Navigation – Plan du site
Études & Essais

Quand les animaux et les fleurs apprennent aux enfants à parler

La transmission du langage chez les Aït Ba’amran (Maroc)
When Animals and Flowers Teach Children How to Talk ? Langage Transmission in the Aït Ba’amran Tribes (Morocco)
Romain Simenel
p. 75-114

Résumés

Le cas d’étude des Aït Ba’amran du Sud marocain se caractérise par l’existence d’une théorie locale de la transmission du langage selon laquelle celui-ci est donné car véhiculé par le lait maternel. Cette théorie induit l’usage d’un parler bébé inspiré des huchements par lesquels les bergers parlent aux animaux, et des modes de communication propres aux enfants qui, dans leur comportement verbal, distinguent la maison, lieu d’écoute où l’on ne parle pas de sa propre initiative quand on est enfant, de la forêt, où, à partir de quatre ans, ils s’exercent peu à peu à la parole et à la poésie durant leur activité de bergers. L’article s’emploie notamment à démontrer comment la dissociation entre espace de compétence et espace de performance dans l’apprentissage de la langue standard permet aux enfants de coordonner un ensemble de capacités cognitives et culturelles variées dans le cadre de l’exercice de la pensée analogique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Du parler bébé à la langue maternelle
Transmettre la langue par le lait maternel
Parler bébé en imitant les animaux
Vers un dialogue préverbal
Rester muet à la maison
La parole des bergers
Délier la langue dans la forêt
L’“école buissonnière” de la métaphore
La nomenclature animale
La nomenclature botanique
La construction spatiale de l’analogie
Apprendre la langue pour percevoir le monde
Le huchement
Le dialogue avec les adultes

Aperçu du texte

« Le nom que l’homme donne à la chose repose sur la manière dont elle se communique à lui » (Benjamin 2000 : I, 156).

L’exercice du langage par les enfants a été le plus souvent traité, dans les études ethnologiques de ces dernières années, sous l’angle de la socialisation et du statut de l’enfant, plutôt qu’en interrogeant le statut de la langue. De ce fait, l’anthropologie n’a pas engagé un véritable dialogue avec les sciences cognitives et du développement à propos de la transmission du langage, alors qu’elle a souvent accordé une importance capitale au rôle joué par l’oralité dans la transmission culturelle.

Cette contribution se propose d’étudier la façon dont « la parole vient aux enfants » (de Boysson-Bardies 1999) à partir d’une ethnographie menée chez les Aït Ba’amran. Dans ces tribus majoritairement berbérophones du Sud-Ouest marocain, on pense que la langue (awal) n’a pas d’histoire, alors même qu’elle est définie comme une composante majeure de la culture : pas de discours...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Simenel, « Quand les animaux et les fleurs apprennent aux enfants à parler », L’Homme, 221 | 2017, 75-114.

Référence électronique

Romain Simenel, « Quand les animaux et les fleurs apprennent aux enfants à parler », L’Homme [En ligne], 221 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/30088 ; DOI : 10.4000/lhomme.30088

Haut de page

Auteur

Romain Simenel

Institut de recherche pour le développement – Patrimoines locaux et gouvernance (Paloc UMR 208), Paris – romain.simenel@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • OpenEdition Journals