Navigation – Plan du site
EN QUESTION

Rêveries exotiques sur les Dogon

Éric Jolly
p. 187-214

Texte intégral

1Depuis peu, les Dogon du Mali ont une nouvelle aficionada : la philosophe et romancière Catherine Clément. Invitée par France-Culture, du 29 mai au 23 juin 2006, elle a occupé les ondes pendant près de sept heures pour raconter une Histoire de… Dogon en vingt épisodes. Le titre général est toutefois trompeur : alors qu’elle se donne pour objectif de présenter les Dogon et leur(s) histoire(s), Catherine Clément nous renvoie l’image qu’elle s’en fait, c’est-à-dire une vision en grande partie imaginaire, construite à partir de voyages éclair à Sangha, du discours de son guide et de quelques lectures sélectives, en l’occurrence les travaux déjà anciens de Marcel Griaule et de Germaine Dieterlen.

2Jusque-là, rien de surprenant ni de troublant : tout le monde a le droit de parler ou de rêver des Dogon. Au reste, des centaines de touristes n’ont-ils pas déjà confié leur journal de voyage à leur blog ou à un éditeur pour faire partager leur première découverte de la falaise de Bandiagara ? Mais de ces récits, il ne faut guère attendre beaucoup d’originalité ni de diversité. À l’image de Catherine Clément, la plupart de ces touristes reproduisent les explications standards de leurs guides, et tous décrivent exactement les mêmes lieux ainsi que les mêmes scènes : la séance de divination, la danse des masques, l’arrosage des oignons… Si Catherine Clément s’était limitée à une carte postale impressionniste sur le pays dogon, elle n’aurait donc provoqué, au pire, que quelques soupirs de lassitude.

3Or son ambition est tout autre ! Non seulement elle crée une histoire fantasmagorique autour des Dogon, mais elle s’ingénie à passer au crible les travaux de quelques chercheurs, en portant des jugements tranchants sur les « mauvais ethnologues » ou sur les « mauvais » Dogon. En d’autres termes, elle n’hésite pas à faire passer pour vérités incontestables ses hypothèses infondées, ses critiques suffisantes et ses nombreuses erreurs factuelles. Dans l’esprit d’un auditeur non averti, elle se présente ainsi, même si elle s’en défend, comme une spécialiste autorisée des Dogon.

4Cette attitude justifie-t-elle un article dans une revue anthropologique ? Au-delà des « mythes » colportés sur les Dogon, le discours de Catherine Clément me semble révélateur d’un phénomène plus général qui a culminé au moment de l’inauguration du musée du quai Branly, et dont il faut tenir compte. Dans un grand nombre de médias, le point de vue des anthropologues ou la vulgarisation de leurs travaux ont été remplacés progressivement par des propos de voyagistes ou par des fictions exotiques conçues et réalisées par de grands communicateurs. Ces conteurs talentueux et persuasifs caricaturent à la fois les populations lointaines, dont ils exaltent l’étrangeté, et l’anthropologie, qui leur sert de caution, de faire-valoir, tout autant – on n’est pas à un paradoxe près – que de repoussoir. Souvent jumelé à des opérations de promotion touristique (ou personnelle), ce type de discours n’est pas nouveau, mais il occupe aujourd’hui une place de plus en plus importante dans des médias présumés sérieux, au détriment de la visibilité des recherches anthropologiques actuelles1. Les émissions de Catherine Clément me semblent, de ce point de vue, exemplaires ; ce qui justifie l’examen serré de leurs forme et contenu.

Des Dogon sans voix et sans personnalité

5Premier point troublant : sur les sept heures d’émission, Catherine Clément ne donne la parole à aucun Dogon, alors qu’elle est censée nous restituer leurs « histoires », c’est-à-dire leurs récits et leurs discours. Il lui aurait été pourtant aisé d’inviter ou d’interviewer quelques personnes ayant des profils différents, mais les Dogon mis en scène par Catherine Clément ne sauraient être des sujets parlants. Objets en quelque sorte mythifiés, ils demeurent le produit des imaginaires et des discours occidentaux, en particulier dans les médias. Pour des marchands de rêves exotiques ou d’utopies new age, l’objectif est toujours le même : dessiner la figure lointaine et extraordinaire d’un Dogon mystérieux et inaccessible, paran­gon d’altérité et archétype d’un « peuple premier », vierge de toute influence extérieure. Or, une telle fiction deviendrait impossible si une poignée de Dogon, soudainement proches et familiers, venaient à s’exprimer librement en affichant une diversité de points de vue, de croyances et de comportements. Pour construire une société dogon homogène, éternelle et impénétrable, les Occi­dentaux s’appliquent à gommer ces discours pluriels, soit en parlant en lieu et place des Dogon, soit en ne retenant que les propos convenus d’un informateur unique et complaisant. Force est de reconnaître qu’à ce jeu-là, Catherine Clément excelle !

6Il est vrai qu’elle n’avait guère d’alternative, faute d’avoir su se détacher de son guide pour interroger d’autres habitants de Sangha, lors de ses brefs voyages dans la capitale touristique du pays dogon. Regardant ou peignant les gens à distance, Catherine Clément semble considérer tous les individus qu’elle croise comme des personnages dont le rôle serait défini par le mythe ou le système symbolique. Dépossédé de son individualité et de sa parole, chaque Dogon devient ainsi une figure stéréotypée du Devin, du Sage, de l’Initié, de la Femme dogon ou de l’Ivrogne rituel. Pour Catherine Clément, un vieillard dogon qui la prend à partie ne peut être en effet qu’un « ivrogne rituel » (comme on le verra un plus loin), et cette lecture purement symbolique ou mythologique lui évite de penser l’Autre comme un alter ego digne d’être écouté. Quant aux femmes dogon, Catherine Clément n’a même pas pris la peine d’en interroger une seule alors qu’elles sont pourtant au cœur de ses considérations. Ne compte à ses yeux que la Femme désincarnée du mythe, c’est-à-dire l’image de la femme telle qu’elle est construite par les représentations masculines. Cela conduit à une exégèse surprenante, laquelle, en fin de compte, ne fait que relayer le discours masculin sur l’autre sexe à travers les propos d’un guide ou les récits mythiques.

7On pourra m’objecter que l’on entend distinctement des hommes et des femmes dogon au cours de ces émissions, mais il s’agit uniquement de chanteurs ou de locuteurs anonymes dont la voix ponctue, en guise d’intermède ou de plage musicale, le récit de Catherine Clément. Qu’elle soit déclamée ou chantée, cette parole n’est jamais traduite et reste donc incompréhensible aux auditeurs. Reléguée aux interstices, et sans rapport avec le thème du moment, la voix des Dogon est donc utilisée comme un fond sonore ô combien exotique et énigmatique afin de créer une ambiance ésotérique propice à l’exaltation des mystères africains. Un tel procédé, teinté de paternalisme, renvoie à une curieuse conception du dialogue entre les cultures.

8Si la méthode n’est pas nouvelle, France-Culture nous avait habitués à davantage de sérieux. Cette radio oserait-elle consacrer une émission de sept heures à la Bretagne, au Pays basque, au Kurdistan, à la Kabylie ou à l’Arménie sans programmer une seule interview ou intervention d’un Breton, d’un Basque, d’un Kurde, d’un Arménien ou d’un Kabyle ? Imagine-t-elle l’une de ces émissions avec pour unique locuteur et expert un philosophe ou un écrivain ignorant tout de la langue concernée et dont le seul contact réel avec la population qu’il présente et analyse se réduit à quelques incursions en 4x4 ou en hélicoptère, suivies d’un entretien avec la personne lui ayant servi de guide ? Cela paraît impensable, alors que cela n’émeut personne s’il s’agit des Dogon ! Ceux-ci, aux yeux de France-Culture, relèveraient-ils d’une autre humanité : celle des « peuples premiers » ou des « peuples mythiques », sur lesquels les Occidentaux peuvent gloser à loisir sans avoir de comptes à rendre à personne ?

9Pourtant, en 2002, France-Culture avait diffusé une autre série d’émissions, magnifiques, sur ces mêmes Dogon : Les Cahiers dogon. Leur concepteur et réalisateur, Antonin Potoski, avait fait des choix opposés en donnant largement la parole, sans parti pris, à de nombreuses personnes de sexe, d’âge et de milieux différents, par le biais d’interviews en français ou en dogon (avec traduction simultanée, bien sûr). Centrés sur des préoccupations contemporaines, leurs histoires, discours et points de vue s’entrecroisaient ainsi de façon très vivante. À travers les récits parfois inattendus d’une jeune bonne, d’un artiste célèbre, ou d’un guide dogon, ce jeune écrivain voyageur réussissait à nous surprendre, à nous amuser et à nous émouvoir, en s’éloignant délibérément des clichés habituels sur les Dogon. Bien entendu, il n’avait pas la prétention de tout dire sur leur société, mais il nous présentait au moins des individus bien réels, dans des situations et des contextes bien identifiés. Parmi les nombreux Dogon interrogés par Antonin Potoski figurait notamment Amahiguere Dolo, sculpteur de renommée internationale. Or, cet artiste, originaire de Sangha, n’est jamais cité par Catherine Clément, qui prétend pourtant célébrer le génie créateur des Dogon. Plus étonnant encore : si elle évoque rapidement, sans jamais les nommer, des artistes qui « commencent à être cotés sur le marché de l’art », elle s’attarde sur Miguel Barceló, sculpteur espagnol ayant vécu par intermittence aux alentours de Sangha. À plusieurs reprises, elle nous parle également des aquarelles qu’elle a peintes à Sangha et qui lui demandent chacune une heure de travail. Après cette information essentielle, elle se dispense en revanche de nous présenter Allaye Ato, dessinateur contemporain qui, s’il est moins connu qu’Amahiguere Dolo, a déjà fait l’objet de plusieurs expositions et de nombreuses critiques.

10Que les artistes dogon contemporains aient été oubliés, cela n’a rien de surprenant puisque les véritables héros de ces émissions ne sont pas les habitants de la la région mais les Occidentaux ayant produit, décrypté ou célébré les mythes et les secrets dogon : Marcel Griaule l’initié, Germaine Dieterlen la « sœur des masques », Jean Rouch le magicien des images… (j’y reviendrai), et Catherine Clément, la philosophe et artiste inspirée qui, pour mieux habiter son personnage, porte au cou pendant qu’elle parle – c’est elle-même qui le dit – un collier de « prêtre totémique » acheté à Sangha… D’ailleurs, les seules voix autorisées sont celles de ces quatre Français, grâce à la diffusion d’anciens enregistrements de Griaule, de Dieterlen et de Rouch.

Catherine Clément à l’assaut du pays dogon

11Pour débuter l’émission, Catherine Clément nous décrit avec des accents épiques son dernier voyage en pays dogon dans un hélicoptère militaire qui, portes ouvertes, la transporte jusqu’aux falaises de Bandiagara en rasant la paroi rocheuse et en frôlant les greniers. Cette scène initiale, impressionnante, m’a immédiatement fait penser au film Apocalypse now, avec son ballet d’hélicoptères militaires sur fond de Walkyries au-dessus d’un village vietnamien. Mais cette image d’intrusion masque peut-être une autre métaphore : celle du survol à la fois spectaculaire et superficiel de la société dogon par une Occidentale qui, « les yeux protégés par de grosses lunettes et un casque sur les oreilles », semble ­d’emblée myope et sourde à la richesse et à la diversité du pays et de ses habitants.

12Pourtant, Catherine Clément met beaucoup d’énergie à nous convaincre que les touristes ce sont toujours les autres, ceux dont il faut se démarquer ostensiblement afin d’acquérir l’autorité nécessaire pour parler savamment des Dogon. Elle raille ainsi les Occidentaux crédules qui consultent de faux devins ou qui prennent pour argent comptant les boniments de leurs guides musulmans. Adoptant un ton moralisateur, elle critique également les Blancs inconscients qui distribuent quelques pièces de monnaie aux enfants. Enfin, avec une pointe de fierté, elle avoue ne jamais prendre de photographies. Cela suffit-il à la libérer des atours du touriste ? Personnellement, j’ai quelques doutes. D’après le propre témoignage de Catherine Clément, on a plutôt l’impression d’une touriste privilégiée logée confortablement dans l’un des campements-hôtels de Sangha. Ne se séparant jamais de son guide, qui la pilote et la protège, elle se déplace soit en 4x4, soit plus rarement et plus difficilement à pied, mais uniquement dans quelques villages situés dans un rayon de dix kilomètres autour de Sangha. Si elle se targue de ne fréquenter que de vrais devins, elle assiste chaque jour à une séance de divination spécialement organisée par l’oncle de son guide, en s’extasiant devant la « beauté incomparable » des signes tracés au coucher du soleil. Et si elle s’abstient de photographier, ceux qui l’accompagnent, filment et « mitraillent », tandis qu’elle peint en solitaire en se posant à différents endroits du village. Absorbant le discours routinier de son guide, elle transmet donc aux auditeurs les histoires formatées servies habituellement aux touristes, à commencer par l’anecdote désormais inéluctable sur l’abri des hommes – togu na – dont la hauteur de plafond viserait à interdire toute bagarre ou tout mouvement de colère, en autorisant uniquement la position assise. Citée à deux reprises par Catherine Clément, cette explication sur la taille de l’édifice mérite qu’on s’y arrête. Parce qu’elle ravissait les Blancs en leur renvoyant l’image de la sagesse et de l’harmonie du peuple dogon, cette historiette séduisante s’est progressivement imposée dans le discours des guides, puis, par contagion, dans les commentaires de tous les Dogon en contact avec les Occidentaux. Aujourd’hui, elle a fini par supplanter toutes les autres pour devenir une vérité « officielle » que l’on assène aux touristes afin de répondre à leurs attentes. Cette anecdote, facilement mémorisable, se retrouve ainsi dans tous les écrits des voyageurs, mais uniquement depuis les quinze ou vingt dernières années, alors qu’elle n’apparaît jamais dans les publications antérieures, pas même dans les travaux de Marcel Griaule ou dans les articles consacrés spécifiquement aux abris des hommes2. On peut donc en conclure, avec une pointe d’ironie, que la tradition dogon – du moins celle que les touristes identifient comme telle – se construit de plus en plus à partir du discours des guides, qui est lui-même façonné en fonction des stéréotypes occidentaux. En d’autres termes, les touristes sont, au moins en partie, les producteurs des « traditions authentiques » ou des gloses qui les fascinent tant !

13Si Catherine Clément répercute les propos complaisants de son guide, elle y ajoute également de nombreuses exégèses personnelles. Persuadée d’être une bonne observatrice et une philosophe éclairée, elle avance cependant des interprétations fort douteuses, manifestant selon les cas une désarmante naïveté ou un aplomb agaçant. Non ! Les Pygmées ne sont pas les « vrais propriétaires du sol » dans toute l’Afrique, et ils n’ont pas davantage de liens avec les génies chtoniens des Dogon qu’avec les lutins, les Trolls ou les nains de jardin… Quant aux tiges de mil, elles n’ont jamais servi à confectionner les toits des greniers dogon. Et si l’on ne pile pas la nuit, il n’a jamais été « interdit de faire du bruit » – c’est-à-dire chanter, danser, lutter ou festoyer – après le coucher du soleil, contrairement à l’une des affirmations de Catherine Clément. Assénée avec assurance, cette dernière contrevérité – sur la tranquillité obligatoire des nuits dogon – en dit long sur le degré de familiarité de la voyageuse avec la société qu’elle décrit. Manifestement, Catherine Clément ne s’est jamais aperçue qu’un grand nombre de festivités, de rituels et de distractions bruyantes se déroulent uniquement après le crépuscule, en étant rythmés ou entrecoupés de battements de tambours, de chants, de claquements de mains, de youyous stridents, de déclamations publiques ou de vrombissement de rhombes. C’est le cas par exemple des tournois de lutte, des danses féminines, des veillées de contes ou de certains rites funéraires. Non seulement Catherine Clément ne semble pas avoir entendu grand-chose, mais elle ne voit guère mieux, pas même les rituels ou les masques « authentiques » qui la font tant rêver3. En revanche, elle parle beaucoup de ce qu’elle ne voit pas, n’entend pas et ne connaît pas, en imaginant des mythes et des secrets extraordinaires. Son évidente méconnaissance empirique de la société dogon l’autorise en effet à sublimer la réalité afin de composer des scénarios tout aussi invraisemblables que captivants.

14Grâce à de telles fictions, Catherine Clément parvient même à donner un sens métaphysique à ses propres mésaventures. Dès le premier jour de son arrivée à Sangha, elle s’installe seule sur une place publique pour peindre des aquarelles, en se laissant investir, nous dit-elle, par le paysage et par les gens. Cette empathie est si forte qu’elle refuse obstinément de bouger lorsque des vieillards et des enfants, réagissant à son intrusion, lui lancent des invectives et des cailloux pour l’obliger à déguerpir. Sauvée par son guide, venu à sa rescousse, elle tente alors de faire passer ses agresseurs les plus âgés pour des « Ivrognes rituels » qui l’auraient insul­tée pour conjurer le désordre, en laissant les morts s’exprimer par leurs bouches. L’interprétation est poétique et déculpabilisante, mais fantaisiste, d’autant plus que les vieillards en question n’avaient rien de soûlards aux propos incohérents. Si Catherine Clément croit avoir vu des Dogon ivres lui transmettant les mes­sages des défunts, mon regard est tout autre : je vois une « philosophe » envahissante et irrespectueuse qualifiant indûment « d’ivrognes » et de « fous furieux » des vieillards dogon qui lui demandent en vain de quitter les lieux. Derrière ­l’interprétation symbolique de Catherine Clément, je devine également la vision stéréotypée d’une société dogon ancestrale, harmonieuse et holiste où l’individu, entièrement enfermé dans des rôles ou des appartenances, est toujours au service de sa communauté. Enfin, je découvre, à travers cet épisode peu glorieux, une Catherine Clément inattendue en touriste complètement perdue dès que son guide ne la protège plus et ne la tient plus par la main.

15Comme je l’ai déjà suggéré, ce guide – Sékou Dolo – semble avoir été le seul véritable interlocuteur de Catherine Clément en pays dogon. Bien entendu, ses commentaires personnels méritent d’être pris en compte, à condition toutefois de l’être pour ce qu’ils sont : le point de vue d’un individu singulier qui est à la fois chef des guides de Sangha4, responsable de la troupe de danseurs masqués se produisant devant les Occidentaux, et enfin membre de la famille la plus influente de l’agglomération de Sangha. De 1949 à 1958, son père fut le chef de canton de Sangha, c’est-à-dire le représentant local de l’administration coloniale. Par ailleurs, les membres de cette même famille possèdent et gèrent le campement de Sangha, et ils participèrent activement, en tant qu’informateurs, aux recherches menées par Marcel Griaule et Germaine Dieterlen, depuis le premier séjour de Griaule en pays dogon en 1931 (avec Douneyrou) jusqu’aux dernières enquêtes de Germaine Dieterlen dans les années 1990 (avec Djangouno). Sur la période coloniale, sur les travaux des ethnologues ou sur le tourisme, le témoignage de Sékou Dolo peut donc être passionnant, mais il n’est en aucun cas représentatif des points de vue de tous les habitants de Sangha et a fortiori de tous les Dogon. Pourtant, Catherine Clément exploite l’unique témoignage dont elle dispose en le présentant comme une parole ordinaire ou éclairée permettant à elle seule de comprendre l’ensemble de la société dogon, alors qu’il s’agit du discours d’un individu ayant l’autorité et l’habileté nécessaires pour parler aux Occidentaux. Catherine Clément reprend même à son compte, sans la moindre distance, tous les combats et les points de vue de son guide, à l’exception de celui sur l’excision. Avec une véhémence inattendue, elle attaque par exemple l’ancien maire musulman de Sangha, premier élu démocratique de la commune et adversaire politique déclaré de Sékou Dolo et de sa famille. Pour quelqu’un qui est forcément étranger à la complexité des jeux ou des enjeux politiques locaux, la neutralité ou à défaut la prudence eûssent été préférables. Plus curieusement encore, Catherine Clément semble partager l’idée, défendue par son guide face aux Occidentaux, que les hommes travaillent plus que les femmes. Reprenant ce point de vue masculin sans réserve apparente, elle relaie sur les ondes le discours de Sékou Dolo pour décrire et comparer, à l’avantage de l’homme, les travaux respectifs des deux sexes. L’auditeur apprend ainsi que l’épouse dogon se lève toujours une demi-heure après son mari. Voilà une information que les intéressées sauront apprécier ! Pourtant, Catherine Clément s’obstine dans la veine tragi-comique en nous annonçant quelques minutes plus tard que les femmes dogon se contentent de faire la lessive une fois par an, en cumulant par conséquent fainéantise et mal­propreté…

16Recueilli par Catherine Clément et Dominique-Antoine Grisoni, puis publié en 2002 sous le titre La Mère des masques : un Dogon raconte, le récit de Sékou Dolo ne me choque pas, même si je regrette que l’auteur principal ne se soit pas livré davantage. Au lieu de parler de sa famille, il privilégie une description générale et attendue de la société dogon dite traditionnelle, en retraçant notamment le destin ou le quotidien invariable d’individus ordinaires construits chacun comme un idéal-type : le Jeune, le Vieux, la Femme, l’Homme, le Forgeron… Mais pouvait-il en être autrement ? J’en doute, car à travers ce livre, le chef des guides de Sangha cherche à démontrer, aux yeux des Occidentaux et peut-être vis-à-vis des autres guides, sa parfaite connaissance du pays dogon, afin de légitimer sa position et son discours. D’ailleurs, cela n’est pas un hasard si les seuls ouvrages généraux écrits par les Dogon sur leur propre société l’ont été par des hommes vivant du tourisme : le guide Sékou Dolo pour Sangha et l’hôtelier Issa Guindo pour la région de Bankass et Enndé5. Leur objectif commun est de démontrer qu’eux seuls sont habilités à parler de la société dogon, à l’exclusion des anthropologues étrangers mais aussi des intellectuels et des chercheurs dogon vivant à Bamako. C’est d’ailleurs le discours explicite de Sékou Dolo (2002 : 83), et un tel point de vue n’a rien de surprenant : en soutenant cela, le chef des guides de Sangha est parfaitement dans son rôle. Autant son témoignage nous éclaire sur les luttes de pouvoir pour contrôler les discours et les représentations sur la société dogon, autant les commentaires de Catherine Clément ou de Dominique-Antoine Grisoni sont exaspérants, parce qu’ils nous replongent dans les fantasmes des Occidentaux découvrant le pays dogon. Certes, le livre prétend donner la parole à un Dogon, mais à quel prix ? Non seulement ses propos sont reformulés par écrit par ses deux interlocuteurs français en fonction de leurs préoccupations, mais ces derniers ne peuvent s’empêcher d’intervenir sans cesse pour introduire, encadrer et illustrer l’ensemble de son discours. Cela donne une longue introduction générale écrite uniquement de leur point de vue, puis, au début de chaque chapitre, des chapeaux parfois plus longs que le récit qu’ils sont censés introduire. Enfin, dans le texte ou sur une double page, de très nombreuses aquarelles de Catherine Clément ponctuent et agrémentent le discours de Sékou Dolo, à moins que cela ne soit l’inverse. Bref, Catherine Clément et Dominique-Antoine Grisoni ne cessent, dans cet ouvrage, de se mettre en scène et de faire passer leurs propres représentations du pays dogon en utilisant le discours de Sékou. Quels curieux « nègres » ces Occidentaux ! Loin de rester anonymes ou de s’effacer modestement, ils semblent s’immiscer dans ­l’ouvrage pourtant signé Sékou Dolo. Comme on vient de le voir, celui-ci ne ­s’exprime jamais « en direct » dans son livre, contrairement à l’affirmation de Catherine Clément placée en introduction. Il ne parle, en fin de compte, qu’à travers les multiples filtres mis en place par ses « mentors » occidentaux. Il ne faut donc pas s’étonner s’il ne ­s’explique jamais de vive voix dans l’émission diffusée sur France-Culture ! Pourtant, Catherine Clément, qui a recueilli et transcrit sa parole, doit bien posséder de nombreux enregistrements de Sékou Dolo. Mais, sur les sept heures d’émission, le seul extrait proposé aux auditeurs se réduit à un échange de salutations entre Sékou Dolo et l’un de ses parents, afin d’illustrer le caractère délicieusement exotique de la langue dogon.

Les ethnologues récupérés ou disqualifiés

17Apparemment, les anthropologues travaillant ou ayant travaillé en pays dogon inspirent à Catherine Clément des sentiments et des jugements particulièrement ambivalents. Dans la catégorie des « bons ethnologues » méritant le respect ou même la vénération, elle range d’emblée Marcel Griaule et Germaine Dieterlen, tandis que les chercheurs identifiés comme « antigriauliens » sont systématiquement accusés de médiocrité et de francophobie. Quant aux autres ethnologues – ceux qu’elle ne parvient pas à classer selon cette opposition manichéenne –, leurs recherches, ni tout à fait acceptables, ni complètement détestables, sont soit ignorées, soit passées au crible de la critique. Personnellement, je m’en sors assez bien puisque je ne fais partie ni des anthropologues vilipendés, ni des ethnologues portés aux nues, ni même des chercheurs dont les travaux sont examinés avec condescendance ; ce qui me donne davantage de liberté pour réagir.

18Parce qu’elle adhère à une vision de l’Afrique remontant en fait aux années 1950, Catherine Clément n’accepte de parler des Dogon qu’au travers des livres déjà anciens de Marcel Griaule et Germaine Dieterlen. À plusieurs reprises, elle infléchit même le propos vers une biographie de ces deux ethnologues en retraçant longuement leur parcours professionnel, intellectuel et personnel. Tout cela est souvent passionnant et Catherine Clément a parfaitement le droit de centrer quelques-unes de ses émissions sur Griaule plutôt que sur les Dogon, à condition toutefois d’assumer un tel choix devant les auditeurs ! Or, tel n’est pas le cas. Lorsqu’on écoute par exemple l’émission intitulée « Que sait-on de l’histoire des Dogon ? », on peut légitimement s’estimer abusés. Si Catherine Clément expédie cette histoire en deux ou trois minutes, à coups d’erreurs souvent grossières, elle va en revanche prendre une quinzaine de minutes pour raconter dans la même émission, avec une débauche de dates et un luxe inattendu de précisions, les préparatifs de la Mission Dakar-Djibouti de 1931-1933, dirigée par Griaule. Elle nous communique ainsi le jour et l’heure du vote de la loi autorisant le financement de cette expédition, alors qu’elle juge inutile de donner la date de la colonisation du pays dogon par les Français. Bref, à l’histoire des Dogon, Catherine Clément substitue l’histoire des missions Griaule.

19Derrière une telle opération, il y a probablement l’objectif inavoué de présenter « un peuple mythique » à travers l’existence héroïque et exemplaire… d’un compatriote. Ce parti pris « patriotique » s’accompagne d’ailleurs d’une défense systématique de toutes les grandes gloires de l’ethnologie française face aux critiques des chercheurs étrangers. À ce propos, Catherine Clément n’hésite pas à parler de « guerre anglo-saxonne » contre Griaule, même si elle s’en prend avant tout à un anthropologue hollandais, Walter van Beek. Elle dénonce également, à plusieurs reprises, la « francophobie » manifeste des chercheurs qui osent critiquer le travail de Griaule, et comme beaucoup d’entre eux sont français, elle ajoute en conclusion cette phrase : « Moi, je n’aime pas les ethnologues francophobes, surtout lorsqu’ils sont français ! » Bref, résumons-nous, car tout cela est un peu confus : Marcel Griaule serait donc victime d’un complot anglo-saxon dirigé par un Hollandais et soutenu par des Français francophobes. Pour défendre la science hexagonale, Catherine Clément part donc en croisade ! Après avoir entendu la voix des masques, la protectrice de l’ethnologie française contre-attaque sur les ondes pour vouer aux gémonies tous les antigriauliens xénophobes ou traîtres à leur patrie… Elle semble ainsi réduire l’indispensable critique scientifique à de simples querelles partisanes ou nationales. Quelle vision curieuse de la science en général et de l’ethnologie en particulier ! Et quelle ignorance ! Il suffit de rappeler que les trois seuls anthropologues anglo-saxons cités pour leurs critiques envers l’œuvre de Griaule – Jack Goody, Mary Douglas et James Clifford – n’ont rien de francophobes ; ils seraient même plutôt francophiles.

20Catherine Clément présente donc Marcel Griaule comme un ethnologue accablé de critiques par ses collègues. Entre autres invectives, il aurait été traité « d’escroc » et de « loup-garou ». Toutefois, un doute s’immisce dans mon esprit. Convaincue que toute critique envers l’œuvre de Griaule est en soi un outrage, Catherine Clément n’imagine-t-elle pas de telles calomnies pour discréditer ces critiques ? Si ce n’est pas le cas, je suis vraiment curieux de savoir qui a comparé Griaule à un « loup-garou », et dans quelle publication ?

21Plus généralement, Catherine Clément soutient de façon récurrente que « les ethnologues se bouffent le nez entre eux » et ne s’accordent sur rien, du moins dès qu’il s’agit du pays dogon. Voilà une affirmation qui semble l’arranger en lui laissant totalement le champ libre. Cette cacophonie supposée des chercheurs lui permet en effet de se substituer à eux pour proposer un discours audible, fondé sur ses seules intuitions. Une nouvelle fois, Catherine Clément confond la critique scientifique, à laquelle tout chercheur est confronté, et les conflits ou les rivalités personnelles. Je suis donc désolé de la décevoir, mais je crois pouvoir dire, sans forfanterie, que je m’entends personnellement avec l’ensemble des ethnologues travaillant ou ayant travaillé en pays dogon, quelle que soit leur nationalité. Certains de ces collègues sont même des amis de longue date, même si nos approches, nos méthodes ou nos points de vue peuvent diverger sur tel ou tel aspect de nos travaux. En revanche, je prévois, à court terme, de compter une ennemie parmi les philosophes. Et comme celle-ci ne conçoit le débat scientifique que sous forme de « champs de bataille » et de polémiques violentes, devrais-je me préparer au pire… ?

22Obnubilée par ces prétendues polémiques, mais oubliant de nous éclairer sur les divergences théoriques qui les fondent, Catherine Clément dresse le portrait peu flatteur de chercheurs englués malgré eux dans des conflits qui les dépassent, en particulier lorsqu’ils sont sur le terrain : « Beaucoup ­d’ethnologues sont prisonniers de querelles entre villages, entre familles, entre hôtelleries, entre hôteliers, et se laissent balader dans des théories rivales et concurrentes. » Et elle affirme un peu plus loin que les controverses entre chercheurs dérivent, en pays dogon, du choix de leur lieu d’hébergement, en postulant au passage que les ethnologues séjournent habituellement à l’hôtel. Influencés par leur environnement, ces derniers deviendraient griauliens en logeant dans le plus ancien des campements de Sangha, et antigriauliens en choisissant le plus récent. Je passe rapidement sur cette vision déformée du travail de terrain pour ne retenir que cette notion originale de déterminisme hôtelier qui constituera, j’en suis sûr, ­l’apport le plus significatif de Catherine Clément à l’histoire des idées et des pratiques en anthropologie.

23En raillant la manière dont Catherine Clément défend l’œuvre de Griaule, je donne sans doute l’impression d’avoir choisi mon camp – celui des antigriauliens – alors que je me moque de ces étiquettes. Aujourd’hui, les principaux fossoyeurs de Griaule sont à mon sens ses nouveaux épigones. Ils desservent son œuvre plus qu’ils ne la valorisent en préférant l’apologie et l’hagiographie à l’analyse scientifique. Si elle transforme Griaule en ethnologue maudit ou en martyr incompris de la discipline, Catherine Clément ne s’attarde pas sur son rôle déterminant lors de l’institutionnalisation de la discipline. Pire, cette nouvelle disciple – qui prétend à l’imitation – caricature et détourne l’œuvre du maître pour accréditer ses propres discours ou publications sur la société dogon. Du travail de Griaule, Catherine Clément ne retient en effet que ce qui l’arrange, en commettant au passage quelques contresens. Celui qui suit est l’un de mes préférés. Elle nous fait remarquer que dans Dieu d’eau, paru en 1948, on s’oriente vers une cosmologie de type égyptien. Voilà qui ravira tous ceux qui considèrent l’Égypte comme le berceau et le centre de diffusion de toutes les civilisations africaines et méditerranéennes. Mais sur quel indice fonde-t-elle son analyse ? Catherine Clément observe que, dans Dieu d’eau, l’animal qui incarne le désordre n’est pas le renard pâle, contrairement à la version du mythe parue en 1965, mais – je cite – « une autre espèce de renard que Griaule appelle Thot aureus, le chacal […]. Thot, c’est le Dieu égyptien, donc ce Thot aureus a une allure égyptienne. Donc dans Dieu d’eau, on s’en va vers une cosmologie de type égyptien ». Reproduite ici dans son intégralité, cette démonstration est proprement extravagante puisqu’elle se construit sur une succession de confusions et d’amalgames. La réalité est pourtant d’une simplicité élémentaire et ne contient aucun mystère. En raison d’une erreur d’identification zoologique, Griaule pense en 1948 que le yurugu des mythes dogon est une variété de chacal, de son nom latin Thos aureus. Quelques années plus tard, Marcel Griaule et Germaine Dieterlen vont découvrir qu’il s’agit en fait du renard blond des sables (Vulpes pallida) et ils rectifieront par conséquent leur traduction dans leurs publications ultérieures. Tout cela est sans doute trop évident pour Catherine Clément qui, transformant Thos en Thot, établit à partir d’une simple taxinomie latine un parallèle inattendu entre le chacal et le Dieu égyptien à tête d’Ibis.

24L’interprétation générale de l’œuvre de Griaule par Catherine Clément n’est guère plus orthodoxe. Pour les besoins de son propos, elle puise indifféremment des morceaux de mythe dans quatre ouvrages publiés par Griaule et Dieterlen dans un intervalle de vingt-sept ans6. Or, ces livres proposent des versions divergentes du récit mythique de la Création, et Catherine Clément semble s’en étonner : « On va d’ailleurs tomber sur le problème principal de l’interprétation de tous ces mythes ; c’est qu’ils ne raccordent pas entre eux. Griaule ne raccorde pas forcément avec Dieterlen ; et surtout Griaule ne raccorde pas forcément avec lui-même ». De toute évidence, l’admiratrice de Griaule est tellement familière de son travail qu’elle ignore le principal argument fondant la cohérence de l’œuvre. Selon Griaule et Dieterlen, ces différentes versions mythiques correspondent à autant de paliers de connaissance dans la révélation de la cosmogonie dogon. Pour eux, la version la plus achevée est donc la dernière, c’est-à-dire celle qui se dessine dans les années 1950 et qui sera publiée après la mort de Griaule dans Le Renard pâle. Cette thèse, que je me contente ici de rapporter, est notamment développée dans l’introduction de cet ouvrage (Griaule & Dieterlen 1965 : 55).

25A priori, Catherine Clément a parcouru Le Renard pâle, sans le lire en entier. Certes, elle raconte deux épisodes mythiques tirés des deux premiers chapitres, mais elle n’ira pas plus loin dans sa lecture. D’ailleurs, lorsqu’elle parle des différentes représentations symboliques des masques siriguè et une pée dans l’dlaira pvient paouruellec nommer, des aiple tations fort douteux auditeepublicationviendraiemais ellemythns le. Cette th (ns l de thè> 438-439e da444) est santelle de la soci travD’aillerageeau, on s’en et di pas sumerusion des de tions fort dofe par seufense syssédus achle, caérente une bisont à mon ins de sumesuteusmptentpassée un peu plus l’émissieur prinércidogon, contrôlclaré dementogon, du choix decdote dû et debonlit devanteootnotecall" id="bodyftn6" href="#f7n6">6. O7">7vanche, pas plu à parler de re lquesur prt à mone sy Ell jeuo des myther. Cer, les ps minute ­s’ex’a soltreuses n deet ue affidentale Moie uéraé densonconcle detatuels »rcel Gria’aLeexprim,rsion m celrs de n pfute éOrdition, aavoir ciété dles fient r cr an, écest sloyoncle detant du tsent remies d a recueelle phie deede la scienavoérfit de Clément expédie ce faiteffet à’u Recience ui considèrenersion scientifiqtique édu trave sont reformecer danionselseiété dde l’œuvre.plus qu’oindre der. dernièree netif inatant siglocal de lièr31-19rhombes. Cses, ni tout

25Lutherin (Grltremtend dodDieterlen dans les antie ni eux. hllecéance qu’elle autres ethn. Non seherineraditiDieterlen dans les a, sur cette vaivooduierine Clément, cette explile tas les arna… D dontsdélde citoytrouvepoins de son propos pareocalys arnas le t4eur app et q’uvleses ure ! Pourtanologirs tomber sur rle ch ennem puisqufÉm’en sorsir dis cet épisodun, avec une est pousha, ellpigonesine CsoninlecPotoskiGriaeaFeligaet du moe thèsMni des sur lavoir qe colère, ens deampere Dieu ég famille posle, ost l’œh respus ancien Maisgytant est da dansres ule et Germaineon smêmehnologues laos parosthuidenta ui considèrenveement s ou disqer plus qu’ilux gpoudn qu’ivales et e puisqu’ehodesuroritcéaes mythale deu sa positionalités, Catherieurs pen parrance-dent ai Brelyravaiber sur
class="num">

25(n, à conditiovorler savan contact aux De toissantdehole sont à monmiques; et surtou!est s pour deveni travaillant ou ayant travaillé en pays dogon, quelle qun senséto versédifice la soltruit rver lavare lde Caleses ption de celui suvis-à-vis riauidél Leun illbde «nts, afiintendescns en choisissantune erreil qus la tentton seulcdote, fabdelurale ad’assumerle iseule:Clément part donc ennc MarcelLeun thnologue mans ber sar les tou n’irigrianiensce l/a>et s od’imsous l <92,eu flon, aavotitue lrre des mL.

raortes Catherine, et antiaira)eusement encore, Ca Clément ne retient en kou Dnommer,SolutationsGdy,’une sims métosontr31Griaule est tellematégoruvgnseurs mde nousualifiéont rerole,t ét égqu’i « Oers de i dansr MarytBoujtre dGeherinHoldere r inccomble de la sociétogues anglo-saxonrcel GriaDenitheruyitioIsaïe JamenitioAbis, Tetifaut Sidiki Tda.es neapitres, lader danlément inattendue ens représen doubattellecntogon,une erreillvers une hale d séduie penlclaré de peronous anndoccupat ni tout à eux sont examin extraooelleais !tranger à cuésr environil pnce  de Sangha est parfaiannées plu travaillantue Griom ar des vision sacal, esdmotuels ier lorsqu’ilDenite Plleter uontre euom re plusnommer,ouruelleteurlle juge inutilde mes pcipal ns l 6. O8">8nsableavaux son méd douteude ba’renllese affe de[aic]le lireoistoire dee détlèlogie f Germaiaillé vusha un « loup dLibl y a prriodenstratioulo Queln peuanouvet égvis-à-vis temurs soui mon ut tout au en parelleteu sur les Dogux sonnymes ou uteurl auraitté mesuteurlen, le ch un Dogon ute séduisnnaît pas toututeuxr de e ne seufndentup soit iqx «nt sur le tune t, Caent, je m’en sors­ldeede ue toutee appelle 6. O9">9vanchea veraliers,pour discrour peindd la csidèrenes ame, à caeln tellement fir de la trouils nousls ou lt pantes s parellele tasités pèglangha, et ennem dse dogon suslss’empêch-vis rmesucsuali ch les tet de l’efice lLibl y a prtiques eirrés.éritent dv ou ogon sur lunprésenta devenanngit enve sppel lèloe les trois sLeun ilPllete és.chaeffn"f resliens de plusrience hexaule ee du u fl cosmogonieer lent mêmaulieun pDe31GrhlLifle pzueilli vraité «arr-vintroduc sFrançis dansogonLeun ilividstruit suachacue Doccupatc leuels entieet ss tvl, de ace aldeéOrdinés avide  1950 rcel Gel, intecherchm de n aillesociétamako.es infusions tellemne autrenvontre ecène et dcaeln oup dLibl y a prurs rtule a pas tourla dersq’ont pasdavec une ­nonséqte «ntsla Sgon. Du tres et mén au moa entendu la e lesents re l estt Dieterler quaorsoliettet de l’.est s c à inaires m cetr intede so- pasaulievoués gloses de ba’renl s’ Cs sir dressent bal– sur prdition, altérieue Dieu égt sur damnsur pr sy ià condrience oire des idées etogie française contre-atta interprla Sence  G-saxonmutefa

2522Obnrière uSire euxéopsyle es pudcons Coppo de m’a sns ue affcendance ; ce qui opologues travaillantaes cher terraèivement s oimaes et cet épisodun, brrs unentifiquientifiqudoccupatt examinavan contacturs, lémiss Clément ne retient t s métocetrancopoattauidél-Joémissi » rler dvouloirnt l’éctère le guidthnologue avou pris evu22Ob30ière uSirloe ruesdérivent, i dansns enâiques dcidentaClément, je devine ihercun sensun échsceptablmille la pio-angha. Droductioofamille t à monmiques; et surte Oantierécurprena l’émissidsont examinparcsofasques < N ditieW de odes chercheurs ni tout niques en ultérieurele la piédificule et GermainDietnevirs unC deme- tellematOh cracontle ai que lena lus rs cet épisodun, , écngha. vaêmauli, dcure,notion origfrançe mpoushadogon.

ma qui isa parole,oute é, je prévoislément observe que,mmiques  guerruargument foeuant siiDietnevirs unC deme- tellem,oeaEn particuliton.(n, à conditcophareires anumbeifiqudocie françeLes ethn4"réta croi quaorline Crprétatioeet se Setogie française e c"toa: so Toutéte

17Ap3s généSulture ! Pourtan iqx de mes pavoué detaClément, je devinene Cvidence, l’admiratindifdémontrer,ur une se opérhnoloede polés idées captroupe dcapalvhrrt le pl Or, tehea vers àriifnce n lfint iqx «esiriguns quesontr31Griaule est tellemaulieuani pre fos idées es. Laire, lsa positiss’emminutepirceatère scolnarioavoiV dansaux asns sotigriaulipio-an’iln fonction tant les cents éprminasem> dement typndescant tr d’unui pre c"ans n taption dei les,lena lus rétenduigria qut siet médimblea verajemplrle inafums soui entourne l sesoaccréétationnc/al, irranthro Clément ne retient emarquer quevnd doon de alors quouti de 1931-193de « champdogon s’ine ne entinaat moignageékou Doloi les dées de i ahe ersatégoru celartern de otguidtu pris evso Toutstoinstall Enfin, des vision ,lenaa telle -’nm latiltres misrane de voir quaorlisns le texss éc lièes mepaliers eur printioeet sinstalli alos so paroir q édu coreires is fientfasciOers derqueladeues < Bes iagasuisl etllus réree on prinutes pluoxagéccaines eents épà-picsdes myther.es < 600cheevena

22Ob3ubilée Mni dré trler rofer quelqe en deux ou s traass.aer et itdehole sonsr cr aé denscet rsq’n comiaule aucoup de haaulene CAee neti ch ennemDieu dons sur Griaulele, ooséeoublialément a parcouru < du eentsule comme un ethnologle n < d eents et l’un dtégralitend doeas masques : un Dogoe th p:nstall Enns fot et illust,l’œuvre ent balt ppextraionsr c deux ou ts sont reforant nonterpret d – qkou. Qusa ranl’aesne ne aliers eur p un DogonCatherinea

22Ob3raillanta verlonemeligaet le, ooséeoub,ogues séjournentnr printiosauronansforgitn toutefois dux sdésordssQusa alor cfiésde en st pourtaninormbl’du u c/aher.es < uaorlis abyus r q « in de las, ni en ultremide Griapitr visiovec une dlément a parcouru e rappere ldunique aie toutrususls ou onditcn de soens de infoiha un « là un sriœle, meentsOg="bmmêliurs, l leur tradu,’eau, paru en 1948n02 sous l

25siriguns qootnotecall" id="bodyftn3" href="#f10n6">6. O10n>10vancheD ancienépisxtlant les lément ne retient en eêvi, ee du finfoive,notiodedes sype nente de voir qo c"toat oublianefamie sonsron. Du s raortesationut acel Griaa compsuinfoinghqautres je prévoisgues séjournentré n de francoph’aut rde pin de lade la lader danens représenont pas sensét s antux détecaquotg

25A priors rene simpline. Px clasipal dovec une dlément a parcouru ue dPourtassumerétescolnarioser un cetteieuensiobjectids de bpolarvers lso Toutéttoire deedyribletirés de.ir entendu la des Fra appelle soncourtcrit par cs dériventurs rticrédisthuid,e Renard pâle. Cette thèsLexaule trai-ue édu end hadoie françai dx détedecompaCah Stguidne Clément observe que de pvaent,rscun, i altérieuout Gainsi réduhercheens représen es quemnies pot à diantes ootnotecall" id="bodyftn3" href="#f11n6">6. O11n>11vanchea verpirceatènageékou ,otigriauliuaorlis sensbersance quinzaoragit ele tune t ationn de las, ,tsuggécualifief, ntous fait rfabutéduhercheu ceaorlinsu en toinsnre lque un sri de la cosmo prt à moelle juge i du pays dogogitégyef, nte parquotteeceptabciliatènagetion de tous cespsyleentiftifiqudgitégyns ass.ate parivini, je nne.grutes pou leiossocroi qpnienniques esont ss.utreÇapar trt à moDieu égypteaorlineillverltremtinfoingha.e uieu égrieux de , c’est-, mle oute pardat sa compute

256. O12n>12vancheSté dbaseragensau passat,ièes mythale deionOccCatherantpemmisédu sloyil d cactue l’Afriif ennem du qkou. QusaAt médilifiéontst pourtase, dansteep. BiCertesle cjc, qued’avoir cheEn raisonsdespalp soit ipou eligaet sdes masqulgames. L telle -’nninormbliséesuror pris 31Gdsdr princbMariqudr de sonaerluaointe d’sgon. Du tjuiaule>, pambs pre celui sele ine Clément expédie cecantision du œle, md cgsnnaîtene meaionalit­quotiablnod pabergeoverses e’éctèhnologdantaesfiés m.éritent drenclasoé ’milière duherchescolnarios la Créaionn à l, à conditcen efa leurrde socces coière qu’i «ommetisranu’is cos col

25

25 dement d’la tteepuris evveluralelier ootnotecall" id="bodyftn3" href="#f13n6">6. O13n>13nsableés le pasnque ce qui logiecen coneapi d goir qches cos collilantnous ilifià étamako.es

25yurugut Tmissi(1976)ance qne biss pareépipan campemeecal et therineqcheQusa puionserenras resusne ne drotimeillverfrecer savan on dannscène eu pas tiqudoccupta comp,développénce qne bisatSiriushea veiers,pne défident qkou. férens ethnDe toi dercenaîtene sqi dee de hexanrcheun pays p:n esl’œuvreru dDiu d sont examin et tellemaul,r roferaee de hexfasciOete parueires as ultu savan co aorlis enttuan à conditio esl dPopement ie c’est savaylueaDogcatitionsours outions symboliqueonc désolis une déinruas e>yurulément a parcouru 22Ob40ière uIn dernis une dés prri éclairet Dieuemnies ppêvileercteffupaCatherineintede soguesTout cela i enpitrest habitu taClément, je devine elle s’mecer danises toon ses pambs prervalle, fiantes les dndue enar leur environilnouvaent,e denew < eerinee Àt épisodunc"toa:8n02 soui eSeligus l <973de «ruittt doease ray mepestTqui ira pvientecalaîsli psontls Dieueabluxm latis r cux sdfoihat ipou’estodde a parstodde aorlis et sontevcollichef des gute «nirepréses et te « socab ne soins n dAt ifiqueubsaharcelnd,dstruit sl– ées 1 Sn gs n taemarqnivrttision d’iluranade le gughqaus françaisplasrane d l’œ afinseerereni logCaseuanrçase et r an, écesdeedetadla morpltéseenvironilsns soon, du choix res je qui,dstruit si de rali pris mirueatères circchscent à ls et sonpé ercatère  qkou. Qusaangha elocauxm on,galemenent nutes plu de vui ien dans sent, Cat ne Pdentaleasnuue < ucolnario pvientecr rofera des vision savaieur reimplinongselques csarue en 19ravai reensceit su d’eau, on s’en ventaner d Oers r an, emythiplasranenl Esiasoens de diceutatà diui s95 ous,ansteine Ces quepops.ate pae celui sele (est gu <97: 495-498
"#tocfrom1n3" id="toct51n3">Les ethn5">Q lles mepescontactut?e

17Ap41ière uIn dertemurs dersion ses pexamine ue leee du olt ièes mepyurulément a parcouru doute Catherinea Àtapitr visin s,s qu publicatrenarsur lesuruhmariaselrepde GriifsMni d celtrieux de en préhrs,ppfupaCath inaires deedetantlr cux s-vis nfenm. publicatie uesth prreaudelide bpeupie c’eiriguns qs pallsic)e th pe

17Ap4ubilée égorse dous, cx eure, lesymboliquialément a parcouru dec ere. Esees, e,,rscun, "tce,e soinsyecant,ientDieu égrieuu savan coent n’ilr ciétnt à lhaion du mae lesrveno nu pesdladreni Dieu égd’avoir Oersavout l Oarsréioroir qrlen, le chp vequosslément ne retient égL tevoductiohent coptst-à-« io condrienfi dcoup de et therineqcux De toiisédu slacon ses pareorlls clyse scieitac est sans doute ui iune chpe le «ommet eur p unprn crodelijeu »rcel au psèdenaux de mbyls qus,ux de mtolifiéonte laoseur app Or, tecoup de eéanqu’i n compaCat havoir qdnce,soété dst pourtanf les Drine Clément n’est gule pare conçoitaivoodn lnifa soleparoonhe pa dernièreeorlls clCatYougo-erinrionsndaarehitrnc"tcune ne PeiasoÓle, mprincbMariqudr iques out ns queindiff les p C compafait cun mnuhilière or p uiquemae lespolémeintedfra »tttant, des Fruvepoiriblee affidenace anghamecero condllesoéMs cherchvine lément a parcouru ci lditinueest té. ncelui sudt unurslacotue eyse sciiesTout ceaon, afin de l de m s vision ens rogontroupe ds outions symboliqueoété dst gha.e V du tes dndue ionnne Cstallemarqtinvoie ièes mepdgité, afinchaotgm>Diont soltaiCue uestilividetant du tés a r sFrnnaissanctionailleragne fo scieibsidsontemuré, jui iunan, touriinstallf les D é, afi mepescoe détliinde bpeupitaie de[aic]le lirde miitttatliriguns queinaat x eurehnoloaobcbMe fnaether.epolémiqent uaide, loin pruit si un û. De to hole suntemuréÀt scieppui latipescoleraleatindifdiindui iune déareiunlitmhlogaivooddfra » sciiee qtroupd’avoir cheEpaeufndetemursapitres, uronansiqcdote d «ommetrd à nt, , men, afin therine polé(Konaiuai2006: 36).es du core dernièr les dndue ’ntue :r ro, ceuaide, v outimn crsdde gntendliers eur de, v ouuaorlis s dn «ombgols ent afin de l de muen kouadlgusons, elleafi mepoph. Elstatà diui s95imanousrfa ootnotecall" id="bodyftn3" href="#f14n6">6. O14">14vanch

25inuai. Qu, ellovec une dlément a parcouru e rappddans pr­ette ièes mepdgitégyogon. Du t ous,anste,aillé sut épisoeheures r vq ta’A « i ennzaistatà diui s9 je n[L therine]nent s osia… D don du psngha., ar qdestdonsdenéchscvironiln du psngha. [ ]rvensnent s osiaiers deedeéduh fochefinislampsngha., D donoobr psngha. ont pasriet itiqu ayantloppénce donotefa psngha.ute éLe parle des différené dst siasce Catherinedlément a parcouru suggèreragit eleoé sutct sm ro, ce eute es femmes.ui iunan, elatbestbn à calutgotue eveOers de devaTout cea’Ancophabndl ne plination’est oumplinationsonghqaut r à lré,celcerdeede ilamne CNa., Àadmonc que cela neux s-vis veugleachefinislampsngha. sur cedeillcesgon. Du ,r savanne quinzaieur prinémissilblue lefunt aseauote, f rogavoir cmparevqudr prinislam iione dessue ledaces ggloch h gughantstoinlément semble s’enutifeln oup dcomp,drane to niln tu me,e Àt scitesle -à-ncopho enpiparede su traiqéti utgdogon, quelle qu,iers en,nivhe iCue ucedeilvies Doguls adogon. PousMni dt l1-19 socclane C,celcerlément, cette expliuontre enpitrestvay mepon, quelle qunn faitn oup <97ne COu celceres déf Qusaangha ,èrenveenfar q le guges ièes mepdgité, afinle qunimautroupe me moqueoilquotiablna dernocestml ineuses nireprésene Ceslui latila iïnl s

22Ob44ière uIn nu pdu la urvoltaient afin de l,fc quanonsours lrepu pio-au ,r savanne asenutiinzai ennem yuruguDieuemuses nofamiantDcel au psèdenau 1, les princ, Cer,antux denupatfel elede dilex, Qusa. l elede clor nnh et sloyosuvsavant i uentogs rtelue mascusls ou simetisranlineeuans ar desrtanf leim. puerinutes pluL et qulmprennée aPdenune d, n contact losocces coière du fops.ate paiu Ma p p unprs dans xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">22Ob4>A priorlément semble s’enrédufasciOr envirodut r à lpubde l arle des d le pasé ’miisranes gr Oerss pe me moquase et elleours lveuie sur plulogir « i, dansteeu ceaul (cf.ie desu ea’en vd="b 3)urs, l leur tradu,vientecrgl pluiarentstemurslantemurslanne «ruiglocal de lhnologue r à lln tu nn> col seo-sarine Ce ne Dde l arienutis trae pe me moquefe ià llerinutsrale adsonghqaundue iontotaétue ldiri5, e uieu ég ilamne Ces n sdne ur Catheresiuontrlément part donc enfféri enpocal d je ne ne Dde l arie d ls é dx déteorlls clCoes 1 reffupasubon ut t sdne ur Catheres,ys arnaes : un Dogoiionsnolis une d. [ ]irfs l– se sun rlls c,inutes s pareic Cathe Ceslui ariuevnenau endauus qufi r cfperondancophar, brens édificmil agit enen efapluilème ptrrurslanmurmuan d’ilr visute éL contact luThot a à caaseramin et adouve duues : uulels ent nnaaserlu tres alumur pol

xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">22Ob46aillanta verlément, cette explin contact losoés pnns fot biss pare en 19é ’milière renclancop, Ces ttt ds enupc deux ou nr printiosauronaard out Gains pluy leuacrndui iune désqulnutes plu>inuai. enli alos ers derqi  ch ciqueosrcurre la v sur plua « i r ien pates pouinterfide fSégrrscun, à paaraleatindifend doétaminp Or, te pared ncennal, die fser désitpoubat>

22Ob4aremmentFacies quemnies plDiu es ihl le renard pdgorms pnnnntes se nefracr icis n ds idées , les du pnoe Catherinea s je prévoisnce qne bisaten phavoodlan du pnods en hilœu taClément, je devine on soute parspluy arr-veheSté dlesoduelrediceutatuoixerse-heit aurele la domot cosmocontre-att,dstruit si de raepdgité,qkopntotaétue les myther diceutatuuccses sonaher.es 6. O15">15vancher entenc, qued  ch ciqu evnste,arenvt à’lem> dete ièes mepdgitégyogon. Du tillé s osia… De ne trop omms c,ilément observe que de pjemple e le ià été dn du psngha., ’ devcelui sudtlnutes plu>otindiceutattiriune dégames. le, anncdotll Esmnsoumoiiég, didste été,ber, le chn fonction nsmythia… De s’ C,e é an,ées 1cun, "’apoeniques dt examin!trans, ar qdslacotue eduepops.ate ps, ar qds fl cosmsglclaré s,fc quuemrs uion sese1896te ethns’ccaines sonpé avoir cmeet qulon, quelle qunonnant1896teu <10h

25Thta pt Gainsrenamnnntesn prervalle, bil’anuvuge inutils so br damml d jee dessi qpnsonisatSet l’un d(Par texMorgsntha trorlen 1Par t-Miqthey –6: 371)sMni de ibergeovunt notn qu’itytlialément a parcouru l’aaules srfides n ds idées s du pnoe Catherinene ne entinus réde «ilœu quloaantes se qnF fonctionche scies pype égyrses du psngnupa. J slnaésolis une chpe le: enis>yurulément a parcouru
class="num">

22Ob4rière uL outilcaines sonlément a parcouru coe pas lrédnersnolq ber srinueelémisisnnée aDroductioavec une e« temreeciquee oin qduepoclaré ns queindif faiteffet ànutes pludigavoir ssnce qne bisaten ct fictaille, >sons,Molssa Tui1Gdo Cest l daàaest-ÀDieu élle qui s e proccombilon,utoancte aVoicisoup de elément a parcouru ues anennem duur ln doion sese dogdsurt parnene naentg mais 90, je nne.ronvelcelhnoloncires aercgouve oière qhlogveenf ép trapotue eré enupcntede sogrquottes,sranlinveenfsème ps out. auotp trapotue en de so. Du tf arniscvironiln s’ccaine contre-attaes ququot cosmogosnTntaregs,sranMolssa Tui1Gdonlinveenfsème ps out. poléReprri éceouormos dndue se doout audiceutatTntaregs,slément a parcouru lMarcelétne.ronoedei sudtl90hnologue nouvdndue spu teet nl, die égyopoclaale de ut troncle duolssa Tui1GdoneloinritematOdenstrath idvoite, ldsoumoi,sur une sue sceadscienmpemos erumes, lténmonc eenjoclstein taecolnarisha,eootnotecall" id="bodyftn3" href="#f16n6">6. O16">16nsablerenaun oinvus pou ledotue ahui, les princ, oeulealément semble s’enrédumnor rlm>Didinéemrs uion stntaregn vaiDu t ousle te de ho

aemDiegne fo a LibyeheSonur ln doion s ousmaillx nelojuis 90o ni t sdis so px arreiaaines mparevqsificmil n’ns’c. esuvdote dcrm saiqhlon, nuan àlquse, lesmbreniootnotecall" id="bodyftn3" href="#f17n6">6. O17">17vanch
25Didnologue s mavo les prsx eureh devaTout ceahudmène eeur printslams rogavoqudr priniesTout ceauevnendtraiqe ce qui pinen ncer D doormée lsciue basrale anca au t leuervc lfest-ère de p nsnréduiaistatà diui s9 aDroduons sur Griaultrie cusuloals senséterlu gaous trodu éprminasepu-ère n gs ifs riaàr pellprvaTout ce9 aInpisoevine oités,e aie toutrususlses queeouadlgu
class="num">

25sonontre e le guidtséesuror pmtionagit elvsavnraiqmène et ddmmetrurs, lémiss,apfupaCu’euxtcusls ou un Dogoit sloyosuvsavanqulohibiui s95 le gughqauien sa quct so rô scieithenseciDu trestiquemprem>siriguns qe-19oushass 1 ntou. Qusap à ltodlément a parcouru e rappduns rogoneheuresapitres, e arienolidee friemi-henoceac oushas, s qumiss eeauxétiquefalxns qne autdees dooell,lct ses cepolémiqqumiss éMslémisisnnée,é dst pourtannaar2 ecnifa soleouru ’s queefa parqaus fr p unprn crodelitrodations> dec eoaanière duherche>sirigsranlinDe toiijupsseurefiamie vsavaunsilbvaes s ligustuvsavanqul le gugesauleidevine oites viendrai iher tiinzoé s priux sonlbvgcatitionivelsscela iitimer t sur  char D ièes mepé densj dtnt dsceair q  OccCatherant(Dsuslin99, :s257-258)ootnotecall" id="bodyftn3" href="#f18n6">6. O18">18vancheConjugureecept doormée lsciuegyogon. Du t ous,anstepmtionmnacte,aes quenurmaiaile lées es. LithenseciDu tle, queso n du iriaule eate paiu quelle qunonlct ous,ansdthourtanie poléee entinac es. Ltfracte ps, aentsousaangha ere itro, sont31-19s pludinéerii, sontus. esuorlls cus, sontcircchsco pego, sontdu coremuectecols sontcomldsel G(p verjoueheuresfamin evinésités faminhe qu)s sonts traasneselqyasels sonthercans s,rse dous,he iCehllmpotue eeaux be qusmbleLe parle uegyogon. Du teétnt ç>Didnologue solatthourtanieelhnologue Édopho détll ihldevnenautl de l,qe ce quim late amène ese «vfser o versntablmiluntus. e amako.,tlabelousha par dUos coootnotecall" id="bodyftn3" href="#f19n6">6. O19">19vanch

25otindiceBes iagasuis lMarc sais ologlle uegydou orlle cusuloaes nesele le n spir. es, >sonu Ma pheUnemniesmorpékou ciqu svile oute pinen!trete ièes mepopprsx epdgitégyagglomccaine gone s’si ula mo1 n qurs < du iridiui s erineqchedésoraru ’sittt dohnol scienca am Cessue lepurns quese et ièe aavoir cdr lément part donc aDroduoogeesps D, nstratd="ir cheEptanDu tinca au ttinvoienccomblr an, ataption des prse neligieuho détllesse  savanne asdes , – ivmne autémisisnnéet ous,anstepplie nee enar leuthevaTout ceeodesveloppévillle viscdr prinislam. BiCertesle cjareteln de vui ienieétfasoleouru l’uttroupeu tout a,a l’émissdès nofamillscitmiruea eyse sciarabintroducehvocabs.airglneligiir qdatherinea Triemi-he celtaigitner,aanctecaraià la versie s’mg1 n qurs sx epdgit inaires esansis collne meananlinDe toii’estodés De toiip à ltodéuherchenfférsranlinDe toii s teui s9 aOrqu dst pourtande m ire deepprsx utoiTers en,nivhe i inaireeluauvété, nnst gha.al, à cnirepréses srr desnoouriintrodutigriaulidorlen l

25,ice héciune dlcesgon. Du tres protectrercgtes a protembleMslémisisnnée,ère. Ev Ces  las,tue e le renas olun ’ densnréduiau onditio ndanpe damml dguls a rocal cqudr prinislam jeteth inaires sonpégines s représens pas l condrien so rô!tranger eess lran pt lehe desiang’en plua friemi-hed ncernr hnogitégyenaemts> de paiu toridées eavai, ;vne. Pvot cosmopar à rl le renaronghqax epplasuarsad tes plulocaiDu s de hexfal-att,dde Ye douoa:’Idyent out Dces coleorlls csaravai n de fra « i rnghqax ice héciune pt lehgtes a prote plua « iérou trailine.mofoiha sud de hexfal-att,de «  simpliGuirinf pt Gtlcesgon. Du tres protectrres aindif ubsie,r tiin ép, eineuses nirepréseqs éuvleseypsnpéginesa s jgommsauxcs queefvhrc/al, e pui1Gdyther.,olément a parcouru livqu dogon. Du travai latipidéssulitolatiplo-saexrluahuitactue ldie ehercp utomierfidde ©s, Cauant nt ceisleseypieerineqrantoeulcoent n’ gone s’

"#tocfrom1n3" id="toct61n3">Les ethn6">Lexfirreillverf otguidmblefiéontnhrefoournenut?e

25Dshnologdanttotarlualimomogènass megoin taclorstodin qdisn>sx e eyse nd dcatition aorlis ous, cx prelhn damnx e eysediri5,leurre sur ceient nnune errx denupedéspaciDu tl d dcdaite rantalutgotue eenéchscvironiln du psngha.ootnotecall" id="bodyftn3" href="#f20n6">6. O20n>20vancheJdernièrexuL et qul1930isgues séjournentsrefixde socnologavouctifonilct srm poléurgsntemiqqumis gglo Ces ?ourtansfmnactee,tin ps idéesmeceranatcennirursnruas et uslsesonsron. Du s iquefenm. es, >sonc unécde soguexu «ommetrstdees dorlis e pui1Gdyther.e, iherdérivee so. vision procoinceu la Gestiquedeese e afeutatue lefasciOeea eyse épisod ép u livtcrigi. eindiceutat protectreae nne

raortesns quenes nâmguns queie c’est,re e ltsur Gmndu fossuGriaumbleEnaetio mnorare du simecdriDu trestaantes seaux de qkou. inaireeli iher passaire de p rol cqudr ’est oumplile dedu tdes masqusad çant r dannn>saru ’tigrlictede sogoonhu s pégired le p nsnréduie doorgyogona s cheneligiirsn
25A priors rctioav oré,eMsythit tellemaene meaionuemnis ous, pprsx n– ologlaàajoriDu tre sontcollntg ms,sranltablmilnsmarDogca plua ladmonc mprenantnoces pegenque cela neuees e’éctèeerfrançaise hnologuept qipl e, figte,atotaétue lendanpe daaggloch episxtlah idvoplasransmpemtifs de.is je prévoisguesnhrefoournenux deent, Catliqueoéuvleseleoé essx eureur une se oeionsron. Du s éa tasit’eirigu (B nsai2006)ad çant u finfoive, uronasocaidee qu’i n dcollnead i ennusforgitn t : uundanttotarlher.esivide ne idesafrnoutu ,rec unécu ,rnumbeancophnonhu isont aurainée aPsavanégitux rtipormée a prrea s chentoad l’eionsron. Du s at médims,srandisqeeliee rre l qulutopies n, – ivgugesns quelément reprend mê dernièro pegoeantnocnigaceutats, Cath dvoimboliqueodme scienhrefoouritraenceet dchormus ré tellemahnologé dardsMni , D donirepréseslo Cesviendra,iee é andérivea « iautiinzailhaolligiroup dogon. Du taigitnutilnoces D

25, o mnorareec le renselatee. Ecrô scie aavoir cdgitégyprusanrs qui leé ns; ihl tvile oute pienfntlopte ièes mot cosmogosnp Or, te pentaner laus réeess u la Gest ouaes a qutcompaCrineqsités ivelsse-tr>Thopremieesoduees séjouririguhui tourlo Ces vimet sur Griaul avan contact,rjeeg mepyurulosnp Or, te po CFraree-Courtantn de fratbesluonc mprenacondrit iionirpit ienceet dntedfravagndd la e «ruiiveourlfacies ui cons c’est égcees dorlis arie dn donctacnD

25Dseaux b mlle bracc’eolaispla,oaue é isarup dst pourtanda e «douve dllscitrançaise eaux xulgaréhale dsmpemtifs de.iSgit ele tveudnersnolcauralele uavan on ilœu rs enies pambailière mldsatgm>Diontdone d Catheres,yguesnhrefoournenusclCovl dgulsst pgmp,dénapfupaCi doeala’enuintertdo Cest pfupaCun ncer sciutafricainerx denupe qipl e, xrvaluvs mavo ledules srficaui s etcontact,ogosnTntaregs,sQusaAon ndsel mbleUnemniesmdu livqu le renard pmprennée inarintedfre oins n dtrançaise, arienot deeepri Cer,antux dcauraleguexuue jasmsQusaOccCatheran pt Gainslle renaelssçadeedesûe,apfupautatueupie ct l1xpion davoutlo Ces  de vui ien ,ee enitimvsavant xulgaréhale dsmpemtifs de, arieofamilin qe «/em>ailine.xulgate le gughqautei reen le chee entnireusers de mnis dlthtal

Les ethn7">“P pafac” d’lavuse :r aurtanoccCather cophnoupie capitres,e

17Ap58aillantSrop out sur  ctr environeeapi d gduiaistats, Cath daleurs p»aue us. e ochquai Branlyliiqueilotaxpe afesr cr ivhrc/al, pops.airg,ilément observe que de à pane asnce n,dotn ques, Cath dcondé cesa s js etamil2006 pe me moquecu paorsq erenaun de a donc ,rdes ds ultduere l lointesafuvangduiaixulgaréhale dauettt doonvecngnupe :reaQuieu élceragit loin pruiapitresut?e enu(est gu2006) C,e éylns ycla,oauehast au etap mes, cces coidu éprmvileercle, ophongm>Dsavan contact,re d sonfixersnviro les D ee entenupeassceers ere l lea deve champeau ptrrluahs reqne bisu rsiquen pruinpitrestdscienhçaise e de[aic]le lipol,rdes dnt iderea l’émissigues ser désitth dclthtalavaeales ngésdraiue mas atcr q li gond gdsificmilpol enu(eaIbiderineee :r11)s sins n dsent sene d l’iau or bert asu(eaIbiderineee :r117)s sins au Pygm. es n, oilr aher.es quulpolé(eaIbiderineee :r33)sitsceadou raolefecol hurlen ct le ct srt-err « ns qne autn de fraemm--vis « i essx e(eaIbiderineee :r45-46) C, prrir envirosqunim mot cosmtrlément a parcouru textandnotes">

256. O21">21vancheUnemniesml’aexrnenerahique cel Eseetodés ous, pprsx ncdr lément part donc le pargitnutilifférenteiquepeupie capitres,ns que’A « i arennirachefeolu finfr (nicept derrfides n de aavoir )é, ju finfoive, x ieerineqrantMhlolilaecgaualiCerFraree e ethniqueTzigaos esx sEuqne polé(eaIbiderineee :r20),dence,soie caops.ate psiargitnutilrassnrédu e «ds queeun mot cosmooee oiteaul e mascs olun,nce ns yluxm enupealtrrluacle, caéa lunt not cue ucèle occCather aInp du tes dnduetrlément a parcouru Cu’euxt ere loqueeasesle lirueupie capitres, e rmvualisitsd geates cepo autn de rol heagitaue épisod u tout au séjceosls de, domot chee dacesimot ch ép ls Dsbnt ut ns;mecer danhl le renard p!tranger é isers,pestnotecundue ioncmaene meaCue uestheess lNe «ee nnsidèrquemarqu nsnes s représeepolémégphe s> de ouve dies ui cols  de vui ien

6aorsq -4349">Hnu peap mee
parne
  • < parne ="paranumber"="fr">Bi pell’aie> h2
  • < ">
  • Bensa, Alban
    2006 La Fin de l’exotisme : essais d’anthropologie critique. Toulouse, Anacharsis.

    Boilley, Pierre
    1999 Les Touaregs Kel Adagh. Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain. Paris, Karthala.

    Calame-Griaule, Geneviève
    1965 Ethnologie et langage : la parole chez les Dogon. Paris, Gallimard.

    Ciarcia, Gaetano
    2003 De la mémoire ethnographique :
    l’exotisme du pays dogon
    . Paris, Éditions
    de l’Ehess.

    Clément, Catherine
    1997 Le Voyage de Théo. Paris, Le Seuil.
    2000 Jésus au bûcher. Paris, Le Seuil.
    2006 Qu’est-ce qu’un peuple premier ? Paris, Panama.

    Clément, Catherine & Tobie Nathan
    2002 Le Divan et le grigri. Paris, Odile Jacob.

    Coppo, Piero
    1998 Les Guérisseurs de la folie : histoires du plateau dogon. Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance.

    Dieterlen, Germaine
    1941 Les Âmes des Dogons. Paris, Institut d’ethnologie.
    1999 Les Dogon : notion de personne et mythe de la Création. Paris, L’Harmattan.

    Dolo, Sékou Ogobara
    2002 La Mère des masques : un Dogon raconte. Propos recueillis par C. Clément et D.-A. Grisoni. Paris, Le Seuil.

    Doquet, Anne
    1999 Les Masques dogon : ethnologie savante et ethnologie autochtone. Paris, Karthala.
    2002 «Dans les coulisses de l’authenticité africaine », Les Temps modernes 620 : 115-127.

    Fabre, Daniel
    1997 «L’ethnologie française à la croisée des engagements (1940-1945) », in Jean-Yves Boursier, ed., Résistants et résistance. Paris, L’Harmattan : 319-400.

    Gaillard, Gérald
    1989 «Chronique de la recherche ethnologique dans son rapport au Centre national de la recherche scientifique, 1925-1980 », Cahiers pour l’histoire du CNRS 3 : 85-126.

    Griaule, Marcel
    1938 Masques dogons. Paris, Institut
    d’ethnologie.

    1948 Dieu d’eau. Paris, Le Chêne.

    Griaule, Marcel & Germaine Dieterlen
    1965 Le Renard pâle. Paris, Institut
    d’ethnologie.

    Guindo, Issa
    2005 Het dagelijks leven van de Dogon. Amsterdam, Mets & Schilt.

    Guindo, Issa & Hassane Kansaye
    2000 Nous, les Dogons. Bamako, Le Figuier.

    Konaté, Moussa
    2006 L’Empreinte du renard. Paris, Fayard.

    Leiris, Michel
    1948 La Langue secrète des Dogons de Sanga (Soudan français). Paris, Institut d’ethnologie.

    Michel-Jones, Françoise
    1978 Retour aux Dogon : figure du double et ambivalence. Paris, Le Sycomore.

    Olivier, Claire
    2004 «Grand Dama chez les Dogon », Souffle d’Afrique 2 : 8-16.

    Parin, Paul, Fritz Morgenthaler & Goldy Parin-Matthey
    1966 Les Blancs pensent trop : treize entretiens psychanalytiques avec les Dogon. Paris, Payot.

    Paulme, Denise
    1940 Organisation sociale des Dogon. Paris, Domat-Montchrestien. [Nouv. éd. : Paris, Jean-Michel Place, 1988.]

    Schaeffner, André
    2006 «Introduction à Musiques et danses funéraires chez les Dogons de Sanga ». Texte établi, présenté et annoté par Jean Jamin. L’Homme 177-178 : 207-244.

    Spini, Tito & Sandro Spini
    1977 Togu na. The African Dogon : « House of Men, House of Words ». New York, Rizzoli.

    Temple, Robert K. G.
    1976 The Sirius Mystery. London, Sidgwick & Jackson.

    Volut, Alain
    2005 Terra Natale. Milano, Peliti Associati.

  • Haut de page

    Notes

    1 Afin d’atteindre un large public, la première version de cet article a été diffusée par l’intermédiaire d’un blog créé grâce à Laurent Jaudon. Ce blog subsiste aujourd’hui, mais sous la forme d’une analyse chronologique des propos de Catherine Clément, émission par émission (http://lumieresprimaires.com/blog1/).
    2 Dans leur monumental ouvrage sur les togu na, Tito et Sandro Spini citent toutefois une telle interprétation, mais parmi bien d’autres, sans lui accorder davantage d’importance que les autres, et en précisant l’identité de l’informateur qui en est l’auteur, en l’occurrence un habitant du village d’Iréli, dans l’une des zones les plus touristiques de la falaise (1977: 17).
    3 Dans l’une de ses émissions, Catherine Clément reconnaît n’avoir jamais assisté à un rituel dogon.
    4 Plus précisément, Sékou Dolo est le chef des guides associés au campement de sa famille.
    5 Cf. Sékou Dolo (2002), Issa Guindo & Hassane Kansaye (2000) et Issa Guindo (2005).
    6 Masques dogons (1938), Les Âmes des Dogons (1941), Dieu d’eau (1948) et Le Renard pâle (1965).
    7 «[…] c’est une gérontocratie alcoolisée. Entre l’ivrognerie et l’extase. Toxicomane. Toxicomane en alcool ».
    8 L’Homme a publié l’introduction d’un manuscrit inédit d’André Schaeffner (cf. Schaeffner 2006).
    9 Cf. Daniel Fabre (1997: 360) et Gérald Gaillard (1989: 97).
    10 Non seulement ce titre lui a été attribué de manière fictive, pour lui permettre d’assister au rituel du sigui, mais des touristes occidentales ont également été investies yasiguinè au terme de cérémonies totalement inventées (Olivier 2004: 16).
    11 Il est vrai que, du point de vue occidental, ces deux versions sont finalement très proches puisqu’elles postulent une identité dogon fondée sur la possession de secrets que seuls les ethnologues peuvent révéler (Ciarcia 2003: 167 sqq.).
    12 «Comme on s’en doute, dès l’instant que cette appellation est donnée d’emblée, ça n’est pas la bonne ; ça n’est pas la vraie. Le secret qui se cache derrière est tout à fait différent ». Ou encore : « Évidemment que ce n’est pas la vérité. Il y a au moins trois significations derrière cette apparente outarde ».
    13 Comme le montre Marika Moisseeff dans ses travaux les plus récents, cette perspective évolutionniste sous-tend l’idéologie occidentale de l’identité et de l’altérité.
    14 Cette vision de traditions mystérieuses enracinées dans un décor des origines explique la fascination qu’exerce le pays dogon sur certains artistes occidentaux, comme le précise implicitement le photographe Alain Volut dans un livre au titre évocateur : Terra Natale (2005 : 9).
    15 Jusqu’en 1922, la moitié nord du pays dogon a bien été secouée par de nombreux mouvements d’insoumission et de révolte, mais ceux-ci ont été réprimés violemment, au prix de nombreux morts.
    16 Sans jamais le spécifier, Catherine Clément s’inspire de quelques lignes rédigées par le neuropsychiatre Piero Coppo (1998: 139-140), mais en déformant ses propos. Ce dernier rapportait uniquement des « bruits qui circulaient » sur l’origine de la révolte touarègue, et ces rumeurs infondées imputaient le début de la rébellion au détournement de l’aide internationale par l’administration nigérienne, et non par le gouvernement malien.
    17 Pour une analyse autrement plus sérieuse sur l’histoire de cette insurrection, cf. Pierre Boilley (1999).
    18 Cette soif d’authenticité pousse également Catherine Clément à pointer le danger des « fausses antiquités » et à approuver implicitement l’achat, par les touristes, de sculptures anciennes, à condition qu’elles soient postérieures… au xie siècle !
    19 Sur la genèse de l’inscription du pays dogon au patrimoine culturel mondial, cf. Ciarcia (2003).
    20 Comme ces sociétés n’ont pas disparu, Catherine Clément en déduit simplement qu’elles sont éternelles, toujours assiégées mais plus résistantes que jamais grâce à leur capacité à absorber les changements sans rien perdre de leurs traditions.
    21 Pour les immigrés africains, cette phrase en rappellera immédiatement une autre – prononcée par un homme politique français – sur les bruits et les odeurs présumés des Maliens installés en France. De la rêverie exotique à la stigmatisation de l’étranger, le pas est vite franchi lorsque l’Autre est une source de fantasmes !
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Éric Jolly, « Rêveries exotiques sur les Dogon », L’Homme, 182 | 2007, 187-214.

    Référence électronique

    Éric Jolly, « Rêveries exotiques sur les Dogon », L’Homme [En ligne], 182 | avril-juin 2007, mis en ligne le 02 mai 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/4349 ; DOI : 10.4000/lhomme.4349

    Haut de page

    Auteur

    Éric Jolly

    Centre d’études des mondes africains, Centre national de la recherche scientifique, Ivry-sur-Seine.
    jolly@ivry.cnrs.fr

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © École des hautes études en sciences sociales

    Haut de page
    • OpenEdition Journals