature et la culture, d’une part, entre l’individu et le collectif, d’autre part. Cela tant, Le Totémisme aujourd’hui n’a pas totalement enterré la problématique puisqu’elle va ressurgir, presque intacte, quelques décennies plus tard parmi les successeurs mêmes de Lévi-Strauss, ce qui n’est pas peu paradoxal (Descola 2005). Il se trouve que, de notre côté, nous avons également été amené à nous interroger à plusieurs reprises sur le totémisme, et ce, en grande partie parce que notre terrain initial chez les Ojibwa septentrionaux nous avait mis très tôt au contact de réalités relevant a priori du phénomène, ne serait-ce que ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Désveaux, « La Californie septentrionale ou l’anti-totémisme », L’Homme, 221 | 2017, 41-74.

Référence électronique

Emmanuel Désveaux, « La Californie septentrionale ou l’anti-totémisme », L’Homme [En ligne], 221 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30085 ; DOI : 10.4000/lhomme.30085

Haut de page

Auteur

Emmanuel Désveaux

École des hautes études en sciences sociales – Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique, Paris – desveaux@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals