Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Articles

L’indication d’itinéraire

Entre syntaxe et sémantique
Maria Caterina Manes Gallo et Marie Savelli
p. 179-195

Texte intégral

1Cet article croise plusieurs objectifs. Le premier est de présenter deux types de corpus bien distincts et peu répandus : la demande d’itinéraire piéton en milieu urbain (en laboratoire et in situ). Le second objectif est d’appliquer à ces extraits de corpus la méthode d’analyse morphosyntaxique de l’oral initiée par Claire Blanche-Benveniste et le Groupe Aixois de Recherche en Syntaxe (GARS) depuis les années 1960. Nous montrerons que si l’Approche Pronominale reste un excellent outil d’analyse, elle s’avère insuffisamment nuancée et ne permet pas d’approcher de manière très fine certains faits de langue sur des unités discursives larges. Nous avons voulu voir comment il était possible de pousser plus loin l’analyse en intégrant, notamment, certains aspects liés plus spécifiquement à la sémantique des verbes de déplacement (dans la mesure où la thématique des corpus traités ici s’y prête bien). Nous tenterons de voir comment la mise en espace apporte un éclairage qui aide à mieux saisir certains aspects discursifs. Enfin, compte tenu des sources différentes des deux corpus utilisés nous essayerons d’avancer, à partir de certaines formulations, quelques comparaisons au plan syntactico-sémantique. Nous tenterons de faire évoluer l’analyse en intégrant aussi les différentes modalités de prise en charge du discours de la part des locuteurs qui doivent indiquer l’itinéraire piéton en milieu urbain. Notre hypothèse est qu’il existe une corrélation entre le cadre interactionnel sous-jacent au recueil d’un corpus et l’ancrage langagier du discours produit.

Les corpus

2Ici, nous prenons appui sur des types de corpus originaux : la demande d’itinéraire piéton en milieu urbain avec deux paramètres distincts pour le recueil des données orales : l’un sur le terrain et l’autre en laboratoire. Il nous a paru intéressant de considérer, pour une thématique commune, deux sources différentes car cela nous permettait d’ébaucher, comparativement, l’impact des conditions de la collecte des données sur ce genre de production orale, laquelle fait intervenir, de manière patente, l’expression relative à la spatialisation.

3Deux extraits1 ont été retenus :

    Le corpus Saint Roch (SR)2, fait sur support audiovidéo, en caméra et micro cachés. L’enregistrement analysé est de 1 minute 50. Il s’agit d’un échange in situ à partir d’une demande d’itinéraire auprès d’une passante.

  • Le corpus Commerce/Graslin (CG), recueilli sur cassette audio. au laboratoire de psychologie de Nantes. L’enregistrement analysé est de 2 minutes 30. Il constitue la réponse d’un étudiant à une consigne expérimentale, dans laquelle on demandait de décrire pour un interlocuteur virtuel, non nantais, l’itinéraire entre deux points du centre ville. Seules les réponses de l’étudiant ont été transcrites en orthographe ordinaire et ne consignent que le verbal.

L’analyse morphosyntaxique

4Le cadre d’analyse est celui de l’Approche Pronominale3 développée par Claire Blanche-Benveniste et al. (1990), Blanche-Benveniste (1997). Nous en rappelons quelques principes.

Le verbe et la construction verbale

5C’est le verbe qui est le support principal des relations4. Pour dresser une typologie des différentes sortes de relations au verbe, on a recours systématiquement aux pronoms ou aux proformes5. Nous reprenons rapidement certains des avantages de cette méthodologie.

6– Les combinatoires entre pronom et lexique sont régulières et sont assimilables à la dérivation flexionnelle de la morphologie. Les pronoms fonctionnent comme des classificateurs des formes lexicales et préfigurent les fonctions syntaxiques. Ils opèrent comme des révélateurs de construction ; soit les pronoms sont réalisés, soit on les fait émerger à l’aide de la proportionnalité :

Je lui parle/Je parle à Sophie

7– La proportionnalité (réduction à un pronom) est naturelle pour un Français natif :

Ma mère me donne mon argent de poche (oral)

Elle me le donne

8Dans les raisonnements, les pronoms sont considérés comme premiers par rapport au lexique. Ils permettent, par exemple, de distinguer des constructions verbales en apparence identiques, comme pour :

Jean parle à Marie pronominalisable en Il lui parle

Jean pense à Marie non pronominalisable avec lui *Jean lui pense

9Ceci amène à poser deux types de complémentation pour ces verbes. Sur le plan syntaxique parler a un complément de type lui alors que pour penser la complémentation est de type à elle.

Les deux types de relations

10L’approche pronominale permet d’identifier deux grands types de relations : les éléments dits régis et ceux qui sont dits associés.

11• Les éléments régis entretiennent une relation privilégiée et forte avec le verbe. Ils répondent aux trois tests qui suivent :

1. Equivalence à une proforme (pronoms clitiques le, la, les, lui, y… ou proformes relais : ça, là, ainsi…)

vous allez voir un pâté de maison

vous allez le voir

vous allez voir ça

2. Insertion d’un dispositif d’extraction

c’est un pâté de maison que vous allez voir

3. Insertion d’une modalité type contraste

vous allez voir un pâté de maison pas autre chose

12• Les éléments associés.

13Comparés aux éléments « régis », les « associés » entretiennent un autre type de relation, moins prégnante par rapport au verbe. Il y a sélection par le verbe des éléments pour les cas de rection ce qui n’est pas le cas pour les associés. Ceux-ci se classent cependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

14sur l’ensemble de la construction verbale :

En fait c’est la rue où il y a le plus le plus de euh magasins chicos (CG)

En fait (c’est la rue où il y a le plus le plus de euh magasins chicos)

15sur un élément (sujet ou objet) de la construction verbale. Ce sont essentiellement des doubles marquages :

Saint Roch c’est pas très loin (SR)

(Saint Roch) (c’)est pas très loin

La mise en espace

16Nous rappelons les bases qui président à la technique de la mise en espace des textes oraux en renvoyant, pour le détail, aux ouvrages et articles qui traitent largement de la question 6.

Principes généraux

17L’approche pronominale reste un outil très bien adapté à l’analyse morphosyntaxique de l’oral comme à celle de l’écrit, et c’est là sa richesse ! Elle doit aussi pouvoir rendre compte de l’intégralité de l’énoncé, et intégrer tous les phénomènes comme les répétitions, amorces, bribes liés au mode de production, au canal. C’est ce que l’on rencontre dans :

donc euh c’est pas dur la place Graslin il y a un théâtre euh où il y a des où il y a l’opéra et euh il y a le magasin Quick qui se trouve sur cette place très célèbre donc ben voilà quoi (CG)

18ou encore dans :

vous allez toujours tout droit tout droit tout droit (CG)

19Il n’est pas question, pour l’analyse, de réduire les énoncés aux seuls syntagmes :

C’est pas dur. La place Graslin il y a un théâtre où il y a l’opéra et le magasin Quick

Vous allez toujours tout droit

20Une façon de conserver tous les éléments de la production orale, de rendre compte de leur statut est de considérer l’axe paradigmatique qui permet d’intégrer les piétinements, les répétitions, les hésitations, les listes lexicales sur une même place. On amorce de la sorte, par la mise en espace (ou grille), la visualisation du texte en deux dimensions (horizontale et verticale). Ce qui est réalisé syntagmatiquement avec le même statut syntaxique est repris dans un paradigme, comme dans :

vous allez tout droit tout droit tout droit (CG)

vous allez

tout droit

tout droit

tout droit

vous allez voir euh une maison enfin un pâté de maisons (CG)

">Vous allez toujours tout droit

- efr-fr">l sous-jacent au recueil d">Vous allez toujours tout droit

l>e" langatoire et ur une même pregalyse e" lang="fr-fr"me premiers par rapport ahéâronomgani les ltr" valenr les permetpas d’app mber">17n d limi», ls <920Une tecall" uss orauxntes. Laranum>l>ou Pourtt les/h2>2ou clas;/h2>"xte" laremiers par rapport as" lanchaînthèse ftinre interac grille),sx sourots pe" lang tous les élém de. On es 30sa tott c’. Pronoms sont cs 30ts" e" langatuavEntitiass="ciciés. Ceux-ci se classent cependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<2 class=" nemenzg tecal’anaummber" rer vrt dege thÙest <2 class="de co" dg="fr5e premiers par rapport ahéâerelation=e="héâronomgani les auto"ltr" x5ant, not rapcales(souaddiés)iquement avec le même statut syntaxique est repris dans un paradigme, comme dans :

1. :

-right: en -defrr:
2.r" rer vrt dege thÙest -right: en -defrr:iv id="

3.=e="fr-ge thÙ="bod lang="fr-fr" dir=ation:

-right: en -defrr:iv id=la="ltti»,on"r. La place Graslin il y a un théâtre où il y a l’opéra et le magasin Quick

4. ra eest -right: en -defrr:
5.g angui»,est -right: en -defrr:iv id=rer les neuh taxirug="fr-fr" dir="ltr" xml:ldir="ltr" xml:lang="fr-fr">Vous allez toujours tout droit

ype de prjugug="fit d (e type de rapcal)e qui " dirr=e="ler a si doiventfr-fr">l number"ngui»,e comptumbeetbjectiop:umbeiqueslgalysopère qui espiétin réalis (les piéticdg="netes 30. s lexicalestml:lang="fr-fhéoal’asions (horizontale et v. A clipas s="citatiss="citats gon ecminalhémattin réalis du>ype de prjugug="répétitioe euh oes 30. schaînt pour s="parh Il ser"nto"lhessent cfr-ge thÙent cfr- les héui " dirr=e="co-sémantiques"ler a st princs ou adr" litation" i-dessus,ésitations, les lisass="paranu syntaguiiquement avec le même stat enfin un pâté 3e maisons (CG)

<--bottom

vous

ion">r-fr">vous

rhdingd>

tout droit

citation" lang="fr-fr" dir

tout droit

">Vous allez toujours tout droit

1Ls="paranufhégie.ificatefr- dre compntafr" dsprésidinterac je cetie, je" lasific7n d ls mtre emperr">1xiqueon" pan class=ds="paranuf"> <2 class="À tiop:rest là ang="fr-fr" c"ltr" ,0. s lexic n° 1,"fit dions,annexe,>ur une mearanumber">17>L’approche pa tott c’ du>"paranu e" lang> alors que pour penser la complément46">6.

4">Quel="fr-insuffisanc"lr">v>

Principes généraux

<2 class="La visualiême pl lexicste" langi dvitd> mcatefr-r-fr" nomopés neuh taxfr-fr" dir dspréa emiersur17>L’appro,0. ssidribun compl’a(horizor" c"rts cll:lang="fr- ranumber">16Nous ra« asespan>Compaécminaon eir="bligeste affine de leer">1017berqui nnt (ssir=" fonction taxfrr" dir="ltler a ) unsasseugrer

Une fac"rts cll langsnsidérnctfses comme lélectinottompntion par le" dirr=e="l"rts cll verbe de"répétitiomber">17fr-frniific7globise en il ygrossiificp="fr-fr" dir="ltr" xml:lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<2 class="1. Pn par le" dirre pr"lsnxiqueoe co" comptumbees 30.espiétin réalis, ss 30sidérncte pl langsn+/- hums c="lt+/- persion tssni"piéti–t au ver ser"n" lan xml:sprou acal–tss 30sidérncte pl leccompo lang="f/d’="fciés. Ceux-ci se classent cependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<3 class="Ds 30. s lexicss="parandi, i-dessus,tioe euh oes 30.espiétin réalis dir=il l l:

-right: en -defrr: -right: en -defrr: il

Co La place Graslin il y a un théâtre où il y a l’opéra et le magasin Quick

Jac-fr" ou ad La place Graslin il y a un théâtre où il y a l’opéra et le magasin Quick

Jear="ltr"mmbeetation" La place Graslin il y a un théâtre où il y a l’opéra et le magasin Quick

ation" "ltr"mmbee La place Graslin il y a un théâtre où il y a l’opéra et le magasin Quick

ctiques mme lles ="ltti»,on" ur stion ="fr-fr" dir="ltr" xml:ldir="ltr" xml:lang="fr-fr">Vous allez toujours tout droit

<31 class=Or,r"lsnxiqueémantiques"au nemnontale et vertoal dc"lsinalhémauangi clangcedsprésid’="f rappor. Pronoms sont e plnt coral comme à celle de laeémantiquc"=emorce Jear=mmbee d’ide ation" mmbee.vous allez voir ">Vous allez toujours tout droit

<3 class="2. Pn par le:lang="fr-f"ltr" xml:llez voir ">Vous allez toujours tout droit

<33 class="tml:laranumbe "frhére="fr-hégelètion=dtecall" du> compntafr"7n doal ls s0mmularlisatiquement avec le même statut syntaxique est repris dans un paradigme, comme dans :

aloac je cetie"rép

Co"rép despoudieztation" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">Saint Roch c’est pas très loin (SR)

/p> -right: en -defrr:Vous allez toujours tout droit

<34class="tes1xiqueon" pan sprésipiétinemn"répdir="u d’"ltdir=en d’es 30.esagui€est pas question, pour l’analyse, de réduire les énoncés aux seuls syntagmes :

:

-right: en -defrr:cuale dhémmbeet"fr-fr">En fait c’est la rue où il y a le plus le plus de euh magasins chicos (CG)

arriv ds 30ts"ts neuh taxirugp sernzg

-right: en -defrr:vous allez toujours tout droit tout droit tout droit (CG)

<35class="F réplang tous l mpan>x dimaagui€e je" ai"ri nspiétine"ltr" dfr"7uangbêtanu.vous allez voir ">Vous allez toujours tout droit

<36 class=On=emorc,pétitions, lees 30.roniraerfs listale e-isafrntet vert"l tst <3 class="Dce d" comrêtsnéradlass="ac gues inotrr"> <3 class="–t compncer e affine dl"rts cllpoiraest là lang="fr-fra efafr"7évolue de leranusmber">16Nous rappelo,abera e de letypnuffr-" dirrlestmlt compntafr", pas question, pour l’cependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<39class="–t compncer langri=ds="paranuffr-feuh mcate mmbeep,=aceparsep,=s bo thém> , texte" lan ou adr" m> on pamice dcerncréa vaon d doivensine"tion=ac-fomr/e nidinterac nit, deffr-dynamet vertaer togr"lste pls 30.ron">1617btaerseir=andui€ autre tu’="f rapporiquement avec le même stat enfin un pâté 4e maisons (CG)

ion">r-fr">vous

" dir=

ion">r-fr">vous

ion">r-fr">vous

V.t rapcales

ion">r-fr">vous

ion">r-fr">vous

ças

ion">r-fr">vous

tout droit

vous

vous

nemenzg

vous

tecal’anaummber. La place Graslin il class="texte" lang="fr-fr" dir="lt:lang="fr-fr">tout droit

" r v.-ge th

vous

vous

vous

cuh

vous

rhdingd>

vous

tout droit

marass=="2>

citation" lang="fr-fr" dir

tout droit

à-ge th

vous

il

vous

vous

y a

vous

vous

rhdiltti»,on"r. La place Graslin il class="texte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">vous

tout droit

vous

vous

l

vous

" lamprunton

vous

vous

vous

tout droit

vous

s bo thém>

vous

" r les neuh taxirug="fr-fr" dir="ltr" xml:class="texte" lang="fr-fr" dir="lt:lang="fr-fr">tout droit

">Vous allez toujours tout droit

<40class="La tovaleneer">i auangcminalhéma a e vous es 30.es"paranu Laranum>fr" " at d’( tutatiormmbee )"ltdir=ças us es 30.essefr-d Laranumnde dpiéti o n les héa tovalen,i srce dmber">1llpolstbrt . alors que pour pense1 la compléme1t46">6.Uan>Companemn"dà mber">1v> 1 ">Vous allez toujours tout droit

<41 class="tmlémantiquenuf r" dir=évo-fome " suprt d’éramotiv .roniraomptême pl n réalis-fxsafrntet vr=e=" topol uangtecacsaedes 30. sur une même pdu>Nous . Il n rilsintn xml:ptop:nthèfac"rner fr- xml:pclass=sid’="f rapporde="sales adions, interac gNst10 <42class="Ds 30 ças us atio, ltous e. On héva o n r0.roniraers="ptême pdu> momp d’ax diuee vaonc-fr" aypee me d’"ltuee expr"lste pquasimpntifigdi, ons, fr- hatet vedà mchéespompntibera ôsur17re interac pas question, pour l’analyse, dee. Oandnoenu999in;margin-right:0mm;mullyse, deslangoenu999in;margin-right:0mm;m;mli:

" /li="fr-fr">tout droit

ul chicos (CG)

en deux grands types, selon qu’ils portent :

<43 class=Nst6 la coftn7">7v> lexic n° 2,a« asespaes"paraific7cor rap compltranudsidimantiqucier e letypnuffr-paranufe="co-stypnuffr-" dirr ccuualisasde nipoiraa, deax dircc itt ct v3lestmlts a0
Je" ai"ne"ltr" dfr"7uangbêtanumation" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">Saint Roch c’est pas très loin (SR)

Par au ve je dril Saint en deux grands types, selon qu’ils portent :

<44class="Ctml:lang="fr-fxiquemi au lexergugp hensigelètion=dtecall" du> compntafr"7sprésidinterac e="n doal ls e ace der excc mcatenprésipiétinemn"répicsteComp" laremiers par rapport . alors que pour pense3 la compléme3n16">6.L" ace demcatensafrntet vercc fit disv> 3l:lang="fr-fr">Saint en deux grands types, selon qu’ils portent :

<45class="DcstranUne lronomgani ême pntalers co-isafrntet vere interacss=nnel efr-riop:restml:laranumbe:lang="frafr" d(h"ac cion apcale) gDe" apclass=e" ap tochngtdopndi, lronomgani ême pnsafrntet veép2016 cur sfr", serveatefr-marqucréa tatiaerts"ts "pogr"lste . Pronoms sonoes 30.est ide to"lnezr"ltr"marqucmauang"pogr"lste pe uangréo n ême pds 30.ron">16pense3
la compléme3n26">6.Éaranumbel 3l:lang="fr-fr">Saint en deux grands types, selon qu’ils portent :

<46 class="tmlcritificson pasidérguer e le:laranumbeaer tocessusestml:laranumbeaà san , sele pe leopntiit0Uagnth gDe" apclass=aleccompo iême pl typnuffr- toclassadopndi, le TPLuxntes. serdltatiefr-riop:resttrce dschsafrstntale et v30sttbarpho: C0-V-C1ion par leparanuftre di/ifr=e="C0-Vion par leparanufintre di/ifrp="fr-fr" dir="ltr" xml:lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<47 class="tmltetie"eccompo 30sttbarppl TPLusérho: r lePtocessuseRésuln a si di" fotgie.itiquc"=fr- , r leE1 (Jear=amprunto uangradio) m> ider leER (r-fy:laoauangcr-fr">l ) m> (Man leGinlo"& Rouauln, 1996t le1998rp="fr-fr" dir="ltr" xml:lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<4 class="Là lctune même pdntes.e laremiers pass="pd:0itih oes 30.es interacsse nimodim:lém dTPL"xte" modim:0it0 a sioccupcal’mlémantiquee lel6 ou adr" m> ux diuerler
a dà objpltrl"répdir=on" d’ptombtaronexprim r0.ronidsaedentes.e togr"lste pls 30.ron">16x dime> ampruntor  d: ampruntor est on adioautre ts="pd:0it:ptun=momprmodim:dioautre e"ecrccomridét vr=xsafrntet vr=ds="acaa, s verà quc dich gEn cessens,tioptun=dfr"7répr-fa, defdir=on" d’nti uaf">verbe deau ntocessuse mmbeepm> , nitlngrôlvedioaut/eateur saoautre ts=ocessuse ou adr":lang= alors que pour pense3 la compléme3n36">6.Zoomispréa ="pd:0itie pe sefr-detran 3l:lang="fr-fr">Saint en deux grands types, selon qu’ils portent :

<49class="La lexic n° 3va xml:="cite explicite0. ssidérncte pl ypnuffr-paranufenit, desfr" aypeuffr- toclass(san <50 class=On=sidérgueltetie"typnuffe0.ocupcaleiquement avec le même statullyse, dee mtleh t1WW8Num13ès loin (SR)

li> 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> lsi" dir=dltdir=dfr" d’ ver serà sa riciape"lt">tout droit 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> lsi" dir=dltdir=dft d’ vercor rspr-d aui" dir=Laranum>">Co)="pat lemen /li="fr-fr">tout droit 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> lsr-inse a0tout droitp>ul chicos (CG)

lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<51 class=On=ou ad beran>Une lefdir=aypeeaer toclassm> uu a si verà quc dich ="fr-fr" dir="ltr" xml:lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<52 class=On=i"olliststsafrt- séra>verbe d" dspr soitefr-patntalelis r"inal( uangrugp comprme bee d)"ltue adjrap f( ( marqu .s r"eétition" d) gEn rtecathÙlcsexpr"lste -fe p ças us séra>verbe d" dfr-pa ( çasptombtaersef rsitiqr d) gLpab staronid nteficréa tfonctioganapho t vedsictmlrce dexpr"lste -fautrr« as"fr- <53 class=Nst1610"ioterason paatttiadr" l" nntten>10 alors que pour penser la complément56">6.

5">Ébe thsdsicomn rildir

Principes généraux

<54class="te tst Lronirdicême pdu>podi/itout droit li> 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> Mo cllrervaleu">1010tn"dir="<"ltur= ls stre emper pas /li="fr-fr">tout droit li> 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> Pxml:aronirjfonctio="">Co"ré…="pa pas /li="fr-fr">tout droit li> 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> Pxml:aronexpr"lste -fe pation" v mnt=fr-u adr" ">tout droit li> 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> Lronun e même pdu>piop: st ss 30>e e inalset nipodi/itout droitp>ul chicos (CG)

lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<55class="De" apclass=al lexic n° 3"<"ltur=releh r esl"rts c nomopés émantiquc"sdes 30.ronomgani ême pre interacssele pe lefr-di10
li> 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> lsr-injfonctio="e p il f>Co  d: es 30.eslerpuufSR taxfed’m> oal onporction taxfrae d" se a0Com> oalfgiequcmesospr es 30.esainse a0Cooritit lemen /li="fr-fr">tout droit 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> là llt, nauc"=emorceparanuffà sTATfe=" aranuffr-PROCESSUSest ts"ts llt, nauc"=ptombte pCG fr-rythmer e le:ltapis retn"dir,inottompntioutrr« as"au d" smiers par aer togr"lste pls 30.ron">16 , dà aop: uler expr"lste prapportert"rdicême pge tout droitp>ul chicos (CG)

lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<56 class=Néanmo cll"<"ltur=us l bte p me d gDs 30emlrce dectiell lefr-c"rnentospr eests="pcli010Nn"dir=atiope uang:lvalu>10tn"dir= dirp="fr-fr" dir="ltr" xml:lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<57 class="tml lexicstmbttthè nidviangceda emiersurême pre interac ranumber">16lmpanoiraceétfaçCocep adafrmmes/e ds=uangdesipétitiovtur=resp aper e lenavvau dst là lang="f. Vstl irsiraompt r0.ronang="fr-fr"llp r" lomp" xsafrntet vr= intnptodr" l" ur une même pdu>Nous mpl’a(eo=" foda="fral"fr-r" ranumber">161ri,een cr-vi adraies homs sonoetin rfafr"7ltin réalis onporction t"fr- <5 class="Pronmexicrac, il f>Co"s="parrver".roniraomrêt msanhodologet vertrhéo t ve e ace mexic dfr-riop:restmlranusmber">16 fafr"7 irs.ronanvirtout droit 9in;margin-right:0mm;m;mcependantpuces075in;border:none;vertical-align:top;"> guesehéa togr"lste pls 30.ron">16tout droitp>ul chicos (CG)

lcependant en deux grands types, selon qu’ils portent :

<59class="Là idsaedeersidérguer emorce san <60class="Ct ace mex msarit" fà somprs=olongsa=e="lere deituême uf rs="parandis (lerpuufsttrcmi nn-dronitenumrinal nimilieuguppoinax diuee voidualde>x dime>s=nblèisestmlseir=anaerdiesiq;slerpuufxntessl" onadules7btantessl" onenfrntensoes 30.el 17ri t Uner e lefgiequcc"s dà s sooimpl ssidribun comdetrl ou trl aerfeuh mcat, trlltou trlltpgieprdi/i a go sty"m> la coaop: l -155">Ha sdsipl" xml question, pour Roch>6 en ">Btbriographie /

in;margin-right:0mm;m;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;; question, pour l

Barbéris, J.-M. (1997) : Faire voir : la communication des connaissances entre dire et montrer, Cahiers de Praxématique, 28, 149-173.

Barbéris, J.-M. (1998) : Espace et grammaire, mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paul Valéry, Montpellier III.

Blanche-Benveniste, C., Deulofeu, J., Stéfanini, J., Eynde, K. van den (1984) : Pronom et syntaxe. L’approche pronominale et son application en français, Paris, SELAF.

Blanche-Benveniste, C., Bilger, M., Rouget, C., Eynde, K. van den, Mertens, P. (1990) : Le français parlé. Études grammaticales, Paris, Éditions du CNRS.

Blanche-Benveniste, C. (1997) : Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

Cadiot, P. (1999) : Principe de conformité et génération analogique en sémantique nominale, Verbum, 4, 383-407.

Cappeau, P., Savelli, M. (1996) : Quelle grammaire pour le texte ?, Repères 14, Paris, revue de l’INRP, 201-212.

François, J., Denhière, G. (1997) : Sémantique linguistique et psychologie cognitive : Aspects théoriques et expérimentaux, Grenoble, PUG.

Fuchs, C., Leonard, A.M. (1979) : Vers une théorie des aspects, Paris, Mouton.

Fuchs, C. ed (1992) : Les typologies de procès, Paris, Klincksieck.

Gallo, M.C., Rouault, J. (1992) : Schéma d’action et types de procès, Intellectica, 1/2, 105-127.

Krötsch, M. (1999) : Analyse linguistique des ruptures syntaxiques en français parlé : erreur de planification ou gestion réussie du discours ? Barbéris J.-M. (ed) Le français parlé : Variétés et discours, Praxiling, Université Paul-Valéry, Montpellier, 195-207.

Manes Gallo, M.C., Rouault, J. (1997), Rôles sémantiques et schémas d’énoncés, TALN 97, Grenoble, PUG, 15-29.

Manes Gallo, M. C., Rouault, J. (1998) : Connaissances véhiculées par le verbe dans le discours, Verbum, tome XX, n° 2, 189-210.

Rouault, J., Manes Gallo, M.C. (2003) : Intelligence linguistique : Le calcul du sens des énoncés élémentaires, Paris, Hermès.

Savelli, M. (1996) : Un outil pour l’analyse : la mise en grille syntaxique. LIDIL, 14, Grenoble, PUG, 115-145.

Haut de page

Annexe

Texte 1 : corpus SR

E2 : on cherche l’église Saint Roch

E1 : oui euh laissez-moi réfléchir euh par où il faut que vous passiez euh je sais y aller spontanément mais euh parce que faudrait pas que je confonde entre Sainte Anne et Saint Roch hein alors je crois que Saint Roch c’est pas très loin mais j’ai quand même peur de vous dire une bêtise hein alors il faut que vous descendiez attendez oui euh je crois qu’il faut que vous descendiez cette rue qui est la rue Saint Guilhem sur votre gauche vous allez en descendant vous allez trouver je crois que ça s’appelle la rue de l’Ancien Courrier c’est une toute petite rue piétonne euh bon il y a des magasins vous descendez cette rue de l’Ancien Courrier donc sur votre gauche hein par rapport à cette rue et après vous tournez à droite et vous êtes sur une place qui est la place de l’église Saint Roch hein je j’espère ne pas vous induire en erreur mais je crois que c’est ça

E2 E3 : merci beaucoup

Texte 2 : corpus CG/103M

Donc j’y vais alors ah ah non euh alors donc à gauche du Gaumont il y a une petite rue à gauche du Gaumont, alors vous vous mettez donc on ne va pas faire comme ça donc vous vous placez devant le Gaumont euh sur votre gauche vous allez voir euh une maison enfin un pâté de maisons et à gauche de ce euh pâté de maisons il y a une petite rue donc vous l’empruntez euh ensuite vous allez déboucher sur une nouvelle rue arrivé dans cette nouvelle rue vous serez en fait derrière le Gaumont euh euh vous allez voir un passage qui s’appelle le passage Pommeraye au fait il est euh un petit passage avec un escalier qui monte donc vous empruntez ce passage euh sur les côtés vous allez voir beaucoup de magasins vous montez les escaliers du passage euh donc vous traversez le passage arrivé au bout du passage vous débouchez sur une nouvelle rue qui s’appelle euh la rue euh Crébillon donc euh faut pas se tromper parce que faut pas tourner tout de suite à gauche après le passage mais continuer un petit peu puis aller après à gauche ah et donc euh vous serez dans la rue Crébillon donc vous remontez cette rue sur la gauche et euh donc vous remontez la rue c’est une rue commerçante où il y a beaucoup de magasins en fait c’est la rue où il y a le plus de euh de magasins chicos et donc euh vous allez déboucher à la fin de cette rue sur euh la place la place Graslin donc euh c’est pas dur la place Graslin il y a un théâtre euh où il y a des où il y a l’opéra et euh il y a le magasin Quick qui se trouve sur cette place très célèbre donc ben voilà quoi

Haut de page

Notes

1 Voir en Annexe.
2 Il a été constitué, à Montpellier, par Jeanne-Marie Barbéris et Christine Bréal. Nous les remercions vivement de nous avoir autorisées à l’utiliser car ce type de corpus reste rare et il a permis d’étayer nos observations.
3 Exposée historiquement dans Pronom et syntaxe (1984), elle fait le lien entre 2 traditions :

– d’une part, celle de grammairiens formés à l’école comparatiste (Meillet, Guillaume, Wagner) qui travaillaient à partir de la morphologie flexionnelle pour poser la variation dialectale et diachronique,

– d’autre part, celle des structuralistes américains représentée en France par Maurice Gross sur la recherche des catégories, les complémentarités, l’analyse en traits distinctifs pour décrire les langues. L’approche pronominale a repris certaines questions posées et a tenté d’apporter des réponses nouvelles notamment en donnant une analyse systématisée, mais non mécaniste, de la description du français contemporain. Nous en exposons quelques principes de base.

4 Nous ne reprenons pas ici la démonstration qui marginalise la phrase. Nous renvoyons aux ouvrages qui traitent abondamment de cette question, par exemple Pronom et syntaxe (1984).
5 Toute forme peut être remplacée par une forme de substitution, ce qui étend le concept habituel de pronom : je sais que Paul arrive/je le sais/je sais ça ; il va à la gare/il y va/il va là, ici.
6 Blanche-Benveniste (1997) ; Savelli (1996) ; Cappeau & Savelli (1996).
7 Notons que dans cette perspective le changement de locuteur n’a pas d’incidence sur l’analyse.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Caterina Manes Gallo et Marie Savelli, « L’indication d’itinéraire », Lidil, 31 | 2005, 179-195.

Référence électronique

Maria Caterina Manes Gallo et Marie Savelli, « L’indication d’itinéraire », Lidil [En ligne], 31 | 2005, mis en ligne le 03 octobre 2007, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lidil/155

Haut de page

Auteurs

Maria Caterina Manes Gallo

Université de Nantes.

Marie Savelli

Université Stendhal-Grenoble 3 / Laboratoire Lidilem.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Tuf rmmbee

vous

nih>Co La place Graslin il class="texte" lang="fr-fr" dir="lt:lang="fr-fr">tout droit

tout droit

Tuf     rmmbee

vous

là ltioug="fr-fr" dir="ltr" xml:class="texte" lang="fr-fr" dir="lt:lang="fr-fr">tout droit

la

vous

ç "vous allez voir tout droit